BERCY 2011

Auteur  
# 07/11/2011 à 14:48 Nico
Court central : A partir de 11 heures

Mikhail Youzhny (RUS) - Philipp Kohlschreiber (ALL) : 1-5
Marin Cilic (CRO) - Fernando Verdasco (ESP) : 2-3
Milos Raonic (CAN) - Julien Benneteau (FRA) : 0-0
Ross Hutchins/Andy Murray (GBR) - Nicolas Almagro/David Marrero (ESP)

Pas avant 19h30

Juan Carlos Ferrero (ESP) - Nicolas Mahut (FRA) : 1-1

Pas avant 20h30
Dmitry Tursunov (RUS) - Adrian Mannarino (FRA) : 1-0


Court n°1 - A partir de 11 heures

Guillermo Garcia-Lopez (ESP) - Santiago Giraldo (COL) : 0-1
Gilles Muller (LUX) - Kevin Anderson (AFS) : 1-1
Florian Mayer (ALL) - Radek Stepanek (RTC) : 2-1
Thomaz Bellucci (BRE) - Alex Bogomolov Jr (USA) : 0-1
Andreas Seppi (ITA) - Nikolay Davydenko (RUS) : 1-3
# 07/11/2011 à 23:54 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Mannarino - Tursunov 6-2,6-2
Mahut - Ferrero 6-2,6-3
Anderson - Muller 6-3,4-6,6-4
Mayer - Štepánek 7-5,6-3
Kohlschreiber - Youzhny 6-4,6-2
Seppi - Davydenko 7-6(7/2),7-5
García-López - Giraldo 6-4,1-6,6-4
Verdasco - Cilic 3-6,6-2,6-3
Bogomolov Jr. - Bellucci 4-6,7-6(7/4),6-2
Benneteau - Raonic 6-7(5/7),7-6(7/5),6-4


PROGRAMME DE MARDI


Court central, à partir de 11 heures

Tomas Berdych (RTC) - Fernando Verdasco (ESP) : 8-4
Michaël Llodra (FRA) - Feliciano Lopez (ESP) : 2-2
Andy Roddick (USA) - Julien Benneteau (FRA) : 4-1
Colin Fleming / Jamie Murray (GBR) - Feliciano lopez / Fernando Verdasco (ESP)

Pas avant 19h30

Guillermo Garcia-Lopez (ESP) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA) : 1-3

Pas avant 20h30

Richard Gasquet (FRA) - Kevin Anderson (AFS) : 2-0


Court 1, à partir de 11 heures


Fabio Fognini (ITA) - Ivan Dodig (CRO) : 0-0
Kei Nishikori (JAP) - Sergiy Stakhovsky (UKR) : 0-1
Jérémy Chardy (FRA) - Marcel Granollers (ESP) : 0-0
Stanislas Wawrinka (SUI) - John Isner (USA) : 1-1
Juan Monaco (ARG) - Donald Young (USA) : 0-0
# 08/11/2011 à 23:55 Nico
RESULTATS DE MARDI

Isner - Wawrinka 6-7(3/7),7-5,7-6(7/5)
López - Llodra 7-6(9/7),6-3
Mónaco - Young 6-4,6-2
Dodig - Fognini 4-6,6-1,6-3
Stakhovsky - Nishikori 6-4,6-3
Chardy - Granollers 6-3
Gasquet - Anderson 6-4,7-6(7/4)
Tsonga - García-López 6-3,6-4
Roddick - Benneteau 6-4,6-4
Berdych - Verdasco 6-3,7-5


PROGRAMME DE MERCREDI

Court Central - A partir de 10h30

David Ferrer (ESP/N°4) - Nicolas Mahut (FRA) : 0-0
Jérémy Chardy (FRA) - Andy Murray (GBR/N°2) : 0-3
Novak Djokovic (SER/N°1) - Ivan Dodig (CRO) : 2-0

Pas avant 16h00


Adrian Mannarino (FRA) - Roger Federer (SUI/N°3) : 0-1

Pas avant 19h30

Feliciano Lopez (ESP) - Gael Monfils (FRA/N°8) : 1-0

Pas avant 20h30

Juan Monaco (ARG) - Gilles Simon (FRA/N°10) : 1-3


Court 1 - A partir de 11h00

Alex Bogomolov Jr. (USA) - Janko Tipsarevic (SER/N°11) : 1-1
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Viktor Troicki (SER/N°15) : 1-2
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Alexandr Dolgopolov (UKR/N°14) : 1-0
Igor Kunitsyn (RUS) - John Isner (USA) : 0-1
Nicolas Almagro (ESP/N°9) - Andreas Seppi (ITA) : 0-1

Pas avant 17h00

Mardy Fish (USA/N°7) - Florian Mayer (ALL) : 2-1
# 10/11/2011 à 00:13 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Mónaco - Simon 6-4,6-0
López - Monfils 6-3,6-4
Fish - Mayer 6-1,6-2
Federer - Mannarino 6-2,6-3
Tipsarevic - Bogomolov Jr. 6-1,6-0
Troicki - Stakhovsky 6-4,6-4
Seppi - Almagro 6-3,7-5
Isner - Kunitsyn 6-4,6-4
Dolgopolov - Kohlschreiber 6-3,7-6(8/6)
Murray - Chardy 6-2,6-4
Djokovic - Dodig 6-4,6-3
Ferrer - Mahut 6-4,6-4
# 10/11/2011 à 09:08 Nico
PROGRAMME DE JEUDI

Court central : A partir de 10h30

Andy Murray (GBR/n°2) - Andy Roddick (USA) 7-3
Novak Djokovic (SRB/n°1) - Viktor Troicki (SRB) 9-1
Jo-Wilfried Tsonga (FRA) - Andreas Seppi (ITA) 1-1
Mardy Fish (USA/n°7) - Juan Monaco (ARG) 2-0

Pas avant 19h30

Roger Federer (SUI/n°3) - Richard Gasquet (FRA) 8-2

Pas avant 20h30

Feliciano Lopez (ESP) - John Isner (USA) 0-0


Court n°1 - A partir de 10h30

Tomas Berdych (RTC) - Janko Tipsarevic (SRB) 1-4
David Ferrer (ESP) - Alexandr Dolgopolov (UKR) 3-1
# 11/11/2011 à 00:54 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Isner - López 6-4,6-2
Federer - Gasquet 6-2,6-4
Mónaco - Fish 1-6,7-6(8/6),1-2
Berdych - Tipsarevic 7-5,6-4
Ferrer - Dolgopolov 6-3,6-2
Murray - Roddick 6-2,6-2
Djokovic - Troicki 4-6,6-3,6-1
Tsonga - Seppi 6-3,6-4


PROGRAMME DE VENDREDI

Court central - A partir de 14 heures

Tomas Berdych (RTC/N°5) - Andy Murray (GBR/N°2) 2-1

Pas avant 15h30

Juan Monaco (ARG) - Roger Federer (SUI/N°3) 0-3

Pas avant 19h30

Novak Djokovic (SER/N°1) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N°6) 4-5

Pas avant 20h30

David Ferrer (ESP/N°4) - John Isner (USA) 3-0
# 11/11/2011 à 23:43 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Isner - Ferrer 6-3,3-6,6-3

Tsonga - Djokovic : Tsonga par forfait

Federer - Mónaco 6-3,7-5

Berdych - Murray 4-6,7-6(7/5),6-4


PROGRAMME DE SAMEDI

Court central - A partir de 11h45

Un double

Pas avant 14 heures

Roger Federer (SUI) - Tomas Berdych (RTC)

Pas avant 17 heures

Jo-Wilfried Tsonga (FRA) - John Isner (USA)

Un double
# 12/11/2011 à 22:33 Nico
On aura Tsonga-Federer !

Jo-Wilfried Tsonga jouera une deuxième finale au Masters de Paris-Bercy. Le N.1 français, lauréat en 2008, a battu John Isner 3-6, 7-6, 7-6 au terme d'une demi-finale épique de trois heures où le 8e mondial a sauvé trois balles de match. Il affrontera Roger Federer dimanche dans une finale de rêve.

Pour la quatrième année consécutive, il y aura un Français en finale de Paris-Bercy. Déjà lauréat en 2008, Jo-Wilfried Tsonga prendra le relais de Gaël Monfils, battu lors des deux dernières éditions, pour défier Roger Federer dans le dernier match de la semaine, celui que tout le public de Bercy espérait. Après la victoire facile du Suisse face au Tchèque Tomas Berdych (6-4, 6-3), le Manceau a mis trois heures pour écarter de son chemin l'Américain John Isner qui a laissé filer trois balles de match à 6-5 dans la dernier manche. Une chance que le Français n'a pas laissé passer dans le deuxième jeu décisif du match (3-6, 7-6, 7-6).

Car Tsonga n'a pas réussi à prendre une seule fois la mise en jeu de son adversaire, serveur de plomb de son état. Culminant à 2,06m, le 25e mondial a sauvé sept balles de break tout au long de la partie. Mais, sur les engagements, c'est le Français qui s'est montré le plus solide avec 84% de réussite sur premières balles, contre 76%, et deux aces de mieux que son adversaire. "C'était une guerre des nerfs, a reconnu le Français au micro d'Orange Sport en fin de partie. Le public m'a porté et c'était un avantage de jouer en France. Sur chaque coup raté, le public applaudit contre lui. Au bout d'un moment, cela a dû être dur pour lui. Sur les balles de match contre moi, je me dis des choses positives... et j'ai réussi à les sauver. Tant mieux pour moi. Cela restera comme l'un de mes matches référence."

Isner : "Je dis chapeau"

Et Isner de confirmer : "C'était un match génial. Le public était contre moi, mais jamais de manière désagréable ou irrespectueuse. L'ambiance était fantastique. Ce n'est pas souvent qu'on joue devant un public aussi bruyant et aussi concerné par les événements. C'est pour vivre de tels moments que je joue au tennis. J'ai eu trois chances de conclure. J'étais à un point de la finale. Mais ça ne voulait tout simplement pas sourire. Il a montré du cran et je dis chapeau. C'est pourquoi il est un des meilleurs joueurs du monde."

C'est ce qu'il tentera de confirmer dimanche. Tsonga visera le huitième titre de sa carrière, le troisième cette saison après ceux décrochés à Metz et Vienne cet automne. Et surtout un deuxième titre en Masters 1000, trois ans après son triomphe ici-même face à David Nalbandian. Il devra dominer l'ex-N.1 mondial Roger Federer qui, lui, visera son tout premier titre à Bercy lors de sa 30e finale de Masters 1000. "J'ai eu un parcours déjà difficile en 2008. Mais si je gagne face à lui devant mon public, ce sera une plus grande victoire encore", a estimé JWT à juste titre. Une chose est sûre : avant de partir pour Londres, où il jouera la Masters Cup pour la deuxième fois de sa carrière, le N.1 français retrouvera son meilleur classement ATP en atteignant le 6e rang mondial à l'issue de sa belle semaine parisienne. Quoi qu'il arrive.
S.P.
# 13/11/2011 à 20:19 Nico
Paris appartient à Federer

Roger Federer remporte pour la première fois le Masters de Bercy en battant (6-1, 7-6) Jo-Wilfried Tsonga. Comme Andre Agassi, il devient le maître de Paris.

La réalité est rarement à la hauteur du rêve. Les 15.000 spectateurs de Bercy attendent cette finale entre Jo-Wilfried Tsonga et Roger Federer comme le messie. Ils ont le messie, toute proportion gardée évidemment, qui arrive enfin à décrocher un premier titre au POPB en neuf participations. Mais ils n'ont pas le jeu. Alors il faut juste retenir le nom sur le trophée : Roger Federer 2011. Le score (6-1, 7-6 [3] en 1h25') illustre les montagnes russes. Le scénario ne peut pas donner un chef d'oeuvre. La vitesse de balle du Suisse neutralise les décalages de coup droit du Manceau. Et le manque de rythme prend le pas sur l'enthousiasme.

Le Français ne joue pas mal (28 points gagnants, 27 fautes directes), mais il manque l'étincelle. «Toute la semaine, je n'ai pas très bien joué, avoue le Manceau qui va retrouver la 6e place mondiale dès lundi. Aujourd'hui, j'ai pratiqué le même tennis voire un peu mieux, mais contre un joueur contre Roger, cela ne passe pas.» Le Suisse ne joue pas mal (20 points gagnants, 15 fautes directes), mais il n'atteint pas les sommets de la veille. Et ce n'est pas le réveil dans la nuit de sa fille. A 4 heures, il ne lutte pas : «A cette heure-là, tu ne cherches pas d'arguments quand elle vient dormir dans ton lit.»

Tout simplement, le 4e mondial est aussi (un peu) Monsieur tout le monde. «En me réveillant ce matin, j'étais très nerveux, crispé et j'avais le rhume. Je ne me suis pas senti bien, mais cela m'arrive souvent avant les finales. Pour finir, c'est là où je joue le mieux, explique Roger Federer qui rejoint ainsi au palmarès Andre Agassi, seul joueur à avoir gagné à Roland-Garros et à Bercy. Après la balle de match, il y a donc du relâchement et de la pression qui part, mais c'est un feeling super et de la fierté. C'est difficile à expliquer.» Après avoir sauvé deux balles de break d'entrée, Monsieur tout le monde remet sa panoplie de champion.

Jo-Wilfried Tsonga vient de laisser passer sa chance : «Si je durcis le match, cela peut donner autre chose. La clé est là. Quand j'arrive à l'accrocher dès le début, cela m'aide. Quand je perds assez vite le premier set, c'est compliqué.» Et cela devient très compliqué quand cette chance se représente à 4-3 au deuxième set et deux nouvelles balles de break s'envolent. Car la crispation de Roger Federer est aussi le signe d'une extrême vigilance. Ce n'est pas forcément bon signe pour l'adversaire. Malgré ses 69 titres dont 16 du Grand Chelem, il a toujours ce mélange «d'excitation d'être en finale, de respect pour Jo, du public, de la situation, de vouloir bien faire et cette peur de passer à côté». Sa fille peut encore le réveiller dans la nuit, c'est plutôt bon signe. -
S.D.


REACTIONS

Federer : «Faim de jouer»

Après son premier titre à Bercy, Roger Federer explique sa nervosité avant la finale et son super feeling au moment de la victoire. Son repos de six semaines lui a permis d'avoir toujours faim de succès.

«Roger Federer, est-ce que le début de match a été capital ?

Les quatre premiers jeux étaient très importants parce que, dès le premier jeu, il a eu des balles de break. J'ai vu qu'il voulait être très agressif avec beaucoup d'énergie, il servait bien et ça m'a un peu inquiété. Je me suis dit : C'est le Jo que je ne veux pas rencontrer ». J'étais donc content de sauver ces deux balles de break et réaliser le break dans le jeu suivant. Ce sont ces deux jeux qui ont fait la différence pour le reste du match. C'est fou à dire mais ça m'a vraiment mis en confiance pour la suite du match. Après j'ai réussi à prendre mon rythme de croisière pour terminer le set (6-1). Ensuite, Jo avait le dos au mur. J'ai réussi à le mettre sous pression et à jouer plus agressif. Au milieu du deuxième set, j'ai beaucoup moins bien servi. J'ai gardé le meilleur pour la fin. J'ai joué un très bon tie-break.

Qu'avez-vous ressenti après la balle de match ?

J'ai tellement espéré gagner depuis quasiment dix ans. J'étais tellement content après ce superbe match contre Berdych que j'avais presque oublié que je n'avais pas gagné le titre. En me réveillant ce matin, j'étais très nerveux, crispé. Le rhume ne m'a pas aidé. Je ne me suis pas senti bien, mais cela m'arrive souvent avant les finales. Pour finir, c'est là où je joue le mieux. Après la balle de match, il y a du relâchement et de la pression qui part. C'est juste un feeling super et de la fierté. En plus, il y avait le public qui est toujours super avec moi depuis toutes ces années. C'est difficile à expliquer.

«Cette crispation est-elle un signe de vigilance ?

C'est un peu de tout. C'est excité d'être en finale, le respect pour Jo, le respect du public, le respect de la situation et de vouloir bien faire. Tous les gens qui vivent cette sensation de jouer devant du public connaissent cette peur de passer à côté. En plus, j'ai beaucoup joué récemment. C'est difficile mentalement. Jour après jour, refaire la même chose n'est pas simple. Parfois on ne sent pas aussi bien et c'était juste un de ces jours-là.

Ne pas avoir gagné ce tournoi vous a-t-il donné une motivation supplémentaire ?

Oui c'était un challenge. Je ne connaissais pas le sentiment de gagner ici et je n'ai pas passé beaucoup de temps sur le central qui n'est disponible que pour les matches. La motivation reste aussi dans la programmation. Le cercle se ferme comme ça. J'étais six semaines sans compétition. Quand je reviens, il est normal que j'ai ce feu, faim de jouer et de montrer ce que je peux faire. C'est quand même plus sympa de jouer sur un court central plein que de s'entraîner devant cinq mecs collés au grillage (sourires). Automatiquement, tu joues cinq fois mieux qu'à l'entraînement. Les entraînements, ce n'est pas toujours facile.

Cette victoire est-elle une réponse à ceux qui avaient un doute sur vous ?

Honnêtement, je m'en fous (sourires). Je joue pour moi, pour mes fans, pour la Suisse et pour me faire plaisir. Si cela marche bien, super. Si cela ne marche pas bien, tu passes par des phases un peu difficiles. Après dix ans de compliments, c'est parfaitement normal de recevoir parfois des critiques. En revanche, je comprends mal quand on ne regarde que les deux heures de match en oubliant ce qui s'est passé il y a dix ans et ce qui peut encore se passer. Honnêtement, il m'en faut beaucoup pour me perturber. Je suis toujours resté calme, je ne me suis jamais vraiment senti sous pression cette année. Je crois que j'ai gagné plus de 60 matches d'affilée contre des joueurs hors top 20 et j'ai rarement perdu dans les premiers tours. C'est une année solide. Bien sûr, il y a des matches que je n'aurais jamais dû perdre. D'autres saisons, j'ai eu plus de chance.»
S.D.


Tsonga se tourne vers Londres

Après sa défaite en finale à Bercy, Jo-Wilfried Tsonga se tourne déjà vers le Masters de Londres. Le nouveau 6e mondial veut y glaner des points importants en vue du top 5. « Jo-Wilfried Tsonga, comment analysez-vous votre match ?

Aujourd'hui, il a été meilleur que moi. Je n'ai pas fait mon meilleur match contre lui, mais il m'a privé un peu de temps et il a fait un super match. Aujourd'hui, je vais me contenter d'être finaliste et on va repartir au boulot avec le Masters. Je vais essayer de rebondir là-bas.

Qu'est-ce qui était le plus compliqué ?

C'est mon adversaire qui me poussait à jouer un tennis parfait tout le temps. Toute la semaine, je n'ai pas été très bien en revers. Les matches précédents, ça allait car c'était face à des joueurs qui prenaient la balle plus tard et j'avais le temps de tourner autour de mon coup droit. Contre Roger, il n'y a pas le temps. Il prend la balle très tôt et il change tout le temps de direction.

En mai, vous étiez 22e mondial et lundi, vous retrouvez votre meilleur classement, 6e mondial. A quoi attribuez-vous cette remontée ?

Mon niveau de jeu a toujours été bon. Les années précédentes, je finissais souvent numéro 10 ou 11 en jouant la moitié de la saison avec toujours des petites douleurs quelque part. Même en 2008, je jouais un super tennis, mais je n'ai pas joué la moitié de la saison. Cette année, c'est la première fois où je joue vraiment une saison sans pépins à l'exception du début d'année avec mon hernie inguinale. J'avais le niveau de jeu, mais je ne pouvais pas courir, c'était compliqué (sourires). Cette année, je suis content car je me fais plaisir et je n'ai pas de douleur particulière.

Comment allez-vous préparer le Masters ?

Je vais avoir la chance de pouvoir récupérer pendant quelques jours. Je pense que cela va passer tranquillement et que je vais pouvoir arriver en bonne forme pour le Masters. Cette semaine, je me suis quand même entraîné physiquement. Je compte arriver avec pas mal de fraîcheur et une bonne caisse physique.

Roger Federer est-il le favori du Masters après cette victoire ?

Ils sont tous favoris car ils sont tous extraordinaires. On ne sait jamais à quoi s'attendre, cela reste ouvert.

Ce Masters est-il un gros objectif ?

Oui, c'est un vrai objectif car c'est l'occasion de marquer des points importants pour la saison prochaine, essayer d'être tête de série ou atteindre le top 5 l'an prochain. Ce sont des objectifs à court terme assez excitants.»
S.D.
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site