BERCY 2013

Auteur  
# 29/10/2013 à 09:48 Nico
PROGRAMME DE LUNDI

Court central, à partir de 11 heures

Lukas Rosol (RTC) - Jérémy Chardy (FRA) 0-0
Feliciano Lopez (ESP) - Bernard Tomic (AUS/Q) 1-1
Ernests Gulbis (ESP) - Fernando Verdasco (ESP) 1-3

Pas avant 19h30

Kei Nishikori (JAP) - Julien Benneteau (FRA) 1-1
Benoît Paire (FRA) - Pierre Hugues Herbert (FRA/Q) 0-0

Court 1, à partir de 11 heures

Adrian Mannarino (FRA/WC) - Santiago Giraldo (COL/Q) 0-0
Denis Istomin (OUZ) - Robin Haase (HOL/Q) 0-0
Igor Sijsling (HOL/Q) - Marin Cilic (CRO) 1-0
Andreas Seppi (ITA) - Philipp Kohlschreiber (ALL) 3-3

RESULTATS DE LUNDI

Lukas Rosol (RTC) - Jérémy Chardy (FRA) 6/3 6/4
Feliciano Lopez (ESP) - Bernard Tomic (AUS/Q) 6/4 6/7(4) 7/6(1)
Ernest Gulbis (LET) - Fernando Verdasco (ESP) 6/7(3) 6/7(5)
Kei Nishikori (JAP) - Julien Benneteau (FRA) 6/4 6/2
Benoît Paire (FRA) - Pierre-Hugues Herbert (FRA/Q) 2/6 2/6
Adrian Mannarino (FRA/WC) - Santiago Giraldo (COL/Q) 3/6 6/2 4/6
Denis Istomin (OUZ) - Robin Haase (NED/Q) 6/7(8) 3/6
Igor Sijsling (NED/Q) - Marin Cilic (CRO) 7/5 1/6 4/6
Andreas Seppi (ITA) - Philipp Kohlschreiber (ALL) 3/6 6/3 4/6

Nadal : «Toujours la même motivation»

Très décontracté, Rafael Nadal a assuré qu'il était ravi d'être de retour à Bercy. Il sait qu'il a souvent coincé en cette fin de saison indoor mais il veut tout faire pour que ça change.

«Rafael Nadal, vous avez fait un break après Shanghai, pouvez-vous expliquez pourquoi et décrire votre préparation pour Bercy ?

J'ai préparé ce tournoi à la maison. Je suis resté en famille, avec les amis et j'ai joué au golf. J'ai un peu joué au tennis aussi, mais pas la première semaine. Après Shanghai, je me sentais un peu fatigué. J'avais trop joué. J'ai beaucoup enchaîné cette année et sur une période plus courte puisque je ne suis revenu qu'en février. J'ai toujours connu beaucoup de problèmes en fin de saison alors jouer trois semaines de suite en indoor, ce ne serait pas l'idéal pour ma condition physique, pour mes genoux.

Vous n'avez plus joué ici depuis 2009 : que pensez-vous des conditions de jeu cette année ?

Je suis très motivé aussi d'être à Paris qui a toujours été une ville géniale pour moi. Pour plusieurs raisons, je n'ai pas eu la chance de venir ici ces quatre dernières années donc ça fait vraiment du bien d'être de retour. Je n'ai pas vu beaucoup de changements en fait. La surface est bien : pas trop lente, pas trop rapide. Mais c'est toujours pareil : si vous jouez bien, les chances de gagner des matches augmentent alors que sinon, et encore plus en indoor, les chances sont vraiment très réduites (sourire).

Vous avez à la fois une chance d'assurer votre place de n°1 mondial ici et de gagner ce tournoi pour la première fois...

J'ai toujours la même motivation quand je m'engage sur un tournoi, que je l'ai gagné deux fois, cinq fois ou jamais. J'y mets la même intensité. Parfois les résultats suivent, parfois pas. Je vais faire de mon mieux. La place de n°1 mondial, ce n'est pas un souci. Mon but, ce n'est pas d'être n°1 mais de rester en bonne santé. Cela ne changera rien au fait d'avoir vécu une des plus belles saisons de ma carrière. Finir n°1 ou pas cette saison ne changera pas ma carrière et ne fera pas de moi un meilleur joueur.

Quel est votre problème lors de cette saison indoor ?

J'ai toujours été motivé pour cette partie de la saison mais je n'y réussis pas bien alors je vais essayer de changer ça. Je n'ai rien contre le jeu en salle, mais moi je préfère voir le soleil et jouer dans la chaleur. C'est un sentiment personnel qui n'a pas d'importance. En revanche, je ne trouve pas ça génial qu'on joue le Masters tous les ans en indoor. Cela serait bien de varier un peu : terre battue, dur, gazon. Mais il y aura une très grande ambiance à Londres et j'espère être prêt.

Devoir enchaîner avec le Masters la semaine prochaine est-il un problème ?

Ce n'est pas le scénario idéal et ce n'est pas bon pour le Masters. Normalement, il y a du temps pour la présentation des joueurs et pour bien se préparer. Bon, c'est vrai que même lorsque je m'y suis bien préparé, je n'y ai jamais vraiment bien joué...(il éclate de rire). Mais en théorie, c'est quand même mieux d'avoir une semaine avant. Les joueurs sont fatigués. Pas forcément de jouer au tennis depuis le début de la saison, mais de la pression de devoir jouer à très haut niveau et défier les meilleurs mondiaux toutes les semaines. Physiquement, c'est très exigeant. Si vous vous entraînez ou si vous jouez des exhibitions, ce n'est pas pareil. C'est pour ça qu'on a resserré la fin de saison, pour avoir deux mois de repos. Une plus grande coupure ferait du bien quand même pour que le corps récupère et que les carrières durent plus longtemps.»
C.B.


Nadal croit en Federer


Rafael Nadal est persuadé que les belles heures de Roger Federer ne sont pas derrière lui. «Je suis sûr qu'il n'est pas fini.»

Rafael Nadal avait déclaré forfait pour le tournoi de Bâle et s'en est encore excusé lundi à Bercy lors de sa conférence de presse. Il s'est dit ravi que le tournoi ait eu une très belle finale et a par la même occasion donné son avis sur la situation de Roger Federer cette année. Le Suisse est-il pour lui sur le déclin ou bien le pense-t-il capable de gagner de nouveau les grands titres ?

«C'est lui qui a la réponse, pas moi. De l'extérieur, mon impression est que son tennis est toujours là, a affirmé ''Rafa''. Il a vécu une semaine très positive à Bâle, ce qui va lui redonner confiance. Je n'ai aucun doute qu'il va de nouveau bien mieux jouer que ce qu'il a fait cette année. Son talent lui permet de rester parmi les favoris pour tous les grands titres de la saison. Peut-il redevenir n°1 mondial ? Je ne pense pas que cela soit son but, parce qu'il l'a déjà été et pendant longtemps. A la fin ce qui rend heureux c'est de rentrer sur le court avec le sentiment que vous pouvez gagner le tournoi. C'est peut-être la seule chose qui le soucie. Son but est je pense de bien finir la saison et d'être prêt pour l'Open d'Australie afin d'être un des candidats au titre. C'est ça qui le motive vraiment. Je suis sûr qu'il n'est pas fini. Il va travailler dur cet hiver. Je suis certain qu'il va de nouveau produire du grand tennis.»
C.B.

PROGRAMME DE MARDI

Court central - A partir de 11h

Michaël Llodra (FRA/WC) - Grigor Dimitrov (BUL) : 0-1
Lucky loser (annoncé mardi matin) - Vasek Pospisil (CAN)
Richard Gasquet (FRA/n°9) - Fernando Verdasco (ESP) : 5-6

Pas avant 19h30

Kei Nishikori (JAP) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°8) : 2-1

Pas avant 20h30

Pierre-Hugues Herbert (FRA/Q) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 0-0

Court numéro 1 - A partir de 11h

Michal Przysiezny (POL) - Jarkko Nieminen (FIN) : 0-2
Nicolas Mahut (FRA/WC) - Alexandr Dolgopolov (UKR) : 0-0
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Ivan Dodig (CRO) : 0-0
Dmitry Tursunov (RUS) - Marcel Granollers (ESP) : 0-0
Kevin Anderson (AFS) - Mikhail Youzhny (RUS) : 0-2
Santiago Giraldo (COL/Q) - Jerzy Janowicz (POL/n°14) : 0-1
# 30/10/2013 à 10:08 Nico
RESULTATS DE MARDI

Michael Llodra (FRA) - Grigor Dimitrov (BUL) 7/6(5) 3/6 3/6
Pablo Andujar (ESP) - Vasek Pospisil (CAN) 6/4 2/6 6/4
Richard Gasquet (FRA/N.9) - Fernando Verdasco (ESP) 7/5 6/7(6) 6/3
Kei Nishikori (JAP) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.8) 1/6 7/6(4) 7/6(7)
Pierre Hugues Herbert (FRA/Q) - Novak Djokovic (SRB/N.2) 6/7(3) 3/6
Michal Przysiezny (POL/Q) - Jarkko Nieminen (FIN) 6/3 7/6(6)
Nicolas Mahut (FRA/WC) - Alexandr Dolgopolov (UKR) 7/6(6) 6/1
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Ivan Dodig (CRO) 6/7(6) 4/6
Dmitry Tursunov (RUS) - Marcel Granollers (ESP) 4/6 4/6
Kevin Anderson (AFS) - Mikhail Youzhny (RUS) 4/6 7/6(0) 2/1 Ab
Santiago Giraldo (COL/Q) - Jerzy Janowicz (POL/N.14) 6/7(3) 3/6

PROGRAMME DE MERCREDI

COURT CENTRAL - A partir de 10h30

David Ferrer (ESP/3) - Lukas Rosol (RTC) 2-0
Nicolas Mahut (FRA) - Gilles Simon (FRA/15) 1-3
Marin Cilic (CRO) - Juan Martin Del Potro (ARG/4) 2-7
Rafael Nadal (ESP/1) - Marcel Granollers (ESP) 2-0

Pas avant 19h30

Roger Federer (SUI/5) - Kevin Anderson (AFS) 0-0

Pas avant 20h30

Milos Raonic (CRO/10) - Robin Haase (HOL) 0-0

COURT N°1 - A partir de 11h00

John Isner (USA/13) - Michal Przysiezny (POL/Q) 0-0
Ivan Dodig (CRO) - Nicolas Almagro (ESP/12) 0-1
Stanislas Wawrinka (SUI/7) - Feliciano Lopez (ESP) 2-2
Fabio Fognini (ITA/16) - Grigor Dimitrov (BUL) 1-0
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Tommy Haas (ALL/11) 3-3
Pablo Andujar (ESP/LL) - Tomas Berdych (RTC/6) 0-1
# 31/10/2013 à 10:22 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

David Ferrer (ESP/N.3) - Lukas Rosol (CZE) 6/0 2/6 6/3
Nicolas Mahut (FRA/WC) - Gilles Simon (FRA/N.15) 4/6 7/6(5) 6/7(3)
Marin Cilic (CRO) - Juan Martin Del Potro (ARG/N.4) 4/6 6/7(3)
Rafael Nadal (ESP/N.1) - Marcel Granollers (ESP) 7/5 7/5
Roger Federer (SUI/N.5) - Kevin Anderson (RSA) 6/4 6/4
Milos Raonic (CAN/N.10) - Robin Haase (NED/Q) 6/3 6/4
Michal Przysiezny (POL/Q) - John Isner (USA/N.13) 6/7(3) 6/4 3/6
Ivan Dodig (CRO) - Nicolas Almagro (ESP/N.12) 4/6 3/6
Stanislas Wawrinka (SUI/N.7) - Feliciano Lopez (ESP) 6/3 3/6 6/3
Fabio Fognini (ITA/N.16) - Grigor Dimitrov (BUL) 3/6 7/5 2/6
Philipp Kohlschreiber (GER) - Tommy Haas (GER/N.11) 6/2 6/2
Pablo Andujar (LL) - Tomas Berdych (CZE/N.6) 2/6 5/7

Nadal dans la douleur

Rafael Nadal a réussi son retour au BNPPM après quatre ans d'absence en battant son compatriote Marcel Granollers (7-5, 7-5), mercredi au 2e tour. Le n°1 mondial retrouvera le Polonais Jerzy Janowicz, finaliste de l'an passé, en huitièmes.

«Je vous remercie pour le soutien, c'était incroyable». Rafael Nadal, en français sur le court après sa victoire sur Marcel Granollers (7-5, 7-5), a continué de savourer son retour à Bercy. Absent depuis sa demi-finale en 2009, il n'a pas toujours vécu des moments aussi chaleureux avec le public parisien, lui qui avait été hué en sortant du court en 2008 suite à son abandon face à Nikolay Davydenko dans le premier set. Mais le patron de Roland-Garros a cette fois été célébré comme il se doit dans l'antre indoor de Paris. Un soutien qui n'a pas été de trop lors d'un match où il a dû se faire violence.

A 4-5 0-30 dans le premier set, un petit vent d'inquiétude est ainsi passé dans les travées et peut-être même jusque dans les rangs de l'organisation. Nadal, absent du circuit depuis Shanghai pour cause de fatigue, allait-il être trop rouillé pour sa reprise sur une surface qu'il n'a pas totalement domptée ? Mais l'Espagnol l'a dit : il est bien là pour aller loin. Alors il a fait le job, serré les dents pour revenir à 5-5 et sorti quelques coups de patte dont il a le secret en contre pour faire la différence. Le coup droit et le service (74%) solides, Nadal n'aura eu qu'une balle de break à sauver sur tout le match, ce qui est bon signe face à un adversaire qui a beaucoup tenté à l'échange et au filet. Granollers a également très bien servi pour rester au contact du n°1 mondial, mais il a craqué sous la pression alors que son illustre rival a au contraire haussé le ton à ce moment-là.

En route vers JJ !


En prenant des risques à 5-5 dans la seconde manche, Nadal - qui mène désormais 3-0 dans leurs duels, a vu Granollers exploser. Le voilà bien rentré dans son tournoi même s'il manque logiquement de tous ses repères. Il lui faudra cependant vite passer la vitesse supérieure et couper dans les fautes - 23 aujourd'hui - s'il veut ne pas vivre une mauvaise soirée jeudi face à Jerzy Janowicz qu'il a battu cette saison à Montréal (7-6(6), 6-4). Si le Polonais est à son meilleur niveau et débarrassé de ses pépins physiques, c'est à un vrai blockbuster que le public de Bercy pourrait s'attendre.
C.B.

Nadal : «Trop de fautes»

Rafael Nadal n'était pas très satisfait de sa performance face à Marcel Granollers (7-5, 7-5). Il sait qu'il va devoir sortir le grand jeu contre Jerzy Janowicz.


REACTIONS

«Rafael Nadal, vous avez vécu un match assez difficile aujourd'hui. Est-ce le fait de ne pas avoir joué depuis un moment ?

Quand votre adversaire sert bien et que vous ne jouez pas à votre meilleur niveau alors les matches sont serrés. Encore plus sur cette surface. Je n'ai pas bien joué ce soir, c'est quelque chose qui peut arriver quand vous n'avez pas joué pendant deux semaines et quand en plus vous n'avez plus joué en indoor depuis longtemps. Mais il a également très bien joué, a raccourci les échanges et est monté au filet. Je vais vraiment devoir m'améliorer pour demain (jeudi) dans tous les cas. J'espère en être capable. Mais aujourd'hui mon jeu de jambes a vraiment été médiocre, j'étais plus lent que d'habitude et j'ai commis trop de fautes idiotes, alors que j'étais en position favorable. Cela ne devrait pas arriver.

A quoi attribuez-vous ces difficultés à vous adapter à l'indoor ?

Déjà je n'ai jamais beaucoup aimé ça. Mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas bien y jouer. La chose positive aujourd'hui c'est que j'ai gagné (rire). Je sais que ça paraît être une évidence mais demain je vais pouvoir rejouer. Cela me donne une chance de m'améliorer, et je vais devoir le faire car sinon je ne risque pas de revenir après-demain. Je sais que je peux passer la vitesse supérieure demain, que je me suis assez bien entraîné dernièrement. Aujourd'hui j'étais nerveux car je savais que face à lui ça serait difficile, que je ne pourrais pas trouver mon rythme parce qu'il allait tout le temps le casser. Quand j'ai raté le premier coup droit j'ai senti tout de suite que ça allait être dur. Et après avec ces fautes stupides m'ont empêché de me sentir en confiance.

Affronter Jerzy Janowicz dans ces conditions n'est peut-être donc pas une bonne nouvelle...

N'importe quel joueur qui est dans ce tableau est une mauvaise nouvelle car c'est un Masters 1000 et tous les meilleurs sont là. Sur cette surface et dans un si grand tournoi, il n'y a pas d'adversaire facile. Mais j'espère bien que je ne serai pas une bonne nouvelle non plus pour mes rivaux (sourire). Janowicz est un joueur qu'on devrait retrouver parmi les meilleurs ces prochaines années. Il a un service incroyable, joue très bien du fond et bouge vraiment bien pour sa taille. Il a toutes les armes pour prétendre aux plus grandes victoires. Ce sera donc difficile, comme notre match à Montréal. Je vais devoir me montrer plus agressif et jouer avec plus d'intensité. Cette saison j'ai toujours répondu présent dans ces moments-là alors je vais essayer de continuer.

Justement, tous ces matches gagnés ne vous donnent, on dirait, pas plus de confiance au moment de retrouver l'indoor.

Si je parviens à trouver les bonnes sensations alors je n'ai pas peur de jouer en indoor, sérieusement. C'est une surface sur laquelle je peux vraiment bien jouer. Mais c'est vrai aussi que c'est plus dur pour moi de trouver ces sensations en indoor. Tout ce que je peux dire c'est que je vais tout faire pour être meilleur demain. Les victoires décrochées dans des jours où on ne joue pas bien ont plus de valeur que les autres. Quand vous jouez bien, vous gagnez et c'est normal. Mais gagner sans bien jouer est plus important parce que cela vous permet de vous améliorer et d'inverser progressivement la tendance sur une saison. Je suis sans doute un des joueurs qui a gagné le plus de matches sans forcément jouer mon meilleur tennis et c'est probablement pourquoi j'en suis là aujourd'hui.»
C.B.

PROGRAMME DE JEUDI

Court central - A partir de 10h30
Stanislas Wawrinka (SUI/n°7) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 5-3
David Ferrer (ESP/n°3) - Gilles Simon (FRA/n°15) : 4-1
John Isner (USA) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 2-2
Roger Federer (SUI/n°5) - Philipp Kohslchreiber (ALL) : 7-0

Pas avant 19h30

Richard Gasquet (FRA/n°9) - Kei Nishikori (JAP) : 3-0

Pas avant 20h30

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Jerzy Janowicz (POL/n°14) : 1-0


Court n°1 - Pas avant 14h30

Grigor Dimitrov (BUL) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°4) : 0-1
Milos Raonic (CAN/n°10) - Tomas Berdych (RTC/n°6) : 2-0
# 01/11/2013 à 12:02 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Stanislas Wawrinka (SUI/N.7) - Nicolas Almagro (ESP/N.12) 6/3 6/2
David Ferrer (ESP/N.3) - Gilles Simon (FRA/N.15) 6/2 6/3
John Isner (USA/N.13) - Novak Djokovic (SRB/N.2) 7/6(5) 1/6 2/6
Roger Federer (SUI/N.5) - Philipp Kohlschreiber (GER) 6/3 6/4
Richard Gasquet (FRA/N.9) - Kei Nishikori (JAP) 6/3 6/2
Rafael Nadal (ESP/N.1) - Jerzy Janowicz (POL/N.14) 7/5 6/4
Grigor Dimitrov (BUL) - Juan Martin Del Potro (ARG/N.4) 6/3 3/6 4/6
Milos Raonic (CAN/N.10) - Tomas Berdych (CZE/N.6) 6/7(13) 4/6


Nadal retrouve Gasquet


Deux choses sont certaines après ce match entre Rafael Nadal et Jerzy Janowicz (7-5, 6-4): le n°1 mondial peut parfaitement jouer en indoor, et le finaliste 2012 est un joueur dont le circuit a vraiment besoin. Le court central du POPB, enfin rempli, a savouré chaque instant de cette lutte de style entre ce cogneur de génie et un Nadal tellement épatant en retour et agile en contre ce soir. Si certains doutaient encore des mains en or de l'Espagnol...

A 4-3 dans le premier set, Nadal a encaissé un jeu de retour à 4 aces sous l'ovation générale. A 4-4, Janowicz a claqué un service à 231km/H, suivi d'un autre missile à 234km/h provoquant l'hystérie dans le stade. Hilare, le Polonais a montré le biceps de son bras droit à la foule puis a levé le bras au ciel une fois sur sa chaise. Du show, encore du show. La réponse de Nadal a été à la hauteur de la petite provocation : un jeu d'acier pour revenir à 5-5 puis un break tout en pragmatisme alors que son adversaire se prenait les pieds dans sa fougue. Janowicz, demi-finaliste à Wimbledon, a tout pour être un des cadors de demain. En plus de son service, il possède une main extraordinaire et un vrai sens du jeu. Mais son caractère a les défauts de ses qualités : il a eu tellement envie de s'offrir le scalp de Nadal qu'il a pris des risques inconsidérés aux pires moments (34 coups gagnants, 35 fautes), à l'image de ce retour de revers surjoué sur balle de débreak à 5-6.

Nadal a aussi la clé en indoor


Nadal, lui, a toute l'expérience du monde dans ces moments-là. Alors il serre les dents et attend l'ouverture. Cette dernière est venue par des séries de retours bloqués épatants qui ont fini par attaquer la tête du Polonais. Collé à sa ligne, ''Rafa'' a mis le mode agressif en route et n'a plus subi. Certes, cela n'a pas été sans déchet, comme lors de ce break perdu dans la foulée en début de deuxième set (1-1). Mais cette stratégie courageuse de rendre coup pour coup à Janowicz a payé. Elle lui a également permis de maîtriser sa nervosité, car subir face à ''JJ'' aurait été la meilleure option pour couler.

Les quelques double-fautes en fin de match ont montré le degré de pression imposé par son adversaire, la peur d'être pris à la gorge d'entrée. En tenant sa tactique d'empêcher Janowicz de frapper en appui, en s'efforçant de déplaacer le géant de 2,03m et en rentrant dans ce court pour claquer ses coups droits à la première occasion, Nadal a pu lever les poings au ciel et hurler de rage quand sa troisième balle de match a été la bonne. Mécontent de son jeu lors de son entrée en lice, le patron du circuit a lancé un avertissement de taille au reste de la meute : l'indoor ne lui fait pas peur. A Richard Gasquet désormais de se frotter à ce Nadal-là en oubliant qu'il a perdu leurs 11 duels.
C.B.

PROGRAMME DE VENDREDI

COURT CENTRAL :
A partir de 14h00


Stanislas Wawrinka (SUI/n°7) - Novak Djokovic (SER/n°2) 2-13
Roger Federer (SUI/n°5) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°4) 13-5

Pas avant 19h30

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Richard Gasquet (FRA/n°9) 11-0


Pas avant 20h30


David Ferrer (ESP/n°3) - Tomas Berdych (RTC/n°6) 4-3
# 02/11/2013 à 11:49 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Stanislas Wawrinka (SUI/N.7) - Novak Djokovic (SRB/N.2) 1/6 4/6

Roger Federer (SUI/N.5) - Juan Martin Del Potro (ARG/N.4) 6/3 4/6 6/3

Rafael Nadal (ESP/N.1) - Richard Gasquet (FRA/N.9) 6/4 6/1

David Ferrer (ESP/N.3) - Tomas Berdych (CZE/N.6) 4/6 7/5 6/3

Gasquet balayé par Nadal

Richard Gasquet a été sèchement éliminé en quarts à Bercy par Rafael Nadal ce vendredi (6-4, 6-1). Le Français peut désormais se tourner vers le Masters de Londres la semaine prochaine.

12-0. Richard Gasquet a subi vendredi soir au POPB une énième désillusion face à Rafael Nadal. Le Français n'a finalement pu lutter que six jeux avant d'exploser face à l'Espagnol (6-4, 6-1). ''Rafa'', lui, a vite trouvé la clé après un début de match un peu tendu où il était pris de vitesse par l'agression adverse et venait de perdre deux jeux de suite entre le break à 1-1 et le passage en tête de Gasquet à 3-2. En bombant ses trajectoires et en mettant en route sa machine à lift en coup droit, il a éteint toutes les velléités adverses.

Quand Guasquet s'est fait breaker à 3-3 dans le premier set en se faisant exécuter lors d'un service - volée tenté sur une deuxième balle à 156km/h, cela ressemblait tout de même à un premier aveu d'impuissance. Neutralisé et coincé au fond du court par la longueur de balle du n°1 mondial, le Tricolore a ensuite totalement coulé (3-0, 4-1). Comme si le niveau de jeu de ''Rafa'' ne suffisait pas, Gasquet est en plus en partie passé à côté de son sujet. Il a tellement voulu bien faire devant ce public qui, dans une ambiance de Coupe Davis, l'a soutenu pendant la moitié de la rencontre avant de lui aussi baisser les bras. Tendu, celui qui retrouvera le Masters la semaine prochaine pour la deuxième fois de sa carrière, est trop souvent parti à la faute (21) face à un adversaire passé maître de la gestion d'un match. Nadal, comme toujours face à Gasquet, est parvenu à refermer son piège et briser la résistance de son rival. Il maîtrise, il est vrai, depuis des années et mieux que n'importe qui ce matraquage en règle des revers à une main.

Un grand coup sur la tête

Sans solution et manifestement fatigué physiquement et mentalement de sa course au Masters, ainsi que par le fait de prendre un mur échange après échange lors de ce quart, Gasquet a coulé à pic. Epatant de volonté face à Fernando Verdasco, très volontaire encore face à Kei Nishikori, Gasquet n'a pas montré vendredi soir le même degré de révolte et de détermination. Mais Nadal a encore évolué dans la dimension du dessus, poussant le Français à la résignation et la frustration. Il vit sans doute la meilleure saison de sa carrière, mais ce n'est toujours pas suffisant pour démonter l'obstacle Rafael Nadal. Il y a donc de quoi en prendre un grand coup sur la tête. Nadal, lui, fait oublier que l'indoor n'est généralement pas sa tasse de thé et on sent chez lui une énorme envie d'en découdre jusqu'au trophée. Tant mieux pour un tournoi de Bercy qui n'avait plus vu autant de cadors en fin de semaine depuis un moment !
C.B.

REACTIONS

Rafael Nadal (ESP), qualifié pour les demi-finales aux dépens de Richard Gasquet (6-4, 6-1) : «Je suis très heureux, même si je suis désolé pour Richard. Je pense que j'ai joué mon meilleur match ici. Je suis vraiment satisfait du jeu que j'ai développé. J'ai eu l'impression d'être la plupart du temps en contrôle du fond du court et cela m'a donné une grande confiance. Au fil du match j'ai senti que je jouais avec plus de calme et de patience et puis j'ai réussi à lâcher quelques très bons coups droits le long de la ligne. Sur cette surface j'ai besoin d'être en réussite sur ce coup-là. Cela fait du bien de voir tous les meilleurs joueurs du monde encore en lice dans ce tournoi qui a souvent souffert les années précédentes. Mais il y avait tellement d'enjeux cette année que cela explique les résultats qu'on voit ici. J'ai un match très difficile qui m'attend en demi-finales et ce qui est certain c'est que si je ne suis pas à mon meilleur niveau je ne vais pas gagner. C'est le moment pour être encore meilleur.»

Toni Nadal, entraîneur de Rafael Nadal : «Après le début du match on a changé la vitesse de jeu pour jouer un peu plus lentement et c'était un problème pour Richard qui n'a plus été capable de frapper la balle avec autant de facilité, ni d'attaquer Rafael. Le match est devenu plus facile que ce que je pensais. Richard a joué agressivement à 2-1 mais tout de suite la balle de Rafael est devenue plus bombée, notamment sur le revers de Richard. Il ne pouvait plus attaquer la balle. Et peut-être aussi qu'il a été rattrapé par une semaine de tension à cause du Masters. Cette saison pour nous est incroyable et on est encore très content d'être encore en demi-finales ici.»
C.B.

PROGRAMME DE SAMEDI

Court Central
Pas avant 14h30


Roger Federer (SUI/N°5) - Novak Djokovic (SER/N°2): 16-13

Pas avant 17h00

Rafael Nadal (ESP/N°1) - David Ferrer (ESP/N°3): 20-4
# 03/11/2013 à 12:16 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Roger Federer (SUI/N.5) - Novak Djokovic (SRB/N.2) 6/4 3/6 2/6

Rafael Nadal (ESP/N.1) - David Ferrer (ESP/N.3) 3/6 5/7

Ferrer assomme Nadal

David Ferrer a sorti Rafael Nadal (6-3, 7-5) samedi en demi-finales du BNPPM. Il tentera de remporter le tournoi pour la deuxième fois de suite face à Novak Djokovic.

D'un côté, un exploit. De l'autre, un carnage. David Ferrer, tenant du titre en difficulté depuis l'été, a réalisé la sensation des demi-finales et a éliminé son compatriote Rafael Nadal (6-3, 7-5), n°1 mondial. Il ne l'avait plus battu depuis l'Open d'Australie 2011 en quarts. Il tentera désormais le doublé face à Novak Djokovic, le dauphin, qui a dominé Roger Federer. Mais ce match de Nadal pose beaucoup de questions : 25 fautes directes, 1 sur 7 en balles de break, un coup droit totalement grippé et une avalanche de mauvais choix face à un joueur qu'il avait dominé 20 fois en 24 duels dont 9 succès de suite. Pour leurs retrouvailles sur surface rapide, ''Rafa'' est totalement passé au travers face au mur Ferrer.

Que dire du fighing spirit de David Ferrer ? Battu au 2e tour à Kuala Lumpur par Joao Sousa, battu par Florian Mayer à Shanghai : il semblait être entré dans la zone rouge. Et puis il y a eu ces finales à Stockholm et Valence où son coup droit a retrouvé de la vigueur et où son jeu de jambes est un peu revenu à la vie. A Bercy, avec les 1000 points de son titre à défendre, celui qui chasse la place de n°3 mondial en fin de saison a fait preuve d'une détermination admirable cette semaine. Et sa volonté a payé au moment où personne n'y croyait vraiement : face à l'ogre de 2013. Très incisif en coup droit, refusant de subir, l'Espagnol a totalement dicté la cadence. Le plus surprenant a sans doute été de le voir si relâché alors qu'on sait combien ses nerfs lui ont souvent joué des tours face à son illustre compatriote.

Nadal à l'envers

Mais pour le faire cogiter, il faut lui mettre la pression. Nadal a été incapable de le faire suffisamment longtemps au cours de ce qui est sans doute son pire match de l'année. Sur une surface où il n'est jamais complètement en confiance, il a saboté toutes ses chances, en particulier dans le deuxième set avec, pour conclure ce festival, un break subi à 5-5 alors qu'il venait de débreaker Ferrer. Surfant sur une saison exceptionnelle, ''Rafa'' - logiquement de mauvaise humeur après son match tant il a la défaite en horreur - a quand même confirmé qu'il n'était toujours pas à l'abri d'une sortie de route en indoor. Celle du jour reste surprenante tant il avait été bon face à Janowicz et Gasquet. Mais la résistance de Ferrer en fond de court a fini par exposer les failles. Ferrer, tendu en servant une première fois pour le match, semblait alors proche de craquer. Mais un joueur de son niveau ne va pas laisser filer tous ses cadeaux. Alors à 6-5, en patron, il a conclu. Les bras au ciel, des étoiles plein les yeux : oui, cette fois il a bien serré la main de ''Rafa'' en vainqueur. Avant de vite le retrouver à Londres pour le Masters. Paris, Londres même combat ?
C.B.

FINALE DE DIMANCHE

Novak Djokovic (SER/N°2) - David Ferrer (ESP/N°3)
# 03/11/2013 à 23:43 Nico
Djokovic ne s'arrête plus

Novak Djokovic a battu David Ferrer en finale du BNP Paribas Masters en deux sets (7-5, 7-5) et remporte ainsi son troisième tournoi d'affilée avant le Masters.

On appelle ça un mental en acier trempé. Mené 5-3 dans chaque set, Novak Djokovic a fini par avoir le dernier mot dimanche face à David Ferrer en finale du BNMPP (7-5, 7-5). Le Serbe a ainsi conquis le 40e titre de sa carrière et son 16e Masters 1000 grâce à ce deuxième trophée soulevé à Bercy. L'Espagnol, lui, n'a pas vaincu la malédiction du tenant du titre à Bercy : jamais un seul joueur n'a conservé son bien depuis 1986. ''Nole'', invaincu depuis 17 matches, a lui continué de faire durer le suspense pour la place de n°1 mondial : une défaite l'aurait condamné, alors que là, il contraint Rafael Nadal à gagner au moins deux matches de poule au Masters.

Vainqueur en 2009 face à Gaël Monfils, le Djoker a encore dû se défaire d'un adversaire incroyablement véloce et accrocheur ce dimanche. Car Ferrer, tombeur de Rafael Nadal en demies, a livré un match d'une énorme qualité. Physiquement, ce match laissera peut-être des traces à Londres tellement les deux joueurs ont enchaîné les échanges d'une violence parfois hallucinante. Si ''Nole'' a craqué le premier - breaké 2-3 dans le 1er set et 0-2 dans le 2e - il a serré les dents et s'est très bien ajusté tactiquement. A chaque fois qu'il a joué tout en cadence, il s'est fait punir par un Ferrer incroyable en coup droit mais aussi très offensif et surtout impossible à déborder. Oublié celui qui avait l'air à l'arrêt après l'US Open, le finaliste de Stockholm et Valence est revenu à son meilleur niveau. Djokovic a trouvé la solution en variant bien plus à l'échange (15/18 au filet aussi), en refusant la filière trop longue et en jouant encore un peu plus vite. S'il n'a pas semblé à son meilleur niveau physiquement, il a en revanche confirmé que les titres conquis à Pékin et Shanghai ont reconstruit sa confiance. La nervosité qui lui a pollué la tête cette saison est pour le moment sous contrôle.

Djokovic a démoli le mur

On a connu le Djoker plus en jambes et doté d'un revers moins branché sur courant alternatif (28 fautes en tout, 34 coups gagnants contre 15 coups gagnants et 26 fautes pour Ferrer). Mais sa volonté de ne rien lâcher a été exemplaire. Si c'est Ferrer qui lui a offert son jeu de service à 5-4 à la fin, c'est ''Nole'' qui a repoussé ses limites pour rester au contact grâce à une prise de risques courageuse. Comme en demies face à Federer, son service l'a bien aidé, tout autant que sa capacité à prendre la balle tellement tôt des deux côtés. Il a ainsi réussi là où Nadal avait échoué : démolir le mur. Une victoire qui pourrait le mettre dans une situation délicate dès mardi où il doit affronter Roger Federer à Londres. Sa détermination a dans tous les cas fait plaisir à voir, tout autant que le français parlé sur le court toute la semaine a plu au public. Le patron depuis l'US Open, c'est lui. Mais à Londres la concurrence l'attend déjà de raquette ferme.
C.B.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site