DOHA 2011

Auteur  
# 03/01/2011 à 23:43 Nico
Tsonga ne rame pas

Vous attendez Rafael Nadal et Roger Federer ? Ce n'est pas pour lundi. A Doha, la saison commence avec Jo-Wilfried Tsonga et Nikolay Davydenko. Le Français n'a perdu que deux sets face à Ruben Ramirez Hidalgo (6-2, 6-0). Le Russe est passé lui ausis, mais il a été davantage accroché.
Forfait l'an passé pour mieux préparer l'Open d'Australie, Jo-Wilfried Tsonga a décidé cette fois-ci de venir préparer le tournoi du Grand Chelem qui lui réussit le plus (une finale et une demi-finale) au Qatar. Il est vrai que le Français n'avait pas joué officiellement depuis le 30 octobre et qu'il a simplement joué trois sets face à Robin Söderling à Abu Dhabi fin décembre.

En moins d'une heure (58 minutes et 58 secondes), Tosnga n'ayant perdu que deux points sur ses premières balles, il a tracé sa route, estimant avoir joué "un très bon match". "Je suis vraiment content de la façon dont j'ai repris et j'espère que cela va continuer comme cela", a-t-il ajouté. "Bien sûr ce n'est pas vraiment facile de revenir après de longues semaines sans compétition. Mais à présent je me sens bien. Je suis tout à fait en forme", a-t-il dit, tout en demeurant prudent sur l'état de son genou gauche, qui l'avait déjà tenu éloigné des courts pendant trois mois l'été dernier, puis de nouveau ces deux derniers mois.

Tsonga avait été contraint de déclarer forfait pour la finale de Coupe Davis en Serbie début décembre. Au 2e tour, il rencontrera l'Ukrainien Sergei Bubka, le fils du champion olympique de saut à la perche Sergey Bubka. L'autre animateur de cette première journée était Nikolay Davydenko, lequel avait réussi l'exploit de battre Roger Federer et Rafael Nadal l'an passé à Doha. Mais quel Davydenko jouera cette semaine? Celui qui avait enflammé la fin 2009 ou celui qui a traîné son mal (poignet fracturé) fin 2010 ? Le Russe a démarré en douceur lundi face au Kazakh Mikhail Kukushkin, même s'il s'est fait une petite frayeur dans le deuxième set.

PREMIER TOUR

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.3) bat Ruben Ramirez Hidalgo (ESP) 6-2, 6-0.
Prochain adversaire : Bubka Jr.

Nikolay Davydenko (RUS/N.4) bat Fabio Fognini (ITA) 6-1, 6-4

Guillermo Garcia-Lopez (ESP/N.7) bat Mikhail Kukushkin (KAZ) 6-1, 7-6 (7/1)

Illya Marchenko (UKR) bat Mischa Zverev (GER) 7-6 (7/4), 6-4

Sergei Bubka (UKR) bat Daniel Gimeno-Traver (ESP) 6-0, 6-3

eurosport.fr
# 04/01/2011 à 12:56 Nico
PROGRAMME DE MARDI

Court central - A partir de 15h30 (13h30 en France)

Victor Hanescu (ROU) - Ernests Gulbis (LET) : 0-0
Thomas Schoorel (HOL) - Roger Federer (SUI) : 0-0
Rafael Nadal (ESP) - Karol Beck (SLQ) : 1-0
Ivo Karlovic (CRO) - Lukas Rosol (RTC) : 0-0


Court n°1 - A partir de 15h30 (13h30 en France)

Reda El Amrani (MAR) - Marco Chiudinelli (SUI) : 0-0
Andreas Seppi (ITA) - Philipp Kohlschreiber (ALL) : 1-2
Viktor Troïcki (SER) - Sergiy Stakhovsky (UKR) : 1-1
Un double


Court n°2 - A partir de 15h30 (13h30 en France)

Rainer Schuettler (ALL) - Teymuraz Gabashvili (RUS) : 2-1
Jarkko Nieminen (FIN) - Michal Przysiezny (POL) : 0-0
Marco Chiudinelli (SUI)/Jo-Wilfried Tsonga (FRA) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP)/Rainer Schuettler (ALL)
Un double


Court n°3 - A partir de 15h30 (13h30 en France)

Antonio Veic (CRO) - Sherif Sabry (EGY) : 0-0
Lukas Lacko (SLQ) - Pere Riba (ESP) : 0-1
Un double
# 05/01/2011 à 00:04 Nico
RESULTATS DE MARDI

Gulbis - Hanescu 6-3,7-6(8/6)Kohlschreiber - Seppi 6-2,6-4
Karlovic - Rosol 7-6(7/5),7-6(9/7)Nieminen - Przysiezny 6-2,3-6,6-3
Nadal - Beck 6-3,6-0
Federer - Schoorel 7-6(7/3),6-3
Gabashvili - Schüttler 6-4,7-6(7/2)Troicki - Stakhovsky 6-4,7-5


Federer se rode en gagnant

Roger Federer est qualifié pour le deuxième tour du tournoi de Doha, où le Suisse affrontera son ami et compatriote Marco Chiudinelli. Le n°2 mondial a remporté mardi son premier match de l'année face au qualifié néerlandais Thomas Schoorel, 7-6[3], 6-3, sans vraiment bien jouer - hormis un point gagnant entre les jambes dans l'avant-dernier jeu. «C'est un début d'année difficile, il y a beaucoup de pression, a-t-il concédé. Il y a beaucoup de pression. Mon adversaire a très bien joué. Il a un bel avenir.»

168e mondial, Thomas Schoorel, 21 ans, a obtenu six balles de break dans cette partie, dont trois pour obtenir le gain de la première manche à 4-5, 0-40. Mais il n'en a converti aucune. Federer a remporté les points importants, alignant cinq points consécutifs alors qu'il était mené 2-3 dans le jeu décisif. Le Suisse n'a eu que deux balles de break sur le très bon service de ce joueur de 2,02m et a converti la première à 2-1 dans le deuxième set.


Nadal sans souci


Rafael Nadal a tranquillement négocié son premier match de l'année en dominant mardi le Slovaque Karol Beck au premier tour du tournoi de Doha (6-3, 6-0). Face au 103e mondial, l'Espagnol a seulement connu quelques ratés sur son service en début de match, défendant une balle de break dans le premier jeu puis se faisant débreaker à 3-1. Mais le n°1 mondial a ensuite déroulé son jeu, terminant à 70% de premières balles. «(Beck) n'a pas joué à son meilleur tennis aujourd'hui», a estimé Nadal, qui s'est «senti de mieux en mieux au fur et à mesure du match.» Il affrontera au prochain tour le vainqueur d'un autre duel slovaquo-espagnol entre Lukas Lacko et Pere Riba.


PROGRAMME DE MERCREDI

Center Court (à partir de 15h30, 13h30 en France)

Sergiy Bubka (UKR/WC) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°3) : 0-0
Marco Chiudinelli (SUI/Q) - Roger Federer (SUI/n°2) : 0-1
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Lukas Lacko (SVQ) : 1-0
Nikolay Davydenko (RUS/n°4) - Jarkko Nieminen (FIN) : 2-2


Court 1 (à partir de 15h30, 13h30 en France)

Viktor Troicki (SER/n°6) - Teimuraz Gabashvili (RUS) : 2-0
Antonio Veic (CRO/Q) - Ernests Gulbis (LET/n°5) : 0-0


Court 2 (à partir de 16h00, 14h00 en France)

Ivo Karlovic (CRO) - Phillip Kohlschreiber (ALL/n°8) : 1-1


Court 3 (à partir de 16h00, 14h00 en France
)

Guillermo Garcia-Lopez (ESP/n°7) - Ilia Marchenko (UKR) : 0-0
# 05/01/2011 à 23:55 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

García-López - Marchenko 6-1,6-4
Karlovic - Kohlschreiber 7-6(7/5),6-7(4/7),7-6(7/2)
Davydenko - Nieminen 6-4,7-5
Gulbis - Veic 6-3,6-1
Nadal - Lacko 7-6(7/3),0-6,6-3
Federer - Chiudinelli 7-6(7/5),7-5
Troicki - Gabashvili 6-3,6-1
Tsonga - Bubka Jr. 6-2,6-4


Nadal a souffert

Ruisselant de sueur dans la chaleur qatarie, Rafael Nadal a serré le poing avec hargne, sincèrement soulagé, quand il a réussi à se débarrasser de Lukas Lacko en huitièmes de finale du tournoi de Doha. Mercredi, il a eu besoin de trois sets (7-6[3], 0-6, 6-3) pour éliminer le n°1 slovaque, 24 heures après avoir sorti le n°2. Ne trouvant jamais le rythme, l'Espagnol a souffert du début à la fin, se faisant breaker dès le quatrième jeu du match par un adversaire qui valait mieux sur le coup que sa 89e place à l'ATP.

«Il a très bien joué, il a fait un super match. Contre lui, ça aurait été difficile pour tout le monde aujourd'hui», a estimé Nadal. Dans la deuxième manche, l'Espagnol a même concédé sa première roue de bicyclette (0-6) depuis près de deux ans et une défaite en finale du tournoi de Rotterdam face à Andy Murray (6-3, 4-6, 6-0). Capable de repartir de l'avant dans le troisième set, il a mené 4-0 mais a encore permis à Lacko de recoller à 4-3 après avoir laissé passer trois balles de 5-2. En quarts, Nadal affrontera le Letton Ernests Gulbis.
X.C.


PROGRAMME DE JEUDI

Central (à partir de 15h30, 13h30 en France)

Guillermo Garcia-Lopez (ESP/n°7) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°3) : 1-2

Viktor Troicki (SER/n°6) - Roger Federer (SUI/n°2) : 0-1

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Ernests Gulbis (LET/n°5) : 3-0

Nikolay Davydenko (RUS/n°4) - Ivo Karlovic (CRO) : 4-1
# 06/01/2011 à 23:53 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Davydenko - Karlovic 6-3,7-5

Nadal - Gulbis 7-6(7/3),6-3

Federer - Troicki 6-2,6-2

Tsonga - García-López 7-6(7/4),7-6(11/9)


Nadal l'insubmersible


Diminué par un virus, Rafael Nadal tient le choc et domine (7-6, 6-3) Ernests Gulbis pour se qualifier en demi-finale.

Dépasser la douleur, c'est sa marque de fabrique. Sous antibiotiques depuis le début de la semaine, Rafael Nadal grimace. Il ne se plaint pas, il joue... et il gagne. Contre Lukas Lacko, il a souffert. Contre Ernests Gulbis, il souffre un peu et il gagne (7-6 [3], 6-3 en 1h51') encore pour se qualifier en demi-finales face à Nikolay Davydenko ou Ivo Karlovic. Seules ses petites inconstances et quelques fautes directes inhabituels donnent des signaux de sa relative faiblesse momentanée. Mais un Nadal fatigué vaut bien physiquement deux joueurs moyens ! Il ne lâche rien...

Quand le Letton lui inflige trois jeux d'affilée pour revenir à 4-4 et mener (0-40), l'Espagnol s'accroche encore et toujours. Il efface ses trois balles de break avec deux grands coups droits et un ace. Il connaît le danger. En trois confrontations face au 24e mondial, il a toujours perdu un set, même sur terre battue l'an dernier à Rome. Alors il se méfie. Mais il sait que le talent d'Ernests Gulbis est son principal atout et son principal ennemi.

La constance prévaut sur le coup génial
Le troisième point du tie-break s'apparente au péché de gourmandise avec une amortie de revers en sautant qui finit dans le bas du filet. Et ce jeu décisif démontre toute la différence entre un immense champion et un excellent joueur. Rafael Nadal serre le jeu, Ernests Gulbis craque en coup droit. La constance vaut davantage qu'un point génial (33 fautes directes pour 31 points gagnants pour Gulbis).

Le Letton ne tient pas le bras de fer physique, le coup droit du Majorquin se transforme en uppercut, sa défense demeure insubmersible et ce travail de sape finit par un break à 2-2 au deuxième set. Plus le temps passe, plus les coups du numéro 1 mondial font mal. Plus il trouve les failles et enchaîne les points gagnants (27 points gagnants pour 11 fautes directes). Dépasser la douleur, ce n'est pas donné à tout le monde.
S.D


PROGRAMME DE VENDREDI


Court central (à partir de 15h30, 13h30 en France)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°3) - Roger Federer (SUI/n°2) : 1-2

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Nikolay Davydenko (RUS/n°4) : 4-5
# 08/01/2011 à 01:04 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Nadal n'avait plus la force

Diminué par un virus grippal, Rafael Nadal cède (6-3, 6-2) contre Nikolay Davydenko. En finale, le Russe affrontera Roger Federer.

Nikolay Davydenko et un virus grippal terrassent (6-3, 6-2) Rafael Nadal. Quand l'Espagnol est privé de son physique, il devient presque ordinaire. Sans énergie, il a le mérite d'essayer. Pourquoi pas ? Contre Lukas Lacko et Ernests Gulbis, c'est passé... Face au Russe, ses chances sont aussi élevées qu'un joueur de casino devant une roulette. Le jeu, le mental et le physique sont du côté du 22e mondial.

Nikolay Davydenko joue vite, impose une cadence infernale avec ses prises de balle précoces et se déplace comme une mobylette. Dans le jeu, le numéro 1 mondial apparaît donc sans solution malgré un break à 1-1 au premier set. Sa balle ne gicle pas, atterrit dans le carré de service et son souffle est court. A 6-3, 2-0, il appelle le médecin. L'abandon plane, mais ce n'est pas le genre de la maison. Pourtant sans physique, son jeu devient ordinaire. Il n'a pas le jeu ni le physique... Reste le mental.

Davydenko tient à son bien

Contre un joueur lambda, son ascendant psychologique compense parfois une défaillance. Contre Nikolay Davydenko de retour à son meilleur niveau après sa saison 2010 polluée par les blessures, il ne possède pas cet avantage. L'ancien numéro 3 mondial reste sur trois victoires consécutives contre le Majorquin et détient suffisamment d'expérience pour gérer ce match bizarre. Alors il joue son match. Simplement.

Fair-play, Rafael Nadal n'abandonne pas. Professionnel, Nikolay Davydenko termine son travail. Même un Nadal diminué, il faut le battre. Jusqu'au bout, le numéro 1 mondial essaie, se bat pour éviter un nouveau 6-0 dans le tournoi, jette ses dernières forces dans un sursaut d'orgueil et sauve des balles de match. Mais il doit reprendre son souffle sur les longs échanges et le 22e mondial n'est pas un joueur ordinaire. Alors le Russe reste concentré et compte bien démontrer son retour en forme pour sa 17e confrontation (14-2 pour le Suisse) avec Roger Federer. Malgré son 22e rang mondial, le tenant du titre tient à son bien.
S.D.


Federer encore trop fort


Malgré une bonne résistance au deuxième set, Jo-Wilfried Tsonga s'incline (6-3, 7-6) contre Roger Federer. En finale, le Suisse sera opposé à Nikolay Davydenko.

Connaissez-vous « le niveleur » ? Non, c'est normal. S'il n'existe pas dans le dictionnaire, il est bien présent sur le court. Avec ce petit néologisme, Jo-Wilfried Tsonga a résumé son défi contre Roger Federer. Lors de ses six derniers mois pollués par sa blessure au genou, le Français a disputé douze matches dont trois à Doha. Alors cette demi-finale contre le numéro 2 mondial prend des allures d'examen de passage : «C'est lui qui va me dire si je suis prêt ou si je suis loin du compte. Et si je me fais éclater, ça voudra dire qu'il faut que je travaille.»

Après sa victoire (6-3, 7-6 [2] en 1h21'), le « niveleur » lui apporte une petite réponse. JWT n'est pas si loin, mais il reste du travail. Et le scénario du match illustre le chemin de la reconstruction. Que faut-il pour revenir ? Du temps, du rythme, des repères et du physique. Au premier set, Roger Federer le prend à la gorge d'entrée avec un break. Le Français n'a plus l'habitude d'affronter des joueurs du calibre du numéro 2 mondial et cela se sent dans ses ajustements ou ses choix. Souvent pris de vitesse et avec une petite tendance à surjouer (28 fautes directes pour 20 points gagnants), il force et subit. Toujours aussi facile, Roger Federer distribue (21 points gagnants, 17 fautes directes).

Mais à 6-3, 1-1 (15-40), le protégé d'Eric Winogradsky commence à montrer son vrai visage. Il s'engage davantage dans ses frappes, prend les échanges à son compte et donne une belle réplique au Suisse. A l'heure du verdict, il retombe (logiquement) dans la précipitation. Au tie-break, il force en coup droit et laisse le « niveleur » conclure en voltigeur au filet. Ni trop loin, ni trop proche, Jo-Wilfried Tsonga manque simplement de rythme et de repères. Ces fameux petits détails qui font toute la différence contre les meilleurs, sont encore à peaufiner. Mais il est sur le bon chemin. Face au « niveleur », cela ne trompe pas.
S.D


Nadal a besoin de repos

Rafael Nadal, fiévreux depuis le début de la semaine à Doha, a annoncé qu'il retarderait d'au moins deux jours son départ pour l'Australie où se déroule la première levée du Grand Chelem, à partir du 17 janvier.
Dans la foulée du tournoi de Doha, Rafael Nadal devait se rendre en Australie où débute la première levée du Grand Chelem dans 10 jours (17-30 janvier). Mais souffrant de fièvre, l'Espagnol ne devrait pas quitter tout de suite le golfe Persique. "Dans mon état, je pense qu'il est plus raisonnable que je me repose tranquillement", a déclaré le N.1 mondial qui restera au moins deux jours de plus que prévu à Doha, afin de se soigner.

Sous antibiotique depuis le début de la semaine, le champion espagnol devrait le rester encore quelque jours, le temps de guérir complètement. "Je reste ici parce que je dois être en forme avant de prendre l'avion", a-t-il ajouté. "Parfois, si vous prenez l'avion dans cet état là, cela peut empirer, et puis, je n'ai pas grand chose à faire dans l'immédiat en Australie".

Vendredi, en demi-finale du tournoi de Doha face à Nikolay Davydenko, Nadal a plusieurs fois grimacé. Le numéro un mondial a même fait appel au médecin au début du deuxième set. "J'ai un moment songé à abandonner, a expliqué l'Espagnol, sévèrement battu au final par le Russe (6-3, 6-2). Je n'avais aucune chance de gagner ce match. Je m'en suis rendu compte rapidement, après quatre/cinq jeux".

Mais l'Espagnol n'est pas du genre à lâcher si facilement. Mené 5-0 dans la seconde manche, il a eu un sursaut d'orgueil avant de flancher définitivement (6-2). "Je ne me sentais vraiment pas bien, a-t-il conclu, mais c'est difficile pour moi de quitter prématurément un court, ce n'est pas très fair-play vis-à-vis du public, des organisateurs, de l'adversaire, aussi." Nadal a tout de même eu la force de remporter le double dans la foulée aux côtés de son compatriote Marc Lopez...
eurosport.fr


PROGRAMME DE SAMEDI


Court central (à partir de 16h30, 14h30 en France)

Nikolay Davydenko (RUS/n°4) - Roger Federer (SUI/n°2) : 2-14
# 08/01/2011 à 20:11 Nico
L'habitude Federer

Tombeur de Nikolay Davydenko (n°4), samedi, en finale (6-3, 6-4 en 1h19'), Roger Federer (n°2) remporte le 67e titre de sa carrière sans concéder le moindre set.

Le rideau de la saison 2010 est tombé sur le succès de Roger Federer aux ATP World Tour Finals. 2011 s'ouvre par son 67e titre, le troisième à Doha (après 2005 et 2006). Le Suisse s'est bien incliné en finale du tournoi-exhibition d'Abu Dhabi, au tout début du mois, face à Rafael Nadal, son rival légendaire. Qu'importe... Il n'a plus connu la défaite sur le circuit "officiel" depuis les demies du BNP Paribas Masters, en novembre, face à Gaël Monfils.

Face au tenant du titre Nikolay Davydenko, qui ne l'a battu que deux fois en seize confrontations précédentes - sa dernière victoire remontant au tournoi de... Doha, l'an dernier (6-4, 6-4) -, l'élève de Paul Annacone, très relâché, signe un break blanc dès le deuxième jeu sur un revers long de ligne à vive allure (2-0). Imperturbable sur son engagement (4 aces, 76% de points gagnés derrière sa première, aucune balle de break concédée), il impose son rythme. En face, le Russe, tombeur la veille d'un Rafael Nadal souffrant, n'a pas le temps de s'organiser (18 fautes directes au total).

S'il sauve six balles de premier set, à 2-5, lors d'un jeu long de douze minutes, le 22e mondial craque dans la foulée, sur un coup droit décroisé imparable (6-3 en 40 minutes). Supérieur dans tous les compartiments, Roger Federer aligne les points gagnants (25) et multiplie les montées au filet (83% de réussite). Privé de solution en retour, son vis-à-vis tient grâce à son service jusqu'à 4 partout dans la seconde manche.

Son chant du cygne. Un dernier break - blanc -, un dernier jeu - blanc - et Roger Federer peut de nouveau lever les bras au ciel. Une bonne habitude. «C'est super ! Je n'arrive pas à y croire, la saison débute à peine et je gagne déjà, se réjouit-il au micro du stade. Le plateau était très relevé avec Rafael (Nadal) mais aussi Nikolay (Davydenko), qui est vraiment en train de revenir à son meilleur niveau après une saison 2010 perturbée par les blessures. M'imposer ici, c'est de bon augure pour la suite de la saison». «Federer n'a jamais aussi bien joué qu'aujourd'hui face à moi. Il était imbattable avec des coups si rapides et si difficiles à jouer. S'il parvenait à maintenir ce niveau tout au long de l'année, il peut redevenir N.1 mondial», a reconnu Davydenko. A bon entendeur.
J.G. (Avec AFP)
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×