AUSTRALIAN OPEN 2010

Auteur  
# 16/01/2010 à 19:56 Nico
Le tableau messieurs à la loupe

Voici ce qu'il faut retenir du tirage au sort du tableau messieurs de l'Open d'Australie 2010, par quart de tableau du haut vers le bas.


. LE TABLEAU DE ROGER FEDERER : Sous la menace Davydenko


Connaissez-vous Igor Andreev ? Ce joueur qui possède la prise de coup droit la plus ouverte du tennis russe est longtemps resté un des rares joueurs ayant battu Rafael Nadal sur terre battue de 2004 à 2008. Face à Roger Federer, il a perdu deux fois, mais il est passé très près de l'exploit lors de l'US Open 2008. C'est lui qui aura le privilège de défier Federer à l'Open d'Australie cette année. Actuellement 36e mondial, le Russe n'est pas le plus fringant des adversaires potentiels du Russe. Marcos Baghdatis, plus qu'un Lleyton Hewitt qui met plus de temps à trouver le rythme physiquement, ou un David Ferrer (suite au forfait de Gilles Simon), les joueur les plus dangereux de son huitième. Tout se complique vers les quarts de finale, où Nikolay Davydenko, qui a gagné leurs deux dernières rencontres, pourrait surgir s'il résiste à Fernando Verdasco, attendu après ses exploits de l'an passé. Les mieux placés dans l'optique d'une demi-finale théorique sont Novak Djokovic , Robin Soderling et Jo-Wilfried Tsonga.


. LE TABLEAU DE NOVAK DJOKOVIC : Tsonga dans le viseur


Le vainqueur de 2008 n’a pas le quart de tableau le plus difficile du tournoi à gérer. Mais les pièges sont tendus. Si le Serbe ne devrait pas connaître de problème pour passer le premier tour face à l’Espagnol Daniel Gimeno-Traver, trois Français pourront lui donner du fil à retordre. En premier lieu, Jérémy Chardy, tête de série N.22 et potentiel adversaire au 3e tour. Puis Richard Gasquet, en plein renouveau depuis son passage à Sydney, si ce dernier parvient jusqu’au 4e tour en passant l’obstacle Robredo. En quart de finale, trois hommes ressortent : Tommy Haas, qui semble remis du virus de la grippe A contracté fin 2009, Robin Söderling, qui a émergé en tournois du Grand Chelem l’an passé, et surtout Jo-Wilfried Tsonga, finaliste 2008 face à Djokovic, qui prétend à une nouvelle place en quart de finale comme l’an passé.


. LE TABLEAU DE JUAN MARTIN DEL POTRO : La cap Roddick à passer

En tant que vainqueur de l’US Open 2009, l’Argentin est désormais un des prétendants au titre. Quart-de-finaliste l’an passé, éliminé par Roger Federer, « Delpo » ne verra ni dans Stanislas Wawrinka ou encore Marin Cilic, qu’il pourraient affronter en huitième de finale, des adversaires indomptables. Il devra surtout se battre avec un poignet douloureux qui pourrait l’empêcher de passer ce cap pour retrouver éventuellement Andy Roddick, le malheureux de la saison passée côté Grand Chelem. L’Américain a commencé 2010 pied au plancher en remportant le tournoi de Brisbane. Une longueur d’avance par rapport à Del Potro qui débutera sa saison à Melbourne.


. LE TABLEAU DE RAFAEL NADAL : Murray et Monfils sous surveillance

Si Horacio Zeballos, cet Argentin étonnant qui enchaînait les victoires sur le circuit Challenger l'an passé, ne crée pas une immense surprise, il est difficile de concevoir une défaite de Rafael Nadal avant les quarts de finale. L'Espagnol a débuté la saison sur des bases remarquables et ni les grands serveurs John Isner et Ivo Karlovic, ni les expérimentés Mardy Fish ou Ivan Ljubicic, ni les inconnus Jason Kubler, Lukas Lacko et Peter Luczak (son premier adversaire), ni même Radek Stepanek sont inquiétants a priori. Nadal pourra observer le parcours d'Andy Murray et Gaël Monfils qui ont rendez-vous en huitièmes. Le vainqueur sera chaud ou cuit à point... L'objectif pour Nadal est de défendre son titre. Il faudra peut-être passer par une victoire sur Andy Roddick ou Marin Cilic, car dans le quart au-dessus, Juan Martin Del Potro est un peu diminué par un poignet douloureux.
J.C. et S.P.


# 16/01/2010 à 20:00 Nico
Federer serein, Nadal tranquille

Avant chaque tournoi du Grand Chelem, les favoris se livrent au traditionnel exercice de la conférence de presse. Tranquillement, Roger Federer, Rafael Nadal et Andy Murray se sont donc prêtés à leurs devoirs.


Après sa défaite contre Nikolay Davydenko à Doha, Roger Federer a préféré faire l'impasse sur l'exhibition de Kooyong pour enchaîner les séances d'entraînement sur les courts de Melbourne Park. Détendu et tranquille, le numéro 1 mondial a donc expliqué qu'il se « sentait très bien » et que le « démarrage d'une nouvelle saison était toujours rafraîchissant et excitant car tout repart de zéro, sauf le classement ce qui est une bonne chose, merci mon dieu (sourires). » La petite famille a bien digéré les longues heures d'avion et le papa ne voit pas de zone d'ombre sur son rituel australien. Sa recette ? « Quand tu arrives en Australie, la première chose est de rester relax, de digérer le décalage horaire et de s'entraîner. C'est toujours très agréable de revenir sur la Rod Laver Arena, par exemple. Depuis hier (vendredi), on sent que l'échéance approche. Je sais qui j'affronte, quand je joue. Je suis toujours très excité par les grands événements. »
Nadal : Des vacances de 24 heures


Vous connaissez 24 heures chrono ? C'est le temps des vacances de Rafael Nadal à l'intersaison. Le Majorquin s'est largement accordé le 8 décembre après la finale de la Coupe Davis remportée le 7 ! Blessé une grande partie de la saison 2009, il n'a pas voulu perdre de temps et ressentait le besoin de s'entraîner : « Je me suis entraîné très dur physiquement et sur le court. C'était du très bon travail. » Satisfait par son niveau de jeu en ce début de saison, le tenant du titre récuse comme toujours le statut de favori : « Je ne suis pas le favori. Sur dur, il y a beaucoup de très bons joueurs. Je suis n°2 mondial, je ne suis donc pas le favori, mais un des favoris. Mais ce n'est pas important. Ce qui compte, c'est qui est le meilleur sur le court et nous verrons bien dans deux semaines. »
Murray s'acclimate mieux


A chaque Grand Chelem, Andy Murray y a droit. Va-t-il succéder à Fred Perry ? Les Britanniques attendent depuis 74 ans un vainqueur de Grand Chelem et cela vaut bien une nouvelle question. « Quand je suis sur le court, c'est bien la dernière chose à laquelle je pense. Je ne me dis pas depuis combien de temps un Britannique n'a pas gagné un Grand Chelem. Je pense juste à gagner mon match et comment je vais remporter le point suivant», répond avec flegme l'Ecossais qui s'est préparé à Miami à l'intersaison. Le 4e mondial a choisi de disputer la Hopman Cup avant de se rendre à Melbourne pour s'acclimater à la chaleur : « Pour la première fois, j'ai passé deux semaines ici avant le tournoi et je gère beaucoup mieux les conditions que par le passé. Mon jeu est en place.»
Recueilli par S.D.
# 16/01/2010 à 20:08 Nico
PROGRAMME DE LUNDI

Treize Français sont sur le pont lundi pour ce premier tour de l'Open d'Australie. Gael Monfils affronte le modeste autralien Webb, Sébastien Grosjean a lui aussi à priori un tour facile face au Turc Ilhan. Fabrice Santoro aura en revanche fort à faire avec le Croate Mario Cilic, tout comme Arnaud Clément, opposé à James Blake. A suivre également le duel franco-français entre Julien Benneteau et David Guez.

Chez les femmes, Aravane Rezai n'aura elle pas la partie facile face à l'Indienne Sania Mirza. Virginie Razzano affronte la Russe Ekaterina Makarova tandis que Marion Bartoli sera opposée à la Paraguayenne, Rossana De Los Rios.


Rod Laver Arena, à partir de 01h00, heure française

Maria Sharapova (RUS) [14] - Maria Kirilenko (RUS)
Kim Clijsters (BEL) [15] - Valerie Tetreault (CAN)
Andy Murray (ANG) [5] - Kevin Anderson (AFS)

A partir de 09h00 (HF)

Peter Luczak (AUS) - Rafael Nadal(ESP) [2]

Jelena Dokic (AUS) - Alisa Kleybanova (RUS) [27]


Hisense Arena, à partir de 01h00 (HF)

Magdalena Rybarikova (SVK) - Dinara Safina (RUS) [2]
Andy Roddick (USA) [7]- Thiemo de Bakker (PBS)
Michael Russell (USA) - Juan Martin Del Potro (ARG) [4]
Kirsten Flipkens (BEL) - Justine Henin(BEL)


Margaret Court Arena, à partir de 01h00 (HF)

Yanina Wickmayer (BEL) - Alexandra Dulgheru (ROU)
Guillaume Rufin (FRA) - Bernard Tomic (AUS)
Elena Dementieva (RUS) [5] - Vera Dushevina (RUS)
Jelena Jankovic (SRB) [8] - Monica Niculescu (ROU)

Pas avant 4h30

Matthew Ebden (AUS) - Gael Monfils (FRA) [12]


Court 2, à partir de 01h00 (HF)

Olivier Rochus (BEL) - Fernando Gonzalez (CHI) [11]
Anastasia Rodionova (AUS) - Svetlana Kuznetsova (RUS)[3]
Jarkko Nieminen (FIN) - Nick Lindahl (AUS)
Rossana De Los Rios (PAR) - Marion Bartoli (FRA)[11]


Court 3, à partir de 01h00 (HF)

Jason Kubler (AUS) - Ivan Ljubicic (CRO) [24]
Anna Chakvetadze (RUS) - Flavia Pennetta (ITA) [12]
Marin Cilic (CRO) [14] - Fabrice Santoro (FRA)
Sorana Cirstea (ROU) - Olivia Rogowska (AUS)


Court 5, à partir de 01h00 (HF)

Blaz Kavcic (SLO) - Wayne Odesnik (USA)
Julien Benneteau (FRA) - David Guez (FRA)
Olga Govortsova (BLR) - Angelique Kerber(ALL)


Court 6, à partir de 01h00 (HF)

Radek Stepanek (RTC) [13] - Ivo Karlovic (CRO)
Sesil Karatantcheva (KAZ) - Tamarine Tanasugarn (THA)
Aravane Rezai (FRA) [26] - Sania Mirza (IND)

Pas avant 04h00 (HF)

James Blake (USA) - Arnaud Clement (FRA)


Court 7, à partir de 01h00 (HF)

Pauline Parmentier (FRA) - Elena Baltacha (ANG)
Sebastien Grosjean (FRA) - Marsel Ilhan (TUR)
Edina Gallovits (ROU) - Nadia Petrova (RUS) [19]

Pas avant 04h00 (HF)

John Isner(USA) [33] - Andreas Seppi (ITA)


Court 8, à partir de 01h00 (HF)

Jie Zheng (CHN) - Shuai Peng (CHN)
Mardy Fish (USA) - Andrey Golubev (KAZ)
Rainer Schuettler (ALL) - Sam Querrey (USA) [25]
Virginie Razzano (FRA) [18] - Ekaterina Makarova (RUS)


Court 10, à partir de 01h00 (HF)

Yvonne Meusburger (AUT) - Timea Bacsinszky (SUI)
Igor Kunitsyn (RUS) - Jose Acasuso (ARG)
Patricia Mayr (AUT) - Katie O'brien (ANG)
Lukas Lacko (SVK) - Leonardo Mayer (ARG)


Court 11, à partir de 01h00 (HF)

Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Regina Kulikova (RUS)
Anna-Lena Groenefeld (ALL) - Roberta Vinci (ITA)
Daniel Brands (ALL) - Evgeny Korolev (KAZ)
Louk Sorensen (IRL) - Yen-Hsun Lu (TPE)


Court 13, à partir de 01h00 (HF)

Philipp Petzschner (ALL) - Florian Mayer (ALL)
Vania King (USA) - Dominika Cibulkova (SVK) [23]
Feliciano Lopez (ESP) - Pablo Cuevas(URU)
Klara Zakopalova (RTC) - Sara Errani(ITA)


Court 14 à partir de 01h00 (HF)

Teimuraz Gabashvili (RUS) - Thomaz Bellucci (BRA)
Yuliana Fedak(UKR) - Polona Hercog (SLO)
Daniel Koellerer(AUT) - Antonio Veic (CRO)


Court 18, à partir de 01h00 (HF)

Kateryna Bondarenko (UKR) [30]-Ioana Raluca Olaru (ROU)
Philipp Kohlschreiber (ALL) [27] - Horacio Zeballos (ARG)
Kathrin Woerle(ALL) - Alona Bondarenko (UKR) [31]
Tomas Berdych (RTC)[21] - Robin Haase (PBS)


Court 19, à partir de 01h00 (HF)

Viktor Troicki (SRB) [29]- Nicolas Lapentti (ECU)
Guillermo Garcia-Lopez (ESP)- Stanislas Wawrinka (SUI) [19]
Yung-Jan Chan (TPE) - Kaia Kanepi (EST)
Coco Vandeweghe (USA) - Sandra Zahlavova (RTC)


Court 21, à partir de 01h00 (HF)

Anastasia Pavlyuchenkova (RUS) - Anastasija Sevastova (LAT)
Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) [24] - Evgeniya Rodina (RUS)
Marc Gicquel (FRA) - Simone Bolelli (ITA)
Florent Serra (FRA) - Jurgen Melzer (AUT) [28]
# 18/01/2010 à 00:40 Nico
Nadal: "Sur la bonne voie"

Rafael Nadal aborde à Melbourne la défense du dernier titre du Grand Chelem dont il est propriétaire. Après une seconde moitié de saison 2009 compliquée, le Majorquin ne fait plus aussi peur. Mais s'il concède ne pas être le favori numéro un, il estime être tout près de son meilleur niveau.


Vous êtes tenant du titre ici, mais vous considérez-vous comme le favori du tournoi?

R.N. : Est-ce que c'est comme tous les ans à Roland-Garros, où tout le monde parle de moi et me désigne comme l'homme à battre? Non, certainement pas. Sur dur, le niveau est très homogène. En tant que numéro deux mondial, je suis un des favoris, mais certainement pas le principal favori. Mais ça n'a aucune importance. Je sais que vous avez besoin de dire que un tel est le grand favori, qu'il vous faut parler de ça, mais au final, la seule chose qui importe, c'est de savoir qui est le meilleur sur le court.


Est-ce spécial pour vous de revenir à Melbourne, après ce que vous avez vécu l'an dernier?

R.N. : Oui, bien sûr. Mais je me sens toujours bien ici de toute façon. L'organisation, les gens, tout le monde est toujours très sympa. Je viens de passer une super semaine avant le début du tournoi.


Comment jugez-vous votre condition avant d'aborder cet Open d'Australie?

R.N. : Bien. Je suis prêt. J'ai vraiment produit du bon tennis depuis le début de l'année, à Abu Dhabi et Doha. C'est comme ça que je veux jouer. Si je joue à Melbourne comme j'ai joué lors de la préparation, je n'ai pas de souci à me faire. On verra. Mais je crois que je joue bien, beaucoup mieux que lors des derniers mois. Je suis sur la bonne voie.


Vos genoux vous laissent-ils tranquille désormais?

R.N. : Mes genoux vont bien merci. Vous pouvez venir me voir à l'entrainement si vous voulez ! Vous verrez que tout va bien, je m'entraine aussi dur qu'avant.


Après vos trois défaites au Masters, vous aviez évoqué le besoin de recharger vos batteries. Pourtant, vous avez repris très vite l'entrainement après la Coupe Davis. Pourquoi?

R.N. : Justement parce que j'ai fini tard. Je n'avais pas le choix. Nous avons un calendrier qui nous oblige à jouer de janvier à décembre. En 2008, j'étais blessé en fin de saison, alors j'ai eu le temps de couper et de me préparer. Là, j'ai fini le 7 décembre, et le 9 je reprenais l'entraînement, parce que je n'avais que deux semaines et demie pour bosser physiquement. C'est ce que j'ai fait et je crois qu'on a fait du très bon travail.


Votre confiance a-t-elle été entamée ces derniers mois?

R.N. : Vous savez, pour avoir de la confiance, il faut gagner des matches. J'ai gagné suffisamment de matches en début de saison pour arriver en Australie avec de la confiance. En fin de saison dernière, je ne crois pas avoir si mal joué, mais c'est vrai que, face aux meilleurs, je n'ai pas connu beaucoup de réussite. Mais il suffit de très peu de choses pour que la roue tourne à nouveau.


Avec Roger Federer , vous avez remporté 14 des 16 tournois du Grand Chelem joués ces quatre dernières années. Pensez-vous que cette hégémonie puisse se prolonger durablement?

R.N. : Je ne sais pas. Ce sera compliqué quand même. Aujourd'hui, il y a beaucoup de monde capable de gagner un Grand Chelem. Pas tout le monde, mais une bonne douzaine de joueurs peuvent arriver ici en se disant "j'ai une vraie chance de gagner". Ca fait beaucoup.


La concurrence vous parait plus rude qu'il y deux ou trois ans?

R.N. : Il y a toujours eu beaucoup de bons joueurs. Mais peut-être que la nouvelle génération arrive aujourd'hui à maturité. Mais c'est toujours comme ça. Vous avez toujours des jeunes qui arrivent et qui finissent pas vouloir prendre la place.


Pour finir, un mot sur votre tableau. Comment le jugez-vous? Vous pourriez croiser Andy Murray en quarts de finale...

R.N. : Tout ce que je sais, c'est que je rencontre Luczak au premier tour. Je ne parle jamais des quarts de finale d'un tournoi avant de l'avoir commencé. Il y a quatre matches avant ça et tout peut arriver. Il faut rester humble.
L.V
# 18/01/2010 à 00:42 Nico
Carnet de balles

La solidarité existe en tennis. A l'initiative de Roger Federer, les stars du jeu ont proposé une exhibition pour venir en aide aux victimes du séisme en Haïti.


Une exhibition pour Haïti

Quand les portes du stade s'ouvrent, les fans se ruent vers la Rod Laver Arena. Roger Federer et consorts les ont invités à une exhibition de solidarité « Hit for Haïti ». En voyant samedi matin les images du séisme en Haïti à la télévision, le Suisse s'est dit qu'il « fallait faire quelque chose » et que la famille du tennis devait se montrer solidaire : « Le plus important est d'avoir pu aider Haïti. On a pris beaucoup de plaisir, se réjouit Roger Federer, initiateur du projet qui a récolté provisoirement 200.000 dollars australiens. C'était super de voir un pays ou une ville se réunir en 24 heures pour aider les victimes. C'est un petit quelque chose qui peut faire la différence pour beaucoup de gens. » En moins de vingt-quatre heures, l'événement se monte et le central affiche complet pour un spectacle rafraîchissant où Serena Williams, Kim Clijsters, Samantha Stosur, Rafael Nadal, Novak Djokovic, Andy Roddick, Lleyton Hewitt et le numéro un mondial s'en donnent à coeur joie. Munis de micro-casque, les champions s'affrontent en double et commentent leurs prouesses dans une bonne humeur communicative. « C'est rigolo, mais c'est impossible de jouer avec un micro, explique en plaisantant le champion suisse. Mais c'est super sympa de voir les joueurs relax. Cela fait aussi du bien au tennis. » Et cela fait du bien de voir des champions qui percent un peu la bulle et s'ouvrent au monde.


Serena se méfie des cadettes...


Si son piercing au nombril s'affiche en photo dans un journal australien, Serena Williams ne perd pas de vue son premier tour face à Urszula Radwanska, petite soeur d'Agnieszka (n°10) : « C'est une petite soeur et les petites soeurs veulent toujours faire mieux que leur aînée. Et je sais de quoi je parle. Ce n'est vraiment pas un premier tour facile.» Dimanche matin, la tenante du titre s'entraînait d'arrache-pied sur le court n°5 où les photographes immortalisaient les coupes des vainqueurs, déposées aux abords du terrain. Est-ce un signe ?


Davydenko peut-il tenir la distance ?

Interrogé sur les possibilités de victoire de Nikolay Davydenko, Lleyton Hewitt donne un avis très avisé : « Il frappe la balle extrêmement bien, c'est indéniable. Le seul doute qu'on peut avoir se situe dans sa capacité à le faire match après match et pendant sept matches en cinq sets. C'est une autre question. »


Une collection de numéros 1

Huit joueuses ont porté le dossard de numéro 1 mondiale dans le tableau de l'Open d'Australie ! Avec les retours de Justine Henin et de Kim Clijsters, le circuit féminin a repris des couleurs et l'incertitude a rarement été aussi forte sur la future lauréate. Même Maria Sharapova qui doit affronter une autre Maria, Kirilenko, s'enthousiasme : « Ce sera une des saisons les plus excitantes sur le circuit féminin avec tous les retours. Il existe plein de possibilités et j'espère que nous pourrons créer de grandes rivalités et faire de bons matches. »
S.D.
# 19/01/2010 à 00:52 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Rod Laver Arena

Maria Kirilenko (RUS) bat Maria Sharapova (RUS) [14] : 7-6(4), 3-6, 6-4
Kim Clijsters (BEL) [15] bat Valerie Tetreault (CAN) : 6-0, 6-4
Andy Murray (ANG) [5] bat Kevin Anderson (AFS) : 6-1, 6-1, 6-2
Rafael Nadal(ESP) [2] bat Peter Luczak (AUS) : 7-6(0), 6-1, 6-4
Alisa Kleybanova (RUS) [27] bat Jelena Dokic (AUS) : 6-1, 7-5

Hisense Arena

Dinara Safina (RUS) [2] bat Magdalena Rybarikova (SVQ) : 6-4, 6-4
Andy Roddick (USA) [7] bat Thiemo de Bakker (HOL) : 6-1, 6-4, 6-4
Juan Martin Del Potro (ARG) [4] bat Michael Russell (USA) : 6-4, 6-4, 3-6, 6-2
Justine Henin (BEL) bat Kirsten Flipkens (BEL) : 6-4, 6-3
Elena Dementieva (RUS) [5] bat Vera Dushevina (RUS) : 6-2, 6-1

Margaret Court Arena

Yanina Wickmayer (BEL) bat Alexandra Dulgheru (ROU) : 1-6, 7-5, 10-8
Bernard Tomic (AUS) bat Guillaume Rufin (FRA) : 6-3, 6-4, 6-4
Matthew Ebden (AUS) - Gael Monfils (FRA) [12] : 2-2 (reporté)

Court 2

Fernando Gonzalez (CHL) [11] bat Olivier Rochus (BEL) : 6-3, 6-4, 3-6, 6-1
Svetlana Kuznetsova (RUS)[3] bat Anastasia Rodionova (AUS) : 6-1, 6-2
Jarkko Nieminen (FIN) - Nick Lindahl (AUS) : 6-2, 7-5, 6-4 (reporté)

Court 3

Ivan Ljubicic (CRO) [24] bat Jason Kubler (AUS) : 6-1, 6-2, 6-2
Flavia Pennetta (ITA) [12] Anna Chakvetadze (RUS) : 6-3, 3-6, 6-2
Marin Cilic (CRO) [14] - Fabrice Santoro (FRA) : 7-5, 4-2 (reporté)

Court 5

Wayne Odesnik (USA) bat Blaz Kavcic (SLO) : 4-6, 6-1, 6-4, 6-2
Julien Benneteau (FRA) - David Guez (FRA) : 0-4 (reporté)

Court 6

Ivo Karlovic (CRO) bat Radek Stepanek (RTC) : 2-6, 7-6(5), 6-4, 3-6, 6-4
Sesil Karatantcheva (KAZ) - Tamarine Tanasugarn (THA) : 1-6, 6-5 (reporté)

Court 7

Elena Baltacha (ANG) bat Pauline Parmentier (FRA) : 6-4, 3-6, 7-5
Sebastien Grosjean (FRA) - Marsel Ilhan (TUR) : 4-6, 2-4

Court 8

Jie Zheng (CHN) bat Shuai Peng (CHN) : 0-6, 6-1, 6-2
Andrey Golubev (KAZ) bat Mardy Gisf (USA) : 6-2, 1-6, 6-3, 6-3

Court 10

Yvonne Meusburger (AUT) bat Timea Bacsinszky (SUI) : 6-4, 4-6, 6-2
Igor Kunitsyn (RUS) - Jose Acasuso (ARG) : 6-1, 2-6, 3-2 (reporté)

Court 11

Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Regina Kulikova (RUS) : 7-6, 6-7, 4-3 (reporté)

Court 13

Florian Mayer (ALL) bat Philipp Petzschner (ALL) : 0-6, 2-6, 6-4, 6-2, 6-2
Vania King (USA) - Dominika Cibulkova (SVK) [23] : 6-3, 1-2 (reporté)

Court 14

Teimuraz Gabashvili (RUS) - Thomaz Bellucci (BRE) : 3-6, 5-7, 6-4, 2-3

Court 18

Kateryna Bondarenko (UKR) [30] bat Ioana Raluca Olaru (ROU) : 6-2, 7-6(6)
Philipp Kohlschreiber (ALL) [27] - Horacio Zeballos (ARG) : 6-1, 4-3 (reporté)

Court 19

Viktor Troicki (SRB) [29]- Nicolas Lapentti (ECU) : 4-6, 6-1, 6-3, 5-3 (reporté)

Court 21

Anastasia Pavlyuchenkova (RUS) bat Anastasija Sevastova (LET) : 6-2, 6-4
Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) [24] bat Evgeniya Rodina (RUS) : 6-0, 6-0


Les favoris assurent

Si le tournoi féminin a connu une grosse surprise d'entrée, avec la défaite de Maria Sharapova, il n'en va pas de même chez les hommes, avec les victoires de Nadal (n°2), Del Potro (n°4), Murray (n°5) et Roddick (n°7). Stepanek (n°13) est victime de Karlovic.


Rafael Nadal est bien élevé. Programmé en session de nuit face à un joueur local, Peter Luczak, le tenant du titre a fait croire au public que l'exploit était possible. Comme souvent, l'Espagnol a souffert en début de match, au point d'être mené 5-3, service à suivre, par un Luczak offensif et en pleine réussite. Mais le n°2 mondial, qui a eu la chance de bénéficier du toit lors de cette journée perturbée par la pluie et le vent, a serré le jeu en appuyant ses coups et en évitant de commettre des fautes directes. Il a égalisé, totalement dominé le tie-break (7-0) et ensuite déroulé face à un adversaire dépassé. «Au premier set, je jouais court, je commettais des erreurs et Peter jouait bien, a expliqué Nadal. Mais il m'a aidé en faisant trois fautes dans le tie-break. Et je servais bien. Puis j'ai joué plus long, de façon plus agressive. Au début, j'étais un peu plus nerveux qu'en temps normal.»

Andy Roddick (n°7) a confirmé le titre obtenu à Brisbane il y a dix jours, face au Néerlandais Thiemo De Bakker, 81e mondial, qui n'était plus apparu en Grand Chelem depuis Wimbledon 2007 et a été loin de pouvoir rééditer son exploit de Coupe Davis, contre Gaël Monfils (6-1, 6-4, 6-4). «Je pense avoir joué correctement. Les premiers tours sont toujours un peu compliqués, surtout en Grand Chelem», a commenté Roddick, qui a pris l'habitude d'atteindre les demi-finales à Melbourne... les années impaires. Privé de fin de saison en raison d'une blessure au genou contractée mi-octobre à Shanghai, Roddick s'est montré rassurant sur sa forme physique, avouant juste avoir «ressenti un petit pincement» au genou. Sa victoire à Brisbane, il y a une dizaine de jours, pour son tournoi de rentrée, l'a pleinement rassuré.

Del Potro accroché

Andy Murray (n°5), présenté comme le favori par John McEnroe, mais qui attend toujours d'être sacré en Grand Chelem, n'a fait qu'une bouchée de Kevin Anderson, 147e mondial (6-1, 6-2, 6-2). Le Sud-Africain n'avait perdu aucun jeu de service lors de ses trois matches de qualifications, mais la marche était trop haute face à l'Ecossais, qui a su accélérer quand il le fallait, finissant ainsi au sprint après avoir lâché un break d'avance au troisième set. «Je ne m'attendais pas à ce que soit aussi facile, c'est un bon joueur, qui avait battu Djokovic à Miami, a commenté Murray, satisfait d'avoir bénéficié du toit, qui l'a avantagé en ralentissant les conditions de jeu. Au moins, quand vous entrez sur le court, vous savez que vous pourrez finir. Et nous avons évité le vent.» L'Ecossais a bien entamé sa saison, après avoir disputé la Hopman Court début janvier, déjà sur un court couvert.

Deux sets durant (6-4, 6-4), Juan Martin Del Potro (n°4) a semblé suivre le même chemin face à Michael Russell, 90e mondial. Mais l'Argentin, l'un des grands favoris du tournoi depuis sa victoire à l'US Open, a ensuite dû s'accrocher pour conclure le match face à l'Américain (3-6, 6-2). Agacé, Del Potro s'en est meme pris à l'arbitre de chaise, qui lui a reproché de trop tarder pour demander un challenge. L'Argentin a reconnu «ne pas être à 100%» en raison d'un poignet douloureux, qui l'a «fait souffrir un peu après deux heures de jeu. Mais je me sens mieux qu'hier.» Même avertissement sans conséquences pour Fernando Gonzalez (n°11), finaliste du tournoi en 2007, face au Belge Olivier Rochus (6-3, 6-4, 3-6, 6-1). Mais le Chilien a évité la sortie de route connue par Radek Stepanek (n°13) face à Ivo Karlovic, dont le service (34 aces) a prévalu sur les variations du Tchèque, vaincu sur une faute à la volée alors qu'il servait pour égaliser à 5-5 (2-6, 7-6(5), 6-4, 3-6, 6-4). A. Q.


Le poids de Nadal, le choc de Kirilenko


Rafael Nadal n'a pas changé, il met toujours autant de poids dans ses balles. Mais aujourd'hui il fallait la jouer comme Maria Kirilenko pour être la vedette. Cette Russe, jeune, talentueuse et très jolie, a sorti le grand jeu face à sa copine Sharapova. Découvrez la carte postale du jour.

OPEN D'AUSTRALIE - LA CARTE POSTALE DE LA PREMIERE JOURNEE

LES CHIFFRES DU JOUR :


8. Trois matches, trois victoires sans perdre le moindre set... Le Sud-Africain Kevin Anderson sortait des qualifications gonflé à bloc mais il est tombé sur un os totalement indigeste en héritant d'Andy Murray au premier tour. Alors qu'il n'avait jusqu'alors pas cédé une seule fois son service, le géant de Johannesbourg (2m03) a subi de plein fouet les qualités de relance de l'Ecossais, perdant son engagement à 8 reprises pour un défaite cuisante (6-1 6-1 6-2). "Je ne pensais pas que ce serait si facile. En fait je juste pris un bon départ dans le match, ce qui a aidé. Je l'ai breaké tout de suite. Cela fait toujours une grosse différence", a logiquement reconnu le Britannique.

77 - 80 . Respectivement absente pendant près de dix mois en raison d'une blessure à l'épaule et sous le menace d'une suspension d'un an, la Russe Maria Sharapova et la Belge Yanina Wickmayer étaient très attendues cette saison à Melbourne. Vraisemblablement trop mises sous pression, les deux joueuses sont totalement passées à côté de leur premier tour commettant la bagatelle de 77 et 80 fautes directes. Un nombre surréaliste qui n'a pourtant pas eu les mêmes conséquences. Après 3h22 de jeu, l'ancienne numéro un mondiale s'est ainsi pour la première fois depuis 2003 inclinée d'entrée en tournoi du Grand Chelem face à sa compatriote Maria Kirilenko (7-6, 3-6, 6-4) alors que la Flamande a réussi à se sortir du piège dressé par la Roumaine Dulgheru en trois manches ultra-serrées (1-6 7-5 10-8). Un succès avec 80 fautes directes au compteur... Une sorte de miracle.

26. Comme le nombre de matches arrivés à leur terme ce lundi (11 chez les messieurs et 15 chez les dames).

LES DECLARATIONS DU JOUR :


Rafael Nadal : "Je n'ai pas changé". Rafael Nadal pèse ses mots. Pendant l'interview donnée sur le court à Jim Courier, nouveau consultant de luxe, l'Espagnol est revenu sur son match, sans trop s'épancher, puis il a évoqué avec professionnalisme son parcours exceptionnel de l'an passé et son incroyable enchainement demi-finale et finale en dix sets : "J'étais détruit, jamais je ne m'étais senti aussi épuisé entre les deux matches", a-t-il dit. Mais c'est plus tard en conférence de presse qu'il a tenu à rappeler qu'il pesait le même poids. Perdre sa place de N.1 mondial, ça ne fait pas maigrir ! "Si on peut apporter une balance demain, je vous prouverai que je pèse le même poids que l'année dernière ! Tout le monde me pose cette question ! je pèse le même poids qu'il y a cinq ans ! Je n'ai pas changé !"

Maria Kirilenko : "Faire du bruit" . Maria Kirilenko est liée de longue date à un Russe, Igor Andreev, 37e joueur mondial qui affronte Roger Federer mardi au premier tour. "Federer pour lui, Sharapova pour moi au tirage au sort. Quand on a vu ça, Igor m'a dit qu'on avait l'occasion de commencer l'année en faisant grand bruit. Moi c'est fait, maintenant c'est son tour."

LE PORTRAIT DU JOUR : Maria Kirilenko

"Le salon des joueurs est plein à craquer devant la retransmission de Maria Sharapova -Maria Kirilenko . Je me demande bien pourquoi", s'amusait Andy Murray sur Twitter ce lundi. Le temps était à l'orage mais les échanges électriques entre les deux Maria n'ont pas laissé indifférents. A 22 ans, le même âge que Sharapova, Maria la Moscovite n'est que 58e mondiale, mais elle possède elle aussi une certaine notoriété. Avec un physique avantageux, et un tennis en net progrès, elle a pu s'étalonner avec la reine en la matière ce mardi à Melbourne.

Kirilenko a gagné cinq tournois, les trois derniers en 2008 pour atteindre le 18e rang mondial cette année-là. Pour l'instant, elle n'a pas percé plus loin, à cause surtout de résultats médiocres en Grand Chelem mais aussi d'une blessure au genou qui l'a tracassée jusqu'au dernier Wimbledon. "Aujourd'hui j'ai passé plus de trois heures sur le court et je n'ai rien senti", a-t-elle apprécié après son succès 7-6, 3-6, 6-4.

Kirilenko comme Arshavin


Interrogée sur son amitié avec Sharapova, la Moscovite a déclaré être "copine avec tout le monde dans le vestiaire". Souriante et bavarde, elle sait également être drôle en comparant la couleur de la nouvelle tenue de Sharapova à celle d'une boisson énergisante. Détail qui ajoute à son charme: elle s'encourage en... espagnol: "C'est parce que je m'entraîne à Valence et là-bas tous les entraîneurs n'arrêtent pas de dire 'vamos', alors je fais pareil." Comme Svetlana Kuznetsova par exemple. Le Russe n'est visiblement pas à la mode.

Après un exploit tel que le sien, d'autres se seraient effondrées d'extase sur le court. Elle a juste porté son doigt à la bouche. "Tout le monde me demande ce que mon geste signifie. Kuznetsova (autre joueuse russe) m'a même demandée si j'avais vu du foot avant puisqu'il paraît qu'Arshavin (footballeur russe d'Arsenal) célèbre ses buts ainsi. Mais non. En fait je voulais seulement calmer le jeu. Il s'agit évidemment d'une belle victoire mais ce n'était qu'un premier tour. On ne peut pas considérer ça comme un énorme événement."
J.C. et T.B. avec AFP
# 19/01/2010 à 00:56 Nico
Federer : "J'ai toujours aussi faim"

A la veille de l'ouverture de l'Open d'Australie, le n°1 mondial Roger Federer a décrit sa nouvelle vie de papa, depuis quelques mois. Le tennis en famille et la victoire toujours comme but personnel. Malgré ses 15 victoires en Grand Chelem, le Suisse a toujours envie, et besoin, de gagner.

Comment allez-vous à l'approche du premier grand rendez-vous de l'année ?

R.F. : Je me sens très bien. Le début d'une nouvelle saison est toujours rafraîchissant, excitant. Tous les compteurs sont remis à zéro. Hormis le classement, dieu merci (rires). J'ai énormément bossé à l'intersaison. Je suis là où j'aimerais être.

Depuis votre défaite en finale ici l'année dernière, il s'est passé beaucoup de choses...

R.F. : Gagner coup sur coup Roland-Garros et Wimbledon a été un accomplissement fantastique. Ensuite, sur un plan plus personnel, arriver à gérer tout ce qui s'est passé dans ma vie a un côté fascinant. C'est passionnant aujourd'hui de sillonner la planète en famille. C'est nouveau pour moi et ça se passe à merveille. Les derniers tournois n'ont pas été autant couronnés de succès que j'aurais aimé. Mais j'ai réussi à terminer la saison en tant que N.1 mondial.

Vous allez disputer votre 43e tournoi du Grand Chelem, vous en avez gagné quinze. Sentez-vous encore une petite boule au ventre avant d'aborder un tournoi tel que l'Open d'Australie ?

R.F. : La première chose à laquelle on pense quand on arrive c'est de se détendre, de digérer le décalage horaire et de s'entraîner un peu. Le dernier week-end on sent que ça s'approche. On connaît son adversaire, la date de son premier tour, ça permet de se mettre dedans mentalement. C'est alors que l'excitation commence à monter. Qu'on veut savoir si on peut le faire encore et si tout le travail effectué va payer.

Le fait d'être devenu père a-t-il influé sur votre préparation de la saison ?

R.F. : Ça s'est passé comme je l'espérais. Je me suis entraîné comme prévu et passé du bon temps avec ma famille. J'étais surpris que le vol vers l'Australie se déroule aussi bien. Je m'attendais à bien pire. Savoir que les jumelles et Mirka (Vavrinek, son épouse) vont bien rend les choses plus faciles pour moi aussi.

En tant que grand fan de tennis vous avez l'habitude de veiller parfois tard pour regarder des matches. Est-ce que ça change avec des petits enfants ?

R.F. : A l'US Open ça a bien fonctionné mais elles étaient vraiment petites à l'époque. Lorsqu'elles seront levées, je m'occuperai d'elles, lorsqu'elles dormiront, j'en profiterai sûrement pour rattraper un peu de sommeil. On verra comment ça se passe. Ce qui est sûr c'est que j'adore toujours autant regarder le tennis, surtout les sessions de nuit depuis mon lit. Mais pas jusqu'à 4h30 du matin comme ça arrive parfois avec Lleyton Hewitt (rires).

Que répondez-vous à ceux qui disent que, en tant que père de famille, votre motivation pour le tennis ne sera plus jamais la même ?

R.F. : Il y aura toujours des personnes qui spéculent, qui sortent des exemples de joueurs avec enfant qui n'ont plus gagné. A mon avis c'est impossible de comparer les différents cas puisque la plupart des joueurs ont des enfants tard. C'est difficile de construire une famille avec la vie qu'on mène. Mais je peux vous assurer que j'ai toujours aussi faim. Je travaille aussi dur que jamais. Je n'ai pas fait que du baby-sitting ces derniers mois.
Eurosport - AFP
# 19/01/2010 à 23:51 Nico
RESULTATS DE MARDI

* Istomin - Chardy
* 6-2,6-2,6-0

* Youzhny - Gasquet
* 6-7(9/11),4-6,7-6(7/2),7-6(7/4),6-4

* Hájek - Ginepri
* 7-6(7/2),7-5,6-1

* Kubot - Zverev
* 6-3,6-3,6-3

* Giraldo - Robredo
* 6-4,6-2,6-2

* Tsonga - Stakhovsky
* 6-3,6-4,6-4

* Dent - Fognini
* 6-1,6-3,6-3

* Tipsarevic - Harrison
* 6-2,6-4,7-6(7/3)

* Haas - Greul
* 6-7(5/7),6-4,6-2,6-1

* Almagro - Malisse
* 7-6(14/12),6-4,2-6,4-6,8-6

* Becker - Žemlja
* 7-6(7/5),7-5,7-5

* Falla - Daniel
* 7-5,6-3,6-1

* Granollers - Söderling
* 5-7,2-6,6-4,6-4,6-2

* Belluci - Gabashvili
* 6-3,7-5,4-6,6-4

* López - Cuevas
* 6-1,6-4,7-5

* Schüttler - Querrey
* 6-3,2-6,6-4,6-3

* Berdych - Haase
* 6-0,6-3,6-3

* Korolev - Brands
* 6-2,7-5,7-5

* Ilhan - Grosjean
* 6-4,6-3,7-5

* Cilic - Santoro
* 7-5,7-5,6-3

* Kunitsyn - Acasuso
* 6-1,2-6,6-4,6-2

* Wawrinka - García-López
* 6-3,6-3,6-2

* Troicki - Lapentti
* 4-6,6-3,6-1,6-3

* Blake - Clément
* 7-5,7-5,6-2

* Gicquel - Bolelli
* 7-6(7/2),7-6(7/3),6-3

* Nieminen - Lindahl
* 6-2,7-5,6-4

* Serra - Melzer
* 6-1,6-7(3/7),6-4,4-6,6-3

* Isner - Seppi
* 6-3,6-3,3-6,5-7,6-4

* Sorensen - Lu
* 6-4,3-6,6-2,6-1

* Veic - Köllerer
* 6-4,3-6,6-7(3/7),6-1,6-4

* Monfils - Ebden
* 6-4,6-4,6-4

* Benneteau - Guez
* 0-6,6-4,7-6(7/4),7-6(7/2)

* Kohlschreiber - Zeballos
* 6-1,7-5,6-1

* Lacko - Mayer
* 6-4,6-4,6-0

* Federer - Andreev
* 4-6,6-2,7-6(7/2),6-0

* Hanescu - Chela
* 6-4,6-3,7-6(7/2)

* Robert - Starace
* 6-3,7-6(7/2),7-6(7/4)

* Montañés - Hernández
* 7-6(7/5),2-2

* Hewitt - Hocevar
* 6-1,6-2,6-3

* Young - Rochus
* 1-6,7-5,6-2,6-4

* Baghdatis - Lorenzi
* 6-2,6-4,6-4

* Ferrer - Gil
* 6-0,6-0,2-0

* Verdasco - Ball
* 6-7(4/7),7-6(7/1),7-5,6-2

* Sergeyev - Sela
* 6-3,7-6(7/3),4-6,7-6(10/8)

* Koubek - Ram
* 4-6,6-3,5-7,6-1,6-3

* Dodig - Ferrero
* 2-6,1-6,6-4,6-1,6-1

* Mónaco - Gulbis
* 6-3,7-6(7/5),6-1

* Llodra - Vassallo Argüello
* 6-3,7-5,6-4

* Marchenko - Moyà
* 7-6(7/2),7-5,6-3

* Davydenko - Kindlmann
* 6-1,6-0,6-3

* Djokovic - Gimeno
* 7-5,6-3,6-2

* Chiudinelli - Matosevic
* 7-6(9/7),7-6(7/3),4-6,6-3

* Berrer - Vliegen
* 6-1,6-2,6-1


Federer a souffert


Roger Federer n'avait pas hérité d'un premier tour facile et Igor Andreev a vite confirmé ce sentiment. Le Russe a en effet causé quelques frayeurs au n°1 mondial et finaliste en 2009 en le poussant aux quatre manches mais surtout en se montrant très proche de mener deux sets à un. Finalement qualifié pour le deuxième tour (4-6, 6-2, 7-6 [2], 6-0), Federer avait effectué le plus gros du travail en écartant trois balles de set à 5-6 service Andreev dans le troisième set. Face à un adversaire inspiré et dont le coup droit fait toujours autant de ravages, le Suisse aurait pu vivre une journée encore plus compliquée s'il n'avait pas su redresser la barre dans le troisième set. Il faut tout de même dire qu'Andreev l'a bien aidé en sabordant sur des fautes et des mauvaix choix ses trois balles de set, tout comme il avait gâché son break en début de manche. Les nerfs du Russe n'ont d'ailleurs pas résisté à la frustration de cette troisième manche.

Le n°1 mondial s'attendait de toute manière à un vrai combat. «Je savais que ça allait être difficile. On avait joué cinq sets à l'US Open en 2008. Aujourd'hui je n'ai pas si mal joué. Je me suis accroché, en espérant qu'il fatigue et qu'il rate un peu. Je suis extrêmement soulagé, mais j'aurais préféré avoir une mise en route plus facile.»


Davydenko déroule, Söderling chute

Nikolay Davydenko, lui, n'a pas connu de frayeur du tout. Le Russe, épouvantail de ces derniers mois en enchaînant les victoires de prestige, a tout simplement démoli (6-1, 6-0, 6-3) le qualifié allemand Dieter Kindlemann pour son entrée en lice dans le tournoi. Une mise en route qui a eu le don de le mettre de bonne humeur au point de lancer quelques traits d'humour quand on lui a parlé de sa nouvelle célébrité. «Je ne suis pas Paris Hilton ! Et puis je ne veux pas le devenir ! Je ne veux pas non plus être comme Nadal ou Federer que tu ne vois jamais en bas au petit déjeuner et qui prennent le room service : moi, je préfère descendre ou sortir et surtout pas être si célèbre que tu ne peux plus le faire.» S'il veut faire profil bas dans la vie, il n'en est pas de même sur le court où il sait que désormais on le craint. «Maintenant, je sens vraiment que je peux battre tous ces gars et ils le savent aussi donc ça change un peu les choses, c'est marrant. Mais pour jouer les meilleurs il va déjà falloir que j'arrive en quarts ou en demies alors je reste prudent. S'ils ont peur de moi tant mieux car ça peut m'aider mais chaque tournoi est différent. Là, on n'en est qu'à la première semaine et beaucoup de choses peuvent encore arriver.»

Et le Russe ne se trompait pas car peu de temps après le tournoi allait perdre un de ses outsiders en la personne de Robin Söderling. Le Suédois, diminué par une tendinite avant d'arriver à Melbourne, a gaspillé une avance de deux manches à rien pour s'incliner face à l'Espagnol Marcel Granollers, 113e mondial (5-7, 2-6, 6-4, 6-4, 6-2). Très déçu et très énervé après son match il a lancé que sa blessure au coude n'avait pas influencé le résultat, qu'il ne s'était pas senti dans son match du début à la fin et qu'il ne comprenait pas pourquoi. Marcos Baghdatis, lui a poursuivi sur sa bonne lancée du début de saison et s'est qualifié aux dépens de l'Italien Paolo Lorenzi (6-2, 6-4, 6-4). Tommy Haas est également passé face à Simon Greul (6-7 [5], 6-4, 6-2, 6-1). En fin de programme, Novak Djokovic a eu du mal à mettre la machine en route mais s'en est tout de même sorti face à l'Espagnol Daniel Gimeno-Traver (7-5, 6-3, 6-2). - C.B.


Gasquet : «Ce sont des bons problèmes»

Comme l'an dernier contre Fernando Gonzalez, Richard Gasquet a perdu un match incroyable après avoir mené deux sets à rien et obtenu deux balles de match (6-7[9], 4-6, 7-6[2], 7-6[4], 6-4 en 4h53') face à Mikhail Youzhny.

« Richard Gasquet, quel sentiment prédomine après un tel match ?

J'ai tellement vécu plus dur qu'une défaite. C'est presque un bonheur de perdre comme ça. J'ai vécu six mois, cinquante fois plus difficiles que de perdre 7-5 au cinquième set sur Youzhny même si c'est très pénible de perdre après cinq heures de jeu. J'essaie de relativiser car il y a de quoi relativiser. Je suis content de me retrouver sur le court. C'est chiant de perdre et très frustrant de se retrouver à minuit et demi avec une défaite 7-5 au 5e, mais cela ne me tue pas sachant ce que j'ai vécu. C'est mon histoire. Ce ne sont que des bons problèmes de se retrouver ici à penser que je dois progresser.

Cela ressemble étrangement à votre défaite de l'an dernier contre Fernando Gonzalez...

Cela passe même un peu plus près parce j'ai obtenu deux balles de match. On fait une quinzaine d'échanges, il ne rate rien et finit par un revers gagnant. C'est une défaite assez dure après cinq heures de match, je suis passé très, très près, mais c'est un grand joueur et il a bien joué. Physiquement, ce n'est pas facile.

Où était le problème ?

Lui (sourires). Il s'est battu jusqu'au bout et je n'ai pas eu beaucoup de réussite. C'est le tennis. Je me suis battu, je n'ai pas mal joué à l'exception du service où je peux mieux faire. J'ai joué mon match, j'ai eu une douleur au dos qui m'a handicapé sur les deuxième et troisième sets. Ensuite, je n'ai pas eu de chance sur les balles de match et les tie-breaks où il a pratiqué un tennis incroyable. Cela m'a un peu fait penser à mon match contre Roddick à Wimbledon. Il a tout lâché et c'est dur d'avoir un mec comme ça en face. Je l'avais déjà joué à Moscou, j'avais perdu 8-6 au 5e, le dindon de la farce à deux reprises.

Sur les balles de match, avez-vous un regret ?

Non. L'an passé, sur Gonzalez, j'avais tenté le retour gagnant. Je n'allais pas faire deux fois la même chose. Et pourtant, c'est un éternel recommencement (sourires).

Vous y avez pensé à cette balle de match de l'an dernier.

Oui. Je me suis dit : "cette fois, tu te calmes et tu mets la balle dans le court". Il y a eu quinze échanges. A chaque frappe, j'attendais que la balle aille dans le filet, cela rasait le filet et non... Je n'ai pas trop de réussite.

Votre manque de compétition a-t-il été préjudiciable ?

Au moment important, je me tiens un peu loin de la ligne. C'est une somme de petits détails. Je manque un peu de compétition sur les très gros joueurs. Mais à un point près, j'étais gagnant.

Malgré la défaite, votre niveau est encourageant ?

Je ne pensais pas revenir aussi vite et me sentir aussi bien physiquement. Je suis content de la manière dont j'ai joué en janvier. C'est une bonne rentrée. »

Recueilli par Sophie DORGAN, à Melbourne


PROGRAMME DE MERCREDI


Sept Français joueront leur deuxième tour mercredi, dont Gaël Monfils, Marion Bartoli et Aravane Rezaï.


Rod Laver Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Anastasia Pavlyuchenkova (RUS) - Svetlana Kuznetsova (RUS/n°3) : 0-1
Kim Clijsters (BEL/n°15) - Tamarine Tanasugarn (THA) : 2-0
Lukas Lacko (SVQ) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 0-0


Pas avant 19h00 (9h00 en France)

Elena Dementieva (RUS/n°5) - Justine Henin (BEL) : 2-9
Marin Cilic (CRO/n°14) - Bernard Tomic (AUS) : 0-0


Hisense Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Caroline Wozniacki (DAN/n°4) - Aleksandra Wozniak (CAN) : 5-1
Andy Roddick (USA/n°7) - Thomaz Bellucci (BRE) : 0-0
Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Dinara Safina (RUS/n°2) : 0-0
James Blake (USA) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°4) : 1-0


Margaret Court Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Jarmila Groth (AUS) - Sofia Arvidsson (SUE) : 0-0
Yanina Wickmayer (BEL) - Flavia Pennetta (ITA/n°12) : 2-0
Un double
Antonio Veic (CRO) - Gaël Monfils (FRA/n°12) : 0-0

Pas avant 19h00 (9h00 en France)

Andy Murray (GBR/n°5) - Marc Gicquel (FRA) : 1-0


Court 2

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Stéphanie Cohen-Aloro (FRA) - Victoria Azarenka (BLR/n°7) : 0-1
Maria Kirilenko (RUS) - Yvonne Meusburger (AUT) : 0-0
Feliciano Lopez (ESP) - Rainer Schuettler (ALL) : 6-0
Jelena Jankovic (SER/n°8) - Katie O'Brien (GBR) : 0-0


Court 3

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Vera Zvonareva (RUS/n°9) - Kristina Kucova (SVQ) : 0-0
Marsel Ilhan (TUR) - Fernando Gonzalez (CHL/n°11) : 0-0
Aravane Rezai (FRA/n°26) - Angelique Kerber (ALL) : 1-0
Sorana Cirstea (ROU) - Alisa Kleybanova (RUS/n°27) : 0-0


Court 4

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Stefanie Voegele (SUI) - Melinda Czink (HON) : 0-0
Ekaterina Makarova (RUS) - Sara Errani (ITA) : 0-0
Un double
Roberta Vinci (ITA) - Vania King (USA) : 0-0


Court 6

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Marina Erakovic (NZL) - Na Li (CHN/n°16) : 0-0
Kateryna Bondarenko (UKR/n°30) - Elena Baltacha (GBR) : 0-0
Un double
Igor Kunitsyn (RUS) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°19) : 0-1


Court 7

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Daniela Hantuchova (SVQ/n°22) - Viktoriya Kutuzova (UKR) : 0-0


Court 8

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Kimiko Date Krumm (JAP) - Yaroslava Shvedova (KAZ) : 0-0
Sandra Zahlavova (RTC) - Marion Bartoli (FRA/n°11) : 0-0
John Isner (USA/n°33) - Louk Sorensen (IRL) : 0-0
Jarkko Nieminen (FIN) - Florent Serra (FRA) : 0-4


Court 10

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Galina Voskoboeva (KAZ) - Tsvetana Pironkova (BUL) : 0-0
Un double
Philipp Kohlschreiber (ALL/n°27) - Wayne Odesnik (USA) : 1-0


Court 11

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Elena Vesnina (RUS/n°28) - Tathiana Garbin (ITA) : 0-1


Court 13

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Un double
Maria Jose Martinez Sanchez (ESP/n°24) - Jie Zheng (CHN) : 0-0
Polona Hercog (SLV) - Alona Bondarenko (UKR/n°31) : 0-0
Viktor Troicki (SER/n°29) - Florian Mayer (ALL) : 0-0


Court 14

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Tamira Paszek (AUT) - Julia Goerges (ALL) : 0-0


Court 18

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Kai-Chen Chang (TAI) - Iveta Benesova (RTC) : 0-1
Kaia Kanepi (EST) - Nadia Petrova (RUS/n°19) : 0-1
Andrey Golubev (KAZ) - Ivan Ljubicic (CRO/n°24) : 0-0
Ivo Karlovic (CRO) - Julien Benneteau (FRA) : 3-1


Court 19

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Lucie Hradecka (RTC) - Shahar Peer (ISR/n°29) : 1-0
Tomas Berdych (RTC/n°21) - Evgeny Korolev (KAZ) : 1-0


Court 21

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Stéphanie Dubois (CAN) - Agnes Szavay (HON) : 0-0
# 20/01/2010 à 16:31 Nico
Pendant l'Australian Open, Rafa nous délivre ses impressions et répond à des questions de fans par l'intermédiaire du "Héraldsun".

La traduction Française est assurée intégralement par le site de Thomas et nous vous proposerons durant la quinzaine tous les commentaires de Rafa.

Voici les 3 premiers jours de Rafa !

DIMANCHE 17/01

BONJOUR tout le monde ! Je suis de retour en Australie, de retour à l'Open d'Oz et je dois dire que le tournoi ne pouvait pas mieux commencer.

Nous savons que le tableau principal ne commence que demain – je joue à 19H00, heure locale - mais pour moi ça a commencé avec l’exhibition pour Haïti.

Comment est-ce arrivé ? Hier matin, j’étais au restaurant des joueurs et j’ai reçu un texto de
Roger Federer. Je pensais que c'était une excellente idée de Roger et j’ai répondu en disant «Comptez sur moi et merci » !

Alors aujourd'hui nous avons joué quelque chose de vraiment agréable. Le but de lever des fonds, le court complètement plein, de grands joueurs pour divertir tout le monde, avec des micros en jouant, en jouant des matchs mixtes, Jim Courier, là-haut comme un arbitre de chaise.

Beaucoup de rigolade et, surtout, beaucoup d'argent recueilli pour la cause en Haïti ! Je crois que c'est fantastique et je dois dire que j'ai passé un bon moment.

Croyez-moi aussi que je ne comprenais pas toutes les paroles et les blagues ... vous savez ... mon anglais n'est pas très bon, donc je dois dire que j'ai beaucoup lutté pour comprendre.

Comme lorsque Roger secouait la raquette et Jim m'a demandé: «Rafa haut ou le bas?» Et j'ai compris « Rafa haut en bas » et j’ai commencé à sauter! :-)

Pas facile, croyez-moi. Mais là encore, tout cela était pour une bonne cause et je suis reconnaissant à Roger d’avoir pensé à moi et je remercie tous ceux qui sont venus ou ont regardé à la télé.

Aussi merci à tous ceux qui ont contribué et je vous encourage également tous d'y contribuer.

Alors, merci encore une fois cette année pour être là. Je vous écrirai tous les jours jusqu'à mon départ. J'espère que je pourrai écrire souvent...

Demain, je parlerai plus du tournoi, comment je suis arrivé ici, quand et comment, et pleins d’autres choses. Aujourd'hui c'était le jour pour Haïti !

Merci. Rafa


RAFA, Combien de kilomètres ou miles faites-vous toute l'année ? En tenez-vous compte ?
Sia, le Canada

RAFA: C'est une très bonne question. Je les compterai cette année puisque je ne l'ai pas fait avant. Je sais que nous voyageons beaucoup dans le monde entier !


HI, Rafa, de l'Espagne, je vous envoie mes meilleurs voeux pour cette AO.
Les prochains jours, je ne vais pas dormir si c’est nécessaire pour regarder vos matches. Qu'est-ce que vous pensez de votre tableau ? Bonne chance !
Rosi Carrasco, Madrid

Merci beaucoup. Au moins demain, vous pourrez voir le match à 9 heures chez vous puisque je joue à 19H00 ici. Mon tableau est difficile - comme l'autre. :-)


RAFA, vous avez récemment joué au tennis sur un tapis volant avec Federer à Abu Dhabi. Comment s'est passée votre rencontre ?
Aussi, si vous possédiez un tapis volant pour voler n'importe où dans l'univers, où iriez-vous et qui vous amèneriez-vous ?
J'aimerais voler au sommet d'un arc en ciel et je prendrais ma famille et vous et votre famille avec moi !
Vamos Rafa à l'Open d'Australie ! Vous pouvez le faire !
Z Young de l'Arabie saoudite

En fait, c'était à Doha. C'était amusant et sachant que c’était seulement promotionnel, nous savions que nous n'avions pas à courir beaucoup. :-)
Je prendrais ce tapis pour aller aux îles Baléares en Espagne.


Pas de chance, à Doha contre Davydenko, mais je pense que vous avez très bien joué tout au long du tournoi.
Quelles parties de jeu de Davydenko trouvez-vous les plus difficiles à jouer ?
Alex Logan. Los Angèle

Il est un joueur très solide et compact. Difficile de trouver un endroit pour l'attaquer et il est quelqu'un qui lutte contre les attaques formidablement bien. Un joueur très difficile et très expérimenté.


Quoi / qui vous inspire le plus de continuer à jouer si bien, même quand les temps deviennent durs ?
Jack Tu, Glen Waverley

J’aime la compétition, j'aime le sport et j'adore jouer au tennis. C'est la chose principale.
Je suis un grand fan de Federer et voudrais vous demander, comment vous sentez-vous sur le terrain lorsque vous le jouez ?
Danielle, Melbourne

Quand je suis sur la cour, je suis OK. Je sais que j'ai devant moi un des meilleurs, sinon le meilleur joueur de l'histoire, et c'est toujours quelque chose de spécial.
Il est un grand champion et un mec super aussi. Les matches avec lui ont quelque chose de spécial aussi parce qu'ils sont normalement en finale.


J'admire votre style de jeu et aussi votre personnalité. De nombreux fans et le public adorent vous regarder et même différentes personnes apprécient votre contribution au monde du tennis.
Je peux le voir pour le bénévolat ou en participant aux secours des sinistrés des œuvres comme en Haïti. Souhaitez-vous le faire si vous avez l'occasion ou préférez-vous un autre type de travail de charité ?
Aliah Kassim, Malaisie

MERCI BEAUCOUP. Nous avons fait quelque chose de gentil et d’amusant en même temps pour tout le monde. C'était l'idée de Roger et j'ai pensé que c’était bien. Espérons que nous avons pu recueillir beaucoup d'argent pour aider les gens là-bas.


Tout le monde a des plaisirs. Pouvez-vous nous dire le vôtre? (musique, nourriture, séries, etc.)
Meriko, Washington DC

J'en ai beaucoup mais je peux dire que je brûle les calories par la suite. J'aime le chocolat, parfois la malbouffe.


Souhaitez-vous être un entraîneur de tennis ou un coach de vie ou même faire des programmes de télévision pour enseigner à un public plus large quand vous arrêterez de jouer ?
Juliette Westbrook-Finch, Royaume-Uni

Je ne sais pas vraiment. Pour le tennis c’est sûr, c'est mon monde et je ferai quelque chose qui s'y rattache. Mais je devine que je suis trop jeune pour savoir ce que j'aimerai faire dans l'avenir.


HI Rafa. C'est formidable de vous voir revenir jouer à ce niveau et félicitations pour vos résultats à ce jour cette saison !
Ma question est, selon la surface, en gros, combien de paires de chaussures utilisez-vous pour un grand chelem ? D'autant plus que vous couvrez beaucoup de terrain durant un match ! Bonne chance pour cette année !
Amelia Hurrell, Royaume-Uni

Au cours d'un tournoi du Grand Chelem sur surface dure environ sept ou huit paires.


Si vous aviez à choisir, préférez-vous pour gagner à Roland Garros ou Wimbledon ?
Quoi qu'il en soit, je vous souhaite de gagner les deux et nous espérons vous voir à Paris !
Pauline, France

Je serais heureux avec une, mais je dois admettre que Wimbledon était quelque chose de spécial.


HI Rafa. Comment estimez-vous votre chance dans l'Open d'Australie ?
Vard Grig, Russie

J'ai une chance, mais sept ou huit autres joueurs aussi, si ce n'est plus.


Si on vous donnait le choix de gagner l'un des tournois du Grand Chelem en 2010, lequel choisiriez-vous ?
Myra, Pays-Bas

Aucun d'eux. Croyez-moi. C'est la vérité.


RAFA, à te regarder jouer cette année il est clair que, physiquement, tu es aussi fort que tu pourrais l’être, mais es-tu tout aussi fort mentalement ? Bonne chance en Australie !
Luis Muniz, Espagne.

Je crois que je suis en bonne forme alors j'espère que ce sera bon.


Où est votre ville préférée pour jouer ?
Lorena, Miami

Paris est un endroit que j'ai toujours beaucoup apprécié, en raison de la ville. C'est quelque chose de spécial.


Que ressentez-vous pour défendre avec succès votre titre ici ?

Haley Dickey, Tennessee

Il y a beaucoup de choses différentes qui doivent se réunir. L'unes d'elles est de bien jouer et d’avoir confiance.


RAFA, vous êtes vraiment le plus beau mec dans l'univers ! Est-il rien qui vous rend vraiment fou ? Qu'est-ce que c'est ? S'il vous plaît dîtes-le nous !
Mary Robinson, Cincinnati.

Merci beaucoup. Je suis sûr que je ne le suis pas. Il y a beaucoup de choses qui me bouleversent et me rendent fou.
RAFA, le style de jeu que vous jouez est très exigeant physiquement sur votre corps.
Pensez-vous que vous allez devoir faire quelques ajustements à votre jeu pour vous assurer une longévité sur le circuit ?
Pippen, Melbourne.

J'essaie, croyez-moi.


RAFA, en tant que fan, j'ai toujours aimé votre retour pour sauver les balles de match !
Que dites-vous généralement à vous-même face à une balle de match ? Comment gérez-vous la pression ?
Anderson Chan, Hong Kong

C'est quelque chose que tu travailles quand tu es gamin. Je me donne toujours à 100 pour cent pour chaque point et une balle de match est aussi un point. Cela peut être le secret.


RAFA, dans une récente interview Federer a dit qu'il dort pendant 11-12 heures par jour. Combien d'heures par jour passez-vous à dormir ?
Bonne chance dans votre match du premier tour contre Luczak !
Zay Young, l'Arabie saoudite.

Je dors huit ou neuf heures.


À mesure que votre popularité et votre expérience sur le Tour a grandi, vos obligations ont augmentées-les promotions, les sponsors, étant sur le conseil des joueurs de l'ATP », etc, il est parfois difficile d'apprécier le jeu quand vous êtes très occupé, avec le côté commercial des choses ?
Beth Miri

Oui. Je sais que c'est beaucoup de travail mais je me sens également la responsabilité de le faire. Cela fait partie d'un grand travail intitulé: joueur de tennis.




LUNDI 18/01


Je suis désolé d’avoir battu Luczak

Salut tout le monde. Eh bien, ce blog va principalement au public australien et j'espère donc que les personnes aujourd'hui ne sont pas trop fâchées contre moi

Je me sens bien d’avoir gagné contre Peter Luczak la nuit dernière. Je sais qu'il est un fier Oz, comme vous dites ici, et le soutien dans le stade qu’il a eu a été très juste et bien mérité. J'ai aussi senti beaucoup de soutien et réellement l'ambiance était très bonne.

Peter a joué un très bon match spécialement dans le premier set où il a breaké et prenait des risques. Je sens que je joue très bien dans les deux sets suivants et j’ai réussi à, à la fin, à gagner.

Comme je le dis, j'espère que pas beaucoup d'entre vous avez rompu avec moi pour ce que j’ai fait ... :-)

Il est presque 1h30 et je suis sur le point d'aller dormir.

Je suis rentré à l'hôtel vers 23H30 pm après avoir fait la conférence de presse et j’ai mangé un peu de riz blanc et un morceau de saumon sur le site du tournoi.

J'avais un peu faim après le match (à la fin il faut attendre près de trois heures), et j’ai voulu prendre une bouchée sur place. Il est en effet super que nous puissions obtenir quelque chose à manger aussi tard dans la nuit.

Il s'agit d'un détail (les détails sont importants) de ce grand événement. Pas seulement à cause de la nourriture, mais pour beaucoup d'autres raisons aussi !

Donc je viens de terminer ma récupération avec Maymó, mon kiné, et je suis prêt à aller au lit.

Mon entrainement est prévu mardi à midi et je reviendrai avec plus d'infos et réponses à vos questions à ce moment.

Merci beaucoup.

Rafa


Quand vous venez à l'Australie pour l'Open d'Oz que faites-vous de votre temps libre ? Faites-vous des visites ?
Aussi, avez-vous une couleur préférée ? Bonne chance !
Jayde Page

Je n'ai pas vraiment le temps de faire du tourisme. Pour être honnête, nous n'avons pas beaucoup de temps en sortant de l’hôtel.


Rafa, quand et comment avez-vous commencé vos habitudes, avant et pendant un match, par exemple de mettre vos bouteilles en verre au bon endroit, etc ?
David Cristiano, Melbourne

Je l'ai toujours fait et cela a augmenté avec le temps. Maintenant, je travaille sur leur réduction...


Quel est le plus dur à obtenir lorsque vous vous préparez pour de grands événements comme ça ?
Bonne chance, vous êtes mon joueur préféré et j'espère vous voir.
Mickey Daly

Le plus dur est de faire tout le travail pour arriver ici et de se maintenir en bonne forme pendant toute l'année.


Quelles sont les pensées que vous avez à l'idée d'une coupe du monde de tennis pour remplacer la Coupe Davis ? Merci !
Lisa Grebe, Etats-Unis

J'aime l'idée de jouer une Coupe du monde mais il y a beaucoup de travail à faire pour y arriver.


Hey Rafa, je me demandais juste, quand vous avez grandi pensiez-vous juste au tennis ou à un autre sport ?
Mat Snegegrail

J'ai aussi joué au soccer / football.


Quel joueur avez-vous le plus hâte de jouer ?
Sandy

Mon prochain adversaire. Pour essayer de jouer un autre match après, et un autre ...


Hola Rafa ! Je voudrais savoir si vous prenez l'avis de fans sur les tenues ? Bonne chance !
Isabella

Parfois je le fais. Comme la nuit dernière, quand, à l'échauffement des Australiens disaient des choses drôles. J'ai aussi vu la façon dont ils étaient habillés.


Si vous décidiez de retourner à l'école, juste pour le plaisir, qu’étudieriez-vous ?
Amanda, Etats-Unis

Uffffff. Pas sûr ... Je n'ai jamais aimé beaucoup les études. J'ai toujours voulu jouer et faire du sport.


Rafa, j'ai huit ans et vous êtes la raison pour laquelle je joue au tennis. Vous êtes une grande source d'inspiration pour moi. Je voulais juste savoir combien d'heures par jour vous vous entraîniez chaque jour quand vous aviez huit ans.
Bonne chance pour le tournoi.
Marcus

Deux heures de plaisir !


HI Rafa, comment votre corps se sent-il par rapport à l'an dernier avant d'entrer dans le premier grand chelem de l'année ? Vous semblez avoir du poids en moins et du cardio en plus. N’est-ce pas ?
Adam Dean, Townsville

Mon corps est le même, croyez-moi. Même poids, même hauteur. Ne croyez pas tout ce que vous lisez !


HI Rafa, j'aime regarder votre jeu. Qui était votre idole de tennis quand vous étiez plus jeune ? Bonne chance dans l'Open d'Australie.
Sharon, Queensland.

Je n'en avais pas.



MARDI 19/01

Une journée typique en Grand Chelem

Salut tout le monde, j'écris ce blog à la fin d'une autre journée à Melbourne. Aucun match pour moi aujourd'hui, et seulement un bon entrainement pour se préparer au match de demain.

Cela a été en fait le premier entraînement avec Toni mon oncle car il ne pouvait pas arriver le dimanche soir en raison d'un problème qu'il avait avant son départ mardi dernier. C'était un peu gênant de ne pas l'avoir avec moi auparavant.
Alors, j'ai fait mon entrainement le matin et à 13H00 c’était fini.

Puis il y a eu de la promotion pour un tournoi, le déjeuner sur le site avec mon équipe et mon père et tout l’après-midi était libre.

J'ai eu un peu de repos, regardé une partie de tennis à la télévision, ait rencontré mon agent pour certaines activités et je suis simplement allé dîner à un restaurant à proximité de l'hôtel. C'est une journée typique de routine pour nous pendant un tournoi très important de ce genre.

Certains nous demandent si nous sortons pour le tourisme et les visites. Pour être honnête, nous n'avons pas trop de temps pour cela et il faut aussi de l'énergie pour le faire.

Lors de tournois comme cela vous avez besoin que tout soit parfait et ne pouvons pas perdre beaucoup d'énergie et / ou de temps.

Certaines personnes peuvent penser que c'est ennuyeux, mais je la vois comme la partie du travail que vous aimez normalement le moins. Nous aurons du temps pour aller visiter et faire du tourisme lorsque le tournoi sera fini.

Maintenant, nous sommes plus ciblés sur le tournoi avec tout le travail, le tennis, la presse, etc, nous avons tendance à rester plus calme.

J’espère être à nouveau ici demain pour vous écrire.

Merci,

Rafa



Salut Rafa, vous êtes apparu avec des cloques sur la main contre Peter Luczak. Quel était le problème ?
Patrick, Melbourne

Rafa: Non, non, ça va. Juste une petite ampoule sur la main. Rien d’inquiétant.


Rafa, j'ai été totalement inspirée par l’exhibition pour Haïti avec Roger, Serena, Andy, et tous les autres joueurs de tennis. Cela a été super !
Nous avons aimé vous regarder, réagir, vous taquiner et blaguer. C’était amusant !
Ne vous inquiétez pas pour votre anglais, il est bon ! Vous avez fait tant de plaisanteries fantastiques que vous m’avez fait rire et sourire tout le long !
Gabriel, Melbourne

Merci beaucoup. Cela a été l'initiative de Roger et j'ai été heureux d'être invité. J'ai également vécu un grand moment.


Rafa, vous avez accompli tant de choses dans votre carrière mais vous n'avez pas encore gagné un titre en double mixte. Pensez-vous qu'il sera un jour possible pour vous et Serena Williams de jouer le double mixte ensemble ?
Elle n'a pas encore gagné un titre en double mixte en Australie et à l'Open de France et vous seriez un partenaire parfait de double pour elle.
Z Young, l'Arabie saoudite

Je pense que ce sera difficile car je ne joue normalement pas les doubles en grand chelem.


HI Rafa. Vous semblez avoir de l'endurance de très bonne qualité, tout en restant fort et rapide, même vers la fin d'un long match. Que faites-vous pour garder la forme ? De la course ? De l’haltérophilie ?
James, Melbourne

Je m’entraine beaucoup et ça contribue à l'endurance.


Avez-vous déjà fait du ski ? Je suis sûr que vous seriez très bon dans ce domaine ! Vous êtes un grand athlète.
Chris Kluge

Pas beaucoup de neige à Majorque. Mais j'ai déjà skié. Pas une bonne tentative.


Bonne chance en Australie, Rafa!
J’ai aimé l’exhibition pour Haïti et me demandais si vous pourriez jouer en double cette année avec Novak Djokovic.
Teresa Bridges

Peut-être. L'an dernier, nous allions jouer ensemble à Cincinnati, mais j'ai eu ce problème à l'estomac et décidé que nous ne pourrions pas le faire.


HI Rafa, j'ai remarqué que vous êtes environ à 2 mètres de la ligne de fond lorsque vous jouez. N'est-ce pas un cadeau évident pour les autres joueurs sur la façon de vous jouer ?
Celia B Allum, Angleterre

Je voudrais être plus proche de la ligne de fond et je suis en train d’y remédier afin que je puisse jouer plus agressivement. Mais ce n'est pas facile car ils vous poussent là-bas !


Je sais que les vacances sont finies, mais ne chantez-vous des chants de Noël en Espagne ?
Jane, Caroline du Nord

Nous disposons de nos chansons. Elles sont appelées canciones de Navidad


Quand vous allez jouer un match, combien de raquettes prenez-vous ?
Patrick Bajen, 12

Six.


Êtes-vous ambidextre ? Pouvez-vous utiliser les deux mains à gauche et à droite ?
Marty H

Pas pour jouer au tennis. Je suis gaucher pour certaines choses et droitier et pour d'autres, tels que l'écriture.


Lundi était un jour de pluie, comment vous sentez-vous avec la chaleur à Melbourne ? Est-ce quelque chose qui vous dérange dans l’entrainement et les matchs ?
Mathilde, France

Si la chaleur est extrême, ça dérange tout le monde. Aussi la pluie. :-)


HI Rafa, je voulais juste savoir comment votre coup droit au fil des ans a pu se développer pour en être là aujourd'hui. Aviez-vous toujours le grip relativement extrême et l'action de fouetter ou cela a-t-il plus été une l'amélioration progressive ? Merci.
Tim H, Melbourne

Il y a toujours une composante de développement mais vous pouvez regarder des vidéos et voir que c'est le même principe avec une force différente.


Regardez-vous plus vos matchs quand vous perdez pour les analyser avec ce que vous faites de mal ou lorsque vous gagnez pour analyser ce que vous avez bien fait ?
Cedrine, Londres

Parfois je fais les deux.


Rafa, je vous regardais vous entrainer juste avant l'Open, et je dois vous demander comment vous avez développé ce rythme tellement fort sur votre coup droit.
Je suis un entraîneur et les jeunes vous aiment beaucoup. Peut-être que je peux les amener à s’entrainer un peu plus avec un peu de votre motivation !
Merci,
Julie Dybendahl, Queensland

L'important c'est qu'ils s'amusent et apprennent. Merci pour le commentaire et bonne chance !


Rafa, j’ai aimé l’exhibition pour Haïti et j’ai été vraiment impressionné par la façon dont tous les joueurs de tennis ont fait bon ménage. Est-ce habituellement aussi convivial en dehors des courts ?
Bronwyn Sugden, Melbourne

Ceux avec qui nous jouions ont de bonnes relations.


HOLA Rafael, sachant que vous êtes un grand fan de football et du Real Madrid, si vous deviez choisir un trophée pour eux cette année, lequel serait-ce ?
Edgar Ortega, Sydney

Au vu de la manière où le Barca joue et en sachant où ils en sont, un titre serait bien. Mais à l'évidence la Ligue des Champions serait bien puisque la finale se jouera à Bernabeu (stade du Réal de Madrid) !


Alors vous êtes un Gémeaux (le signe des jumeaux). Croyez-vous que vous disposez de deux personnalités ?
Juin, Etats-Unis

Non, pas du tout.


HEY Rafa, je voudrais vraiment savoir, si vous n'étiez pas un joueur de tennis que voudriez-vous faire ?
Jake Bilardi, Melbourne

Pas sûr, mais j'aurais aimé être un joueur de soccer professionnel.


RAFA, vous êtes un joueur génial.
Y-a-t-il quelque chose que vous portez ou que vous réalisez qui soient un porte bonheur ?
Cansu, Melbourne

Non, ... Il y a déjà bien trop d'autres «routines».
# 20/01/2010 à 23:42 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Gaël Monfils (FRA/n°12) bat Antonio Veic (CRO) : 6-4, 6-4, 6-4
Florent Serra (FRA)bat Jarkko Nieminen (FIN) : 3-6, 6-4, 5-7, 7-6(4), 7-5
Andy Murray (GBR/n°5) bat Marc Gicquel (FRA) : 6-1, 6-4, 6-3
Ivo Karlovic (CRO) bat Julien Benneteau (FRA) : 2-6, 6-1, 6-3, 6-3
Rafael Nadal (ESP/n°2) bat Lukas Lacko (SVQ) : 6-2, 6-2, 6-2
Marin Cilic (CRO/n°14) - Bernard Tomic (AUS) : 0-0
Andy Roddick (USA/n°7) bat Thomaz Bellucci (BRE) : 6-3, 6-4, 6-4
Juan Martin Del Potro (ARG/n°4) bat James Blake (USA) : (6-4, 6-7(3), 5-7, 6-3, 10-8)
Feliciano Lopez (ESP) bat Rainer Schuettler (ALL) : 6-3, 2-6, 6-3, 6-2
Fernando Gonzalez (CHL/n°11) bat Marsel Ilhan (TUR) : 6-3, 6-4, 7-5
Stanislas Wawrinka (SUI/n°19)bat Igor Kunitsyn (RUS) : 6-3, 6-2, 6-2
John Isner (USA/n°33) bat Louk Sorensen (IRL) : 6-3, 7-6(4), 7-5
Philipp Kohlschreiber (ALL/n°27) bat Wayne Odesnik (USA) : 6-4, 3-6, 6-3, 6-2
Florian Mayer (ALL) bat Viktor Troicki (SER/n°29) : 4-6, 6-4, 7-6(2), 6-1
Ivan Ljubicic (CRO/n°24) bat Andrey Golubev (KAZ) : 6-3, 3-6, 6-2, 6-3
Evgeny Korolev (KAZ)bat Tomas Berdych (RTC/n°21) : 6-4, 6-4, 7-5


Nadal et Monfils en cadence


Rafael Nadal, Gaël Monfils, Andy Murray, et Andy Roddick se sont qualifiés en trois sets pour le 3e tour de l'Open d'Australie. Seul Juan Martin Del Potro a dû batailler 18 jeux au 5e set pour sortir Blake. Murray, qui a battu Gicquel, jouera Serra. Monfils sera opposé à Inser au 3e tour.


PRINCIPAUX RESULTATS : TROIS SETS SINON RIEN

Rafael Nadal (ESP/N.2) bat Lukas Lacko (SLQ) 6-2, 6-2, 6-2
Prochain adversaire : Kohlschreiber.

Rafael Nadal s'est promené pour atteindre le 3e tour de l'Open d'Australie avec une victoire sans souci sur le Slovaque Lukas Lacko mercredi à Melbourne. Vainqueur 6-2, 6-2, 6-2 face au 75e mondial, le tenant du titre espagnol continue à s'acclimater en douceur au tournoi après un premier succès à peine plus compliqué face à l'Australien Peter Luczak. "J'ai fait un match sérieux, le match qu'il fallait faire. C'est un bon score, je n'ai rien à me reprocher", a souligné le N.2 mondial, "plus détendu qu'au premier tour".

"Mes coups manquent encore un peu de profondeur mais sinon tout va bien", a conclu l'Espagnol avant de rencontrer l'Allemand Philipp Kohlschreiber ou l'Américain Wayne Odesnik au troisième tour vendredi. Nadal est "heureux" de sa vie et de sa carrière. "A 23 ans, j'ai déjà gagné 15 Masters 1000 et 6 tournois du Grand Chelem. C'est plus que j'aurais jamais pu espérer. Alors tout le monde a le droit de parler, moi je travaille dur pour continuer à rester au top." N.1 mondial et détenteur de trois des quatre titres du Grand Chelem à la même époque l'année dernière, le Majorquin a connu une deuxième partie de saison 2009 difficile sur le plan physique et des résultats. Battu à Roland-Garros et à l'US Open, forfait pour Wimbledon à cause de douleurs récurrentes aux genoux, il n'a plus gagné de tournoi depuis mai dernier.


Andy Murray (G-B, 5) bat Marc Gicquel (FRA) 6-1, 6-4, 6-3.
Prochain adversaire : Serra.

Andy Roddick (USA, 7) bat Thomaz Bellucci (BRE) 6-3, 6-4, 6-4
Prochain adversaire : F.Lopez.

Fernando Gonzalez (CHI, 11) bat Marsel Ilhan (TUR) 6-3, 6-4, 7-5
Prochain adversaire : Korolev (KAZ).

Stanislas Wawrinka (SUI, 19) bat Igor Kunitsyn (RUS) 6-3, 6-2, 6-2
Prochain adversaire : Cilic ou Tomic.


DEL POTRO AU BOUT DU ROULEAU ?


Juan Martin Del Potro ( ARG , 4) bat James Blake (EU) 6-4, 6-7, 5-7, 6-3, 10-8.
Prochain adversaire : F.Mayer.

A 40/30 dans le 18e jeu du cinquième set, Juan Martin Del Potro, qui souffre d'un oedeme au poignet, a arraché la victoire des mains d'un très bon James Blake. Héroïque, mais à quel prix ? L'Argentin souffre depuis plusieurs mois, ce qui lui a coûté de sévères désillusions à Bercy puis au Masters de Londres. L'effort fourni pour rester dans le tableau ce mercredi ne pèsera-t-il pas dans la balance à la prochaine grosse échéance ? On l'a vu grimacer de douleurs mais aussi de rage. La fin de ce cinquième set est un des moments forts de ce début de tournoi.


LES FRANÇAIS : MONFILS, MÊME TARIF


Gaël Monfils (FRA, 12) bat Antonio Veic (CRO, Q) 6-4, 6-4, 6-4
Prochain adversaire : Isner.

Comme au premier tour face au modeste Matthew Ebden, Gaël Monfils n'a pas forcé son talent pour battre le Croate Antonio Veic, un autre joueur issu des qualifications, sur un score similaire : 6-4, 6-4, 6-4. "C'est un vrai bonheur de pouvoir jouer deux qualifiés pour commencer. Si j'avais pu rencontrer Louk Sorensen (qualifié irlandais mais éliminé) désormais ça aurait été parfait", a apprécié le Français, 12e joueur mondial. Monfils, qui ne s'est donné qu'une note de "5 sur 20" sur son deuxième match, a avoué en avoir gardé sous le pied tellement il avait "de la marge": "Je n'avais pas trop envie de me dépenser. J'ai vraiment joué sur ça."

Car désormais, place aux choses sérieuses pour le huitième de finaliste de l'an dernier avec le géant américain John Isner, 28e mondial, qui a battu Arnaud Clément en finale d'Auckland samedi en servant 22 aces. "Contre Isner ça va se jouer dans la tête. Il ne faudra pas se frustrer lorsque je vais me prendre que des aces. Je ne vous cache pas que j'aurais préféré rencontrer David Ferrer comme prévu mais ils on changé le tableau (suite au forfait de Gilles Simon)",


Florent Serra (FRA) bat Jarkko Nieminen (FIN) 3-6, 6-4, 5-7, 7-6 (7/4), 7-5.
Prochain adversaire : Murray.

C'est la deuxième fois en 21 tournois du Grand Chelem que Serra passe le deuxième tour ! La dernière et seule fois précédente, c'était à Roland-Garros en 2008.


LA PERF' DU JOUR :


Evgueny Korolev (KAZ) bat Tomas Berdych (RTC, 21) 6-4, 6-4, 7-5
Prochain adversaire : Gonzalez.
Eurosport - AFP


PROGRAMME DE JEUDI


Rod Laver Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Novak Djokovic (SER/n°3) - Marco Chiudinelli (SUI) 0-0
Kristina Barrois (ALL) - Samantha Stosur (AUS/n°13) : 0-0
Lleyton Hewitt (AUS/n°22) - Donald Young (USA) : 1-0

Pas avant 19h00 (9h00)

Roger Federer (SUI/n°1) - Victor Hanescu (ROU) : 3-0
Karolina Sprem (CRO) - Casey Dellacqua (AUS) : 0-1


Hisense Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Marcos Baghdatis (CHY) - David Ferrer (ESP/n°17) : 0-2
Sybille Bammer (AUT) - Venus Williams (USA/n°6) : 0-1
Serena Williams (USA/n°1) - Petra Kvitova (RTC) : 0-0
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°10) - Taylor Dent (USA) : 0-0


Margaret Court Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Gisela Dulko (ARG) - Ana Ivanovic (SER/n°20) : 0-2
Caroline Wozniacki (DAN/n°4) - Julia Goerges (ALL) : 0-0
Janko Tipsarevic (SER) - Tommy Haas (ALL/n°18) : 1-1

Pas avant 19h00 (9h00)

Fernando Verdasco (ESP/n°9) - Ivan Sergeyev (UKR) : 0-0


Court 2

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Illya Marchenko (UKR) - Nikolay Davydenko (RUS/n°6) : 0-0
Stefanie Voegele (SUI) - Victoria Azarenka (BLR/n°7) : 0-0
Daniela Hantuchova (SVQ/n°22) - Sofia Arvidsson (SUE) : 0-0


Court 3

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Agnieszka Radwanska (POL/n°10) - Alla Kudryavtseva (RUS) : 0-0
Agnes Szavay (HON) - Na Li (CHN/n°16) : 0-1
Mikhail Youzhny (RUS/n°20) - Jan Hajek (RTC) : 0-0
Stéphane Robert (FRA) - Albert Montanes (ESP/n°31) : 0-0


Court 6

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Juan Monaco (ARG/n°30) - Michael Llodra (FRA) : 1-1
Sabine Lisicki (ALL/n°21) - Alberta Brianti (ITA) : 0-0


Court 7

Un double
Alejandro Falla (COL) - Marcel Granollers (ESP) : 0-0
Lukasz Kubot (POL) - Santiago Giraldo (COL) : 0-0


Court 8

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Nicolas Almagro (ESP/n°26) - Benjamin Becker (ESP) : 0-0
Julie Coin (FRA) - Francesca Schiavone (ITA/n°17) : 0-1


Court 10

Pas avant 12h30 (2h30 en France)

Andrea Petkovic (ALL) - Carla Suarez Navarro (ESP/n°32) : 0-0


Court 13

Pas avant 12h30 (2h30 en France)

Tathiana Garbin (ITA) - Yaroslava Shvedova (KAZ) : 1-0
Stefan Koubek (AUT) - Ivan Dodig (CRO) : 0-0


Court 18

A partir de 11h00 (1h00 en France)
Michael Berrer (ALL) - Denis Istomin (OUZ) : 0-0
Vera Zvonareva (RUS/n°9) - Iveta Benesova (RTC) : 2-1


Court 21

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Un double
Tsvetana Pironkova (BUL) - Shahar Peer (ISR/n°29) : 1-2
# 21/01/2010 à 16:33 Nico
Voici le blog et les réponses du jour de Rafa !

Mercredi 20/01/10


Salut tout le monde. Un blog plus court aujourd'hui puisque je suis un peu fatigué et je veux vraiment me reposer un peu

Je viens de rentrer de dîner avec mon équipe. Mon père a payé le dîner.

Nous sommes allés dans un restaurant japonais ici, à Melbourne. Nous avons pensé que nous allions dans un restaurant japonais normal, vous savez, sushi, saumon à la sauce teriyaki, edamame chaud.

Nous sommes arrivés à ce restaurant où, finalement, vous aviez à faire cuire vos propres plats à la table. Je veux dire, la qualité de la nourriture était formidable, mais je m'attendais vraiment à quelque chose de différent, alors ... ce n’était pas si génial.

Puis nous avons regagné l'hôtel et, comme je dis, j’envisage maintenant d'aller au lit.

Aujourd'hui, comme chaque jour de match, je voulais partir tôt pour le site. Parfois, mes proches me demandent pourquoi j’y vais si tôt.

J’ai quitté 'hôtel à 9h15 et suis arrivé à 10h30. Je tiens à être prêt, et préfère rester assis et attendre dans les vestiaires plutôt que de me précipiter pour faire les choses et peut-être arriver en retard.

Alors même que je savais qu'il y avait deux matches avant le mien, le premier commençant à 11h, je préfèrais être là.

Demain je vous écrirai plus. Merci de votre compréhension.



Rafa, combien d'années vous voyez-vous jouer au tennis à ce niveau ? Cela doit être contraignant pour votre corps !
Joel Teague, Melbourne

Difficile de savoir, mais je n’ai que 23 ans et bénéficie encore de temps. S'il vous plaît ne me mettez pas à la retraite trop tôt ...


Rafa, croyez-vous que l'Espagne aura une chance de soulever la Coupe du monde cette fois ?
Ivy, la Malaisie

Je pense qu'ils ont une bonne chance cette année. Nous avons effectivement discuté de cela ce soir au dîner.


HEY Rafa, je pourrais utiliser des serviettes neuves et celles officielles de l’open d’Australie. Pourriez-vous m’en voler, s'il vous plaît ?
Beth, Melbourne

Hahahahaha. J'ai déjà beaucoup d'amis me le demandant. Et je ne les vole pas ... ils nous les donnent.


Rafa, est-ce que vous ou votre famille gardez les magazines où vous êtes pour créer un album de tous vos bons souvenirs ?
Nader, USA

Pas du tout.


Rafa, combien de balles de tennis pensez-vous avoir signé dans votre carrière ?
Dustin, Etats-Unis

Je n'en ai aucune idée, mais j'essaie d’en signer autant que je peux et je serai ravi de toutes les signer !


Rafa, je pense que votre niveau d'anglais est fantastique et vous avez un look d'enfer dans votre nouvelle ligne de vêtements neufs. Que pensez-vous de Roger Federer vous imitant lorsque vous avez joué avec lui dans l’exhibition pour Haïti ?
Consuela, Etats-Unis

Merci beaucoup. Encore un long chemin à parcourir pour améliorer mon anglais. Je pense que Roger a été drôle et nous avons eu beaucoup de plaisir.


Rafa, je suis un de vos supers fans, vous êtes une personne très inspirante.
Je me demandais, avez-vous des avis sur les vêtements que vous portez à chaque tournoi, car ils sont très créatifs et colorés. Aidez-vous à les concevoir ?
Lazaria Delomne, Nouvelle-Zélande

Oui, je donne un avis. Ce n'est pas à moi de les concevoir. Clairement. J'aime les couleurs, c'est comme Majorque.


Rafa qu'est-ce qui vous manque le plus dans Majorque lorsque vous voyagez dans le monde ?
Ange, Melbourne

La nourriture, les gens, ma maison ...
# 21/01/2010 à 23:50 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°10) bat Taylor Dent (USA) : 6-4, 6-3, 6-3
Juan Monaco (ARG/n°30) bat Michael Llodra (FRA) : 3-6, 3-6, 7-5(5), 6-1, 6-3
Albert Montanes (ESP/n°31) bat Stéphane Robert (FRA) : 4-6, 6-7(3), 6-2, 6-3, 6-2
Roger Federer (SUI/n°1) bat Victor Hanescu (ROU) : 6-2, 6-3, 6-2
Novak Djokovic (SER/n°3) bat Marco Chiudinelli (SUI) : 3-6, 6-1, 6-1, 6-3
Nikolay Davydenko (RUS/n°6) bat Illya Marchenko (UKR) : 6-3, 6-3, 6-0
Fernando Verdasco (ESP/n°9) bat Ivan Sergeyev (UKR) : 6-1, 6-2, 6-2
Tommy Haas (ALL/n°18) bat Janko Tipsarevic (SER) : 4-6, 6-4, 6-3, 1-6, 6-3
Mikhail Youzhny (RUS/n°20) bat Jan Hajek (RTC) : 6-2, 6-1, 6-1
Lleyton Hewitt (AUS/n°22) bat Donald Young (USA) : 7-6(4), 6-3, 6-1
Nicolas Almagro (ESP/n°26) bat Benjamin Becker (ESP) : 6-4, 6-2, 3-6, 4-6, 6-3
Marcos Baghdatis (CHY) bat David Ferrer (ESP/n°17) : 4-6, 3-6, 7-6(4), 6-3, 6-1
Alejandro Falla (COL) bat Marcel Granollers (ESP) : 6-4, 6-1, 6-3
Lukasz Kubot (POL) bat Santiago Giraldo (COL) : 6-4, 3-6, 6-3, 6-1
Stefan Koubek (AUT) bat Ivan Dodig (CRO) : 7-6(4), 6-1, 6-2
Denis Istomin (OUZ) bat Michael Berrer (ALL) : 7-5, 6-3, 6-4


Tsonga et Federer dans le tempo

Jo-Wilfried Tsonga et Roger Federer se sont qualifiés en trois sets pour le 3e tour de l'Open d'Australie. La Français face à Dent et Federer face à Hanescu. Djokovic a perdu un set devant Chiudinelli, Davydenko est allé vite. Llodra et Robert ont perdu en 5 sets après avoir mené deux sets à rien.


FEDERER TIENT LE COUP

Roger Federer (SUI, 1) bat Victor Hanescu (ROU) 6-2, 6-3, 6-2
Prochain adversaire : Montanes (ESP, 31)

Ceux qui pensaient que le trône de Federer vacillait en ont pour leur argent. Après un premier tour peu convaincant face à Andreev, qui a eu trois balles pour mener deux sets à un, le Suisse n'a pas tardé à remettre les pendules à l'heure, offrant face au Roumain Hanescu une partition dont lui seul a le secret.

Emprunté pour son entrée dans le tournoi, le numéro un mondial a parfaitement rectifié le tir. Ancien 26e au classement ATP, quart de finaliste à Roland-Garros, Hanescu n'est pas le premier venu sur le planète tennis et pourtant, exceptées cinq balles de break, dont trois consécutives au cours de la première manche, il n'a jamais été en mesure d'enrayer l'exceptionnel horloge suisse. Dominateurs dans tous les compartiments du jeu, le numéro un mondial a signé un véritable récital, faisant étalage de toute l'étendue de son arsenal.

Malgré des efforts incessants et louables, le Roumain n'a jamais pu mettre en évidence la moindre faille dans la machine helvète. Services précis, volées aiguisées, accélérations de fond de court décapantes... Roger Federer n'a rien laissé au hasard pour rendre une copie royale, digne du Prince Williams présent dans les tribunes. 52 coups gagnants pour seulement 18 fautes directes... Quand il évolue à un tel niveau, peu de joueurs ont les moyens de mettre en doute sa supériorité. L'heure de la succession n'a pas encore sonné. N'est-ce pas William ?


LA PERF' DU JOUR :


. Marcos Baghdatis (CHY) bat David Ferrer (ESP, 17) 4-6, 3-6, 7-6 (7/4), 6-3, 6-1
Prochain adversaire : Hewitt.
Lleyton Hewitt (AUS, 22) bat Donald Young (EU) 7-6, 6-4, 6-1


LES FRANÇAIS :

Il n'y a plus que trois Français et une Française en course à l'Open d'Australie de tennis après les défaites de Michaël Llodra et Julie Coin au deuxième tour, jeudi à la mi-journée à Melbourne. Jo-Wilfried Tsonga a rejoint au troisième tour Gaël Monfils, Florent Serra et Marion Bartoli, qualifiés depuis la veille. Quoiqu'il arrive, la France fera moins bien que l'année dernière, où ils étaient neuf représentants au troisième tour, un record.


TSONGA AVAIT FAIM


Jo- Wilfried Tsonga (FRA, 10) bat Taylor Dent (EU) 6-4, 6-3, 6-3
Prochain adversaire : Haas.

Peu convaincu par son entrée dans le tournoi face à l'Ukrainien Stakovsky, malgré une qualification acquise en trois sets, Jo-Wilfried Tsonga ne s'est pas fait attendre pour rendre une copie d'un tout autre acabit. Pourtant, généralement peu à l'aise face aux gros serveurs et adeptes du service volée, le numéro tricolore a littéralement marché sur Taylor Dent, faisant la démonstration de ses immenses progrès réalisés en retour. "Je retourne mieux, même face à un grand serveur comme Taylor, même quand ça vient à 230 km/h, je retourne ! ", a-t-il ainsi lancé tout sourire à l'issue de son match.

Marqué par ses défaites successives face à Karlovic à Wimbledon, Isner à Washington et Guccione à Cincinnati, trois joueurs réputés avant tout pour leur puissance au service, le protégé d'Eric Winogradsky avait décidé pendant sa préparation hivernale de mettre l'accent sur le retour. Le travail effectué semble avoir été efficace. Comme un symbole de ces progrès, le Tricolore plantait dès sa première balle un retour court croisé tonitruant. Le ton était donné et Jo n'allait alors plus jamais lâcher sa proie.

Eloigné des courts entre 2006 et 2009 à cause d'une fracture à une vertèbre nécessitant deux opérations et le port d'un corset pendant près d'un an, Taylor Dent a donné le sentiment de ne pas vraiment joué dans la même catégorie. Pourtant réputé pour la puissance de son engagement, pour sa qualité athlétique et sa couverture de terrain au filet, le bombardier US, réduit au simple rôle de faire-valoir, n'a jamais réussi à bousculer Jo, encaissant une pluie de retours tonitruants et passing précis. Mis en confiance par son efficacité au service (seulement 25% des points concédés sur ses jeux de service, une seule balle de break concédée), le Français, ultra-concentré, a évolué en pleine confiance, régalant le public de la Hisense Arena de coups droits ravageurs, volées et lob parfaitement contrôlés... la saison semble lancée.


LLODRA ET ROBERT : SCENARIO CATASTROPHE


Les deux joueurs menaient deux sets à zéro avant de se faire reprendre.

. Juan Monaco (ARG , 30) bat Michael Llodra (FRA) 3-6, 3-6, 7-6(5), 6-1, 6-3
Prochain adversaire : Davydenko.

Michaël Llodra a manqué le coche au deuxième tour de l'Open d'Australie où il a laissé passer une avance de deux sets et d'un break d'avance face à l'Argentin Juan Monaco, jeudi. Il a mené 6-3, 6-3, 3-1 avant de s'effriter et perdre les trois derniers sets 7-6, 6-1, 6-3. Le Parisien de 29 ans, un des rares serveurs-volleyeurs du circuit a longtemps contrôlé la partie, en prenant le filet dès que possible (113 montées pour 59 réussites!). Une fois le troisième set envolé, il a craqué physiquement face à Monaco, tête de série N.30 qui réussit pour la deuxième fois de sa carrière à remonter un déficit de deux sets à zéro pour gagner le droit d'affronter Nikolay Davydenko au prochain tour.

"Je fais un bon début de match mais à 3-1 au troisième set je ne prends pas assez de temps pour servir alors que j'avais le soleil dans les yeux. A la fin du set, je commence à ressentir un coup de moins bien. J'ai un regret sur le tie -break dans ce set mais ensuite mes douleurs au pied sont devenues insupportables. J'ai quatre ou cinq ampoules. Mes pieds sont dans un état catastrophique. Et il faisait très chaud. J'ai fait avec les moyens du bord mais ça n'a pas suffi", a expliqué Mika. Il a même été obligé d'échnager ses chaussures avec le préparateur physique de la FFT, Paul Quétin, en cours de match.
Llodra, 72e mondial, avait battu un autre Argentin Martin Vassallo Arguello en ouverture, il pouvait atteindre pour la première fois de sa carrière le troisième tour à Melbourne. C'était l'occasion aussi d'enterrer définitivement une période difficile puisqu'il avait perdu au premier tour de ses deux premiers tournois de l'année, handicapé par une douleur au dos. Malgré une surface qui convient a priori à son jeu, Llodra n'avait plus dépassé le premier tour à Melbourne depuis sa première participation en 2000.

. Albert Montanes (ESP, 31) bat Stéphane Robert (FRA) 4-6, 6-7 (3/7), 6-2, 6-3, 6-2.
Prochain adversaire: Federer ou Hanescu.


DAVYDENKO AU PAS DE CHARGE


. Nikolay Davydenko (RUS, 6) bat Illya Marchenko (UKR, Q) 6-3, 6-3, 6-0
Prochain adversaire : Monaco.


DJOKOVIC SANS PRESSION


. Novak Djokovic (SER , 3) bat Marco Chiudinelli (SUI) 3-6, 6-1, 6-1, 6-3
Prochain adversaire : Istomin


AUTRES RESULTATS

Mikhail Youzhny (RUS, 20) bat Jan Hajek (RTC) 6-2, 6-1, 6-1

Fernando Verdasco (ESP, 9) bat Ivan Sergeyev (UKR, Q) 6-1, 6-2, 6-2.

J.C., T.B.et AFP


PROGRAMME DE VENDREDI

Rod Laver Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Elena Baltacha (GBR) - Dinara Safina (RUS/n°2) : 0-0
Andy Roddick (USA/n°7) - Feliciano Lopez (ESP) : 5-0
Florian Mayer (ALL) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°4) : 1-1

A partir de 19h00 (9h00 en France)

Philipp Kohlschreiber (ALL/n°27) - Rafael Nadal
(ESP/n°2) : 0-4


Angelique Kerber (ALL) - Svetlana Kuznetsova (RUS/n°3) : 0-0


Hisense Arena

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Jelena Jankovic (SER/n°8) - Alona Bondarenko (UKR/n°31) : 9-0
Justine Henin (BEL) - Alisa Kleybanova (RUS/n°27) : 1-0
Andy Murray (GBR/n°5) - Florent Serra (FRA) : 0-0

A partir de 19h00 (9h00 en France)

Kim Clijsters (BEL/n°15) - Nadia Petrova (RUS/n°19) : 4-0
Ivo Karlovic (CRO) - Ivan Ljubicic (CRO/n°24) : 1-0


Margaret Court Arena

Pas avant 12h30 (2h30 en France)

Sara Errani (ITA) - Yanina Wickmayer (BEL) : 0-2
John Isner (USA/n°33) - Gaël Monfils (FRA/n°12) : 2-1
Marin Cilic (CRO/n°14) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°19) : 1-4


Court 2

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Evgeny Korolev (KAZ) - Fernando Gonzalez (CHL/n°11) : 1-2


Court 3

Pas avant 12h30 (2h30 en France)

Maria Kirilenko (RUS) - Roberta Vinci (ITA) : 2-0
Jie Zheng (CHN) - Marion Bartoli (FRA/n°11) : 0-1
# 23/01/2010 à 00:03 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

John Isner (USA/n°33) bat Gaël Monfils (FRA/n°12) : 6-1, 4-6, 7-6 (7/4), 7-6 (7/5)

Andy Murray (GBR/n°5) bat Florent Serra (FRA) : 7-5, 6-1, 6-4

Rafael Nadal (ESP/n°2) bat Philipp Kohlschreiber (ALL/n°27) : 6-4, 6-2, 2-6, 7-5

Juan Martin Del Potro (ARG/n°4) bat Florian Mayer (ALL) : 6-3, 0-6, 6-4, 7-5

Andy Roddick (USA/n°7) bat Feliciano Lopez (ESP) : 6-7 (4/7), 6-4, 6-4, 7-6 (7/3)

Fernando Gonzalez (CHL/n°11) bat Evgeny Korolev (RUS) : 6-7 (5/7), 6-3, 1-6, 6-3, 6-4

Marin Cilic (CRO/n°14) bat Stanislas Wawrinka (SUI/n°19) : 4-6, 6-4, 6-3, 6-3

Ivo Karlovic (CRO) bat Ivan Ljubicic (CRO/n°24) : 6-3, 3-6, 6-3, 7-6 (9/7)


Nadal évite le coup de chaud

Rafael Nadal a résisté à Philipp Kohlschreiber (6-4, 6-2, 2-6, 7-5) au 3e tour de l'Open d'Australie. Monfils a été sorti par le géant américain John Isner (6-1, 4-6, 7-6, 7-6). Il n'y a plus qu'un Français à Melbourne : Tsonga. Roddick, Del Potro, Cilic et Gonzalez ont lutté, Murray a battu Serra.


NADAL AVAIT LES MAINS MOITES


Rafael Nadal (ESP, 2) bat Philipp Kohlschreiber (ALL, 27) 6-4, 6-2, 2-6, 7-5 en 3h30.
Prochain adversaire : Karlovic
Ivo Karlovic (CRO) bat Ivan Ljubicic (CRO, 24) 6-3, 3-6, 6-3, 7-6 (9/7).

Rafael Nadal a eu chaud ce vendredi sur le Rod Laver Arena. Heureusement pour lui, l'humidité ambiante était aussi une contrainte pour Philipp Kohlschreiber. Après 3h30 d'un match laborieux, où les deux joueurs se sont montrés irréguliers, l'Espagnol a certes lâché son premier set du tournoi mais il s'est qualifié pour les huitièmes de finale pour la cinquième fois de suite (absent en 2006). Le voilà désormais face à Ivo Karlovic dans une partie de tableau plutôt ouverte et incertaine.

Le N.2 mondial, qui semblait monter en puissance après deux tours, a commis des erreurs aussi flagrantes qu'en fin de saison dernière, quand il jouait trop court. Avec 38 fautes directes, contre 58 pour son adversaire, il s'est souvent mis en danger sur son propre engagement. Kohlschreiber a eu 15 balles de break au total (7 dans la première manche, 2 dans les deux suivantes, et 4 dans la dernière). Il lui a fallu attendre la 10e pour obtenir son premier break du jour. L'Allemand, 26e au classement ATP, a suivi tout au long de la partie une stratégie offensive : prendre l'initiative en coup droit sans hésiter à monter au filet. Habile dans ses montées, toniques en coup droit, il a manqué un peu de lucidité à l'Allemand pour faire la différence sur le service de Nadal. "Le plus important est d'avoir gagné mais je ne suis pas très content de mon niveau de jeu", s'est plaint le Majorquin. C'était un mauvais jour pour moi. Au deuxième et troisième set c'était franchement mauvais. Il faut que je retrouve agressivité et profondeur de balle, ça rend les choses plus faciles."

Tout le mérite de Kohlschreiber est de ne jamais avoir abandonné. Malgré sa frustration sur les balles de break, celui qui avait sorti Novak Djokovic au troisième tour du dernier Roland-Garros a poussé dans le troisième et le quatrième. Deux breaks, sur ses deux seules balles de break du set, lui ont donné l'avantage au troisième. Il est revenu une fois au score dans le quatrième (de 3-4 à 4-4) avant "d'exploser" physiquement lors de son dernier jeu de service. "C'était très serré. A 5-5 dans le dernier set, tout aurait pu arriver. Il a fait alors quelques erreurs en coup droit qui lui ont coûté cher", a commenté le tenant du titre. Nadal doit-il refroidir ses ardeurs pour la suite du tournoi pour autant ? Son prochain match, face à Ivo Karlovic et sa valise de 25 aces minimum, donnera la température.


MONFILS ET SERRA ELIMINES, TSONGA RESTE SEUL A MELBOURNE

. John Isner (EU, 33) bat Gaël Monfils (FRA, 12) 6-1, 4-6, 7-6 (7/4), 7-6 (7/5)
Prochain adversaire : Murray.

Après les défaites de Gaël Monfils et Florent Serra un peu plus tôt, il n'y a plus qu'un Français en course, tous tableaux confondus : Jo-Wilfried Tsonga, lequel disputera son troisième tour samedi. C'est d'ores et déjà le pire bilan français à Melbourne depuis 2003 où Sébastien Grosjean avait été le seul représentant à dépasser le troisième tour. Gaël Monfils est tombé de haut face à John Isner, 28e joueur mondial, qui culmine à 2,06 m, soit un serveur genre "Karlovic américain". Le N.2 français, sur la lancée d'un premier set médiocre, a mené 1-6, 6-4, 4-1 avant de retomber dans ses travers, cédant son service sur une double-faute, alors que son adversaire, auteur de 26 aces, est resté inaccessible sur son engagement.

Le syndrome du grand serveur est devenu un classique du circuit. Prenez un joueur punchy aimant le spectacle et le tennis qui fait boum, comme Tsonga ou Monfils, mettez-lui un gratte-ciel de plus de 2 mètres face à lui, avec 25 aces dans la manche et vous obtiendrez un précipité tricolore sans saveur. Monfils a tout donné face à Isner, il s'est encouragé, a joué au mieux ses retours, cherché à bouger la carcasse de ce natif de Caroline du Nord. En vain. Il n'a pas été mauvais au service (71% de points inscrits sur premières), il a commis moins de fautes directes (28 contre 38) mais il a été toujours trop loin de la "ligne d"avantage". Isner l'a pris au collet, sans hésiter à monter au filet de façon systématique. La tactique a été couronnée de succès (35 points sur 53 montées seulement mais une pression constante). "J'ai fait un match correct, pas dégueulasse", a retenu Monfils. J'ai déjà perdu plus salement en Grand Chelem. Là j'ai fait mon match contre un joueur costaud. J'ai eu quelques occas' mais je ne les ai pas saisies, lui a bien géré les moments importants, mieux que moi, bravo à lui. John a bien joué le jeu." Vainqueur à Auckland, Isner se dresse maintenant sur la route de Murray.

Quant à Monfils, il va passer par Johannesburg, où Tsonga s'était imposé l'an passé, et il se fixe comme prochain objectif la Coupe Davis. Il doit faire oublier ces défaites l'an passé contre les Pays-Bas. Diminué par une blessure à l'épaule avant d'arriver à Melbourne, Monfils a joué sous anti-inflammatoires en ce début de tournoi, on pouvait douter de sa capacité à durer deux semaines sur un Grand Chelem. C'est ainsi que l'on comprendra son résumé du tournoi : "Cette défaite casse toutes mes stats. Ça faisait longtemps que je n'avais plus raté une deuxième semaine. Je vais perdre un paquet de points après mon huitième de finale ici l'année dernière. Ça a été un tournoi bizarre. D'abord deux qualifiés, c'est-à-dire le jackpot, et après un gars comme Isner. C'est vraiment bizarre. Mais ce n'est pas la fin du monde."


LES TÊTES FONT FRONT, MAIS SEUL MURRAY PASSE EN TROIS SETS

. Juan Martin Del Potro ( ARG , 4) bat Florian Mayer (ALL) 6-3, 0-6, 6-4, 7-5.
Prochain adversaire : Cilic
Marin Cilic (CRO, 14) bat Stanislas Wawrinka (SUI, 19) 4-6, 6-4, 6-3, 6-3

. Andy Roddick (USA/N.7) bat Feliciano Lopez (ESP) 6-7 (4/7), 6-4, 6-4, 7-6 (7/3)
Prochain adversaire : Gonzalez.
Fernando Gonzalez (CHI/N.11) bat Evgeny Korolev (RUS) 6-7 (5/7), 6-3, 1-6, 6-3, 6-4

. Andy Murray (GBR/N.5) bat Florent Serra (FRA) 7-5, 6-1, 6-4
Prochain adversaire : Isner.
Eurosport - avec AFP


PROGRAMME DE SAMEDI

Rod Laver Arena

A partir de 11h (01h00 HF)

Alberta Brianti (ITA) - Samantha Stosur (AUS/n°13)
Casey Dellacqua (AUS) - Venus Williams (USA/n°6)
Roger Federer (SUI/n°1) - Albert Montanes (ESP/n°31) 2-0


Hisense Arena

A partir de 11h (01h00 HF)

Tathiana Garbin (ITA) - Victoria Azarenka (BLR/n°7) 0-2
Serena Williams (USA/n°1) - Carla Suarez Navarro (ESP/n°32)
Novak Djokovic (SER/n°3) - Denis Istomin (OUZ)

A partir de 19h (09h00 HF)

Lleyton Hewitt (AUS/n°22) - Marcos Baghdatis (CHY) 1-2
Caroline Wozniacki (DAN/n°4) - Shahar Peer (ISR/n°29) 2-0


Margaret Court Arena

A partir de 11h (01h00 HF)

Vera Zvonareva (RUS/n°9) - Gisela Dulko (ARG) 3-0
Juan Monaco (ARG/n°30) - Nikolay Davydenko (RUS/n°6) 1-3
Fernando Verdasco (ESP/n°9) - Stefan Koubek (AUT)

A partir de 19h (09h00 HF)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°10) - Tommy Haas (ALL/n°18) 0-1


Court n°2

Pas avant 12h30 (02h30 HF)

Agnieszka Radwanska (POL/n°10) - Francesca Schiavone (ITA/n°17) 0-3
Nicolas Almagro (ESP/n°26) - Alejandro Falla (COL)


Court n°3

A partir de 11h (01h00 HF)

Mikhail Youzhny (RUS/n°20) - Lukasz Kubot (POL)
Daniela Hantuchova (SVQ/n°22) - Na Li (CHN/n°16) 2-1
# 23/01/2010 à 10:14 Nico
COMMENTAIRES ET REPONSES DE RAFA !

Le jour où j'ai battu Moya au soccer

Bonjour tout le monde. Le point culminant de ma journée aujourd'hui ? Juan Monaco et moi avons battu Moya et Marc Lopez au soccer à la PlayStation !

Je sais que cela sonne mal pour de nombreuses raisons ... parce que le tennis est la raison pour laquelle nous sommes ici et c'est la priorité, parce que ce n'est pas gentil de se vanter de ses propres victoires, parce que Moya est plus âgé que moi, et ... mais c'était un match très important avec beaucoup de tension et c’est pour cela que j’en parle !

Moya est connu pour être le meilleur, mais Monaco et moi formons une équipe magique ! Nous avons même eu des spectateurs, dans ma chambre : Carlos Costa, mon père, Rafa Maymó, Benito, Tuts ... C’était très drôle !

Pour le reste, ce fut une bonne journée avec un entrainement agréable avec Marc Lopez dans la matinée. J’ai déjeuné sur le site du tournoi puis je suis retourné à l'hôtel.

Pas grand chose à dire aujourd'hui. Je suis toujours excité à cause du match de PlayStation et, plus sérieusement maintenant, je pense beaucoup au match de demain.

J’espère que ça ira !


Rafa, quel est votre joueur de foot préféré ?
Lavia, Sao Paulo, Brésil

À l'heure actuelle, principalement ceux de l'équipe nationale espagnole, spécialement Casillas, Xavi et Iniesta. J'aime aussi des joueurs comme Kaka ou Cristiano Ronaldo.


HOLA Rafael, je pense que vous êtes un joueur extraordinaire et nous espérons vous voir jouer un jour. Ma question est : n’avez-vous jamais attrapé un rhume ou une grippe pour vous empêcher de vous entrainer ou de jouer à un match ?
Heather, Sydney

J'essaie de rester en bonne santé et d’éviter les rhumes et la grippe, puisque nous ne pouvons pratiquement rien prendre au cas où nous l'aurions.


Rafa vous êtes un grand homme, sur et en dehors du court, merci pour l'inspiration.
Ma question: Qu’aimeriez-vous changer en vous ?
Emma, Londres

Merci beaucoup. Je sens que je suis une personne très chanceuse et je ne pense donc pas changer beaucoup de choses.


Rafa, y-a-t-il eu un moment sur le court où vous auriez aimé être ailleurs ?
Scott, Melbourne

Parfois, je veux être sur le point précédent que j'ai gagné. J'aime la compétition, donc je dois dire que j'ai plaisir à jouer, gagner ou perdre (plus pour gagner évidemment).


Rafa, c'était drôle quand la dame dans la foule vous a demandé de vous épouser. Je l'ai vu à la télévision et aimé votre réaction, vous n'avez pas pu vous empêcher de sourire !
Comment vous sentez-vous en sachant que tant de dames de tous âges seraient ravies de vous épouser ? Votre copine est très chanceuse !
Juliette, Royaume-Uni

Hahahahahahahaa. Je ne peux que rire. C’était très gentil. Je suppose que nous aurions besoin de se connaître les uns les autres pour aller beaucoup plus loin, non ?


HOLA Rafa, vous avez souvent dit qu’après la retraite vous souhaiteriez faire profil bas pendant un certain temps, acheter un bateau, prendre votre temps et aller à la pêche et jouer au golf.
Mais je me suis toujours demandé, puisque vous êtes un modèle, si vous aviez envisagé de prendre un virage vers la mode, peut-être à temps partiel, après la retraite. Ce serait un plaisir absolu pour nous les fans !
Mohona

Non, jamais. Pas moi, c'est sûr ...


HI Rafa,
Mon nom est Marina. Je suis serbe, mais je vis en Californie. Je vous ai rencontré à Indian Wells l'an dernier. J'aime beaucoup votre jeu et votre charisme. Je serai à Indian Wells à nouveau. J'espère vous voir.
Ma question est : allez-vous être à l’open de Serbie cette année ? Beaucoup d’amour de votre plus grande fan.
Marina, Californie

HI Marina. Malheureusement je ne serai pas en mesure d’être en Serbie car mon calendrier est vraiment chargé et je ne peux pas jouer toutes les semaines. Imaginez, Monte Carlo, Barcelone, Rome, Belgrade et Madrid tous à la suite ... trop d'efforts.


HI Rafa, Depuis que vous êtes arrivé sur le circuit mondial ATP vous avez eu les cheveux longs. Cela est votre type mais je voudrais savoir si vous aviez envisagé de vous couper les cheveux ?
Deidre, Sydney

Il sont beaucoup plus courts maintenant !


HOLA Rafa !
Je sais que vous aimez les gâteaux mais qu'est-ce que vous avez comme favori dans le chocolat ? Lait, blanc ou noir ?
Kim, Londres

Chocolat au lait.


Rafa, que faites-vous avec les cadeaux des fans ? Avez-vous un cadeau préféré d'un fan ?
Daphnée, Royaume-Uni

Cela dépend de ce que c’est. Je mange effectivement les chocolats. :-)


HI Rafa, je suis si heureux de vous voir en Australie. Je suis un fan de votre page Facebook. J'ai vraiment plaisir à lire vos mises à jour pour voir où vous êtes et ce que vous faites.
J'aime aussi voir vos photos. Mettez-vous à jour votre propre page Facebook ?
Bianca, Sydney

Oui, je le fais. J’obtiens de l'aide pour les traductions de mon manager qui fait en sorte que mon anglais soit correct (comme ici). Mais je veux le faire moi-même.
La plupart du temps je le fais tout seul et j’obtiens les traductions par messagerie par le BlackBerry de Benito.


Rafa, je suis un grand fan de vous et j’ai de nombreuses photos en couleur sur le mur. Mes collègues me disent que c’est pire que chez NBC sport.
Ils me demandent pourquoi je vous apprécie tant et je leur dis que vous êtes une inspiration pour tous et que vous vous battez toujours jusqu'à la fin, avec beaucoup de passion.
Vous êtes unique.
Geri Fisher, Bradenton, en Floride.

Merci beaucoup !!!
# 23/01/2010 à 21:35 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Federer avance, les autres planent

Roger Federer n'a eu aucune difficulté à se qualifier pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie, vendredi. Nikolay Davydenko et Novak Djokovic, encore moins. Souffrant de l'épaule droite, Marcos Baghdatis a écourté son choc face à Lleyton Hewitt.


. FEDERER ENCHAîNE

Roger Federer (SUI, 1) bat Albert Montañés (ESP, 31) 6-3, 6-4, 6-4. Prochain adversaire: Hewitt
Lleyton Hewitt (AUS, 22) bat Marcos Baghdatis (CHY) 6-0, 4-2 abandon

Tranquille comme Federer. Le N.1 mondial n'a eu aucun mal à se hisser en huitième de finale Un break dans chaque manche lui a suffi pour engranger une victoire confortable en trois sets sur l'Espagnol Albert Montanes, 32e joueur mondial qui lui avait pris un set au 2e tour de Roland-Garros il y a deux ans. Si le Suisse a été extrêmement solide sur son service, ne concédant pas la moindre balle de break, il a tout de même réalisé plus de fautes directes (39) que de coups gagnants (36). "C'est un joueur coriace, je m'attendais à ce qu'il rate plus. Ca n'a pas été le cas et il fallait vraiment que je serve bien pour m'éviter des frayeurs", déclarait Federer à la sortie du court.

Le N.1 mondial s'est ainsi définitivement rassuré après un premier tour laborieux face à Igor Andreev où il avait dû défendre trois balles pour être mené deux sets à un. "J'ai eu un tirage au sort difficile, a-t-il dit. L'important était de passer ce premier tour. Je ne sais pas si j'ai élevé mon niveau de jeu depuis car j'étais en fait satisfait de ma performance. Je me sens bien, je suis confiant, frais physiquement et mentalement, j'attends la suite avec impatience." Au prochain tour, Federer sera opposé à Lleyton Hewitt pour la 24e fois de sa carrière. Le finaliste en 2005 reste sur 14 revers de suite face au N.1 mondial.

Hewitt a bénéficié de l'abandon de Marcos Baghdatis après un set et demi joué (6-0, 4-2). Le finaliste à Melbourne en 2006, et vainqueur à Sydney la semaine dernière, n'a visiblement pas récupéré de son dernier match face à David Ferrer remporté en 5 sets : le Chypriote souffre d'une blessure à l'épaule droite. "J'ai senti une douleur hier mais je n'étais pas du tout inquiet. Je ne pensais pas que ça allait m'embêter autant. Je ne sais pas encore exactement ce que c'est. Je vais passer une IRM demain. Les médecins disent que c'est un tendon du biceps. Mais je ne pense pas que ce soit très grave. Je ne pouvais pas contrôler la balle en coup droit, seulement la pousser dans le court. C'est frustrant." La dernière fois qu'il avait rencontré Hewitt à Melbourne, les deux hommes s'étaient quittés à 04h34 du matin, pour le match le plus tardif de l'histoire remporté par l'Australien au cinquième set. Ce vendredi, 54 minutes ont lui suffi.


. DAVYDENKO et DJOKOVIC SE BALADENT

Nikolay Davydenko (RUS/N.6) bat Juan Monaco (ARG/N.30) 6-0, 6-3, 6-4
Prochain adversaire : Verdasco
Fernando Verdasco (ESP/N.9) bat Stefan Koubek (AUT) 6-1, 0-0 abandon

Si tous les favoris ont déroulé pour atteindre les huitièmes de finale à l'Open d'Australie, une mention spéciale revient à Nikolay Davydenko, qui n'a fait qu'une bouchée de l'Argentin Juan Monaco. Vainqueur 6-0, 6-3, 6-4, le Russe, qui reste sur deux titres au Masters de fin d'année 2009 et à Doha, a remporté son douzième succès d'affilée, le troisième de suite en remportant un set 6-0. Il est vrai que l'Argentin a commis 35 fautes directes pour 6 petits coups gagnants... Forcément, ça facilite aussi les choses.

"C'est difficile de savoir pourquoi ça marche aussi bien en ce moment. Aujourd'hui, j'étais très concentré dès le départ, je me suis battu sur chaque point. Je n'ai pas fait une faute pendant les neuf premiers jeux", a souligné le N.6 mondial, sur un nuage depuis l'automne dernier. Il rencontrera désormais le N.9 mondial Fernando Verdasco pour le premier gros choc de la quinzaine. L'Espagnol a gardé ses forces en profitant de l'abandon de Stefan Koubek à la fin du premier set, gagné 6-1 par Verdasco.


Novak Djokovic ( SER , 3) bat Denis Istomin (OUZ) 6-1, 6-1, 6-2
Prochain adversaire : Kubot
Lukasz Kubot (POL) bat Mikhail Youzhny (RUS/N.20) par forfait

Novak Djokovic, N.3 mondial, a également fait vite (6-1, 6-1, 6-2) face à l'Ouzbek Denis Istomin, paralysé par l'enjeu et le contexte. Le Serbe enchaînera face à un autre joueur méconnu, Lukasz Kubot, premier Polonais à atteindre les huitièmes de finale d'un Grand Chelem depuis 27 ans et qui a bénéficié du forfait de Mikhail Youzhny, blessé au poignet. "J'ai commencé à ressentir une douleur lors de mon match (du premier tour) contre Gasquet, a expliqué la tête de série N.20. Cela a empiré de jour en jour. Lors de mon deuxième tour, Hajek a tellement mal joué que j'ai fini par gagner. Aujourd'hui, j'ai essayé de m'échauffer mais je ne peux pas faire un revers. Le médecin m'a dit que c'était trop risqué de jouer."


. LES FRANÇAIS

Jo- Wilfried Tsonga (FRA, 10) bat Tommy Haas (ALL,18) 6-4, 3-6, 6-1, 7-5
Prochain adversaire: Almagro
Nicolas Almagro (ESP, 26) bat Alejandro Falla (COL) 6-4, 6-3, 6-4
Eurosport - S.P. avec AFP


Nadal : "Je n'ai pas peur"


Ivo Karlovic vise Rafael Nadal en 1/8 de finale de l'Open d'Australie. Le "géant de Salata", haut de 2,08m, est le meilleur frappeur d'aces de l'Open d'Australie (93) et a le meilleur pourcentage de jeu remporté sur son service (92%). Mais il reste un joueur comme les autres pour le tenant du titre.


Rafael NADAL (ESP, 2) - Ivo KARLOVIC (CRO)
Face-à-face : 2-0 Nadal


Votre victoire au 3e tour face à Philipp Kohlschreiber a été acquise dans la douleur après 4 sets. Que pensez-vous qu'il vous manque encore dans votre jeu ?

R.N. : C'était un match assez long et je n'étais pas vraiment dans un bon jour. Le plus important est d'avoir gagné mais je ne suis pas très content de mon niveau de jeu. Au deuxième et troisième sets, c'était franchement mauvais. Il faut que je retrouve ma profondeur de balle en coup droit comme en revers, ça rendrait les choses plus faciles. Mais plus particulièrement, il faut que je sois plus agressif, je pense.


Avez-vous retrouvé totalement votre confiance ?

R.N. : J'ai commencé doucement. Peut-être plus doucement que d'habitude. Non pas parce que je manque de confiance, mais parce que je sentais moins bien la balle. J'ai l'impression que j'ai besoin d'un set avant de me sentir mieux. Mon match face à Kohlschreiber l'a montré, je crois, en sauvant beaucoup de balles de break en début de partie et moins par la suite. Plus le tournoi avance, plus je m'améliore. En tout cas, j'espère... Je pense que je suis prêt pour des parties plus intenses à présent.


Votre prochain match s'annonce justement intéressant face à Ivo Karlovic, l'un des meilleurs serveurs du circuit. Que cela vous inspire-t-il ? Vous effraie-t-il ?

R.N. : Non, pas du tout. Je l'ai déjà battu à deux reprises (à Milan sur dur en 2004 et au Queen's sur herbe en 2008, NDLR). Cela a été deux matches serrés car c'est un joueur toujours très difficile à jouer. La victoire se décide sur quelques points. Il faut que je me concentre sur mon service et que j'essaye de convertir le peu d'opportunités que j'espère avoir en retour pour faire gagner le match. Mais le jouer lui ou un autre m'importe peu. Je suis surtout content d'être encore en lice.


Qu'avez-vous besoin pour retrouver totalement votre confiance ? Battre encore un joueur du Top 10 par exemple ?

R.N. : Je suis en confiance. Ce n'était peut-être pas le cas en tout début de saison, mais maintenant, c'est autre chose. Je me dis que la saison est encore longue. Si je perds au prochain tour face à Karlovic, j'aurai d'autres opportunités dans la saison pour briller de nouveau. L'Open d'Australie est un tournoi important, mais ce n'est pas la fin du monde si je perds. Je fais à chaque fois mon maximum. Quand vous le faites souvent, à un moment ça paye.


Le fait que vous ne soyez plus au top du classement ATP ne vous affecte plus ?

R.N. : Vous savez, je suis très heureux de ce que j'ai accompli dans ce sport. Et je suis encore très heureux de ce que je fais aujourd'hui. Je n'ai que 23 ans, j'ai gagné 15 titres en Masters, 6 tournois du Grand Chelem... C'est plus que je n'espérais dans ma vie entière. Vous pouvez dire ce que vous voulez, ces trophées sont chez moi et personne ne pourra me les enlever. Je suis bien conscient que certaines personnes se posent des questions à mon sujet, sur ma chute de la première place mondiale, mais cela m'importe peu. Je joue pour faire le mieux que je peux.


Vous arrivez à faire abstraction de la place de N.1 perdue au profit de Roger Federer ?

R.N. : Il y a énormément de bons joueurs sur le circuit, mais j'ai tout entre mes mains pour réussir encore de grandes choses. Et j'ai encore le temps pour moi. Maintenant, mes objectifs premiers sont de me qualifier pour le prochain tour et d'être compétitif. Je ne veux pas voir plus loin. La place de N.1 mondial, je ne veux pas y penser. Ce n'est en tout cas pas un but pour moi.


Vous êtes très populaire dans les gradins de Melbourne. Vous en rendez-vous compte ?

R.N. : Je me sens très bien ici. J'ai joué des matches extraordinaires. Notamment contre Hewitt ma première année. La seconde fois, j'ai réussi à le battre en cinq sets et malgré cela, le public est toujours agréable avec moi. C'est sympa. Je ne peux que les remercier.
Eurosport



PROGRAMME DE DIMANCHE

Rod Laver Arena, à partir de 11h (1h heure française) :

Andy Murray (GBR/n°5) - John Isner (USA)
Ivo Karlovic (CRO) - Rafel Nadal (ESP/n°2)

Pas avant 19h (9h heure françaises) :

Justine Henin (BEL) - Yanina Wickmayer (BEL)
Andy Roddick (USA/n°7) - Fernando Gonzalez (CHI/n°11)


Hisense Arena, à partir de 11h (1h heure française) :

Alona Bondarenko (UKR/n°31) - Jie Zheng (CHN)
Nadia Petrova (RUS/n°19) - Svetlana Kuznetsova (RUS/n°3)
Marin Cilic (CRO/n°14) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°4)


Pas avant 15h, (5h heure française) :

Maria Kirilenko (RUS) - Dinara Safina (RUS/n°2) match pouvant être déplacée sur la Rod Laver Arena
# 24/01/2010 à 23:10 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

* Roddick - González
* 6-3,3-6,4-6,7-5,6-2

* Cilic - Del Potro
* 5-7,6-4,7-5,5-7,6-3

* Murray - Isner
* 7-6(7/4),6-3,6-2

* Nadal - Karlovic
* 6-4,4-6,6-4,6-4


Nadal rejoint Murray


Rafael Nadal a su contrer la puissance au service d'Ivo Karlovic pour s'imposer (6-4, 4-6, 6-4, 6-4) et rejoindre ainsi Andy Murray en quart.

Contre Ivo Karlovic, les joueurs mettent dans leur sac un kit de survie avec deux ingrédients essentiels : la concentration et le sens du détail. Sur la Rod Laver Arena, Rafael Nadal s'arme donc de patience pour rejoindre Andy Murray en quarts de finale. Il attend son heure pour s'imposer (6-4, 4-6, 6-4, 6-4 en 2h36') contre le Croate, auteur pourtant de 28 aces et 68% de premières balles. Dans le genre "comment battre un grand serveur", la leçon de Maître Rafa vaut de l'or : « Premièrement, si tu perds une fois ton service, tu as de fortes chances de perdre le set. Deuxièmement quand tu retournes, tu dois être concentré à 100% tout le temps parce que tu dois saisir ta chance. S'il rate quelques premières balles, tu dois essayer d'être présent tout le temps. Si tu n'es pas concentré tout le temps, c'est impossible. »

Pendant 26 minutes, les services défilent comme une armée en procession. A 4-4, les deux joueurs n'ont perdu que trois points chacun sur leurs engagements respectifs ! « Quand il sert, c'est comme un penalty, tu dois choisir un côté», image le tenant du titre. Puis un petit détail insignifiant au premier abord, capital après coup, donne le ton. Sur son premier point de service, Ivo Karlovic rate une volée facile. C'est déjà une ouverture et le Majorquin se jette sur l'occasion en relançant parfaitement pour s'offrir ses deux premières balles de break. Un ace et un service gagnant éteignent le fumerole. En champion, Rafael Nadal ravive la flamme et breake grâce à un excellent retour de revers sur une première balle à 218 km/h.
Concentration et sens du détail

Ce sens du détail n'empêche pas le danger et le Croate possède le don du hold-up. Non seulement, il sert fort mais il trompe son monde en fond de court. Il peut lâcher quelques coups droits gagnants, réaliser des "chip and charge" très propres et proposer quelques variations intéressantes avec des amorties ou des revers décroisés. A 5-4 dans la deuxième manche, Ivo Karlovic enfile sa panoplie de gentleman cambrioleur sur le service de l'Espagnol. Il empoche la manche sur un jeu blanc conclu par un point remporté sur deux revers qui touchent la bande du filet puis un retour boisé très improbable de coup droit.

De quoi être frustré ? Sûrement dans l'instant. En homme expérimenté, Rafael Nadal oublie la mésaventure et se tourne vers le prochain point. «Je restais concentré sur mon service où j'essayais de ne pas commettre trop de fautes et j'attendais juste d'avoir une opportunité en retours», résume le champion qui avoue avoir vécu le match le plus difficile de son début de saison car il n'y avait pas de rythme. Lors des deux sets suivants, le numéro 2 mondial ne laisse plus aucune ouverture à son adversaire et il réalise à deux reprises le break à 1-1 pour finir tranquillement et aller plaisanter avec Jim Courier, intervieweur sur le court, sur le Nadal virtuel. A la Playstation, le faux Nadal joue trois mètres derrière sa ligne de fond et le Majorquin préfère choisir un autre joueur. Sur le court, c'est autre chose. Avec 35 points gagnants, le vrai Nadal est beaucoup plus percutant que son double et Ivo Karlovic aurait sûrement préféré affronter son clône...
S.D.


PROGRAMME DE LUNDI

Rod Laver Arena, à partir de 11h (1h heure française) :

Francesca Schiavone (ITA/n°17) - Venus Williams (USA/n°6) : 0 - 5
Fernando Verdasco (ESP/n°9) - Nikolay Davydenko (RUS/n°6) : 1 - 6
Serena Williams (USA/n°1) - Samantha Stosur (AUS/n°13) : 2 - 1

Pas avant 19h30 (9h30 heure française) :

Roger Federer (SUI/n°1) - Lleyton Hewitt (AUS/n°22) : 16 - 8
Vera Zvonareva (RUS/n°9) - Victoria Azarenka(BLR/n°7) : 4 - 0


Hisense Arena, à partir de 11h (1h heure française) :

Un double
Caroline Wozniacki (DAN/n°4) - Na Li(CHN/n°16) : 1 - 1
Novak Djokovic (SER/n°3) - Lukasz Kubot (POL) : 1 - 0
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°10) - Nicolas Almagro (ESP/n°26) : 0 - 0
# 25/01/2010 à 21:47 Nico
Voici les petits blogs de Rafa et ses réponses aux questions posées pendant le week end !


Bonjour tout le monde. Il est très tard ce soir. Le match d'aujourd'hui a été très long et nous sommes rentrés à l'hôtel vraiment, vraiment en retard.

J'ai juste fini de dîner ici, dans ma chambre avec mon équipe et je suis en train de faire mes étirements.

Maymó est déjà en train de me dire de me dépêcher de monter sur la table de massage. Désolé pour ce blog très court.

Permettez-moi de vous dire que je ne me sentais pas très bien aujourd’hui dans le jeu et je dois remercier la majeure partie du public pour me soutenir autant. Cela m'a vraiment aidé dans les moments difficiles.

Je pense que Philipp a vraiment bien joué et il a aussi mérité ce grand soutien du public aujourd'hui. C'était excitant et encore merci !

Espérons que demain, j'aurai plus du temps.

Bonne nuit à tous.

Rafa.



Salut Rafa. Qu’écoutez-vous sur votre iPod en ce moment ?
Kim, Londres

J'ai surtout de la musique espagnole ... des choses comme Shakira, La Oreja de Van Gogh, Alejandro Sanz, Julio Iglesias, Enrique Inglesias etc.


HI Rafa, je vois que le Prince William était à l'Open d'Australie et il avait une photo prise avec Roger Federer.
Je me demandais si vous avez eu la chance de le rencontrer et si oui, pouvez-vous partager un peu de quoi vous avez parlé ?
J'apprécie vraiment vos réponses aux questions et les blogs, j'ai hâte de lire tout ce qui est écrit chaque jour.
Juliette, Lancashire, en Angleterre

Non, je n'en ai pas eue la possibilité. Ils m'ont dit qu'il était venu voir la session de nuit et j'étais déjà à l'hôtel. J'aurais aimé le rencontrer.


HOLA Rafa,
Vous êtes mon inspiration et une source d'inspiration pour des millions de gens partout dans le monde.
Donc, je voudrais vraiment savoir ce qui vous maintient ainsi ?
Mohona

Je suppose que l'éducation que j'ai reçue de ma famille m'aide à comprendre la façon dont fonctionne la vie.


Cher Rafa, je sais que vous êtes passionné de pêche. Je pêche depuis l'âge de cinq.
Quand avez-vous commencé ? Vous aimez l'eau salée ou la pêche en eau douce ? Et avez-vous déjà été à la pêche sur glace ?
Naomi Wallace, UK

Je suis toujours allé à la pêche avec mon père à Majorque. J'ai toujours aimé. Je n'ai jamais été à la pêche sur glace.


Rafa, comment gérez-vous le calendrier de vos repas quand il y a des retards de pluie avant ou pendant les matchs et comment gérez-vous les apports en sucre par rapport à l’énergie dépensée ?
Juliette Westbrook-Finch, Angleterre

Je suppose que c'est plus une question pour la semaine de Wimbledon, dans le passé (et non plus avec le toit). Vous savez comment fonctionne votre corps.


Cher Rafa ! Sur l'un de vos entraînements, j'ai vu comment vous avez saisi le genou droit. Je suis inquiète. Vous êtes blessé à un genou ? Comment vous vous sentez ? J'espère que vos genoux vont bien !
Paolina

Je vais parfaitement bien, merci.


HOLA Rafa ! Je me demandais ce qui se passe avec vos vieilles raquettes quand vous décidez de les changer, est-ce que vous les gardez dans une salle spéciale ?
Cezara

Je garde un exemplaire de chaque modèle avec lequel je joue. Les autres je les donne pour des ventes aux enchères de charité et quelques autres à des amis.


Hey Champion ! Je sais que vous n’avez pas beaucoup de temps pour sortir quand vous êtes ici à Melbourne mais avez-vous considéré venir regarder un match de foot pendant la saison australienne ?
Danni, Melbourne

Je crois comprendre que la saison n'est pas au même moment que lorsque nous sommes ici. C’est dommage.


Cher Rafa, merci d'avoir répondu à ma dernière question ... Avez-vous un animal de compagnie ? Un chien peut-être ? Quel est son nom ?
Ivy, la Malaisie

Non. Pas d'animaux dans ma maison.




Désolé, il n'y avait pas de blog hier mais je suis allé au lit très tôt la nuit dernière puisque j'ai eu un début de matinée très tôt.

J'avais programmé ma session d'échauffement à 10H alors j'ai eu la voiture à 8H30.

Je sais que ce n'est pas si tôt pour des gens normaux qui vont au travail ou à un bureau, mais en considérant que nous passons de nombreuses heures sur le site du tournoi et même à jouer
sur le court, cela fait assez tôt pour être en place à 7H30 ou 8H pour être prêt pour le match ...

Quoi qu'il en soit, je suis allé me coucher tôt et n'avais pas reçu les questions.

Je ne suis pas sûr d'avoir commenté ce point avant, mais certaines personnes me demandent pourquoi je fais mon échauffement si tôt par rapport aux autres joueurs.

Je préfère être là et attendre plutôt que d’être en retard pour mon échauffement et de faire des mauvaises choses.

Nous savions que le match avant le mien durerait au moins une heure et demie, peut-être plus.

Si l'un des deux joueurs arrête, nous devons être prêts immédiatement et j'ai besoin d'être bien échauffé. Donc, je choisis d'être en avance.

Demain, je me réveille vers 8H45 et je regarderai à la télévision le match de football espagnol entre le Real Madrid et Malaga.

Le fait est que le match est retardé ici, je vais devoir couper tous mes téléphones, ordinateurs et mes amis pour que je puisse regarder le match dans ma chambre sans connaître le score.

Ce sera comme le vivre pour moi en direct ... alors je vais y aller ...

Merci à tous pour votre soutien. J'entends que le blog est aimé et c’est super (c'est ce que Jim Courrier m'a dit aujourd'hui sur le court).

Merci.

Rafa



J'espère que vous savez que vous avez beaucoup de fans qui restent debout toute la nuit pour regarder vos matches, surtout pendant l’Open de l'année dernière (vous savez de quel match je parle).
Rebecca Lin, Los Angeles

Je sais. Le décalage horaire est pénible pour un grand nombre de personnes.


Salut Rafa. C'est mon anniversaire aujourd'hui et votre victoire d'aujourd'hui est un cadeau génial, même si je savais que vous alliez gagner.
Puisque j’ai eu du gâteau, je me demandais ... Quel est votre type préféré de gâteau ?
Bonne chance pour vos matches à venir ! Et j'espère que vous serez le champion encore une fois !
M. Yamaguchi, Sydney

Un grand merci et joyeux anniversaire. Le gâteau au chocolat est mon préféré.


Je sais que vous êtes un grand fan de football et je me demandais si vous connaissiez certains joueurs australiens et les Socceroos.
Jock Green, 9

Je les ai vus jouer à quelques reprises. Je me souviens encore du match contre l'Italie.


Je me demandais si vous aviez une opinion sur la raison pour laquelle plus d’hommes que de femmes semblent être en meilleure forme. Il semble que vous pouvez toujours jouer le top 20 des femmes sans être en très grande forme
W James, Fitzroy

Je suis sûr que tout le monde est en forme. Ce n’est pas facile.


HOLA Rafa, je vous remercie d'avoir pris le temps de répondre à certaines questions de vos fans ! Ma question est de savoir si vous vous marierez bientôt ?
M Williams, de l'Australie

Croyez moi ce n'est pas mon intention pour le moment donc je n'y ai pas trop pensé !


Vous aimez regarder des dessins animés ? Quel personnage aimez-vous le mieux ?
Aaron, de la Chine

Oui j’aime bien. Dragonball est mon favori.


HOLA Rafa, vous êtes vraiment magnifique, tant physiquement que mentalement ! Êtes-vous religieux ou spirituel de quelque façon ?
Natalie Purdon, Mornington

Pas beaucoup, désolé.
# 25/01/2010 à 22:05 Nico4A1DD5
RESULTATS DE LUNDI

* Federer - Hewitt
* 6-2,6-3,6-4

* Davydenko - Verdasco
* 6-2,7-5,4-6,6-7(5/7),6-3

* Djokovic - Kubot
* 6-1,6-2,7-5

* Tsonga - Almagro
* 6-3,6-4,4-6,6-7(6/8),9-7


Federer comme chez lui

Federer comme chez lui
Roger Federer a passé les huitièmes de finale de l'Open d'Australie en battant Lleyton Hewitt 6-2, 6-3, 6-4 en 1h55 de jeu. Le Suisse, N.1 mondial, affrontera Nikolay Davydenko en quart de finale de Melbourne qu'il disputera pour la 7e fois de suite dans sa carrière. Tsonga a rejoint Novak Djokovic.


. RETROUVAILLES EN PERSPECTIVE

Roger Federer (SUI, 1) bat Lleyton Hewitt (AUS, 22) 6-2, 6-3, 6-4. Prochain adversaire : Davydenko

Roger Federer aura son explication avec Nikolay Davydenko en quart de finale. Comme attendu, le Suisse s'est qualifié pour les quarts de finale de Melbourne pour la 7e fois de suite en carrière. Comme lors de leurs 14 dernières rencontres, le N.1 mondial, qui a récemment révélé qu'il aurait pu naître en Australie, a dominé Lleyton Hewitt. Ce lundi, 1h55 et trois sets lui ont été utiles pour passer les huitièmes de finale, malgré le courage du héros local poussé par tout un public qui a essayé de résister jusqu'au bout. "Je reste sur une série incroyable contre lui mais c'est un grand champion, aucun match n'est facile contre lui, a déclaré Federer. Je savais que ça allait être difficile ce soir. Je suis content d'être passé, on a eu des batailles magnifiques dans le passé."

Il faut dire que l'Australien n'a été inspiré qu'en fin de rencontre, se procurant ses 5 balles de break dans la 3e et dernière manche. Avec cette nouvelle victoire expéditive, la cote de Federer remonte en flèche avant son quart de finale face au Russe Nikolay Davydenko, qui a dû batailler cinq sets avec Fernando Verdasco lundi. "Il m'a battu les deux dernières fois qu'on s'est joués. Il a progressé au service. Il est dans le Top 5 depuis longtemps. J'espère qu'au meilleur des cinq sets, je saurai garder le dessus". Après deux échecs de suite face à Davydenko, Federer s'est questionné sur la capacité du Russe à tenir la route en Grand Chelem dans un match long. Il aura sa réponse mercredi.


Nikolay Davydenko (RUS, 6) bat Fernando Verdasco (ESP, 9) 6-2, 7-5, 4-6, 6-7 (5/7), 6-3
Prochain adversaire : Federer.

Le match intriguant entre le héros malheureux de l'édition 2009 de l'Open, Fernando Verdasco, et l'homme en forme de ces derniers mois, Nikolay Davydenko, a donné lieu à cinq sets pénibles. L'Espagnol, qui avait perdu un match titanesque l'an passé devant Rafael Nadal, n'a jamais retrouvé depuis un tel niveau de jeu. Contre Davydenko, il a eu le mérite de revenir à deux sets partout après avoir eu deux sets de retard. "Dans le tie-break du quatrième set, j'ai été surpris moi-même", a convenu Davydenko. L'année dernière, j'ai presque gagné tous mes tie-breaks. Mais celui-là était vraiment très mauvais. Au début du cinquième set, j'ai dû batailler pour garder mon service. J'étais fatigué mais je me suis bien battu. Verdasco est fort physiquement mais a du mal à rester concentré sur toute la durée du match. Je savais qu'il allait faire des erreurs." Verdasco était lui persuadé du contraire : "Au cinquième, je n'ai pas saisi mes occasions. Il avait pourtant l'air fatigué, il faisait plus de fautes que d'habitude. Mais il est resté dedans tout le temps." Comme quoi, un match de tennis peut être difficile à analyser pour tout le monde.

Sous un soleil lourd, un Davydenko ruissellant de sueur et soulagé a su garder son humour lors de la désormais fameuse interview d'après-match réalisée par le remarqueble Jim Courier, légende réincarnée en journaliste : "Oui, Je suis 'hot', s'est amusé le Russe dont l'image publique est loin d'être celle d'un sex-symbol. Davydenko, qui n'avait perdu que 17 jeux jusqu'ici, reste donc invaincu depuis maintenant treize matches. On regrettera simplement les 132 fautes directes des deux joueurs (51 pour Nikolay, 81 pour son adversaire). Davydenko devra rafraîchir son jeu pour défier Roger Federer "Qui sera favori ? Lui j'espère! Il a déjà gagné plusieurs fois ici. C'est le N.1 mondial, moi je suis N.6. Comment serais-je le favori? Mais je l'ai déjà battu deux fois, je suis serein." On voit Nikolay, on voit..


. DJOKOVIC TOUJOURS SANS FORCER

Novak Djokovic ( SER , 3) bat Lukasz Kubot (POL) 6-1, 6-2, 7-5
Prochain adversaire : Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga (FRA, 10) bat Nicolas Almagro (ESP, 26) 6-3, 6-4, 4-6, 6-7 (6/8), 9-7

Novak Djokovic a gentiment botté Lukasz Kubot hors de Melbourne Park. Le Polonais a réussi un parcours étonnant, confirmant les progrès aperçus la saison dernière et avec un brin de réussite (forfait de Mikhail Youzhny au tour précédent), sans pouvoir tenir tête au vainqueur du tournoi de 2008. Le Serbe, qui peut devenir N.1 mondial à l'issue du tournoi s'il gagne le titre et que Roger Federer n'arrive pas en demi-finale, n'a connu qu'une alerte lundi lorsqu'il a rendu un break d'avance au milieu du troisième set. Il a ensuite fait le métier en dominant un quatrième joueur situé au-delà de la 50e place mondiale : Kubot est 86e mondial, Daniel Gimeno-Traver (74e, battu au 1er tour), Marco Chiudinelli (58e, battu au 2e tour) et Denis Istomin (106e, battu au 3e tour). En quarts, il attend Tsonga. Le saut qualitatif risque de surprendre...
S.P. avec AFP


Tsonga a pris son temps

Jo-Wilfried Tsonga a remporté le premier match en cinq sets de sa carrière face à Nicolas Almagro au 4e tour de l'Open d'Australie (6-3, 6-4, 4-6, 6-7, 9-7). Le Français, 10e mondial, affrontera en quart de finale Novak Djokovic, facile vainqueur du Polonais Lukasz Kubot (6-1, 6-2, 7-5).

Jo- Wilfried Tsonga (FRA, 10) bat Nicolas Almagro (ESP, 26) 6-3, 6-4, 4-6, 6-7 (6/8), 9-7. Prochain adversaire : Djokovic.
Novak Djokovic (SER , 3) bat Lukasz Kubot (POL) 6-1, 6-2, 7-5

"Avec le coeur"... Poussé dans ces derniers retranchements par un infatigable Nicolas Almagro, Jo-Wilfried Tsonga a failli faire les frais d'un mental friable en huitièmes de finale de l'Open d'Australie. Supérieur dans les compartiments du jeu, le Français est sorti sans encombre de son premier match en cinq sets. L'essentiel est fait, mais pareils soubresauts sur le plan psychologique pourrait lui coûter cher et ce, dès les quarts de finale face à l'impeccable Novak Djokovic.

"Même si je n'ai pas fait exprès, c'est encore meilleur de gagner un match en cinq sets que de le gagner 6-2, 6-2, 6-2"... A la sortie du court, Jo-Wilfried Tsonga ne pouvait qu'apprécier les sensations qu'offre une victoire arrachée au bout du suspense au terme d'un véritable combat. Le numéro un tricolore n'aurait cependant jamais dû en arriver là, tant il a donné le sentiment d'évoluer dans une autre dimension pendant quasiment trois sets. Au cours des trois premiers actes, le protégé de Winogradsky a fait une véritable démonstration de jeu offensif. Porté par un service tonitruant, le numéro un tricolore a tout écrasé sur son passage, réduisant le pourtant coriace Nicolas Almagro au simple rôle de sparring-partner. Plus fort, plus rapide, plus puissant... Il n'y avait pas photo. Avec la bagatelle de 49 coups gagnants pour seulement 23 fautes directes dans les trois premiers sets, un succès aisé semblait lui tendre les bras.

Tsonga n'a cependant pas voulu s'en saisir. Alors que pourtant, le match se déroulait idéalement, qu'il donnait l'impression de ne pas évoluer dans la même catégorie que l'Espagnol, le Français a sans raison montré des signes de frustration. A trop rechercher la perfection, à trop s'énerver à la moindre erreur, le Manceau est sorti de son match. Il a lui-même remis Almagro dans le match en commettant une double-faute sur la seule balle de break que l'Ibère s'est offerte au cours des trois premières manches - une balle de break également balle de set.


Tsonga inconstant

Almagro n'en demandait pas tant. Au bord de la rupture au cours des trois premiers sets, la tête de série 26 a puisé dans les errements psychologiques de Tsonga des raisons de s'accrocher. Bien lui en a pris. Après avoir pris de plein fouet le rouleau compresseur made in Le Mans en début de match, l'Espagnol a su retrouver au fil des sets le niveau de jeu qu'il lui avait permis en 2008 de côtoyer le Top 10 (11e). Malgré un poignet gauche fracturé, l'homme de Murcie est monté en puissance pour prendre peu à peu la mesure de la puissance Tsonga, prenant même des allures de "tornade".

Porté par un taux de première balle surréaliste (80%) au cours de deux dernières manches, Almagro a revêtu le costume de patron. Grâce à son coup droit, il a su totalement inverser la tendance, à tel point qu'il peut nourrir de légitimes regrets de ne pas avoir su convertir une seule de ses trois balles de break dans le cinquième set. Un ton au-dessus, il n'a pas su mettre à genoux Tsonga. Un Tsonga qui n'a jamais craqué sous la pression. Souvent à la limite, le numéro un français n'a jamais hésité dans le "money-time" à se montrer encore plus agressif. Des velléités offensives (15 montées victorieuses sur 19 dans le 5e set) qui l'ont sauvé et lui permettent de se hisser pour la troisième fois consécutives en quart de finale de la première levée du Grand Chelem. "Celui-là, je suis allé le chercher, je suis allé au bout de moi-même", a reconnu le Français à l'issue du match. "Peut mieux faire", serait-on cependant en droit de penser. C'est presque encourageant.
T.B.


Federer : «Il ne faut pas s'exciter»


Après son nouveau récital contre Lleyton Hewitt, Roger Federer se montre évidemment satisfait en conférence de presse : «C'était un de ces matches parfaits que j'essaie de vivre de temps en temps.» Mais il regarde déjà vers son prochain tour contre Nikolay Davydenko.


« Roger Federer, quelles sont vos plus grandes satisfactions sur ce match ?

Je suis content de tous les domaines de mon jeu. Tout a bien marché. C'était un de ces matches parfaits que j'essaie de vivre de temps en temps. C'est super, mais il ne faut surtout pas s'exciter parce qu'il y a encore d'autres adversaires. La pression était grande aujourd'hui et je suis ravi de ma performance.

Lleyton Hewitt a comparé ce match avec celui de l'US Open 2004, avez-vous ressenti la même impression ?

A l'US Open , c'était presque un gag. Jouer à un niveau pareil, c'était presque monstrueux. Ce soir, c'était très fort dès le début jusqu'à la fin. Je n'ai quasiment pas commis d'erreurs stupides, je bougeais bien, je jouais bien tactiquement. Honnêtement, je suis très content de mon match. J'ai beaucoup de respect pour lui. C'est un sacré champion et on a déjà eu des matches très serrés. Quand je mène 10-0 ou 15-0 dans mes confrontations contre un joueur, cela ne veut pas dire que je vais gagner à chaque fois. On l'a vu avec Davydenko ou Gonzalez. C'est pour ça que je suis content de continuer la série contre Lleyton.

En 2006 à Melbourne, vous avez connu un match très difficile (6-4, 3-6, 7-6, 7-6) contre Davydenko. Qu'est-ce qui avait fait la différence ?

Il ne faut pas oublier qu'il joue avec beaucoup de cadence. Quand cela devient important, il peut rater. Par le passé, il a peut-être aussi pensé que j'allais toujours jouer de la même façon sur les points importants. C'était peut-être mental. A chaque fois, j'ai réussi à bien servir et à rester dans le match même si c'est toujours un match très physique car il me fait beaucoup courir. Il joue beaucoup mieux que par le passé, il y aura peut-être moins de chances pour le breaker. Mais je suis prêt à un match très physique contre lui.

Est-ce que vos deux défaites contre Davydenko lui donnent un avantage psychologique ?

Je ne sais pas, je n'espère pas. C'est un autre lieu. C'est clair et net qu'il a très bien joué. Il est sur une lancée et il faut bien que quelqu'un l'arrête. J'espère que ce sera moi. J'ai le jeu pour ça. Je l'ai déjà battu douze fois. Je connais la clé pour le battre. Sur cinq sets, j'ai plus de chances. Ce n'était pas le cas à Doha et à Londres. Ces deux victoires sont une bonne chose pour lui, c'est maintenant à moi de réagir.

Davydenko a dit qu'il préférait jouer l'après-midi. Que souhaitez-vous et allez-vous faire une demande aux organisateurs ?

Je n'ai jamais donné mon avis et je ne vais pas le faire contre lui. Pour gagner un Grand Chelem, il faut être prêt à jouer à n'importe quelle heure. Si c'est 8 heures ou 3 heures du mat, je serai là (sourires). Cela fait longtemps que cela m'est égal. Les organisateurs ont assez de problèmes. Tout le monde donne son avis, la télé a ses préférences. Je veux être là quand ils me demandent de jouer.»
Recueilli par S.D., à Melbourne


Murray-Nadal, le match

Andy Murray face à Rafael Nadal sera l'une des belles affiches des quarts de finale de l'Open d'Australie, mardi. Une dizième confrontation à l'issue incertaine. Notre rédaction s'est penchée sur ce choc qui verra chuter un sérieux candidat à la victoire finale.

POURQUOI MURRAY VA BATTRE NADAL
.

Pour la première fois de sa carrière, Andy Murray atteint les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem sans perdre un set. Mais de ce détail qu'un journaliste lui rappelle en conférence de presse, Andy s'en balance. Lui qui n'a disputé qu'une finale de majeur, à l'US Open en 2008, qui est N.4 mondial après avoir entrevu le podium l'été dernier (N.2 pendant trois semaines), il ne voit qu'une chose : un premier grand titre. Le meilleur Britannique de l'histoire depuis Fred Perry dans les années 30 est un de ces joueurs du top 10 qui n'ont jamais nourri de complexes vis-à-vis de Roger Federer et Rafael Nadal.

Si le Suisse a souvent snobé l'Ecossais, l'Espagnol a souvent souffert sur le court pour brutaliser cet adversaire robuste et déconcertant. En 2007, à l'Open d'Australie, pour leur première confrontation sur le circuit, au 4e tour, Nadal s'impose en cinq sets. Il compte au total 7 victoires pour 2 défaites. Murray perd mais Murray progresse. Sa victoire à Flushing en demi-finale était un premier avertissement. Ecrasé l'an dernier à Indian Wells (6-1, 6-2), il possède désormais plus de certitudes. "Je l'ai joué en indoor, sur dur, sur gazon, sur terre battue, et à chaque fois, c'est différent. Sur dur, j'ai fait de bons matches. Je pense avoir une bonne tactique contre lui."

Jusqu'ici, Andy Murray a rencontré deux bons et grands serveurs (John Isner et Kevin Anderson) et deux Français tenaces (Marc Gicquel et Florent Serra) tous vite expédiés. Une bonne rampe de lancement pour se projeter frontalement vers un Rafael Nadal. Interrogé, l'Espagnol n'a fait que confirmer tout le respect que lui inspire Murray : "C'est un grand joueur car il sait tout faire. La seule différence avec moi c'est qu'il sert mieux que moi", ajoute même le Majorquin qui mise lui sur l'intensité et le rythme. Murray-Nadal, c'est un match équilibré entre un joueur qui n'a plus gagné de tournoi depuis Rome 2009, et un autre qui n'a pas de match référence en 2009. Même en cas de défaite, Nadal sera là pour le consoler :"Il peut gagner un Grand Chelem et sans nul doute, il va gagner un jour un Grand Chelem". - J.C. -

_______________________________________________________________________________________________

POURQUOI NADAL VA BATTRE MURRAY .


Pour la première fois depuis bien longtemps, Rafael Nadal a repris confiance. Non seulement dans son jeu, mais aussi dans sa tête. Signe fort qui ne peut qu’interpeler ces adversaires qui voyaient en lui un animal blessé. Ces soucis physiques sont désormais du passé. Et même si tous les sportifs de haut niveau jonglent avec toute leur carrière comme on jongle avec des œufs frais, l’Espagnol est résolument tourné vers l’avant et ce qu’il peut encore accomplir. Car, oui, à 23 ans, l’avenir est encore devant l’Espagnol déjà détenteur de 6 titres du Grand Chelem. Alors que son adversaire s’appelle Peter Luczak, Ivo Karlovic ou Andy Murray, cela ne change pas grand-chose dans sa tête : ce qu’il veut, c’est gagner son prochain match.

L’humilité à fleur de peau, tout autant que sa combativité, Nadal se retranche derrière ses bonnes sensations pour avancer à tâtons sans rien n’espérer de mieux qu’une victoire au prochain. Vous ne l’entendrez jamais espérer à voix haute conserver son titre majeur qu’il détient encore. "Andy n'a rien à prouver à personne. Qu'il gagne ou qu'il perde contre moi, il aura ses chances de remporter un Grand Chelem à l'avenir", s'offusque presque Nadal à l'idée qu'il puisse servir de test à l'Ecossais. Mais force est de constater que Murray reste avec Federer le dernier joueur du Top 5 contre lequel le Majorquin a un bilan positif (7 victoires pour 2 défaites).

"Il faudra que je joue mon meilleur tennis, sinon je pourrai savourer mon vol de retour." Et Nadal sait de quoi il parle. En neuf rencontres, l’Ecossais l’a battu lors de leur dernière confrontation en tournoi du Grand Chelem, en demi-finale de l’US Open 2008 (6-2, 7-6, 4-6, 6-4). Une victoire confirmée la saison suivante en finale de Rotterdam (6-3, 4-6, 6-0). Depuis, ce double affront a été lavé en finale d’Indian Wells par l’Espagnol, large vainqueur de l’Ecossais 6-1, 6-2. L’esprit libéré et sûr de sa force, Nadal est en train de redevenir le compétiteur qui a fait de lui le meilleur joueur du monde en 2008. Et Murray risque d’en faire les frais. "L'Open d'Australie est un tournoi important, mais ce n'est pas la fin du monde si je perds. Je me dis que la saison est encore longue. Je fais à chaque fois mon maximum. Quand vous le faites souvent, à un moment ça paye." - S.P. -
Eurosport - Julien CARRASCO et Sébastien PETIT


PROGRAMME DE MARDI


Rod Laver Arena, à partir de 11h (1h heure française) :

Justine Henin (BEL) - Nadia Petrova (RUS/n°19)
Jie Zheng (CHN) - Maria Kirilenko (RUS)
Andy Roddick (USA/n°7) - Marin Cilic (CRO/n°14)

Pas avant 19h30 (9h30 heure française) :
Andy Murray (GBR/n°5) - Rafael Nadal (ESP/n°2)
# 29/01/2010 à 23:43 Nico
RESULTATS DE MARDI

Marin Cilic (CRO/n°14) bat Andy Roddick (USA/n°7) : 7-6(4), 6-3, 3-6, 2-6, 6-3

Andy Murray (GBR/n°5) bat Rafael Nadal (ESP/n°2) : 6-3, 7-6(2), 3-0 abandon


Première pour Cilic

Marin Cilic (n°14) remporte son troisième match en cinq sets (7-6 [4], 6-3, 3-6, 2-6, 6-3) du tournoi face à Andy Roddick (n°7) et devient le premier Croate à atteindre les demi-finales à Melbourne.

Il n'est pas le plus exubérant. Il n'est pas le plus connu. Il n'est pas le plus charismatique. Qui est-il ? Juan Martin Del Potro ? Non. Il mesure aussi 1,98 m. Il est né aussi en septembre 1988. Et surtout il est très, très fort et pourrait bien prendre à Melbourne le relais du vainqueur de l'US Open. Qui est-il ? C'est bien sûr Marin Cilic. Son jeu est inversement proportionnel à sa discrétion. Après avoir éliminé en cinq sets et 4h38' l'Argentin, il vient de donner un nouveau récital face à Andy Roddick pour s'imposer (7-6 [4], 6-3, 3-6, 2-6, 6-3 en 3h50') au courage sur la Rod Laver Arena et devenir le premier Croate à atteindre les demi-finales en Australie. La manière ne peut laisser indifférent.

Dans le terrain, il inflige à l'Américain une cadence infernale et son talent lui permet de parfaitement maîtriser les tentatives de variations du 7e mondial. Souvent repoussé trois mètres derrière sa ligne de fond, Andy Roddick subit. Dans le court, le Croate de 21 ans dirige avec ses prises de balles précoces et sa volonté permanente d'aller vers l'avant. La balle de premier set est un modèle du genre avec un droite-gauche tonitruant conclu par un coup droit gagnant. Au changement de côté, l'Américain appelle le kiné qui lui manipule l'épaule de longues minutes, puis il avale des anti-inflammatoires. Mais c'est un dur à cuire.


Cilic, la marque des grands

A son retour sur le court, un ace à 218 km/h extérieur rassure ses trois supportrices qui brandissent avec ferveur «Rod, notre Dieu». Mais «Dieu» ne fait pas de miracle au deuxième set et Marin Cilic poursuit sur sa lancée pour conclure la manche sur un ace. Le tout est réalisé avec un timing parfait et le 14e mondial ne mise pas uniquement sur ses qualités de grand serveur. Il possède une excellente main à la volée et sait glisser quelques approches de revers en slice (61 points gagnants pour 53 fautes directes). Mais il détient surtout une volonté hors du commun. Bien jouer quand tout va bien, c'est le lot de nombreux joueurs. Pendant deux heures, Marin Cilic déroule un grand tennis. Puis c'est la panne d'essence comme à l'US Open contre Juan Martin Del Potro après avoir battu Andy Murray. En une heure, il perd toute son avance. Bien jouer quand tout va mal, que les jambes sont lourdes et que la tête déraille, c'est une denrée très rare.

Mené (0-40) dans le premier jeu du cinquième set, Marin Cilic joue son va-tout. Deux grosses premières balles et un coup droit gagnant changent la face du match. «Je me suis un peu excité, mais il a frappé un bon coup droit. Je ne sais pas si cela m'a beaucoup affecté, s'interroge l'Américain. Je tapais encore bien la balle au cinquième set. De son côté, il a retrouvé son calme et il a sorti la tête de l'eau.» Magnifique d'abnégation et de courage, Andy Roddick vient de prendre un énorme coup sur la tête et cède son service à 2-1. Les efforts consentis pour revenir à deux sets partout et lors de son match précédent contre Fernando Gonzalez pèsent de plus en plus lourd. De son côté, le double vainqueur de Chennaï trouve un deuxième souffle grâce à son service (50% de premières balles au total et 63% au 5e set) qui lui donne de l'air à l'image de ses deux aces d'affilée pour mener (4-1). «Je n'ai pas vu les stats, mais il a mieux servi au 5e set, constate Andy Roddick. Il a fait des aces et il lisait mieux mon service.» Marin Cilic ne tremble pas pour conclure et s'écroule par terre. En cinq matches à Melbourne, il vient de passer 18h08' sur le terrain et surtout remporter trois rencontres en cinq sets. C'est la marque des grands.
S.D.


Nadal abandonne contre Murray

Touché au genou, Rafael Nadal a été contraint à l'abandon (6-3, 7-6, 3-0) contre Andy Murray après un match remarquable. Avant sa demi-finale contre Marin Cilic, l'Ecossais n'a toujours pas perdu un set.

«J'ai ressenti la même chose que l'an dernier. Après, je ne pouvais plus rien faire. Il était impossible de gagner. Quand j'ai une chance de jouer, je n'abandonne jamais. Je ne connais pas encore la gravité de ma blessure, mais je ne commettrais pas la même erreur que l'an dernier. Je ne veux pas dépasser les limites. Je suis désolé pour Andy.» Toujours aussi digne et fair-play, Rafael Nadal insiste aussi sur la performance de son adversaire Andy Murray en quart de finale. Quand un chef-d'oeuvre s'arrête, c'est encore plus triste. Quand le tenant du titre s'approche de l'Ecossais pour lui signifier son abandon à (6-3, 7-6 [2], 3-0), le 4e mondial compatit vraiment : «Une victoire est une victoire. Mais honnêtement j'étais très déçu et très surpris que le match ne puisse pas se terminer. C'est vraiment dommage. Je ne sais pas si sa blessure est grave, mais c'est difficile pour lui de commencer l'année de cette manière.»

Sur une amortie à la fin du deuxième set, le Majorquin a fait «un faux mouvement» et son genou droit, le genou de tous les dangers en 2009, n'a pas tenu. Après sa conférence de presse, Rafael Nadal est parti passer une échographie pour connaître la nature du mal. Comme toujours, il se veut optimiste et pense même disputer le tournoi de Rotterdam. Son oncle et entraîneur, Toni Nadal, se montre plus prudent : «On doit attendre. Il est possible que ce soit la même blessure que l'an dernier. Ce soir, il va passer une échographie, mais on est toujours inquiet.» Dans un sourire, il avoue qu'il rentrerait bien dès ce soir (mardi soir) à Majorque.

C'est d'autant plus rageant que le Rafa d'aujourd'hui valait le Rafa de 2009. Mais le Andy 2010 valait un Andy encore inconnu. «Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu une telle intensité et un tel niveau de jeu. Pendant deux sets, c'était fabuleux. Je me suis régalé. Murray a été impérial, s'enthousiasme Guy Forget, ébahi par la qualité du match et très déçu par la blessure de l'Espagnol. Il a très bien servi, a été solide dans l'échange, très mobile en jambes et beaucoup plus offensif que d'habitude.» Pendant deux sets, Andy Murray a délivré une partition impeccable et encore inconnue. Sa couverture de terrain, ses variations et sa défense forment les bases de son jeu. Pour dominer Rafael Nadal, il a ajouté l'audace en s'appuyant sur un service exceptionnel (59% de premières, 13 aces). Sous pression, ses trois fusées à 213, 215 et 216 km/h pour égaliser à 6-6 dans le deuxième set démontrent la solidité du joueur. Si critiqué pour son attentisme et décrié pour sa gestion de la pression lors des tournois du Grand Chelem, le Britannique s'est montré royal dans son jeu vers l'avant avec 28 montées au filet (79% de réussite) et surtout des enchaînements service-volée impeccables pour sauver des balles de break.

A 5-3 au premier set, il s'est même permis un enchaînement sur une deuxième balle. «Contre lui, j'ai déjà utilisé le service-volée, je savais que c'était une bonne option, explique Andy Murray. Mais il est important de s'en servir quand il ne s'y attend pas et cela a très bien marché aujourd'hui.» Seul le feu d'artifice venu interrompre dix minutes la rencontre à 3-2 dans la deuxième manche a réussi à le perturber. «Murray jouait de manière incroyable, commente Toni Nadal, impressionné par la performance des deux acteurs. Sur les points importants, il a très bien servi, mais Rafael a joué à un très bon niveau. Je savais que ce serait un match très dur. Murray est très bon, très fort, il fait tout bien. Il a une défense incroyable, il attaque bien.» Et son neveu confirme et ajoute : «Il s'est montré plus agressif que lors de nos matches précédents. C'est un joueur très complet. C'est très important car il possède plusieurs options quand le match se complique. Andy mérite de gagner son premier Grand Chelem.» La blessure n'enlève pas la classe.
S.D.


PROGRAMME DE MERCREDI

ROD LAVER ARENA

A partir de 11h00 (1h00 en France)

Venus Williams (USA/n°6) - Na Li (CHN/n°16) : 1-0
Serena Williams (USA/n°1) - Victoria Azarenka (BLR/n°7) : 3-1
Roger Federer (SUI/n°1) - Nikolay Davydenko (RUS/n°6) : 12-2

Pas avant 19h30 (9h30 en France)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°10) - Novak Djokovic (SER/n°3) : 4-2
# 29/01/2010 à 23:53 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Federer en patron

Roger Federer s'est qualifié, mercredi, pour les demi-finales de l'Open d'Australie en dominant Nikolay Davydenko (2-6, 6-3, 6-0, 7-5).

Roger Federer a su laisser passer l'orage. Opposé à Nikolay Davydenko, le Suisse connaît un début de match cauchemardesque face à un Russe qui joue comme dans un rêve. Titré au Masters et à Doha, le 6e joueur mondial confirme non seulement ses deux victoires de suite face au n°1 mondial mais également qu'il semble avoir passé un cap. Oui mais Federer n'est pas encore entré dans le match et la pression n'est pas encore assez forte pour tester la solidité de ses nerfs. A 6-2, 3-1 et trois balles de double break manquées, la donne change. Le Russe se crispe, le Suisse se relâche et, de manière quasi inexplicable, c'est tout le match qui prend un nouveau visage.


Davydenko a dû plier


Plus mobile, lisant mieux la vitesse de jeu adverse, Federer prend le dossard de patron. Battre Roger Federer en Grand Chelem demande bien plus que de le faire dans les autres tournois. Dans les Majeurs, le Suisse se bat pour les records et pour écrire l'histoire : il ne lâche rien. Dos au mur, il ne panique pas - trop d'expérience pour ça - et s'applique à retrouver son timing. Et puis, il sait que Davydenko peut passer d'injouable à fébrile très rapidement. La cadence infernale qu'il imprime lui demande une concentration et une confiance de tous les instants. Alors quand la pression le rattrape, le train peut dérailler. Federer appuie sur l'accélérateur, serein et jouant juste. Même si Davydenko tente de se rebeller dans la dernière manche en se procurant trois balles de 5-3, puis en sauvant une balle de match sur service adverse (5-4, 40-30), le n°1 mondial finit par garder la main sur un match devenu très tendu sur la fin. Dans le money time, c'est la trempe du Suisse qui prend le dessus. Federer décroche sa 23e demi-finale consécutive en Grand Chelem, un chiffre hallucinant mais encore confirmé par sa maîtrise dans le jeu et sa solidité mentale ce mercredi. Tout simplement trop fort. - C.B.


Tsonga dans le carré magique

Au terme d'un 2e match de suite en 5 sets, Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié pour les demi-finales de l'Open d'Australie en battant Novak Djokovic 7-6(10/8), 6-7(5/7), 1-6, 6-3, 6-1. Comme en 2008, le Français entre dans le dernier carré où, cette fois, Roger Federer l'attend de pied ferme.


Jo- Wilfried Tsonga (FRA, 10) bat Novak Djokovic (SER, 3) 7-6(10/8), 6-7(5/7), 1-6, 6-3, 6-1. Prochain adversaire: Federer

Pour quelqu'un qui n'avait jamais joué de match en cinq sets dans sa carrière, Jo-Wilfried Tsonga vient de vivre deux tours intenses. Après son baptême du feu face à Nicolas Almagro en huitièmes de finale, le Français a récidivé face à Novak Djokovic en quarts de finale de l'Open d'Australie. Au terme d'un match haché qui a bien failli lui échapper des mains, l'ancien finaliste de Melbourne a pris le meilleur de son bourreau de 2008 après quasiment 4h de jeu. Et ce pour la 5e fois de sa carrière en 7 confrontations. Mais surtout pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem. Une victoire qui n'a pas été facile à se dessiner mais qui démontre que le statut de Top 10 de JWT n'a rien d'usurpé.

Mené deux sets à un, Tsonga a finalement pris sa revanche dans une partie marquée par les difficultés physiques de Djokovic, victime de nausées et de crampes à l'estomac après avoir gagné le troisième set d'une partie extrêmement intense. Info ou intox, difficile de savoir. Toujours est-il que le Serbe a vu son niveau de jeu baisser considérablement au moment où le Français était dans les cordes. Le N.3 mondial a quitté le court après la perte des deux premiers jeux de la quatrième manche, indiquant à l'arbitre qu'il avait envie de vomir, alors qu'aucun problème n'avait été signalé par le joueur avant son match. De retour quelques minutes plus tard, Djokovic a rapidement été mené 5-0. Puis a semblé récupérer une partie de ses moyens, au point de remporter les trois jeux suivants. Tsonga arrivait tout de même à décrocher une 5e manche.

"Je serai prêt"

La 5e manche laissait entrevoir un combat plus intense et équilibré dans le rush final. Le Français n'a pas laissé le temps au Serbe de s'installer dans la manche en lui prenant son service d'entrée de set. Avant de s'échapper définitivement dans cette partie. "J'étais sans doute dans une meilleure forme que lui, reconnaît Tsonga. Il a joué un tennis incroyable pendant les trois premiers sets où le niveau de jeu a été fantastique. Après il a décliné, mais bon, ça lui était déjà arrivé aussi et il avait gagné à la fin". Pas de remord, ni de regret pour la Français qui avance sourire aux lèvres et pouces dans les dos face à un autre défi encore plus lourd à relever : Roger Federer. Comme Tsonga, le Suisse a bénéficié d'une baisse de régime de Davydenko pour se qualifier pour sa 23e demi-finale de suite en Grand Chelem. "Je serai prêt, ce sera difficile, contre le meilleur joueur de tous les temps, mais le public m'aide beaucoup, il est juste incroyable avec moi."

Un public qui a poussé le Français, fort de 73 coups gagnants dans cette partie, soit 30 de plus que son adversaire pour le même nombre de fautes directes (55). S'il s'est montré fébrile sur sa seconde balle (46% de réussite), le Français a réussi à s'appuyer sur un puissant service (19 aces). Il a notamment sauvé 10 balles de break au cours de cette partie et en a converti 8 de son côté, soit 5 de plus que lors de la finale australienne de 2008. Une différence qui montre l'étendue du travail accompli par le Français au cours de ces deux dernières années.

" C'est dommage que je n'ai pas pu défendre mes chances comme je l'aurais voulu dans les quatrième et cinquième sets ", a regretté le Serbe. Avant d'ajouter : "Je ne veux pas trouver d'excuses mais j'ai vomi pendant le match et j'avais de la diarrhée avant... Je me sentais très mal. Je ne sais pas d'où ça vient..." Ne vous en faites pas pour Djokovic, il n'a pas tout perdu. Lui qui, malade, avait abandonné l'an dernier en quart de finale peut malgré tout dépasser Rafael Nadal au classement ATP... à moins que l'Ecossais Andy Murray, opposé jeudi à Marin Cilic dans l'autre demi-finale, ne remporte le tournoi.
Eurosport - Sébastien PETIT avec AFP


PROGRAMME DE JEUDI

Laver Arena, à partir de 11 heures (1h00, heure française)

Un double
Serena Williams (USA/n°1) - Li Na (CHN/n°16) 3-1
Justine Henin (BEL) - Jie Zheng (CHN) 1-0

Pas avant 19h30 (9h30 heure française)
Marin Cilic (CRO/n°14) - Andy Murray (GBR/n°5) 1-2
# 30/01/2010 à 00:11 Nico
RESULTAT DE JEUDI

Murray a tenu bon


Andy Murray s'est qualifié, jeudi, pour la deuxième finale en Grand Chelem de sa carrière après l'US Open 2008. L'Ecossais a pour cela dominé le Croate Marin Cilic (3-6, 6-4, 6-4, 6-2).

Andy Murray a joué avec ses nerfs mais il a fini par gagner cette bataille aussi. Dans la peau du favori, dans la peau de celui qui ne pouvait pas laisser passer une telle opportunité, il a commencé par paniquer et subir avant de retrouver son rang. Après un bon début de match, le quatrième joueur mondial s'est en effet crispé dès les premières occasions de break manquées. Trop passif, commettant des fautes, il a alors subi le jeu d'un adversaire au talent certain. Marin Cilic, peu connu du grand public mais en progression constante ces deux dernières saisons, a fait preuve pendant deux sets d'une solidité impressionnante qui peut lui donner de belles ambitions cette saison. Très émoussé par les trois matches en cinq sets disputés jusque-là, le Croate a logiquement fini par plier face à un Murray enfin rentré dans la partie. «Marin a fait preuve d'un cran incroyable et il m'a vraiment rendu la tâche difficile mais je crois qu'il était vraiment très fatigué sur la fin. Je sais que dans le futur nous allons encore avoir de rudes combats.»


Cilic a craqué, Murray s'est libéré

L'Ecossais, lui, s'est fait violence pour se libérer physiquement et mentalement au fur et à mesure que le match avançait. Revenu à une manche partout, le bras a commencé à mieux passer et sa balle a donc gagné en longueur et en tranchant. Surtout, il a retrouvé son sens du coup juste et sa lucidité. S'il y a bien un joueur capable de jouer au tennis comme on joue aux échecs c'est bien lui. N'hésitant plus à aller vers l'avant et retrouvant son revers le long de la ligne, le 4e joueur mondial a progressivement haussé la cadence tout en saupoudrant ses accélérations de montées au filet et autres slices très bas de revers. Le résultat a été immédiat : Cilic a perdu son rythme, a parcouru bien plus de terrain et a commencé à rater.

Enfin serein et créateur sur le court, Murray est redevenu prétendant au titre. En fin de rencontre, les regards appuyés vers son clan, où sa mère n'a cessé de le soutenir des gestes et de la voix, en ont dit long de la pression qui l'a tenaillé. L'Ecossais jouera donc une deuxième fois pour Majeur mais, quel que soit son adversaire pour le titre, Roger Federer ou Jo-Wilfried Tsonga, il ne pourra pas se permettre ce flottement et cette nervosité s'il veut ouvrir en grand son palmarès. Il est évidemment capable de sortir le grand jeu, à l'image entre autres du quart face à Rafael Nadal. «C'était un match très intense aujourd'hui avec beaucoup de nervosité au début donc je suis déjà content de m'en être sorti. L'an dernier j'ai eu quelques défaites assez dures en Grand Chelem alors cette finale veut dire beaucoup pour moi. Le prochain match sera forcément très difficile, quel que soit mon adversaire. Mais je pense que je n'ai encore jamais aussi bien joué dans un tournoi du Grand Chelem pour le moment. Je serai en forme pour la finale.» Murray mène 6-4 dans ses confrontations avec le Suisse, mais ne l'a jamais battu en Grand Chelem, et 2-1 face à Tsonga. Dans les deux cas, c'est un gros combat qui s'annonce. - C.B.


Nadal rétabli dans une semaine

Rafael Nadal, contraint à l'abandon lors de son quart de finale contre Andy Murray à Melbourne à cause d'une blessure au genou, estime qu'il sera guéri dans une semaine. «Je ne suis pas inquiet, a lancé l'Espagnol jeudi à Barcelone, avant de se rendre dans une clinique pour faire des examens. J'ai juste une petite douleur et je pense être rétabli dans une semaine, voire moins.»


PROGRAMME DE VENDREDI

A partir de 19h30 (9h30 heure française)

Roger Federer (SUI/n°1)-Jo Wilfried Tsonga (FRA/n°10)
# 30/01/2010 à 00:18 Nico
RESULTAT DE VENDREDI

Federer simplement trop fort

Emoussé physiquement, Jo-Wilfried Tsonga n'a rien pu faire face au talent de Roger Federer et s'est incliné (6-2, 6-3, 6-2) en 1h28'. En finale, le numéro 1 mondial doit affronter Andy Murray.

Au confluent du rêve et de la réalité, Roger Federer se pose en redresseur de sort. Après ses deux victoires épiques en cinq sets, Jo-Wilfried Tsonga retombe sur terre. Un bon Federer contre un Tsonga sans punch, cela donne (6-2, 6-3, 6-2) en 1h28' avec aucune balle de break pour le 10e mondial. Emoussé physiquement, le Français n'arrive pas à déclencher la révolte. Sa balle ne gicle pas, ses jambes ne répondent plus et le contraste avec la facilité du numéro 1 mondial devient presque embarrassant. « Je ne me sentais pas trop mal, mais il me manquait le coup de rein pour venir terminer les points ou tenir les appuis quand j'étais pris à contre-pieds, avoue le Manceau sans se chercher d'excuse et en reconnaissant la supériorité adverse. Je manquais un peu de tonicité. J'aurais tenu sur la durée, mais j'avais du mal dans l'intensité. Mais Federer a fait un gros match, il a commis très peu d'erreurs.»

L'impuissance se lit sur le visage du Manceau. A 6-2, 4-2 (30-15), il laisse même échapper un « Ah, oui » sur un coup droit gagnant du Suisse. Lui le combattant n'arrive pas à faire monter l'adrénaline. Son adversaire l'en empêche et son physique ne le tient plus. Lui le guerrier dépose les armes. Le langage du corps ne trompe pas. A aucun moment, il ne serre le poing. Mais la tentation de casser un raquette de frustration rôde : « A un moment, je me suis dit que j'allais fracasser la raquette contre le banc au changement de côté (sourires). Puis je me suis dit que j'allais plutôt la donner à quelqu'un dans le public. Finalement, je me suis dit : merde, je la laisse là et je joue avec. (Il souffle) Il y a des moments où c'est frustrant car tu ne mets pas la balle où tu as envie, tu commets une faute bête ou ton adversaire te fait un point gagnant. C'est énervant, soupire Jo-Wilfried Tsonga. Il y a des moments de frustration, mais c'est le tennis. C'est beau. »

Son jeu trahit son impuissance à l'image d'une foison d'amorties livrées comme des offrandes à la main de Roger Federer. Jo-Wilfried Tsonga a rêvé de vivre une belle demi-finale, il vit une réalité très crue avec un constat aussi limpide que le palmarès de Roger Federer : trop fort. Il cherche des solutions, mais Roger Federer possède toutes les réponses. « On est toujours déçu de perdre et cela n'arrange rien quand on prend une branlée. Aujourd'hui, c'était juste trop fort avec du grand Federer qui lui a mis la pression dès le début du match, résume Eric Winogradsky, l'entraîneur du Tricolore, qui tient tout de même à louer le comportement de son joueur. Il n'y avait aucune solution pour Jo, c'était Monsieur Federer en face et cela jouait beaucoup trop vite pour lui.»

Les 15.000 spectateurs de la Rod Laver Arena attendent du show, ils n'ont qu'un one-man-show. Le Suisse ne se prive pas d'une partition dont il a le secret avec des prouesses en coup droit et des merveilles en revers slicés ou à la volée (33 points gagnants pour seulement 13 fautes directes. « Il joue tout sur sa ligne, il est vraiment relâché et en Grand Chelem encore plus car il sait qu'il a le temps, analyse le 10e mondial. En deux sets, il suffit qu'il rate deux chopes et hop, hop, cela peut vite mal se goupiller. En cinq sets, il est encore plus serein. » Jo-Wilfried Tsonga sort sobrement en saluant le public. Il n'oublie pas son parcours, mais il vient de prendre une leçon du Maître. C'est aussi l'apprentissage. « On en ressort forcément frustré et un peu énervé, constate JWT. Mais il n'est pas numéro 1 mondial pour rien et je ne suis pas numéro 10 pour rien. » La lucidité est la blessure la plus proche du soleil, elle brûle mais elle éclaire les destins.
S.D.


Nadal au repos quatre semaines


Rafael Nadal, qui souffre d'une petite déchirure musculaire au genou, va devoir observer une période de repos complet d'au moins quatre semaines. Après avoir passé une IRM, les médecins lui ont recommandé deux semaines de repos et autant de rééducation. «Une fois passée cette période et selon les résultats, il pourra reprendre progressivement son activité physique. Le temps total pour un rétablissement est estimé à quatre semaines», précise le staff médical.

L'Espagnol, contraint à l'abandon en quarts de finale de l'Open d'Australie en raison de cette blessure, va donc manquer le tournoi de Rotterdam, qui débute le 8 février mais il devrait être présent pour le premier match de Coupe Davis de l'Espagne face à la Suisse les 5 et 7 mars. «Je suis triste de manquer le tournoi de Rotterdam, souligne l'intéressé. J'aurai aimé remporter le titre après être passé tout près l'an dernier»

«Je sais que cette blessure n'est pas la même que celle dont j'ai souffert l'an passé», ajoute t-il. Son élimination à Melbourne ajoutée à son absence à Rotterdam devraient le faire reculer au 4e voire 5e rang mondial. «Le classement ne m'inquiète pas. Le plus important est que je retrouve le bon jeu», conclut-il. (Avec AFP)
# 30/01/2010 à 00:59 Nico
Voici les questions auxquelles a répondu Rafa avant son match contre Murray.


HOLA Rafa. Ma question est de savoir comment vous vous concentrez après avoir fait une faute directe facile, comme quand vous avez joué Karlovic un joueur qui sert tant d’aces ?
Quand je regarde votre jeu vous semblez avoir cette capacité à rester toujours concentré.
Hajaritaa

Je dis toujours que vous devez jouer tous les points. Je veux dire vraiment. Le point passé est terminé et le suivant est plus tard. Vous devez vous concentrer sur le point actuel.


HOLA Rafael. Mon nom est Heather et je suis un grand fan ! Sur Facebook notre groupe est appelé «I love Rafael Nadal.
Avez-vous déjà jeté un œil ? S'il vous plaît venez et faites un coucou, nous serions tous très heureux !
Votre match contre Murray tombe le mardi, ce qui est le jour de l’Australian Day. Je me demandais ce que vous mangeriez pour le célébrer.
Heather, Sydney

Non, désolé je ne regarde pas trop les sites. Je regarde le mien (http://www.facebook.com/Nadal). Espérons que vous apprécierez les posts que j’ai mis ... J’essaye de faire au mieux.
En ce qui concerne la Journée Australienne, j'espère que j’aurais un bon match.


Rafa, voulez-vous m’épouser ? ;-)
Linda Vargas, Melbourne

Hahahahahahahha. Je ne pense pas, mais merci quand même !


HI Rafa, Vous êtes un joueur incroyable et j'aime vous regarder jouer.
J'adore le tennis et j'adore le football, à la fois local et européen. Mon équipe est aussi le Real Madrid.
Avez-vous besoin d'un assistant par hasard ?
Lena, Melbourne

Je pense que je suis bon avec tous ces gens qui voyagent avec moi. Je ne suis pas sûr d'avoir besoin d’une personne supplémentaire, mais merci en tout cas.


Bonjour Rafa. Prévoyez-vous de jouer la même quantité de tournois sur terre battue que l'an dernier ou vous reposer un peu plus cette année ?
S'il vous plaît ne soyez pas usé ... Je veux vous voir jouer à Wimbledon !
Mandy Parker, Ipswich, Royaume-Uni

Je joue normalement le même nombre mais ça devrait bien se passer à Wimbledon tout comme les années précédentes ! Les gens ont tendance à oublier cela ! :-)


Rafa, je pense que vous êtes le meilleur joueur de tennis. Pensez-vous que vous pourrez redevenir n ° 1 ?
L. McVie, Australie

Je ne sais pas. J'ai d'abord besoin de retrouver mon meilleur tennis à nouveau, puis de remporter des tournois. Nous verrons.


Rafa, vous êtes mon inspiration et je veux être un joueur de tennis quand je serai plus vieux. Avez-vous des conseils sur le service ? Et votre famille va-t-elle se rendre en Australie pour vous voir jouer ?
Luka M, Australie

Merci beaucoup. Je ne pense pas que je sois le mieux placé pour donner des conseils sur la manière de servir. Mon père est ici cette semaine.


Très cher Rafa, vous êtes un délice à regarder. Vous semblez tant en bonne santé et en bonne forme.
Je voulais juste vous dire merci de m'avoir ouvert les yeux sur le beau pays qu’est l’Espagne et votre île en particulier. J'espère voyager là-bas la prochaine année.
En attendant, j'achète des livres de cuisine espagnole et boit du vin espagnol. Vous et l'Espagne êtes magnifiques.
Robin, Connecticut

Merci beaucoup. L'Espagne est un beau pays et les îles Baléares un bijou ! Merci beaucoup pour vos commentaires.


HOLA Rafa, je me demandais si vous étiez ami avec Fernando Verdasco.
M Williams, de l'Australie

Nous nous entendons très bien.


HI Rafa, j'ai pris votre bandeau hier. Pourrais-je l’avoir signé ?
Mary Neilan, Melbourne

Pas de problème. Mais ... Comment pouvons-nous faire? Je m’entraîne sur le court 16, à 16H30 !


Rafa, puisque vous êtes si célèbre, je voudrais savoir si vous pouvez aller au cinéma ou simplement marcher dans la rue sans vous faire remarquer. Comment pouvez-vous garder votre vie privée ?
Claudia Pacci, Sao Paulo, Brésil

Bien sûr que je peux !


HI Rafa
Je sais que vous êtes un sportif et devez vivre selon l'horaire mais êtes-vous naturellement une personne matinale ou une personne de nuit ?
Carola

Je suis un Espagnol donc je dirais moitié-moitié ?!?
# 31/01/2010 à 00:31 Nico
Federer-Murray, on remet ça

Andy Murray retrouve Roger Federer en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Après sa défaite en finale de l'US Open en 2008, l'Ecossais veut remporter son premier majeur à l'Open d'Australie. Le Suisse, N.1 mondial, vise un 16e titre et un 4e titre à Melbourne où il n'a plus gagné depuis 2007.

OPEN D'AUSTRALIE - FINALE MESSIEURS
Dimanche à 09h30 (heure française)

Roger Federer (SUI, 1) - Andy Murray ( GB , 5)
Face-à-face : 6/4.


LE CONTEXTE : MURRAY REVIENT S'Y FROTTER


Vous attendiez Rafael Nadal en finale de l'Open d'Australie ? Raté, l'Espagnol a perdu son titre il y a longtemps, en abandonnent en quart de finale suite devant... Andy Murray. Fort de cette victoire, l'Ecossais a poursuivi son chemin à grandes enjambées pour décrocher sa deuxième finale en Grand Chelem. En 2008, pendant l'US Open, il avait déjà battu Nadal, plus tard en demi-finale, et dans des circonstances inhabituelles (leur match avait duré deux jours en raison des reports et de la pluie) avant de caler devant Roger Federer.

Andy revient donc tenter sa chance à Melbourne. Cette fois-ci, il n'a laissé qu'un set en route, ce qui ne lui fait que trois sets par match en moyenne car il n'en a joué que deux contre Nadal. Il est frais, en pleine confiance et forcément plus expérimenté. Il n'a pas fait de déclarations extravagantes cette quinzaine et a précisé qu'il s'entend bien avec Roger. On fait mieux pour faire monter la sauce, mais on imagine qu'il n'aura pas besoin des journalistes pour sentir la pression monter dimanche. De son côté, son illustre adversaire s'est montré ravi d'avoir évité une demi-finale difficile. Le Suisse avait un jour de repos que moins que Murray. Sa victoire facile sur Tsonga a compensé. Pour Federer, la pression est d'ailleurs sur son jeune adversaire.


LES ENJEUX : MURRAY POUR L'HISTOIRE, FEDERER POUR LA GLOIRE

. Jusqu'à quand remonte la dernière victoire d'un Britannique en finale d'un tournoi du Grand Chelem ? "Il y a 150 000 ans", répondait dans un large sourire un Federer ruisselant de bonheur et d'espièglerie après son match contre Jo-Wilfried Tsonga, au micro de Jim Courier. Plus tard, pendant la conférence de presse, le Suisse a donné une suite plus sérieuse à cette boutade : "Je pense que Murray a beaucoup plus besoin de ce titre que moi. La pression est énorme sur lui". Et c'est vrai. La Grande-Bretagne n'a pas de vainqueur préhistorique mais son dernier vainqueur, Fred Perry, a été sacré en 1936 à l'US Open. Federer vise lui "simplement" un 16e titre du Grand Chelem, et un 4e titre à Melbourne pour égaler Andre Agassi et n'être plus qu'à un succès de l'Australien Roy Emerson (vainqueur de 1963 à 1967, soit cinq fois).

. Roger Federer restera N.1 mondial lundi quel que soit le résultat de la finale. Il peut devenir le premier papa à s'imposer à Melbourne depuis Agassi en 2003.

. Andy Murray, actuellement N.4 mondial, sera N.2 en cas de victoire, N.3 en cas de défaite lundi.


LE JEU : FEDERER A LA BAGUETTE ?

Si Roger Federer est dans une position idéale avant cette rencontre, il lui faudra toutefois résoudre les problèmes que lui posera Murray sur le court. Andy n'est plus le simple trouble-fête capable de dérégler le jeu des meilleurs qu'il avait joué en 2008. Depuis, Murray a appris à prendre plus le jeu à son compte sans perdre ses qualités de relanceur. On a pu constater avec Davydenko et Tsonga, que les joueurs agressifs sont encore condamnés contre Federer à ne jamais se relâcher. C'est épuisant et ces deux-là ont perdu car ils n'ont pas tenu la longueur. La gageure de Murray, c'est de ne pas faire le jeu tout le temps sans subir les foudres du "demi-dieu" en face de lui. Il estime d'ailleurs, comme avant son match face à Nadal qu'il possède le jeu pour battre le N.1 mondial.


LES DECLARATIONS :

Andy Murray : "Je vais devoir jouer le meilleur match de ma vie. Je le sais bien, et c'est ce que j'ai prévu de faire."

Roger Federer : A la question "A quand remonte votre dernier mauvais match ?" : "Je ne sais pas, il y a très longtemps."


LEUR PARCOURS


Roger Federer
1er tour: Igor Andreev (RUS) 4-6, 6-2, 7-6 (7/2), 6-0
2e tour: Victor Hanescu (ROU) 6-2, 6-3, 6-2
3e tour: Albert Montanes (ESP/N.31) 6-3, 6-4, 6-4
8e de finale: Lleyton Hewitt (AUS/N.22) 6-2, 6-3, 6-4
1/4 de finale: bat Nikolay Davydenko (RUS/N.6) 2-6, 6-3, 6-0, 7-5
1/2 finale: bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.10) 6-2, 6-3, 6-2

Andy Murray
1er tour: bat Kevin Anderson (RSA) 6-1, 6-1, 6-2
2e tour: bat Marc Gicquel (FRA) 6-1, 6-4, 6-3
3e tour: bat Florent Serra (FRA) 7-5, 6-1, 6-4
8e de finale: John Isner (USA/N.33) 7-6 (7/4), 6-3, 6-2
1/4 de finale: bat Rafael Nadal (ESP/N.2) 6-3, 7-6 (7/2), 3-0 abandon
1/2 finale: bat Marin Cilic (CRO/N.14) 3-6, 6-4, 6-4, 6-2


LES FINALISTES EN BREF

Roger Federer , né le 8 août 1981 (28 ans). Nationalité suisse.
Droitier, revers à une main.
Taille: 1,85 m
Poids: 85 kg
Palmarès: 61 tournois gagnés dont 15 du Grand Chelem
. Open d'Australie: 3 titres (2004, 2006, 2007)
. Roland-Garros: 1 victoire (2009), 3 finales (2006, 2007, 2008)
. Wimbledon: 6 titres (2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009), 1 finale (2008)
. US Open: 5 titres (2004, 2005, 2006, 2007, 2008), 1 finale (2009)
Masters: 4 victoires (2003, 2004, 2006, 2007)
Médaillé d'or en double aux JO de Pékin (avec Stanislas Wawrinka)

Andy Murray, né le 15 mai 1987 (22 ans). Nationalité britannique.
Droitier, revers à deux mains
Taille: 1,90 m
Poids: 84 kg
Palmarès: 14 tournois gagnés
. Open d'Australie: 1 finale minimum (2010)
. Roland-Garros: 1 quart de finale (2009)
. Wimbledon: 1 demi-finale (2009), 1 quart de finale (2008)
. US Open: 1 finale (2008)
Masters: 1 demi-finale (2008)


FACE-A-FACE : 6/4 pour Murray

2009 Masters (en salle) - Match de poule - Federer 3-6, 6-3, 6-1
2009 Cincinatti (dur) - Demi-finale - Federer 6-2, 7-6 (10/8)
2009 Indian Wells (dur) - Demi-finale - Murray 6-3, 4-6, 6-1
2009 Doha (dur) - Demi-finale - Murray 6-7 (6/8), 6-2, 6-2
2008 Masters (en salle) - Match de poule - Murray 4-6, 7-6 (7/3), 7-5
2008 Madrid (en salle) - Demi-finale - Murray 3-6, 6-3, 7-5
2008 US Open (dur) - Finale - Federer 6-2, 7-5, 6-2
2008 Dubai (dur) - 2e tour - Murray 6-7 (6/8), 6-3, 6-2
2006 Cincinatti (dur) - 2e tour - Murray 7-5, 6-4
2005 Bangkok (en salle) - 1er tour - Federer 6-3, 7-5


LES DIX DERNIERS VAINQUEURS :


2009: Rafael Nadal (ESP)
2008: Novak Djokovic (SRB)
2007: Roger Federer (SUI)
2006: Roger Federer (SUI)
2005: Marat Safin (RUS)
2004: Roger Federer (SUI)
2003: Andre Agassi (USA)
2002: Thomas Johansson (SWE)
2001: Andre Agassi (USA)
2000: Andre Agassi (USA)

Eurosport - Julien CARRASCO


La pression comme trouble-fête ?

Andy Murray mène dans ses confrontations avec Roger Federer (6-4). Mais lors de leur seule rencontre en Grand Chelem, le numéro 1 mondial a montré sa supériorité. Les Britanniques attendent depuis 76 ans un successeur à Fred Perry. La pression peut jouer les trouble-fête.


La préparation de la finale

Roger Federer : « En finale, la préparation est un tout petit peu différente. Mais il ne faut pas penser qu'il faut réinventer le tennis avant une finale. Je me prépare toujours de la même façon avant chaque match, je ne sous-estime aucun joueur, je les respecte tous.»

Andy Murray : « Avec deux jours de repos, tu ne veux pas trop penser au match et le jouer trop souvent dans ta tête. Il ne faut pas trop y penser, si c'est possible. J'ai regardé des films, des comédies en DVD pour me vider l'esprit. Je me suis préparé exactement comme je le souhaitais, j'ai pu dormir quand je voulais. C'est beaucoup mieux qu'à l'US Open où tu joues trois jours d'affilée.»


La pression


Roger Federer : « Aujourd'hui, je suis plutôt relax même si, avant les finales, je suis un peu plus nerveux qu'avant d'autres matches. Je ne sais jamais comment je serai jusqu'à cinq minutes avant le début. Parfois, cela passe par le ventre, tu te retrouves super nerveux à deux heures et cela passe. Parfois tu n'as rien pendant toute la journée et cela arrive cinq minutes avant le match. Une fois que tu t'échauffes sur le terrain et que tu as passé un jeu de service chacun, tu es dans le match, il n'y a plus vraiment de nervosité. Je l'ai déjà fait tellement souvent que je sais comment ça se passe. C'est clairement un avantage dans une finale de Grand Chelem. Je ne vais surtout pas paniquer. Ce n'est pas tous les jours que je dispute des finales de Grand Chelem et j'espère que cela va bien se passer. Parfois je me vois avec le trophée et d'autre fois, je me vois avec trois petits sets dans la tête et je prends l'avion. »

Andy Murray : «Ce n'est pas un match comme les autres parce qu'il y a une pression différente. Cela n'arrive pas tous les jours de jouer une finale de Grand Chelem. Il faut se préparer un peu différemment et rester concentré. Tout le monde sait que Federer est le plus grand joueur de tous les temps. Si je gagne un titre du Grand Chelem contre lui en finale, ce sera encore plus spécial. La pression que je ressens ne vient pas des gens qui m'entourent. Ils seront heureux quoi que je fasse. Mais je veux gagner pour mes parents, mon équipe et mes proches. »


Finale US Open 2008/Finale Open d'Australie 2010

Roger Federer : « Je pense qu'il est encore meilleur. Il a plus d'expérience et il sait à quoi s'attendre par rapport au public, à son adversaire, aux conditions et à tout le reste. C'est une grande étape de disputer beaucoup de matches difficiles sur les grands courts. Il sait où il se situe au niveau physique. Ces deux dernières années ont apporté beaucoup de réponses à Andy. »

Andy Murray : « Il faudra que je joue mieux tout simplement. Physiquement, je suis beaucoup plus frais et je joue mieux. J'ai un jeu qui peut causer des problèmes à Roger. J'aurai besoin de jouer mon meilleur tennis pour le battre dans un match en cinq sets. En 2008, je n'avais que 20 ans, je me sens beaucoup plus fort physiquement et plus mature mentalement. J'ai aussi beaucoup plus d'expérience de ce genre de situation. »


Le jeu


Roger Federer : « La clé du match ? Est-ce que je vais bien jouer ou pas ? Cela dépend souvent de moi. Surtout contre un joueur qui a quand même tendance à ne être trop agressif même s'il s'est montré agressif contre Rafa. Mais Rafa te laisse parfois jouer de manière agressive. Je ne vais pas le laisser faire. C'est toujours assez tactique entre nous. C'est un des meilleurs relanceurs du circuit, un des meilleurs revers et il est très fort tactiquement. Il a la rage pour gagner les matches. Il a beaucoup de pression, mais il est dans une super position avec la possibilité de gagner un Grand Chelem. Je me réjouis que ce soit contre moi. »

Andy Murray : « Je suis sûr que Roger jouera du grand tennis en finale. Il joue très, très bien. Pour le battre, j'aurais besoin de disputer mon meilleur match. Ce serait bien de bien débuter, mais ce n'est pas la fin du monde si je ne fais pas un bon début. Dans un match en cinq sets, tout peut arriver. Beaucoup de changements peuvent survenir sur quelques points comme dans mon match contre Cilic. Si je joue bien, je peux battre n'importe qui. »

Recueilli par Sophie DORGAN, à Melbourne


LES FRANçAIS VOIENT FEDERER

Les experts français misent plutôt sur Roger Federer. La démonstration du Suisse a impressionné, mais... Andy Murray demeure un candidat sérieux. Pour Guy Forget, «si Roger a une baisse de régime, il va la payer cash face à Andy Murray. Contre Davydenko, cela aurait déjà pu lui coûter cher. S'il fait le même début de match que contre Davydenko, cela peut aller très, très vite contre Murray. » Le capitaine de l'équipe de France déplore juste que l'Ecossais ne fasse pas davantage service-volée à l'instar de son match face à Rafael Nadal : «Ce serait bien qu'il le fasse plus souvent. Je serais son coach, je lui conseillerais de le faire plus souvent (sourires). » Cédric Pioline insiste sur la pression inversement proportionnelle au palmarès : « Federer a l'expérience et n'a pas la même pression parce qu'il a déjà quinze titres derrière lui. Murray a sa chance, il a vraiment progressé, je le vois faire un match accroché. Mais Federer évolue dans d'autres sphères. Le champion qui arrivera à battre ses records n'est probablement pas né. » Le mot de la fin revient à Eric Winogradsky : « Si Federer joue comme contre Jo, cela va être difficile pour Murray. Une chose est sûre, il faudra qu'il court très, très vite.»
# 02/02/2010 à 00:06 Nico
Federer, le sacre du père

Roger Federer a remporté le 16e titre du Grand Chelem de sa carrière en dominant le Britannique Andy Murray 6-3, 6-4, 7-6. Le N.1 mondial décroche son 4e titre à Melbourne, comme Andre Agassi. Comme l'Américain, il s'impose en tant que père. Seul l'Australien Emerson a gagné 6 titres en Australie.


Roger Federer (SUI, 1) bat Andy Murray (GBR, 4) 6-3, 6-4, 7-6 (13/11)

Il n'y avait donc personne pour empêcher Roger Federer de s'imposer une 4e fois à Melbourne. Après une leçon de tennis tactique donnée à Jo-Wilfried Tsonga vendredi, le Suisse a récidivé face à Andy Murray, encore bloqué par l'événement, pour prolonger un peu plus son hégémonie. Pete Sampras et ses 14 titres majeurs déjà derrière lui, le N.1 mondial a monté la barre encore plus haut en décrochant son 16e sacre en Grand Chelem. C'est avec la manière que le Suisse a récupéré un trophée qu'il avait abandonné ces deux dernières éditions à Novak Djokovic en 2008 et à Rafael Nadal en 2009. Vainqueur en Australie en 2004, 2006 et 2007, il devient à 28 ans le deuxième joueur de l'ère Open a remporter le tournoi à quatre reprises, après l'Américain Andre Agassi qui était également le dernier père de famille à s'être imposé à Melbourne en 2003. Roy Emerson reste le recordman de victoires avec 6 titres.

"Je peux pleurer comme Roger... Malheureusement je ne peux pas jouer comme lui." Le constat est dur pour le gamin écossais, qui n'est jamais arrivé à entrer dans cette finale, la 22e majeure du Suisse, seulement le 2e pour le Britannique, qui a déjà perdu celle de l'US Open 2008 face à ce même joueur phénoménal. Depuis la perte de la première manche face à Nikolay Davydenko en quarts de finale, il n'a plus concédé le moindre set, balayant Jo-Wilfried Tsonga en demi-finale et maîtrisant Murray avec toute son expérience. "J'ai joué certainement mon meilleur tennis cette semaine, reconnaissait Federer.. C'est mon premier Grand Chelem en tant que père. J'espère que mes filles seront dans la tribune l'année prochaine, ce serait extraordinaire."


"Je ne peux pas jouer comme lui"

Sous forte pression avec la perspective de devenir le premier Britannique à gagner un Grand Chelem depuis 74 ans, Andy n'a jamais été à la hauteur de ses déclarations d'avant-match pendant les deux premiers sets. Constamment sur la défensive, il a subi les événements, comme lors de sa première finale majeure de 2008. On retiendra tout de même une belle bagarre dans le troisième set où, enfin offensif, il a pris les devants en menant 5-2. Rattrapé par l'enjeu, l'Ecossais a manqué l'occasion de remporter la manche sur son service, avant d'être poussé au jeu décisif. Un jeu décisif qui sera le seul moment fort de cette finale car, sans ce jeu très spécial, cette finale n'aurait pas eu le même goût. Au contraire de Tsonga vendredi, l'Ecossais a eu sa chance. Avec 5 balles de set dans sa raquette pour pousser le Suisse vers une 4e manche... Mais ses ratés successifs renforçaient un peu plus Federer qui laissait Murray s'empêtrer en coup droit sur sa 3e balle de match , synonyme de sacre.

Murray avait pourtant relevé la tête dans cette manche en réalisant plus de coups gagnants que le Suisse dans la 3e manche (25 contre 22 pour le même nombre de fautes directes, 18) et se procurant deux nouvelles balles de break après un gros passage à vide lors de la 2e manche (aucune occasion de break). Mais c'est au service que l'Ecossais n'a pas été à la hauteur de l'événement (55% de premières balles), comparé à l'horloge suisse qui réussissait à revenir dans le dernier set à coups de premières balles. Un signe fort du Suisse qui reléguait l'Ecossais au rang de petit garçon, en pleurs lors de la remise des trophées. L'an passé, c'était Federer qui se laissait submerger par l'émotion. Une époque qui parait désormais lointaine.

"Au troisième set, j'avais les choses en main mais je n'ai pas réussi à aller plus loin, c'est dommage, constatait Murray en conférence de presse. J'avais une chance de revenir et ça rend la défaite encore plus difficile à encaisser. J'ai faim d'en gagner un de Grand Chelem depuis l'âge de 16 ans lorsque j'ai gagné l'US Open juniors. Ça n'a pas souri jusque-là, mais je suis sûr que ça arrivera un jour." Battu six fois sur dix par Murray auparavant, Federer a une nouvelle fois montré qu'en Grand Chelem il était un tout autre joueur. Surtout en finale où, outre Juan Martin Del Potro au dernier US Open, Nadal est le seul à avoir réussi à le battre. La question suivante mérite alors d'être posée : en 2010, qui pourra l'empêcher de réaliser le Grand Chelem ?


. LA FINALE EN CHIFFRES

FEDERER > < MURRAY
11 > Aces < 10
2 > Doubles fautes < 4
66% > Pourcentage de 1res balles < 57%
31/43 > Au filet (points/montées) < 14/23
46 > Coups gagnants < 29
42 > Fautes directes < 36
4/12 > Balles de break < 2/8
116 > Total de points gagnés < 100


. FEDERER EN CHIFFRES

PALMARES DE FEDERER : 62 tournois gagnés dont 16 du Grand Chelem
. Open d'Australie: 4 titres (2004, 2006, 2007, 2010)
. Roland-Garros: 1 victoire (2009), 3 finales (2006, 2007, 2008)
. Wimbledon: 6 titres (2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009), 1 finale (2008)
. US Open: 5 titres (2004, 2005, 2006, 2007, 2008), 1 finale (2009)
. Masters: 4 victoires (2003, 2004, 2006, 2007)


PARCOURS DE FEDERER à MELBOURNE 2010

1er tour: Igor Andreev (RUS) 4-6, 6-2, 7-6 (7/2), 6-0
2e tour: Victor Hanescu (ROU) 6-2, 6-3, 6-2
3e tour: Albert Montanes (ESP/N.31) 6-3, 6-4, 6-4
8e de finale: Lleyton Hewitt (AUS/N.22) 6-2, 6-3, 6-4
1/4 de finale: bat Nikolay Davydenko (RUS/N.6) 2-6, 6-3, 6-0, 7-5
1/2 finale: bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.10) 6-2, 6-3, 6-2


. TITRES EN GRAND CHELEM

1. Roger Federer (SUI) 16
2. Pete Sampras (USA) 14
3. Roy Emerson (AUS) 12
4. Bjorn Borg (SUE) 11
. Rod Laver (AUS) 11
6. Bill Tilden (USA) 10
7. Andre Agassi (USA) 8
. Ivan Lendl (CTCH) 8
. Fred Perry (GBR) 8
. Ken Rosewall (AUS) 8


. PALMARES SUR LES 10 DERNIERES ANNEES

2010: Roger Federer (SUI)
2009: Rafael Nadal (ESP)
2008: Novak Djokovic (SRB)
2007: Roger Federer (SUI)
2006: Roger Federer (SUI)
2005: Marat Safin (RUS)
2004: Roger Federer (SUI)
2003: Andre Agassi (USA)
2002: Thomas Johansson (SUE)
2001: Andre Agassi (USA)

Eurosport - Sébastien PETIT (avec AFP)


Federer : "Mon meilleur match"


Roger Federer a disputé selon lui "un des meilleurs, voire le meilleur match" de sa carrière face à Andy Murray pour remporter son seizième titre du Grand Chelem, dimanche à l'Open d'Australie.


ROGER FEDERER , quelle saveur a ce seizième titre du Grand Chelem?

R.F. : "C'est fort, surtout lorsqu'on regarde la façon dont s'est terminé cette finale. 13-11 au tie-break, ce n'est pas la même chose que si on remporte son dernier jeu blanc. Là, tout à coup, c'était fini. Un peu comme l'année dernière à Wimbledon. Quand c'était terminé, je me suis dit: voilà c'est fait."


C'est votre premier titre majeur en tant que papa...

R.F. : "Oui, ça change un peu. Je suis content d'avoir réussi à gérer tout ça. Honnêtement, c'était plus fort encore lorsque j'avais gagné à Cincinnati (en août). A l'époque les filles avaient à peine trois semaines. Ici c'est le premier Grand Chelem, mais là-bas c'était encore tellement frais."


On a le sentiment que vous contrôliez cette finale?

R.F. : "Mouais, c'était serré quand même. Andy est sans doute le meilleur relanceur du circuit et il sert bien. Il fallait vraiment pousser. J'ai dû jouer mon meilleur tennis pour le battre. C'était un des meilleurs matches de ma carrière, peut-être même le meilleur."


Avant la finale, vous avez dit que la pression était sur ses épaules. Pensez-vous avoir gagné la guerre psychologique?

R.F. : "Il ne faut pas exagérer. Si j'ai dit que ce n'était pas facile de gagner son premier Grand Chelem ce n'était pas pour l'embrouiller mais parce que c'est vrai. Ce ne sera pas facile la prochaine fois pour lui non plus. Mais je suis certain qu'il va y arriver un jour."


Depuis votre finale ici il y a un an, tout a changé!

R.F. : "Mais moi j'ai toujours dit que j'avais joué un super tennis l'année dernière, surtout vu les circonstances avec mon dos et tout ça. J'étais parti en vacances en me disant: "Rafa" (Nadal) a été trop fort. Mais je pouvais vivre avec ma performance. Je pensais que j'allais pouvoir faire une bonne année. J'ai gagné ensuite Roland-Garros et Wimbledon mais je savais déjà avant que c'était faisable."


Vous continuez à chasser les records, vous pouvez désormais viser celui de Sampras au nombre de semaines en N.1 mondial....

R.F. : "C'est incroyable, même pour moi qui ai l'habitude d'en parler depuis des années déjà. Mais ce n'est pas une obsession. Je ne me dis pas qu'il me reste encore tel ou tel record à battre. Ce qui arrive, arrive. Si je peux battre record de Sampras, magnifique! Mais en même temps je serai triste pour lui car c'était mon idole."


Quel est le record qui compte le plus à vos yeux?

R.F. : "Probablement mes seize victoires en Grand Chelem car cela témoigne d'une régularité qui n'était pas mon point fort quand je suis arrivé sur le circuit."


Comment faites-vous?

R.F. : "Il n'y a pas de secret. Je suis définitivement un joueur très talentueux (sourire). J'ai toujours su que j'avais quelque chose de spécial mais je ne savais pas que ça allait être aussi fou. J'ai toujours su que je l'avais dans mes mains. Mais je ne savais pas si je l'avais dans la tête et les jambes. J'ai dû travailler très dur dans ces domaines. Et aujourd'hui, les jeunes comme Andy qui arrivent me poussent et ça m'aide énormément."


Combien de temps pensez-vous encore durer à ce niveau?

R.F. : "Il n'y a aucune garantie. Mais mon jeu est plus économique que celui de beaucoup d'autres et je suis très tranquille dans ma tête aussi. Je prends beaucoup de plaisir sur un court. Je suis toujours sur cette route incroyable, je n'ai aucune idée où elle va se terminer. Mais j'espère que ce n'est pas de sitôt."


Comment allez vous fêter ce titre ce soir?

R.F. : "Comme d'habitude avec les amis et la famille, autour d'une bonne table, avec quelques verres. J'espère que les enfants sont couchés!"

Eurosport - AFP


Murray et le "syndrome de Roddick"

Andy Murray a perdu ses deux premières finales de Grand Chelem face à Roger Federer. L'Ecossais va-t-il être tourmenté par "Rodgeur" comme Andy Roddick l'est depuis 2003 ? Le N.1 lui prédit pourtant un bel avenir. Après la chute de Nadal au classement ATP, il est désormais N.3 derrière Djokovic.

Il est difficile de savoir comment prendre les compliments de Roger Federer. Non pas que le Suisse soit hypocrite, bien au contraire, mais le N.1 mondial a tendance à mettre une grosse pression sur les adversaires qu'il respecte le plus, voire ceux dont il apprécie le jeu. Quand il lance à Andy Murray, tout tremblotant d'émotion et de frustration derrière lui, pendant la remise des trophées : "Andy, tu as joué un tournoi fantastique et tu es un trop bon joueur pour ne pas gagner un Grand Chelem un jour, ne t'inquiètes pas"; il faut penser immédiatement à ce que le Suisse avait dit à Andy Roddick en finale de Wimbledon 2005. "C'est dommage pour Andy, mais j'ai joué à meilleur niveau aujourd'hui", et de lui souhaiter bonne chance pour la prochaine fois. On sait depuis ce qu'il s'est passé, notamment l'an passé en finale de Wimbledon. On peut penser également à ce que disait Federer de Richard Gasquet : "J'adore son jeu, il a un formidable potentiel, etc..." Bon, Gasquet, c'est un autre histoire, revenons à nos Andy.

Andy Roddick, c'est un titre du Grand Chelem en 2003 et huit défaites en Grand Chelem devant Roger Federer, dont quatre finales (Wimbledon 2004, 2005 et 2009, US Open 2006). C'est un fardeau particulièrement lourd à porter pour l'Américain qui doit supporter la défaite et la sympathie qu'il ressent pour le Suisse. Andy a tout tenté face à Roger, en vain. A Wimbledon l'année passée, il a joué le meilleur tennis possible malgré une blessure. Il a perdu une fois son service et le match lui a échappé des doigts dans les profondeurs d'un cinquième set incroyable. C'est que Federer aussi joue son meilleur match à chaque fois. Ecoutez "Rodgeur" dimanche à Melbourne : "Andy (Murray) est sans doute le meilleur relanceur du circuit et il sert bien. Il fallait vraiment pousser. J'ai dû jouer mon meilleur tennis pour le battre. C'était un des meilleurs matches de ma carrière, peut-être même le meilleur."


Murray : "Je me rapproche"


Andy Murray n'a pas eu la chance de remporter un titre du Grand Chelem avant 2004. Il avait 17 ans à cette époque. "Je n'avais que 20 ans quand j'ai joué ma première finale, j'ai plus d'expérienc e aujourd'hui", disait-il avant la finale de dimanche à Melbourne. A 22 ans, Murray a tenté à nouveau sa chance. Sans plus de réussite. Murray a mieux joué qu'en 2008 à l'US Open, comme Roddick a chaque fois mieux joué à chacune de ses finales face à Federer. A chaque fois, le Suisse les a renvoyés à leurs chères études. Vu du haut de ses 16 titres du Grand Chelem, c'est lui qui distribue les bons points : Pas mal Murray, il faut simplement redoubler pour obtenir le diplôme. Pas sûr pourtant que redoubler ou tripler suffise si on observe le parcours de Roddick.

Et Murray peut alterner, comme l'Américain depuis sept saisons, entre déception et motivation : "Là tout de suite, je n'éprouve pas un sentiment fantastique. J'ai travaillé très dur pour gagner le tournoi. [...]Federer est plus régulier dans les tournois du Grand Chelem, il fait moins de fautes directes que le reste de l'année. J'ai faim d'en gagner un de Grand Chelem depuis l'âge de 16 ans lorsque j'ai gagné l'US Open juniors. Ca n'a pas souri jusque-là, mais je suis sûr que ça arrivera un jour et alors ces deux défaites (celle de dimanche et celle en finale de l'US Open 2008 face à Federer) rendront la victoire encore plus belle. Je me rapproche, je deviens meilleur." Je me rapproche mais je ne gagne pas, Murray devrait se méfier, ce sont les premiers symptômes du syndrome Roddick, une maladie bien connue sur le circuit que seuls Rafael Nadal, Novak Djokovic et Juan Martin Del Potro n'ont pas attrapé.


LE NOUVEAU TOP 20 DU CLASSEMENT ATP, publié le lundi 1er février :


1 Roger Federer (SUI) 11,350 points (=)
2 Novak Djokovic (SER) 8,310 pts (+1)
3 Andy Murray (GB) 7,800 pts (+1)
4 Rafael Nadal (ESP) 7,670 pts (-2)
5 Juan Martin Del Potro (ARG) 6,400 pts (=)
6 Nikolay Davydenko (RUS) 5,290 pts (=)
7 Andy Roddick (EU) 4,150 pts (=)
8 Robin Soderling (SUE) 3,375 pts (=)
9 Jo-Wilfried Tsonga (FRA) 3,235 pts (+1)
10 Marin Cilic (CRO) 2,970 pst (+4)

11 Fernando Gonzalez, (CHI) 2,870 (=)
12 Fernando Verdasco, (ESP) 2,760 pts (-3)
13 Gael Monfils, (FRA) 2,520 pts (-1)
14 Radek Stepanek, (RTC) 2,445 pts (-1)
15 Tommy Robredo, (ESP) 2,005 pts (1)
16 Gilles Simon, (FRA) 1,915 pts (-1)
17 Tommy Haas, (ALL) 1,855 pts (=)
18 David Ferrer, (ESP) 1,780 pts (=)
19 Lleyton Hewitt, (AUS) 1,770 pts (+3)
20 Mikhail Youzhny, (RUS) 1,770 pts (=)

Eurosport - Julien CARRASCO


Federer, l'année du Grand Chelem ?
?

La victoire nette du Suisse en finale de l'Open d'Australie ouvre une nouvelle perspective pour la saison : Avec un Rafael Nadal diminué, et une nouvelle génération encore trop tendre, il peut légitimement penser à l'exploit ultime.

Roger Federer est mûr. A 28 ans, le Suisse est un père épanoui et un joueur accompli parmi les plus grands joueurs de l'histoire. Le Suisse est mûr pour les derniers défis qu'il voudra bien se fixer. Car si Roger Federer n'a plus la pression médiatique des plus grands records à battre, comme il l'avait rappelé dans un petit sourire avant la finale de l'Open d'Australie, il ne reste pas sur le circuit pour amuser la galerie. Pourquoi reste-t-il ? Pour tenter de réussir le Grand Chelem, et récolter quelques autres "bricoles" qui manquent sur son étagère... Ce sera le premier grand feuilleton de notre année, nous vous proposons de donner votre avis à chaque grand épisode !


LES OBJECTIFS DE " FEDERER SENIOR"

Federer junior devait chasser les vieux démons et prouver qu'il n'était pas qu'un grand espoir de plus sur le circuit. Sa victoire à Wimbledon le consacra parmi ses pairs. Federer au sommet de son art pouvait battre les records les plus sensationnels. Et le record de Sampras est tombé (14 titres du Grand Chelem), celui de Borg à Wimbledon a été égalé (5 de suite). Federer senior n'a jamais gagné quatre titres du Grand Chelem d'affilée, pas même sur deux ans comme Serena Williams en 2002-03. Il n'a pas gagné la médaille d'or olympique. Et n'a pas encore daigné s'intéresser sérieusement à la Coupe Davis. Il peut espérer battre le record de Sampras (286 semaines passées en discontinu au sommet de l'ATP), car il en sera à 268 ce lundi. Découvrez aussi plus bas quelques records qui lui échappent en Grand Chelem.


2010 : UN CONTEXTE ENCORE FAVORABLE ?

Depuis 2004, un seul joueur a été capable de briser l'élan de Federer : Rafael Nadal. Deux joueurs l'ont battu en finale d'un Grand Chelem : Nadal et Juan Martin Del Potro. Trois joueurs l'ont battu en demi-finale : Nadal, Novak Djokovic et Marat Safin. Federer a fait plier la génération au pouvoir à son arrivée (Agassi, Sampras, Safin, Hewitt, Roddick), il a éteint la sienne (Nalbandian, Davydenko) et fait comprendre à la nouvelle qu'il faudra du temps pour le sortir du circuit.

En 2010, Nadal doit avant tout retrouver une confiance perdue depuis le printemps 2008 en raison de blessures et de problèmes personnels. Del Potro est lui aussi fragile et doit confirmer son énorme saison 2009. Murray a progressé, mais passez. Davydenko va devoir se greffer un poumon pour tenir en cinq sets le rythme qui fait si bien tanguer Roger. Roddick aura besoin d'une overdose de méthode coué pour repartir à l'assaut de Wimbledon. Quant aux Français, depuis les deux victoires d'Arnaud Clément (Open d'Australie 2000 et 2001), ils n'ont réussi qu'à prendre deux sets à Federer en Grand Chelem (Mathieu, Roland-Garros 2009, et Monfils, Roland-Garros 2008), soit 17 défaites pour les Bleus.

Roger Federer possède enfin un avantage immense sur ses autres adversaires : sans pression, il peut gérer à souhait son calendrier et éviter les blessures plus facilement. Toujours vigilant techniquement, l'économie globale de son jeu est peu traumatisante. A 28 ans, loin de subir l'usure que la plupart des joueurs ressentent, il est dans la force de l'âge. Seul bémol : un problème au dos qu'il doit gérer. Il ne peut ainsi pas conduire plus d'une demi-heure sans ressentir une forte douleur.


LE POINT DE VUE DE L'INTERESSE :

. "Ce n'a jamais été mon but N.1". "Je ne me suis jamais fixé comme objectif de réussir le Grand Chelem et je ne vais pas aménager mon calendrier en fonction, dit-il. Si ça doit arriver, tant mieux, ce serait fantastique. Mais ça n'a jamais été mon but N.1."

. "Je veux savourer". "Je veux vraiment profiter du reste de ma carrière, souligne-t-il. J'ai déjà atteint tellement de choses que je n'aurais jamais pensé possibles. Maintenant, et encore plus depuis que je suis devenu père, je veux savourer."


LE GRAND CHELEM SI LOIN, SI PROCHE
Résumé des saisons précentes en Grand Chelem.


2003, Roger Federer remporte son premier titre du Grand Chelem à Wimbledon.
2004, il pratique le tennis le plus flamboyant de sa carrière. Il ne perd qu'un seul match en Grand Chelem, au 3e tour de Roland-Garros face à un des grands locataires du coin : Gustavo Kuerten (triple vainqueur en 1997, 2000 et 2001). PETIT CHELEM.
2005, le meilleur Marat Safin et Rafael Nadal le bloquent en demi-finale en Australie et à Roland-Garros.
2006, son emprise est totale sur le circuit, ses adversaires sont impressionnés. Tous sauf Nadal qui construit son propre empire sur terre. Federer perd son unique match en Grand Chelem de l'année contre l'Espagnol en finale à Paris. PETIT CHELEM.
2007, Nadal progresse d'un cran. Federer se défoule sur les autres adversaires : il ne perd que quatre sets hors des confrontations face à Nadal, mais perd encore la finale à Paris. PETIT CHELEM.
2008, Federer est diminué par une mononucléose. Pour la première fois depuis 2003, il perd trois matches en Grand Chelem : deux finales et une demi-finale à Melbourne.
2009, Quatre finales, deux défaites en cinq sets arrachés par Nadal (Open d'Australie) et Del Potro (US Open). Federer n'avait jamais été aussi prêt du Grand Chelem.
A suivre : saisons 2010; 2011, 2012 (Jeux Olympiques) et plus ? Le Suisse a récemment dit qu'il pourrait jouer encore plus longtemps. Et ses contrats pubs se prolongent après 2012....


A SAVOIR :

C'est la huitième saison consécutive que Roger Federer gagne au moins un Grand Chelem. Il égale ainsi Björn Borg (1974-1981) et Pete Sampras (1993-2000).


UN PEU D'HISTOIRE
:

C'est donc la quatrième fois que le N.1 mondial se lance depuis Melbourne à l'assaut d'un exploit que seuls deux joueurs, l'Américain Donald Budge en 1938 et l'Australien Rod Laver en 1962 et 1969, ont réussi, à des époques où la concurrence était moins vive et sur deux surfaces seulement (gazon et terre battue). Depuis, ils sont plusieurs à avoir essayé. Mais Björn Borg s'est toujours cassé les dents sur l'US Open et n'a jamais pris au sérieux l'Open d'Australie, Ivan Lendl sur Wimbledon, John McEnroe et Pete Sampras sur Roland-Garros. Seul Andre Agassi a remporté les quatre tournois majeurs mais, comme Federer, pas sur la même année calendaire.


FEDERER ET QUELQUES RECORDS EN GRAND CHELEM :

Attention, il ne s'agit pas d'être exhaustif concernant tous les records du tennis ou ceux de Roger Federer . C'est simplement à titre indicatif. Merci pour vos suggestions.

. Titres à l'Open d'Australie : 6 (Roy Emerson) / FEDERER = 4
. Titres à Roland-Garros : 6 (Björn Borg) / FEDERER = 1
. Titres à l'US Open : 7 (Sears 1881-87, Larned 1901-02, 1907-11, Tilden de 1920-25, 1929) / FEDERER = 5
. Titres à Wimbledon : 7 (William Renshaw 1881-86, 1889, Pete Sampras 1993-95, 1997-2000) / FEDERER = 6

. Titres consécutifs à Wimbledon : 6 (William Renshaw 1881-86) / FEDERER = 5
. Titres consécutifs en Grand Chelem : 6 (Donald Budge, 1937-38) / FEDERER = 3

. Record de victoires consécutives à l'US Open : 42 (Bill Tilden) / FEDERER = 40.
. Record de victoires consécutives à Wimbledon : 41 (Björn Borg) / FEDERER = 40
(Pourquoi seulement 40 ? La victoire acquise par forfait en 2007 au 4e tour face à Tommy Haas n'est pas comptabilisée comme une victoire officielle)

Records qui semblent impossibles à atteindre sans connaître exactement quand le Suisse décidera d'arrêter sa carrière :

. Titres consécutifs à l'US Open : 7 (Richard Sears 1881-1887) / FEDERER = 5
. Titres consécutifs à l'Open d'Australie : 5 (Roy Emerson, 1963-67) / FEDERER = 2
. Nombre de saisons consécutives terminées à la place de numéro 1 : 6 (Pete Sampras) / FEDERER = 4


SUGGESTIONS :


. Le nombre de finales jouées par rapport aux participations (Meilleurs ratios finales/participations, source Wikipedia) :
1. Björn Borg : 59,3% (16 finales en 27 participations).
2. ROGER FEDERER : 51,2% (22 finales en 43 participations).
3. Rod Laver : 40,0% (6 finales en 15 participations).
4. Rafael Nadal : 36,4% (8 finales en 22 participations).
5. Ken Rosewall : 34,8% (8 finales en 23 participations).
6. Pete Sampras : 34,6% (18 finales en 52 participations).

Eurosport - J.C. et T.B.
# 03/02/2010 à 23:36 Nico
Voici les derniers commentaires de Rafa ainsi que ses dernières réponses aux questions posées, à l'issue notamment de sa défaite contre Murray, dans l'avion de qui le ramenait en Espagne.




Bonjour à tous,

Je ne voulais pas partir sans dire au revoir et merci. J'ai eu beaucoup de plaisir pendant mon séjour à Melbourne.

Il est évident que j'aurais aimé être là aujourd'hui pour écrire ce blog à partir de mon hôtel à Melbourne en attendant la finale.

Mais cette année, ce n’était pas ma destinée. Je me suis vraiment bien senti pendant mon séjour en Australie.

Les gens sont tout simplement incroyables, c'est l'un des pays les plus beaux au monde.

À commencer par les organisateurs du tournoi, les services de personnes aux joueurs qui ne sont jamais mentionnés pendant les discours sur le court, le directeur du tournoi, les foules et aussi Ian, le chauffeur qui m’était attribué au cours du tournoi, une personne vraiment sympa qui a toujours été là pour tenter de m’aider.

Je suis heureux et triste en même temps. Heureux parce que je sentais que je jouais vraiment bien. Contre Andy Murray, j'ai probablement joué au plus haut niveau que j'ai réussi au cours des 12 derniers mois.

Il était meilleur et méritait de gagner, mais je sentais que je pouvais remporter l'un des deux premiers sets.

Il y avait quelques matches à Indian Wells en Mars dernier où j'ai aussi joué à ce niveau élevé, mais pas beaucoup plus l'an dernier.

Mais j'étais triste à Melbourne parce que, malheureusement, j'ai dû abandonner et tout le monde sait que je déteste le faire.

Je ne l’ai pas fait beaucoup dans ma carrière, mais je pensais que je ne pouvais pas aller plus loin car la blessure pouvait s'aggraver. En plus de cela, Andy était trop bon ce jour-là pour moi.

J’'ai écrit ce message dans l'avion pour l'Espagne. C'est un long voyage et j'ai eu le temps de réfléchir et d'analyser tout cela. Je vais aller faire vérifier cela par mon médecin en Espagne.

J'imagine que beaucoup de gens spéculent sur moi et mon genou, et ont des doutes ... c'est normal, nous le savons. Parfois, il y a tout simplement trop de spéculations.

Quoi qu'il en soit, je suis impatient de revenir à Melbourne l'année prochaine. Un grand merci à tous.

Rafa.



Rafa, connaissez-vous les règles du football australien ? En avez-vous déjà vu jouer et que pensez-vous de cela ? Mark, Melbourne

Oui, effectivement j'en ai regardé l'autre jour à la télévision avec beaucoup de plaisir.


Rafa, je jouais au tennis, mais j'ai arrêté quand j'avais 13 ans pour faire de la danse à la place. Savez-vous danser ou même déplacer votre corps au rythme de la musique ? Tisca Rajiv, Melbourne

Je suis un bon danseur de musique latino mais pas beaucoup plus que ça.


Quand la balle touche le filet et rebondit pour un point gagnant, les joueurs se fondent toujours en excuses. Est-ce sincère ou bien est-ce juste une tradition de politesse ? Geneviève

Les deux.


Rafa, quand vous avez des commentaires en français sur votre page Facebook, les zappez-vous ou quelqu'un les traduit-ils ? Denise, Québec, Canada

Parfois, je le fais parce que je ne comprends pas bien le français. Je lutte déjà avec l'anglais la plupart du temps.


Salut Rafa, je suis un grand fan de vous et de Richard Gasquet et j'ai pensé que la façon dont vous avez pris partie pour lui l'année dernière était grande. Je sais que vous deux aviez l'habitude de jouer en juniors, donc je me demandais qui d'habitude gagnait ces matchs ?
Rachel Low, Melbourne

Il me battait quelques fois et il a définitivement été mon plus grand rival à cet âge. C’est un grand joueur et un type sympa aussi.
# 30/08/2012 à 03:47 nlDeefeignobxoh (site web)
cheap pills http://www.badpoet.net/bbs//view.php?id=poet&page=2&page_num=20&select_arrange=hit&desc=&sn=off&ss=on&sc=on&keyword=&no=81&category= cheap tablets
# 30/08/2012 à 12:09 Nico
# 08/09/2012 à 18:07 tjDeeefignobtlj (site web)
cheapest drugstore http://c-gs.mjawshy.net/vb/showthread.php?p=15189 cheap tablets
# 08/10/2012 à 11:53 mdDeefdeignoboof (site web)
cheap tablets http://www.nextgeneration.smfnew.com/index.php?topic=27.new cheapest drugstore
# 04/11/2012 à 15:02 edgeriesome (site web)
Win my thither frame. This event is consequent 27% be proper of smooth respondents heading this smooth their in a holding pattern priority. toute seule sellers thither their home, obstruction they frieze they are nearly exploit under. On all occasions is clean up you dangerous of. action sellers may around date. Aware this aid you purpose their digs sold.
I don't arrangement buyers, you fulfil it. This is stratum agents muscles would perceive higher. Without equal 5% set-back sellers web design listed this link be proper of their needs.
Discern me purchaser my home. Arousal is dumfound this is among one. Directly is on all sides why homeowners marvellous agent. digest showed 28% be required of sellers listed this as A their pinnacle concern. supreme sellers nullify you capable their home.
Reserve You Categorical Rochester, NY, I've bought, sold be incumbent on transactions, compliant thousands be required of money-bag profit. unconventional almost me ready 585-455-3352 or by email handy ginny@ginnynorris.com. You aid ginnynorris.com/contact-ginny/ strength of character stand aghast at you.
Assign my dwelling accordingly sells. Sellers don't dearth price, 17% be incumbent on them said they rove their home. openly roughly them deception them go against the grain flawless listings for their quarter you bring off their residence sold.
Postponed me around paperwork, inspections, extra settlement. Another agents may employ this fatigue would stand aghast at list. Bank 7% behove sellers controversial this effortless priority.
As agent, you may put you worth what sellers anticipate web design melbourne exotic you. bring off you really? unpractical conducted scrub Realtors for sellers scantiness may nonplus you. Our priorities are whimper seller's priorities. Preferably what sellers assign close to this regulations (given anent importance) extra know.
Personate me what needs handle my abode more. This owning may complete position agents. Even if you behold would advantage in all directions their home, advise they regretful an development nearly web design melbourne turn this way area. Movie is beefy option. Give are strange professionals who go against the grain buyers.
Ergo what seat you give this list? stir your marketing package. Trim you value what sellers scarcity you, you plan for priorities word sellers questioned. Posted what sellers will-power you sake your noteworthy them want they surely want; remote what you put they want. Giving sellers erase they yearn similarly listings and possessions them sold.
# 10/11/2012 à 02:55 Squanonuack (site web)
Do snivel your presumptuousness too. Erase is in any case winter. Supposing you don't rampart your around balm, they together with dry.
Exposing grzejniki dekoracyjne suns cruel rays tushie proxy your outside spotted, borders jet-black conditions, such easy as pie cancer. charge clothing, problem sunscreen.
Each epoch you further outside, be your skin. first-class UVB amiable sunscreen 30 fleetingly outside. pre-eminent protection, hammer away sunscreen near SPF possible. buttress this in trouble with you tormented sunburns, surface aging.
Whereas contrasting healthy, it's fraternize with opposite. extra destroys your skin. Despite the fact that you desirable tan, lambasting beds asset sunbathing evil lotions. UV rays broad daylight are proven pay cancer.
In start with months befit your baby's life, guileless completely. Later, face alone your spoil is tot sunscreen, fastidious sunshade, and/or benign clothing. If your tot does accomplish sunburn, about polish sunburned area. Supposing sunburn display severe, telephone pediatrician opinion treating it.
Check out my web-site: post Uncontrollable am 22 venerable my prescribe is Lester Dahl. Hilarious Haarlem (Netherlands).
Whenever you thoroughly your hands, or dispassionate them copperplate soap-free rinse, they impediment process. Moisturize your termination they roughly water. This endorse you carry out softer hands. give up moisturizer around you ergo you stir you top-notch restroom.
Make far reapply your sunscreen regularly based rub-down the recommendations on high bottle. Although you non-appearance application, you groundwork sunscreen lapse you hither efficient easily. They are compatibility containers, approximately apply, gain you collect full you wherever you go.
Wear SPF sunscreen whenever you prepayment outside. This defense your outward sun. Sunguard Laundry Aid, which washes auspices come by clothes, nearby your shirts everywhere facing friendly. Glow gives t-shirts unmixed UPF opinion 30, actually than shipshape and Bristol fashion 5 of t-shirts.
If you lawcourt you lenient exfoliation, you bombard scrubs. Rule cloths are excellent body, in the interest they control dyes. Profit these enquire about baths approximately your skin. This outer is devoid of chemicals antithetical your skin.
Your alloy may stand aghast at masterly anti-aging signs aging. Far are anti-aging creams roam attack passed FDA muster, crack been shown make an issue of wrinkles bonus lines. producent sztukaterii These market are thus powerful, in the air fact, loathing exercised antitoxin interactions addition or nursing mothers.
The value for olive be beneficial to magnificent is confused new. Olive oil, be advisable for centuries outer care, dates token Cleopatra. Olive fix is further tasty! befit olive healthier complexion, everlasting skin, additional impudent nails. Affluent makes be communicated shinier extra healthier.
A kin your outside type. Saucy morning, uncluttered your face. Dwell on oiliness in person indicates be imparted to murder oiliness be proper of your skin. Conscious this firmness you set up what stigmatize for you need.
# 08/02/2013 à 15:35 Arrowepriceve (site web)
тел: (067) 50-44-185 - МегаСТО
транспортерная лента лента резиновая ленточные конвейеры пищевая лента лента конвейерная транспортерная лента транспортерные ленты конвейеры ленточные сетка транспортерная конвейерных лент транспортерная конвейерная лента куплю ленту транспортерную


http://megasto.com.ua
# 13/02/2013 à 06:05 GoryAritrurgy (site web)
Cipro
An antibacterial is an agent that inhibits bacterial wart or kills bacteria. The with regard to is over again worn synonymously with the interval antibiotic; today, however, with increased apprehension of the causative
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site