La master Cup avec 2 francais

Auteur  
# 03/11/2008 à 19:48 Thomas
Bonjour a tous les nadaliens. Rafael Nadal n'ira donc pas à la Masters cup en raison de saison très éprouvente et de sa blessure au genou et autres blessures ... Nous retrouvons peut-etre donc notre rafa pour la coupe Davis dans l'equipe d'espagne face à l'Argentine. Mais Rafa sera t-il en forme pour la finale de la coupe Davis ? Affaire a suivre dans le sujet sur la finale de la coupe Davis.
Rafa ne participe donc pas a la masters cup mais je vous donnerai quand meme toutes les infos et resultats sur ce tournoi bien évidemment, c'est un touroi très important avec de plus 2 francais : Tsonga et Simon !
# 03/11/2008 à 19:52 Thomas
Nadal forfait, Simon titulaire
Tennis - Masters Cup Shanghai



Epuisé par sa saison, l'Espagnol Rafael Nadal vient d'annoncer son forfait pour la Masters Cup de Shanghai. Les malheurs du n°1 mondial font donc le bonheur de Gilles Simon, 9e à l'ATP. Le Français ira en Chine dans la peau d'un titulaire, tout comme Jo-Wilfried Tsonga, et non d'un remplaçant.

Nadal, qui avait abandonné vendredi au Masters de Paris-Bercy en raison d'un problème à la cuisse droite, a annoncé sur son site internet que le calendrier avait été "très dur" et qu'il ne disposait pas en cette fin de saison de la "fraîcheur physique nécessaire pour affronter avec toutes les garanties les derniers tournois".

Le Français Gilles Simon, finaliste du Masters de Madrid et premier remplaçant (N.9 au classement de la "Race"), accompagnera ainsi en Chine son compatriote Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur dimanche du Masters de Paris-Bercy. C'est la deuxième fois que deux Français participeront au Masters après Yannick Noah et Henri Leconte en 1986. Simon sera le 8e joueur français à disputer cette épreuve.

Priorité à la Coupe Davis

"Rafa" Nadal ajoute sur son site donner la priorité à la finale de la Coupe Davis qu'il doit disputer avec son pays en Argentine du 21 au 23 novembre dans la cité balnéaire de Mar del Plata (centre-ouest). "Je prends cette décision (de ne pas aller à Shanghai, ndlr) car je veux être remis pour me préparer pour le rendez-vous important de Mar del Plata avec mon pays. Si je ne vais pas à Shanghai c'est aussi pour ça".

L'Espagnol, qui explique avoir pris "l'une des décisions les plus difficiles" de sa carrière, annonce également avoir rempli son objectif de la saison, devenir N.1 mondial, rang auquel il est assuré de se maintenir quel que soit le résultat du Masters. Il s'excuse par ailleurs auprès des organisateurs du tournoi et de ses supporteurs en Chine et leur donne rendez-vous en 2009.

Plus d'infos à suivre...
# 03/11/2008 à 21:18 Nico
Super pour Simon ! Belle expérience en vue pour les 2 français !

Très bonne décision pour Rafa qui va se soigner énergiquement pour la Coupe Davis car c'est un enjeu pour lui, on ne la joue pas toutes les années ! La Masters il n'y a pas grand chose à gagner (euh...sportivement, car niveau argent c autre chose lol) car les places sont quasi obtenues et la plupart des joueurs sont cuits !

VAMOS !!!
# 03/11/2008 à 21:18 Thomas
Les places au masters sont très chers aussi malheureusement ! Rafa est qualifié depuis 2005 ce qui fait donc 4 fois ! Il n'a pas pu joué en 2005 ni cette année il a joué la moitié du temps mdr !
# 03/11/2008 à 23:15 cath
... hé oui !!! NICO , tu l'as bien dis :
les joueurs sont cuits ...
- RAFA ...out ;et je ne suis pas surprise et il a bien fait !!!qu'il prenne soin de lui ...
- RODGEUR a mal au dos ..
- DEL POTRO a mal au pied ...
- DJOKO ...je sais pas ou il est ...dans sa tete ...
- BLAKE ne veut pas jouer les remplaçants ...je le comprends ..
- et puis TSONGA a une tete comme un gros melon ( et les journaleux le portent aux cieux comme "le messie" )
- et pour RODDICK , ce fut cahotique cete année ...
- DAVIDENKO ??? il me semble , a moins brillé ..

BREF.. VIVE GILLES SIMON!!!!!
# 03/11/2008 à 23:21 Thomas
Bonjour en attendant plus d'info de la masters cup j'ai décidé une ptite devinnette rien que pour vous !
Savez-vous ou en est Djokovic ?
# 04/11/2008 à 01:13 Nico
A Belgrade je crois mdr
# 04/11/2008 à 09:52 Thomas
Non mauvaise réponse tentez votre chance
# 04/11/2008 à 10:49 Nico
Il prend l'avion pour Shangaï donc il est dans les airs...
# 04/11/2008 à 10:56 Thomas
Non plus !
# 04/11/2008 à 13:26 Nico
Ah !!! Il est resté à Belgrade avec le décalage horaire de Shangaï...pour s'habituer sans être obligé de partir trop tôt !
# 04/11/2008 à 13:38 Thomas
Non je ne crois pas non plus Cath ! lol
# 04/11/2008 à 13:45 Nico
Euh...moi c Nico lol
# 04/11/2008 à 14:41 Thomas
J'appelais cath en renffort mdr
# 04/11/2008 à 14:57 cath
c'est trop ça ...je suis par là justement...
DJOKO??? aux fraises , aux chanterelles , le nez en l'air ???
les chanterelles plutot à cette saison ...
DJOKO !!, baisse le nez , regardes donc le bout de tes souliers : les champignons , ça poussent par terre en foret , dans les coins humides ...
: toujours la tête en l'air çe garçon ...
# 04/11/2008 à 15:03 Thomas
comme tu la cassé en 1 message oui tu y est presque il suffit que tu dises ton expression favorite sur Djokovic ! Pauvre Djokovic !
Aurait til moins envie jouer au tennis car il est avec sa compagne !?
# 04/11/2008 à 17:04 Nico
Euh je comprend plus grand chose moi là , Djoko avec sa compagne, l'aurait-il trouvé à la campagne... Non, pas possible il est censé chercher la solution à tous ses maux...à moins qu'il ne trouve les bons mots...oh la on y perdrait son latin lol
# 04/11/2008 à 17:38 Thomas
alors il est ou en est Djoko dans les ... ???
# 04/11/2008 à 19:36 Thomas
Image


Rafael Nadal a été contraint à l’abandon à Bercy.

Suis-je déçu du forfait de Rafael Nadal pour la Coupe Masters? Pour être franc, pas tant que ça. Le nouveau no 1 a été éliminé par Roger Federer à Shanghai au cours des deux dernières années. Je crois qu’il n’aurait pas gagné davantage cette année. Certes, le Majorquin joue mieux sur les surfaces rapides que par le passé. Mais en fin de saison, on le sait, son corps malmené se rebiffe. Quand il n’a pas mal aux pieds, c’est aux genoux ou à la fesse. Alouette! Bref, Nadal n’aurait probablement pas brillé. Alors, autant qu’il laisse sa place au sympathique Gilles Simon.

Le Français ne sera d’ailleurs pas le seul nouveau visage cette année. Il sera accompagné de son compatriote Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur à Bercy et finaliste à Sydney. Il sera intéressant de voir ce que le grand Jo peut accomplir, en cette fin d’année, contre les meilleurs.

Andy Murray sera à Shanghai pour la première fois. Terreur du circuit depuis juillet, il pourrait bien gagner ce tournoi. Juan Martin del Potro, considéré par plusieurs comme la révélation de l’année, viendra tenter de justifier son rang. À moins que son orteil et la Coupe Davis ne l’incitent à déclarer forfait lui aussi.

Novak Djokovic voudra faire oublier ses performances décevantes des derniers mois. Quant à Federer, sous réserve de sa blessure au dos, il ne laissera pas facilement détrôner. Il ne faut pas oublier qu’il a soulevé cette coupe quatre fois au cours des cinq dernières années.

**** Article écrit par cyberpresse MR roux****

[URL=http://img254.imageshack.us/my.php?image=rafa31wq4.jpg]


Quelques réactions de fans de tennis n'appréciant pas forcément Rafa :

*Nadal est tout un joueur, mais honte à lui de blâmer le calendrier de l’ATP. S’il ne jouait pas si loin derrière la ligne de fond, il aurait beaucoup moins de terrain à parcourir et beaucoup moins de changements de direction brusques à effectuer. Je me suis toujours demandé comment son corps pouvait survivre à un style de jeu aussi “brutal”.


*A-t-on demandé à Maurice Richard, Guy Lafleur, Mario Lemieux de changer leur style de jeu? Nadal a déjà amélioré son jeu c’est déjà quelque chose mais comment peut-on lui demander de changer son style et de jouer par exemple comme Federer? Il n’y arriverait jamais ça me semble évident chaque joueur ayant ses propres forces et faiblesses (aussi minimes soient-elles). Et dans le cas de Nadal il faut dire que ça lui a réussi puisqu’il est au premier rang aujourd’hui. Pas si mal pour celui que l’on considérait il n’y a pas encore longtemps un spécialiste exclusivement de terre battue.

Ce qu’il devra faire est tout simplement de s’absenter de tournois pour se donner la possibilité de récupérer puisque l’ATP ne veut rien savoir de la revendication des joueurs de réorganiser le calendrier. Dois-je répéter que cette revendication vient de l’association des joueurs, une revendication que l’association a chargé Nadal de supporter en tant que vice-président alors que le président Federer a le mandat de faire progresser le dossier des bourses. Il serait intéressant d’entendre sur ces sujets le troisième membre de l’exécutif de l’association des joueurs qui est Djokovic.

Finalement Nadal n’a pas fait le choix entre Shanghai et la Coupe Davis. Il n’est pas en mesure d’être à 100% pour jouer à Shanghai et le doute subsiste toujours quant à sa participation à la Coupe Davis. Une bonne décision de sa part quant à moi et j’espère que son équipe suivra ce même cheminement à l’avenir quitte à perdre le premier rang de l’ATP.

Comme M. Roux, je suis très heureux dans ces circonstances de voir un Simon faire son entrée à ce tournoi et je ne crois pas qu’il le fera par la porte d’en arrière.


*Pauvre, pauvre petit Nadal.

Après avoir participé à toutes les rondes de la Coupe Davis…
Après avoir joué en double dans 8 tournois cette saison pour un total de 18 matches supplémentaires…
Après être allé perdre son temps dans des tournois non-obligatoires comme Barcelone, Rotterdam, Queen’s, Chennai et Dubaï…

Il est fatigué !

C’est sûrement la faute à l’ATP.

Federer (2004-2008) n’a presque pas joué en coupe Davis, ni en double, et il a rarement participé à plus de 3 tournois International Series la même année. Résultat : il n’a jamais semblé épuisé en fin de saison.

@ coquine

Je crois que Nadal et Federer ont tort de vouloir changer le calendrier qui convient à la grande majorité des joueurs qui, eux, jouent rarement plus de 2 ou 3 matches par semaine et peuvent par conséquent jouer à chaque semaine si bon leur semble. Du chiâlage de bébé gâté.

P.R. - Bon point comme toujours. Le calendrier convient en effet à la majorité des joueurs. De plus, à l’époque où il était moins chargé, les joueurs jouaient des matchs d’exhibition, un «fléau» que l’ATP ne veut pas voir réapparaître. En fait, les blessures sont davantage dues aux surfaces (trop dures) qu’au nombre de tournois. J’y reviendrai. Pour ce qui est de Nadal, il est l’artisan de son propre malheur en gérant mal son calendrier.


*Je suis de l’avis que tout est de la faute de Rafa; le calendrier meurtrier de l’ATP, la crise économique mondiale, l’ingérence militaire en Irak et en Afghanistan, les épidémies en Afrique Équatoriale, la criminalité dans les grandes villes nord-américaines, l’érosion du pouvoir d’achat de la classe moyenne dans les pays industrialisés, Marion Bartoli, Coquine…
# 04/11/2008 à 20:23 cath
DJOKO a cette heure çi , avec le décalage horaire , il est dans les bras de morphée ...
DJOKO quant -y-veut ...le nez dans le gazon , y cherche son trefle à 4 feuilles ..
# 04/11/2008 à 20:26 Nico
Ouh la la, faîtes le tri et gardez ce que vous voulez mdr, yen a pour tous les goûts lol

Ce qui fait la richesse est la diversité, alors là on est servis !

Ce qu'il faut éviter c l'irrespect sous toute forme et pour cela argumenter ce qu'on avance est déjà un premier pas... ça évite la multiplicité des actes gratuits...car cela décourage les "auteurs"...et permet bien souvent d'avancer concrètement...

VAMOS !!!
# 04/11/2008 à 20:46 cath
hé bien voila NICO , encore une fois , tu viens de lire dans mes pensées ...
c'est le grand déballage la au dessus :
"pauvre petit nadal" , par exemple ...franchement , il faut etre honnete !! quand on voit tout le travail accompli par RAFA toutes ces années : quel bosseur !! quel courage !!! depuis tout petit ...il travaille sans relache avec passion et joie de vivre ...

ou bien : " le calendrier convient a une grande majorité de joueurs " !!???
ah bon ??? ils en souffrent tous !!
"du chialage de bébés gatés ." : quelle méconnaissance du tennis , du calendrier, de l'exigence de ce sport ... et heureusement que les mieux classés prennent la parole ...on écouterait les plaintes du numéro 40 mondial ??hé non !!! les plus célebres prennent donc la parole !!
et pourtant , faut déja le faire d'etre 40eme mondial ...
# 04/11/2008 à 20:57 Thomas
et oui j'ai voulu vous montrez les gens un peu de mauvaise foie qu'il y avait dans ce monde ! Et par contre cath tu le répète tout le temps, djoko quand y veux il est dans les ............ ! Tu y est presque !
# 04/11/2008 à 22:36 Thomas
Participation au Masters: Toni Nadal a envoyé un texto à l'entraîneur de Gilles Simon



— L'entraîneur de Gilles Simon, Thierry Tulasne, s'est souvenu avec émotion mardi du texto que lui a envoyé Toni Nadal, l'oncle et coach du N.1 mondial Rafael Nadal après le forfait de ce dernier pour le Masters qui permet à Simon de disputer le tournoi à partir de dimanche.

"J'ai reçu un texto très gentil de la part de Toni qui m'a félicité pour la qualification de Gilles et qui lui souhaité bonne chance. Ca m'a touché car il a dû être très déçu du forfait de +Rafa+", a déclaré Tulasne à la veille du tirage au sort mercredi.

L'annonce lundi du forfait de Rafael Nadal, touché à un genou, a ouvert la porte à Simon, 9e mondial, qui était en position de premier remplaçant pour le Masters, tournoi rassemblant les huit meilleurs joueurs de la saison à partir de dimanche à Shanghai.

"C'est un rêve, on est super excités de partir (mercredi), a ajouté Tulasne. Jouer le Masters, ça ne fait que trois semaines que Gilles y songe. Avant, il n'y pensait même pas en rêve. Ca va beaucoup plus vite que prévu. On espérait qu'il terminerait l'année dans les 20 premiers. Là il est déjà 9e avec le Masters en prime."

Simon ne boude évidemment pas son plaisir même s'il aurait préféré se qualifier à la régulière. "Pour que j'y aille, il fallait qu'il y en ait un qui se blesse. Ce n'est pas du tout dans ma nature d'espérer cela. Il y a une forme de respect entre nous les joueurs. Ce n'est pas possible de souhaiter à +Rafa+ d'avoir tellement mal au genou pour qu'il doive me laisser sa place."

"Mais je suis très content d'y aller. Et, au fond de moi, je ne pense pas non plus voler ma place. Je le mérite autant qu'un autre."

Depuis son élimination en huitièmes de finale à Bercy, Simon, 23 ans, a complètement coupé avec le tennis et ne reprendra la raquette qu'à son arrivée en Chine jeudi.

"J'avais vraiment besoin de couper, mentalement surtout, je n'ai rien fait et ça m'a fait du bien. Sur place j'aurai le temps pour me remobiliser et être au top", a souligné le natif de Nice qui a déjà annulé à deux reprises des vacances à l'île Maurice lors de cette fin de saison au prolongement inespéré.


Tendinite au genou droit pour Nadal
Le numéro un mondial, l'Espagnol Rafael Nadal, forfait pour le Masters de Shanghai, souffre précisément d'une tendinite au genou droit.
Rafael Nadal, qui a voulu privilégier la finale de la Coupe Davis contre l'Argentine (21-23 novembre) en renonçant au Masters, a passé des examens mardi et devra se soumettre à un traitement d'anti-inflammatoires, de physiothérapie et de cryothérapie. Le numéro un mondial pourrait reprendre l’entraînement à la fin de cette période de repos s'il ne ressent plus de douleur. Nadal devra se soumettre à des examens complémentaires lundi prochain.
# 05/11/2008 à 01:04 Nico
Djoko serait-il dans le choux ??? Oh...pas sûr lol

Le texto de Toni, bien gentille attention fidèle au personnage je pense.

Rafa va donc entamer une cure de soins, puisse-t-elle être bénéfique !

VAMOS !!!
# 05/11/2008 à 08:53 Thomas
non il ne sera pas dans les choux mais dans les ...... !
# 05/11/2008 à 10:00 Nico
Nuages...ou fraises, lequel est le plus terre à terre lol ?
# 05/11/2008 à 23:42 Nico
Le big sérieuxre prend ses droits avec le tirage au sort de Shnagaï et les 2 groupes désormais connus !


Simon moins chanceux que Tsonga

Gilles Simon est, a priori, le moins fortuné des deux Français présents à la Masters Cup selon le tirage au sort effectué mercredi. Le Niçois retrouvera Federer, Roddick et Murray. Son compère Jo-Wilfried Tsonga sera dans la poule de Djokovic, Davydenko et de Del Potro.

Alors que Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon sont confortablement installés dans l'avion qui les envoie à Shanghai, le tirage au sort des deux poules de la Masters Cup a eu lieu ce mercredi matin. Si pour le premier nommé, les demi-finales sont clairement jouables, le second devrait éprouver quelques difficultés pour rallier le dernier carré. Les deux Français, amis dans la vie, redoutaient de jouer l'un contre l'autre, cela ne sera pas le cas.

Récent vainqueur du Masters Series de Paris-Bercy, Tsonga a été parachuté dans le groupe "or", celui dans lequel il affrontera le Serbe Novak Djokovic, le Russe Nikolay Davydenko et l'Argentin Juan Martin Del Potro. Quant à Simon, invité de dernière minute après le forfait de Rafael Nadal victime d'une tendinite à un genou, il sera opposé, dans le groupe "rouge", au numéro deux mondial et tenant du titre, le Suisse Roger Federer, à l'Américain Andy Roddick, qui vient de le dominer en deux sets à Paris-Bercy, et au Britannique Andy Murray, tombeur du Français en finale du Masters de Madrid il y a un mois.

Jouable pour Tsonga

Pour Tsonga, désormais 7e joueur mondial et tête de série n°6 de cette Masters Cup, l'objectif affiché est de finir dans les deux premiers de la poule, synonyme de qualification pour les demi-finales. Le Français n'a rien à envier à ses adversaires. Novak Djokovic ne pourra pas dire le contraire. Le Serbe, pourtant vainqueur face au Français en en finale de l'Open d'Australie, vient d'être battu deux fois consécutivement par Tsonga, en finale du tournoi de Bangkok et en huitième de finale à Bercy.

Diminué en raison d'un problème d'ongle à un orteil, Juan Martin Del Potro, qui disputera la finale de la Coupe Davis quatre jours plus tard, et le Manceau ne se sont affrontés qu'à une seule reprise. Et c'est l'Argentin de 20 ans qui s'était imposé en août 2007 à New Haven. Même bilan pour le Français face à son troisième et dernier adversaire, le Russe Nikolay Davydenko (défaite à Moscou en 2007), récent demi-finaliste à Paris-Bercy et qui semble être revenu à son meilleur niveau.

GROUPE ROUGE

Roger Federer (SUI/N.1)
Andy Murray (ECO/N.3)
Andy Roddick (E-U/N.5)
Gilles Simon (FRA/N.8)

GROUPE OR

Novak Djokovic (SER/N.2)
Nikolay Davydenko (RUS/N.4)
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.6)
Juan Martin Del Potro (ARG/N.7)

Eurosport - F.X. RALLET
# 06/11/2008 à 01:41 cath
( ....dans les pommes.. ??)

bon .merçi pour ces résumés !!!j'ai lu une bonne interview de SIMON : excellent et lucide ce jeune homme ...
à mon avis , tout est possible dans ce tournoi ..
TSONGA numéro 7 mondial ???
il ne perd pas de temps !!!

quant à notre RAFA ...il prendra le temps qu'il ...prendra pour revenir: sera t'il à la coupe davis ???
si j'ai bien lu une interview quil a donné ...il attend de voir comment sa blessure va guérir pour etre sur de rejouer
je t'embrasse mon RAFAEL ...

à bientot , fAns de RAFA !!!!!
# 08/11/2008 à 18:10 Thomas
mais non pas dans les pommes ! Dans les (fleurs) Allez cap sur le masters !
# 09/11/2008 à 00:54 Nico
Et voilà c parti pour le Masters !

PROGRAMME DU JOUR

Jo-Wilfried Tsonga fera son entrée dans le Masters dès dimanche, face au Russe Nikolay Davydenko.

Dimanche (14h00 locale, 07h00 heure française):

Novak Djokovic (SER) - Juan Martin Del Potro (ARG) : 1-0

Nikolay Davydenko (RUS) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA) : 1-0
# 09/11/2008 à 14:03 Thomas
Avec Tristesse Tsonga Tsunami perd son premier match face a un certain revenant qui était très décontracté à Paris et qui joué pour le fun et se monsieur s'appelle Nicolay Davydenko et a donc battu Monsieur Tsonga. Mais un match très très très très très très très très très serrés Nous avons aussi un revenanant qui n'a rien foutu et qui était donc dans les Roses ! Ce Novak Djokovic a surement du bien joué surtout qu'il jouait très mal ces matchs face aux meilleurs mondiaux ces derniers temps la preuve avec l'article des deux matchs :

Tsonga cale devant Davydenko
Tennis - Masters Cup Shanghai


Jo-Wilfried Tsonga a perdu son premier match de la Masters Cup face à Nikolay Davydenko (6-7, 6-4, 7-6), dans le groupe or. Le Français, explosif dans la première manche, a subi un contre-coup physique ensuite. Djokovic avait battu Del Potro (7-5, 6-3), soit la 1re victoire du Serbe en Masters.

MASTERS CUP - Round Robin (Phase de groupe) - GROUPE OR

Nikolay DAVYDENKO (RUS) bat Jo-Wilfried TSONGA (FRA) 6-7 (6/8), 6-4, 7-6 (7/0)
Face-à-face : 2/0 pour Davydenko.
> Le film du match

Le ressort parisien est usé. Jo-Wilfried Tsonga n'avait visiblement pas les ressources physiques pour dérégler l'horloge de Nikolay Davydenko. Pendant un set, le premier, et pendant quelques jeux à la fin du troisième, le vainqueur du MS de Paris-Bercy a tourné à plein régime. Le public du Qi Zhong stadium, qui l'a soutenu toute la partie, y a cru aussi jusqu'au dernier jeu décisif. Privé du jeu de jambes nécessaire à la propulsion de ses coups, le Manceau n'y a pas inscrit le moindre point. Il venait pourtant de remonter un break de retard. A Bercy, face à Andy Roddick, l'électricité dans l'air de la capitale lui avait permis de renverser la vapeur. A Shanghai, Tsonga n'a pas la même autonomie.

En termes de spectacle Nikolay Davydenko évolue aux Antipodes de Tsonga. En Chine, cela peut être efficace. Plus rapide que le Français dans l'échange, le Russe a offert le premier set sur quelques maladresses à la volée. Dans le premier jeu décisif, alors qu'il possédait un mini-break d'avance, Nikolay a réalisé des volées de revers à deux mains qu'il faudrait effacer de tous les magnétoscopes des écoles de tennis.

Mené 6-7, puis 0-1, service Tsonga à suivre dans la seconde manche, le N.5 mondial n'a rien changé à sa façon de faire. Prises de balle précoces, "balayage" en règle de la ligne de fond de court adverses et quelques clous opportuns enfoncés côté revers de Tsonga. C'est à ce moment du match que le Français dévisse. Physiquement, on sent un ralentissement. Les pas d'ajustements ne sont pas faits, les fautes directes, qui se compteront au total à 43 (contre 37 tout de même pour le Russe) s'accumulent.

Décompression ou blessures pour Tsonga ?

Les approximations du deuxième set se transforment en grossières erreurs au début du troisième. Davydenko joue de son orgue de barbarie, et Tsonga multiplie les fausses notes. En pleine possession de ses moyens, il avait connu des difficultés à lire le service de son adversaire. Dans la dernière manche, il a maintenu le suspense avec l'énergie de la bête encerclée. Mené 0-3, il débreake à 5-4 en lâchant tous ses coups droits. Dans le tie-break, privé de la marge de sécurité qu'il avait à Bercy avec sa première balle, il s'est désintégré. A près de 80% de réussite derrière ses premières balles au premier et même au second set, il était tombé au troisième à 56%.

Le spectacle a été au rendez-vous. Il ne fallait pas manquer cette balle de match sauvée sur une montée au filet amortie (à 5-3). La rage de vaincre aussi. Mais face aux mécaniciens en chef du circuit, sans première balle, cela ne suffit pas. Et cela ne suffira pas contre Novak Djokovic. Une chance subsiste pour Tsonga: Del Potro est dans une situation telle qu'il est peu probable qu'il se transcende lors des deux prochains matches. Si l'Argentin les joue. On attend ainsi impatiemment le quatrième match de la saison face à Novak Djokovic...

Novak DJOKOVIC (SER) bat Juan Martin DEL POTRO (ARG) 7-5, 6-2
Face-à-face : 2/0 pour Djokovic.
# 10/11/2008 à 00:25 Nico
Simon face au Maître des lieux

Après Jo-Wilfried Tsonga, Gilles Simon fait son entrée en Masters Cup face à Roger Federer, N.2 mondial et quadruple vainqueur, lundi matin à Shanghai. Un peu plus tard, la guerre des Andy aura lieu entre Roddick et Murray.

PROGRAMME DU JOUR

Roger FEDERER (SUI) - Gilles SIMON (FRA)
Face-à-face : 1-0 Simon

Gilles Simon n'aura pas de temps à perdre dans le prestigieux tournoi chinois. Dès son premier match, le Français affronte Roger Federer, certes redescendu N.2 mondial depuis leur dernière rencontre, mais quadruple vainqueur de la Masters Cup. Cette confrontation remonte au mois de juillet, au 2e tour du Masters Series du Canada qui annonçait l'éclosion du Français dans le Top 20 mondial, quelques jours après le gain de son deuxième trophée ATP de la saison à Indianapolis. Vainqueur du Suisse en trois sets (2-6, 7-5, 6-4) dans un match dont il se souviendra toute sa vie, Simon mène ainsi une victoire à rien face à l'ex-N.1 mondial.

"Par rapport au match de Toronto que j'avais gagné, je pense qu'il sera plus méfiant. Il sera beaucoup moins surpris si ça devenait compliqué pour lui", relativise Gilles qui a du mal à réaliser qu'il est en Chine. Repêché après le retrait de Rafael Nadal, Simon attend ce match face à Federer pour prendre ses marques. "Je n'ai pas encore l'impression d'être rentré dans le tournoi, il y a eu pas mal de presse et de cérémonies. Ici, on est chouchoutés. Je n'ai pas l'habitude et je ne trouve pas forcément agréable d'avoir quelqu'un derrière moi en permanence, mais ça n'arrive qu'une semaine dans l'année donc on va essayer d'en profiter."

Simon comme Hewitt ?

Si Roger Federer reste sur cinq finales de rang, le Suisse n'en a pas réussi toutes ses entrées en Masters Cup. Pour preuve, l'édition 2007 avait vu le Chilien Fernando Gonzalez le battre en trois sets pour la première fois de sa carrière. Forfait en quart de finale à Paris-Bercy, le Suisse semble s'être remis de son mal de dos qui l'avait handicapé il y a quinze jours. Semble seulement, car Federer aurait refusé d'échanger des balles à l'entraînement avec Tsonga afin de reprendre doucement son rythme, sans des coups de boutoir du Français, récent vainqueur à Bercy.

Si la qualification de ce dernier n'étonne pas Federer, il est autrement pour celle de Simon. "Je suis un peu surpris par la présence de Gilles Simon. Mais c'est un grand tacticien, il attend beaucoup et me fait un peu penser à Lleyton Hewitt (ex-N.1 mondial et vainqueur en Masters en 2001, NDLR). De toute façon, tout le monde mérite sa place ici". A Simon de le démontrer.


Andy RODDICK (USA) - Andy MURRAY (GBR)
Face-à-face : 4-2 Murray

On attend les retrouvailles des deux Andy avec envie. Leurs deux dernières confrontations ont tourné court : Roddick avait abandonné à Miami en 2007 et Murray avait déclaré forfait au Queen's en 2008. Avant cela, les deux hommes se sont rendus coup sur coup lors de matches toujours serrés. Le Britannique a toutefois l'avantage d'avoir battu Roddick deux fois plus et de rester sur une belle série : avec trois victoires ATP, dont deux en Masters Series à Cincinnati puis Madrid, et une première finale en Grand Chelem à l'US Open. Malgré trois trophées remportés cette saison, Roddick n'a joué aucune finale majeure en 2008.

Eurosport - S.Petit
# 10/11/2008 à 19:04 Thomas
Eh oui quand je suis rentré des cours je me suis dit je vais voir les infos de la masters cup et je vois que Simon a réédité son exploit ! Je me dis WHAOU ! Mais bon l'expoit de Simon n'etaint pas les souffrances de notre Rafa voir ce sujet http://rafaelnadalbest.e-monsite.com/forum-lire-137799.html

Article eurosport :
Simon assomme Federer
Tennis - Masters Cup Shanghai


Gilles Simon a réussi un exploit en battant Roger Federer, tenant du titre (4-6, 6-4, 6-3) lors de son baptême de Masters Cup à Shanghai. Au prochain match de poule, le Français rencontrera Andy Murray, lui aussi néophyte dans la compétition mais vainqueur d'Andy Roddick (6-4, 1-6, 6-1).

MASTERS CUP - Round Robin - GROUPE ROUGE

. LE MATCH DU JOUR

Gilles SIMON (FRA/N.8) bat Roger FEDERER (SUI/N.1) 4-6, 6-4, 6-3.Face-à-face : 2/0 pour Simon.

"Je savais que je pouvais faire quelque chose", Gilles Simon a de bonnes sensations depuis qu'il est arrivé à Shanghai. Contre Roger Federer, ce monument vivant de l'histoire du tennis, quintuple finaliste de la Masters Cup et quadruple vainqueur, tenant du titre, le Niçois a refait le coup de Toronto. Pour la deuxième fois en deux matches, il a fait plier le Suisse. Si cette défaite ne donne aucune indication sur la suite du tournoi (Federer avait perdu son premier match l'an dernier face à Fernando Gonzalez avant de remporter le titre), elle permet de mettre en perspective la saison de Gilles Simon. Seul joueur avec Andy Murray qui peut se vanter d'avoir fait chuter les N.1, 2 et 3 mondiaux en 2008, Simon n'a jamais caché que son ambition était de battre " régulièrement" les meilleurs.

Comme à Toronto, Gilles Simon ne s'est lesté d'aucun complexe à l'heure de défier le N.2 mondial, à peine remis d'une blessure au dos, mais remonté comme une pendule à l'idée de jouer celui qui l'a fait trébucher de son trône (Federer imputait sa chute à la 2e place mondiale à la défaite de Toronto). Le Français était juste plus "nerveux que d'habitude" car il sentait bien la balle. Dans un premier temps, on a surtout vu la nervosité.

Simon a trouvé la solution dans la profondeur

Le casse-tête proposé au petit scarabée tricolore par le grand Maître a été le suivant : comment se positionner face à un joueur capable d'aspirer ses adversaires avec des chops de revers et de les repousser à n'importe quel moment. Appliqué, Federer avance par petites touches. Simon, qui mettra un set et demi à trouver sa place dans la profondeur du court, joue bien, mais finit toujours le point débordé. A 3-2, le break est fait et le set suit logiquement quelques jeux plus loin (6-4). Et le deuxième set a commencé sur les mêmes bases, avec un break de Federer à 2-1.

L'irrégularité de Federer en coup droit et la faculté de Gilles Simon à modifier son approche tactique de la rencontre ont permis un improbable renversement de situation. A 4-6, 1-2, Federer arrose le court en coup droit et permet à Simon de revenir au score. Suivant un scénario qui a fait sa gloire à Madrid, Gilles a libéré son bras. Son placement a été approximatif pendant de nombreux jeux encore, mais sa volonté d'avancer dans le court a résolu une grande partie du problème. A 4-6, 4-3, le ton est monté d'un cran. A 5-4, Federer oublie qu'il possède une première balle et laisse une petite place pour les passings de Simon. Celui qu'il n'y a plus lieu d'appeler "Poussin" se déploie et s'envole (4-6, 6-4). Le troisième set a été de la même veine : Federer poussif (50 fautes directes au total) et Simon sans retenue.

Les sixième, septième et huitième jeux de la dernière manche ont offert le meilleur du tennis au public du Qi Zhong. Federer sauve trois balles de break à 2-3, 0/40. Normal, se dit-on, c'est Federer. Là où le match est devenu passionnant, c'est que Simon a fait de même dans la foulée. Après avoir écarté trois balles de break à 3-3, 0/40, il a d'ailleurs placé un lob de revers "hewittien" pour remporter son engagement. Un clin d'oeil quand on se rappelait les paroles de Federer : "Simon est un joueur intelligent qui me rappelle Hewitt".

Hewitt aussi avait battu Federer au Canada et à la Masters Cup. Brillant en retour, Simon a cependant montré une nouvelle facette de son jeu pour vaincre Federer version bête blessée : il a pris le filet avec une audace et un toucher prometteur. Timide remplaçant de Rafael Nadal, Gilles Simon vient de se prouver qu'il avait les épaules pour le costume de "Maître".

. L'AUTRE MATCH DU JOUR

Andy MURRAY (GBR/N.3) bat Andy RODDICK (USA/N.5) 6-4, 1-6, 6-1
Face-à-face : 5-2 Murray
# 10/11/2008 à 20:56 cath
hé ben dis donc , DAVIDENKO , quand il se décide , il joue tres tres bien ... qu'est ce que vous voulez que je rajoute !!

VIVE GILLOU !!!!!et attendez , à mon avis ...il a pas fini !!!!
# 10/11/2008 à 22:05 Thomas
Gillous est l'espoir Francais meme si il faut que je le dise doucement Tsonga aussi les gens vont dire " il faut qu'il confirme " C'est ce qu'il a fait toute l'année avec sa finale en Australie ! + 2 titres dont un masters series c'est qui n'est pas arrivé depuis des lustres à un francais qui gagne un masters series ! Davydenko est très fort
# 11/11/2008 à 00:08 Nico
PROGRAMME DU JOUR

Et bien, quelles premières journées ! Un Tsonga et un Davydendko excellents jouant le match à trois fois rien, un Djokovic allant chercher son match contre del Potro qui semble ne pas trop y être, un Federer maîtrisant Simon avant de se faire battre et un Murray maîtrisant Roddick avec talent.

Place donc à la deuxième journée !

Deux duels sont programmés ce mardi et concernent uniquement le Groupe "or".

Vaincus à l'issue de leur première rencontre à Shanghai, Jo-Wilfried Tsonga et Juan Martin Del Potro ouvrent le bal dès 11h00 (heure française).

Enchaîneront ensuite Novak Djokovic et Nikolay Daydenko qui en découdront pour la première fois.

Quant à Rafa, c'est désormais officiel : il ne participera pas (sauf reviremement exceptionnel) à la finale de la coupe Davis opposant l'Argentine à l'Espagne du 21 au 23 novembre en Argentine.

N'hésitez pas à venir échanger dans la rubrique suivante : http://rafaelnadalbest.e-monsite.com/forum-lire-137799.html

VAMOS !!!
# 11/11/2008 à 08:42 Thomas
Cette masters cup est interressente mais moins drole que d'haitude car sans rafa les gens n'ont pas de rouleau compresseur sur les pieds !
# 11/11/2008 à 23:25 Nico
RESULTATS DU JOUR

Le revers de Tsonga

Déjà battu lors de son entrée en lice, Jo-Wilfried Tsonga s'est incliné contre Juan Martin Del Potro pour son second match de la Masters Cup de Shanghai. Le Français, abandonné par son revers, a craqué dans deux tie-breaks et n'a plus aucune chance de se qualifier pour les demi-finales.

Juan Martin DEL POTRO (ARG) bat Jo-Wilfried TSONGA (FRA): 7-6 (7-4), 7-6 (7-5)

Lorsqu'on retient d'un match qu'il n'y a eu qu'un seul joueur sur le court, c'est en général qu'il a outrageusement dominé les débats. Si la sensation à l'issue du match entre Jo-Wilfried Tsonga et Juan Martin Del Potro est la même, le résultat est tout autre. Certes 42 points gagnants pour le Français contre 15 à l'Argentin, mais surtout 38 fautes directes contre 18 ! Et dans les deux sets, un scénario identique. Del Potro fait immédiatement le break, Tsonga recolle dans la foulée, les deux hommes tiennent leur service jusqu'au tie-break et l'Argentin fait la différence : 7-4 dans le premier, 7-5 dans le second.

Même si la défaite du Français peut paraître cruelle, elle n'en est pas moins logique tant le 7e joueur mondial était inconstant. Des coups lâchés à tort et à travers, un revers aux abonnés absents... "J'ai manqué des choses faciles à des moments où je n'aurais pas dû rater. Je ne peux que me reprocher d'avoir été mauvais dans ces instants-là" , a admis Tsonga. Del Potro n'a même pas eu à tenter le diable, si ce n'est sur un splendide passing de revers long de ligne qui lui a permis de faire le break dans le second tie-break. Souvent frileux à l'idée de monter au filet et imprécis dans ses attaques, Tsonga a simplement alterné les coups de maître avec des erreurs de débutants. D'où le sentiment de frustration qui se lisait sur le visage de Tsonga à sa sortie du court.

Cette deuxième défaite à Shanghai condamnait ainsi le vainqueur du Masters Series de Paris-Bercy puisque Novak Djokovic dans un match de cogneurs s'offrait le scalp de Nikolay Davydenko. Malgré la sensation d'avoir les armes pour viser plus haut, le Français restera à quai pour la suite de la compétition. Son dernier round face au numéro 3 mondial n'aura aucun intérêt puisque les deux hommes connaissent déjà leur avenir proche. Il restera à Tsonga à encourager son pote Simon, proche lui d'une performance de choix dans ce Masters.

Eurosport


Entre Novak Djokovic et Nikolay Davydenko, c'est un jeu vidéo en accéléré avec un happy end pour le Serbe, victorieux (7-6 [3], 0-6, 7-5 en 2h18') et premier qualifié pour les demi-finales de la Masters Cup. Mais dans un monde virtuel, le mental ne fait pas toute la différence... Dans la réalité, la fébrilité du Russe a pris le pas sur son jeu.

Pendant les 52 minutes du premier set, les deux joueurs ne reculent jamais, ne ralentissent la cadence qu'en cas de détresse ultime et leurs jambes moulinent comme des cyclistes en descente. Mais le jeu vidéo n'a pas encore conçu l'essence même du match : le mental. Le logiciel n'a pas prévu la fébrilité du Russe au moment de servir à 5-4 après avoir breaké dès le premier jeu. Les deux doubles fautes, les trois fautes directes en coup droit de Nikolay Davydenko et les deux aces de Novak Djokovic au tie-break n'ont pas été programmés.

Après l'intensité du premier set, la deuxième manche relève du néant. Une légère décompression coûte le break d'entrée (2-0) à Novak Djokovic et la frustration fait le reste. A 4-0, il joue en marchant et laisse filer le set en 27 minutes et 17 fautes directes en attendant la bagarre de la dernière manche. Mais le Serbe se reprend rapidement et la cadence infernale du fond de court reprend. Nikolay Davydenko se montre le plus vif. Novak Djokovic se montre le plus efficace. Et le onzième jeu illustre tout le match. Sur son service, le Russe domine et à 40-30, une volée de revers lui échappe. Deux fautes directes de coup droit plus tard, il laisse échapper sa mise en jeu et le match. Le n°3 mondial peut bomber le torse, il a tenu le choc et gagné le combat mental. S. D.
# 11/11/2008 à 23:29 Nico
PROGRAMME DU JOUR

Après le temps de l'exploit contre Roger Federer vient le temps de la qualification pour Gilles Simon. Mercredi à partir de 11 heures, le Français pourrait décrocher son billet pour les demi-finales face à Andy Murray. Le Suisse sera opposé à Andy Roddick pour leur dix-huitième confrontation.

Court central
A partir de 11 heures (Heure française)

Andy Murray (ECO/n°3) - Gilles Simon (FRA/n°8) : 2-1

Roger Federer (SUI/n°1) - Andy Roddick (USA/n°5) : 15-2
# 12/11/2008 à 20:02 Nico
RESULTATS DU JOUR

Federer - Stepanek 7-6(7/4),6-4

Murray - Simon 6-4,6-2

Dans le tournoi des "Maîtres", tous les détails comptent et Gilles Simon a payé cash (6-4, 6-2) son début de match un peu timoré et ses occasions manquées face à Andy Murray, toujours aussi impressionnant et qualifié au set-average pour les demi-finales. En revanche, le Français doit désormais battre Radek Stepanek pour encore espérer se qualifier pour le dernier carré. Le Tchèque qui a pallié le forfait d'Andy Roddick, s'est incliné (7-6 [4], 6-4) contre Roger Federer qui reste en course pour la qualification malgré des problèmes gastriques.

«J'ai du mal à laisser partir mes coups dès le début», a avoué Gilles Simon après sa victoire contre Roger Federer. Face à Andy Murray, ce constat se transforme en constante et après 25 minutes de jeu, le Tricolore est mené 4-0, double break ! «Mais il y a forcément un moment dans le match où, avec les courses et la fatigue, tu ne penses plus qu'au jeu», a-t-il ajouté lors de l'analyse de son exploit. Ce moment arrive à 4-0.

Une légère déconcentration de l'Ecossais associée à des frappes plus appuyées du Tricolore font basculer le match. Comme à Bercy, Andy Murray se plaint du bruit des appareils photo. Les clics forment un déclic pour Gilles Simon qui s'offre ainsi deux balles d'égalisation à 4-4. Et la première tentative peut lui laisser des regrets. Sur une deuxième balle de service, son retour de revers atterrit hors des limites. La deuxième balle de débreak est sauvée par un ace. L'élève de Thierry Tulasne a laissé passer sa chance. «Je sentais à ce moment-là que je le prenais par le bon bout. J'attendais la bonne balle, je jouais moins vite, j'envoyais tout quand je jugeais que c'était le moment. Mais je n'ai pas été bon lors des moments importants», déplore Gilles Simon. Toujours aussi inspiré avec ses variations permanentes de rythme et d'effets, Andy Murray recouvre ses esprits pour empocher le set.

Occasions manquées
En bons géomètres des courts, les deux joueurs se livrent un combat très éprouvant du fond avec des droite-gauche à une cadence infernale. Plus efficace au service (66% de premières balles contre 43% pour le Français), l'Ecossais peut s'appuyer sur cette arme et sur sa main magique pour délivrer des amorties parfaites ou de magnifiques retours de revers. Et toute la différence se résume dans une statistique : la gestion des balles de break. «J'ai manqué toutes les occasions que je me suis procurées. Il y a pourtant eu un combat», explique le Français, toujours très lucide.

Gilles Simon ne convertit qu'une occasion sur huit tentatives (4/8 pour Andy Murray) et le deuxième jeu du deuxième set où il rate trois balles de 2-0 signe le chant du cygne. «J'ai surtout perdu les deux charnières de ce match. Je perds ce match à la fin du premier set et au début du second», résume l'élèbve de Thierry Tulasne. Après cet échec, le Tricolore cède physiquement et mentalement et voit son adversaire s'envoler 5-1 pour conclure ce beau combat de contreurs talentueux. S.D.


C'est l'histoire du remplaçant du remplaçant du remplaçant qui joue les trouble-fête. Pas de shopping à Shanghaï, ce mercredi pour Radek Stepanek. Le matin, Andy Roddick l'a appelé dans sa chambre d'hôtel pour le prévenir de se tenir prêt à jouer contre Roger Federer. Blessé à la cheville la veille lors de son entraînement, l'Américain est finalement contraint au forfait et le Tchèque (26e à la Race) se retrouve sur le terrain et donne du fil à retordre (7-6 |4], 6-4) au Suisse.

Peu mobile et toujours troublé par le jeu très atypique de Radek Stepanek, Roger Federer assure l'essentiel. Sans plus. Après ses douleurs au dos qui l'ont contraint à un entraînement très allégé au service, le numéro 2 mondial est privé d'une deuxième arme dans son arsenal : le jeu de jambes en raison de problèmes gastriques. Contre mauvaise fortune, bon coeur, le Suisse profite des quelques maladresses du Tchèque bondissant qui alterne toujours les coups brillants avec les fautes grossières. Malade depuis sa défaite lundi contre Gilles Simon, le Suisse n'est pas sorti de sa chambre et n'a pu s'entraîner avant la rencontre. Il a avoué qu'il n'aurait jamais pu jouer mardi et qu'il était «très chanceux» de jouer tard dans la soirée et d'affronter Radek Stepanek qui n'a pas ses marques à Shanghaï.

Pour son premier match dans la Masters Cup, Radek Stepanek tente de trouver ses repères, débreake à 2-1 et pousse même son adversaire au tie-break. Mais son manque de repères ne lui permet pas de tenir la distance et il passe à côté du jeu décisif. Comme souvent très efficace lors des points importants, Roger Federer met un coup d'accélérateur en s'appuyant sur une bonne première balle de service de retour. Et le Tchèque multiplie les erreurs en coup droit, son talon d'Achille. Le deuxième set prend modèle sur le premier. Emaillée de nombreuses fautes directes (34 pour Federer et 28 pour Stepanek), la manche se termine par un break blanc sur une double faute. Les bonds de cabri du 26e joueur mondial après son débreak à 5-3 tombent à plat. Mais attention au Tchèque qui reste sur une victoire (6-2, 6-4, 6-1) à Roland-Garros contre Gilles Simon. Du côté suisse, Roger Federer attend un miracle : «J'espère qu'avec un jour de repos, un miracle pourra arriver et que je pourrais me qualifier pour les demi-finales.» S.D.
# 12/11/2008 à 20:10 Nico
PROGRAMME DE JEUDI

La journée de jeudi offrira le deuxième billet du groupe or au vainqueur de la rencontre opposant Nikolay Davydenko à Juan Martin Del Potro. Jo-Wilfried Tsonga va tenter de finir sa Masters Cup par une victoire contre Novak Djokovic, déjà qualifié pour les demi-finales.

Court central :
A partir de 11 heures (heure française)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA, n°6) - Novak Djokovic (SER, n°2) : 2-1

Nikolay Davydenko (RUS, n°4) - Juan Martin Del Potro (ARG, n°7) : 1-0
# 12/11/2008 à 21:37 Thomas
Allez Jo sauve l'honneur ! Et bat Djoko !
# 13/11/2008 à 08:39 cath
MERCI messieurs pour ces beaux résumés , j'ai revécu le mach SIMON/MURRAY :
et maintenant GILLOU il en est ou ???
il faut qu'il batte STEPANECK , c'est ça ??????
mais TSONGA est un tres bon joueur ..bon , y'en a qui l'aime mais bon .... .
THOMAS quand est ce qu'un français a gagné un masters séries pour la derniere fois?????????

va encore y avoir des étincelles , avec DJOKO , DEL POTRO....
et RODGEUR qui bidouille maintenant avec son estomac
je crois bien que le suisse a pris "un coup de vieux "....
# 13/11/2008 à 08:42 cath
....euuuhh : je voulais dire:
y'en a qui n'aime pas TSONGA :mais ça , vous le savez ....
# 13/11/2008 à 09:51 Nico
Cath, pur que Simon se qualifie il doit battre Stépanek en espérant que Murray batte Federer. Sinon, ça se jouerait au set average entre les 3 et là...on sort les calculettes lol

Sinon, le dernier vainqueur français d'un Masters séries est...Tsonga... il y a quelques jours lol Avant c'était Grosjean en 2001 à Bercy également.

# 13/11/2008 à 22:55 Nico
RESULTATS DU JOUR

«C'est une victoire qui fait du bien. C'est toujours positif de terminer l'année sur un succès.» Après sa victoire (1-6, 7-5, 6-1) en 1h38' contre Novak Djokovic, Jo-Wilfried Tsonga peut partir en vacances l'esprit tranquille avec le sentiment d'avoir beaucoup appris et d'avoir tout donné jusqu'au bout. Et battre le 3e joueur mondial pour la troisième fois en quatre confrontations, ce n'est pas négligeable. L'autre confrontation de la journée a tourné à la démonstration pour Nikolay Davydenko, tombeur (6-3, 6-2) de Juan Martin Del Potro et qualifié pour les demi-finales. le groupe or a donc délivré ses deux Maîtres, Novak Djokovic et Nikolay Davydenko. Mais le "petit" maître, Jo-Wilfried Tsonga, a tout d'un grand...

Bien sûr, ce dernier match du groupe or a davantage une valeur symbolique que sportive, mais le Français a su tenir pour faire céder le Serbe. L'élève d'Eric Winogradsky sait en entrant sur le court que le temps plaide en sa faveur. Déjà qualifié, le 3e joueur mondial ne va pas gâcher des cartouches avant les demi-finales. Il faut donc le pousser au troisième set. «Je savais que ce match se jouerait au mental et que si j'arrivais à m'accrocher, cela pouvait passer», avoue Jo-Wilfried Tsonga au micro de Canal Plus. Il a donc tenu et a réalisé le break à 6-5 au deuxième set en engrangeant quatre fautes directes adverses. Avec la perte de cette manche, la motivation de Novak Djokovic s'enfuie et le Serbe lâche la dernière manche.

Bien sûr, cette victoire fait resurgir les regrets. Ah, ce tie-break du troisième set perdu contre Nikolay Davydenko lors de son premier match... Ah, ces deux jeux décisifs mal négociés contre Juan Martin Del Potro. «Cela me donne quelques regrets. Ce n'est pas passé si loin lors des deux premiers matches» se remémore le Français avant de se tourner vers l'avenir : «En 2009, je vais reviser mes ambitions à la hausse.» Avec cette dernière victoire, le Manceau récolte 100 points ATP et passe devant Andy Roddick au classement mondial. Et maintenant, il peut penser à ses vacances à la République dominicaine si ses copains sont toujours disponibles. S.D.


Après les qualifications des têtes de série n°2, Novak Djokovic, n°4, Andy Murray, c'est au tour du n°3, Nikolay Davydenko. Très solide, le Russe a décroché jeudi son billet pour le dernier carré avec sa victoire (6-3, 6-2) contre Juan Martin Del Potro. Planté sur sa ligne de fond de court, le 5e joueur mondial a distribué le jeu pour faire craquer l'Argentin qui peut désormais s'envoler pour Mar del Plata où se déroulera la finale de la Coupe Davis. De son côté, Nikolay Davydenko retrouvera samedi Andy Murray en demi-finale pour un vrai choc entre deux des meilleurs attaquants du fond de court du circuit.

Beaucoup plus vif et toujours aussi fort en cadence, Nikolay Davydenko n'a jamais tremblé et a baladé son adversaire pendant 1h27'. Malgré une légère alerte au premier set avec un débreak à 4-2, le Russe s'est montré impérial en s'appuyant sur son excellent revers, ses prises de balle précoces et sa vitesse de jambes. Face à la vivacité adverse, les armes de Juan Martin Del Potro, le service et le coup droit, sont apparues bien insuffisantes.

Et les apparences sont trompeuses. Le rouleau compresseur n'est pas toujours le plus grand... Avec ses dix-huit centimètres de déficit de taille (1,78m contre 1,96 m), le 5e mondial a "marché" sur son adversaire qui s'est affaissé au fil des minutes. Le deuxième set a tourné à la démonstration et a permis à Nikolay Davydenko de prendre une belle revanche sur la leçon reçue en septembre sur terre battue en Coupe Davis. S.D.
# 13/11/2008 à 23:09 Nico
PROGRAMME DU JOUR

Après son match contre Radek Stepanek, Gilles Simon devra attendre le résultat de la rencontre entre Andy Murray et Roger Federer pour connaître son avenir. En cas de victoire de l'Ecossais, le Français serait qualifié.

Court central :
A partir de 11 heures (heure française)

Gilles Simon (FRA, n°8) - Radek Stepanek (RTC, remplaçant) : 0-1

Roger Federer (SUI, n°1) - Andy Murray (GBR, n°3) : 2-3



Au vu des matchs précédents il s'avère que même si Gilles Simon gagne en 2 sets, si Federer remporte son match même en 3 sets, le Français sera éliminé. C'est une question de "set average" ! Seule la défaite de Federer alliée à la victoire de Simon qualifiera le Français !

Gilles Simon a son destin dans les mains d'Andy Murray qui doit battre Roger Federer pour qualifier le Français pour les demi-finales. Faire confiance à l'Ecossais, il y a pire en termes de niveau de jeu ! Mais qu'en sera-t-il en termes de motivation ? Avec sa place dans le dernier carré dans la poche, le 4e mondial peut légitimement avoir envie de souffler et de se préserver pour la suite. Mais battre Roger Federer, un grand Maître du jeu, ne peut le laisser insensible. Au-delà de l'orgueil du champion, Andy Murray peut également voir à plus long terme. Eliminer le Suisse n'est pas anodin car l'ancien numéro 1 mondial monte souvent en puissance et pourrait retrouver son jeu au fil des matches.

Cette situation inhabituelle, Gilles Simon la vit bien. Il se concentre également sur son match contre Radek Stepanek. Si une victoire contre le Tchèque ne lui rapporte rien dans la course à la qualification pour les demi-finales, elle ne serait pas sans conséquence sur son classement mondial. «Ca me permettrait à coup sûr de finir parmi les huit premiers mondiaux, précise le Tricolore qui a annoncé qu'il regarderait le match. Cela changerait mon statut de tête de série à l'Open d'Australie. Quoi qu'il arrive, ce sera un match très intéressant.»

Le 9e joueur mondial n'est pas du genre à se lamenter sur son sort. Est-ce frustrant de vivre une qualification presque par procuration ? «Je n'avais qu'à battre Murray pour avoir mon destin en main.» Avec cet état d'esprit, il ne doute pas de la volonté de l'Ecossais : «Il doit avoir très envie de gagner. Je n'ai aucune inquiétude sur sa loyauté. Je pense qu'en plus, s'il peut éliminer Federer, il ne va pas se gêner dans la perspective de ne pas le jouer en finale.»
# 14/11/2008 à 12:38 cath
bravo GILLOU !!!! bien joué contre STEPANECK...
mais il faut que MURRAY GAGNE contre FED , pour que notre formidable petit français continue sa course...
j'ai un peu du mal de comprendre là ; avec ces histoires de poules, de groupes , de "set average " :
KESAKO????
# 14/11/2008 à 14:22 Nico
Cath, c'est simple : 1 groupe de 4 où chaque joueur joue 3 matchs (ben oui il ne va pas jouer contre lui mdr). A la fin des 3 matchs on additionne leurs points suite à leurs victoires et le classement est établi.

S'il y a égalité entre 2 joueurs on regarde uniquement leur confrontation et le vainqueur passe devant au classement. Par contre s'il y a égalité entre 3 joueurs on regarde le nombre de sets gagnés et perdus sur les 3 matchs et celui qui a le meilleur ratio "sets gagnés/sets perdus" est devant les autres.

Allez, Cath, excerce-toi avec le classement des 2 groupes et tu comprendras !
# 14/11/2008 à 18:26 Thomas
Et oui gillous est donc qualifié pour les demi finales ! Il est arrivé à Shangai en tant que remplacant maintenant il vaut largement sa place de titulire parmi les huit ! Simon afrronteront donc le serbian Djokovic quand il veut et qui est parfois dans les paquerrettes . Bon nous lui souhaitons bonne chance et je pense qu'il y en a qui sont content que se soit lui et pas Tsonga j'aime les deux
# 14/11/2008 à 23:49 Nico
RESULTATS DU JOUR

C'est un parfum étrange qui flotte sur le court de Shanghaï après la victoire (6-1, 6-4 en 1h05') de Gilles Simon contre Radek Stepanek. Le Français a beau avoir le sentiment du devoir accompli avec deux succès lors de sa Masters Cup et une 7e place assurée au classement mondial. Mais son avenir est suspendu à la rencontre entre Andy Murray et Roger Federer. Une victoire de l'Ecossais le propulserait en demi-finale contre Novak Djokovic.

Entre les massages et le passage devant la presse, l'élève de Thierry Tulasne va bien sûr regarder attentivement la performance d'Andy Murray. Mais en attendant, il pourra se rassurer sur le chemin parcouru. Après Roger Federer d'entrée, Gilles Simon a croqué Radek Stepanek avec autorité. Bien sûr, le Tchèque a plus la tête tourné vers les plages thaïlandaises qu'il a quittées pour venir pallier le forfait d'Andy Roddick. Mais avec son jeu atypique, le 26e mondial propose parfois des plats très indigestes avec des service-volée ou des amorties assassines. Pour éviter le piège, Gilles Simon s'est montré très concentré, a bientôt débuté le match avec des breaks d'entrée dans chaque set et a parfaitement profité du service défaillant adverse (48% de premières balles dont 20% lors du premier set).

«J'ai fait mon boulot le mieux possible. On sait tous que c'était difficile pour lui. Ce matin, j'avais vraiment une sensation étrange. J'étais très motivé par ce match et en même temps, je sais qu'il faut attendre. C'est toujours un peu frustrant», a commenté le Tricolore au micro de Canal + après son succès. Maintenant il attend...

Quand Andy Murray bat (4-6, 7-6 [3], 7-5) Roger Federer, il y a un vaincu, le Suisse, et deux vainqueurs, l'Ecossais et Gilles Simon. Pour la première fois de sa carrière, le numéro 2 mondial se retrouve éliminé de la Masters Cup dès les phases de poules. Mais il a vendu chèrement sa peau au terme d'un combat épique de plus de trois heures. Arrivé sans entraînement au service en raison de douleurs au dos puis touché par une gastro-entérite après sa défaite contre Gilles Simon, il a livré un grand match face à Andy Murray, impeccable de combativité.

En trois heures, le Tricolore, vainqueur un peu plus tôt (6-1, 6-4 en 1h05') de Radek Stepanek, a vécu tous les sentiments. A 21 heures à Shanghaï, les demi-finales s'éloignent. A 22 heures, elles se rapprochent (1 set partout, 3-0) et à 23 heures, tout est possible (5-5 au troisième set). A 23h12, il a pu souffler et aller se coucher. «J'ai appris la nouvelle dans l'ascenseur, de la bouche de l'un des proches de Novak Djokovic qui était au téléphone», raconte Gilles Simon qui est parti du stade au bout de deux sets. Après un tel match, il ne peut se réjouir de la défaite de Roger Federer, il peut juste apprécier sa qualification et le coeur d'Andy Murray.

Les sceptiques pourront se repasser en boucle la vidéo pour admirer la performance du Britannique, qualifié pour les demi-finales avant la rencontre. «A ce niveau-là, il n'y a que des grands champions, qui veulent toujours gagner quand ils rentrent sur un court, explique Thierry Tulasne, le coach de Gilles Simon. Mais j'ai été très impressionné par ce qui s'est passé aujourd'hui (vendredi).» Il n'a jamais levé le pied. Mené un set à zéro, il a profité de la baisse de régime physique de son adversaire pour s'envoler 5-2. Rejoint à 5-5 puis dos au mur à 6-5, il est revenu pour délivrer un tie-break parfait et se détacher 3-0 dans la troisième manche. Touché au dos, Roger Federer se fait masser à chaque changement de côté. Quand le physique lâche, il lui reste le talent. Le tenant du titre revient et mène 4-3, service à suivre.

Le match se transforme en thriller ! L'Ecossais égalise et se procure sept balles de match à 5-4. Un peu de fébrilité sur certains retours d'Andy Murray et des aces de Roger Federer cultivent le suspense. A 6-5, le Suisse finit par craquer après 3h01' sur son coup droit, mais il a encore délivré un des plus beaux matches de la saison. Après la finale de Wimbledon contre Rafael Nadal, Roger Federer a offert à ses nombreux fans chinois un autre match d'anthologie. Il mérite bien des vacances. Gilles Simon peut encore reporter les siennes à l'Ile Maurice, Novak Djokovic l'attend samedi sur le court central. «Maintenant, il faut se remobiliser très vite. Il y a un gros match à jouer, peut-être le plus important pour Gilles, prévient Thierry Tulasne. On a commencé à se dire qu'un nouveau tournoi commençait.» Et le tournoi ne se termine que dimanche...

Source : l'équipe.fr
# 15/11/2008 à 00:11 Nico
PROGRAMME DU JOUR

Gilles Simon reste sur une victoire à Marseille, cette saison, contre Novak Djokovic. En cas de victoire en demi-finale, il pourrait égaler la performance de Sébastien Grosjean, finaliste de la Masters Cup en 2001.

Court central
A partir de 10 heures (heure française) :

Novak Djokovic (SER/n°2) - Gilles Simon (FRA/n°8) : 0-1

Andy Murray (ECO/n°3) - Nikolay Davydenko (RUS/n°4) : 3-3


Petit retour en arrière : j'ai eu la chance de vivre le match Federer/Murray en condition "live" de Shangaï : commentaires locaux et ambiance locale. Un match phénoménal entre 2 monstres du tennis, l'un qui sera encore là l'année prochaine et l'autre qui monte à une vitesse vertigineuse.

Une chance je disais car je n'ai pu être influencé par quelque commentaires français qui se croient bien souvent exemplaires...quoique pour m'influencer il en faut un peu lol !

Je n'ai pas non plus à l'heure qu'il est lu d'autres commentaires quels qu'ils soient, de la part de journalistes ou autres fans de Federer, Murray ou même de Rafa.

Tout ça pour dire que j'ai vu progressivement dans le match un Suisse complètement "cuit", ne tenant plus debout ou presque et ne pouvant opposer que son talent et surtout son mental hallucinant pour rester dans le match et tenter de se qualifier pour les demi-finales. Une image : 2/0 au 3° set pour Murray, break en poche, Federer s'asseoit au fond du cours, épuisé et se demande s'il va continuer et surtout comment il va pouvoir le faire ! Intox ? Je suis sûr que non, certains reprochant au Suisse son manque d'expression parfois, alors là je peux vous dire qu'il ne trichait pas. 10 minutes plus tard, 4/3 pour lui et ensuite vous connaissez le résultat avec des rebondissements superbes, un Murray inconstant et parfois génial de même que Federer qui tenait une fois encore par son courage.

Alors, un mot, neutre : CHAPEAU Monsieur car dans ces conditions c'était tout sauf évident et cette persévérance prouve à mes yeux que le Suisse sera encore là l'année prochaine pour se battre tout en haut et ça nous promet des duels passionnants contre Rafa qui sera bien là aussi !

Rafa, Federer, Federer, Rafa, ne cherchez pas plus loin : les deux monstres du tennis mondial depuis 4 ans, ce sont eux et même si la "relève" arrive il va falloir être bigrement costaud pour les déloger sur une année complète car au-delà du tennis à proprement dit, au niveau physique et mental, ce sont des "mastodontes" et des exemples à suivre !

VAMOS !!!
# 15/11/2008 à 00:32 cath
RODGEUR a vendu cherement sa peau ....hé hé ....le suisse n'a pas dit son dernier mot ...
VIVE MURRAY !!!!!
et mdr à lui et à GILLOU .....

une finale SIMON/MURRAY , ça vous tente ?????
# 15/11/2008 à 11:07 Nico
Oh ben oui ça nous tente lol
# 15/11/2008 à 18:18 Thomas
Federer a son niveau qui baisse depuis la saison 2007 meme si il a retrouvé un peu son niveau à l'us open en le gagnant ! On verra bien ce qu'il fera en 2009 en commençant par le premier évènement majeur de l'année. Et djokovic c'est pareil sauf que lui il est toujours extremement fort en debut de saison il est très coriace. Début de saison palpitante meme si c'est encore loin
# 15/11/2008 à 20:24 Nico
RESULTATS DU JOUR

Gilles Simon s'est incliné samedi en demi-finales du Masters de Shanghai, face à Novak Djokovic (4-6, 6-3, 7-5). Touchés physiquement, les deux joueurs ont livré une bataille de haut-niveau de près de 3h à l'issue de laquelle le Serbe s'est donné le droit de disputer sa première finale dans le tournoi, face à Nikolay Davydenko, tombeur d'Andy Murray (7-5, 6-2). Le Français est lui assuré de terminer l'année au 7e rang mondial, juste derrière Jo-Wilfried Tsonga.

Forcément, après presque trois heures de combat et de points conquis à l'arraché, l'accolade entre les deux joueurs est chaleureuse. Puis Novak Djokovic embrasse symboliquement le sol. Il remercie ce court et ces lignes. Celles qu'il a su trouver aux moments les plus importants pour se défaire du poison Gilles Simon à la défense impeccable. Il remercie ce filet, que ses merveilles d'amorties de revers ont parfois frôlé, pour atterrir dans le camp du Français, à l'image de cet ultime geste parfaitement réussi sur le dernier point du match. «Ca s'est joué à rien» lâche l'élève de Thierry Tulasne au micro de Canal +, déçu, quelques secondes après la fin de sa demi-finale. A pas grand-chose, en effet.

Quelques centimètres parfois, un mauvais choix une autre fois, un peu de fatigue, un pourcentage de premières balles légèrement en baisse. Agaçant. Et si à un moment donné chacun des deux joueurs a montré des signes de frustration ou de fatigue, jamais il n'a décroché. Il aurait pu s'emballer, Novak Djokovic, confronté à un véritable mur dans la première manche. Impossible pour le vainqueur de l'Open d'Australie de déborder le Niçois, qui couvre parfaitement le terrain et le pousse à la faute (6-4 en 47'). Mais le Serbe patiente et trouve la faille dès le début de la deuxième manche, juste après l'intervention du kiné sur Simon (nuque), et fait le break (3-1, puis 4-1). Moins en jambes que pendant la première heure de jeu, Simon commet lui plus d'erreurs, et cède logiquement le deuxième set (6-3). La bataille physique débute alors.

Djokovic à l'expérience
Les points sont toujours longs, et Djokovic use à merveille de son amortie de revers pour faire le premier break (2-1). Une avance confirmée dans la foulée par un excellent jeu de service remporté blanc... et trois balles de break pour mener 4-1. Les jeux défilent. Gilles Simon lâcherait t-il ? Réponse : non. Deux gros services et une faute de coup droit du Serbe remettent le Français en selle. Encore une balle de break sauvée et Simon recolle à 3-2. Djokovic accuse le coup et fait appel au kiné en raison de douleurs au mollet gauche. Alors qu'il sert pour le gain du match à 5-4, une double faute permet à son adversaire de débreaker. A 5-5, tout est envisageable. Mais l'expérience de "Djoko" est la plus forte, et la doublure de Rafael Nadal (forfait pour le Masters) perd sa mise en jeu dans la foulée, avant de s'incliner pour de bon.

«Là tout de suite maintenant, j'ai envie de tout casser», confie alors Simon, qui n'imitera donc pas Sébastien Grosjean, seul Français à avoir atteint la finale du Masters en 2001. «Maintenant, je vais partir en vacances, cela va me faire du bien. Après une saison de plus de 80 matches, ces rencontres de plus de deux heures font mal, les heures comptent double.» Une fois la déception passée, l'Ile Maurice sera l'occasion de repenser tranquillement à cette excellente saison ponctuée par trois titres, et cette première qualification au Masters. Simon pourra également songer à ses quelques victoires de prestige (deux succès sur Roger Federer, un sur Rafael Nadal ou encore Novak Djokovic lors de leur première confrontation à Marseille), ou encore à la publication du nouveau classement ATP où son nom figurera au 7e rang, soit le meilleur de sa carrière. Bref, il aura quand même de quoi passer de bonnes vacances... et attaquer une nouvelle saison pleine d'ambitions. P.B.

Andy Murray s'est incliné samedi en demi-finales du Masters face à Nikolay Davydenko (7-5, 6-2). L'Ecossais, "dans le rouge" dès le début du match, a vraisemblablement payé cash ses trois heures de lutte contre Roger Federer la veille. Le Russe atteint la finale du tournoi pour la première fois en quatre participations. Il y affrontera Novak Djokovic, tombeur de Gilles Simon un peu plus tôt.

Dans le jargon sportif, on appelle ça «être cramé». C'est ainsi que s'est présenté Andy Murray, samedi à Shanghai, pour disputer sa demi-finale face à Nikolay Davydenko. A peine 15 minutes de match et l'Ecossais grimace, s'étire, souffle, occis par les frappes percutantes du vainqueur de Miami. Les qualités de résistance du joueur russe n'étant plus à démontrer, les chances de remporter une quatrième victoire consécutive à Shanghai s'amoindrissent au fil du match pour le Britannique. Et s'il résiste tant bien que mal lors du premier set (7-5), il s'incline, impuissant sur un ace dans le second (6-2).

Impressionnant tout au long de la saison, avec notamment deux titres décrochés en Masters Series, Murray partait en parfait outsider en Chine. Doté d'un bagage technique complet doublé d'un sens tactique proche de la perfection, l'Ecossais possède également un coup d'oeil hors norme et une main en or. Samedi, il a vraisemblablement péché par envie de bien faire. De trop bien faire. En mettant un point d'honneur à remporter -brillamment- ses trois rencontres de poule, successivement face à Andy Roddick, Gilles Simon et Roger Federer, Andy Murray a impressionné, mais s'est fatigué. La bataille de trois heures remportée face à l'ancien n°1 mondial a été belle. Peut-être trop belle car sûrement fatale. Regrettera t-il d'avoir laissé tant de forces face à l'ancien n°1 mondial ? Certainement... pendant un moment. Car il ne faut pas l'oublier, Murray n'a que 21 ans. Il apprend. Et s'il n'est pas encore un Maître, il a bien le temps de le devenir. P.B

FINALE DIMANCHE A 9H00 (Heure française)
# 15/11/2008 à 21:17 Thomas
Gillous tu a perdu mais on ne t'en veux pas car tu as vraiment bien joué, de plus si tu marque sur un papier tou ce que tu as appris tu as vraiment augmenté ton niveau. La meilleur saison de ta carriere loin de la ! Bravo campeaon francais
# 15/11/2008 à 23:00 cath
ah , THOMAS , j'en ai la larme à l'oeil ....
SIMON trouvera peut etre le moyen d'etre dans le top 5 : je suis époustouflée par son jeu....et si TSONGA s'y met aussi ....

- pour 2009 :
FED est un tres grand champion : il prend de l'age , c'est tout ...
si DJOKO se réveille : ça va donner !!
en espérant que RAFA se joindra à eux ...j'y crois !! il était temps qu'il fasse un bon break !!!!pour soigner tous ses bobos :avec les problemes inflammatoires , y'a pas trente-six solutions: REPOS

bon , on n'a pas la finale de reve qu'on veut mais ....c'est pas des manchots nos deux finalistes.
le match commmencera de "bonne heure" pour nous: que le meilleur gagne
# 16/11/2008 à 18:27 Thomas
La master cup c'est terminé ce matin et malheureusement s'était l'inverse de ce que je pensais pour ma logique personnelle ! Logique peut-etre pas mais bon j'aurais préféré que Davydenko gagne car d'un point de vue stratégique : je n'aimerais pas que Djokovic passe numéro 2 et qu'il reste éternellement 3. Ce n'est pas que je ne l'aime pas mais malheureusement s'il passe 2 un jour il passera 1 je pense très rapidement ! On verra bien on a tout le temps de réfléchir à l'affaire .
# 16/11/2008 à 18:28 Thomas
Djokovic: "Comme un Grand Chelem"
Tennis - Masters Cup Shanghai


Novak Djokovic a déclaré qu'il mettait le Masters "au même niveau que les Grands Chelems" après sa victoire dimanche en finale sur Nikolay Davydenko. Le Serbe avoue également que "le but de sa vie" était de devenir N.1 mondial.

MASTERS CUP - Le premier titre de Novak Djokovic



Que représente ce titre pour vous ?

NOVAK DJOKOVIC : "Beaucoup. Je le mets au même niveau que les Grands Chelems parce que ce sont les huit meilleurs joueurs qui y participent. Ça en dit long sur sa qualité. Le Masters suscite l'intérêt des fans du monde entier. C'est spécial aussi pour moi parce que je n'avais plus gagné de tournoi depuis Rome, en mai".

Vous avez perdu votre concentration au moment de servir pour le match. Etait-ce à cause du public ?

N.D. : "Non, le public soutient le joueur qui est en train de perdre et je ne peux pas lui en vouloir. Je n'ai tout simplement pas su rester calme à ce moment-là. J'étais très concentré depuis le début. Je tentais ma chance, je saisissais mes occasions tout en sachant me montrer très patient. Je jouais un tennis intelligent."

Pensez-vous pouvoir devenir N.1 l'année prochaine ?

N.D. : "C'est possible, mais la saison est longue. Beaucoup de joueurs sont candidats à la première place. Il n'y en a pas qu'un ou deux mais cinq, six ou sept qui peuvent se battre les uns les autres. C'est ce qui est intéressant. Rafa (Nadal) a vraiment mérité d'être N.1 cette année. C'est lui qui a joué le meilleur tennis. Je crois que j'ai les qualités pour atteindre le sommet dans les années à venir, peut-être dans deux ans... ou dans dix. C'est le but de ma vie. Mais la leçon que j'ai retenue, c'est qu'il n'est pas bon de se focaliser sur le classement."
EUROSPORT
# 17/11/2008 à 16:51 cath
DJOKO- la-maliçe a donc frappé tres fort ; en façe d'un DAVIDENKO ...moins bon .. :que le reste de la semaine...
j'y reviendrai THOMAS , concernant la maliçe du joueur serbe ...
et ne le vois pas numéro un "comme ça".attends , que je rassemble mes arguments ...
# 17/11/2008 à 19:52 Thomas
D'accord je t'attends ! Djoko la malice ou la malisse ?
# 18/11/2008 à 14:09 cath
la malisse , c'est pas dans le dico ...
mais c'est un sacré roublard le serbe .....attends ....
# 18/11/2008 à 17:53 Thomas
C'est normal que ce n'est pas dans le dico c'est un nom propre
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site