MADRID 2013

Auteur  
# 08/05/2013 à 12:38 Nico
PRINCIPAUX RESULTATS DE MARDI

DJOKOVIC - DIMITROV : 6-7, 7-6, 3-6

FEDERER - STEPANEK : 6-3, 6-3

MURRAY - MEYER : 7-6, 7-6

Djokovic sort d'entrée !

Novak Djokovic, n°1 mondial, s'est incliné mardi au deuxième tour du tournoi de Madrid contre Grigor Dimitrov. Le Bulgare l'a emporté en trois sets (7-6 [6], 6-7 [8], 6-3).

On l’avait quitté triomphant à Monte-Carlo. On l’a retrouvé mardi, déconfit après sa défaite dès son entrée dans le Tournoi de Madrid contre Grigor Dimitrov (7-6 [6], 6-7 [8], 6-3). Le Bulgare, qui avait déjà inquiété Rafael Nadal à Monaco avant de s’écrouler physiquement a cette fois tenu jusqu’au bout face à Novak Djokovic. Malgré une interruption de dix minutes dans la seconde manche après la blessure à la cheville du Serbe – celle qui avait été touchée en Coupe Davis – et des crampes à la cuisse gauche, Dimitrov s’est arraché pour sortir le n°1 mondial. Porté par les «Dimitov, Dimitrov» du public madrilène, il a cru en sa chance. Et rapidement, il a inquiété le numéro 1 mondial. Ce dernier a dû écarter quatre premières balles de break à 3-3 dans le premier set et n’a pas su convertir ses trois balles de set. En face, Dimitrov a saisi la première opportunité pour s’offrir la première manche au bout du tie-break.

Cette fois, Dimitrov a tenu

Avant ce match, il restait sur 14 victoires et aucune défaite en cas de gain du premier set. Ça fait maintenant 15. Et Djokovic n’a jamais trouvé la solution pour déjouer cette statistique. Il aurait même pu quitter le court prématurément après sa torsion de la cheville. Sur son visage, une grimace est apparue, comme le mois dernier en Coupe Davis. Face aux Etats-Unis, il était revenu pour s’imposer. Là encore, il est réapparu, mais Dimitrov a tenu. Perclus de crampes, le Bulgare a même obtenu une balle de match dans le tie-break de la seconde manche. Mais Djokovic s’en est sorti avant de réussir à égaliser. En retournant sur sa chaise, il a alors adressé un salut «amical» au public chambreur de Madrid.

Dans trois semaines, Roland-Garros

Déconcentré par la foule ? Sûr de s’imposer contre un Dimitrov diminué par les crampes ? On ne sait pas vraiment mais le Serbe a cédé d’entrée sa mise en jeu dans le troisième set. Pour la quatrième fois. Celle de trop. Dimitrov a tenu son engagement et sauvé trois balles de break pour s’imposer finalement après un rude combat de 3h05. Djokovic, lui, n’avait sûrement pas prévu de sortir si tôt dans son planning de préparation, à trois semaines de Roland-Garros, l’objectif de sa saison.
lequipe.fr

REACTION

Novak Djokovic : «Le meilleur joueur a gagné, il n'y a rien à dire. J'aurais pu mieux jouer, j'ai eu mes chances, je me suis battu... Il était juste meilleur, je le félicite. (Etait-il à 100%) Je n'étais pas au top sur ce tournoi, mais je ne veux pas me chercher d'excuses. J'ai fait de mon mieux mais ce n'était pas suffisant. Je n'ai pas touché la raquette pendant 12 jours après Monte-Carlo et jusqu'à samedi je ne savais pas si j'allais jouer. Mais je ne regrette pas et la seule bonne nouvelle est que je n'ai pas aggravé ma blessure à la cheville. (Au sujet de la foule) : Je ne sais pas pourquoi ils se sont tournés contre moi comme ça dès le début, je n'ai rien fait de mal. Mais je reviendrai.»
lequipe.fr

PROGRAMME DE MERCREDI

Court Manolo Santana
A partir de 10h50


Kaia Kanepi (EST) - Carla Suarez Navarro (ESP) : 1-2
Victoria Azarenka (BLR/n°3) - Ekaterina Makarova (RUS) : 3-1

Pas avant 15h15

Rafael Nadal (ESP/n°5) - Benoît Paire (FRA) : 1-0


Robin Haase (HOL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°7) : 0-0

Pas avant 20h00

Denis Istomin (OUZ) - David Ferrer (ESP/n°4) : 1-1

Pas avant 21h30

Ana Ivanovic (SER) - Laura Robson (GBR) : 1-0

Arantxa Sanchez Vicario
A partir de 11h00


Jerzy Janowicz (POL) - Tomas Berdych (RTC/n°6): 0-1
Tommy Haas (ALL/n°13) - Tommy Robredo (ESP): 3-1
Juan Monaco (ARG) - Kevin Anderson (AFS): 1-0

Pas avant 17h00

Mikhail Youzhny (RUS) - Nicolas Almagro (ESP/n°11) : 4-0
Santiago Giraldo (COL) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°15) : 0-0

Stadium 3
A partir de 11h00


Varvara Lepchenko (USA) - Julia Goerges (ALL): 2-1
Kei Nishikori (JAP/n°14) - Viktor Troicki (SRB) : 0-1

Pas avant 15h00

Angelique Kerber (ALL/n°6) - Svetlana Kuznetsova (RUS): 1-1
Kristina Mladenovic (FRA) - Maria Kirilenko (RUS) : 0-0
Petra Kvitova (RTC/n°8) - Daniela Hantuchova (SVQ) : 5-0
# 09/05/2013 à 00:06 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Rafael Nadal (ESP/n°5) - Benoît Paire (FRA) : 6-3, 6-4
Robin Haase (HOL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°7) : 6-7, 6-7
Denis Istomin (OUZ) - David Ferrer (ESP/n°4) : 5-7, 2-6
Jerzy Janowicz (POL) - Tomas Berdych (RTC/n°6): 7-6, 3-6, 2-6
Tommy Haas (ALL/n°13) - Tommy Robredo (ESP): 6-3, 7-5
Juan Monaco (ARG) - Kevin Anderson (AFS): 6-7, 6-3, 4-6
Mikhail Youzhny (RUS) - Nicolas Almagro (ESP/n°11) : 7-6, 4-6, 6-2
Santiago Giraldo (COL) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°15) : 3-6, 3-6
Kei Nishikori (JAP/n°14) - Viktor Troicki (SRB) : 7-5, 6-2

Nadal passe Paire

Rafael Nadal a douché les espoirs de Benoît Paire à Madrid en s'imposant en deux sets (6-3, 6-4) au deuxième tour.

Le jour de son 24e anniversaire, Benoît Paire n'est pas parvenu à s'offrir Rafael Nadal. Le 5e joueur mondial a su serrer le jeu quand il le fallait pour l'emporter dans ce deuxième tour (6-3, 6-4 en 1h26). Pour son retour à Madrid après la polémique et la colère de l'an dernier, Nadal a réalisé une performance solide face à un adversaire imprévisible qu'il a quand même eu du mal à neutraliser, un peu comme lors de leur premier set à Barcelone. Mais la régularité de l'Espagnol et quelques coups de patte ont fini par faire la différence face à un Français confronté à l'éternelle équation Nadal : il faut l'agresser et prendre des risques pour gagner tout en évitant d'être trop dans le rouge sur les fautes directes.

Les deux derniers jeux du match ont été limpides de ce côté là, avec un Nadal métronome qui insiste sur le coup droit de Paire et voit les fautes arriver d'abord pour breaker (5-4) puis pour revenir de 0-30 à la victoire finale (6-4). Très audacieux à l'échange depuis le début du match, le Français n'a pas hésité à casser le rythme par des amortis ou des attaques dès le deuxième coup de raquette : tout pour éviter que Nadal s'installe dans des échanges de pur terrien. Seulement tenir cette tactique face au héros des lieux est encore un peu loin des capacités de Paire. Ah s'il avait pu couper un peu dans le déchet ou les choix discutables. Dans tout ce qui laisse en fait le temps à Nadal de reprendre la main.

Nadal, monsieur défense

Battu par Novak Djokovic à Monte-Carlo, vainqueur dans la foulée à Barcelone, l'Espagnol a encore semblé fébrile côté revers et son service continue de manquer d'efficacité. S'il a globalement très bien joué les temps forts du match, il aurait pu regretter les deux balles de break seulement converties sur ses sept occasions. Mais que dire de ses coups de défense de génie ? A 4-3 dans le premier set, Paire a ainsi perdu son service après un point énorme : lob de défense ''à l'arrache'' de Nadal - smash du Français et coup droit gagnant en bout de course de Rafa. La foule en délire, Nadal qui hurle son fameux ''Vamos'' le poing serré, Paire écoeuré. Le Tricolore allait d'ailleurs prendre le même à 2-1 balle de break pour lui dans la seconde manche, et finir la tête dans les mains. C'est souvent l'effet Nadal effectivement. Ce dernier ne paraît pas encore inoxydable, mais il a montré beaucoup d'envie mercredi et le fait de savoir Novak Djokovic hors jeu va aussi lui donner une petite bouffée d'oxygène en plus. Il aura l'occasion de poursuivre sa montée en puissance face à Mikhail Youzhny.
C.B.

PROGRAMME DE JEUDI

Court Manolo Santana
A partir de 10h50


Sabine Lisicki (ALL) - Maria Sharapova (RUS/N°2): 1-4
Serena Williams (USA/N°1) - Maria Kirilenko (RUS/N°13): 7-0

Pas avant 15h15

Rafael Nadal (ESP/N°5) - Mikhail Youzhny (RUS): 10-4


Kei Nishikori (JAP/N°14) - Roger Federer (SUI/N°2): 0-2

Pas avant 20h00

Varvara Lepchenko (USA) - Sara Errani (ITA/N°7): 0-1

Pas avant 21h30

Andy Murray (GBR/N°3) - Gilles Simon (FRA/N°16): 10-1

Court Arantxa Sanchez Vicario
A partir de 14h00


Kevin Anderson (AFS) - Tomas Berdych (RTC/N°6): 0-6
Fernando Verdasco (ESP) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N°7): 1-2
Tommy Hass (ALL/N°13) - David Ferrer (ESP/N°4): 0-3
Grigor Dimitrov (BUL) - Stanislas Wawrinka (SUI/N°15): 0-1

Stadium 3
A partir de 12h00


Yaroslava Shvedova (KAZ) - Anabel Medina Garrigues (ESP): 2-0

Pas avant 14h00

Daniel Gimeno-Traver (ESP) - Pablo Andujar (ESP): 0-1

Pas avant 16h00

Daniela Hantuchova (SVQ) - Kaia Kanepi (EST): 3-1
Ekaterina Makarova (RUS) - Marion Bartoli (FRA/N°14): 1-2
# 10/05/2013 à 10:22 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Rafael Nadal (ESP/N.5) - Mikhail Youzhny (RUS) 6/2 6/3
Kei Nishikori (JAP/N.14) - Roger Federer (SUI/N.2) 6/4 1/6 6/2
Andy Murray (GBR/N.3) - Gilles Simon (FRA/N.16) 2/6 6/4 7/6(6)
Kevin Anderson (AFS) - Tomas Berdych (RTC/N.6) 6/7(5) 5/7
Fernando Verdasco (ESP) - Jo-WIlfried Tsonga (FRA/N.7) 6/4 3/6 2/6
Tommy Haas (ALL/N.13) - David Ferrer (ESP/N.4) 5/7 6/4 4/6
Grigor Dimitrov (BUL) - Stanislas Wawrinka (SUI/N.15) 6/3 4/6 1/6
Daniel Gimeno-Traver (ESP) - Pablo Andujar (ESP) 5/5 ab.

Nadal efface Youzhny

Rafael Nadal sera bien au rendez-vous des quarts de finale : il a dominé Mikhail Youzhny (6-2, 6-3).

Il a cette fois ajouté la manière au résultat. Un peu hésitant lors de son entrée en lice mercredi face à Benoît Paire, Rafael Nadal s'est montré bien plus convaincant face au Russe Mikhail Youzhny (6-2, 6-3). En 1h15', il s'est ainsi qualifié pour les quarts de finale du Masters 1000 de Madrid, remportant son 11e match en 15 duels face à Youzhny. Ce dernier a bien trop subi le jeu adverse pour pouvoir exister face au 5e joueur mondial. Pour avoir trop peu pris le jeu à son compte, il a été largement dominé dans tous les secteurs.

L'addition aurait plus salée à 6-2, 3-1 15-40. Mais Rafa est parti à la faute avant de totalement sortir du match jusqu'à 3-3. Pourquoi ? Peut-être en partie suite à une incroyable faute d'arbitrage où le juge de ligne a annoncé valable un service de Youzhny à 40A qui sortait très largement - comme confirmé par le replay télévisé - et où l'arbitre de chaise n'a pas pu faire mieux car il n'avait pas vu la marque et supposait donc que le service avait pris la ligne. Un argument en faveur du Hawk eye même sur terre battue ? Rafa, éberlué, a tenté de discuter avant de se résigner. Les mains sur la tête, souriant d'incrédulité, il a repris le jeu. Mais n'a plus trouvé le cours pendant deux jeux de suite alors que Youzhny lâchait soudain tous ses coups à fond. Face à ce set en train de tourner, Nadal a vite repris ses esprits et réalisé quelques prouesses en défense pour décrocher le break décisif (4-3). Le tout ponctué d'un "vamos" rageur et d'un poing serré énervé. Il affrontera désormais David Ferrer.
C.B.

PROGRAMME DE VENDREDI

Court Manolo Santana
A partir de 10h50


Serena Williams (USA/N°1) - Anabel Medina Garrigues (ESP): 2-0
Kaia Kanepi (EST) - Maria Sharapova (RUS/N°2): 0-1

Pas avant 15h15

Rafael Nadal (ESP/N°5) - David Ferrer (ESP/N°4): 17-4


Pablo Andujar (ESP) - Kei Nishikori (JAP/N°14): 0-1

Pas avant 20h00

Andy Murray (GBR/N°3) - Tomas Berdych (RTC/N°6): 4-4
Stanislas Wawrinka (SUI/N°15) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N°7): 1-3

Court Arantxa Sanchez Vicario
Pas avant 15h00


Ekaterina Makarova (RUS) - Sara Errani (ITA/N°7) : 0-1
Angelique Kerber (ALL/N°6) - Ana Ivanovic (SER/N°16): 0-1
# 11/05/2013 à 11:19 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Rafael Nadal (ESP/N.5) - David Ferrer (ESP/N.4) 4/6 7/6(3) 6/0

Pablo Andujar (ESP/WC) - Kei Nishikori (JAP/N.14) 6/3 7/5

Andy Murray (GBR/N.3) - Tomas Berdych (RTC/N.6) 6/7(3) 4/6

Stanislas Wawrinka (SUI/N.15) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.7) 6/2 6/7(9) 6/4


Nadal dans la souffrance


Rafael Nadal a connu un petit miracle vendredi afin de décrocher sa place en demi-finales aux dépens de David Ferrer (4-6, 7-6[5], 6-0 en 2h36').

Rafael Nadal est revenu de tellement loin pour arracher sa place en demies. Mené 6-4, 4-2 par David Ferrer, il a trouvé d'énormes ressources mentales pour s'imposer (4-6, 7-6(3), 6-0 ), alors que Ferrer a totalement craqué. Un effondrement incompréhensible compte-tenu de sa domination pendant un set et demi ainsi que de la détresse de Nadal, visiblement diminué dans toutes ses courses en défense et qui a commis un nombre énorme pour lui de fautes directes et de mauvais choix.

Un rictus de souffrance vers son clan et un timide poing levé : Nadal après sa victoire n'a rien caché de sa douleur. Ferrer, lui, s'est vite sauvé, sous les applaudissements de son vainqueur. Lui qui se demandait déjà comment il avait perdu la finale de Miami face à Andy Murray, va encore se poser la question sur ce match. Il avait tout pour lui : un plan de jeu agressif, de bonnes sensations et surtout un Nadal loin du compte. Le jour sans ne peut pas tout expliquer pour ''Rafa'' : les coups droits qui s'envolent, les revers catastrophiques, les points importants sabotés, l'incapacité à défendre son terrain. Il aurait dû perdre en deux sets, pour tout ce jeu à l'envers et toutes ces occasions gâchées comme en revenant de 1-4 à 4-4 dans le premier set, ou en perdant son break d'avance dans le deuxième.

Un mental de cador

Jusqu'à 6-4, 4-2, on avait sous les yeux le plus ''mauvais'' Nadal depuis des années. L'ombre de ce qu'il a produit depuis son retour. La défaillance était criante sur toutes ses défenses en bout de course : aucune explosivité, aucune puissance. Quand a-t-on déjà vu Rafael Nadal incapable de décocher un coup droit en bout de course ? Très souvent en appuis ouverts, il a un besoin vital de ce support de la jambe gauche. Son jeu basé sur ses appuis ne tolère pas le déséquilibre. Il avait confié hier que son genou gauche n'était pas dans une bonne semaine, ce match l'a confirmé. Mais l'ex n°1 mondial a trouvé d'autres solutions en prenant le filet, en retrouvant de la longueur de balle pour se protéger, en cessant de subir et en se poussant à la limite.

Mais il n'a quand même pas pu servir pour le gain du second set (5-4) et s'est retrouvé à 5-6 15-30, proche de la sortie. Mais ''Ferru'' a gâché sa chance : un mauvais choix, une demi-volée réflexe de Nadal qui se transforme en lob, un contre. 30A. Rideau. Ferrer, éberlué, ne s'en est jamais remis. Toutes ses précédentes défaites contre Nadal (18-4 désormais) lui ont attaqué la tête. Encore. Comme si souvent contre le Big 4. Nadal a vaincu la douleur et trouvera en demies un adversaire largement à sa portée. Mais ce genou gauche est cette semaine une plaie béante dans son jeu. ''Rafa'' va serrer les dents, il sait faire. Jusqu'à quand ?

REACTION

Rafael Nadal : «C'était un match très serré. Je pense que David méritait peut-être plus que moi de gagner cette place pour les demi-finales. Mais c'est le sport... Dans le troisième set il a vraiment baissé d'intensité, donc je n'ai plus eu à trop m'employer».

C.B.

PROGRAMME DE SAMEDI

Court Manolo Santana
À partir de 10h50


Serena Williams (USA/N.1) - Sara Errani (ITA/N.7)
Ana Ivanovic (SER/N.16) - Maria Sharapova (RUS/N.2)

À partir de 15h30

Rafael Nadal (ESP/N.5) - Pablo Andujar (ESP/WC)


À partir de 19h00

Stanislas Wawrinka (SUI/N.15) - Tomas Berdych (RTC/N.6)
# 12/05/2013 à 00:22 Nico
RESULTATS DE SAMEDI


Nadal sans trembler


Comme on pouvait s'y attendre en début de semaine, Rafael Nadal est au rendez-vous de la finale à Madrid. Le Majorcain n'a pas connu de difficulté face à Pablo Andujar (6-0, 6-4).

Ce n'est pas encore le grand Rafael Nadal qui a foulé la terre battue. Le coup droit du Majorcain n'est pas encore redevenu ce coup dévastateur qui repousse ses adversaires dans les bâches. Mais face à Pablo Andujar, Nadal a été bien plus rassurant que face à David Ferrer. Et ce fut largement suffisant pour se qualifier pour la finale madrilène (6-0, 6-4). A vrai dire, cette demi-finale a ressemblé à une formalité pour Nadal. Après un premier set totalement en contrôle, Nadal est un peu devenu son seul adversaire sur le court. Tous les joueurs ont connu cette légère baisse de concentration après un premier set à sens unique. Rafael Nadal n'a pas fait exception et Andujar en a profité pour serrer un peu plus la partie. Mais même en sortant parfois des coups venus d'ailleurs, Andujar a fini par subir la loi de son adversaire.

Andujar pourra notamment regretter les trois balles de break qu'il a laissé filer en milieu de deuxième manche pour laisser revenir Nadal à 3-3. Deux jeu plus tard, alors que le niveau de jeu était monté d'un cran, Andujar faisait trois mauvais choix et Nadal faisait le break (5-4). Un jeu de service impeccable plus tard, il se qualifiait pour une nouvelle finale, la septième de la saison en autant de tournoi disputés. Son objectif est maintenant de réussir la passe de trois à Madrid après ses victoire en 2005 et 2010.

REACTION

Rafael Nadal : «Je ne m'attendais pas à atteindre la finale (avant le tournoi, Ndlr). Alors évidemment c'est une belle satisfaction. Après tout, c'est l'un des tournois les plus difficiles. Tous les meilleurs joueurs sont là. Les résultats n'auraient pas pu être meilleurs depuis que je suis de retour. Je ne sais pas encore si je serai en mesure de me battre pour la victoire à Roland-Garros. Il faut y aller pas à pas, semaine après semaine, et nous verrons si j'arrive à Roland-Garros en bonne condition ou pas. Demain (dimanche) ce sera un match très difficile, quel que soit mon adversaire. Ils jouent tous les deux à un très haut niveau. Et puis il y a l'altitude, qui rend les choses encore plus difficiles. »
lequipe.fr

Wawrinka au bout de l'effort

Malgré un gros coup de moins bien durant le deuxième set, Stanislas Wawrinka s'est qualifié pour la finale de Madrid en battant Tomas Berdych (6-3, 4-6, 6-4).

Après un marathon pour venir à bout de Jo-Wilfried Tsonga, Stanislas Wawrinka a de nouveau fait durer le plaisir face à Tomas Berdych avant de se qualifier pour la finale du tournoi de Madrid (6-3, 4-6, 6-4). Le Suisse avait pourtant débuté la rencontre de la plus belle des manière en faisant le break d'entrée. Un deuxième break en fin de set lui valait d'ailleurs de remporter facilement la première manche. Face aux trajectoires tendues de Berdych, Wawrinka faisait admirer sa science de la terre battue et proposait des tajectoires que n'avait pas su trouver Murray face au Tchèque en quart de finale. Face à cette opposition nouvelle, Berdych semblait souvent à court de solution quand sa seule force de frappe ne suffisait pas.

Mais ce qui devait arriver arriva et la fatigue d'un match terminé au-delà de 1h30 du matin se fit sentir. Le rencontre perdit en intensité et devint un festival de fautes directes. Le Suisse, qui s'était effondré en coup droit, ne survivait que grâce à quelques points isolés et à des premières balles encore efficaces. Pas suffisant pour éviter un break et la perte du set lors du jeu suivant. Bien qu'il n'ait pas particulièrement brillé par la régularité de ses coups, Berdych semblait en mesure de faire basculer la rencontre en sa faveur.

Impression confirmée en milieu de troisième set quand le Tchèque faisait le break (3-2) grâce à des coups plus tranchants et un septième ace plein d'autorité. Mené 4-2, Wawrinka enchaînait les fautes et les gestes de frustration. Jusqu'à cette discussion avec l'arbitre qui a eu le mérite de le remettre dans son match. Requinqué, le Suisse allait enchaîner quatre jeux en retrouvant la qualité de déplacement et de frappe qui lui avait permis de remporter la première manche. Revenu de nulle part, il avait gagné le droit de défier Rafael Nadal en personne en finale. Pas une mince affaire puisque l'Espagnol mène 8-0 dans leurs confrontations. Pas de quoi gâcher la joie d'accéder à une deuxième finale de Masters 1000 depuis 2005.
lequipe.fr

PROGRAMME DE DIMANCHE

Court Manolo Santana

Pas avant 13 heures


Serena Williams (USA/n°1) - Maria Sharapova (RUS/n°2) 12-2

Pas avant 16 heures

Stanislas Wawrinka (SUI/n°15) - Rafael Nadal (ESP/n°5) 0-8
# 13/05/2013 à 12:43 Nico
Nadal évidemment

En jouant son meilleur tennis de la semaine, Rafael Nadal est facilement venu à bout de Stanislas Wawrinka en finale du tournoi de Madrid (6-2, 6-4).

Regard dans le vide alors que Rafael Nadal se débarrassait de la terre battue dans laquelle il venait de célébrer son sacre, Stanislas Wawrinka se demandait sûrement ce qu'il devrait faire pour, un jour, vaincre ce diable d'Espagnol. Il faut dire qu'après avoir connu une sacré alerte en quart de finale face à David Ferrer, Nadal a tout simplement joué son meilleur match de la semaine. Face à un adversaire qui venait d'enchaîner deux matches marathon, c'était largement suffisant pour s'adjuger son troisième titre à Madrid (6-2, 6-4). Car quand il joue à ce niveau-là, Nadal repousse son adversaire dans les bâches et l'étouffe avec son lift. Injouable, même pour un autre spécialiste de la terre battue comme Wawrinka.

Après un premier set où il n'a pas vraiment existé, le Suisse a réussit à serrer la partie pour ne pas se laisser décrocher trop vite. Ne se laissant pas emporter par la frustration de voir son adversaire toujours remettre la balle dans le court avant de sortir un coup dévastateur, Wawrinka a eu le mérite de ne jamais abdiquer. Même après avoir été breaké (4-3) et avoir dû servir pour rester dans la rencontre, il a continué à obliger Nadal à jouer son meilleur tennis. Mais le taureau de Manacor était bien trop fringant. Même allumé deux fois coup sur coup au filet par son adversaire, le point finissait dans son escarcelle. Ses coups obligeaient bien trop souvent Wawrinka à des ajustements dans son petit jeu de jambes que le Suisse ne pouvait plus fournir en fin de rencontre. Patiemment, Nadal avait entrepris son oeuvre de démolition. Comme en ses plus belles heures. Prometteur pour la suite, et notamment Roland-Garros, qu'il pourrait aborder à la 4e place mondiale. Il lui faudra battre David Ferrer à Rome (en quarts de finale), puis remporter le titre.
lequipe.fr

REACTION

Nadal : «Comme sur des roulettes»

Vainqueur de son quarantième titre sur terre battue à Madrid (6-2, 6-4 face à Stanislas Wawrinka), Rafael Nadal revient en pleine forme sur sa surface favorite.

«Rafael Nadal, avez vous été surpris par la facilité avec laquelle vous avez remporté cette finale ?

Comme je le dis souvent, quand on joue un match -et encore plus une finale- on s'attend à une difficulté maximale. Je crois que j'ai fait un très bon match ce soir, sans doute mon meilleur de tout le tournoi. J'ai réussi à faire ce que j'avais prévu : frapper fort du coup droit, rentrer dans le court. Je voulais jouer très direct et centré, car je savais qu'ainsi je lui donnerais moins d'angle. Tactiquement, j'ai donc bien joué et je me suis bien senti. J'ai manqué l'une ou l'autre balle de break, mais ce n'est pas grave, car je dominais. Tout le reste s'est passé comme sur des roulettes.

Sur les sept finales jouées depuis votre retour, celle-ci fait-il partie de celles dont vous êtes le plus satisfait ?

Si l'on prend les derniers tournois -ceux en Europe- oui. J'ai pu constater que mon coup droit fonctionnait, j'ai joué avec détermination, avec agressivité. Parfois, j'étais encore un peu court au niveau des jambes, mais je compensais par une très bonne longueur en coup droit. Sinon, à Indian Wells, j'ai également joué à un très haut niveau, des quarts jusqu'à la finale.

Avec cinq victoires en sept finales depuis votre retour, vous considérez-vous comme le favori de Roland-Garros ?

Ce n'est pas le moment pour moi de parler de Roland-Garros. Je crois qu'après avoir gagné un grand tournoi comme celui de Madrid, c'est le moment de savourer ce succès. Madrid est suffisamment important en lui-même. Après, quand le moment sera venu, j'aurai bien le temps de penser à Roland.

Pensez-vous être proche de votre meilleur niveau ?

Cela serait un peu arrogant si, après avoir battu certains des meilleurs joueurs du monde dans un tournoi comme celui-ci, je disais que non. Mais je crois qu'on peut toujours améliorer quelque chose. Incontestablement, j'ai joué à un meilleur niveau cette semaine qu'à Monte Carlo (défaite en finale face à Novak Djokovic, ndlr). Mon coup droit revient bien, je rentre bien dans le court. Il faut juste encore que je retrouve confiance en mes déplacements. J'ai besoin de plus de jours comme celui-ci.

Avec cette 40e victoire sur terre battue, vous n'êtes plus qu'à cinq succès du record de Guillermo Vilas...

L'histoire d'un joueur ne s'écrit qu'une fois que sa carrière est terminée. Pour l'instant, je me contente de profiter de ce moment, de savourer cette belle semaine à domicile, devant mon public. Les 40 titres sur terre battue que je possède sont déjà bien plus que ce que j'aurais pu imaginer.

Comment expliquez-vous que Wawrinka n'a jamais réussi à vous prendre un set en neuf confrontations ?

Honnêtement, je ne le savais pas. Je l'ai appris ce matin (dimanche), et ça m'a surpris. J'ai juste pensé que c'était un joueur qui avait battu David Ferrer en finale au Portugal il y a une semaine. Mais aujourd'hui, je ne lui ai pas donné beaucoup d'occasions de rentrer dans le court en jouant bien en "top-spin".

Quelles sont vos ambitions pour le reste de la saison ?

C'est simple : j'ai envie de profiter de chaque moment. Chaque semaine qui se passe bien signifie beaucoup pour moi. Les choses seront parfaites si je ne ressens rien à mon genou (gauche, qui l'avait maintenu éloigné des courts pendant sept mois, ndlr). Maintenant arrive Rome où les conditions seront différentes. Il faudra que je m'y adapte. Pour le reste, nous verrons bien.»
AFP
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site