GILLES SIMON

Auteur  
# 21/10/2008 à 11:38 cath
GILLES SIMON est né le 27 decembre 1984 ....
ce jeune homme a joué au tennis de bonne heure et il a meme fait partie de la meme promo que STONGA
- en 2002 , il passe pro chez les juniors ;
- en 2005 il entre à l'atp ...
- en 2006 , il est dans le top 100 et il est finaliste au tournoi de Valence...
- en 2007 , il gagne les tournois de Marseille et de Bucarest : il est dans le top 30 !!!!
à son rythme , GILLES PROGRESSE ... avec discretion mais avec du talent .....

- en 2008 :
il gagne le tournoi de Hassan II( maroc ) : en passant , il bat DJOKO...
il gagne le tournoi d'Indianapolis ....
durant le tournoi du canada : il renvoie aux vestiaires le roi RODGEUR , lui meme
il gagne aussi le tournoi de Bucarest , en battant CARLOS MOYA en finale ....
il perd au premier tour des tournois de Vienne et de Metz ....
mais il se ressaissit ....
et arrive en finale du tournoi de MADRID en battant RAFA en demi finale ; l'espagnol , bien que fatigué , a cherement vendu sa peau !!!!
il faut un MURRAY au top de sa forme et toujours en progression pour le stopper !!!
à 'heure actuelle , GILLES SIMON EST NUMERO 10 MONDIAL !!!!!!

entrainé par Thierry Tulasne , SIMON est un redoutable joueur de fond de court , aussi bien en coup droit qu'en revers ... il sait donner de nombreux effets à ses balles ; ce joueur a un couverture de terrain remarquable et son endurance est époustouflante ;
notons aussi qu'il possede une forçe mentale à faire palir les meilleurs ....

je pense que GILLES a le talent et la persévérance nécéssaire pour monter encore plus haut dand le top ten !!!!

VIVE GILLES SIMON !!!!!!!!!!!!
# 21/10/2008 à 12:38 Nico
Voici un petit complément sur ce que tu as mis Cath afin d'avoir une idée très complète du parcours de Gilles Simon.

Lundi 20 octobre, Gilles Simon intègre le Top 10 mondial et devient le nouveau numéro un français. Oubliez Richard Gasquet, Gaël Monfils ou Jo-Wilfried Tsonga, le Niçois est le nouveau boss du tennis tricolore. Et il n'y a pas grand-chose de surprenant à cette prise de pouvoir. Evoluant dans l'ombre de ses compatriotes, souvent plus bruyants sur le court et plus capricieux en coulisses, Gilles Simon, 23 ans, a connu une progression constante, presque logique : 124e mondial fin 2005, 45e en 2006, 29e en 2007, il est désormais parmi les dix meilleurs joueurs de la planète.

Si Gilles Simon a progressé dans un quasi-anonymat alors que Richard Gasquet faisait dès l'âge de 9 ans la "une" de Tennis Magazine, c'est en grande partie parce que, jeune, il n'était pas considéré comme un grand espoir du tennis français. Au contraire. Lui pensait tennis, mais également piano – qu'il a pratiqué au conservatoire – et études. Les observateurs pensaient eux qu'il ne parviendrait jamais à percer au plus haut niveau. La faute à un physique de joueur d'échecs qui handicapait son évolution. Longtemps "poussin", comme il était surnommé du fait de sa fine carrure, il plafonnait à 1,50 m. C'est également parce que le garçon est discret. Aujourd'hui, il a un peu grandi (1,80 m), mais sa silhouette fluette (64 kg) détonne toujours sur le circuit mondial au milieu des machines que sont James Blake, Andy Roddick ou Rafael Nadal.


RÉUSSIR EN GRAND CHELEM

L'Espagnol a d'ailleurs appris samedi à ses dépens, en demi-finale du Master Series de Madrid, que le Français pouvait répondre au défi physique. Au terme d'un combat haletant de 3 h 22, Gilles Simon, souvent critiqué pour son jeu trop défensif et sans prise de risque, s'est mis à balancer de grands coups longs de ligne pour faire plier le numéro un mondial sur ses terres madrilènes. Les Espagnols, pas rancuniers, ont alors affublé le tombeur de leur héros du surnom de "surviviente", le survivant, car il avait passé sa semaine à sauver des balles de match.

Battre Nadal ne fut pas le premier exploit du Français cette saison. Outre ses victoires à Casablanca, Indianapolis et Bucarest, il s'était offert en juillet, au deuxième tour du tournoi de Toronto, le scalp du numéro un mondial d'alors, Roger Federer. Un tableau de chasse complété par un succès sur le troisième mondial, Novak Djokovic, lors du tournoi de Marseille en février. Pour la fin de la saison, Gilles Simon a désormais un nouvel objectif : arracher un des derniers tickets pour le Masters de Shanghaï où seuls les huit meilleurs joueurs de l'année sont conviés. Le Français devra pour cela reprendre six points à l'Argentin Juan Martin Del Potro. Une qualification qui passera sans doute par une belle performance, la semaine prochaine, lors du tournoi de Paris-Bercy. Pour l'an prochain, le Niçois doit sans doute déjà avoir en tête les quatre tournois du Grand Chelem. Il n'y a jamais passé le troisième tour. Qu'il se hisse en quart ou en demi-finale à Melbourne, Paris, Londres ou New York, et Gilles Simon ne sera plus un "poussin" pour personne.

Merci à A. Roos
# 22/10/2008 à 07:42 Thomas
Merci pour votre flashbak de sa carriere ! C'est vrai que c'est bien car il est monté d'un seul coup comme ca dans le top 10 ! En toute discrétion, il en a surpris plein moi en premier !
# 22/10/2008 à 10:35 cath
bonjour NICO et THOMAS !!!!
bravo pour ce portrait ....
j'espere que nous allons enfin avoir un joueur français qui va nous épater tres souvent !!!
SANS OUBLIER LES AUTRES , bien sur ...
je pense que GILLES SIMON peut se qualifier pour le masters ....
en renvoyant un des meilleurs aux vestiaires ....sauf RAFAEL : il doit nous le laisser ....


THIERRY TULASNE a dit que GILLES doit encore faire progresser son service de 10 à 20% en puissance ...pour vraiment faire façe aux meilleurs.... du top ten ....
qu'en pensez vous ?????
# 22/10/2008 à 12:07 Nico
Hello Thomas, Cath et everybody !

De nada pour les infos !

Simon doit-il progresser au service ? Oui sans doute es-ce un aspect de son jeu à travailler pour qu'il soit encore plus performant.

Car au niveau de son endurance, pas de pb, tout va bien il faut maintenir ce niveau.

De même, même s'il travaille un peu le service spécifiquement, il n'a pas besoin de prendre trop de muscle, il est taillé comme tel et peut réussir comme cela sans exagérer outre mesure !

Voici mon avis !
# 22/10/2008 à 17:46 Thomas
C'est certainement vrai qu'il a progresser au service car je ne l'ai pas trouver excemptionnel loin de là ! Mais bon il n'est pas mediocre non plus ! il ma impressionné physiquement quand meme. va til se qualifier au masters sachant qu'on a un del potro en huitieme position et qui je pense ne va pas rater son tournoi de paris ou sauf si le physique craque sachant le nombre de match que del potro a joué cette année alors ??
# 22/10/2008 à 17:54 Thomas
C'est vrai qu'a l'heure qu'il ait Gille Simon mérité un sujet pour lui tout seul ! Voici un de ces petit interview actuel :

Le tennis français compte, depuis lundi, un nouveau membre du Top 10. Déjà victorieux de trois titres cette saison, Gilles Simon a franchi un nouveau cap en dominant le roi Rafael Nadal en son royaume, pour se hisser jusqu'en finale du tournoi de Madrid. Totalement relancé dans la course à la qualification pour la Masters Cup de Shanghai, le nouveau numéro 1 français revient, à quelques jours du BNP Paribas Masters (25 octobre - 2 novembre, à Bercy), sur sa folle épopée ibérique.

« Gilles Simon, avec votre résultat à Madrid, vous avez changé de statut, notamment grâce à votre victoire sur Nadal. C'était vraiment un énorme match de votre part...
Ça fait plusieurs fois qu'on me dit que je change de statut ! Cette saison, j'ai déjà changé trois ou quatre fois de statut ! Vraiment, je ne le vois pas comme ça. J'ai fait de très bons matches cette année, comme contre Federer à Toronto. Là, j'ai encore réussi à me prouver que j'étais capable de battre un numéro 1 mondial. Ça a été une très bonne chose pour moi. C'est très bon pour la confiance aussi. Maintenant à moi d'essayer d'appliquer tout le temps le tennis que j'ai réussi à pratiquer contre ces joueurs-là. Pas seulement quand il faut jouer les tout meilleurs justement, mais de façon plus régulière afin d'essayer de s'économiser un peu au physique et de jouer une finale dans de meilleures conditions qu'à Madrid !

Cette victoire face à Nadal, devant son public, est-elle la plus belle de votre carrière ?
Je pourrais dire que c'était la plus belle parce que c'est sûrement celle où j'ai pris le plus de plaisir. Dès le début du deuxième set, toute la pression a disparu, j'avais juste envie de faire un très grand match contre le plus grand joueur de la saison, chez lui, dans une ambiance vraiment particulière. J'ai éprouvé des sensations que je n'avais pas connues sur les autres matches de la saison. Mais il y a eu aussi la victoire face à Federer qui était un peu particulière, dans un contexte différent. J'avais joué plus tendu pendant tout le match, parce que c'était une rencontre que je voulais vraiment gagner. Et je pense que sans la victoire sur Federer, il n'y aurait pas eu la victoire contre Nadal.

Vous êtes-vous surpris au cours de cette semaine madrilène ou est-ce la suite logique du travail accompli depuis des mois ?
C'est vraiment une continuité. Ça fait un moment que je m'applique. En plus, c'est vraiment lui rendre hommage que d'avoir fait un super match face à Nadal parce que c'est vraiment le joueur qui m'inspire le plus au niveau de l'attitude. C'est un joueur dont je me suis beaucoup inspiré. Quand j'ai été mené contre lui, quand j'ai perdu le premier set sévèrement (6-3), où il était clairement au-dessus, quand au début du deuxième, j'avais très peu d'occasions et que j'étais malmené sur mes mises en jeu, je me suis dit : « Continue de te battre, donne tout ce que tu as, bats toi. »

«Quand Nadal me félicite, j'ai toujours l'impression qu'il se fout de ma gueule»

A l'issue de votre demi-finale à Madrid, Rafael Nadal a semblé très chaleureux à votre encontre, alors qu'il avait pourtant perdu...
Il faut savoir qu'avec « Rafa », on s'entend vraiment super bien depuis un bon moment. Déjà, on avait parlé de notre poignée de mains à l'Open d'Australie, où il s'était montré bien plus démonstratif qu'avec la plupart des autres joueurs. C'est vrai que l'on s'entend bien. Il y a un grand respect entre nous. C'est grâce à des joueurs comme lui que les stades sont pleins. C'est grâce à des joueurs comme lui que les jeunes ont envie de jouer au tennis. C'est grâce à des joueurs comme lui que l'on voit des petits gauchers mettre un bandeau et faire des lifts pendant des heures. On a souvent pensé qu'il était arrogant par rapport à son attitude sur le terrain, son attitude de bagarreur. Moi je pense qu'il a besoin d'être comme ça pour jouer son meilleur tennis, et ça ne me pose aucun problème. C'est un joueur très simple et qui rend hommage à beaucoup de joueurs. J'ai toujours l'impression qu'il se fout de ma gueule quand il me félicite !

Que vous a-t-il dit à Madrid ?
Il m'a simplement dit : « Bravo, tu le mérites. Tu as été très fort aujourd'hui. » J'y repenserai quand je ne serai pas bien sur le terrain une prochaine fois ! Je me dirai : « Nadal a dit que j'étais très fort ! »

Le BNP Paribas Masters vous attend avec un super défi : celui de décrocher une place pour la Masters Cup de Shanghai...
Oui, c'est un super défi à relever. Mais d'abord, il va y avoir un tournoi très important à Lyon. Dans l'optique de la Masters Cup, je pense que ceux qui seront devant au classement à Bercy auront vraiment un gros avantage. Surtout si les tout meilleurs participent au tournoi car on se rend compte qu'à chaque fois qu'ils sont là, il y en a toujours trois sur quatre en demi-finales, ce qui laisse très peu de place à l'exploit. Ce serait bien évidemment plus facile d'aborder le BNPPM en étant déjà huitième à la Race ! Maintenant, si ce n'est pas le cas, il faudra essayer de profiter de l'avantage de jouer à la maison avec le public. Je me rends compte de l'importance que cela peut avoir, surtout quand je joue un Nadal chez lui. Toutes proportions gardées bien sûr, car à Madrid c'était vraiment de la folie !»

(Entretien réalisé par la FFT)

# 22/10/2008 à 21:56 Nico
Très très belle interview !

Le travail dans la continuité finit tjs par payer et on voit qu'il ne faut pas craindre de prendre le meilleur qui se trouve chez les autres : c aussi pour ça qu'on progresse !

Simon a pris bcp de la combativité présente chez Rafa, c'est aussi un bel hommage qu'il lui rend !
# 24/10/2008 à 09:07 Thomas
Voici une petite interview de Gillou avant le tournoi de lyon :

Simon : "Je ne peux pas en profiter"
Tennis - Les Français(es)


Gilles Simon ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. Malgré la fatigue, il a tenu à jouer à Lyon pour tenter d'accrocher une place au Masters de Shanghai. Le Français évoque ce qu'il a ressenti quand il a su qu'il était entré dans le top 10. 2e volet de l'interview-fleuve donnée lundi 20 octobre.

La vie d"un joueur de tennis est un éternel recommencement. On se remet en cause toutes les semaines. Mais là, vous avez peut-être eu le temps de vous poser un peu et de réaliser ce que vous avez fait à Madrid, parce que vous êtes dans le Top 10 pour la première fois de votre carrière…

GILLES SIMON : "Non, au contraire, je pense que je n'ai pas du tout le temps d'en profiter ! J'aimerais bien, mais je pense que j'aurai le temps d'en profiter quand la saison sera finie. Mais quand Nadal fait une saison aussi fabuleuse que celle qu'il accomplit cette année, il n'a pas vraiment le temps d'en profiter non plus ! Il gagne « Roland » et doit se remettre tout de suite en question pour Wimbledon. Il remporte Wimbledon et doit se reconcentrer sur les deux Masters Series qui se profilent. Il s'impose aux Jeux Olympiques et il y a l'US Open qui arrive. Il y a toujours quelque chose derrière. On ne doit s'arrêter qu'à la fin de la saison. Il n'y a qu'en novembre que l'on peut se poser, tirer un bilan, se faire plaisir pendant deux ou trois semaines en levant vraiment le pied.

Ça ne vous a donc rien fait de voir votre nom à la dixième place du classement ?

GILLES SIMON : "Si, c'est vrai que je suis très content. Souvent on dit d'un joueur : « Il sera un jour dans le Top 10. » Et puis, on n'y est jamais ! Au moins, je peux imprimer le classement et le garder au-dessus de mon lit. C'est vrai que ce serait encore mieux pour moi de finir l'année dans ce Top 10, et de me dire que sur cette saison, j'ai été dans les dix meilleurs joueurs du monde. Cela représenterait plus pour moi qu'une semaine comme ça en milieu d'année, même si on n'est plus en milieu d'année."

Le BNP Paribas Masters vous attend avec un super défi : celui de décrocher une place pour la Masters Cup de Shanghai…

GILLES SIMON : "Oui, c'est un super défi à relever. Mais d'abord, il y a un tournoi très important à Lyon. Dans l'optique de la Masters Cup, je pense que ceux qui seront devant au classement à Bercy auront vraiment un gros avantage. Surtout si les tout meilleurs participent au tournoi car on se rend compte qu'à chaque fois qu'ils sont là, il y en a toujours trois sur quatre en demi-finales, ce qui laisse très peu de place à l'exploit. Ce serait bien évidemment plus facile d'aborder le BNPPM en étant déjà huitième à la Race ! Maintenant, si ce n'est pas le cas, il faudra essayer de profiter de l'avantage de jouer à la maison avec le public. Je me rends compte de l'importance que cela peut avoir, surtout quand je joue un Nadal chez lui. Toutes proportions gardées bien sûr, car à Madrid c'était vraiment de la folie ! Ça peut avoir son importance, surtout sur des matches décisifs, ou dans le cas où il y aurait des adversaires directs à affronter."

Qu'est-ce que cela représenterait pour vous de participer à la Masters Cup de Shanghai ?

GILLES SIMON : "Ce n'est pas un rêve, je n'ai jamais rêvé de jouer le Masters. Je pense que c'est un tournoi très prestigieux, qui récompense les huit meilleurs joueurs de la saison. Dans tous les cas, ce serait vraiment une très bonne expérience à vivre que d'aller là-bas. Après, ça n'a pas l'importance que peut avoir un Grand Chelem. Ça n'a pas non plus l'importance que peut avoir un tournoi comme le BNP Paribas Masters qui n'est qu'un Masters Series, mais qui se joue en France."

"Mais c'est vrai que ça donne envie de se dire qu'on va aller là-bas avec les meilleurs joueurs, des joueurs du calibre de Federer, Nadal. On ne peut qu'avoir envie de les jouer. Je suis un peu dans la même optique que pour les Jeux Olympiques. Pour moi, ce n'était pas un rêve de gamin, c'était juste une super expérience à vivre, un événement que je ne voulais absolument pas rater. J'ai été très heureux d'y participer et je pense que j'irais à la Masters Cup un peu dans le même état d'esprit si je devais y aller."

# 25/10/2008 à 12:04 Nico
Nouvelle interview de Gilles Simon :

Simon: "Je me sens prêt à gagner"

Gilles Simon, le tout nouveau numéro 1 français, toujours en lice à Lyon et plus que jamais en course pour les Masters de Shanghai, revient pour nous sur les différentes étapes de sa "métamorphose". En toute franchise...

Gilles SIMON, vous avez véritablement changé de catégorie cette saison. Avez-vous ressenti un déclic?

G.S. : "Je ne peux pas parler de déclic. En fait, il y a eu cette belle victoire à Indianapolis (en juillet, ndlr) en allant chercher les matches. Je ne m'étais pas beaucoup entraîné depuis Wimbledon, j'avais tapé la balle seulement deux jours avant le début du tournoi. Je n'avais aucune pression. J'ai fait des matches nuls et malgré tout, je l'ai emporté (rires)."

C'est à partir de ce moment-là que vous avez constaté une petite différence...

G.S. : "En y regardant de plus près, je peux retenir trois moments importants sur la route de cette construction. Le premier a été Indianapolis, véritablement: ça m'a inspiré. Le deuxième a été de jouer Federer. Avant, lorsque je gagnais un tournoi, je perdais juste derrière. Là, je gagne Indianapolis et tout de suite après, je joue Federer, qui était alors numéro 1, à Toronto. Il est en pleine confiance, il fait une entame de match à 100 à l'heure. Pourtant, au fur et à mesure, je sens qu'il y a un coup à jouer. J'ai gagné sans avoir peur, sans ressentir de tension, vraiment. Mon bras n'a pas tremblé."

"Une fois cette étape franchie, je me suis dit: « Tu peux battre Federer, le numéro 1, tu es donc capable de battre tous les autres, puisqu'ils sont moins bien classés que lui ». Avant, j'avais déjà battu Davydenko, qui était numéro 4 à l'époque (à Umag et New Haven en 2007, ndlr). J'avais alors la même logique: je me disais que je pouvais battre ses poursuivants. Mais il restait une sorte de blocage inconscient au niveau des trois premiers. Et puis, je bats Djokovic à l'Open 13 (en février 2008, ndlr). Et déjà, un verrou saute en quelque sorte. Puis Federer. Et je suis sûr d'une chose: si je n'avais pas battu Federer, je n'aurais pas battu Nadal par la suite. Et le fait d'avoir dominé les trois premiers mondiaux, ça rassure et ça m'aide lorsque je me retrouve dans une situation délicate."

Le plus difficile était de confirmer après cet exploit. Ce que vous avez fait...

G.S. : "Après avoir battu Federer, je ne voulais absolument pas perdre, je voulais confirmer. Et j'ai continué jusqu'en demies (défaite face à Kiefer NDLR). Et c'est là le troisième élément déclencheur de mon évolution:pour la première fois, j'ai été capable d'enchaîner deux tournois. Mais ce n'est pas parce que j'ai battu le numéro 1 que je suis meilleur que lui, loin de là.Il est très très loin devant moi. Mais si je suis capable de le faire une fois, je sais que je peux le refaire. Ce n'est pas sûr à 100%, bien évidemment."

"Même s'il n'y a que 10% de chances de recommencer, j'irai à fond à chaque fois. Certains disent que j'ai le « melon » quand je dis que je veux gagner. Mais ce n'est pas arrogant de dire « Je veux gagner ». Contre Federer, Nadal ou tout autre joueur. Si je vais sur le court en me disant que je n'ai aucune chance, ce n'est pas la peine d'y aller. Je ne vais pas rentrer sur le terrain en me disant: « Super, je vais pouvoir taper la balle avec Federer! » (rires)

Il faut aussi surmonter la pression, la fatigue, après de tels résultats...

G.S. : "J'ai réussi à me prouver que même en étant fatigué au moment d'entrer sur le court, j'arrive à m'en sortir. Je mets plus de temps à trouver le rythme, à rentrer dans la partie, mais je m'en sors. Face à Andreev (1er tour du tournoi de Madrid, ndlr), je n'en mets pas une. Et pourtant, à la bagarre, je vais au bout. Contre Ginepri (au 3e tour, ndlr), je prends très peu de plaisir, mais ça passe aussi. Je suis parvenu à vaincre la frustration inhérente à ce genre de situation: je suis fatigué, je ne sens rien, mais je tiens..."

"Quand je me fais breaker contre Karlovic (en 1/4 de finale, ndlr), surtout en début de match, « normalement » je dois perdre le set (rires). Cette idée me traverse l'esprit mais j'arrache la première manche au tie-break... Un jour, Thierry Tulasne, mon entraîneur, m'a dit: « Il faut que tu arrives à prendre du plaisir quand tu souffres, quand tu as mal ».

Et vous y parvenez?

G.S. : "Avant de rentrer sur le terrain pour mon match contre Nadal (demi-finale, ndlr), je suis déjà fatigué, ce qui n'est pas vraiment l'idéal pour jouer contre lui. Et pourtant, je me libère,je prends du plaisir, je fais des points gagnants. J'étais« mort » mais je prenais tellement de plaisir... Et si j'ai gagné ce match, c'est parce que j'avais battu Federer à Toronto. C'est toujours la même logique. Parce que même si j'étais crevé, dans l'intention, j'étais présent."

"Pourtant, toutes sortes d'idées négatives viennent en tête dans ces moments-là: en débutant le match, je suis sur les rotules, au bout de trois échanges, j'ai l'impression que mon coeur va sortir de mon corps, je me dis qu'il me sera impossible de tenir. Il faut arriver à chasser le négatif pour ne penser qu'au positif. Personne n'est une machine, même Nadal.Je peux être mal physiquement, mal mentalement, mais j'essaie d'oublier, de rentrer dans un autre état. Maintenant, je me sens prêt à gagner et je sais que si je dois perdre un match d'ici la fin de la saison, ce ne sera pas faute d'y avoir cru."

Eurosport - Propos recueillis à Lyon par Julien GIOVANELLA
# 25/10/2008 à 13:15 cath
merçi pour tout !!!
je connais ces interviews : mais c'est important de les relire ...tout en suivant l'évolution de GILLES .
c'est vrai que le gabarit d'un joueur ne veut rien dire, bien souvent ... on le voit bien , en regardant le petit SIMON et son endurance , sa couverture de terrain ...
jusqu'à aller au dela de sa fatigue , comme il le dit ... comme RAFA tiens

sa persévérance , sa volonté de toujours y aller font plaisir à voir ...une sacrée forçe mentale !!!!comme celui dont il parle !! notre RAFA : VAMOOOSSS ....

il sait aussi etre patient ... il a su prendre le temps : sans etre "mangé" par les médias
bref ... son parcours fait plaisir à voir ...

en ce qui concerne sa participation au masters THOMAS , je le lui souhaite !!!ça ce joue à quelques points avec FERRER et DELPOTRO ...
je ne dis pas ça parce qu'il est français ...mais parce que c'est lui !!!!!
( ça m'ennurait bien pour FERRER , mais bon ....par contre DEL POTRO , c'est pas ma tasse de thé..)
# 28/10/2008 à 17:14 Thomas
Alors Gillous national va t-il resté qualifier pour le masters ?? LOL Peut-etre mais bon il a un serieux client en face de lui del potro et blake et roddick ! Et roddick on en fait quoi ? Il est actuellment classé 6em la race ! Et il est possible qu'il ne soit pas au masters ! C'est hallucinant !
# 28/10/2008 à 20:13 Nico
Et oui, sacrés duels en perspective où il faut rajouter aussi Ferrer, plus l'éventuelle "grosse" surprise qui viendrait de derrière et pourrait se qualifier pour Shangaï en allant presque au bout à Bercy !
# 28/10/2008 à 22:42 cath
hé oui .... RODDICK ....???il faut dire qu'il s'en passe tel'ment!!!! en peu de temps ...tiens :
-MURRAY a encore gagné un tournoi ; FED aussi ... NALBANDIAN se réveille ; SIMON frappe toujours fort ...
et meme IVANOVIC chez les dames vient enfin de renouer avec le succes !!!
je sais plus ou j'en suis....

allez , on met les vingts premiers au masters et on fait la java !!
# 30/10/2008 à 16:38 Thomas
Et ben pauvre gillous viens de perdre par un concurrent direct qui se prenomme andy roddick ! Attention Nalbandian et aussi un de ces concurrents direct, Tsonga ! Affaire a suivre a la fin du tournoi par rapport au résultats de ses concurrents c'est palpitant !
# 03/11/2008 à 18:40 Thomas
Et oui il en a de la chance ce Gillous et nous les nadaliens n'avons pas beaucoup de chance. Même si je pense si c'est mieux comme ça. Rafa n'ira donc pas à la Masters cup en raison de ces nombreuses blessures et fatigue générale .
# 03/11/2008 à 21:03 Nico
C bien pour Simon, très bien même. Rafa va breaker et se soigner au mieux pour la coupe Davis.
# 04/11/2008 à 00:04 Thomas
Gillous était bien cuit physiquement aussi ! Comment va t-il etre ? Il s'est bien defoncé et il pensait que c'etait perdu pour lui ! Faudra qu'il dise merci à Rafa ! Il avait joué Mzdrid, Lyon, Paris sa fait pas mal ! Ce serait marrant qu'il y ait un match Tsonga contre Simon mais bon non vaut mieu pas comme sa il ont plus de chance de se qualifier pour les demies chacun de leur coté !
# 04/11/2008 à 15:01 cath
VIVE GILLES SIMON ....allez savoir il va peut etre nous épater ...
# 04/11/2008 à 15:56 Thomas
Je crois surtout qu'il est vraiment cuit pour l'instant mais comme on dit on verra bien !
# 24/12/2008 à 12:20 cath
VIVE GILLES SIMON !!!!
n'oublions pas combien il s'est distingué aux masters de Shangai en battant FEDERER et STEPANEK ...
pour ensuite se retouver en demi finale et mener la vie dure à DJOKO !!!

avec tout ça GILLES SIMON EST NUMERO SEPT MONDIAL ....

c'est son pote , TSONGA qui est juste devant lui , en étant le numéro 6 ....
# 24/12/2008 à 12:31 cath
...et avec tout ça , comme la très bien relaté NICO ...
GILLES vient de remporter le masters Françe , qui se tenait à Toulouse ;
certes , MICHAEL LLODRA a admirablement joué , a fait jeu égal avant de jeter l'éponge , compte tenu d'une blessure ...
mais GILLOU a été pugnaçe : voila les forçes de ce jeune homme :

- sa force mentale , ne rien lacher ...
- et sa résistance physique : ne rien lacher là aussi ...

je crois qu'il va falloir relater les perfs de GILLES dans cette rubrique ;
et ouvrir un autre chapitre sur TSONGA !!!!!
on s'y retrouvera mieux ...

# 18/01/2011 à 15:37 lunette de soleil (site web)
Hello et merci beaucoup pour votre contribution,, puis-je vous soumettre une question : comment s'y prendre pour enregistrer cet article en pdf pour le consulter depuis mon ordinateur où je n'ai pas d'accès internet ? Un grand merci pour tout.
Lola
# 19/01/2011 à 00:27 Nico
Bonjour Lola et merci pour votre petit mot.
Je vous suggère de repérer ce qui vous plait dans ces lignes et de faire un "copier-coller" sur une page de traitement de texte que vous aurez ouverte sur votre ordinateur. Après, vous pourrez mettre en page comme vous le souhaitez en mettant l'ensemble sous pdf selon les possibilités offertes par votre logiciel.
A bientôt !
# 10/10/2011 à 19:15 mathiassou
Pour les funs de Gilles Simon , venez le retrouver sur la vidéo avec Richard Gasquet : http://www.dailymotion.com/video/xkpso8_unbelievable-tennis-battle-in-paris_sport , une vidéo magnifique filmée sur la Seine , j'ai adoré
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×