CINCINNATI 2009

Auteur  
# 17/08/2009 à 11:46 Nico
Et ça continue !!! Après ce formidable tournoi de Montréal où les 8 meilleurs mondiaux se sont retrouvés en quarts de finale (une première !), cap sur Cincinnati.

Des surprises pourraient voir le jour, juste avant l'US Open, dernière levée des Grands Chelems, alors que les joueurs affutent leurs dernieres préparations.

Cela précèdera donc une fin de saison palpitante où le trio mondial se battra pour le Graal !

Pour ce tournoi, Rafa sera encore tête de série n°2, le tirage ayant été réalisé avant la fin de Montréal.

VAMOS !!!




PROGRAMME DE LUNDI

Cinq Français, Gilles Simon, Gaël Monfils, Jérémy Chardy, Paul-Henri Mathieu et Florent Serra entrent en piste ce lundi à Cincinnati pour disputer leur premier tour.


Center Court
A partir de 11 heures (17h00 en France)

Gilles Simon (FRA) - Wayne Odesnik (USA)
Gaël Monfils (FRA) - Ivo Karlovic (CRO)
Juan Carlos Ferrero (ESP) - Marin Cilic (CRO)

Pas avant 19 heures (01h00)

Marat Safin (RUS) - Robby Ginepri (USA)
Yen-Hsun Lu (TAI) - Sam Querrey (USA)


Grandstand
A partir de 11 heures (17h00 en France)

Mischa Zverev (ALL) - Paul-Henri Mathieu (FRA)
David Ferrer (ESP) - Stanislas Wawrinka (SUI)
Tommy Robredo (ESP) - Jérémy Chardy (FRA)
Un double
Viktor Troicki (SER) - Radek Stepanek (RTC)

Court n°3
A partir de 11 heures (17h00 en France)

Igor Andreev (RUS) - Nicolas Kiefer (ALL)
Ivan Ljubicic (CRO) - Florent Serra (FRA)
Deux doubles

Court n°4
A partir de 11 heures (17h00 en France)

Martin Vassallo Arguello (ARG) - Benjamin Becker (ALL)
Nicolas Almagro (ESP) - Dudi Sela (ISR)
Jose Acasuso (ARG) - Lukasz Kubot (POL)
# 18/08/2009 à 14:47 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Querrey - Lu 6-3,6-4
Safin - Ginepri 7-5,7-6(7/2)
Stepanek - Troicki 7-6(7/2),1-0
Acasuso - Kubot 6-4,6-3
Cilic - Ferrero 6-3,6-4
Chardy - Robredo 6-3,7-5
Ferrer - Wawrinka 7-5,6-2
Almagro - Sela 6-4,1-0
Ljubicic - Serra 4-6,6-3,6-4
Karlovic - Monfils 6-4,6-7(5/7),7-6(7/2)
Becker - Vassallo Arguello 6-3,6-3
Andreev - Kiefer 6-1,7-5
Simon - Odesnik 6-3,6-2
Mathieu - Zverev 6-7(4/7),7-5,6-3


Simon facile

Gilles Simon, tête de série numéro 9, s'est facilement qualifié pour le 2e tour du Masters 1000 de Cincinnati, lundi, face à l'Américain Wayne Odesnik, 85e, invité par les organisateurs (6-3, 6-2 en 1h20'). Une mise en jambes convaincante face à ce gaucher qui l'avait poussé aux cinq sets au 1er tour du dernier Roland-Garros pour leur première opposition. Contraint de sauver une balle de break d'entrée de match, l'élève de Thierry Tulasne, bandé au-dessous du genou droit, ne se laisse pas embarquer dans les rallyes de fond de court imposés par son adversaire.

«Odesnik m'a bien aidé»

Efficace au service (8 aces, 84% de points gagnés derrière sa première balle, aucun break concédé), le Niçois prend rapidement le jeu à son compte, principalement avec son grand coup droit. Une partition sans fausse note à reproduire au 2e tour face au Russe Igor Andreev, tombeur de l'Allemand Nikolas Kiefer (6-1, 7-5), pour rallier les huitièmes de finale. «Odesnik m'a bien aidé à gagner, a expliqué le Français. J'ai eu trois balles de break et il a fait trois double fautes. Je n'ai pas eu à les jouer (...) Contre Andreev, je sais à quoi m'attendre : il a deux gros coups: sa première balle de service et son coup droit. Quand ça rentre, il peut inquiéter tout le monde. Mais ça ne rentre pas toujours. Il faut que je l'empêche d'entrer dans ce schéma».

Autres vainqueurs du jour, Paul-Henri Mathieu, qui s'est difficilement défait de Mischa Zverev (6-7 [4], 7-5, 6-3), et Jérémy Chardy, qui a signé une belle perf' face à Tommy Robredo, tête de série numéro 15 (6-3, 7-5). Au rang des déçus, Gaël Monfils, éliminé par Ivo Karlovic (6-4, 6-7 [5], 7-6 [2]), et Florent Serra, sorti par Ivan Ljubicic (4-6, 6-3, 6-4). Julien GIOVANELLA (avec AFP)


Nadal ne s'en fait pas

Délogé ce lundi de la deuxième place mondiale par Andy Murray, vainqueur dimanche du Masters 1000 de Montréal, Rafael Nadal n'y prête pas une grande attention. «Ce n'est qu'un chiffre, a-t-il déclaré. Je félicite Andy, il réalise une saison remarquable. Cela ne change pas grand chose, je suis très heureux aujourd'hui (lundi), autant que je l'étais il y a trois jours quand j'étais encore numéro 2 mondial. Bien sûr, j'aimerais retrouver la deuxième place ou la première à l'avenir mais numéro 3, ce n'est pas mal non plus (rires). L'essentiel, c'est d'être suffisamment compétitif pour gagner des tournois». (avec AFP)


Federer: "Impatient d'être à New York"

Roger Federer étrenne en ce mois d'août sa double vie de numéro un mondial et de jeune père de famille. Visiblement épanoui, le Suisse poursuit à Cincinnati sa préparation pour l'US Open, dont il est quintuple tenant du titre. Il se dit impatient de revenir à New York.

Est-il important pour vous de bien figurer à Cincinnati dans l'optique de l'US Open?

Roger FEDERER : Ce serait bien, mais ce n'est pas capital non plus. Ce tournoi a souvent été rempli de pièges pour moi: soit j'ai gagné (2007, 2005) soit j'ai perdu tôt (il n'a jamais dépassé le 3e tour les autres années). J'espère que c'est une année où je vais aller au bout. J'ai le sentiment que mon jeu est là pour faire un bon résultat mais j'ai aussi l'impression que j'ai encore des ajustements à faire pour être à l'aise sur dur. L'US Open l'an passé a vraiment été un tournant de ma saison après avoir eu du mal sur la tournée nord-américaine et aux JO à Pékin. Alors je suis vraiment impatient d'être à New York, les fans m'avaient vraiment aidé à inverser la tendance en 2008.

Comment se passe la paternité ? Arrivez-vous à dormir un peu?

R.F. : Je dors suffisamment, mieux que ce à quoi je m'attendais. Les choses ont changé mais dans le bon sens. J'adore ma vie d'aujourd'hui. Je suis heureux que Mirka, Myla et Charlene soient avec moi pendant cette tournée. Ma vie est vraiment sympa en dehors des courts. Il y a quelque temps, j'ai demandé à Tiger (NDLR: Woods) comment ça se passait pour lui, il m'a dit: C'est dur de concilier les deux, mais ce n'est pas impossible, tu vas adorer. Je pense que ça va être comme ça pour moi aussi.

On dit que vous êtes le plus grand joueur de l'histoire. Vous pensez à ça parfois ?

R.F. : Ce qui a été incroyable, c'est l'enchaînement Roland-Garros /Wimbledon. J'aurais bien aimé avoir une pause un peu plus longue entre les deux pour plus savourer le titre à Paris (le seul Grand Chelem qui lui manquait). Mais c'est comme ça. Wimbledon était un rêve, je n'aurais pas pu souhaiter mieux. Et ensuite je suis devenu papa à mon grand plaisir. Pour être honnête, je n'ai pas trop réfléchi à tout ce que j'ai accompli. Ce n'est pas comme si je me baladais dans les rues de Londres en pensant je suis le plus grand de tous les temps... C'est surtout le fait d'être devenu papa que j'avais dans la tête ces dernières semaines.

Pour combien de temps pensez-vous être capable de rester le meilleur ?

R.F. : Aussi longtemps que possible. J'aimerais rester au top et gagner le plus de tournois possibles jusqu'à la fin de ma carrière, même si être sur le Tour peut être difficile parfois avec tous les voyages, spécialement après 10-12 ans de carrière. Mais j'aime être sur le circuit, voyager, sinon je serais déjà chez moi en Suisse à prendre du bon temps. J'aime jouer devant des publics nombreux, je trouve que le circuit masculin est dans une période excitante en ce moment et je ne veux pas manquer ça.

Andy Murray est désormais votre dauphin. Le voyez-vous comme une menace directe?

R.F. : Je crois qu'il s'est annoncé l'année dernière en gagnant ici à Cincinnati puis en arrivant en finale de l'US Open. Depuis, il a eu de très bons résultats, notamment sur dur, il a remporté beaucoup de tournois, alors ce n'est pas franchement une surprise de le voir aussi bien classé. Il fait partie de ceux qui peuvent gagne les grands tournois.

Que pensez-vous du retour de Nadal?

R.F. : C'est bien que Rafa revienne, ça rend la compétition plus intense, plus intéressante. On sait tous que s'il est descendu à la troisième place aujourd'hui, c'est à cause de sa blessure. Il n'a pas pu défendre ses chances dernièrement. Andy (NDLR: Murray) et moi en avons profité. Mais il est de retour et tout le monde a l'air en bonne santé maintenant et ça promet pour la fin de saison. Je suis sûr que Rafa va rebondir très vite s'il est en forme.
Eurosport


PROGRAMME DE MARDI

Gilles Simon sera le seul Français sur les courts de Cincinnati ce mardi. Le Niçois affrontera le Russe Igor Andreev.

Center Court
A partir de 17h00

Fernando Verdasco (ESP) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP)
Robin Söderling (SUE) - Lleyton Hewitt (AUS)
James Blake (USA) - Igor Kunitsyn (RUS)

Pas avant 01h00
John Isner (USA) - Tommy Haas (ALL)


Grandstand
A partir de 17h00

Victor Hanescu (ROU) - Mikhail Youzhny (RUS)
Jan Hernych (RTC) - Andreas Seppi (ITA)
Tomas Berdych (RTC) - Fernando Gonzalez (CHI)
Igor Andreev (RUS) - Gilles Simon (FRA)

Pas avant 01h00
David Ferrer (ESP) - Marin Cilic (CRO)


Court 3
A partir de 17h00

Feliciano Lopez (ESP) - Jurgen Melzer (AUT)
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Chris Guccione (AUS)
Simone Bolelli (ITA) - Philipp Petzschner (ALL)
# 19/08/2009 à 15:03 Nico
RESULTATS DE MARDI

Isner - Haas 7-6(7/5),5-7,7-6(7/3)
Ferrer - Cilic 7-6(7/4),6-2
Kunitsyn - Blake 7-6(7/5),6-7(5/7),6-4
Petzschner - Bolelli 7-6(10/8),6-3
Berdych - Gonzalez 6-4
Hewitt - Soderling 3-6,7-6(10/8),6-4
Guccione - Kohlschreiber 7-5,2-6,6-3
Seppi - Hernych 3-6,6-4,6-1
Garcia-Lopez - Verdasco 7-6(7/4),7-6(7/4)
Youzhny - Hanescu 7-5,6-2
Melzer - Lopez 5-7,7-6(7/4),7-6(9/7)
Querrey - Lu 6-3,6-4
Simon - Andreev 7-6(7/5),6-7(8/10),6-1


Simon en huitièmes

Gilles Simon a lutté mais il a obtenu mardi le premier billet pour les huitièmes de finale du Masters 1000 de Cincinnati aux dépens d'Igor Andreev (7-6 [5], 6-7 [8], 6-1 en 2h20').

Il aurait pu s'éviter ça, Gilles Simon. Bandé au-dessous du genou droit, le Niçois a dû puiser dans ses réserves pour passer l'obstacle russe. Après un 1er tour parfaitement maîtrisé face à Wayne Odesnik, la tête de série numéro 9 s'attendait à un match âpre. Elle a été servie. Face à un adversaire explosif au service (10 aces au total) et en coup droit, Simon "bétonne" son engagement (aucune balle de break concédée) et fait jouer sa patience pour empocher le premier set au jeu décisif.

Le deuxième set ressemble comme deux gouttes d'eau au premier. Mêmes causes, mêmes effets, il se règle au tie-break. Mené 5-2, l'élève de Thierry Tulasne passe alors la surmultipliée pour s'offrir une balle de match à 6-5 au terme d'un rallye de fond de court conclu par un coup droit foudroyant le long de la ligne. Andreev la sauve d'un service gagnant. Deux points plus tard, les deux hommes sont à égalité une manche partout. Si le Français se déplace moins bien, c'est pourtant le Russe qui commet les fautes (53 au total). Ses coups de fusil se transforment en pétards mouillés. Une aubaine pour le numéro 2 tricolore qui conclut la rencontre en trottinant. Gilles Simon déclarait avoir besoin de matches pour retrouver son tennis. Voilà qui devrait le satisfaire. Son prochain match, face à un autre Russe, Nikolay Davydenko ou Igor Kunitsyn, pourrait également l'aider à voir plus clair.


Verdasco à la trappe

Parmi les autres résultats de la journée, on notera les éliminations de Fernando Verdasco et Robin Söderling et l'abandon de Fernando Gonzalez. L'Espagnol, tête de série numéro 11, s'est fait surprendre dès le 1er tour par son compatriote Guillermo Garcia-Lopez (7-6 [4], 7-6 [4] en 1h46'). Des fautes directes (31), une réussite famélique en retour de service (19 points gagnés au total) et une seule balle de break convertie sur quatre occasions ont condamné le demi-finaliste du dernier Open d'Australie. Une aubaine pour le 53e joueur mondial, qui retrouvera Mikhaïl Youzhny, issu des qualifications, pour une place en huitièmes. Söderling (n°12), lui, s'st fait piéger par Lleyton Hewitt, qui a sauvé deux balles de match dans le tie-break du deuxième set (3-6, 7-6 [10-8], 6-4 en 2h09'). L'ex-numéro 1 mondial sera opposé à Martin Vassallo Arguello au 2e tour. Enfin, le Chilien Fernando Gonzalez (n°10) a serré la main de Tomas Berdych après avoir perdu la première manche (6-4).
J.G.


PROGRAMME DE MERCREDI

Comme Gilles Simon, qualifié la veille, plusieurs Tricolores vont tenter mercredi d'obtenir leur billet en huitièmes de finale. Federer, Murray, et Nadal sont aussi sur le pont.

Suivre la voie tracée par Gilles Simon, premier qualifié pour les huitièmes de finale. Voilà la mission de Jo-Wilfried Tsonga, Paul-Henri Mathieu, Jérémy Chardy et Julien Benneteau. Plus ou moins compliquée pour chacun d'entre eux. Si Tsonga ne devrait pas être trop inquiété par Chris Guccione, Mathieu et Chardy auront fort à faire pour contrer le géant serveur qui se présente face à eux : "PHM" affronte Karlovic, Chardy est opposé à Isner.

Les quatre meilleurs mondiaux vont se succéder sur le central, pour eux aussi tenter de rejoindre les huitièmes de finale.


Court central - À partir de 17h00 :

Ivan Ljubicic (CRO/Q) - Novak Djokovic (SER/n°4) 1-2
Roger Federer (SUI/n°1) - Jose Acasuso (ARG) 4-0
Andy Murray (GBR/n°3) - Nicolas Almagro (ESP) 0-1
Andreas Seppi (ITA) - Rafael Nadal (ESP/n°3) 1-2


Grandstand - À partir de 17h00 :

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°7) - Chris Guccione (AUS/Q) 0-0
Marat Safin (RUS/WC) - Radek Stepanek (RTC/n°16)
Nikolay Davydenko (RUS/n°8) - Igor Kunitsyn (RUS)


Court n°3 - À partir de 17h00 :

Ivo Karlovic (CRO) - Paul-Henri Mathieu (FRA) 1-0
Jurgen Melzer (AUT) - Julien Benneteau (FRA) 1-3
Jérémmy Chardy (FRA) - John Isner (USA) 0-0


Court n°4 - À partir de 17h00 :

Guillermo Garcia-Lopez (ESP) - Mikhail Youzhny (RUS/Q)
Philipp Petzschner (ALL) - Tomas Berdych (RTC)
# 20/08/2009 à 11:45 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Querrey - Roddick 7-6(13/11),7-6(7/3)
Hewitt - Becker 6-3,6-3
Nadal - Seppi 7-6(7/4),7-6(7/3)
Murray - Almagro 7-6(7/3),6-2
Davydenko - Kunitsyn 6-2,1-6,6-3
Chardy - Isner 6-7(1/7),6-3,4-1
Federer - Acasuso 6-3,7-5
Stepanek - Safin 4-6,6-3,6-1
Benneteau - Melzer 6-2,3-6,6-2
Berdych - Petzschner 7-6(10/8),6-7(7/9),6-4
Mathieu - Karlovic 7-6(11/9),6-4
Garcia-Lopez - Youzhny 7-5,6-3
Guccione - Tsonga 7-6(14/12),6-2
Djokovic - Ljubicic 7-6(7/5),6-4


PHM en costaud

Si Jo-Wilfried Tsonga n'a pas réussi à dompter sa frustration face à Chris Guccione (7-6 [12], 6-2), Paul-Henri Mathieu s'est montré très solide pour sortir (7-6 [9], 6-4) Ivo Karlovic au deuxième tour. Julien Benneteau et Jérémy Chardy se sont qualifiés pour le 3e tour.


Concentré et opportuniste, Paul-Henri Mathieu a parfaitement négocié son deuxième tour pour éliminer (7-6 [9], 6-4 en 1h37') Ivo Karlovic, tombeur de Gaël Monfils au tour précédent. Malgré les 23 aces du Croate, le Français a attendu son heure pour empocher la première manche 11-9 au tie-break et breaker son adversaire à 5-4 sur sa seule balle de break du match. En huitièmes de finale, le Strasbourgeois retrouvera Rafael Nadal, tombeur d'Andreas Seppi en deux tie-breaks.

Dans le même contexte, face à un autre grand serveur de deux mètres, Jo-Wilfried Tsonga a montré le contre-exemple. Après Ivo Karlovic à Wimbledon et John Isner à Washington, Jo-Wilfried Tsonga a encore chuté (7-6 [12], 6-2) contre un autre canonnier, Chris Guccione. Au comble de la frustration, le Français n'a lutté qu'un set avant de laisser filer le match. Contre le qualifié australien, auteur de 20 aces, il peut nourrir de nombreux regrets : cinq balles de premier set dont une sur son service au tie-break et son attitude défaitiste de la deuxième manche (en savoir plus).

Le dernier canonnier, John Isner, proposé à un Tricolore, Jérémy Chardy, est parti en fumée au troisième set. Après une grosse bataille, le Palois a profité de l'abandon (6-7 [1], 6-3, 4-1) de l'Américain, malade, pour rejoindre Novak Djokovic, tombeur d'Ivan Ljubicic, en huitièmes de finale.

Le destin fait aussi des clins d'oeil sympathiques. Battu au dernier tour des qualifications, Julien Benneteau a bénéficié du forfait de dernière minute de Juan Martin del Potro pour prendre sa place dans le tableau, bénéficier d'un bye et finalement se retrouver au troisième tour grâce à sa victoire (6-2, 3-6, 6-2 en 1h39') contre l'Autrichien Jürgen Melzer, 37e mondial. Et le lucky-loser n'a peut-être pas fini de profiter des effets de ce coup du sort. En huitièmes de finale, le Français (55e mondial) est opposé à Guillermo Garcia-Lopez (53e mondial), tombeur de Fernando Verdasco et Mikhail Youzhny aux tours précédents.


Nadal passe, pas Roddick

Roddick (n°5) s'est incliné au deuxième tour du Masters 1000 de Cincinnati contre Querrey. Tous les autres favoris, Federer, Nadal, Murray et Djokovic, sont passés.

Finaliste à Washington puis demi-finaliste à Montréal, Andy Roddick a perdu dès son premier match à Cincinnati, en deux tie-breaks, contre son compatriote Sam Querrey (7-6 (13/11), 7-6 (7/3)). «Je pense que j'ai bien joué mais Sam a été le meilleur sur les points importants», a analysé à chaud Roddick, qui a tenu à dédramatiser. Selon lui, cette courte défaite n'aura pas de conséquences sur sa préparation à l'US Open, à partir du 31 août à New York : «Je ne me soucie pas trop de ce coup d'arrêt, je sens que je serai prêt pour l'US Open, c'est ce que je retiens de mes tournois en Amérique du Nord.» Querrey, lui, continue sa route, après avoir joué trois finales de suite cet été (défaites à Newport et Indianapolis, victoire à Los Angeles). «Le premier set a été énorme pour moi, a confié Querrey qui a effacé plusieurs balles de set contre lui avant de conclure bien plus tard dans ce premier tie-break. «J'avais déjà perdu un tie-break contre lui à Washington il y a quelques semaines avant de perdre la manche suivante 6-4. Donc, c'était la clé ce soir (mercredi).» Querrey rencontrera l'Australien Lleyton Hewitt au troisième tour.


«C'est toujours compliqué pour moi ici»

Comme Roddick, Rafael Nadal (n°2) a disputé deux tie-breaks face à l'Italien Andreas Seppi. Mais à la différence de l'Américain, l'Espagnol les a gagnés ((7-6 (7/4), 7-6 (7/3), en sauvant notamment 9 balles de break sur 10, dans une partie interrompue deux fois par la pluie. Mais l'Espagnol, qui a repris la compétition la semaine dernière à Montréal, après deux mois et demi passés à soigner une tendinite aux genoux, reste pessimiste sur ses chances de briller. «Ici la balle est rapide et ne rebondit pas beaucoup, a confié le Majorquin. Ces conditions sont difficiles pour moi. Mes résultats dans ce tournoi le confirment. Ma meilleure performance ici c'était une demi-finale l'an dernier. C'est toujours compliqué pour moi ici. (Contre Seppi), je ne sais pas si j'ai bien joué amis j'étais là tout le temps. Je ne sais pas si c'était un bon match mais c'était important car ce type de matches m'aide beaucoup à revenir au niveau.» Il sera opposé à Paul-henri Mathieu.


Les autre favoris au rendez-vous

Nadal sera en bonne compagnie en 8es de finale, puisque les autres favoris restent en course. Roger Federer (n°1) a vaincu l'Argentin Jose Acasuso (6-3, 7-5), Andy Murray (n°1) a dominé Nicolas Almagro (7-6(3), 6-2) et Novak Djokovic (n°4) a dominé le Croate Ivan Ljubicic (7-6(5), 6-4). Le Serbe croisera la route de Jérémy Chardy.
lequipe.fr

PROGRAMME DE JEUDI

Court CENTRAL

Roger Federer (SUI) - David Ferrer (ESP) : 8-0
Andy Murray (ECO) - Radek Stepanek (RTC) : 2-0
Lleyton Hewitt (AUS) - Sam Querrey (USA) : 1-0
Paul-Henri Mathieu (FRA) - Rafael Nadal (ESP) : 0-8

Grandstand

Guillermo Garcia-Lopez (ESP) - Julien Benneteau (FRA) : 1-1
Jérémy Chardy (FRA) - Novak Djokovic (SER) : 0-2
Nikolay Davydenko (RUS) - Gilles Simon (FRA) : 1-2
Chris Guccione (AUS) - Tomas Berdych (RTC) : 2-0
# 21/08/2009 à 14:02 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Berdych - Guccione 6-4,6-3
Nadal - Mathieu 7-5,6-2
Simon - Davydenko 6-7(6/8),6-4,6-4
Hewitt - Querrey 6-1,2-6,6-3
Murray - Stepanek 6-4,6-1
Djokovic - Chardy 7-5,6-3
Federer - Ferrer 3-6,6-3,6-4
Benneteau - Garcia-Lopez 4-6,6-4,7-6(7/4)


Simon rejoint Benneteau

Gilles Simon, tête de série N.9, a rejoint son compatriote Julien Benneteau en quarts de finale du Masters de Cincinnati en éliminant jeudi le Russe Nikolay Davydenko (N.8) 6-7 (6/8), 6-4, 6-4. Vendredi, le Français affrontera le Serbe Novak Djokovic, N.4 mondial.


Rafael Nadal (ESP, N.2) bat Paul-Henri Mathieu (FRA) 7-5, 6-2

Comme Chardy, Paul-Henri Mathieu n'a pas passé le 3e tour, battu 7-5, 6-2 par le N.3 mondial Rafael Nadal. "PHM" a mené 4-1 dans la première manche mais a aidé Nadal à se mettre en mode offensif en baissant d'un cran quand le soleil s'est couché sur le central. Un problème qu'il attribue à une baisse de ses capacités visuelles à la nuit tombée, sous les lumières des projecteurs. "Je suis déçu parce qu'il était prenable, a indiqué l'Alsacien. Je ne fais pas un beau match, je le laisse prendre confiance, c'est dommage."


Gilles Simon (FRA, N.9) bat Nikolay Davydenko (RUS, N.8) 6-7 (6/8), 6-4, 6-4
Prochain adversaire : Djokovic
Novak Djokovic (SER, 4) bat Jérémy Chardy (FRA) : 7-5 6-3

Contrairement à Mathieu, Simon a mal entamé sa partie, concédant la première manche alors qu'il s'y était procuré trois balles de set. Dans le tie break, il menait même 6 à 4 avant de concéder quatre points de suite pour voir s'échapper la manche... "J'avais envie de tuer tout le monde à ce moment-là, a-t-il confié. Par la suite, j'ai cassé une raquette (de rage), ce que je ne fais rarement, et je crois que ça ma fait le plus grand bien... J'étais soulagé."

Dans chacune des deux manches suivantes, Simon a réussi à capitaliser sur un break en défendant parfaitement son service (8 fois sur les 9 occasions de Davydenko) et en profitant des largesses d'un Russe dont le jeu s'est progressivement délité, pour s'imposer au bout de 2 heures 22 min d'effort. "Sans me lancer des fleurs, je crois que je l'ai joué intelligemment, bien au centre, en variations, et il n'a pas vraiment trouvé son rythme, il ne faisait pas les points gagnants qu'il aime. Je ne me sentais pas d'essayer de le battre en faisant un semi-marathon, comme lors de nos dernières rencontres." Il s'agit du quatrième quart de finale de la saison pour Simon, qui n'a pas remporté de titre en 2009, ni même atteint une finale.


Julien Benneteau (FRA) bat Guillermo Garcia-Lopez (ESP) : 4-6 6-4 7-6(4)
Prochain adversaire : Murray
Andy Murray (G-B, 3) bat Radek Stepanek (RTC, 16) : 6-4 6-1

Le Français Julien Benneteau, 55e mondial, a battu l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez 4-6, 6-4, 7-6 (7/4) au tournoi Masters 1000 de Cincinnati pour s'offrir un quart de finale de prestige face au nouveau N.2 mondial, Andy Murray. L'Ecossais, tenant du titre dans l'Ohio et récent vainqueur à Montréal, s'est qualifié sans problème face au Tchèque Radek Stepanek (N.16) 6-4, 6-1. Jérémy Chardy n'a lui pas réussi à passer le cap du 3e tour, butant logiquement sur le N.4 mondial Novak Djokovic, vainqueur 7-5, 6-3.

Benneteau, 27 ans, dont le palmarès ATP est vierge de tout titre, se qualifie pour la première fois de sa carrière pour les quarts de finale d'un Masters 1000, les tournois les plus prestigieux après ceux du Grand Chelem. Son grand fait d'arme reste jusque là un quart de finale à Roland-Garros en 2006. Le Bressan a été repêché dans le tableau après le forfait de Juan Martin del Potro, en tant que non-qualifié le mieux classé. Il a donc profité du "bye" de l'Argentin au premier tour pour faire son entrée en lice directement au 2e, mercredi, où il battu l'Autrichien Jurgen Melzer 6-2, 3-6, 6-2. Jeudi, le Français a livré un match marathon de 3 h et 03 min, au cours duquel les deux joueurs ont chacun perdu quatre fois leur service, pour s'imposer contre le 53e mondial, tombeur de son compatriote Fernando Verdasco (N.11) au premier tour.

"Grosse bagarre"

"Cela a été un gros combat, une grosse bagarre, avec un super dénouement, a-t-il déclaré. C'est vrai que j'ai aussi profité d'un bye pour en arriver là mais je suis content, ça devient une très belle semaine. Vendredi, ça peut devenir une très, très belle semaine. Je n'ai rien à perdre contre Murray". "Je suis super content d'où j'en suis physiquement, a-t-il ajouté. Mon pari de faire venir mon préparateur physique dès le début de la tournée nord-américaine a payé. C'est bon signe avant l'US Open".

Benneteau a concédé la première manche alors qu'il menait 4 à 1 après avoir fait le break dès le 4e jeu mais il s'est subitement écroulé, lâché par sa première balle de service, pour encaisser cinq jeux d'affilée et perdre le set. Dans la deuxième manche, le Français a reproduit le même schéma pour mener 4 jeux à 1 avant de craquer de nouveau et se faire rattraper à 4-4. Mais il a cette fois magnifiquement conclu à la manche à 5-4 en prenant le service de l'Espagnol sur un jeu blanc. Le 3e set a été une nouvelle bataille stratégique. Le Français aurait pu céder quand Guillermo-Lopez lui a pris le service pour mener 3-2 mais le joueur de Bourg-en-Bresse a tenu ses nerfs pour débreaker dans la foulée. Dans un tie-break de toute beauté, le Français s'est montré offensif, déterminé et très propre en première balle pour s'imposer 7 à 4 sans avoir été mené.


Roger Federer (SUI, 1) bat David Ferrer (ESP) : 3-6 6-3 6-4
Prochain adversaire : Hewitt (AUS)
Lleyton Hewitt (AUS) bat Sam Querrey (EU) : 6-1 2-6 6-3


PROGRAMME DE VENDREDI

Deux français se présenteront vendredi sur le central du tournoi de Cincinnati. Julien Benneteau ouvrira les hostilités face à Andy Murray. Gilles Simon retrouvera pour sa part Novak Djokovic.

Court Central
A partir de 18h00

Andy Murray (GBR/N°3) - Julien Benneteau (FRA) : 1-0
Roger Federer (SUI/N°1) - Lleyton Hewitt (AUS/N°42) : 14-8
Gilles Simon (FRA/N°9) - Novak Djokovic (SER/N°4) : 1-2

Pas avant 1h00

Tomas Berdych (RTC) - Rafael Nadal (ESP/N°2) : 3-4
# 22/08/2009 à 21:52 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Simon cale face à Djokovic

Gilles Simon n'a pas réussi à sortir Novak Djokovic pour s'offrir une place en demi-finale du Masters 1000 de Cincinnati. Le Français s'est incliné pour la 3e fois en quatre confrontations face au Serbe (6-4, 7-5). Plus tôt, Julien Benneteau était également sorti par Andy Murray (4-6, 6-3, 6-1).

. Novak Djokovic (SER, 4) bat Gilles Simon (FRA, 9) 6-4, 7-5.Prochain adversaire: Nadal
Rafael Nadal (ESP, 2) bat Tomas Berdych (TCH) 6-4, 7-5

Après sa belle démonstration de force face à Andreev au tour précédent (7-6, 6-7, 6-1), Gilles Simon s'étalonnait à un des membres du Big Four en la personne de Novak Djokovic. Et la différence est encore flagrante entre les deux joueurs. Dominé en deux manches (6-4, 7-5), le Français n'arrive toujours pas à renverser la tendance face au Serbe, vainqueur de trois des quatre dernières confrontations. Dans le premier set, la tête de série numéro 10 du Masters a bien résisté aux assauts de Djokovic, lors d'un bras de fer plaisant à suivre.

Mais le natif de Belgrade, sur les trois, quatre derniers points de la manche, durcissait le jeu et empochait le gain de cette première manche (6-4). "Je n'ai pas de solution", soufflait Simon avant de rejoindre sa chaise. Des mots qui symbolisaient toute la détresse du Français face au problème posé par le numéro 4 mondial. Malgré une belle résistance dans le 2e set, le Niçois s'inclinait logiquement après 1 h 28 minutes de jeu (6-4, 7-5). "C'est logique que Novak passe, a déclaré le Français. Au début du match ça allait mais à la fin, je ne pouvais plus marcher. Quand j'ai breaké dans le deuxième set, je me suis dit: "on va essayer jusqu'au bout", parce que lui n'était pas non plus au top, je voyais qu'il avait du mal à respirer. Mais je n'y suis pas arrivé."


. Andy Murray (GBR, 3) bat Julien Benneteau (FRA, LL) 4-6, 6-3, 6-1
Prochain adversaire: Federer
Roger Federer (SUI, 1) bat Lleyton Hewitt (AUS) 6-3, 6-4

La belle aventure américaine de Julien Benneteau s'est achevée face à Andy Murray. Et le Français peut avoir des regrets. Après son marathon de jeudi, ou il a bataillé pendant plus de trois heures pour venir à bout de Garcia Lopez, le Français n'est pas passé très loin d'un exploit. Autoritaire sur son service, véritable patron sur le court, le natif de Bourg-en-Bresse empochait assez facilement la première manche. En face, Murray ne semblait pas dans un grand jour, en témoigne son grand nombre de doubles fautes (six dans le premier set), dont la dernière, assez étonnante, permettait à Benneteau de regagner son siège avec le set en poche.

D'entrée de deuxième manche, le 55e joueur mondial breakait son adversaire, toujours en souffrance sur son service (6-4, 2-0). Deux jeux plus tard, après un long échange, terminé sur un smash raté par le Français, Murray revenait à hauteur de son adversaire (6-4, 2-2). Le tournant du match. Car en breakant une nouvelle fois le numéro deux mondial à ce stade de la partie, Benneteau s'offrait de belles perspectives pour la fin de rencontre. La suite ne fut qu'une formalité pour le Britannique. Emoussé, le lucky loser n'en pouvait plus et concédait la deuxième et troisième manches assez logiquement (4-6, 6-3, 6-1). Malgré tout, les motifs de satisfaction dans un tournoi si relevé sont nombreux. De bon augure pour la suite.
Eurosport - B.D. et T.B.


Solide comme Federer

Une semaine après son passage à vide face Tsonga, Roger Federer s'est remis dans le droit chemin en battant Lleyton Hewitt 6-3, 6-4 en quart de finale du Masters 1000 de Cincinnati. Samedi, le Suisse, N.1 mondial, se frottera à Andy Murray, tenant du titre et nouveau N.2 mondial.

Roger Federer (SUI, 1) bat Lleyton Hewitt (AUS) 6-3, 6-4.Prochain adversaire: Murray

Treize défaites de suite. La statistique est sans appel. Lleyton Hewitt a subi son treizième revers consécutif face au numéro un mondial. L'Australien, pourtant en forme depuis plusieurs semaines, n'a jamais pu mettre en difficulté le Suisse. Malgré de bonnes intentions, l'ancien numéro un mondial n'a pas réussi à trouver les solutions pour bousculer l'actuel numéro un du circuit. Facile au service, à l'image de ce jeu blanc (dont 4 aces) pour conclure la rencontre, à l'aise en fond de court, le jeune papa n'a pas puisé dans ses reserves pour accèder au dernier carré.

Dominateur dans tous les compartiments du jeu, Federer s'est facilement imposé. Après un quart de finale manqué face à Tsonga la semaine dernière, Federer se hisse dans le dernier carré de Cincinnati en compagnie des trois autres meilleurs joueurs mondiaux, dont un particulier : Andy Murray son prochain adversaire. Le Britannique, nouveau N.2 mondial et tenant du titre dans ce Masters 1000, mène six victoires à deux face au N.1 mondial. La dernière victoire du Suisse sur Murray remonte en finale de l'US Open de l'an passé. Depuis, l'Ecossais s'est imposé quatre fois de suite sur dur : Madrid 2008, Masters Cup 2008, Doha 2009 et Indian Wells 2009. Leurs retrouvailles s'annoncent palpitantes.
Eurosport


Nadal complète le carré

Le carré magique est reconstitué. Après la victoire (6-4, 7-5) de Rafael Nadal contre Tomas Berdych, les quatre premiers mondiaux se retrouvent en demi-finales. Le Majorquin affronte Novak Djokovic et Roger Federer est opposé à Andy Murray.

Rafael Nadal n'a pas la mémoire courte et il aime bien mettre les points sur i. Contre Tomas Berdych, c'est chose faite avec une quatrième victoire consécutive (6-4, 7-5 en 1h41'). Ce ne sont pas les meilleurs amis du monde depuis le quart de finale à Madrid en 2006 où Tomas Berdych a nargué le public espagnol après sa victoire contre Rafael Nadal. Au-delà de l'aspect humain, le Majorquin craint le jeu du Tchèque, toujours imprévisible, et n'oublie ses trois échecs en sept confrontations face au 18e mondial. Il se souvient aussi de sa défaite dans ce tournoi de Cincinnati en 2005 (7-6) au troisième set. L'Espagnol a donc toutes les raisons de se méfier et sa vigilance se traduit par un match très solide.

En s'appuyant sur un service retrouvé (71% de premières balles et 85% de réussite derrière ses premières) malgré quelques inquiétudes aux abdominaux en début de mois, Rafael Nadal a pu dérouler son jeu et délivrer une prestation de qualité malgré une opposition plus conséquente au deuxième set. Au fil des matches, il gomme ses fautes directes et monte en puissance. Face au Tchèque, dangeureux dans le jeu en cadence, l'Espagnol varie bien et profite de la relative faiblesse de déplacement de son adversaire pour engranger les points. Jamais en danger sur sa mise en jeu (aucune balle de break à sauver), il peut se concentrer sur le service adverse et réussit à prendre l'engagement de Tomas Berdych à 5-5 pour conclure sur sa mise en jeu et rejoindre Novak Djokovic en demi-finales.


PROGRAMME DE SAMEDI

Les quatre meilleurs joueurs du monde sont au programme des demi-finales du Masters 1000 de Cincinnati, ce samedi. Roger Federer sera opposé à Andy Murray et Novak Djokovic s'attaquera à Rafael Nadal.

Court central :
A 20 heures :

Roger Federer (SUI/n°1) - Andy Murray (GBR/n°3) : 2-6

Pas avant 1 heure :
Novak Djokovic (SER/n°4) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 4-14
# 23/08/2009 à 12:38 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Federer et Djokovic font la loi

Roger Federer s'est qualifié pour la finale du Masters 1000 de Cincinnati en battant Andy Murray en deux sets (6-2, 7-6). Le numéro un mondial a marqué son territoire face à son nouveau dauphin. En finale, le Suisse affrontera Novak Djokovic, qui n'a laissé aucune chance à Nadal (6-1, 6-4)


Roger Federer (SUI, 1) bat Andy Murray (GBR, 3) 6-2, 7-6.Prochain adversaire: Djokovic

On appelle ça une mise au point. A un peu plus d'une semaine du début de l'US Open, Roger Federer est venu rappeler que le patron, c'était toujours lui. Andy Murray, auréolé de son tout nouveau statut de dauphin du numéro un mondial suisse, n'a rien pu faire à Cincinnati. Le Britannique restait pourtant sur une série de 14 victoires sur dur. Mais Federer, inconstant depuis son retour sur le circuit la semaine dernière à Montréal, a sorti le grand jeu samedi. "Je n'ai pas laissé à Andy l'occasion de mettre en place son jeu, j'ai joué intelligemment et je me suis bien servi de ma première balle, se satisfait le Bâlois. J'ai fait les bons choix et je suis heureux d'où j'en suis en terme de jeu."

Federer s'est imposé 6-2, 7-6 (10/8) en 1 h 30 min, faisant preuve parfois de maestria, à l'image d'un smash en extension au timing parfait sur un lob pourtant excellent de l'Ecossais qui lui a permis de se procurer la balle de premier set. Après une première manche expédiée, il a su serrer le jeu dans le jeu décisif du second set pour éviter de s'embarquer dans une troisième manche incertaine. Murray a bénéficié de deux balles de set, écartées par le Suisse, particulièrement solide au service tout au long du match. Il n'a d'ailleurs pas concédé une seule balle de break de toute la partie, remportant 85% des points sur son engagement.

Un contraste saisissant avec Andy Murray, qui a d'ailleurs fini par offrir le match à son adversaire sur une double faute. " J'ai mal servi (malgré 8 aces) et mal retourné et contre Federer, ça ne pardonne pas, a confié Murray. J'ai eu deux longues semaines à Montréal et ici, avec neuf matches en 13-14 jours, je n'étais pas dans mon meilleur jour." Sans doute, mais l'Ecossais n'a pas justifié son statut de bête noire de Federer (6 victoires-2 défaites contre le Suisse avant samedi) alors que le numéro un mondial s'est souvent montré sous son meilleur jour, à la hauteur d'un joueur 15 fois vainqueur en Grand Chelem. Et d'un vrai patron. Plus que jamais.


Novak Djokovic (SER, 4) bat Rafael Nadal (ESP, 2) 6-1, 6-4
Prochain adversaire: Federer

Comme l'an passé, Novak Djokovic s'est qualifié pour la finale du Masters 1000 de Cincinnati en expédiant Rafael Nadal en demi-finale 6-1, 6-4. Le Serbe N.4 mondial affrontera le N.1 Roger Federer en finale. C'est la 7e finale ATP cette saison pour Djokovic, la 4e en Masters cette saison, qu'il s'offre en mettant fin à cinq défaites de suite face à l'Espagnol, vainqueur déjà 14 fois du Serbe dans sa carrière. Et comme l'an passé, Djokovic prive Nadal d'un nouveau record : celui d'être le seul tennisman à jouer les neuf finales de Masters 1000.

En 29 minutes de jeu, le Serbe emportait la première manche 6-1, avant de terminer la partie une heure plus tard. Absent en retour de service (33% de réussite), Nadal ne s'est procuré qu'une seule balle de break en 1h32 de jeu. "Je suis très content de la façon dont j'ai joué, assurait Nole qui a ravi 75% de points derrière ses premières balles. C'est l'un de mes meilleurs matches de la saison. Et cela vient à un moment parfait juste avant l'US Open." Face à Federer qui visera son 16e titre en Masters, Djokovic tentera de s'immiscer dans le club très fermé des vainqueurs de Masters cette saison, Nadal (Indian Wells, Monte-Carlo et Rome), Murray (Miami et Montréal) et Federer (Madrid) ne laissant que peu de miettes à la concurrence. Le Serbe tentera tout de même de compléter sa collection de titres de Masters sur dur, lui qui fut déjà vainqueur à Indian Wells, Miami et au Canada.


A SAVOIR :

Une semaine après avoir réuni les huit premiers joueurs mondiaux en quarts de finale à Montréal, le circuit ATP voit les quatre premiers joueurs mondiaux tous présents dans le dernier carré d'un tournoi ATP pour la première fois depuis le Masters de Monte-Carlo 2008 (*). A Cincinnati, cela ne s'était plus vu depuis une dizaine d'années avec, à l'époque, Pete Sampras (N.1 et vainqueur), Yevgueny Kafelnikov (N.2), Andre Agassi (N.3) et Patrick Rafter (N.4).

*NB: C'est la 13e fois en 25 ans que les quatre premiers mondiaux sont dans le dernier carré d'un tournoi ATP (en gras, les vainqueurs) :

. 2009 - ATP World Tour Masters 1000 Cincinnati (1 Federer, 2 Murray, 3 Nadal, 4 Djokovic)
. 2008 - ATP World Tour Masters 1000 Monte Carlo (1 Federer, 2 Nadal, 3 Djokovic, 4 Davydenko)
. 2006 - Roland Garros (1 Federer, 2 Nadal, 3 Nalbandian, 4 Ljubicic)
. 2005 - Australian Open (1 Federer, 2 Roddick, 3 Hewitt, 4 Safin)
. 2004 - Tennis Masters Cup-Houston (1 Roddick, 2 Federer, 3 Hewitt, 4 Safin)
. 1999 - ATP World Tour Masters 1000 Cincinnati (1 Sampras, 2 Kafelnikov, 3 Agassi 4 Rafter)
. 1993 - Wimbledon (1 Sampras, 2 Courier, 3 Edberg, 4 Becker)
. 1992 - US Open (1 Courier, 2 Edberg, 3 Sampras, 4 Chang)
. 1990 - ATP Tour World Championship-Frankfurt (1 Edberg, 2 Becker, 3 Lendl, 4 Agassi)
. 1989 - Masters (1 Lendl, 2 Becker, 3 Edberg, 4 McEnroe)
. 1986 - Masters (1 Lendl, 2 Becker, 3 Wilander, 4 Edberg)
. 1985 - US Open (1 McEnroe, 2 Lendl, 3 Wilander, 4 Connors)
. 1985 - Roland Garros (1 McEnroe, 2 Lendl, 3 Connors, 4 Wilander)

Eurosport


FINALE DE DIMANCHE

A partir de 18h30

Roger Federer (n°1) - Novak Djokovic (n°4) : 7-4
# 24/08/2009 à 10:01 Nico
Federer grandissime

Après un match exceptionnel, Roger Federer remporte son 16e titre en Masters 1000 en dominant (6-1, 7-5) Novak Djokovic. A huit jours de l'US Open, le numéro 1 mondial frappe un grand coup.

Charlene et Myla peuvent applaudir ou plutôt sourire aux anges. En finale contre Novak Djokovic, Papa Roger a fêté (6-1, 7-5 en 1h30') avec panache les 1 mois, jour pour jour, de ses jumelles par un 16e titre en Masters 1000 à une marche du record d'Andre Agassi. «C'est un moment spécial car c'est ma première victoire comme papa. C'est fort émotionnellement. Je vis un été merveilleux», explique en souriant le triple vainqueur de l'épreuve. Au-delà de la victoire, la manière laisse rêveur. Comme une cure de jouvence, Roger Federer propose un niveau de jeu, équivalent à son apogée.

Son premier set contre le Serbe relève de la leçon. En une demi-heure, il rend ordinaire, un joueur du calibre de Novak Djokovic, tombeur quelques heures plus tôt (6-1, 6-4) de Rafael Nadal. «Il était juste trop fort pour moi aujourd'hui, avoue humblement le Serbe, déjà finaliste l'an dernier dans l'Ohio. Mais ce sont deux années fantastiques pour moi à Cincinnati.» Très offensif, le Suisse agresse en permanence son adversaire, vient au filet à la moindre occasion, réalise des coups droits gagnants en demi-volées federesques et varie avec quelques slices de revers. «Aujourd'hui, je sentais que je pouvais jouer comme je le voulais, se réjouit le Suisse. Cela me donne beaucoup de confiance. J'ai très bien joué du début à la fin.» Le 4e mondial se retrouve mené (5-0) en 24'. Il ne joue pas mal avec 81% de premières balles, il ne peut pas jouer. Il faut attendre.

Le Serbe attend et trouve la faille au début de la deuxième manche (0-2). Le numéro 1 mondial commet un peu plus de fautes et Novak Djokovic se montre plus offensif pour enrayer la belle mécanique suisse et se détacher 0-3. «J'ai trouvé mon rythme au début du deuxième set. Je pensais pouvoir revenir, mais il a mis beaucoup de pression sur mes jeux de service, explique le 4e mondial. Si tu joues contre Roger sans premier sevice, je ne pense pas que tu aies beaucoup de chances.» Mais l'équillibre est bien fragile et le 4e mondial se retrouve à la merci des coups de génie adverses qui arrivent à 1-3 pour le débreak. Roger Federer reprend le match en main, sauve une balle de set d'un service gagnant à 4-5 (30-40) puis s'envole pour remporter son troisième titre à Cincinnati. A huit jours de l'US Open, le numéro 1 mondial frappe un grand coup... aussi dans les esprits.


Federer : «Fort émotionnellement»


Après ses titres à Roland-Garros et Wimbledon et la naissance de ses filles, Roger Federer vit un «été merveilleux» qui se poursuit avec un nouveau titre à Cincinnati.


«Roger Federer, cette victoire a-t-elle un goût spécial ?

C'est la première fois que je gagne un tournoi en tant que papa, donc c'est quelque chose de fort émotionnellement. Je vis un été merveilleux. Après tout ce que j'ai vécu (la saison passée), le fait de retrouver le succès et tout ce qui m'arrive, c'est de nouveau un grand moment de ma carrière. J'ai eu un mois pour me préparer à ces tournois (Montréal et Cincinnati) et j'étais dans de bonnes dispositions. J'ai passé trois semaines à l'hôpital (Ndlr : avant l'accouchement de son épouse), mais je partais pour l'entraînement et je me suis très bien entraîné, même pendant cette période, ce que les gens ne savent pas forcément. Tout cela a contribué à me libérer l'esprit, cela aide d'être heureux dans sa vie personnelle.


Que pensez-vous de votre jeu à l'heure actuelle ?

Je trouve que je joue bien. C'est normal d'avoir de la confiance après avoir gagné Roland-Garros et Wimbledon d'affilée, mais c'est aussi parce que je me suis bien entraîné. Je savais en arrivant en Amérique du Nord que je ne venais pas pour faire du tourisme même si je suis un peu surpris que le travail ait payé aussi rapidement. Cette victoire est spéciale aussi car c'est ma première victoire en Masters 1000 sur surface dure depuis un bon moment (Cincinnati en 2007, ndlr).»


Maintenant, l'US Open...

Oui, j'ai hâte d'être à New York. Les fans m'avaient tellement aidé l'an dernier, ils voulaient m'aider à redevenir n°1 mondial. Cela m'a vraiment aidé à gagner ce tournoi et c'est pour ça que je suis tellement excité à l'idée de revenir. J'espère leur montrer ce que je sais faire sur un court de tennis.»
lequipe.fr et AFP


Nadal content de sa progression


En dépit de sa défaite sans appel face à Novak Djokovic en demi-finales du Masters 1000 de Cincinnati (1-6, 4-6), Rafael Nadal est satisfait de ses résultats et de ses progrès physiques sur le circuit. Et assure que ses tendinites aux genoux ne l'empêchent pas de courir pour l'instant.

Tout le monde ne va pas à la même allure. Si Gasquet met du temps à reprendre ses marques sur le circuit après un essai tronqué à New Haven, Rafael Nadal a mis quinze jours pour reprendre pleinement ses marques. Il est vrai que le Français a été absent plus longtemps que l'Espagnol, mais les problèmes aux genoux de Rafa ne laissaient rien prévoir de bon pour sa fin de saison. Pourtant, après un tournoi de Montréal stoppé en quart de finale par Juan Martin Del Potro, Nadal s'est senti encore mieux à Cincinnati, allant même jusqu'en demi-finale du Masters 1000. Comme l'an passé finalement. Et pour lui, c'est une vraie surprise.

"Je suis content pour tout, lâchait-il en conférence de presse après sa défaite face à Novak Djokovic. Content d'être ici, content de me sentir davantage en forme avant l'US Open, plus en tout cas que je ne l'espérais avant de reprendre." Une joie qui se mesure autant que son étonnement d'être dans le dernier carré à Cincinnati, où étaient présents avec lui les trois autres meilleurs joueurs mondiaux du moment, Federer, Murray et Djokovic, son bourreau. Surtout après plus de deux mois d'arrêt et son élimination en huitième de finale de Roland-Garros.

"J'ai besoin de jouer"


Après deux matches facilement remportés à Montréal, l'Espagnol en a remporté trois autres de façon plus convaincante dans l'Ohio : face à l'Italien Andreas Seppi (7-6, 7-6), au Français Paul-Henri Mathieu (7-5, 6-2), pourtant fort d'une victoire face à Ivo Karlovic, et enfin face au rude Tomas Berdych (6-4, 7-5). Et malgré des défaites assez nettes face à Del Potro et Djokovic, les progressions sont parlantes pour l'Espagnol, qui voit dans ses victoires les petits pas qui le font avancer à chaque match. Car son retour n'avait qu'un but : préparer au mieux l'US Open.

Si Richard Gasquet vise la victoire sur un match à New York qui débutera le 31 août, il est tout autre pour Nadal qui ne visera rien d'autre qu'un succès en finale à New York dans ce seul tournoi du Grand Chelem qui lui manque son palmarès, pour faire faire aussi bien qu'Agassi et Federer : remporter les quatre majeurs sur quatre surfaces différentes. "J'ai besoin de jouer à ce niveau plus qu'une seule fois pour encore progresser et retrouver mon niveau, non ? Je sais que je joue bien et que je peux jouer à ce niveau. Mais, tu ne peux gagner des matches contre les meilleurs si tu joues ton meilleur tennis." En manque de temps de jeu, Nadal ne sera en tout cas pas en lice à New Haven la semaine précédent l'US Open, au contraire de deux autres Top 10, Nikolay Davydenko et Fernando Verdasco.
Eurosport - S.P.
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site