MADRID 2009

Auteur  
# 08/05/2009 à 12:27 Nico
Avant le début réel de Madrid et surtout de Roland Garros qui se profile de façon imminente, voici un petit état des lieux des forces en présence qui ne devrait pas trop être bousculé avec le tournoi espagnol sauf circonstance exceptionnelle bien sûr. Merci à Eurosport ainsi que "les acteurs/actrices du circuit".


Qui sont les "Alter-Nadal" ?

Un autre monde est-il possible sur terre battue ? Selon les résultats de Rafael Nadal, qui a la main mise sur les principaux tournois "ocre", c'est non. Le N.1 mondial subjugue tous ceux qui contestent son pouvoir absolu. A trois semaines de Roland-Garros, quels sont leurs arguments ?

Je reprends ici un article publié sur eurosport.fr ce mardi 5 mai. A cette liste non-exhaustive, il faudrait ajouter quelques noms. je vous propose de participer. Je n'ai pas cité Richard Gasquet, que je crois toujours capable d'aller chercher un quart ou une demi-finale à Roland-Garros, dès cette année. Je sais c'est un peu irrationnel vu les résultats du moment, mais le talent est-il toujours raisonnable ? Ni Gilles Simon qui a pourtant tout pour réussir à Roland. Il cogite pourtant trop en ce moment. Dommage. En espérant que Madrid soit un déclic pour lui. Je n'ai pas cité Marin Cilic, trop vert. Ni Tommy Robredo, pas assez convaincant, et qui manque de puissance aujourd'hui face à la nouvelle génération. Ni Igor Andreev, dont le coup droit ne fait plus mal en 2009. Ni Nicolas Almagro, décevant. Ni Jérémy Chardy, qu'Almagro avait sorti l'an passé à Paris. Le Palois a tout d'un grand, il progresse. Il a été perturbé depuis quelques semaines (décés dans la famille, angine). Son tennis serait pourtant un vrai régal à observer en seconde semaine Porte d'Auteuil. Manquent aussi Ernsts Gulbis et Paul-Henri Mathieu aussi hésitants parfois que leurs frappes sont lourdes. Et d'autres encore dont il faut discuter ensemble... Sinon, voici les plus visibles des concurrents indirects de Rafa ;)


LES RIVAUX DISTANCES : Djokovic, Murray et Federer

Finaliste à Monte-Carlo et Rome, Novak Djokovic se présente comme le N.2 actuel sur terre battue. Le Serbe a cru en ses chances à Monte-Carlo mais il n'a pas confirmé ses bonnes sensations à Rome. Interrogé après la perte de son titre romain, il a défini l'hégémonie de Rafael Nadal en ces termes : "C'est sa patience qui fait la différence. Dans les moments clés, il surmonte mieux la tension que moi." Et le bilan des face-à-face est finalement lourd pour un concurrent supposé direct dans la course au titre à Roland-Garros : en huit matches joués sur terre, le Serbe a pris deux sets en huit défaites (pour un bilan total de 13 défaites et 4 victoires -sur dur-). A Roland-Garros, "Nole" reste sur un abandon en quart (2006) et deux défaites en demi-finales (2007, 2008). A chaque fois, il n'avait supporté la "tension", qu'un set et demi environ.

Andy Murray sera un jour en mesure "de gagner Roland-Garros". Ce n'est pas nous qui le disons, c'est Nadal en personne après une demi-finale gagnée à Monte-Carlo. Le Britannique sait que sa marge de progression est grande, mais il sait aussi que la marge entre lui et Nadal est très grande sur terre battue. Il ne fanfaronne pas sur ces chances hypothétiques à Paris, il met toutes les chances de son côté pour réussir son tournoi. Battu par Juan Monaco à Rome dès le deuxième tour, il a relativisé cette contre-performance supposée en insistant sur la qualité de son jeu. Contrairement à Djokovic, il sait battre Nadal en Grand Chelem, il l'a prouvé à l'US Open en 2008. Ce ne sera jamais négligeable. Roland-Garros est d'ailleurs le seul tournoi du Grand Chelem où ils ne se sont pas encore rencontrés. Murray sera N.3 mondial la semaine prochaine, mais à Paris, il sera sur la même ligne que la plupart des joueurs du top 20. Atteindre Nadal, en demi-finale, serait déjà un succès. Cela aussi fait la différence.

Roger Federer est toujours capable de battre Rafael Nadal. Ça, c'est une conviction intime puisée dans la qualité intrinsèque du joueur et sur le déroulement de ses matches face à Nadal et face aux adversaires de Nadal. Depuis cinq saisons, ils ne sont pas nombreux ceux qui ont fait chanceler Nadal sur terre: Lui, Coria, Ferrero et quelques parties accrochées contre Hewitt, Mathieu, Davydenko et Ferrer. Federer aujourd'hui peut laminer n'importe qui pendant un set et demi. Ensuite, cela se complique. En Grand Chelem, le Suisse garde de sa superbe jusqu'au bout (regardez qui était en finale des quatre derniers majeurs). Sinon, il se "désunit" un peu trop facilement comme il avait pu le faire en finale à Roland-Garros l'an passé. En valeur absolue, il reste le seul grand rival de Nadal. En trois sets gagnants Porte d'Auteuil, il n'est plus qu'un outsider parmi les membres du top 5.


LES "FERNANDO": Fernando Gonzalez et Fernando Verdasco

A Rome, les Fernando ont eu le même tarif au passage de l'AVE (TGV espagnol) Nadal : 6-3, 6-3. Le Chilien et l'Espagnol sont pourtant des références sur le circuit. Leur puissance est de notoriété publique, et ils ont tous les deux des raisons de croire en leurs chances. Gonzalez a déjà joué deux quarts de finale à Roland-Garros, dont un l'an passé et l'autre en 2003, date à laquelle il avait aussi battu pour la seule et unique fois Nadal sur le circuit. Son coup droit est peut-être un peu moins destructeur que par le passé, il n'est pas dans le top 10, mais sa régularité cette saison est intéressante (Avant la demi-finale de Rome : victoire à Viña del Mar, demi-finale à Barcelone). Souvent blessé, il a obtenu les meilleurs résultats des représentants sud-américains. Une cheville douloureuse pourrait toutefois hypothéquer ses chances. L'autre Fernando n'a jamais dépassé le 4e tour à Paris. Mais ce Fernando-là a réussi la meilleure performance de sa carrière à l'Open d'Australie, avec une demi-finale mémorable malgré la défaite face à... Nadal. De quoi oublier que son punch s'enlise sur terre ? Pas vraiment. L'an passé, Verdasco avait pris (1-6, 0-6, 2-6) par son compatriote en huitièmes à Paris.


LES BAILLEURS DE FOND: Stanislas Wawrinka, Juan Martin Del Potro, David Ferrer, Juan Monaco

Les bailleurs de fond du circuit sur terre, ce sont un peu les crocodiles modernes, ceux qui sont prêts à vendre la peau des bâches de fond de court avant d'avoir épuiser l'adversaire. Ce sont plus sérieusement des attaquants de fond de court, suffisamment audacieux pour accélérer le jeu, mais pas assez entreprenant pour venir chercher les gros matches au filet.

David Ferrer est un joueur qui ne demande qu'à réussir sur terre ce qu'il sait faire ailleurs : donner du rythme et dévorer le coeur (on dit aussi "mettre dans le rouge") ses adversaires. A Roland-Garros, il a fréquenté deux fois les quarts de finale. En 2005, Rafael Nadal qui l'avait éjecté hors du tounoi en trois sets. En 2008, Gaël Monfils l'avait stoppé.

Stanislas Wawrinka fait partie de la génération Nadal (un an de plus à peine). On l'attend depuis un moment au sommet mais il tarde à faire son entrée dans le top 10. Sur terre battue, son revers splendide s'exprime à merveille. On l'a vu à Monte-Carlo. Son jeu vers l'avant laisse cependant encore à désirer, on l'a vu à Rome. Il y a perdu face à Juan Martin Del Potro, qui possède une qualité de frappe moins fluide mais plus efficace. Ces deux joueurs ont les moyens de gêner tous leurs adversaires en seconde semaine à Paris. Il paraît cependant illusoire de les voir bousculer plus d'un set Nadal. Même s'ils ont bien joué contre lui à Miami (sur dur) cette année : Wawrinka avait joué deux tie-breaks, et Del Potro battu l'Espagnol.

Juan Monaco était en pleine ascension début 2008, quand une glissade inopportune en finale du tournoi de double de Buenos Aires le projeta sur une chaise d'arbitre. Blessure et élan coupé. L'Argentin doit reconquérir tournoi après tournoi le territoire qu'il avait conquis. Sur terre, il est redevenu un client pour les places d'honneur à Roland-Garros. Face à Nadal, il a gagné un match par abandon en 2007 sur dur et inscrit 6 jeux en deux matches sur terre.


ILS PARTENT DE LOIN : Nikolay Davydenko, Jo-Wilfried Tsonga

Nikolay Davydenko aurait pu avoir son heure de gloire à Roland-Garros, en 2005, si un certain Mariano Puerta (suspendu pour dopage par la suite) ne s'était interposé en demi-finale (défaite en cinq sets). Ensuite, Nalbandian et Federer ont mis fin à ses séances de tennis de table intenses en 2006 et 2007. Depuis, il évolue mieux sur dur. Cette saison, il revient de blessure. Il vient de prendre 6-3, 6-3 en demi-finale à Barcelone par Nadal. Son potentiel est énorme mais cette année, il ne faut pas trop compter sur lui.

Jo-Wilfried Tsonga n'est pas diminué par les blessures, il est bien dans le coup, mais il manque de repères sur terre. Son grand avantage : sa victoire sur Nadal à Melbourne l'an passé. Non seulement le Français estime qu'il peut bien jouer sur terre, mais il a récemment déclaré qu'il lui tardait de jouer Nadal à Roland-Garros. C'est le seul à pouvoir faire une telle déclaration avec Federer peut-être.


LES IMPREVISIBLES DIMINUES : Gaël Monfils et David Nalbandian

Ces deux-là ont prouvé qu'ils avaient les moyens de rivaliser avec les meilleurs. On les attendait de pied ferme sur la terre ferme et voilà que leur corps cède au plus mauvais moments. David Nalbandian avait eu cinq balles de match face à Nadal cette année à Indian Wells. Sa hanche lui pose trop de problèmes. Une opération est envisagée. A moins d'un miracle, il ne jouera aucun rôle à Roland-Garros. Gaël Monfils est plus mystérieux. Lui aussi souffre sérieusement (tendinite au genou) et a dû déclarer forfait pour tous les tournois suivant Monte-Carlo. Il avait raté de peu le dernier rendez-vous de la quinzaine face à Nadal l'an passé (demi-finaliste) à Roland-Garros.. Il devrait y perdre des points s'il y participe, à mois qu'il ne suprenne encore tout son monde comme l'an passé.


LES FACE-A-FACE AVEC NADAL

. Nadal/Federer : 9/1 sur terre battue, 13/6 au total
. Nadal/Djokovic: 8/0 sur terre battue, 13/4 au total
. Nadal/Murray: 2/0 sur terre battue, 7/2 au total
. Nadal/Gonzalez: 4/1 sur terre battue, 6/3 au total
. Nadal/Verdasco: 2/0 sur terre battue, 8/0 au total
. Nadal/ Del Potro: 1/0 sur terre battue, 4/1 au total
. Nadal/Wawrinka: 1/0 sur terre battue, 4/0 au total
. Nadal/Ferrer: 6/1 sur terre battue, 7/3 au total
. Nadal/Monaco: 2/0 sur terre battue, 2/1 au total
. Nadal/Davydenko: 3/0 sur terre battue, 4/2 au total
. Nadal/Tsonga: 3/1 au total
. Nadal/ Nalbandian: 1/2 au total
. Nadal/Monfils : 2/0 sur terre battue, 4/1au total


LES STATS DE NADAL SUR TERRE BATTUE

. Finales : 26. 25 titres, 1 défaite (Hambourg 2007 face à Federer).
Depuis 2005, Rafael Nadal a gagné 147 matches sur terre pour 4 défaites seulement.
Série de victoires consécutives en cours: 30 matches.
# 10/05/2009 à 05:40 cath
bonjour à tous les fans de RAFA :
-merçi pour cet excellent exposé , que je trouve franchement admirable par sa qualité
- c'est curieux , je l'ai lu comme une présentation du tableau de ...ROLAND GARROS !!!!
voila une pensée qui en dit long ....

plus clairement " la maison magique " de MADRID n'a de magique pour l'instant que le nom : je parle là du stade ou se déroulera exactement ce tournoi ;
un stade de toute beauté , ou le roumain ION TIRIAC , ancien joueur devenu redoutable homme d'affaire , a mis beaucoup de sous ; résultat : un complexe quasi-unique au monde , trois toits rétractables , une terre battue bleue ...et peut etre des wc en or massif ....
- TIRIAC tourne autour du pot en jurant ses grands dieux qu'il ne sagit pas à moyen terme de concurrencer ROLAND-GARROS ....mais que bon , la notion de grand chelem est à revoir .....
- plus personne n'ose piper un mot sur ce rendez vous qui se situe donc à plus de 600 metres d'altitude ...ou l'oxygene se raréfie quelque peu ....ce qui occasionne plus de fatigue et un plus gros besoin de repos pour nos joueurs ....

mais bon , comme le dit tres bien RAFAEL :
" on est tous logés à la meme enseigne "

et il ne rigolait pas notre champion lors de la conférençe de presse ....
à deux semaines de Roland Garros.....ça me met déja dans un état
# 10/05/2009 à 12:28 Nico
Nadal : "Je ne me projette pas"

Rafael Nadal n'a pas fait faux-bond aux Madrilènes pour la première édition du Masters 1000 de la capitale espagnole. Alors que le premier tour débute ce dimanche, le N.1 mondial espère être prêt d'ici mardi ou mercredi pour débuter la dernière épreuve avant Roland-Garros.


Vous avez disputé 14 matches en trois semaines, Comment vont vos genoux? Votre physique?

RAFAEL NADAL : Bien, pour le moment tout va bien. Je suis heureux et physiquement, il n'y a aucun problème.


Pouvez-vous faire le point sur les installations, vous avez essayé les courts, la terre battue?

R.N: Bien, les installations sont bien, un peu désordonnées encore mais le reste est très bien. Le rebond de la balle est compliqué. Je ne me suis entraîné qu'un jour sur un terrain en dur hier et aujourd'hui, je me suis entraîné en dehors. Alors si on ajoute à cela le court qui cause des rebonds particuliers et que l'on additionne à l'altitude de Madrid, il se peut que ça soit très difficile de jouer ici. Mais bon, j'ai quelques jours pour m'adapter et au final, tout le monde est logé à la même enseigne et il faut essayer d'être à 100% mardi ou mercredi quand ça sera à mon tour de jouer.


Comment vivez-vous le fait que certains gens pensent que vos victoires sont normales? Que le fait que vous gagnez un tournoi après l'autre soit un fait, comment vous reconcentrez-vous ?

R.N: Moi j'essaye de faire ce que j'ai à faire et le plus important c'est qu'au final les gens le retiennent. C'est vrai que parfois, on donne pour acquis des tournois qui ne sont pas évidents. Moi je suis content parce que je me rends compte de la difficulté et je savoure du moment que j'ai eu cette année et la précédente parce que je sais que ça ne dure pas éternellement. J'essaye d'être content et d'être reconnaissant parce que c'est dur que ça se répète."

J'ai toujours dit que même si les gens croient que je vais gagner, il est toujours dur d'arriver jusqu'en finale. C'est pour ça que dès le premier match, je suis très concentré car je ne me projette pas en quart ou en demie, je sais que tout peut arriver.


Vendredi, vous étiez convié à un repas avec des membres du CIO qui évaluaient la candidature de Madrid 2016, quelles impressions cela vous a laissées? Est-ce que vous pouvez nous dire ce qu'ils vous ont demandé?

R.N. : Je crois que les membres du CIO sont partis de Madrid enchantés. Mais bon, maintenant, il faut voir parce qu'avant la décision finale, il reste encore beaucoup de temps. En plus, les gens qui sont venus ne sont pas ceux qui votent, ils ne font que transmettre les informations. Après la défaite de 2012, Madrid s'est relevé et s'est remise en course pour 2016. J'ai essayé de parler de plus possible avec les membres du CIO et les convaincre qu'ils devaient les faire ici mais maintenant, la balle est dans leur camp.


Pour votre premier match, vous préfèrez jouer face à Montanes ou Melzer?

R.N: Je préfère bien jouer, c'est ça que je veux. J'espère arriver mardi ou mercredi en bonne condition et que cela me permette de conclure le match avec assurance. Il est clair que les deux joueurs sont très compliqués: Montanes est spécialiste de terre battue et Melzer joue bien en raison de sa taille. Le plus important c'est de bien jouer.

Eurosport


Madrid grandit, Roland-Garros se couvre

Ion Tiriac et son équipe d'organisation avaient rêvé d'une terre pigmentée de bleu pour le stade de tennis madrilène tout neuf où s'ouvre aujourd'hui un nouveau tournoi mixte de dix jours. Mais Rafael Nadal, Roger Federer et Novak Djokovic, consultés, ont rejeté l'innovation.

Amer, Tiriac ne se le tient pas pour dit : «L'ATP ne m'a pas laissé faire. Mais on verra ce qui se passera l'année prochaine». L'homme est tenace. Habile aussi : n'a-t-il pas su déloger Hambourg du statut des Masters Series de l'ATP devenus Masters 1000 ? Son argument premier, le stade, la "Caja Magica" conçue par l'architecte français Dominique Perrault, bâtisseur de la Bibliothèque François-Mitterrand à Paris, avait de quoi séduire : la "boîte" tire sa magie de ses trois courts «recouvrables» par des toits mus par des vérins. Mais elle s'inscrit aussi dans un projet plus vaste au milieu d'autres courts, couverts et à l'air libre, une piscine et, bientôt, des chambres pour les stagiaires du futur centre d'entraînement...

Bref, un projet d'une ampleur à faire naître du côté de la Porte d'Auteuil le spectre d'une menace pour le statut du tournoi de Roland-Garros au sein des quatre épreuves du Grand Chelem. Tiriac se défend de viser un tel but : «Etre un Grand Chelem, ça ne m'intéresse pas !» Mais provocateur, son bras droit, Gérard Tsobanian, affirme qu'ils visent... plus haut encore : «Pourquoi se limiter à un Grand Chelem ? Je voudrais faire de ce tournoi le tournoi d'aujourd'hui, du XXIe siècle». Du coup, du côté de la Fédération française, on pousse les feux pour placer Roland-Garros en conformité avec les atouts spécifiques de la concurrence. Sans attendre la construction du nouveau central envisagé sur l'emplacement de l'actuel stade Georges-Hébert, Porte d'Auteuil, la FFT a mis à l'étude la possibilité d'une couverture légère amovible du court Philippe-Chatrier. «On fait travailler des bureaux d'études là dessus, explique Gilbert Ysern, le nouveau directeur général de la Fédération. Ça ne sera pas pour l'année prochaine. Mais en 2011, sans en être certain dès aujourd'hui, on pense qu'on devrait pouvoir trouver une solution. Aujourd'hui, on voit des tournois majeurs se doter d'un ou plusieurs toits. Ce standard-là, nous n'y sommes plus. Il va falloir trouver une solution le plus rapidement possible. Mais il ne faut pas être alarmiste».


TIRAGE AU SORT

Le tirage au sort du tournoi de Madrid a eu lieu vendredi. Les six Tricolores entrés directement dans le tableau principal devront batailler ferme s'ils veulent briller mais c'est le juste prix quand on dispute un Masters 1000.

Jo-Wilfried Tsonga, pour son deuxième tournoi sur terre battue, en découdra ainsi d'entrée avec le Russe Marat Safin. Si ce dernier se lève du bon pied, l'affaire pourrait être serrée, mais ces derniers temps cela ne lui est pas arrivé souvent... Le tour suivant pourrait mettre Tsonga aux prises avec Ivan Ljubicic, avant un éventuel huitième de finale contre Gilles Simon ou Paul-Henri Mathieu. Les trois Français se trouvent dans la moitié de tableau de Novak Djokovic, véritable n°2 derrière Nadal sur terre battue, et l'un d'eux pourrait affronter le Serbe en quarts de finale pour un beau challenge.

Jérémy Chardy, de son côté, débutera contre Jose Acasuso avant de peut-être défier Stanislas Wawrinka (n°11). Juan Martin Del Potro lui serait éventuellement promis en huitièmes de finale. Florent Serra a hérité de Rainer Schuettler pour son premeir match avant de tomber sur la muraille Nikolay Davydenko. Julien Benneteau devra, lui, éliminer Ivo Karlovic et éventuellement James Blake s'il veut s'offrir un huitième contre Roger Federer. Ce dernier devra se méfier d'une entrée en lice peut-être périlleuse face à Robin Söderling ou Igor Andreev. Le premier, si ses nerfs tiennent, et le second, s'il s'est remis de sa blessure à Belgrade et a retrouvé un peu de confiance, pourraient être de vrais poisons.

Le n°1 mondial Rafael Nadal, qui sera évidemment le grand favori à Madrid, ne devrait pas être bousculé avant un quart de finale contre Verdasco, Ferrer ou bien un des Tricolores de sa partie de tableau. Il pourrait retrouver Djokovic en demi-finales. Andy Murray est, lui, dans la partie de tableau de Federer pour essayer d'oublier la bévue de Rome. A noter enfin le retour d'Andy Roddick sur le circuit, sa lune de miel étant terminée. - C.B.
# 10/05/2009 à 23:21 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Ferrero - Kunitsyn 6-3,4-6,6-4
Querrey - Stepanek 7-6(7/2),6-2
Robredo - Kiefer 3-6,6-2,6-2


Federer: "Jouer Nadal en finale"

Roger Federer est arrivé à Madrid. Il n'a pas encore vu le court bleu, qu'il renie, ni la "Magic Box". Il espère rencontrer Nadal en finale, tout en reconnaissant que l'éviter lui permettrait de cacher son jeu d'ici à Roland-Garros. Concernant l'affaire Gasquet, il espère que "ce n'est pas vrai".

"A Roland-Garros ces dernières saisons, Rafa a peut-être tiré avantage du fait qu'il m'avait battu dans des tournois précédents ", a estimé le Suisse en conférence de presse avant son entrée en lice. "Ça lui a donné confiance, ça lui a peut-être facilité la tâche contre moi lors des finales à Paris", a ajouté le Suisse qui, depuis trois ans, s'incline invariablement en finale des Internationaux de France contre l'Espagnol.

"Cette année, je ne l'ai pas rencontré sur terre battue, mais j'espère le rencontrer en finale ici. Mais même si je ne le rencontrais pas, ça pourrait être à mon avantage. La donne est changée si vous allez à Roland-Garros en sachant que vous avez battu tel adversaire un mois plus tôt", a argumenté Federer. Cette année, les deux hommes n'ont pas eu l'occasion de se jauger puisqu'ils ne se sont pas rencontrés sur terre battue. Il ne fait pas l'ombre d'un doute que Nadal est en grande forme: il n'a pas perdu depuis trente matches sur l'ocre, et vient de gagner coup sur coup les tournois sur terre de Monte-Carlo, Barcelone et Rome.

L'affaire Gasquet ? "J’espère que ce n’est pas vrai , a-t-il lancé, mais je pense qu’on ne peut rien dire tant que Richard (Gasquet) ne s’est pas exprimé. Aussi longtemps qu’il n’aura pas donné sa version, il est difficile de s’exprimer et de donner son opinion. Je vais attendre pour ça".
# 11/05/2009 à 04:22 cath
bonjour , fans de RAFA !!!!
n'hésitez pas à dire ce que vous voulez !!!!

merçi encore pour cette interview de NADAL que je connaissais donc : c'est là ou il dit
" on est tous logés à la meme enseigne " alors nos champions risquent d'etre fatigués en arrivant à PARIS :
et nos championnes aussi , n'oublions pas les dames ....

je suis d'ailleur bien triste qu' ALIZE CORNET vienne de se faire sortir au premier tour .... ...par VESNINA , joueuse russe !!! ALIZE n'arrive plus à racrocher les wagons depuis quelques semaines ....bon , elle vient d'avoir 19 ans ....mais n'empeche que d'autres joueuses russes , danoise ,polonaise , ont déja plusieurs titres à leur actif à 19 , 20 ans ....
: WOZNIACKI , AZARENKA , RADWANSKA ....a nos souhaits !!
- je pense que c'est KUZNETSOVA ...russe , ou SAFINA ...russe , qui sont en forme en ce moment , qui vont sans aucun doute frapper un grand coup à MADRID !!!
et je les attend à ROLAND GARROS ....parce que les soeurs WILLIAMS et la terre battue , ce n'est pas le grand amour .....( SERENA l'a emporté en 2002 , façe à sa soeur VENUS ....) ; ma "JJ" , JELENA JANKOVIC , vient bien de gagner un titre sur terre , mais façe à des joueuses de moindre acabit .... quant à IVANOVIC ....je ne sais plus ou elle en est ....

et chez les messieurs , DJOKOVIC vient de remporter "son" tournoi de BUCAREST , sur terre battue !!
et le voila qui enchaine sur MADRID !!!!!
- et RODGEUR n'en démord pas !!! : rencontrer NADAL EN FINALE ......

personnellement , entre RAFA , MURRAY , DJOKO , ET ...FEDERER ( qui est bien capable de marquer l'année de son génie ) , sans oublier les outsiders cités plus haut : match après match ....
# 11/05/2009 à 09:20 Nico
Hello à tous ! Cath, "son" tournoi à Djoko était à Belgrade et il vient en effet de le remporter, non sans avoir lutté...

Madrid démarre donc réellement ce lundi après quelques "petits" matchs hier lol.


PROGRAMME DE LUNDI

A Madrid, le match à suivre aujourd'hui sera le choc entre Jo-Wilfried Tsonga et Marat Safin. Florent Serra, quant à lui, rencontrera Rainer Schuettler. Chez les dames, pour son premier match, Amélie Mauresmo affrontera Ai Sugiyama alors que Virginie Razzano en jouera face à Elena Vesnina.


. COURT MANOLO SANTANA

A partir de 10 heures

Roberta Vinci - Maria Jose Martinez Sanchez
Face à face: 0-0


Pas avant 12h

David Ferrer - Guillermo Cañas
Face à face: 0-0

Jo-Wilfried Tsonga - Marat Safin
Face à face: 0-0

Francesca Schiavone - Serena Williams
Face à face: 1-4


Pas avant 20h

Feliciano Lopez - Juan Monaco
Face à face: 1-1

Lourdes Dominguez Lino - Elena Dementieva
Face à face: 0-0


. COURT ARENTXA SANCHEZ - VICARIO

A partir de 10h

Janko Tipsarevic - Mardy Fish
Face à face: 1-0

Pas avant 13h

Amélie Mauresmo - Ai Sugiyama
Face à face: 8-0

Simone Bolelli - Juan Ignacio Chela
Face à face: 1-0

Marco Crugnola - Stanislas Wawrinka
Face à face: 0-0

Philipp Kohlschreiber - Nicolas Almagro
Face à face: 0-1

Samantha Stosur - Anna Chakvetadze
Face à face: 1-1


. STADIUM 3

A partir de 10h

Oscar Hernandez - Martin Vassallo Arguello
Face à face: 0-2

Ivan Ljubicic - Teimuraz Gabashvili
Face à face: 1-0

Anna-Lena Groenefeld - Nadia Petrova
Face à face: 1-6


Pas avant 17h30

Shahar Peer - Caroline Wozniacki
Face à face: 0-1

Un double


. COURT N.4

A partir de 11h

Rainer Schuettler - Florent Serra
Face à face: 0-2

Robin Söderling - Igor Andreev
Face à face: 1-2

Deux doubles


. COURT N.5

A partir de 10h

Varvara Lepchenko - Magdalena Rybarikova
Face à face: 0-0

Daniela Hantuchova - Gisela Dulko
Face à face: 3-1

Aleksandra Wozniak - Patty Schnyder
Face à face : 0-0

Un double

Dechy/Santangelo - Hantuchova/Sugiyama


. COURT N.6

A partir de 11h

Trois doubles

Tommy Haas - Ernests Gulbis
Face à face: 0-0


. COURT N.7

A partir de 11h

Anastasia Pavlyuchenkova - Shuai Peng
Face à face: 0-0

Virginie Razzano - Elena Vesnina
Face à face: 1-2

Deux doubles
# 11/05/2009 à 23:41 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Monaco - Lopez 6-4,7-5
Kohlschreiber - Almagro 6-3,6-4
Wawrinka - Crugnola 6-2,6-0
Haas - Gulbis 6-2,5-7,7-5
Bolelli - Chela 7-5,7-6(7/3)
Tsonga - Safin 6-4,7-5
Soderling - Navarro 6-4,6-2
Ferrer - Canas 6-2,6-2
Ljubicic - Gabashvili 6-3,6-2
Serra - Schuettler 6-2,6-4
Hernandez - Vasallo 6-3,6-3
Fish - Tipsarevic 7-6(7/3),6-4


PROGRAMME DE MARDI

Six Français rougiront leurs chaussettes sur les courts madrilènes ce mardi. Chez les hommes, Paul-Henri Mathieu bataillera contre son premier adversaire, l'Italien Fabio Fognini avant que Jérémy Chardy ne se frotte à l'Argentin Jose Acasuso. De leur côté, Julien Benneteau, au premier tour, et Jo-Wilfried Tsonga, au second, auront fort à faire face aux géants croates Ivo Karlovic et Ivan Ljubicic.

Chez les femmes, Amélie Mauresmo rencontrera la Chinoise Jie Zheng et Aravane Rezai, la Hongroise Agnes Szavay. Dans les autres matches, à suivre particulièrement le duel fratricide entre Juan-Carlos Ferrero et Fernando Verdasco, les échanges entre Roger Federer et Robin Soderling ou encore le dernier match du jour entre Venus Williams et Alisa Kleybanova.


Court Manolo Santana

A partir de 10h00

Petra Kvitova (RTC) - Francesca Schiavone (ITA)

Pas avant 12h00

Tommy Robredo (ESP) - Mardy Fisch (USA)
Juan-Carlos Ferrero (ESP) - Fernando Verdasco (ESP)

Pas avant 16h00

Jelena Jankovic (SER) - Daniel Hantuchova (SLQ)

Pas avant 20h00

Robin Soderling (SUE) - Roger Federer (SUI)

Pas avant 21h30

Venus Williams (USA) - Alisa Kleybanova (RUS)


Court Arantxa Sanchez-Vicario

Un double

Pas avant 12h00

Marcel Granollers (ESP) - Mario Cilic (CRO)

Pas avant 13h15

Jurgen Melzer (AUT) - Albert Montanes (ESP)
Jo-Wilfried Tsonga (FRA) - Ivan Ljubicic (CRO)
Simone Bolelli (ITA) - Andy Murray (ECO)
Anne Keothavong (GBR) - Lucie Safarova (RTC)


Court 3

A partir de 11h00

Aravane Rezai (FRA) - Agnes Szavay (HON)

Pas avant 13h00

Varvara Lepchenko (USA) - Caroline Wozniacki (DAN)
Victoir Troïcki (SER) - Nikolay Davydenko (RUS)
James Blake (USA) - Victor Hanescu (ROU)
Jie Zheng (CHI) - Amélie Mauresmo (FRA)


Court 4

A partir de 12h00

Un double
Vera Dushevina (RUS) - Roberta Vinci (ITA)


Court 5

Pas avant 12h00

Paul-Henri Mathieu (FRA) - Fabio Fognini (ITA)
Jérémy Chardy (FRA) - Jose Acasuso (ARG)


Court 7

A partir de 12h00

Andreas Seppi (ITA) - Eduardo Schwank (ARG)

Pas avant 13h15

Guillermo-Garcia Lopez - Tomas Berdych (RTC)
Ivo Karlovic (CRO) - Julien Benneteau (FRA)
# 12/05/2009 à 23:40 Nico
RESULTATS DE MARDI

Blake - Hanescu 6-2,6-4
Karlovic - Benneteau 3-6,7-6(7/5),6-4
Davydenko - Troicki 6-2,6-2
Melzer - Montanes 4-6,7-5,6-3
Berdych - Garcia-Lopez 6-0,7-6(7/5)
Chardy - Acasuso 6-3,6-2
Cilic - Granollers-Pujol 6-2,6-7(4/7),6-1
Seppi - Schwank 7-5,6-4
Fognini - Mathieu 6-7(5/7),6-4,3-0

Federer - Soderling 6-1,7-5
Murray - Bolelli 7-6(11/9),6-4
Ljubicic - Tsonga 6-4,7-5
Verdasco - Ferrero 6-3,6-2
Robredo - Fish 3-6,7-6(7/5),6-2


PROGRAMME DE MERCREDI

Le "Galactique" Rafael Nadal va faire trembler la terre madrilène avec son entrée en lice mercredi contre Jürgen Melzer. Côté français, Gilles Simon entre également en piste face à son adversaire du mois, Fabio Fognini qu'il retrouve pour la troisième fois d'affilée. Dès midi, Jérémy Chardy est opposé au Suisse Stanislas Wawrinka et Florent Serra clôture le programme du court Arantxa Sanchez face à Nikolay Davydenko. La dernière Tricolore dans le tableau, Amélie Mauresmo, affronte pour la 16e fois Elena Dementieva.

Court Manolo Santana

A partir de 11 heures

Victoria Azarenka (BLR) - Shuai Peng (CHN)

Pas avant 12 heures

Novak Djokovic (SER) - Oscar Hernandez (ESP)

Pas avant 16 heures
Rafael Nadal (ESP) - Jürgen Melzer (AUT)


Pas avant 20 heures

Dinara Safina (RUS) - Na Li (CHN)
Andy Roddick (USA) - Tommy Haas (ALL)


Court Arantxa Sanchez Vicario

Pas avant 12 heures

Juan Martin Del Potro (ARG) - Tomas Berdych (RTC)
Fabio Fognini (ITA) - Gilles Simon (FRA)
James Blake (USA) - Ivo Karlovic (CRO)
David Ferrer (ESP) - Juan Monaco (ARG)
Florent Serra (FRA) - Nikolay Davydenko (RUS)


Stadium 3

A partir de 11 heures

Vera Dushevina (RUS) - Francesca Schiavone (ITA)

Pas avant 13 heures

Alona Bondarenko (UKR) - Svtelana Kuznetsova (RUS)
Patty Schnyder (SUI) - Nadia Petrova (RUS)

Pas avant 17h30

Amélie Mauresmo (FRA) - Elena Dementieva (RUS)


Court n°4

A partir de 12 heures

Andreas Seppi (ITA) - Sam Querrey (USA)


Court n°5

A partir de 12 heures

Jérémy Chardy (FRA) - Stanislas Wawrinka (SUI)
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Marin Cilic (CRO)
# 14/05/2009 à 10:23 Nico
NEWS EN VRAC[center][/center]

Marre de Nadal ?

Rafael Nadal agace. Certains de ses compatriotes jalousent sa réussite sur terre battue, les organisateurs de Madrid son influence. Il faut se le dire : le N.1 mondial, qui a hésité à venir jouer dans la capitale espagnole en raison de son altitude élevée, fait la pluie et le beau temps en Espagne.

Tout le monde est unanime : Rafael Nadal va remporter Roland-Garros pour la cinquième année de suite cette saison. Circulez, il n'y aurait plus donc rien à voir. Alors pourquoi aller jouer sur la terre battue de Madrid où l'Espagnol sera également présent et grand - pour ne pas unique - favori pour le titre ? Juste pour espérer grapiller des points ATP en allant le plus loin dans le tout nouveau Masters ocre de l'ATP, qui était auparavant sur dur en fin de saisons précédentes. Tout en priant pour ne pas jouer face à Rafael Nadal. Ou alors le plus tard possible. Et ce, même si le N.1 mondial a hésité à venir en raison de l'altitude à laquelle il faut s'adapter pour jouer à Madrid.

Au sein de la "Caja Magica" ("Boîte Magique"), espérer est ce qu'il reste à Fernando Verdasco. "J'ai encore Nadal dans ma partie de tableau", a soufflé de dépit dans le quotidien Marca le numéro 2 espagnol, battu huit fois en autant de rencontres par son jeune compatriote. "Comme à Rome, je me retrouverais peut-être en face de lui en quart de finale... J'essayerai de gagner cette fois. C'est le moment qu'il laisse gagner un tournoi aux autres." Il est vrai qu'il est difficile d'avancer dans un tableau sans entendre les pas lourds de "l'ogre de l'ocre". N.5 mondial fin 2006, Tommy Robredo se laissait déjà dire en marge du Masters de Paris-Bercy de cette année-là qu'il avait du mal à le vivre. "Si j'étais N.5 mondial en France ou dans un autre pays, je serai un demi-Dieu. En Espagne, c'est autre chose. Il y a Nadal... Donc il faut prendre son mal en patience."

"Monsieur Nadal veut du rouge"

Toute la presse espagnole n'a d'yeux que pour le phénomène ibérique, non sans laisser les autres joueurs dans l'ombre. Qui n'a pas été surpris en voyant les médias ibériques quitter un tournoi après l'élimination prématurée de Nadal même si d'autres Espagnols étaient toujours en lice ? Un fait avéré qui a le don d'agacer les joueurs en question. Adoré lorsqu'il était N.2 mondial entre juillet 2005 et août 2008, il est désormais adulé comme personne maintenant qu'il a réussi à dépasser le Roi Roger Federer au classement ATP. Quadruple vainqueur à Roland-Garros et auréolé d'un titre à Wimbledon en 2008, ce que n'avait réussi à faire qu'un Espagnol (Manolo Santana en 1966), le phénomène aurait dépassé l'entendement. Son succès à l'Open d'Australie n'a rien arrangé car on dit de lui qu'il réussira à brandir les quatre trophées majeurs cette saison, ce que personne n'a réalisé dans l'ère Open, débuté en 1968.

Alors Madrid, ce ne serait qu'une pure formalité si Nadal joue le jeu jusqu'au bout, sans se ménager avant-Roland-Garros. Vu son tableau dégagé, la voie vers la finale semble toute tracée. Et quand on sait que ce Masters 1000 est en plus organisé par le fameux Santana, Rafa ne pourra que se sentir comme chez lui ces prochains jours. Même s'il est Majorquin et non Madrilène d'origine. Et même s'il a joué un rôle au moment de la conception du tournoi... En effet, le N.1 mondial, à l'instar des Roger Federer et Novak Djokovic, aurait refusé que la terre battue soit bleue...

Une originalité voulue par les organisateurs mais refoulée par l'ATP après consultation des premiers joueurs mondiaux. "On avait fait des essais à Barcelone (...), acheté tout le matériel : c'est la même texture que la terre rouge. Et puis, il y a des joueurs comme Monsieur Nadal qui veulent du rouge!" Si Iron Tiriac, l'auteur de ces dires dans les colonnes de L'Equipe et l'homme qui détient les droits du Masters, peste contre cette issue, on ne blasphème pas avec Nadal. Ni même avec les autres joueurs et joueuses comme Serena Williams qui ont marqué leur préférence pour le rouge de la terre et non une autre couleur farfelue. "La terre, c'est rouge, insiste Nadal. Même si on me dit que cela ne change rien sur le court, je ne trouve pas que ce soit une bonne chose." A Madrid comme ailleurs, on ne touche pas à la tradition.
S.P


Djokovic prône une réforme

Novak Djokovic est heureux d'être à Madrid mais fatigué. Le Serbe estime que ses 4 finales en 4 tournois et sa récente victoire à Belgrade sont mal récompensés : il a perdu sa 3e place mondiale au profit d'Andy Murray. Une petite réforme, svp ?

. Ce qu'il faut savoir : Novak Djokovic (SRB/N.3) bat Oscar Hernandez (ESP/WC) 6-3, 6-3. Prochain adversaire : Andrea Seppi.

. Ce qu'il en dit : "J'ai joué aussi bien que possible pour gagner. Cela avait l'air facile mais c'est difficile car il a fallu que je m'adapte aux conditions. C'était la première fois que je tapais dans la balle sur le central. La balle vole beaucoup et il faut mettre beaucoup d'effet dans la balle, beaucoup de rythme. J'ai fait du bon boulot mais je suis épuisé. D'autant plus que j'ai joué quatre finales en quatre tournois, et que je viens de vivre de grandes émotions en remportant le titre à Belgrade (où la famille Djokovic a organisé le tournoi, ndlr). Mentalement, je suis fatigué. Mais c'est mon boulot de venir ici pour faire de mon mieux."

LE TOURNOI

. Ce qu'il faut savoir : Nathalie Dechy résumait les critiques formulées à l'égard du tournoi ainsi : "C'est très bien mais ce sera mieux l'année prochaine". Madrid, sa Magic Box et son court en terre battue bleu ne fait pas encore l'unanimité. Les courts sont trop "mous", on peut faire "des châteaux de sable", disait Paul-Henri Mathieu mardi. Et la différence entre les courts annexes et le central est trop grande. Le toit recouvre presque totalement les courts de "la Boîte".

. Ce qu'il en dit : "Le central est très sympa, la qualité du court central est bonne, mais les courts d'entraînement sont mauvais. J'ai parlé avec les autres joueurs et ils ne sont pas vraiment contents avec les conditions de jeu, car on joue quasiment "indoor" et cela n'est pas idéal à cette période de l'année. Il faut donc s'habituer, trouver le bon rythme."

UN CLASSEMENT ATP OBSOLETE ?

. Ce qu'il faut savoir : Novak Djokovic s'est fait doublé par Andy Murray au classement ATP qui est calculé sur les douze derniers mois de compétition. A la suite des critiques formulées par le Serbe, Nadal a proposé de passer ce calcul à deux ans.

. Ce qu'il en dit : "Pour être honnête, cela me motive d'être descendu d'un cran ou deux (un, ndlr). J'essaie de ne pas trop faire attention au classement. Disputer trois finales de Masters 1000, puis gagner un tournoi ATP 250 (Belgrade), ce sont des résultats formidables. Et malgré tout, je perds une place. C'est cruel. IL faut jouer son meilleur tennis et les points viendront. A cause de ce système, de nombreux joueurs sont sous pression car ils doivent défendre des points. Federer et Nadal ont gagné trois ou quatre titres du Grand Chelem d'affilée sans gagner un seul point supplémentaire. Il faudrait peut-être changer de système."

RAFAEL NADAL

. Ce qu'il faut savoir : Nadal a battu Djokovic 13 fois sur 17. Sur terre battue, il compte 8 victoires pour 0 défaite face au Serbe.

. Ce qu'il en dit : "Il doit améliorer son jeu sur terre battue (rires). Non bien entendu, il est le légitime N.1 mondial. C'est fascinant de voir Rafael Nadal se battre pour gagner à nouveau tous ces tournois. Sa détermination, sa faculté à vouloir gagner toujours, sa patience fantastique, son expérience, tout cela lui donne un avantage, sans parler de sa capacité physique. Sur cette surface, si on ne fait pas le point tout de suite, il vous fait toujours joeur un coup supplémentaire. Il a mûri. Il a gagné Wimbledon, l'Open d'Australie."

Eurosport


Nadal évoque un ranking sur 2 ans

A l'image de Novak Djokovic, Rafael Nadal s'est déclaré favorable à un nouveau système de classement. Le Serbe, qui vient de céder sa troisième place mondiale à Andy Murray malgré un titre conquis à Belgrade ce week-end, trouve que le classement actuel - qui prend en compte les résultats des douze derniers mois - est cruel.

«Disputer trois finales consécutives en Masters Series (Miami, Monte-carlo et Rome, NDLR) et s'imposer dans un 250 à Belgrade est une incroyable performance. Et pourtant, je perds une place au classement. Cela montre combien le système actuel est cruel. Federer ou Nadal ont remporté quatre ou cinq Grands Chelems de rang et ils n'ont gagné aucun point» s'est plaint le nouveau numéro 4 mondial. «Un classement basé sur deux ans serait beaucoup mieux, a déclaré pour sa part le Majorquin. Ça nous aiderait à être plus relax. Et, en ce qui me concerne, ça me permettrait d'allonger ma carrière».


RESULTATS DE MERCREDI

Roddick - Haas 1-6,7-6(11/9),6-4
Davydenko - Serra 7-5,6-3
Monaco - Ferrer 6-4,6-4
Nadal - Melzer 6-3,6-1
Blake - Karlovic 6-7(4/7),6-4,7-6(7/4)
Simon - Fognini 6-3,6-2
Kohlschreiber - Cilic 6-1,6-7(5/7),7-6(6/2)
Djokovic - Hernandez 6-3,6-3
Wawrinka - Chardy 6-4,7-5
Seppi - Querrey 6-3,4-6,6-4
Del Potro - Berdych 6-2,4-1


PROGRAMME DE JEUDI

Gilles Simon, dernier Français en lice à Madrid, retrouvera jeudi en huitièmes de finale Ivan Ljubicic, tombeur de Jo-Wilfried Tsonga au tour précédent. En deux confrontations avec le Croate, le protégé de Thierry Tulasne ne s'est encore jamais imposé. Les quatre premiers mondiaux - Nadal, Federer, Murray et Djokovic - seront également sur les courts. Chez les femmes, on suivra tout particulièrement les prestations de Dinara Safina et Jelena Jankovic, opposées respectivement à Lucie Safarova et Elena Vesnina.

Court Manolo Santana

A partir de 10h

Anna Chakvetadze (RUS) - Alona Bondarenko (UKR) : 1-2

Pas avant 12h

Tommy Robredo (ESP/N.16) - Andy Murray (GBR/N.4) : 2-1
James Blake (USA/N.14) - Roger Federer (SUI/N.2) : 1-8

Pas avant 16h

Dinara Safina (RUS/N.1) - Lucie Safarova (RTC) : 1-2

Pas avant 20h

Rafael Nadal (ESP/N.1) - Philipp Kohlschreiber (ALL) : 4-0

Andy Roddick (USA/N.6) - Nikolay Davydenko (RUS/N.10) : 5-1

Court Arantxa Sanchez-Vicario

Pas avant 13h

Jelena Jankovic (SER/N.4) - Elena Vesnina (RUS/Q) : 2-0

Pas avant 15h

Novak Djokovic (SER/N.3) - Andreas Seppi (ITA) : 5-0

Pas avant 17h

Juan Monaco (ARG/WC) - Fernando Verdasco (ESP/N.7) : 4-1
Ivan Ljubicic (CRO/WC) - Gilles Simon (FRA/N.8) : 2-0


Stadium 3

A partir de 12h

Juan Martin del Potro (ARG/N.5) - Stanislas Wawrinka (SUI/N.11) : 1-2
Victoria Azarenka (BLR/N.7) - Agnes Szavay (HON) : 2-0

A partir de 17h30

Alisa Kleybanova (RUS) - Caroline Wozniacki (DAN/N.9) : 1-0
# 14/05/2009 à 14:27 cath
bonjour à tous !!!!!!
je ne vous ai pas oubliés , fans de RAFA ; et mon RAFA , encore moins .....mais j'ai du me reposer un bon coup pour le boulot !!!!
SI RAFA est en finale ..( ou au moins en demi ....) je pourrais peut etre le voir , mais pas le match de ce jeudi soir ;

je suis enchantée que MAURESMO réusisse son come pack , entre l'open de PARIS , la fed cup ( elle a "sauvé" la FRANCE du désatre.... ) ; et donc son parcours à MADRID......

c'est quoi ce papier plus haut sur RAFAEL ?????
" marre de NADAL? " :c'est encore un franchouillard qu'a écrit ça

quant à NOLE ....enfin , DJOKO , je serai fair play , en disant qu'il me fait plaisir : si si .....
il se bat , reconnait les mérites du maitre RAFA , il est plein de vie ......
le classement est bizarre , c'est vrai ....mais je trouve que MURRAY ET DJOKO devrait etre ex- aequo tous les deux à la troisieme plaçe !!!!

allez , à bientot !!!!!
# 14/05/2009 à 15:55 Nico
Hello Cath, hello à tous !

Lol Cath tu as raison il doit y avoir du "franchouillard" là-dessous mdr...à l'approche de RG !!!
Enfin, les Espagnols peuvent aussi grogner on ne sait jamais...

Ce qu'il faut ressortir je pense c'est que Rafa comme les autres "grands" ont dit non à des choses qui viennent du soi disant "grand argentier et décideur" (ou l'un d'eux...) du tennis, à savoir M. Tiriac qui est loin de faire l'unanimité...
Les joueurs semblent de plus en plus être "unis" ce qui peut être de bon augure...wait and see !
# 15/05/2009 à 09:39 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Roddick - Davydenko
Nadal - Kohlschreiber
Verdasco - Monaco 7-5,6-2
Ljubicic - Simon 3-6,6-4,6-3
Djokovic - Seppi 6-4,6-4
Federer - Blake 6-2,6-4
Murray - Robredo 7-5,6-1
Del Potro - Wawrinka 4-6,6-4,6-4


Nadal verni, Federer sérieux

Rafael Nadal s'est qualifié pour les quarts de finale du M1000 Madrid sans jouer ! Kohlschreiber, blessé à la jambe, est forfait. Federer a battu Blake (6-2, 6-4). Murray a dominé Robredo (7-5, 6-1) et Djokovic, Seppi (6-4, 6-4). L'Ecossais rencontrera Del Potro, vainqueur face à Wawrinka.

. Rafael Nadal s'est qualifié pour les quarts de finale du M1000 Madrid sans jouer ! Philipp Kohlschreiber, blessé à la jambe gauche, a déclaré forfait. Comme à Barcelone (Forfait de Nalbandian en quart), le N.1 mondial profite donc d'un coup de pouce du tableau. Lui qui avait un temps hésité à honorer cette première édition du tournoi, le voilà ravi. Après les critiques (la terre bleue, l'organisation un peu hésitante) il a fait dans le dithyrambe marketing la veille en conférence de presse : " Concernant les courts, je les trouve fantastiques, tout ici est spectaculaire. D'ailleurs je tiens à remercier la ville de Madrid pour ça, la ville, le public qui nous soutient toujours avec ferveur depuis de longues années. L'endroit est merveilleux, et j'espère que cela aidera Madrid a obtenir les Jeux Olympiques de 2016." On attend surtout de savoir comment va se comporter un des deux lointains outsiders du tournoi : Fernando Verdasco, vainqueur de Juan Monaco 7-5, 6-2. Comme à Rome cette année, l'Espagnol, 8e joueur mondial, affrontera le N.1 face à qui il n'a jamais gagné, pour une place en demi-finale.


. Roger Federer (SUI/N.2) bat James Blake (USA/N.14) 6-2, 6-4
Prochain adversaire : Roddick.

Deux sets, c'est tout. Roger Federer n'a pas eu besoin d'évoluer à un niveau stratosphérique pour prendre l'ascendant sur l'Américain James Blake. Trop pressé et certainement marqué par son combat face à Ivo Karlovic la veille, Blake manque de timing pour faire la différence sur terre battue. Federer n'a pas très bien servi au premier set, il a commis quelques erreurs sur des coups frappés latéralement, mais il est resté largement maître de la situation. Aucun enseignement à tirer de ce match pour le Suisse sinon la certitude d'avoir un niveau de jeu moyen plus élevé que celui de la majorité des joueurs du top 20.

Au prochain tour, le Suisse retrouvera pour la 20e fois sur le circuit ATP Andy Roddick, bénéficiaire comme Nadal de l'abandon de son adversaire du jour, Nikolay Davydenko, en raison d'une blessure à la jambe gauche. "Je suis très excité, affirme Federer. Pas seulement parce que je l'ai affronté tellement de fois mais aussi et surtout parce que c'est la première fois que je le joue sur terre. Andy peut gagner les matches sur cette surface juste parce que son service a plus d'effet sur terre. J'ai eu beaucoup de succès face à Andy (17 victoires pour 2 défaites, NDLR) et j'espère pouvoir continuer comme ça face à lui également sur terre."


. Novak Djokovic (SER/N.3) bat Andreas Seppi (ITA) 6-4, 6-4
Prochain adversaire: Ljubicic

Novak Djokovic est un joueur fatigué. Ereinté après des semaines à jouer quatre finales ATP de suite entre Miami et Belgrade, avec un dernier titre gagné dans son pays natal la semaine dernière, le Serbe tient son 4e rang mondial avec volonté. Face à Andrea Seppi qu'il a éliminé en trois manches samedi en demi-finale du tournoi serbe, Djokovic n'a eu recours qu'à deux sets pour battre de nouveau l'Italien, 36e mondial. 11 balles de break ont été nécessaires à Nole pour faire la différence. Pourtant il n'en a converti que trois. Suffisant toutefois pour rallier les quarts de finale d'un tournoi ATP pour la 10e fois de suite cette saison.


. Andy Murray (GBR/N.4) bat Tommy Robredo (ESP/N.16) 7-5, 6-1
Prochain adversaire : Del Potro.
Juan Martin Del Potro (ARG/N.5) bat Stanislas Wawrinka (SUI/N.11) 4-6, 6-4, 6-4

Un gros début de match, et une domination non contestée pour finir pour, vainqueur de à Madrid. L'Ecossais, coaché par Alex Corretja, est, comme Roger Federer, déjà nettement au-dessus de la moyenne des joueurs concernés par la terre battue. Tommy Robredo fait partie des "clients naturels" sur cette surface. Ces joueurs qui aiment le tempo, qui n'ont pas peur d'essuyer les bâches, ni de labourer le court. Ce qui est remarquable ce jeudi, c'est de voir avec quelle facilité Andy Murray a accepté de courir après la balle avant de mettre une pression constante dans ses frappes. C'est une montée en puissance qui rappelle tout simplement celle de Nadal. Puissant au service, Murray a gagné en moyenne 20% de points de plus sur ses deux engagements que Robredo.

En fond de court, il n'y a avait plus que lui dans la seconde manche. C'est efficace sans être éblouissant, mais on peut s'attendre à voir d'autres tours de magie sortir de la "Boîte" de Murray. "Je suis très content d'avoir battu Tommy Robredo. Il est arrivé plusieurs fois en deuxième semaine à Roland Garros, évidemment ce n'est pas le niveau de Nadal mais il donne du fil à retordre à ses adversaires. Au début, il a commencé à très bien jouer et c'est pour ça que cette victoire est importante pour moi."
Eurosport


Simon : "Ça me rend malade"

A Madrid, Gilles Simon a entrevu les quarts avant qu'Ivan Ljubicic ne lui claque définitivement la porte au nez. Alors qu'il mène 6-3, 4-2, il craque et s'incline finalement 6-3, 4-6, 3-6. Le numéro un français peut nourrir de sacrés regrets. A 10 jours de Roland-Garros, Simon n'est pas rassuré.

GILLES SIMON, vous teniez le match. Ca marchait comme sur des roulettes et soudain, tout bascule...

G.S. : C'était un peu bizarre. J'étais bien et puis dès que ça s'est compliqué un peu, je suis devenu complètement idiot. Contrairement à mon adversaire du premier tour qui est revenu à 4-3 mais qui a enchaîné trois doubles derrière, Ljubicic n'est pas ce type de joueur. A 4-2, j'ai deux balles de break mais je fais deux fautes bêtes. Ensuite, il a des balles de jeu sur son service puis à 40-0 il fait trois beaux points sur le mien et ça a suffi pour que ça déconnecte complètement. Il enchaîne une série de 7 jeux qui part en 20 minutes.

Ljubicic a profité de ce moment de faiblesse pour élever son niveau de jeu...

G.S. : Je pense surtout qu'il jouait mieux parce que je l'ai laissé venir et qu'il allait mieux. Normalement j'aurais dû mener 5-2, et là le match était terminé, qu'il joue mieux ou moins bien. Mais c'est moi qui ai perdu le match. Evidemment, il a mieux joué, mieux servi, il a été plus régulier, il a donné moins de points du fond du court mais je pense que j'ai eu toutes les cartes en main pour gagner. Arrive un moment où je suis fatigué d'être sur le terrain, je n'y arrive plus du tout d'ailleurs. Je pense que c'est surtout ce qui a fait la différence avec le moment où j'ai mieux joué, où j'ai de meilleurs résultats. C'était pas tant au niveau du jeu parce que ca a été très bien pendant une bonne partie du match: j'étais patient quand il fallait, je l'agressais quand il fallait mais à un moment ça devient n'importe quoi et ça c'est juste le cerveau. Ces derniers temps, j'ai fait beaucoup d'efforts pour essayer d'aller mieux au niveau de mon jeu et du coup, ma tête ne suit plus.

Mais comment se fait-il que ce match vous échappe?

G.S. : C'est surtout dû à mon cerveau. Ce n'est pas dans mon habitude et pourtant à un moment, j'ai eu envie de partir du court. Ca me fatiguait, je n'arrivais plus à me battre, je n'avais plus du tout le bon état d'esprit sur le terrain. Je le sentais, je devenais idiot mais je n'arrivais pas à l'empêcher. A 3-1, j'arrivais à stopper l'hémorragie mais c'est vrai qu'en ce moment, quand ça se passe mal, j'ai du mal à l'arrêter. A Monte-Carlo, face à Beck, ça s'est transformé en 6 jeux de suite pour prendre 6-1, à Rome face à Zverev la même chose 1-0, 6-1 et là encore une fois 4-2, 7 jeux de suite, il faut clairement arriver à arrêter ça. Ca me rend fou, je le sens venir mais je n'arrive pas à l'empêcher, j'ai été faible dans ma tête. Maintenant, je suis à un stade où je ne suis même plus énervé, je suis juste gavé et je veux tout faire pour oublier ce match et passer à autre chose.

C'est peut-être cet enchaînement de matches qui vous use?

G.S. : J'ai beaucoup enchaîné, c'est très lourd, mais le programme est comme ça et il ne permet pas de se reposer. A chaque fois que l'on faire une pause, il faut faire l'impasse sur un tournoi et à la base, j'ai envie de jouer tous les tournois. Mais quand tu arrives sur le terrain, ce n'est pas forcément ce que tu ressentais deux jours avant. Avant Madrid, j'étais bien, je jouais mieux, je reprenais du plaisir et puis voilà ça me tombe dessus. Je n'ai pas eu la force de surmonter ça. Loin de là...

A Rome, vous disiez que vous réfléchissiez trop sur le terrain. C'est toujours le cas?

G.S. : A Rome, je cogitais plus, parce que j'avais des problèmes avec mon jeu. J'avais des problèmes de sensations sur le terrain, je ne trouvais pas de solutions et c'est dans ce sens où c'était difficile parce que je m'entraînais beaucoup pour retrouver ma ligne de conduite qui me faisait bien jouer sur terre. Alors que là, sur le match, c'est complètement autre chose. Mon jeu est là, bien présent, installé. Je sers bien, je passe beaucoup de premières et j'arrive à l'agresser mais après, j'enchaîne deux mauvais jeux, et ça me rend malade.

Des vacances sont-elles au programme avant Roland-Garros?

G.S. : Non. Mon programme ne me permet pas de partir en vacances, mais dans ma tête je le serai un peu... La suite ça sera à Düsseldorf. Surtout pour faire des matches avant Roland-Garros et essayer de se libérer notamment au niveau de la tête. Je crois que le seul tournoi où ça allait mieux c'était à Estoril, c'est finalement celui où j'avais le moins de pression puisque ça ne comptait qu'en qu'à réussite. C'était plus facile et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai pris plus de plaisir. Après un match comme celui-ci (face à Ljubicic), il faudra bien Düsseldorf avant Roland.

Eurosport - Propos recueillis par Stéphanie VERLEYEN, à Madrid


PROGRAMME DE VENDREDI

Les quarts de finale sont au programme de ce vendredi avec de très belles affiches à l'image du duel espagnol chez les hommes entre Rafael Nadal et Fernando Verdasco ou encore de l'opposition entre deux anciens numéros 1 mondiaux, l'Américain Andy Roddick et le Suisse Roger Federer. Chez les femmes, la dernière française en lice, Amélie Mauresmo sera opposée à la surprenante hongroise Agnès Szavay alors que la Russe Dinara Safina devra se méfier de l'Ukrainienne Alona Bondarenko.

Court Manolo Santana

A partir de 11h

Caroline Wozniacki (DAN/9) - Vera Dusheniva (RUS/Q) : 2-0

Pas avant 14h

Andy Roddick (USA/6) - Roger Federer (SUI/2) : 2-17

Pas avant 16h

Dinara safina (RUS/1) - Alona Bondarenko (UKR) : 0-1

Pas avant 20h

Rafael Nadal (ESP/1) - Fernando Verdasco (ESP/7) : 8-0

Juan Martin Del Potro (ARG/5) - Andy Murray (ECO/4) : 0-3


Court Arantxa Sanchez Vicario

Pas avant 13h

Agnès Szavay (HON) - Amélie Mauresmo (FRA) : 0-1
Novak Djokovic (SER/3) - Ivan Ljubicic (CRO/WC) : 1-1

Pas avant 18h30

Jelena Jankovic (SER/4) - Patty Schnyder (SUI) : 2-1
# 16/05/2009 à 11:27 Nico
Del Potro surprend

Seul Juan Martin Del Potro (N.5) a déjoué la hiérarchie en gagnant son billet pour les demi-finales à Madrid, vendredi. Il a battu Andy Murray (N.3), 7-6, 6-3.


Roger Federer (SUI/N.2) bat Andy Roddick (E-U) 7-5, 6-7 (5-7), 6-1.Prochain adversaire: Del Potro

Roger Federer n'est plus qu'à une marche du défi qu'il s'est fixé à Madrid : rencontrer Rafael Nadal en finale. Pour cela, le Suisse s'est défait à l'usure d'Andy Roddick, qui n'avait plus joué depuis plusieurs semaines. Avant de savoir que Juan Martin Del Potro serait son adversaire samedi, le génie helvétique avait fait part de sa crainte de retrouver un joueur en progrès.

"J'ai joué un très bon match contre Juan Martin Del Potro en Australie", avait rappelé l'ex-N.1 mondial. "Je suis conscient du fait que cela ne risque pas de se reproduire, c'est un fait plutôt rare, donc je m'attends plutôt à un match difficile. Surtout voyant la manière dont il a joué contre Wawrinka. S'il bat Murray, je pense qu'il sera très difficile à battre. J'aime son jeu, et j'admire la manière dont il a réussi à se faire une place parmi les meilleurs", avait-il dit.

De son côté, Andy Roddick s'est montré satisfait de sa production, de bon augure pour le French. "Il faut relativiser cette défaite", a déclaré l'Etasunien. "J'ai eu deux gros matchs ici, et revenant de six semaines sans tournois, sans compter qu'il ne s'agit pas de ma surface de prédilection, donc, ça pourrait être pire. Avec un peu de chance je vais pouvoir m'entrainer avec des joueurs de gros calibre. De manière générale cela m'a permis de me préparer pour Roland Garros, et puis, j'espère m'améliorer".

Juan Martin del Potro (ARG/N.5) bat Andy Murray (GBR/N.3), 7-6, 6-3. Prochain adversaire: Federer

Les quatre meilleurs joueurs du moment auraient pu se retrouver en demi-finales mais Del Potro en a décidé autrement. Le Sud Américain a vraiment déjoué les pronostics car il n'avait jamais battu l'Ecosse en trois confrontations. Il aura une belle carte à jouer face à Federer.

Novak Djokovic (SER/N.3) bat Ivan Ljubicic (CRO/wc) 6-4, 6-4.Prochain adversaire: Nadal

C'était l'intrus des quarts de finale. Seul joueur présent à ce stade du tournoi à ne pas être dans le Top 10, Ivan Ljubicic a finalement subi la loi de Novak Djokovic. Le tombeur de Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon n'a rien pu faire contre le Serbe, très performant au service. La tête de série numéro 3 du tournoi, qui a décroché un nouveau titre dans son pays natal la semaine dernière, s'est débarrassée du Croate en 1h45 en convertissant deux de ses sept balles de break. Il attend désormais Rafael Nadal ou Fernando Verdasco de pied ferme.

Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Fernando Verdasco (ESP/N.7) 6-4, 7-5.Prochain adversaire: Djokovic

32e victoire consécutive sur terre battue pour Rafael Nadal. Le Majorquin a gagné en s'accrochant : mené 0-30 sur son service à 4-4, il a aligné 8 points pour empocher le 1er set. Puis, auteur d'un relâchement coupable face à un solide Verdasco dans la manche suivante, il s'est retrouvé à 4-0 contre lui pour finalement égaliser à 4 partout. C'est face à un adversaire trahissant sa fébrilité par quelques double fautes (7 en tout) qu'il a conclu à 7-5. Les fautes non provoquées auront sans doute fait la différence dans cette partie : Nadal en a concédées 28, Verdasco 43. En demie, "Rafa" devra jouer son meilleur tennis pour contrer un Djokovic qui a déroulé face à Ljubicic.

Eurosport


PROGRAMME DE SAMEDI

Les femmes ouvrent le bal ce samedi avec des demi-finales en forme de conflit générationnel. Amélie Mauresmo entre en piste dès 11 heures contre Caroline Wozniacki et Dinara Safina affronte Patty Schnyder. Chez les hommes, Rafael Nadal et Novak Djokovic se retrouvent au stade des demi-finales après leurs deux affrontements en finale à Monte-Carlo et Rome.

Court central

A partir de 11 heures

Amélie Mauresmo (FRA) - Caroline Wozniacki (DAN): 0-0

Pas avant 13 heures

Dinara Safina (RUS) - Patty Schnyder (SUI): 2-0

Pas avant 16 heures

Rafael Nadal (ESP) - Novak Djokovic (SER) : 13-4


Pas avant 20 heures

Juan Martin Del Potro (ARG) - Roger Federer (SUI)
# 17/05/2009 à 12:24 Nico
Nadal au bout du suspense

Après avoir sauvé trois balles de match et avoir vécu un début de match cauchemardesque, Rafael Nadal se qualifie samedi pour la finale en dominant (3-6, 7-6 [5], 7-6 [9]) Novak Djokovic après un combat dantesque de 4h02'. Pour la première fois de la saison sur terre, l'Espagnol retrouve en finale Roger Federer, tombeur (6-3, 6-4) de Juan Martin Del Potro.

Certains visages illustrent mieux un match qu'un long discours. En conférence de presse, Novak Djokovic apparaît K.-O. debout. Quand Rafael Nadal arrive dans la salle de presse, il prend les choses en main. Le micro ne marche pas alors il passe aux interviews télévisées avant de revenir parler à la presse écrite. Quand le son fonctionne, c'est lui qui pose la première question ! Il ne se souvient plus combien de balles match il a dû sauver ? Trois, Rafa. Et combien de temps le match a duré ? Quatre heures, Rafa. L'anecdote peut prêter à sourire. Pourtant elle démontre tout simplement que le numéro un mondial joue vraiment point après point. Ce n'est pas un simple théorème pour fort en maths. C'est sa philosophie. «Si j'avais perdu, j'aurais bien sûr été déçu sur le moment. Mais demain, j'aurais été content d'avoir vécu un tel match», résume avec sincérité le Majorquin, qui totalise désormais trente-trois victoires consécutives sur terre battue. Et pourtant, il a marché sur l'arête de la falaise pendant tout le match.

Entre la raison et la passion, son coeur a longtemps balancé. Pendant deux heures, Rafael Nadal grimace, multiplie les fautes directes, se tient les mains sur les hanches et dodeline de la tête pour illustrer sa désapprobation sur sa qualité de jeu. En face, Novak Djokovic ne bouge pas de sa ligne de fond et distribue parfaitement le jeu. Quand le kiné arrive pour bander son genou droit à (3-6, 1-2) et lui donner des anti-inflammatoires, les aficionados commencent à sérieusement s'inquiéter. Et la question de s'économiser en vue de Roland-Garros taraude tous les esprits. La raison peut pousser le Majorquin à un repos bien mérité. La passion le guide vers sa nature profonde, le combat. Il ne joue pas bien, mais se bat encore et toujours. Il ne peut pas lâcher devant ce public qui le vénère. Il ne peut pas lâcher tout simplement car il n'est pas constitué de ce bois-là. Il sauve quatre balles de break dans la deuxième manche à l'image de ses deux services gagnants à 4-4 (15-40). Plus l'adrénaline monte, mieux il joue. Au tie-break, ses frappes deviennent plus violentes et il fait craquer le 4e mondial. Le public l'ovationne et le match change de dimension.

Novak Djokovic doit maintenant affronter l'autre Nadal, le vrai avec ses gifles de coup droit, ses passings en bout de course et ses "vamos" tonitruants. Malgré des jambes de plus en plus lourdes, le Serbe ne se démonte pas et continue à produire un grand niveau de jeu pour breaker le premier et mener 3-1. Mais le numéro 1 mondial retrouve bien sa panoplie de super-héros de l'Espagne pour débreaker dans la foulée. Quand le jeu touche le coeur, Rafael Nadal n'est jamais aussi fort. Quand la "bête" est blessée, elle se cabre, à l'image de sa première balle de match sauvée après un échange énorme sur un coup droit gagnant en décalage à 6 points à 5 au tie-break de la troisième manche. Sur sa deuxième balle de match à 7 points à 6, Novak Djokovic en appelle au ciel et se signe. Rafael Nadal lui inflige un terrible droite-gauche et un nouveau coup droit gagnant. Il en reste une à 9 points à 8. L'Espagnol l'efface avec une première balle. Deux nouvelles gifles de coup droit lui offrent le match. Il s'écroule les bras en croix. Une image bien connue mais inédite en demi-finale d'un Masters 1000. Il offre gentiment son bandeau à un enfant accouru sur le court et le public entonne des "Rafa" par vagues sonores et se prosterne. Rafael Nadal possède deux vertus cardinales : le coeur et la raison.
SD


Nadal: "Quel match !"

"Si j'avais perdu, j'aurais bien sûr été déçu sur le moment, raconte Rafael Nadal toujours aussi fair-play après sa qualification en finale du Masters de Madrid face à Novak Djokovic (3-6, 7-6, 7-6). Mais le lendemain, j'aurais été content d'avoir vécu un tel match."

"Quel match! Djokovic est touché et c'est normal mais quand il analysera son match après coup, il verra tout le positif parce qu'il a été très près de me battre."


Djokovic: "Le match de ma vie"

Novak Djokovic est arrivé en conférence de presse les larmes aux yeux. Encore marqué par sa défaite face à Rafael Nadal en demi-finale du Masters 1000 de Madrid. "Je suis terriblement déçu. J'ai joué le meilleur match de tennis sur terre battue de ma vie...."

"Deux points ont décidé du match. C'est très frustrant. Je ne sais plus quoi faire. La prochaine fois, j'essayerai de jouer avec deux raquettes..."


Vainqueur de Juan-Martin Del Potro samedi en demi-finale du tournoi de Madrid (6-3, 6-4), Roger Federer jouera pour décrocher son premier titre de la saison en Masters 1000 face à Rafael Nadal.


Federer: "Nadal, c'est toujours un défi"

A Madrid, Roger Federer va tenter de remporter un 15e Masters 1000. En finale, face à lui, un joueur qu'il n'a battu qu'une fois en 10 rencontres sur terre battue, un joueur qui cherche lui son 16e titre en Masters 1000 et qui va évoluer devant son public : Rafael Nadal. Le Suisse est impatient.

CONFERENCE DE PRESSE ROGER FEDERER

Beaucoup de gens rêvent toujours d'une finale Federer-Nadal... Comment vous sentez-vous ?

ROGER FEDERER : "Mon jeu a été assez bon. J'ai eu des adversaires très différents; j'ai affronté plusieurs bons joueurs sur dur dont Blake et Roddick. Soderling était un adversaire difficile car il joue loin de la ligne de fond de court et a un service puissant. En fait, il joue un peu comme Del Potro donc j'ai dû un peu ajuster mon jeu. En plus, j'ai joué mon premier match de nuit puis les deux suivants en journée et maintenant de nouveau de nuit, les conditions ont un peu changé mais je suis content de mon jeu. Mon service s'est amélioré tout au long de la semaine et je me sens de plus en plus à l'aise."

"Le plus gros test sera définitivement Rafa demain. C'est excitant, j'aime jouer contre lui et j'ai entendu dire que c'est notre 15ème finale l'un contre l'autre mais je ne suis pas sûr que l'on se soit déjà rencontré en Espagne. Ce devrait être un bon match, en tout cas, je l'espère."

A une semaine de Roland-Garros, vous disputez votre première finale de l'année sur terre battue. C'est plutôt bon signe, non?

R.F: "En fait, depuis ces derniers matches, je me suis senti prêt pour le "French". Vous avez envie de rester dans le tournoi et de vous donner l'opportunité d'y parvenir. Je pense que la chose la plus importante pour moi c'est d'avoir passé l'obstacle des demi-finales, ce que je n'avais pas fait au cours des deux derniers mois. Cela me donne l'opportunité de gagner un tournoi. Bien sûr j'ai un redoutable adversaire en finale qui reste invaincu sur terre en ce moment mais il a failli être battu aujourd'hui. C'était un match phénoménal et je suis sûr qu'il sera encore plus fort demain. Je suis content d'être là en donnant mes meilleurs coups et j'en ferai de même demain."

Affronter Rafael Nadal sur terre est devenu votre principal défi?

R.F: "Je pense que jouer Nadal où que ce soit constitue un challenge, je ne sais pas si c'est plus le cas sur terre. Je suppose que la difficulté supplémentaire est que ça se joue en Espagne. On ne s'est pas affronté souvent ces derniers temps. La dernière fois c'était à l'Open d'Australie et avant ça je crois que c'était Wimbledon. A chaque fois, ça été très serré. Maintenant, nous jouons sur terre, qui est évidemment sa surface de prédilection, mais je ferais de mon mieux et on verra ce qui se passera."

Vous avez subi de dures défaites face à Nadal par le passé. Hier soir, Novak Djokovic était très touché par sa défaite. Quels remèdes lui donneriez-vous pour rebondir après un tel match ?

R.F: "Je n'ai pas vraiment de remèdes à lui donner, c'est mon rival. Mais c'était un superbe match. Il est évident qu'après une telle confrontation où tu as été si près et si loin à la fois, tu sois touché mais c'était du bon tennis. Il a perdu quatre fois face à Nadal sur terre battue et il est sûr que ce n'est pas le parfait scénario avant Roland-Garros."

Le match de 4 heures de Rafael Nadal pourrait-il être un avantage pour vous?

R.F: "On m'a posé la même question à l'Open d'Australie et ça ne l'a pas vraiment été. Demain (aujourd'hui) malgré la fatigue, je suis sûr qu'avec l'adrénaline et le soutien du public nous retrouverons le Rafa que l'on connaît."

Eurosport - Propos recueillis par Stéphanie Verleyen
# 17/05/2009 à 23:46 Nico
Federer cueille Nadal

Il faut donc deux hommes pour battre Rafael Nadal sur terre battue : Novak Djokovic et Roger Federer. Après son combat de plus de quatre heures en demi-finales, le numéro 1 mondial a cédé (6-4, 6-4 en 1h26') devant un Suisse, très percutant au service et agressif dans le jeu. Si cette victoire de Roger Federer ne révolutionne pas la suprématie nadalienne sur terre, elle peut débloquer un ressort psychologique dans la tête du Suisse. « Une victoire comme celle-là est une source d'inspiration et de motivation. Je crois toujours en mes chances à Roland-Garros et j'y croirais jusqu'à ma dernière année de carrière», sourit le Suisse, heureux d'avoir stoppé l'hémorragie face à l'Espagnol. Et la manière n'est pas pour déplaire. Le numéro 2 mondial arrête de vouloir battre son adversaire à son propre jeu !

En s'appuyant sur un excellent service autant en premières qu'en deuxièmes balles, il ne recule plus, tente davantage et prend le filet à la moindre occasion (18 montées). Mais le Suisse ne tombe pas dans l'enthousiasme béat. Il a trouvé la clé à Madrid avec un court très rapide et une altitude propice aux attaquants. «Les conditions donnent l'opportunité d'être agressif car il est difficile de contrôler la balle et de tirer des passings », explique Roger Federer qui remporte son premier tournoi de l'année et son premier Masters 1000 depuis Cincinnati en août 2007. Mais cette clé n'ouvre pas forcément la Porte d'Auteuil.

Nadal à bout de souffle

Sans dévaloriser la performance de l'ancien numéro 1 mondial, Rafael Nadal a joué avec son ombre. Moins mobile qu'à l'accoutumée en raison de la fatigue de son match de la veille, il a décliné physiquement au fil de la rencontre et n'a pas réussi à prendre le contrôle de l'échange à l'exception du début de match. Ses seize fautes directes concentrées à chaque fin de set et surtout aucune balle de break sauvée démontrent une certaine usure. Cette semaine, le Majorquin n'a jamais trouvé sa vraie carburation. Il a joué avec son coeur, mais son jeu n'a pas été à la hauteur en raison de l'altitude et de l'accumulation des tournois. Après chaque match, il a évoqué son manque de contrôle et en finale, il a connu les pires difficultés pour relancer l'engagement de Roger Federer et tenir l'échange, un comble.

Même le public ne s'y est pas trompé lors de la remise des prix à l'américaine avec confettis, chèques et voitures sur le court. Les vagues sonores de Rafa ont résonné dans la Caja Magica et le Majorquin a arboré un grand sourire devant le Prince des Asturies. Son grand rival est de retour et finalement, ce n'est pas pour lui déplaire. Il aime le combat et la bagarre. Roland-Garros et ses matches en cinq sets, c'est une autre histoire. «Si je n'ai pas confiance après avoir gagné trois tournois et atteint une finale sur terre, je ne sais pas ce qu'il faut que je fasse, estime le numéro 1 mondial qui n'a pas voulu insister sur la fatigue et trouver des excuses. C'est une saison de rêve pour moi sur terre.»


REACTIONS

Roger Federer, vainqueur à Madrid : «C'est une superbe victoire. C'était le match parfait. J'ai bien varié le jeu et tout a marché. C'est une grande satisfaction. Gagner de nouveau un tournoi fait toujours du bien, c'est bon pour la confiance. Et battre Rafa sur terre battue est quelque chose de très spécial. Cela arrive au bon moment. J'ai beaucoup travaillé ces dernières semaines, cela paie. C'est bien avant Roland-Garros. Je savais que si mon problème de dos et de mononucléose disparaissait, je rejouerais bien de nouveau. Pour Roland-Garros, je crois toujours en mes chances et j'y croirai jusqu'à ma dernière année de carrière. Je me sens bien. Cette victoire et celle de Hambourg en 2007 me donnent une source d'inspiration et de motivation pour Roland-Garros.»

Rafael Nadal, finaliste à Madrid : «Roger a mérité sa victoire. Il a été meilleur que moi. C'est vrai que je n'étais pas à 100% et que je suis arrivé plus fatigué que lui sur le court. Mais s'il a joué 1h20' en demi-finale et moi quatre heures la veille, c'est qu'il a été meilleur que moi hier. C'est le sport. J'ai joué court, commis des erreurs et il en a bien profité. Le court est très rapide. Cette surface est très différente de celle de Roland-Garros.»
SD
# 21/05/2009 à 02:28 cath
bonjour à tous , fans de RAFA !!!!
bonjour à THOMAS ET NICO !!!!

je ne suis pas trop "surprise" par cette défaite de notre champion ; entre cette terre -battue particuliere , l'altitude ( que RAFA a évoqué ) son accumulation de victoires ....et ce match homérique contre DJOKO.....
notre NADAL adulé ....a capitulé ;

une défaite qui le rend encore plus attachant , je trouve ; mais ça va peut etre satifaire ses détracteurs ....qui , je le dis avec fair play , ne sont pas les fans de RODGEUR ....
je suis allée sur le site du suisse : ses fans sont respectueux : ils le voient gagner le "french" cette année et ils sont enchantés de l'attitude positive que leur champion a eu sur le court : un tennis soigné , j'ai trouvé , des coups imparables et un calme innébranlable :

ça va nous donner du piment pour ROLAND GARROS ....peut etre une finale ??? en espérant que là ...heu ....on croquera pas dans le piment....parce que...
JE VEUX MON RAFAAAAAAAAA !!!!!!!!je reve souvent ces temps-çi qu'il souleve ce trophé pour la 5 eme fois de suite ....
on s'accroche à ce qu'on peut , hein ????
et les débats vont bon train sur cette phrase du numéro un mondial : "cette terre -battue (de MADRID) , n'a rien à voir avec celle de ROLAND GARROS ...."

- je n'ai pas pu voir la demi finale entre DJOKO ET NADAL : mais c'est pas les extraits qui manquent sur le web ; ça a fait de la dynamite !!!!!! il va finir par y arriver DJOKO....heu ....pas à ROLAND , hein ???

enfin chez les dames , la victoire de DINARA SAFINA m'a fait plaisir , la plaçe de demi finaliste de MAURESMO aussi ....

pourvu que RAFAEL récupere bien physiquement , pour aborder en maitre des lieux , son tournoi fétiche !!!!
ROLAND GARROS !!!!!!!!!
# 23/05/2009 à 00:19 Nico
Hello Cath, et oui ça y est on y est presque à RG ! En effet, ça va être pimenté même si avec les 5 sets je vois vraiment Rafa au-dessus avec une belle marge de manoeuvre ! Mais match après match !

Rdv sur la page RG !

VAMOS !!!

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×