MIAMI 2011

Auteur  
# 24/03/2011 à 00:50 Nico
PROGRAMME DE MERCREDI

Stadium : A partir de 16h00 (heure française) :

WTA : S. Arvidsson (SUE) - B. Mattek-Sands (USA) : 0-0
ATP : N. Davydenko (RUS) - K. Anderson (AFS) : 1-0
WTA : K. Date-Krumm (JAP) - Z. Ondraskova (RTC) : 0-0
ATP : J. Del Potro (ARG) - R. Mello (BRA) : 0-0

Pas avant 22h30 (heure française) :

WTA : J. Dokic (AUS) - D. Safina (RUS/WC) : 0-2
ATP : M. Russel (USA) - J. Blake (USA/WC) : 0-2

Grandstand : A partir de 16h00 (heure française) :

WTA : G. Arn (HON) - S. Peng (CHN) : 0-0
WTA : C. Vandeweghe (USA/WC) - V. Lepchenko (USA) : 0-2
ATP : I. Ljubicic (CRO) vs P. Lorenzi (ITA) : 0-0
ATP : S. Giraldo (COL) - I. Andreev (RUS) : 1-1

Pas avant 22h00 (heure française) :

WTA : A. Yakimova (BLR) - A. Kudryavtseva (RUS) : 0-0

Court 1 : A partir de 15h00 (heure française) :

ATP : I. Dodig (CRO) - A. Golubev (KAZ) : 0-0
WTA : A. Tomljanovic (CRO/WC) - J. Hampton (USA) : 0-1
ATP : X. Malisse (BEL) vs R. Sweeting (USA) : 1-0
WTA : A. Cornet (FRA) - V. Razzano (FRA) : 2-2
WTA : E. Gallovits-Hall (ROU) - A. Kerber (ALL) : 0-0

Court 2 : A partir de 16h00 (heure française) :

ATP : B. Tomic (AUS/WC) - P. Andujar (ESP) : 0-0
WTA : G. Dulko (ARG) - E. Vesnina (RUS) : 1-2
ATP : S. Devvarman (IND) - P. Starace (ITA) : 0-0
ATP : D. Young (USA) - D. Istomin (OUZ) : 0-0

Pas avant 22h00 (heure française) :

WTA : S. Stephens (USA) - B. Zahlavova Strycova (RTC) : 0-0

Court 3 : A partir de 15h00 (heure française) :

WTA : P. Hercog (SLO) - C. Scheepers (AFS) : 0-0
ATP : J. Benneteau (FRA) - D. Gimeno-Traver (ESP) : 0-0
ATP : V. Hanescu (ROU) - A. Bogomolov Jr. (USA) : 0-0
WTA : L. Dominguez Lino (ESP) - A. Rus (HOL) : 2-0
WTA : A. Parra Santonja (ESP) - S. Mirza (IND) : 0-0

Court 7 : A partir de 16h00 (heure française) :

WTA : S. Errani (ITA) - Y. Shvedova (KAZ) : 1-1
WTA : K. Pervak (RUS) - A. Medina Garrigues (ESP) : 0-0
WTA : Z. Shuai (CHI) - A. Szavay (HON) : 0-0
WTA : V. Manasieva (RUS) - T. Bacsinszky (SUI) : 0-2
WTA : L. Hradecka (RTC) - C. Yung-Jan (TAI) : 0-0

Court 8 : A partir de 16h00 (heure française) :

ATP : J. Nieminen (FIN) - M. Kukushkin (KAZ) : 0-1
ATP : B. Becker (ALL) - M. Granollers (ESP) : 0-0
ATP : T. Kamke (WTA) - M. Ilhan (TUR) : 0-1
WTA : A. Tatishvili (GEO) - O. Govortsova (BLR) : 0-1
ATP : R. Kendrick (USA) vs I. Kunitsyn (RUS) : 2-1


RESULTATS DE MERCREDI

Andreev - Giraldo 6-1,2-6,6-1
Anderson - Davydenko 6-4,6-3
Andújar - Tomic 6-4,3-6,7-5
Ilhan - Kamke 6-2,6-1
Kukushkin - Nieminen 3-6,6-3,6-2
Istomin - Young 6-4,6-3
Devvarman - Starace 6-2,6-4
Malisse - Sweeting 7-6(7/3),6-4
Granollers - Becker 6-4,6-7(4/7),6-4
Benneteau - Gimeno 6-4,6-3
Lorenzi - Ljubicic 7-6(9/7),6-1
Del Potro - Mello 6-4,6-4
Dodig - Golubev 6-7(7/9),6-4,6-0
Bogomolov Jr. - Hanescu 6-3,4-6,7-5
# 24/03/2011 à 00:56 Nico
Federer ne s'inquiète pas

Roger Federer se montre philosophe sur les analyses d'un éventuel déclin. Le Suisse estime avoir «bien joué ces six derniers mois».

Parlez toujours, vous ne l'intéressez pas... Les analyses sur un éventuel déclin n'atteignent pas Roger Federer. A 29 ans, le Suisse a déjà tout entendu et tout vu, il se montre donc philosophe : « Je ne sais pas qui dit cela, si ce sont 5% ou 95% des gens, mais au final cela m'importe peu qu'on dise cela. On entend des histoires, ça fait partie du tennis et ça ma va, à partir du moment où elles ne m'affectent pas, c'est ce qui compte.»

Comme toujours, il se concentre sur le jeu et sa qualité de jeu le satisfait : «Je persiste à penser que j'ai bien joué ces six derniers mois, a-t-il ajouté. Novak est juste un peu meilleur que tout le monde en ce moment. Cela fait partie du jeu.» Alors être 2e ou 3e mondial ne l'affecte pas du tout : «Entre n°1 et n°3, il y a une différence. Pas entre n°2 ou n°3. »

Et c'est un spécialiste (264 semaines comme numéro 1) qui parle lors du media day de Miami. Il sait que sa suprématie n'est pas éternelle et que les changements à la tête du classement sont dans la logique : « Je ne m'attendais pas à dominer pendant 15 ans. Il y a des phases dans notre sport et je pense qu'au top niveau mondial, on est dans une bonne phase. Tout le monde joue bien en ce moment : Rafa, moi, Murray, qui a été en finale de l'Open d'Australie. Söderling, même s'il n'est pas bien physiquement en ce moment, a aussi eu six bons derniers mois. » Il prend donc les critiques avec détachement. Il connaît aussi la difficulté de durer et d'éviter les blessures. Il n'a pas dit son dernier mot.
lequipe.fr avec AFP


N°1 ? Nadal vote Djokovic

Rafael Nadal estime que Novak Djokovic, invaincu cette saison, est en pole position pour finir l'année au premier rang mondial.

Qui sera numéro 1 à la fin de la saison ? Les paris sont ouverts et Rafael Nadal mise sur... Novak Djokovic. «Nole commence l'année avec un gros avantage de presque 4000 points. C'est beaucoup, surtout pour un joueur aussi fort que lui, constate le Majorquin. Il est complet et il peut bien jouer sur toutes les surfaces. C'est un gros avantage. » Est-ce un moyen de mettre de la pression sur le Serbe? Peut-être. Est-ce un simple constat ? Sûrement. L'Espagnol réalise juste un rapport comptable.

Dix-septième à la Race (le classement de l'année) avant Indian Wells, il est aujourd'hui sixième et le Serbe, invaincu cette saison, pointe évidemment au premier rang. Après Miami, la saison sur terre battue commence et Rafael Nadal a tout gagné l'an dernier : Monte-Carlo, Rome, Madrid et Roland-Garros. Il n'a donc aucun point à glaner. Novak Djokovic peut donc s'engouffrer dans la brèche. Absent à Madrid, il ne doit défendre "que" deux quarts de finale (Roland-Garros et Rome) et une demi-finale à Monte-Carlo. Et à Miami, il n'a aucun point à défendre...

Si la terre battue est bien sûr le royaume de l'Espagnol, le Serbe ne fait pas partie des allergiques chroniques à la surface. Demi-finaliste en 2007 et 2008 à Roland-Garros, Nole offre des garanties sur terre. « Je crois que je peux bien jouer sur cette surface. Je l'ai déjà prouvé par le passé, prévient le numéro 2 mondial. Je suis conscient que remporter de grands tournois sur cette surface nécessite d'être très, très bien physiquement. Cela requiert beaucoup de force et d'endurance. Je vais travailler dur pour réussir. » Battre Rafael Nadal sur terre battue relève de la montée de l'Alpe d'Huez pour un sprinter...

Et le numéro 1 mondial le sait. Le quintuple vainqueur de Roland-Garros sait que son rival a joué les quatre premiers mois de l'année sur sa meilleure surface. Il sait aussi qu'il faut durer : « Après Roland-Garros, je pourrais dire qui est le grand favori pour finir numéro 1. Aujourd'hui, je peux seulement dire que Djokovic est dans la meilleure position. Après les six premiers mois de la saison, nous commencerons à voir quelles sont les chances de chacun. »
S.D.


PROGRAMME DE JEUDI


Stadium - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Janko Tipsarevic (SER) - Robin Haase (HOL) : 0-0
Samantha Stosur (AUS) - Jie Zheng (CHN) : 1-1
Caroline Wozniacki (DAN) - Bethanie Mattek-Sands (USA) : 1-0
Jérémy Chardy (FRA) - Kei Nishikori (JAP) : 0-0

Pas avant 19h30 (0h30 en France)

Petra Martic (CRO) - Maria Sharapova (RUS) : 0-0
Ryan Harrison (USA) - Rainer Schuettler (ALL) : 0-0

Grandstand - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Svetlana Kuznetsova (RUS) - Simona Halep (ROU) : 0-0
Carlos Berlocq (ARG) - Jack Sock (USA) : 0-0
Feliciano Lopez (ESP) - Richard Berankis (LIT) : 1-0
Johanna Larsson (SUE) - Li Na (CHN) : 0-0

Pas avant 17 heures (22 heures en France)


Florian Mayer (ALL) - Ivo Karlovic (CRO) : 0-0

Court n°1 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Andreas Seppi (ITA) - Mischa Zverev (ALL) : 0-1
Monica Niculescu (ROU) - Jelena Jankovic (SER) : 0-3
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Grigor Dimitrov (BUL) : 0-0
Elena Vesnina (RUS) - Yanina Wickmayer (BEL) : 1-1
Shuai Peng (CHN) - Aravane Rezaï (FRA) : 0-0

Court n°2 - A partir de 10 heures (15 heures en France)

Pere Riba (ESP) - Yen-Hsun Lu (TPE) : 0-0
Pas avant 11h30 (16h30 en France)
Shahar Peer (ISR) - Anabel Medina Garrigues (ESP) : 0-1
Patty Schnyder (SUI) - Lucie Safarova (RTC) : 2-1
Un double

Court n°6 - A partir de 10 heures (15 heures en France)

Klara Zakopalova (RTC) - Elena Baltacha (GBR) : 0-0

Pas avant 11h30 (16h30 en France)


Andrea Petkovic (ALL) - Jamie Hampton (USA) : 0-0
Teymuraz Gabashvili (RUS) - Daniel Brands (ALL) : 0-0
Un double

Court n°7 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Un double
Alexandra Dulgheru (ROU) - Chanelle Scheepers (AFS) : 1-0
Deux doubles

Court n°8 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Pablo Cuevas (URU) - Michael Berrer (ALL) : 0-1
Philipp Petzschner (ALL) - Florent Serra (FRA) : 2-0
Adrian Mannarino (FRA) - Ruben Ramirez Hidalgo (ESP) : 0-1
Blaz Kavcic (SLO) - Olivier Rochus (BEL) : 0-0
# 25/03/2011 à 10:11 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Nishikori - Chardy 7-6(7/5),6-2
López - Berankis 4-6,7-6(7/5),6-3
Seppi - Zverev 6-2,6-7(9/11),6-1
Cuevas - Berrer 6-4,7-6(7/2)
Gabashvili - Brands 6-2,7-6(7/5)
Gil - Capdeville 6-1,3-6,7-6(8/6)
Mayer - Karlovic 6-4,7-6(8/6)
Berlocq - Sock 7-5,7-6(8/6)
Ramírez Hidalgo - Mannarino 7-6(7/3),6-7(3/7),6-2
Štepánek - Fognini 6-3,7-6(7/5)Stakhovsky - Dimitrov 6-2,6-4
Rochus - Kavcic 3-6,6-4,7-5
Lu - Riba 6-3,6-2
Petzschner - Serra 6-1,7-5
Tipsarevic - Haase 6-4,7-6(7/5)
Schüttler - Harrison 7-5,6-2


PROGRAMME DE VENDREDI


Stadium - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Ivan Dodig (CRO) - Robin Söderling (SUE) : 0-0
Anastasiya Yakimova (BLR) - Kim Clijsters (BEL) : 0-0
Andy Murray (GBR) - Alex Bogomolov Jr (USA) : 0-0
Dinara Safina (RUS) - Vera Zvonareva (RUS) : 5-5

Pas avant 19h30 (0h30 en France)

Denis Istomin (OUZ) - Novak Djokovic (SER) : 0-1
Kimiko Date-Krumm (JAP) - Ana Ivanovic (SER) : 0-2

Granstand - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Somdev Devvarman (IND) - Milos Raonic (CAN) : 0-1
Pablo Andujar (ESP) - Fernando Verdasco (ESP) : 0-1
Francesca Schiavone (ITA) - Angelique Kerber (ALL) : 1-0
David Ferrer (ESP) - Igor Kunitsyn (RUS) : 0-0

Pas avant 17 heures (22 heures en France)

Philipp Kohlschreiber (ALL) - Juan Martin Del Potro (ARG) : 0-3
Un double

Court n°1 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Agnieszka Radwanska (POL) : 0-0
Maria Kirilenko (RUS) - Sania Mirza (IND) : 0-2
Marion Bartoli (FRA) - Ayumi Morita (JAP) : 3-0
Paolo Lorenzi (ITA) - Richard Gasquet (FRA) : 0-0
Victoria Azarenka (BLR) - Lucie Hradecka (RTC) : 0-0
Un double

Court n°2 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Mardy Fish (USA) - Julien Benneteau (FRA) : 1-1
Thomaz Bellucci (BRE) - James Blake (USA) : 1-1
Marcel Granollers (ESP) - Stanislas Wawrinka (SUI) : 0-1
Mikhail Kukushkin (KAZ) - Sam Querrey (USA) : 0-0

Pas avant 18 heures (23 heures en France)

Igor Andreev (RUS) - John Isner (USA) : 1-0

Court n°3 - A partir de 10 heures (15 heures en France)

Michaël Llodra (FRA) - Xavier Malisse (BEL) : 3-2
Guillermo Garcia-Lopez (ESP) - Kevin Anderson (AFS) : 0-0
Maria Jose Martinez-Sanchez (ESP) - Anna Tatishvili (GEO) : 0-0
Deux doubles

Court n°6 - A partir de 10 heures (15 heures en France)

Varvara Lepchenko (USA) - Petra Kvitova (RTC) : 0-0
Ekaterina Makarova (RUS) - Alisa Kleybanova (RUS) : 1-1
Kaia Kanepi (EST) - Virginie Razzano (FRA) : 3-4
Deux doubles

Court n°7 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Jarmila Groth (AUS) - Yaroslava Shvedova (KAZ) : 0-1
Viktor Troïcki (SER) - Marsel Ilhan (TUR) : 0-0
Trois doubles

Court n°8 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Timea Bacsinszky (SUI) - Dominika Cibulkova (SLQ) : 0-1
Lourdes Dominguez (Lino (ESP) - Tsvetana Pironkova (BUL) : 0-0
Anastasia Pavlyuchenkova (RUS) - Agnes Szavay (HON) : 0-0
Deux doubles
# 26/03/2011 à 12:26 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Llodra - Malisse 6-2,6-3
Granollers - Wawrinka 6-0,6-7(4/7),6-3
Fish - Benneteau 6-4,6-3
Gasquet - Lorenzi 6-2,6-3
Del Potro - Kohlschreiber 6-7(3/7),6-4,7-5
Söderling - Dodig 3-6,6-2,6-4
Bogomolov Jr. - Murray 6-1,7-5
Isner - Andreev 6-4,5-7,7-6(7/2)
Anderson - García-López 6-3,5-7,6-4
Andújar - Verdasco 3-6,7-6(7/3),6-4
Troicki - Ilhan 6-3,6-3
Querrey - Kukushkin 6-3,6-2
Blake - Belluci 2-6,6-4,7-6(8/6)
Djokovic - Istomin 6-0,6-1
Ferrer - Kunitsyn 6-2,6-1
Devvarman - Raonic 7-6(7/5),7-5


Murray, rien ne va plus

Depuis fin janvier, Andy Murray n'a pas gagné un match et à Miami, il subit un échec cuisant (6-1, 7-5) contre Alex Bogomolov Jr.

Les tabloïds anglais vont se régaler. Andy Murray est bien en crise. Depuis sa finale fantomatique à l'Open d'Australie, il n'a pas gagné un match. Trois tournois, trois défaites en deux sets. A Rotterdam, c'est inquiétant face à Marcos Baghdatis. A Indian Wells, c'est très préoccupant contre Donald Young. A Miami, c'est franchement catastrophique avec un nouvel échec cuisant (6-1, 7-5 en 1h35') contre Alex Bogomolov Jr ! Que se passe-t-il ? Est-ce la concurrence féroce sur le circuit ? «Ce n'est pas une question de concurrence. Depuis plusieurs années, j'ai l'habitude de la concurrence, répond le Britannique. C'est juste mon jeu. Mon jeu est pauvre. » Et le palmarès de son adversaire ne va pas le réconforter...

De junior, Alex Bogomolov n'a que l'abréviation à la fin de son nom. A 27 ans, le qualifié américain, sparring-partner de Maria Kirilenko, réalise la plus grande performance de sa carrière dans sa ville d'adoption où ses parents d'origine russe ont émigré en 1992. Après une première belle performance contre Victor Hanescu au premier tour, le 118e mondial (97e mondial, plus haut classement en 2003) récidive face au 5e mondial en plein doute. Son père Alex Sr, ancien coach de Larisa Neiland, Yevgeny Kafelnikov et Andrei Medvedev, peut être fier de Bogie...

Passif et perdu, l'Ecossais se morfond, subit sur chaque seconde balle (33% de points gagnés) et s'écroule malgré un break d'entrée de deuxième manche. «C'est peut-être une histoire de confiance, soupire Andy Murray qui avoue pourtant bien jouer à l'entraînement. C'est évidemment décevant. Je n'ai pas particulièrement bien joué et lui n'a quasiment rien manqué dans le premier set et m'a rendu la vie difficile. Quand j'ai essayé de revenir dans le second set, il n'y a rien qui allait. Pourtant, cela m'est arrivé souvent de gagner alors que je ne jouais pas bien. Mais mon jeu de jambes était trop médiocre par rapport à d'habitude pour espérer gagner. »

Sur sa prestation, le 5e mondial ne se voile pas la face : «Tu ne peux pas gagner un match en jouant au milieu du court et en commettant 30 ou 40 fautes directes en deux sets.» En pleine confiance et survolté, l'Américain prend sa chance et s'offre un troisième tour contre John Isner ou Igor Andreev. Au fond du trou, Andy Murray voit maintenant se profiler la saison sur terre battue. En Ecosse, ce n'est pas vraiment le printemps.
lequipe.fr avec AFP


PROGRAMME DE SAMEDI


Stadium - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Svetlana Kuznetsova (RUS) - Shuai Peng (CHN) : 3-1

Pas avant 13 heures (18 heures en France)

Roger Federer (SUI) - Radek Stepanek (RTC) : 9-2
Pablo Cuevas (URU) - Andy Roddick (USA) : 0-0
Sabine Lisicki (ALL) - Maria Sharapova (RUS) : 0-0

Pas avant 20 heures (01h00 en France)

Rafael Nadal (ESP) - Kei Nishikori (JAP) : 2-0


Caroline Wozniacki (DAN) - Daniela Hantuchova (SLQ) : 2-0

Grandstand - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Teymuraz Gabashvili (RUS) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA) : 0-1
Marcos Baghdatis (CHY) - Olvier Rochus (BEL) : 2-0
Samantha Stosur (AUS) - Lucie Safarova (RTC) : 0-3
Janko Tipsarevic (SER) - Marin Cilic (CRO) : 0-5

Pas avant 17 heures (22 heures en France)


Ruben Ramirez Hidalgo (ESP) - Tomas Berdych (RTC) : 0-0

Court n°1 - A partir de 11 heures (16 heures en France)


Sergiy Stakhovsky (UKR) - Juan Monaco (ARG) : 0-0
Gilles Simon (FRA) - Rainer Schuettler (ALL) : 5-0
Klara Zakopalova (RTC) - Jelena Jankovic (SER) : 2-2
Nicolas Almagro (ESP) - Frederico Gil (POR) : 0-1
Un double

Court n°2 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Yen-Hsun Lu (TPE) - Mikhail Youzhny (RUS) : 0-1
Alexandra Dulgheru (ROU) - Johanna Larsson (SUE)
Jürgen Melzer (AUT) - Philipp Petzschner (ALL) : 0-1
Sergiy Stakhosky (UKR)/Mikhail Youzhny (RUS) - Novak Djokovic (SER)/Andy Murray (GBR)
Andrea Petkovic (ALL) - Iveta Benesova (RTC) : 3-0

Court n°3 - A partir de 10 heures (15 heures en France)

Un double
Feliciano Lopez (ESP) - Juan Ignacio Chela (ARG) : 0-1
Ernests Gulbis (LET) - Carlos Berlocq (ARG) : 0-0
Deux doubles

Court n°7 - A partir de 10 heures (15 heures en France)

Un double
Anabel Medina Garrigues (ESP) - Elena Vesnina (RUS) : 2-2
Florian Mayer (ALL) - Albert Montanes (ESP) : 0-0
Deux doubles

Court n°8 - A partir de 11 heures (16 heures en France)

Un double
Alexandr Dolgopolov (UKR) - Andreas Seppi (ITA) : 1-0
# 27/03/2011 à 15:23 Nico
[/b]RESULTATS DE SAMEDI

Nadal - Nishikori 6-4,6-4
López - Chela 7-6(7/3),3-6,6-4
Dolgopolov - Seppi 6-1,5-3
Tsonga - Gabashvili 6-3,6-7(3/7),6-3
Almagro - Gil 6-4,3-6,6-2
Mayer - Montañés 6-4,3-1
Berlocq - Gulbis 6-1,2-6,6-4
Berdych - Ramírez Hidalgo 6-1,6-7(6/7),6-0
Federer - Štepánek 6-3,6-3
Mónaco - Stakhovsky 6-4,6-7(2/7),6-4
Rochus - Baghdatis 6-2,4-6,6-4
Youzhny - Lu 6-1,6-0
Petzschner - Melzer 6-3,6-4
Tipsarevic - Cilic 6-3,7-6(7/4)
Simon - Schüttler 6-4,6-3
Cuevas - Roddick 6-4,7-6(6/4)


Federer s'active, Tsonga galère

Grâce à son succès sur Radek Stepanek au 2e tour à Miami (6-3, 6-3), Roger Federer compte désormais autant de victoires que Pete Sampras (762). Tsonga a souffert devant Gabashvili (6-3, 6-7, 6-3). Roddick a déjà perdu face à Cuevas ! Simon a dominé Schuettler (6-4, 6-3). Nadal a battu Nishikori.

Roger Federer a fait dans le classique ce samedi à Miami. Tellement classique qu'il en a profité pour rejoindre l'Américain Pete Sampras au nombre de victoires en carrière (762). Pour son premier match, le Suisse retrouvait un vieux compagnon du circuit, Radek Stepanek face auquel il n'avait perdu que deux fois en douze confrontations.

Le Tchèque n'a d'ailleurs plus pris un seul set à Federer depuis sa victoire à Rome en 2008. Les six dernières rencontres, dont celle-ci, il n'a pu qu'accrocher deux jeux décisifs. Federer n'a pas fait dans l'emphase pour écarter de son chemin un joueur classé désormais 68e mondial et qui ne semble plus avoir les jambes pour produire son tennis surprenant et offensif. Un break au premier set, deux dans le second et le tour était joué. Juan Monaco lui donnera plus de répondant en fond de court.

Roddick cale

L'hémorragie de têtes de série, qui entraient en lice vendredi et samedi, a continué samedi avec la chute du tenant du titre, l'Américain Andy Roddick (N.8), sorti en deux sets par l'Uruguayen Pablo Cuevas, 67e mondial (6-4, 7-6). Malade, l'Américain n'a pas pu défendre ses chances : "C'est un truc que je traîne depuis le tournoi de Memphis, avec des hauts et des bas, a-t-il indiqué. Là c'est revenu. J'avais du mal à respirer et je n'étais pas optimiste sur l'issue du match, a ajouté le N.1 Américain. C'est frustrant de rentrer diminué sur le court. Quand je ris, je fais le bruit d'une voiture qui démarre", a-t-il blagué.

Cinq autres têtes de série sont tombées d'entrée samedi: Jurgen Melzer (N.10), Albert Montanes (N.20), Marcos Baghdatis (N.22), Juan Ignacio Chela (N.26) et Ernests Gulbis (N.28). Ces éliminations prématurées portent à quatorze, soit presque la moitié, les têtes de série déjà manquantes en Floride.

"Sympa"


Si Federer s'impose lundi au 3e tour face à l'Argentin Juan Monaco (N.32), qu'il n'a affronté qu'une seule fois (une victoire en 2007), il dépassera Sampras et pourra alors viser les 806 victoires de Stefan Edberg. Le record de l'ère Open (depuis 1968) est détenu par l'Américain Jimmy Connors avec 1242 victoires. Suivent dans l'ordre Ivan Lendl (1071), Guillermo Vilas (923), John McEnroe (875), Andre Agassi (870) puis Edberg.

"C'est sympa d'égaler Pete mais il aurait pu jouer plus longtemps, il pourrait encore gagner des matches sur le circuit s'il voulait", a dit Federer. Face au Tchèque de 32 ans, le Suisse s'est imposé sans trembler et sans perdre son service en seulement 1 h 02 minutes. "Je suis vraiment satisfait car je sais que Radek peut être dangereux", a-t-il expliqué.

Tsonga pas convaincant

Jo-Wilfried Tsonga, en ce moment, c'est coton ! Enervé mais déterminé, le Français a finalement franchi le 2e tour à Miami, deux semaines après son élimination en deux sets dès son premier match à Indian Wells. Bousculé par le Russe Teimuraz Gabashvili, Tsonga a souvent semblé incapable de mettre du rythme dans la balle. Plus imposant au premier set, il a été en danger dans le troisième : où il a été breaké et mené 1-2.

On retiendra donc la victoire pour Tsonga et la blessure peu commune du Russe, qui a s'est entaillé le genou au milieu du dernier set, et a concédé deux jeux blancs à la suite malgré les soins du docteur. En délicatesse avec son organisme depuis le début de la saison (hernie inguinale), JWT est loin de son meilleur niveau et il faut comprendre ainsi la frustration qui a valu quelques jets de raquette intempestifs.

C'est surtout au service que la différence s'est faite : le Manceau n'a passé que 58% de premiers services mais s'est maintenu à flot grâce à 15 aces (mais aucun dans le jeu décisif) et aussi à son hyper réalisme sur les balles de break en sa faveur (5 sur 6). Le Russe commettant 6 doubles fautes pour 62% de premières balles.

Nadal observé par LeBron James

Dans la lui, enfin, l'Espagnol Rafael Nadal s'est qualifié pour le 3e tour en battant samedi le Japonais Kei Nishikori (6-4, 6-4). Sous les yeux de LeBron James et Dwyane Wade, deux stars du Miami Heat, l'Espagnol a écarté les quatre balles de break qu'il a eues à défendre, toutes dans le premier set, et il est parvenu à prendre deux fois le service adverse, une fois dans chaque manche, pour s'imposer en 1 h 48 minutes. Après avoir fait le break en début de seconde manche, il a eu le bon goût de conclure la rencontre sur un jeu blanc ponctué d'un ace sur la balle de match.

"C'était difficile, c'est certain, a dit Nadal. Nishikori est le genre de joueur que tu ne veux avoir comme premier adversaire. Je suis content de mon jeu, j'ai fait un match complet, et j'ai bien servi en fin de match. Il faudrait quand même que je serve mieux en seconde balle, un peu plus fort".
eurosport.fr


PROGRAMME DE DIMANCHE

STADIUM, à partir de 18 heures (Heure Française)

Mardy Fish (USA/n°14) - Richard Gasquet (FRA/n°17) 1-2

Pas avant 20 heures (HF)

Francesca Schiavone (ITA/n°5) - Lourdes Dominguez Lino (ESP) 2-0

Pas avant 22 heures (HF)

Maria Jose Martinez Sanchez (ESP/n°27) - Kim Clijsters (BEL/n°2) 0-0
Juan Martin Del Potro (ARG) - Robin Söderling (SUE) 2-0

Pas avant 2h30 (HF)

Victoria Azarenka (BLR/n°8) - Dominika Cibulkova (SLQ/n°25) 5-1

Pas avant 4h30 (HF)

James Blake (USA/WC) - Novak Djokovic (SER) 0-2

GRANDSTAND, à partir de 18 heures (Heure Française)

Kevin Anderson (AFS) - Pablo Andujar (ESP) 0-0
David Ferrer (ESP/n°6) - Somdev Devvarman (IND) 1-0
Alex Bogomolov Jr. (USA/Q) - John Isner (USA/n°30) 0-0
Jarmila Groth (AUS/n°28) - Vera Zvonareva (RUS/n°3) 0-0

COURT 1, à partir de 18 heures (Heure Française)

Un double

Pas avant 18h30 (HF)

Virginie Razzano (FRA) - Ana Ivanovic (SER/n°19) 1-2
Deux doubles
Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/n°17) - Petra Kvitova (RTC/n°12) 0-2

COURT 2, à partir de 18 heures (Heure Française)

Marion Bartoli (FRA/n°15) - Ekaterina Makarova (RUS) 1-0
Maria Kirilenko (RUS/n°24) - Agnieszka Radwanska (POL)
Michaël Llodra (FRA/n°23) - Marcel Granollers (ESP) 0-0
Viktor Troicki (SER/n°16) - Sam Querrey (USA/n°19) 1-1
# 28/03/2011 à 15:53 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Troicki - Querrey 7-6(7/5),3-6,7-5
Djokovic - Blake 6-2,6-0
Ferrer - Devvarman 6-4,6-2
Granollers - Llodra 7-5,3-6,7-5
Fish - Gasquet 6-4,6-3
Del Potro - Söderling 6-3,6-2
Isner - Bogomolov Jr. 6-2,7-6(7/4)Anderson - Andújar 6-2,6-3


20/20 pour Djokovic

Toujours aussi chaud, Novak Djokovic a battu James Blake (6-2, 6-0) au 3e tour du tournoi de Miami. Le Serbe est toujours invaincu en 2011 et signe sa 20e victoire de l'année. Depuis trente ans, seuls John McEnroe et Ivan Lendl ont fait mieux...

On a déjà envie de plaindre Viktor Troicki, futur adversaire de Novak Djokovic en 8e de finale du Masters de Miami. Troicki, battu par son compatriote et numéro 2 mondial lors de leurs huit précédentes confrontations a du souci à se faire alors que Djokovic est plus que jamais intouchable. Dimanche, le vainqueur de l'Open d'Australie n'a fait qu'une bouchée de James Blake. Deux manches, deux jeux perdus et une victoire sans transpirer (6-2, 6-0). C'est le 20e succès de l'année de Djokovic, qui reste bien évidemment invaincu.

Depuis 30 ans, seulement deux joueurs ont fait mieux que le Serbe de 23 ans pour commencer une saison : l'Américain John McEnroe avec 39 victoires en 1984 et l'ex-Tchécoslovaque Ivan Lendl avec 25 victoires en 1986. Dans sa marche triomphale, Djokovic a remporté l'Open d'Australie et les tournois de Dubaï et d'Indian Wells (Masters 1000) et s'est installé au deuxième rang mondial en lieu et place du Suisse Roger Federer. En comptant les deux simples gagnés en finale de la Coupe Davis contre la France en décembre à Belgrade, Djokovic en est à 22 matches gagnés d'affilée.

Face à Blake, tombé au 173e rang mondial et invité par les organisateurs à Miami, il n'a eu besoin que de 52 minutes pour s'imposer. Vendredi pour son entrée en lice dans le tournoi, il n'avait laissé qu'un jeu à l'Ouzbek Denis Istomin (6-0, 6-1) pour régler l'affaire en seulement 48 minutes. Djokovic a pris cinq fois le service de l'Américain, se montrant dominant en retour de service (seulement 58% de points gagnés par Blake sur ses premiers services). Le Serbe n'a en outre perdu que huit points (sur 37) sur sa mise enjeu et n'a du coup pas eu à faire face à la moindre balle de break.
M.D. avec AFP


PROGRAMME DE LUNDI


STADIUM, à partir de 18 heures (Heure Française)

Samantha Stosur (AUS/n°4) - Maria Sharapova (RUS/n°16) - WTA : 0-6
Caroline Wozniacki (DAN/n°1) - Andrea Petkovic (ALL/n°21) - WTA : 0-0

Pas avant 21h00 (HF)

Roger Federer (SUI/n°3) - Juan Monaco (ARG/n°32) - ATP : 1-0
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Feliciano Lopez (ESP) - ATP : 6-2

Pas avant 3h30 (HF)

Alexandr Dolgopolov (UKR/n°21) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°15) - ATP : 1-1

Pas avant 4h30 (HF)

[19] Ana Ivanovic (SRB/n°19) - Kim Clijsters (BEL/n°2) - WTA : 0-3

GRANDSTAND, à partir de 18 heures (Heure Française)

Carlos Berlocq (ARG) - Tomas Berdych (RTC/n°7) - ATP : 0-0
Olivier Rochus (BEL/q) - Mikhail Youzhny (RUS/n°13) - ATP : 0-4
Anabel Medina Garrigues (ESP) - Jelena Jankovic (SRB/n°6) - WTA : 0-5

Pas avant 0h30 (HF)

Francesco Schiavone (ITA/n°5) - Agnieszka Radwanska (POL/n°9) - WTA : 4-0
Gilles Simon (FRA/n°25) - Pablo Cuevas (URU) - ATP : 0-0

COURT 2, à partir de 18 heures (Heure Française)

Shuai Peng (CHN) - Alexandra Dulgheru (ROU/n°26) - WTA : 0-0
Philipp Petzschner (ALL) - Janko Tipsarevic (SRB) - ATP : 1-0
Nicolas Almagro (ESP/n°11) - Florian Mayer (ALL) - ATP : 2-0
Marion Bartoli (FRA/n°15) - Vera Zvonareva (RUS/n°3) - WTA : 2-8
# 29/03/2011 à 14:46 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Nadal - López 6-3,6-3
Mayer - Almagro 6-1,3-6,6-1
Rochus - Youzhny 1-6,6-3,6-3
Tipsarevic - Petzschner 6-3,6-3
Simon - Cuevas 4-6,6-1,6-2
Berdych - Berlocq 7-6(10/8),7-5
Federer - Mónaco 7-6(7/4),6-4


Nadal sans problème

Rafael Nadal se qualifie pour les huitièmes de finale en dominant son compatriote Feliciano Lopez (6-3, 6-3).

Rafael Nadal s'est qualifié sereinement, lundi, pour les huitièmes de finale du Masters 1000 de Miami. Le n°1 mondial a parfaitement géré l'affrontement face à un de ses meilleurs amis, Feliciano Lopez. Deux breaks dans la première manche, un dans la seconde et l'affaire était bouclée (6-3, 6-3) face à un très bon serveur doté d'un style de jeu très offensif.

Lopez a subi le tarif Nadal habituel : il s'est fait punir à la moindre balle courte et a vu sa mise en jeu s'envoler sur quelques coups droits ou passings de revers à la moindre ouverture. Dans une tenue verte flashy assortie au court, Nadal a donc déroulé son jeu, s'octroyant quelques coups de contre dont il a le secret sans pour autant puiser dans ses réserves. Sur une surface plus rapide qu'à Indian Wells, il a tout de même imposé sa cadence et n'a été que rarement débordé.''Rafa''monte en puissance, notamment au service. En délicatesse avec ce coup à Indian Wells et lors de son premier tour à Miami, il a cette fois retrouvé son timing et n'a pas eu à sauver une seule balle de break. Une bonne journée de travail donc.
C.B.


PROGRAMME DE MARDI

STADIUM, à partir de 18 heures (Heure Française)

Mardy Fish (USA/n°14) - Juan Del Potro (ARG) - ATP : 2-2

Pas avant 19h00, heure française

Alexandr Dolgopolov (UKR/n°21) - Jo-Wildried Tsonga (FRA/n°15) 67(2) 46, 23 - match à terminer

Pas avant 20h00, heure française

Andrea Petkovic (ALL/n°21) - Jelena Jankovic (SRB/n°6) - WTA : 0-0
Ana Ivanovic (SRB/n°19) - Kim Clijsters (BEL/n°2) - WTA : 0-3
Victor Troicki (SRB/n°16) - Novak Djokovic (SRB/n°2) - ATP : 1-8

Possible de changer avec :
Rafael Nadal (ESP/1) - Alexandr Dolgopolov (UKR/n°21) ou Jo-Wildried Tsonga (FRA/n°15) - ATP


Pas avant 2h30, heure française

Maria Sharapova (RUS/n°16) - Alexandra Dulgheru (ROU/n°26) - WTA : 0-0

Pas avant 4h30, heure française

Roger Federer (SUI/n°3) - Olivier Rochus (BEL) - ATP : 7-0


GRANDSTAND, à partir de 18 heures (Heure Française)

David Ferrer (ESP/n°6) - Marcel Granollers (ESP) - ATP : 2-0
John Isner (USA/N°30) - Kim Anderson (AFS) - ATP : 3-1
Florian Mayer (ALL) - Tomas Berdych (RTC/n°7) - ATP : 0-3

Pas avant 2h00, heure française

Janko Tipsarevic (SRB) - Gilles Simon (FRA/n°25) - ATP : 0-1
# 30/03/2011 à 15:04 Nico
RESULTAS DE MARDI

Dolgopolov - Tsonga 6-7(2/7),6-4,7-5

Nadal - Dolgopolov 6-1,6-2
Berdych - Mayer 6-3,2-6,7-6(7/4)
Federer - Rochus 6-3,6-1
Simon - Tipsarevic 4-6,7-6(7/3),6-2
Ferrer - Granollers 6-1,6-2
Fish - Del Potro 7-5,7-6(7/5)
Anderson - Isner 6-3,7-6(7/4)
Djokovic - Troicki 6-3,6-2


Nadal déroule

Rafael Nadal n'est pas tombé dans le piège Alexandr Dolgopolov. Le n°1 mondial a fait de ce huitième de finale une simple formalité (6-1, 6-2) en à peine une heure. L'Ukrainien avait dû terminer en début de programme son match du troisième tour face à Jo-Wilfried Tsonga. Le duel qui semblait prometteur sur le papier n'a donc pas eu lieu, entre un n°1 mondial très concentré sur son sujet et un adversaire dont le faible pourcentage de premières balles (49%) a notamment été puni au prix fort. Au prochain tour, l'Espagnol en découdra avec le Tchèque Tomas Berdych.
lequipe.fr


PROGRAMME DE MERCREDI

STADIUM, à partir de 18 heures (Heure Française)

Un double

Pas avant 20h00, HF

Agnesszka Radwanska (POL/n°9) vs [3] Vera Zvonareva (RUS/n°3) - WTA : 0-1

Pas avant 22h00, HF

David Ferrer (ESP/n°6) - Mardy Fish (USA/n°14) - ATP : 3-3

Pas avant 2h00, HF

Victoria Azarenka (BLR/n°8) - Kim Clijsters (BEL/n°2) - WTA : 1-4

Pas avant 4h00, HF

Kevin Anderson (AFS) - Novak Djokovic (SRB/n°2) - ATP : 1-0
# 31/03/2011 à 16:27 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Fish, première

Tombeur (7-5, 6-2 en 1h22') de David Ferrer (n°6) mercredi, Mardy Fish (n°14) décroche sa première demi-finale à Miami. Il sera n°1 américain au prochain classement ATP.

Le malheur des uns... Vous connaissez la suite. Eliminé dès le 2e tour par Pablo Cuevas, Andy Roddick (n°8) perdra dès lundi les points de son titre conquis en 2010 face à Tomas Berdych. Présent dans le dernier carré sans avoir concédé le moindre set, son ami Mardy Fish, qui occupe actuellement le meilleur classement de sa carrière (15e), lui chipera sa place au sommet de la hiérarchie US. Efficace au service (91% des points gagnés derrière sa première, aucun break concédé) et à la volée (10/15), le médaillé d'argent des Jeux Olympiques d'Athènes, en 2004, profite d'un trou d'air de David Ferrer dans le onzième jeu de la première manche (deux doubles) pour virer en tête (6-5 puis 7-5).

Le chant du cygne pour l'Espagnol, victime de maux d'estomac, qui, s'il se reprend d'entrée de seconde manche (1-0), encaisse... cinq jeux de rang (1-5), multipliant les fautes directes (30 au total). Un dernier jeu de service maîtrisé et Mardy Fish décroche une troisième demi-finale en 2011 (après Memphis et Delray Beach), où il retrouvera Novak Djokovic (n°2), invaincu cette saison. «Je ne pense pas pouvoir me sentir comme le numéro 1 de mon pays. Andy mène une belle carrière et il a toujours été parmi les meilleurs de notre génération, a admis Fish. David ne rate pas autant d'habitude. Je ne l'ai pas senti à l'aise et j'en ai tiré profit même s'il n'était pas possible de jouer son meilleur tennis à cause du vent (...) Intégrer le Top 10 fait partie de mes objectifs. Je vais tout faire pour y parvenir. »
J.G


Djokovic en demie

Novak Djokovic s'est qualifié pour les demi-finales du tournoi de Miami. Le Serbe, n°2 mondial, a dominé le Sud-Africain Kevin Anderson (6-4, 6-2).

Accélérations foudroyantes, passings croisés de revers, amortis.. Ajoutez à cela six aces et quelques jolies glissades sur le ciment. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le public américain a pu assister à une nouvelle démonstration du talent de Novak Djokovic. En face, la victime a été le Sud-Africain Kevin Anderson, 40e joueur à l'ATP et invité surprise des quarts de finale.

Mais «le résultat ne reflète pas la réalité du match car ça n'a rien eu de facile, a affirmé le joueur serbe. Kevin m'a mis beaucoup de pression, son service était particulièrement bon et dur à lire. Je n'ai trouvé le rythme que dans le deuxième set, même si j'ai dû sauver des balles de break.»

Depuis le début du tournoi de Miami, Novak Djokovic n'a pas perdu un set et a seulement concédé quatorze jeux en quatre matches. En demi-finale, il affrontera l'Américain Mardy Fish, vainqueur de David Ferrer (7-5, 6-2) et désormais nouveau n°1 US.
lequipe.fr (avec AFP)


PROGRAMME DE JEUDI

Stadium - A partir de 13h (19h en France)


Andrea Petkovic (ALL/n°21) - Maria Sharapova (RUS/n°16) : 1-1

Pas avant 15h (21h en France)

Roger Federer (SUI/n°3) - Gilles Simon (FRA/n°25) : 1-2

Pas avant 19h (1h en France)

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Tomas Berdych (RTC/n°7) : 9-3

Pas avant 21h (3h en France)

Vera Zvonareva (RUS/n°3) - Victoria Azarenka (BLR/n°8) : 6-2
# 01/04/2011 à 12:49 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Simon jette l'éponge

Handicapé par un torticolis, Gilles Simon (n°25) a abandonné en quarts de finale, jeudi, alors qu'il était mené 3-0 par Roger Federer (n°3).

Breaké - blanc - d'entrée de match, le Français doit encaisser cinq points de rang avant d'en inscrire enfin un. Distancé (3-0) sur une volée de coup droit dans le filet, le protégé de Thierry Tulasne fait alors appel au kiné puis au superviseur. «Je ne peux pas continuer» leur lance-t-il. Perplexe, le Suisse voit son adversaire se diriger vers lui. Le combat a tourné court. Dix minutes exactement. «Je ne sais pas précisément si c'est un torticolis mais j'ai le cou bloqué, a-t-il expliqué. C'est venu ce matin (jeudi) à l'échauffement. J'ai mis de la crème chauffante et pris des anti-inflammatoires pour le match, mais la douleur est revenue sur mon deuxième coup droit et là, j'ai su que c'était fini.» Il avait déjà été victime de ce problème chronique à Rotterdam, en février. «Mais là-bas, j'avais joué avec, ce que je n'aurais pas dû faire, a-t-il expliqué. Là, contre Roger, soit je jouais en ne forçant pas avec et je prenais 6-0, 6-0, soit je jouais avec, en forçant, et je prenais 6-2, 6-2... J'ai préféré arrêter. Contre Federer, il faut être à 100%» a-t-il poursuivi.

«Ça m'arrive de temps en temps»

Le Niçois attribue ce souci, qui intervient «toujours du côté gauche», au fait que sa colonne vertébrale est «toute droite du milieu du dos jusqu'au crâne. Ça m'arrive de temps en temps, pas toujours un jour de match. Là, c'est juste tombé au mauvais moment. Je fais pourtant gaffe tout le temps, je porte le moins de choses possibles, à l'aéroport, quand je fais les courses... Je fais même porter les sacs à ma femme parfois. C'est dommage parce que jouer contre Federer, c'est une petite récompense». «Je ne savais pas que Gilles avait un problème avant le match. Après son abandon, il m'a dit qu'il avait le cou raide et qu'il ne pouvait pas le bouger, a réagi l'ex-numéro 1 mondial. C'est dur pour lui de devoir sortir du court sous les sifflets. Ce n'est pas marrant, il ne le mérite pas, même si je comprends la frustration des gens qui ont payé pour nous voir jouer pendant plusieurs heures. Là, il y a juste eu quinze points, dix minutes de jeu et c'était déjà fini.»

«Je ne savais pas qu'il avait eu un problème au cou pendant son échauffement le matin. Je n'ai rien remarqué d'anormal quand j'ai pris sa place sur le court pour ma séance. C'est de la malchance, ça peut arriver à tout le monde. Moi aussi j'ai eu mal au cou la semaine dernière. Ce n'est pas de cette façon que je voulais me qualifier mais je prends quand même. Le point positif pour moi, c'est que je me suis économisé en vue de la demi-finale contre Rafael Nadal (n°1) mais aussi pour la suite de la saison. C'est toujours bon à prendre. D'autant que Gilles est le genre de joueur qui peut vraiment te fatiguer pendant un match (...) Il faut être prêt à tous les scénarios quand on est joueur de tennis».
lequipe.fr (avec AFP)


Nadal retrouve Federer

Rafael Nadal va retrouver Roger Federer en demi-finale du tournoi de Miami après avoir battu le Thomas Berdych pour la neuvième fois consécutive, jeudi en demi-finale (6-3, 3-6, 6-3). Les deux hommes vont écrire le 23e chapitre du roman déjà légendaire de leur histoire commune.

Rafael Nadal, qui n'a jamais gagné à Miami malgré deux finales (2005, 2008), affrontera Federer pour la 23e fois, la 3e fois seulement dans une demi-finale. Federer s'est qualifié en demi-finale en profitant de l'abandon du Français Gilles Simon (N.25) après seulement trois jeux (3-0), victime d'un cou bloqué. De son côté, l'Espagnol de 24 ans a entamé la rencontre tambour battant, prenant les deux premiers jeux de service adverse pour empocher la première manche sans soucis. Il s'agissait du 20e set de rang qu'il gagnait face au Tchèque de 25 ans. "J'ai joué un premier set fantastique, à un de mes meilleurs niveaux", a-t-il assuré.

Mais les choses se sont corsées quand il a concédé sa mise en jeu pour la première fois du tournoi sur son premier jeu de service de la deuxième manche. A 3-0, Nadal a fait appeler le soigneur pour se faire manipuler l'épaule droite. Rebelote au changement de côté suivant, à 4-1. "J'ai fait un faux mouvement avec le bras droit et j'ai eu comme une inflammation d'un nerf, ça m'a donné mal à la tête. Je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé, j'ai perdu ma concentration et c'était le moment où Tomas s'est mis à bien joué, a expliqué Nadal. Je pense que ce n'est rien de grave."

"Mon service m'a sauvé"

L'Espagnol parvenait à garder son service, avec un jeu blanc et un autre dans lequel il repoussait deux premières balles de set à 2-5, mais Berdych enchaînait deux jeux de service blancs pour revenir à un set partout. Dans le premier jeu de la dernière manche, l'Espagnol était déjà au bord de la rupture à 0-40 mais il écartait les trois balles de break en alignant cinq points, dont trois aces consécutifs (8 au total). "Mon service m'a sauvé le match, c'est inhabituel, a expliqué Nadal. Il y a quatre ans, ce ne serait pas arrivé."

Il servait un nouvel ace pour mener 4-3 et parvenait à faire le break à ce moment opportun, avec deux gros coups de pouce de la bande du filet, notamment sur la balle de break. "Cela m'a plus ou moins coûté le match", a dit Berdych, qui n'a pas pu cacher sa frustration sur le court. Nadal servait ensuite un jeu blanc pour s'imposer en 2 h 17 min et prendre rendez-vous avec Federer dans une demi-finale très attendue.
AFP


PROGRAMME DE VENDREDI

Stadium - A partir de 13h (19h en France)
Mardy Fish (USA/n°14) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 0-5

Pas avant 19h (1h en France)

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Roger Federer (SUI/n°3) : 14-8
# 02/04/2011 à 20:54 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Djokovic, évidemment

Novak Djokovic s'est qualifié pour la finale du Masters 1000 de Miami en battant Mardy Fish 6-3, 6-1, vendredi. C'est sa 3e en Floride. Le Serbe, N.2 mondial et toujours invaincu en 2011 en 23 rencontres, jouera pour un 4e titre ATP de suite face à Rafael Nadal.

Les mots vont commencer à manquer. Novak Djokovic surfe sur la vague du succès depuis le début de la saison et ce n'est pas encore à Miami que sa belle série s'arrêtera. Du moins, pas en demi-finales. Mardy Fish, fort d'un nouveau statut qui l'attend lundi prochain, n'a pas eu les répliques pour répondre au jeu tout en toucher du crack du moment. La verve du N.2 mondial a tenu les spectateurs en haleine 1h30, le temps de voir le futur N.1 américain manquer 4 balles de break et rester impuissant face aux 70% de premières balles de son adversaire. Un comble quand on sait que le Floridien restait sur de belles victoires face à Richard Gasquet (3e tour), Juan Martin Del Potro (en huitièmes de finale) ou encore David Ferrer (quarts de finale).

Mais une fois encore, pour la 23e fois de suite cette saison, hors Coupe Davis, c'est le Serbe qui a eu le dernier mot. Voici Novak Djokovic en finale du Masters de Miami pour la 3e fois de sa carrière, visant son deuxième titre sur l'île de Key Biscayne (après 2007) et son quatrième trophée de l'année (après l'Open d'Australie, Dubaï et Indian Wells).

Djokovic: "J'ai eu de la chance"


Le Serbe a été bousculé en début de match par l'Américain, devant sauver deux balles de break dès le 3e jeu, mais une interruption de jeu de près d'une heure à cause de la pluie alors que le score était de 2-2 au premier set a été salutaire pour Djokovic, qui a vite pris le service adverse à la reprise. "J'ai dit à Mardy à la fin du match que j'avais été sauvé par la pluie, a raconté Djokovic. J'ai eu 45 minutes pour reprendre mes esprits aux vestiaires, me reposer, m'étirer et je me suis senti bien mieux après."

Le tournant du match est venu à 5-3 quand Djokovic a servi pour le premier set. Fish s'est alors procuré deux balles de break mais les a gâchées en commettant trois fautes directes consécutives, dont une volée de revers facile qui aurait dû lui permettre de débreaker. A partir de là, il n'y a plus eu de match mais une démonstration de jeu de fond de court de la part du Serbe. "J'ai eu de la chance car Mardy a mieux joué que moi dans le premier set, j'ai eu du mal sur mes jeux de service (5 balles de break contre lui, 6 au total), a dit le Serbe. Ensuite, j'ai réussi à trouver la bonne dynamique, j'ai vraiment bien servi et lui s'est mis à faire des erreurs."

"Je n'ai gagné aucun des points importants, a déploré le Floridien. Je crois que personne n'a autant de confiance en ce moment sur cette surface que Novak. Il ne perd plus, il nous écrase tous et il a une telle confiance qu'il ne rate quasiment plus rien". Dépité Mardy Fish ? Pas tout à fait encore. Grâce à sa demi-finale à Miami, Fish va passer à la 11e place du classement ATP et devenir le N.1 Américain au détriment de son copain Andy Roddick (14e). Djokovic, lui, va tenter de réaliser un doublé Indian Wells-Miami face au vainqueur du match Nadal-Federer.

Depuis 30 ans, seulement deux joueurs ont fait mieux que le Belgradois pour commencer une saison: l'Américain John McEnroe avec 39 victoires en 1984 et l'ex-Tchécoslovaque Ivan Lendl avec 25 succès en 1986. En attendant, à la question de savoir s'il allait regarder la demi-finale entre l'Espagnol et le Suisse, Djokovic a répondu: "Qui ne regarderait pas un Federer-Nadal ?" Et de terminer : "Ma préférence ? Je ne peux pas répondre. Je préfère ne rencontrer aucun des deux !"
S.P. avec AFP


Nadal en démonstration

Rafael Nadal retrouvera Novak Djokovic en finale du Masters de Miami après une victoire sans problème sur Roger Federer en demi-finales (6-3, 6-2 en 1h19). En jouant un tennis destructeur sur le revers du Suisse, le N.1 mondial a envoyé un message fort au Serbe qui a battu Mardy Fish (6-3, 6-1).

Si on doutait des capacités de Nadal à dominer encore Federer, cette demi-finale aura le mérite de mettre tout le monde d'accord. Pour la 15e fois en 23 rencontres, l'Espagnol a dominé le Suisse, comme il l'avait fait lors de leur toute première confrontation en 2004 : en deux sets et moins de 1h20 de match. Ce vendredi à Miami, le N.3 mondial n'a pas réussi dompter le taureau de Manacor, mobile à souhait, puissant en fond de court et assassin sur le revers adverse. En totale réussite sur son service (76% de premières balles contre 60% pour le Suisse), ainsi que sur les balles de break (2 sauvées sur 2 et 4 converties sur 5), Nadal n'a laissé aucune chance à Federer de croire en la victoire.

Et pourtant, avec Paul Annacone à ses côtés depuis la fin de saison 2010, le Suisse avait bien réussi à prendre le dessus sur le Suisse en Masters Cup. La clé de réussite ? Un service de feu où le N.3 mondial n'avait perdu que très peu de points. En Floride trois mois plus tard, il n'y a pas eu de nouveau miracle. Abonné aux fautes directes (31, dont 18 dans le dernier set), notamment en revers où l'Espagnol fait la différence quand il veut, Federer a été mangé à l'échange. Comme face à Djokovic lors de leurs trois confrontations cette saison. Avec seulement deux petits points inscrits sur la mise en jeu adverse au premier set, le Suisse a attendu le début de la seconde manche pour se procurer deux balles de break. Deux occasions vaines, malgré quelques tentatives de variation de jeu de la part du Suisse, mis à mal comme toujours par le lift de son adversaire.

"J'ai su jouer de façon agressive, sans faire de fautes sur mon coup droit, a simplement résumé l'Espagnol. Mon service a bien fonctionné et lui a fait plus d'erreurs que d'habitude." Haut la main, l'Espagnol a décroché son billet pour retrouver Novak Djokovic en finale de Miami, remake de la dernière finale ATP à Indian Wells il y a 15 jours. Le N.2 mondial vise un deuxième titre en Floride et son 4e trophée d'affilée cette saison. Bien plus en jambes qu'en Californie, Rafael Nadal voudra juste ouvrir son palmarès cette saison et remporter le Masters de Miami qui manque encore à son palmarès malgré deux précédentes finales. Et rappeler au passage que c'est lui le N.1 mondial en mettant fin aux 23 succès de suite du Serbe.
S.P.


Federer n'y arrive plus

Sèchement battu par Rafael Nadal (6-3, 6-2), vendredi, en demi-finale du Masters de Miami, Roger Federer s'est rarement montré aussi impuissant face au N.1 mondial. Etait-ce un "jour sans" comme le clame le Suisse ou l'Espagnol a-t-il pris définitivement le dessus ? Eléments de réponse.

Des conditions pas favorables ?

La surface en dur de Miami n'a pas plu à Roger Federer. "Je savais que la surface était lente et ça a rendu encore plus difficile le fait de jouer contre Rafa", a expliqué le Suisse. Federer, lui, préfère les surfaces rapides où Il peut dérouler son plan de jeu et s'appuyer sur de bonnes premières balles. "J'ai été breaké rapidement et j'ai vite senti que les conditions ne m'étaient pas favorables. Je savais que j'aurais moins de points gratuits au service par exemple, ce qui permet en général de se mettre dans une bonne dynamique au service. Et quand tu rates un service, après tu t'engages dans un échange difficile", a expliqué celui qui n'a affiché qu'un pourcentage de réussite au service de seulement 60% contre 76% pour son adversaire. Pis, Federer n'a remporté que 57% des points sur sa première balle (20 sur 35) quand Nadal a affiché un taux de 82% (28 sur 34).

L'effet Annacone s'estomperait-il ?

Lorsqu'il a embauché Paul Annacone, ancien coach de Pete Sampras au cours de l'année 2010, Federer n'avait qu'un but : trouver une parade pour contrer Nadal. Quelques mois plus tard, le plan a fonctionné avec sa victoire sur l'Espagnol en finale du Masters, à Londres. Mais la suite s'est avérée plus compliquée. Et ce n'est pas faute d'avoir essayer en demi-finale du Masters de Miami. Comme le souhaitait son coach, Federer a multiplié les montées au filet, varié son jeu. Mais rien n'y a fait. Il est tombé sur un os et la recette Annacone a fait plouf face à un Nadal plus puissant que jamais. Avec son lift ravageur, ce dernier a mis au supplice le revers du N.3 mondial, coupable de 31 fautes directes. Et lorsqu'il est monté au filet, le Suisse a là-aussi subi les passings multiples de son adversaire."Je n'étais pas bon sur le plan offensif et ça ne m'a pas permis de me créer des occasions. Je voulais abréger les points, prendre la balle plus tôt, varier le jeu et plusieurs autres choses mais je n'ai pas été capable de mettre en place mon plan de jeu alors que Rafa a su le faire", a-t-il détaillé.

Nadal, injouable ?

Vainqueur (6-3, 6-2) en 1h18 de jeu, Rafael Nadal semble sur une autre planète. L'Espagnol a infligé au Suisse l'une de ses plus sévères défaites, la quinzième en vingt-trois rencontres entre les deux hommes. Nadal a bien joué, a varié ses coups, s'est montré tranchant et décisif quand il le fallait. Tout le contraire de son adversaire. "Il y a aussi le fait que j'ai pris les mauvaises décisions sur les points importants alors que Rafa a bien joué quand il en a eu besoin, résumait encore Federer. C'est un joueur tellement unique de par sa façon de jouer. C'est décevant. C'était un jour sans pour moi, malheureusement. Il mérite d'être en finale." Marqué par cet échec, le Suisse refuse toutefois d'abdiquer : "Je sais que je peux encore faire des choses dans ce sport, a-t-il fermement ajouté. C'est bien sûr décevant de perdre un match comme ça. Mais je ne me sens pas comme un joueur de 35 ans, ce que vous (les journalistes) avez l'air de penser. Je n'ai que 29 ans et j'ai encore beaucoup d'années devant moi."
H.H.


Nadal a apprécié

Rafael Nadal s'est montré très satisfait du niveau de jeu atteint vendredi lors de sa victoire expéditive sur Roger Federer (6-3, 6-2). Il se méfie maintenant de Novak Djokovic.

Rafael Nadal se retrouve en finale à Miami après une démonstration face à Roger Federer. Le n°1 mondial sent qu'il est en train de retrouver ses meilleures sensations. Il n'a par ailleurs pas trouvé son adversaire très inspiré une fois la première manche passée. «D'une manière générale je pense que j'ai vraiment fait un très bon match. Très solide et très sérieux, surtout dans le premier set où j'ai vraiment bien joué du fond du court en ne ratant rien en coup droit, mais aussi en me montrant agressif. Dans le deuxième set, je pense qu'il n'a pas bien joué, il a commis plus de fautes en tentant de raccourcir les échanges.»

Ce n'est pas le n°3 mondial qui allait dire le contraire. Le Suisse a parfaitement admis que, mis sous la terrible pression de Nadal, il avait lâché prise. «J'ai eu de très petites chances dans ce match, mais à chaque fois Rafa les a écartées. A partir de là, la bataille est devenue très compliquée pour moi. A chaque fois que j'aurais pu revenir, il a sorti de grands points, a serré le jeu quand il le fallait. C'était une soirée sans pour moi, malheureusement. C'est décevant, mais je n'ai tout simplement pas pu jouer de manière offensive et ça m'a empêché de créer du jeu..»

Et maintenant Djokovic

Maintenant que l'obstacle Federer a été passé avec brio, Rafael Nadal est prêt à s'attaquer à Novak Djokovic, l'ogre de ce début de saison. Sa défaite en finale à Indian Wells face au Serbe lui a servi de leçon : il ne faudra plus laisser la moindre ouverture à ce diable de Djoker, qui lui promet déjà d'être un dauphin coriace. «Il gagne tous ses matches très facilement en ce moment, il n'a toujours pas perdu la moindre rencontre cette année alors on verra bien... Mais il joue un tennis fantastique, c'est certain.»

L'Espagnol, battu par le Serbe en finale à Indian Wells, se dit dans de biens meilleures dispositions en Floride. «Je me sens de mieux en mieux chaque jour, ce n'est pas du tout comme à Indian Wells où je n'ai pas très bien joué. Je vais devoir jouer à la perfection du début à la fin cette fois si je veux avoir une chance. Il faudra être agressif sur tous les points et se battre jusqu'au bout. C'est bien ce que j'ai l'intention de faire.» Le duel est déjà lancé.
C.B.
# 03/04/2011 à 15:36 Nico
Duel au sommet

Rafael Nadal, n°1 mondial, retrouve son dauphin Novak Djokovic pour la deuxième fois de suite en finale cette saison. Battu à Indian Wells, il a faim de revanche face à l'invaincu du début 2011.

Il ne pourra en rester qu'un. Dimanche, Miami verra s'affronter les mêmes finalistes qu'à Indian Wells et ce pour la première fois depuis 1995. Il y a 16 ans, Sampras et Agassi étaient aux manettes. Aujourd'hui, Rafael Nadal et Novak Djokovic ont pris le relais. L'Espagnol jouera pour un premier titre en Floride, après deux finales perdues (2005 et 2008), mais aussi pour devenir le premier Espagnol à y triompher. Le Serbe visera un deuxième titre après son triomphe de 2007 et la finale perdue en 2009. Entre le patron du classement et le patron du début de saison, c'est un mano a mano de costauds qui se prépare.

Après le flop du choc Nadal - Federer, tout le monde attend des étincelles entre Rafa et le Djoker. Le n°1 mondial n'a pas digéré la défaite d'Indian Wells où il s'était fait chiper la victoire après un départ tonitruant. «Je n'étais pas si loin, j'avais eu ma chance. Ici je sens en plus que je joue mieux», a déjà prévenu Nadal. A Miami, la situation semble être à son avantage. Son service a retrouvé des couleurs et son niveau de jeu est en très forte hausse. Vendredi, il a laminé Roger Federer. Dans le même temps, la série de 25 victoires de suite depuis décembre commence à peser dans les jambes et la tête de Djokovic. Mené 16-8 par Nadal, il n'a pas vraiment trouvé la clé du jeu de l'Espagnol.

«Rafa va lui en faire voir», Roger Federer.

Mais il ne reste qu'un match à gagner pour que le Serbe devienne le premier depuis Federer (2005, 2006) à remporter Indian Wells et Miami de suite. Plus qu'un match pour rentrer dans l'histoire avec un enchaînement dantesque depuis l'Open d'Australie. Les clés ? Le service et l'agressivité. Le premier qui subira sera perdu. Nadal semble être le plus frais, Djokovic devra donc emballer la partie et éviter les longs échanges. Pour Roger Federer, Nadal est favori. «Novak joue de manière incroyable en ce moment mais je crois que Rafa va lui en faire voir dans cette finale et je pense qu'il va gagner.»

Cette finale est aussi une question de suprématie. Inenvisageable il y a peu, la possibilité de voir le Djoker détrôner Nadal est devenue une réalité. Le patron du circuit voudra remettre son dauphin à sa place, tout en s'imposant enfin à Miami pour lancer sa saison. Seulement Nole transpire la confiance. «Je ne me sens pas invincible, je sens juste que je joue le meilleur tennis de ma vie, et je dis à mon équipe de ne pas me parler de records. Je suis en confiance, c'est aussi simple que ça.» Nadal va tenter de lui prouver qu'au contraire c'est très compliqué.
C.B.


FINALE DE DIMANCHE


Stadium - A 18h50 :

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 16-8
# 05/04/2011 à 00:35 Nico
Djokovic insubmersible !

Au terme d'une finale haletante, Novak Djokovic (n°2) domine (4-6, 6-3, 7-6 [4] en 3h21') Rafael Nadal (n°1) pour s'offrir son 2e titre à Miami (après 2007). Le Serbe reste invaincu en 2011.

Etre l'homme à battre. L'invincible. Le chassé. Rafael Nadal connaît bien cette position. Novak Djokovic apprend à vivre avec. Il est des situations bien plus inconfortables. Invaincu depuis les demi-finales des ATP World Tour Finals, en novembre dernier, le Serbe affole les statistiques : 24 succès de rang cette saison (26 à cheval sur 2010 et 2011), quatre titres (Open d'Australie, Dubaï et Indian Wells, avant Key Biscayne), une Coupe Davis. Après avoir contrarié un temps les plans du duo Nadal/Federer, il lui pique désormais la vedette. En ce début d'année, le patron, c'est lui.

Dans l'acte 1, le "Djoker" montre pourtant son plus mauvais visage. A 1 partout, il cède son service pour la première fois du tournoi (1-2). Mené 3-1, il "balance" deux coups droits... coup sur coup (4-1). Regard noir, agacement, fautes directes en cascade (19). Plus opportuniste (2 balles de break converties sur 3, 1/5 pour le Serbe), Rafael Nadal en profite. Comme en finale à Indian Wells, théâtre de son dernier revers face au numéro 2 mondial, le Majorquin prend le meilleur départ (6-4 en 56 minutes).

Un troisième set de rêve

Acte 2. Plus appliqué, plus précis, Novak Djokovic enclenche l'option "Playstation". Le Serbe joue vite, fort et n'hésite pas à venir conclure à la volée (6/7). Son ratio points gagnants/fautes directes s'inverse (14/7 contre 12/19 dans la manche initiale). Breaké d'entrée (2-0), Rafael Nadal est rejoint à un set partout. Comme à Indian Wells (6-3 en 56 minutes).

Acte 3. Une intensité incroyable. Deux champions au sommet de leur art. 1 heure et 29 minutes de bonheur. Les uppercuts succèdent aux uppercuts sans qu'aucun ne parvienne à mettre l'autre K.-O. Un premier jeu long de dix minutes, un Majorquin qui montre les dents, un Serbe impassible.

C'est peut-être cette faculté de concentration qui fait la plus grosse différence entre le nouveau Djokovic et l'ancien. Mené 4-5, puis 5-6 (15/30), il n'hésite pas à prendre des risques pour revenir à hauteur. Sans s'affoler. Après avoir signé un mini-break d'entrée de jeu décisif (1-0), il le perd dans la foulée (1-2). Mais ne panique toujours pas. En face, le numéro 1 mondial s'agite. Comme un outsider qui s'apprête à renverser un favori. Le rapport de forces s'est inversé. Sur le court comme dans les esprits. A 2 partout, une double faute sonne le glas des espoirs de l'Espagnol (2-3). Le Serbe s'envole (6-2) et conclut sur un coup droit croisé. Son 40e point gagnant. Sur le papier, Sur le papier seulement.
J.G.


REACTIONS

«Rafa est le meilleur»

Novak Djokovic, invaincu en 24 matches cette saison et vainqueur dimanche à Miami contre Rafael Nadal, assure que l'Espagnol reste le meilleur joueur du monde.

«Novak Djokovic, pensez-vous être le meilleur joueur du monde à l'heure actuelle ?

Je sais que j'ai fait le meilleur début de saison, il n'y a pas de doute là-dessus. Mais ce n'est que l'entame de la saison. C'est encore trop tôt pour parler de la place de N.1 mondial. Il y a encore un grand écart entre nous deux (3170 points) et Rafa est assurément le meilleur joueur du monde actuellement. Si je veux avoir une chance d'occuper cette première place, il va falloir que je sois constant sur toute la saison. Mais cette série de victoires va me donner un surcroît de confiance pour la saison de terre battue qui arrive. Cette série est incroyable et je veux continuer à travailler dur pour avoir encore plus de succès. Je n'ai pas bien joué l'an dernier sur terre, j'ai une chance d'inverser la tendance.

Est-ce que Nadal et vous-mêmes avez lâché Roger Federer au rang des tous meilleurs mondiaux ?

Non, Roger n'est pas lâché. Il est toujours en haut. C'est évident qu'il veut redevenir N.1 mondial et qu'il a toujours faim de victoires, il n'a pas l'attention de faire machine arrière. Il n'a peut-être pas vécu le meilleur début de saison qui soit mais il est allé en demi-finale ou en finale de tous les tournois qu'il a joués. Il est clairement un des principaux protagonistes pour la place de N.1 mondial à la fin de la saison. C'est certain que Roger et Rafa sont mes deux plus grands rivaux. Mais il y a beaucoup d'autres qui sont capables de très bien jouer au tennis.

Si vous retrouvez Nadal en finale d'un tournoi sur terre battue, que vous faudra-t-il pour gagner ?

Je ne sais pas, ça ne m'est jamais arrivé (NDLR: Djokovic compte 9 défaites et 0 victoire contre Nadal sur terre battue)... Il est le roi sur cette surface, il n'y a pas perdu un match l'an dernier et il y sort toujours le grand jeu. C'est la surface qui lui convient le mieux. Si je veux avoir une chance contre lui, il faudra que je sois agressif et que je crois en moi. Mais je pense que j'ai le jeu pour lui poser des problèmes sur la terre battue, je l'avais montré en 2009 en finale à Monte Carlo et en demi-finale à Madrid (lors de défaites en trois sets). C'est donc possible.»
lequipe.fr avec AFP


"Djokovic va devenir N.1"

Ces paroles viennent du N.1 actuel. Pour Rafael Nadal, Novak Djokovic, vainqueur d'un 4e titre de suite à Miami, peut prendre la place de N.1 mondial dans un futur proche. La saison sur terre battue qui débute cette semaine, habituellement faste de l'Espagnol, sera un premier élément de réponse.

Un N.2 mondial qui domine le tennis mondial, la situation tiendrait presque du paradoxe. Et pourtant, qui oserait dire actuellement que le dauphin n'est pas lui le meilleur joueur ? Sur le premier quart de la saison, Novak Djokovic a fait un sans faute impressionnant, plus vu depuis Ivan Lendl en 1986 en terme de victoires consécutives (25 contre 14 pour Djokovic) et plus vécu depuis Roger Federer en 2006 en terme de titres majeurs remportés (Open d'Australie, Indian Wells et Miami). L'Espagnol, battu pour la troisième fois en finale en Floride, aurait aimé être l'auteur de ce magnifique "coup du chapeau", mais les débuts de saison ne sont pas son fort sur une surface qu'il apprécie moins que son bourreau. Non, lui a une autre carte dans sa manche : la terre battue.

Battu deux fois de suite en finale de Masters 1000 à Indian Wells et Miami, le N.1 a compris que, cette saison, le Serbe constitue bel et bien la principale menace pour son trône. Mais si Nadal a perdu une bataille, il n'a pas perdu la guerre. Djokovic marche sur l'eau en ce début de saison. Arrivera-t-il à écraser la concurrence également sur terre, surface de prédilection de l'Espagnol, pour contester pour de bon la place du choix tout en haut du classement ATP ? Revenu à 3170 points de Rafael en trois mois de compétition, Novak est désormais à portée de raquette de son but ultime, celui qu'il convoite ouvertement depuis son premier titre du Grand Chelem à Melbourne en 2008. Nadal a 5000 points à défendre d'ici à Roland-Garros, là où le Serbe n'en a que 945. Si le Majorquin perd plusieurs de ses quatre titres remportés l'an passé (Monte-Carlo, Rome, Madrid et Paris) et que Djokovic en profite, il sera tant que sortir les calculettes et de tirer de nouvelles conclusions.

"Je n'étais pas loin de gagner contre le meilleur Novak Djokovic"

"Novak joue avec beaucoup de confiance, c'est la meilleure période de sa carrière, a reconnu Nadal à Miamu. Ce qu'il fait est incroyable, gagner quatre tournois consécutifs, des grands tournois. C'est un grand champion..." Avant d'asséner une phrase qui peut interpeller : "Je pense que Novak va devenir N.1, dans un mois, dans deux mois, dans plus longtemps, je ne sais pas.... ça dépendra de mes résultats sur terre battue." Résigné l'Espagnol ? Ce serait mal le connaître. "Si je fais une très bonne saison de terre battue, on verra après." Son fair-play n'a d'égal que sa sincère humilité. Pourtant, lui-même sait qu'il n'a plus gagné de titres ATP (Tokyo en octobre dernier). A contrario, Djokovic savoure sa nouvelle notoriété sans ménagement. "Je suis fier de ma performance. Cette série de victoires me donne beaucoup de confiance en vue de la saison de terre battue, où je n'ai pas connu beaucoup de succès la saison passée."

"C'est le sport, j'adore ce genre de matches, même si je préfère les gagner", s'est laissé dire le Majorquin. "Je n'étais pas loin de gagner contre le meilleur Novak Djokovic et sur sa surface favorite. Je trouve que j'ai fait une très bonne tournée américaine et je suis prêt pour la terre battue." Comme il l'avait fait avec Roger Federer quand il le talonnait au classement ATP, l'Espagnol prend la mesure de ce qui le sépare de cet adversaire redoutable. A l'écouter, pas grand chose finalement. Mais force est de constater que Djokovic a pris de l'avance sur le Majorquin qu'il saura sans doute combler sur surface ocre, avant un passage sur gazon et un retour sur dur avec deux titres du Grand Chelem à défendre. La saison est encore longue.
S.P.
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site