MONTE CARLO 2009

Auteur  
# 06/04/2009 à 23:50 Nico
Les pieds sur terre

La tournée américaine finie, place désormais à la saison sur terre battue avec en conclusion, le 7 juin, la finale de Roland Garros. Rafael Nadal fera une nouvelle fois figure de grandissime favori sur la surface ocre.

La victoire d’Andy Murray à Miami a clôturé la première partie de saison sur dur. Fini les coups gagnants à foison et les échanges en deux frappes. Place désormais aux lignes balayées, aux glissades, aux gros lifts, aux amortis et au charme de la terre battue… Les tournois de Casablanca et de Houston cette semaine ouvrent le bal mais les choses sérieuses commenceront vraiment dans une semaine, le 12 avril, avec un premier gros rendez-vous, le Masters 1000 de Monte Carlo. Les joueurs enchaîneront ensuite avec du classique, le tournoi de Barcelone (à partir du 20 avril), et le Masters 1000 de Rome (semaine du 27 avril). La nouveauté du calendrier interviendra le 11 mai avec le tournoi 1000 de Madrid qui remplace le Masters de Hambourg. Ce sera l’ultime montée en puissance pour tous les terriens avant Roland-Garros, du 24 mai au 07 juin.

Qui peut battre Nadal ?

C’est la question que tout le monde se pose chaque année. Et plus les années passent, moins de suggestions de réponses nous viennent à l’esprit tant l’Espagnol semble «injouable» sur terre. C’est sa surface, celle sur laquelle ses coups font encore plus mal, celle sur laquelle ses articulations sont le moins sollicitées (il souffre de tendinites aux genoux), celle sur laquelle il est incontestablement le plus fort. Chaque année il joue une partie primordiale de sa saison et il n’est pour l’instant jamais passé au travers. Il tentera de rentrer dans l’histoire en décrochant un cinquième titre consécutif à Roland Garros, son jardin, là où il n’a jamais connu la défaite. Son principal rival sera une fois encore Roger Federer. Le Suisse n’est pas au mieux en ce moment mais attention à ne pas l’enterrer trop vite. Certes il ne domine plus comme par le passé, certes il montre des signes de frustration et de faiblesse inhabituels chez lui, certes il n’a pas remporté de titre en 2009 mais il a toujours atteint au minimum les demi-finales des tournois auquel il a pris part. La terre battue n’est pas la surface sur laquelle son jeu s’exprime le mieux mais elle ne le dérange absolument pas donc il faudra compter avec lui.

Murray à l’assaut de Djokovic

Du côté du Top 10, le pire est à craindre pour Novak Djokovic. Vainqueur à Rome l’année passée, demi-finaliste à Monte-Carlo, Hambourg et Roland Garros, il devra défendre durant ses trois mois la bagatelle de 2800 points. Physiquement irrégulier et très peu résistant aux fortes chaleurs, Nole est également perturbé dans son jeu par un changement de raquette. La confiance en moins et les résultats aussi, le Djoker va devoir s’arracher pour garder sa place de n°3 mondial. Car il voit pointer dans son rétroviseur un certain Andy Murray, énorme depuis le début de la saison (26 victoires, 2 défaites). Le Britannique, plus fort physiquement que jamais, arrivera sur la surface ocre avec une immense confiance et sans aucune pression. Il voudra prouver qu’il peut bien jouer sur une surface qui ne lui a jamais souri. Verdasco, Ferrer, Robredo, Almagro ou encore Nalbandian seront tous des outsiders à surveiller pendant trois mois. En revanche Roddick, Blake, ou autres Karlovic ne vont pas passer que des bons moments jusqu’en juin.

Les Français peuvent faire des résultats

Les Français le disent et le répètent : ils veulent «faire péter un Grand Chelem». Et si possible à Roland Garros. Le jeu de contreur, et tout en variation de Gilles Simon peut s’y prêter même s’ il n’a jamais eu de résultats probant sur terre battue. Le niveau de Jo-Wilfried Tsonga relève un peu de l’incertitude. Ses missiles en coup droit reviendront plus souvent qu’à l’accoutumé et son service fera moins de dégâts. Il lui faudra être plus mobile et accepter une filière de points plus longue. «Jo » sera-t-il en mesure de répondre à toutes ces problématiques ? Monfils, on l’a vu l’année dernière (demi-finaliste à Roland Garros), peut faire de très grandes choses sur terre. Son physique, sa puissance, sa couverture de terrain et son goût pour le show peuvent lui permettre d’obtenir de bons résultats et d’enflammer une nouvelle fois la Porte d’Auteuil en juin. Enfin, on attend encore et toujours l’explosion de Richard Gasquet. Il possède tous les coups pour réussir sur n’importe quelle surface. Le problème, c’est qu’il traîne depuis des mois des petits pépins de santé (tendinite à l’épaule notamment). En manque de matches, il doit retrouver un physique, accumuler de la confiance pour, pourquoi pas, faire un coup lors du Grand Chelem parisien.

J.LM



Petite interview "Hors Cadre" de Rafa, à déguster...sans modération !!!

"SI VOUS ETIEZ"...

N° 1 mondial du tennis, il lamine ses adversaires avec ses coups liftés surpuissants. Pourtant, ce jeune homme de 22 ans est aussi un modèle de simplicité, à la douceur désarmante. Des qualités qui ont sans doute incité une maison de parfums à le faire débuter dans une autre carrière: celle d'égérie de sa nouvelle eau de toilette, Lanvin l'Homme sport.

Si vous étiez... Un lieu de fête

Mon île, Majorque, où j'ai grandi. Mes aïeux s'y sont installés au xive siècle! J'habite toujours là avec ma famille, dans la maison où je suis né. Mes grands-parents vivent au rez-de-chaussée. Mon oncle Toni [son entraîneur] est au deuxième. Mes parents habitent au troisième. Et je partage le dernier étage avec ma soeur, Maria Isabel.

Un défaut

Ma force, je n'arrive pas toujours à la maîtriser. Ma grand-mère regarde tous mes matchs à la télé avec ses copines de 80 ans. L'une d'entre elles lui a dit: «Il frappe très fort, mais avec une grande politesse.»

Une musique

J'adore des groupes pop espagnols comme la Oreja de Van Gogh et des chanteurs comme Alejandro Sanz ou Julio Iglesias. Avant tous mes matchs, je m'isole avec mon iPod. J'ai un rituel: avant de jouer, il faut absolument que j'écoute un morceau de la comédie musicale Phantom of the Paradise.

Un livre

La Cité des dieux sauvages, d'Isabel Allende. Je suis très touché par l'engagement de cette écrivaine. Depuis le départ de Pinochet, elle est retournée au Chili et elle lutte pour les droits de son peuple.

Un paysage qui suscite le rêve

J'avais 4 ans quand mon père m'a fait monter sur un bateau de pêche pour m'emmener de l'autre côté de l'île. La terre vue de la mer... Il n'y a rien de plus beau. Quand j'arrêterai le tennis, j'achèterai un bateau pour y passer le restant de mes jours. Ce sera un bateau à moteur. J'aime la vitesse.

Une rencontre que vous espérez

Roger Federer. Petit, je faisais un rêve: j'étais au pied d'une immense montagne et je regardais le sommet. Lorsque j'ai battu Federer en janvier, à Melbourne, en finale de l'Open d'Australie, j'ai éprouvé une excitation animale. Mais, ensuite, j'ai ressenti un vide et une solitude indescriptibles, comme si je n'avais plus de but. Pour moi, Federer reste le n° 1 mondial. Je veux le rencontrer à nouveau sur le court. Je sais qu'il peut me battre.

Un mot qui sert de devise

Gandhi disait: «Je n'aime pas le mot tolérance, mais je n'en trouve pas de meilleur.»

Un tableau

Je me suis pris de passion pour un peintre de Majorque, Ricard Chiang. Il fait des tableaux très étranges, noirs et argentés, qui représentent des forêts, des crucifix, des caravelles...

Une révolte


Le succès ne changera pas ma vie. Ma chambre est restée la même, mes amis sont les gars que j'ai rencontrés à l'école, ma fiancée est une copine de ma soeur. Les vacances à Monaco ou à Saint-Barth' ne m'intéressent pas.

Un vêtement qui rend beau

Je ne connais rien aux tendances de la mode, mais, comme tous les Espagnols et les Italiens, j'aime choisir ce que je porte. Ma tenue préférée: un jean, une chemise blanche, une veste sur mesure et des santiags.

P.G.
# 10/04/2009 à 00:16 cath
BONJOUR !!!!!!

"il frappe tres fort , mais avec une grande politesse "
c'est trop top , ça .....
cette interview est tres chouette ;

sinon , j'ai le tourni avec tous ces tournois sur terre battue ...en attendant , je trouve que les matchs y sont tres beaux !!!!!
RAFAEL va t'il manger tous ces tournois , aura t'il assez faim pour ça ???

tout est tres bien dit , je trouve dans ce résumé :
le passage à vide de FED;
le souffle court de DJOKO ( mais pourquoi a t'il changer de raquette ??la raison ??)
le talent de MURRAY ....en attente de confirmation sur terre battue ;
....et tous les outsiders , qu'il ne faut surtout pas oublier !!!!!!

j'attends vraiment que les jeux soient lançer pour mieux me prononcer : on y verra plus clair
# 11/04/2009 à 15:19 Nico
NEWS [center][/center]

Queens - Rafa défendra son titre

Rafael Nadal a confirmé jeudi sa présence au tournoi du Queens, épreuve disputée à Londres et qui chaque année inaugure la saison sur herbe, juste après Roland-Garros. Le n°1 mondial défendra son titre remporté la saison passée. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il sera à nouveau présent cette année. «C'est agréable de revenir dans un lieu où vous êtes le dernier vainqueur, a-t-il déclaré dans une interview parue sur le site officiel du tournoi. C'est vraiment une belle expérience. Ma victoire était totalement inattendue l'année dernière. J'étais venu sans pression, juste après mon succès à Roland-Garros, et j'avais très bien joué.» Il y retrouvera cette fois l'Ecossais Andy Murray, dont la venue est aussi annoncée.


Rafa en duplex de Monte Carlo dans « Stade 2 » dimanche

Dimanche 12 avril à 17:40 sur France 2, Lionel Chamoulaud présentera un nouveau numéro du magazine « Stade 2 ». Il sera en duplex avec Rafael Nadal.

A l’occasion du début du Masters de Monte-Carlo (premier tournoi majeur de la saison sur terre battue), « Stade 2 » consacrera une page spéciale autour du numéro 1 mondial. Le légendaire, Björn Borg interviendra à son tour pour évoquer le « phénomène » Nadal.


TIRAGE AU SORT DU TOURNOI

Rafael Nadal et Roger Federer, les deux meilleurs joueurs mondiaux, ont hérité d'un tableau à leur portée à l'occasion du tournoi de Monte-Carlo, dont le tirage au sort a été effectué ce samedi midi. Pour les sept Français engagés, la tâche s'annonce en revanche plus difficile, en particulier pour Gaël Monfils et Paul-Henri Mathieu. Privé d'Andy Roddick et de Jo-Wilfried Tsonga, le tournoi monégasque pourrait, si la logique est respectée, accoucher des quarts de finale suivants, dans l'ordre : Nadal - Del Potro, Murray - Davydenko, Verdasco - Djokovic et Simon - Federer.

Un Hewitt - Safin alléchant

Les huit premières têtes de série ne feront leur apparition qu'au deuxième tour. Quadruple tenant du titre, Nadal y retrouvera le Russe Kunitsyn ou l'Argentin Chela. Dans sa partie de tableau, le sort a réservé un duel pour nostalgiques entre Lleyton Hewitt et Marat Safin, tous deux anciens numéros un mondiaux. De l'autre côté du tableau, Federer, qui bénéficie d'une wild-card, effectuera son entrée en lice contre le vainqueur de Seppi-Melzer. Il pourrait ensuite retrouver un autre Suisse, Stanislas Wawrinka, en 8e de finale, à moins que le Russe Igor Andreev, toujours redoutable sur terre battue, ne brouille les cartes

Simon attend Kiefer

Côté français, Gaël Monfils débutera contre le Serbe Janko Tipsarevic. S'il veut retrouver Nadal en quart de finale, il devra se défaire probablement par la suite de l'Argentin Del Potro, récent tombeur de l'Espagnol à Miami. Florent Serra affrontera le Croate Ivo Karlovic, avec la perspective de se mesurer, au deuxième tour, au Russe Nikolay Davydenko, de retour sur le circuit. Paul-Henri Mathieu, face à David Nalbandian, et Jérémy Chardy, contre l'Argentin Juan Monaco, seront d'entrée mis à rude épreuve. Marc Gicquel, face à l'Argentin Eduardo Schwank est à peine mieux loti. Julien Benneteau commencera son tournoi face à un qualifié, le vainqueur affrontant Novak Djokovic. Epargné du premier tour, le septième Français engagé - en attendant les qualifications - Gilles Simon pourrait être opposé à l'Allemand Nicolas Kiefer au deuxième tour et à l'Espagnol Tommy Robredo au troisième.
# 12/04/2009 à 23:59 Nico
PROGRAMME DE DIMANCHE

Le Masters 1000 de Monte-Carlo débute ce dimanche à partir de 11h00. Cette journée est consacrée à la fin des qualifications ainsi qu'à certains matches du premier tour. Nicolas Devilder joue ainsi pour entrer dans le tableau principal, tandis que les premières têtes de série font leur entrée en lice : Tommy Robredo (n°11) et Stanislas Wawrinka (n°13).

Court central - A partir de 11h00

(Qualifs) : Steve Darcis (BEL) - Fabic Fognini (ITA)
Ernests Gulbis (LET) - Philipp Kohlschreiber (ALL) : 0-0
Robin Soderling (SUE) - Simone Bolelli (ITA) : 2-0
Rainer Schuettler (ALL) - Tommy Robredo (ESP/n°11) : 1-1

Court des Princes - A partir de 11h00


(Qualifs) Nicolas Lapentti (EQU) - Mikhail Youzhny (RUS)
(Qualifs) Jarko Nieminen (FIN) - Flavio Cipolla (ITA)
(Qualifs) Ruben Ramirez Hidalgo (ESP) - Alberto Martin (ESP)
Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) - Viktor Troicki (SER) : 0-0

Court 2 - A partir de 11h00

(Qualif) - Nicolas Devilder (FRA) - Andreas Beck (ALL)


RESULTATS DE DIMANCHE

Robredo - Schüttler 6-1,6-4
Wawrinka - Troicki 6-2,6-3
Bolelli - Soderling 6-4,1-6,6-3
Kohlschreiber - Gulbis 6-1,6-3


Qui pour défier Nadal ?

Le Russe Igor Kunitsyn et l'Argentin Juan Ignacio Chela s'affronteront dès lundi, au 1er tour du Masters de Monte-Carlo, pour être le premier adversaire de Rafael Nadal, quadruple tenant du titre. Mis à part ses deux outsiders, quels joueurs sont susceptibles de faire chuter le roi de la terre?

Rafael Nadal est radieux. Laissé avec des problèmes personnels à Miami, où il a été battu en quart de finale par Juan Martin Del Potro, l'Espagnol revient à Monaco avec le sourire aux lèvres. Et on peut le comprendre : à Monte-Carlo, lieu où il est quadruple tenant du titre, c'est là où sa domination sur terre battue a débuté il y a quatre saisons, ponctué à chaque fois par un sacre à Roland-Garros. Sur la route d'un cinquième trophée aux Internationaux de France, Nadal revient donc sur la terre de ses exploits où il étrennera ses première foulée sur surface ocre. Si Jo-Wilfried Tsonga, Andy Roddick ou encore Richard Gasquet ne seront pas les tombeurs de l'Ibérique sur le Rocher, faute de participation cette saison, peu nombreux sont susceptibles de l'inquiéter.

Pour son premier match à Monaco, Nadal affrontera le vainqueur du match entre Igor Kunitsyn et Juan Ignacio Chela, qui se jouera lundi dès 10h30. L'heureux élu aura la lourde tâche de mettre fin à la série de 24 matches sans défaite de l'Espagnol. Un défi que Roger Federer n'a pas réussi à relever. Par trois fois, le Suisse s'est cassé les dents sur le roc Nadal sur les trois dernières finales de Monte-Carlo... tristes préambules à Roland-Garros pour le N.2 mondial. Refusant initialement de venir, le N.2 mondial a finalement accepté de jouer en acceptant une invitation, quelques heures avant de convoler en justes noces avec sa compagne Mirka Vavrinec de qui il attend un enfant cet été.

Des adversaires en manque de référence

Si Federer ne semble plus un danger, Andy Murray sera le plus sérieux adversaire de l'Espagnol dans ce tournoi, l'Ecossais étant le joueur le plus régulier et le plus efficace du circuit depuis l'US Open (trois titres en 2009 en six tournois joués). Si tout se passe pour eux deux, ils se retrouveraient pour un choc en demi-finale du Masters, et ce, pour la troisième fois de la saison après deux finales remportées l'un face à l'autre (Rotterdam pour Murray, Indian Wells pour Nadal). Ce serait seulement la seconde confrontation sur terre battue entre les deux hommes. Une donnée importante qui pourrait jouer en défaveur de l'Ecossais, sans grande référence sur surface ocre, même s'il est motivé comme jamais pour combler son retard.

Les deux révélations de la saison dernière, Juan Martin Del Potro, tombeur de Nadal à Miami et potentiel adversaire en quart de finale, et Fernando Verdasco, seront également à suivre dans le rôle d'épouvantail. Tout comme Novak Djokovic. Le N.3 mondial a repris des couleurs à Miami en remportant son premier match face à des deux joueurs mondiaux (Roger Federer) depuis plus d'un an. Aussi à l'aise sur terre sur dur, Djokovic reste sur une demi-finale à Monte-Carlo, où il a abandonné l'an passé face à Federer. Les ambitions du Serbe sont donc revues à la hausse, malgré la fessée infligée par Nadal sur terre battue au premier tour de Coupe Davis (6-1, 6-4, 6-1).

Les Français ne seront pas en reste. Gaël Monfils serait le premier à pouvoir croisé la route de Rafa en quart de finale, lui qui fait partie des trois joueurs qui ont battu le N.1 mondial en 2009 (avec Andy Murray et Juan Martin Del Potro) depuis le mois de janvier et le tournoi de Doha. En bas de tableau, loin de l'Espagnol, Gilles Simon trépigne aussi d'impatience. Le N.1 français a hâte de débuter la saison sur terre battue, lui qui n'a jamais fait mieux qu'un 3e tour à Monte-Carlo en 2006. Pour avoir le droit de défier le roi des lieux, il lui faudra passer l'obstacle Federer, plus près de lui. Mais l'espoir fait vivre.


PROGRAMME DE LUNDI

La journée de lundi à Monte-Carlo verra l'entrée en lice de trois Français. Julien Benneteau sera opposé au qualifié espagnol Oscar Hernandez, Jérémy Chardy affrontera l'Argentin Juan Monaco. Enfin, Marc Gicquel croisera la route d'un autre Argentin, Eduardo Schwank. Pas de grosse affiche pour cette deuxième journée puisque la plus haute tête de série sur les courts sera le Croate Marin Cilic (n°14).

Court central :

A partir de 10h30

Julien Benneteau (FRA) - Oscar Hernandez (ESP/Q)
Andreas Seppi (ITA) - Jürgen Melzer (AUT)
Jérémy Chardy (FRA) - Juan Monaco (ARG)
Flavio Cipolla (ITA/Q) - Marin Cilic (CRO/n°14)

Court des Princes :

A partir de 10h30

Igor Kunitsyn (RUS) - Juan Ignacio Chela (RUS)
Marc Gicquel (FRA) - Eduardo Schwank (ARG)
Kristof Vliegen (BEL/Q) - Ivan Ljubicic (CROWC)
Nicolas Lapentti (ECU/Q) - Radek Stepanek (RTC/n°15)

Court n°2 :

A partir de 12h00

Jose Acasuso (ARG) - Marcel Granollers (ESP)
Andreas Beck (ALL/Q) - Nicolas Kiefer (ALL)

Court n°9 :

A partir de 12h00

Victor Hanescu (ROU) - Alberto Martin (ESP/Q)
# 13/04/2009 à 22:48 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Lapentti - Stepanek 6-3,1-6,6-3
Cilic - Cipolla 6-3,6-2
Beck - Kiefer 1-6,7-6(7/1),6-4
Ljubicic - Vliegen 6-4,6-7(5/7),6-4
Monaco - Chardy 6-2,7-5
Hanescu - Martin 6-2,6-3
Granollers-Pujol - Acasuso 7-6(7/4),6-6(7/2)
Gicquel - Schwank 3-6,6-1,7-6(7/2)
Seppi - Melzer 6-2,6-0
Chela - Kunitsyn 6-4,2-6,7-5
Hernandez - Benneteau 6-4,6-4

Des trois Français présents sur les courts de Monte-Carlo lundi, seul Marc Gicquel s'est qualifié pour le deuxième tour. Le Parisien a disposé d'Edouardo Schwank (3-6, 6-1, 7-6 [2]). Julien Benneteau s'est lui incliné face à Oscar Hernandez (6-4, 6-4), issu des qualifications et Jérémy Chardy, malade, a été dominé par Juan Monaco (6-2, 7-5).

Il flottait un fort accent espagnol lundi à Monte-Carlo. Non pas parce que le roi Nadal faisait son entrée en lice, mais parce que les trois Français au programme ont été opposés à des hispanophones. Et c'est finalement Marc Gicquel, le moins bien classé des trois Tricolores, qui s'en est le mieux tiré. Sans sortir des coups brillants, le 48e joueur mondial y est allé au courage face à l'Argentin Edouardo Schwank pour s'imposer au tie-break de la troisième manche après 2h23 de jeu. «Tennistiquement, ce n'était pas terrible mais je me suis battu jusqu'au bout, concède le Parisien. Je ne voulais pas perdre ! (...) Je sais que je ne peux que mieux jouer». Il lui faudra en effet hausser son niveau de jeu face au vainqueur du duel Ferrer-Lopez au deuxième tour s'il veut espérer poursuivre son parcours en Principauté.

Un chemin prématurément coupé pour Jérémy Chardy (43e à l'ATP), mal remis d'un coup de froid attrapé aux Etats-Unis la semaine passée. «C'était la première fois depuis quatre jours que je n'ai pas eu de fièvre mais je crache des choses bizarres», a expliqué le Palois après sa défaite face à Juan Monaco. Huitième de finaliste l'an passé, et malgré une volonté de développer son jeu d'attaque, le Français a cédé face au 60e mondial, encore classé 14e il y a tout juste un an. Tout comme Julien Benneteau lors de son duel face à Oscar Hernandez, Chardy a mis fin au débat sur une vilaine double-faute. Gaël Monfils, Florent Serra et Paul-Henri Mathieu entrent en lice mardi. Gilles Simon également, mais bénéficiaire d'un bye en raison de son rang de tête de série (n°6), il jouera d'entrée son match du deuxième tour. (Avec AFP)


Lundi à Monte-Carlo était organisée la traditionnelle table ronde où les neuf premières têtes de séries étaient présentes. L'absence du tout jeune marié, Roger Federer, invité de dernière minute sur la Principauté, a été remarquée... Peut-être plus que la présence de Rafael Nadal, «plus relax que jamais» à l'aube de débuter la saison sur terre battue.

La pression ? Lui ! Jamais ! Non, Rafael Nadal ne ressent aucune pression particulière avant de commencer sa saison sur terre battue. Parce qu'il est quadruple tenant du titre à Monte Carlo ? Non. Parce qu'il est quadruple tenant du titre à Barcelone et vainqueur sortant à Hambourg ? Non. Parce qu'il est quadruple tenant du titre à Roland-Garros alors ? Non plus... «Parce que j'ai gagné en Australie et à Indian Wells, explique tout simplement le n°1 mondial, qui pourrait devenir le premier joueur à remporter cinq Masters 1000 d'affilée s'il s'imposait à Monte-Carlo. «C'est le meilleur début de saison de ma carrière. Je suis donc plus relax que jamais, ajoute l'Espagnol. Même s'il reconnaît que «revenir sur terre est toujours un moment spécial».

Spéciale, comme l'attitude de Roger Federer, absent de la conférence de presse à Monte-Carlo et resté injoignable. Est-il encore concentré sur le tennis ? «Tout le monde se pose la question», déclare son compatriote et partenaire de Coupe Davis, Stanislas Wawrinka. En larmes en Australie après sa finale perdue, en rage après avoir cassé sa raquette en demies à Miami, des résultats en berne depuis le début de la saison : c'est une évidence, le roi Rodgeur fait de moins en moins peur. «A la limite, je préfère ça, ça le rend plus humain», cède Gilles Simon. «Il y a deux, trois mecs qui le tiennent bien», ajoute Gaël Monfils. Nikolay Davydenko n'y va pas avec le dos de la cuillère. «Il veillit, c'est normal qu'à son âge on commence à penser mariage et enfants. Et puis il a déjà accompli tellement de choses». Comme ces 13 titres du Grand Chelem décrochés, ou ces 14 couronnes en Masters 1000. «Il y a un peu de frustration mais je pense qu'il a très envie de le gagner, ce 14e Majeur», tempère Monfils. Et Simon de conclure : «dans un bon jour, ça reste le meilleur joueur du monde». L'anticyclone est attendu. (Avec AFP)


PROGRAMME DE MARDI

Quatre Français sont sur les courts, mardi, pour des duels intenses en perspective. Gilles Simon, qui bénéficiait d'un bye au premier tour, fait son entrée en lice contre l'Allemand Andreas Beck, issu des qualifications puis tombeur de son compatriote Nicolas Kiefer. De son côté, Paul-Henri Mathieu vise sa première victoire en quatre matches face à David Nalbandian, quart de finaliste l'an dernier. Florent Serra va se coltiner les services d'Ivo Karlovic, tandis que Gaël Monfils affronte Janko Tipsarevic. Débuts de Novak Djokovic et d'Andy Murray. À noter, le duel entre les deux anciens n°1 mondiaux, Marat Safin et Lleyton Hewitt.


Court central - À partir de 10h30

Janko Tipsarevic (SER) - Gaël Monfils (FRA/n°9) 0-0
Gilles Simon (FRA/n°6) - Andreas Beck (ALL) 0-0
Andy Murray (GBR/n°4) - Victor Hanescu (ROU) 0-0
Oscar Hernandez (ESP) - Novak Djokovic (SER/n°3) 0-0

Court des Princes - À partir de 10h30

Fabio Fognini (ITA) - Tomas Berdych (TCH) 0-0
David Nalbandian (ARG/n°12) - Paul-Henri Mathieu (FRA) 3-0
Feliciano Lopez (ESP) - David Ferrer (ESP/n°10) 5-2
Marat Safin (RUS) - Lleyton Hewitt (AUS) 6-7

Court n°2 - À partir de 11h00

Ivo Karlovic (CRO) - Florent Serra (FRA) 1-0
Jean-René Lisnard (MON) - Christophe Rochus (BEL) 0-1

Court n°9 - À partir de 11h00

Nicolas Almagro (ESP/N.16) - Albert Montanes (ESP) 1-1
Igor Andreev (RUS) - Martin Vassallo Arguello (ARG) 0-0
# 15/04/2009 à 00:33 Nico
RESULTATS DE MARDI

Safin - Hewitt 6-4,7-5
Karlovic - Serra 6-4,6-4
Ferrer - Lopez 6-2,6-3
Vassallo Arguello - Andreev 2-6,7-6(7/5),6-2
Lisnard - Rochus 6-2,6-2
Nalbandian - Mathieu 6-4,3-6,6-3
Montanes - Almagro 7-6(10/8),4-6,7-6(7/5)
Tipsarevic - Monfils 6-3,6-1
Fognini - Berdych 1-6,6-3,6-3
Djokovic - Hernandez 6-1,6-2
Monaco - Robredo 6-2,6-4
Murray - Hanescu 6-3,6-2
Beck - Simon 7-5,6-1

Terrible journée pour les Français ! Après la défaite de Monfils (n°9), passé à côté contre Tipsarevic (6-3, 6-1), c'est Simon (n°6) qui a disparu contre Beck (7-5, 6-1). Mathieu a fini par céder contre Nalbandian (6-4, 3-6, 6-3) et Serra s'est incliné contre Karlovic (6-4, 6-4). Pas de souci en revanche pour Murray et Djokovic, qualifiés en huitièmes.

N'est pas terrien qui veut. Ça n'est pas Pete Sampras, l'homme aux 14 titres du Grand Chelem mais aucun à Roland-Garros, qui dira le contraire. Bien jouer sur terre battue implique certains changements, physiques, techniques, et de nouvelles habitudes à prendre après la saison sur dur. Comme celui de savoir utiliser le lift ou d'être patient dans l'échange, au risque de se faire corriger prématurément. Mardi à Monte-Carlo, Gaël Monfils, Gilles Simon puis Paul-Henri Mathieu, dans une moindre mesure, en ont fait la douloureuse expérience.

Simon : «Je n'ai rien fait de bien aujourd'hui»

On attendait beaucoup des deux « Top 10 », Gilles Simon et Gaël Monfils. Peut-être trop, trop vite. Exempté de premier tour en raison de son statut de tête de série n°6, Simon jouait d'entrée pour une qualification au troisième tour. Il avait prévenu lundi qu'il lui «faudrait pas mal de temps pour se réhabituer (à la terre battue), qu'il manquait de repères, et qu'il n'en était pas encore à rêver de gagner Roland-Garros alors qu'il n'y avait jamais dépassé le deuxième tour». Au vu de sa prestation catastrophique (7-5, 6-1), face au qualifié allemand Andreas Beck, 89e joueur mondial, l'élève de Thierry Tulasne n'avait pas tort. Panne de service (36% de premières), des déplacements lourds, un festival de fautes directes, de la frustration et des jets de raquettes : 1h27' de supplice pour le Français, sorti pour la troisième année consécutive dès son entrée en lice. «Je n'ai rien fait de bien aujourd'hui sur le terrain, a reconnu le quart de finaliste de l'Open d'Australie. «Il n'y a pas un coup où je me sentais à l'aise. Je ne fais aucun point gagnant, je ne passe pas une première (balle), je fais des doubles, on ne peut pas gagner un match dans ces conditions».

Paul-Henri Mathieu a eu le mérite de tenter

Même constat d'impuissance chez Gaël Monfils, balayé en un peu plus d'une heure par Janko Tipsarevic (6-3, 6-1). Taux de réussite au service insuffisant, notamment en première manche (37 %), trop nombreuses fautes directes (33), déplacements aléatoires... On était loin du Gaël Monfils demi-finaliste à Roland-Garros, voire du finaliste d'Acapulco au tout début du mois de mars. Les tendinites à ses genoux sont-elles une excuse ? Son staff médical a assuré dans la matinée que les voyants étaient au vert. Il a néanmoins joué «avec des bandages bien serrés». Et ce n'est «pas facile». Mais il ne peut «pas faire autrement car sinon ça fait trop mal». La Monf' a cependant déclaré ne pas être inquiet pour la suite.

La suite, ce sera Barcelone, où Richard Gasquet et Paul-Henri Mathieu se rendront aussi. Valeureux face à David Nalbandian, le Strasbourgeois a peut-être été le plus patient des trois battus du jour. Rapidement distancé 5-1 dans la première manche, le protégé de Loïc Courteau a su changer de schéma tactique pour dérégler le jeu de l'Argentin et remporter la deuxième manche. Un lift profond a laissé place au jeu en cadence. Mais trop juste physiquement, PHM n'a pas pu tenir la distance (6-4, 3-6, 6-3 en 2h00). «J'avais la jambe qui me tirait un peu», a commenté le Français, dans une spirale délicate depuis le début de la saison. Finaliste à Casablanca dimanche, Florent Serra s'est aussi incliné contre Ivo Karlovic, laissant Marc Gicquel seul rescapé tricolore à Monte-Carlo. S'agit-il là d'un désastre ? Il est d'abord question d'une rentrée. Les choses commenceront vraiment à devenir inquiétantes si elles deviennent un peu trop habituelles. - P. B. (Avec AFP)


PROGRAMME DE MERCREDI

Cette journée de mercredi verra l'entrée en lice des deux premiers mondiaux, qui feront leurs premiers pas sur la terre battue cette saison. Le premier à fouler la terre monégasque sera le Suisse Roger Federer (Photo Reuters), qui croisera le fer avec l'Italien Andreas Seppi. Rafael Nadal succèdera à son dauphin sur le court et sera aux prises avec l'Argentin Juan Ignacio Chela. Enfin, après le bide des Français mardi, Marc Gicquel portera les derniers espoirs tricolores face à l'Espagnol David Ferrer.

Court central - À partir de 10h30

Fernando Verdasco (ESP/n°7) - Philipp Kohlschreiber (ALL)
Andreas Seppi (ITA) - Roger Federer (SUI/n°2)
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Juan Ignacio Chela (ARG)
Ivan Ljubicic (CRO/WC) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°5)

Court des Princes - À partir de 10h30

Janko Tipsarevic (SER) - Simone Bolelli (ITA)
David Nalbandian (ARG/n°12) - Marcel Granollers (ESP)
Marc Gicquel (FRA) - David Ferrer (ESP/n°10)
Marat Safin (RUS) - Nicolas Lapentti (EQU)

Court n°2 - À partir de 10h30

Albert Montanes (ESP) - Jean-René Lisnard (MON/WC)
Ivo Karlovic (CRO) - Nikolay Davydenko (RUS/n°8)

Court n°9 - À partir de 11h00

Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) - Martin Vassallo Arguello (ARG)

Rafa jouera donc aux alentours de 14H30.

VAMOS !!!

# 15/04/2009 à 19:23 cath
un tout autre univers, la terre battue .....
j'espere que mon RAFA y fera des miracles .....
vous voyez qui d'autres ??????
VAMOSSSSSSS
# 15/04/2009 à 20:48 Nico
Hello Cath, hello à tous ! Qui voyons-nous Cath ??? Et bien franchement je vois Rafa ! Derrière ya du beau monde mais comme c'est le premier tournoi terre il peut y avoir des surprises, le tps que les organismes se rodent ! Mais je vois quand même Rafa vainqueur, sans bandages aux genoux !


RESULTATS DE MERCREDI

Ljubicic - Del Potro 4-6,6-1,6-4
Lapentti - Safin 7-6(8/6),2-6,7-6(8/6)
Fognini - Cilic 6-2,6-0
Nadal - Chela 6-2,6-3
Ferrer - Gicquel 6-1,6-0
Federer - Seppi 6-4,6-4
Nalbandian - Granollers-Pujol 4-6,6-3,6-1
Davydenko - Karlovic 6-4,6-3
Wawrinka - Vassallo Arguello 2-6,7-5,6-2
Verdasco - Kohlschreiber 6-3,6-4
Bolelli - Tipsarevic 7-5,6-3
Montanes - Lisnard 6-2,6-4


Bons débuts pour Nadal et Federer

Après la qualification de Federer face à Seppi (6-4, 6-4), Nadal a suivi le mouvement en ralliant le 3e tour de Master de Monte-Carlo face à Chela (6-2, 6-3). Le quadruple tenant du titre signe sa 25e victoire d'affilée sur le Rocher. Dernier Français, Gicquel n'a inscrit qu'un jeu face à Ferrer.

Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Juan-Ignacio Chela (ARG) 6-2, 6-3.Prochain adversaire: Lapentti
Nicolas Lapentti (EQU/Q) bat Marat Safin (RUS) 7-6(8/6), 2-6, 7-6(8/6)

Quadruple tenant du titre à Monte-Carlo, Rafael Nadal a réussi son match d'entrée sur le Masters 1000 en battant Juan Ignacio Chela 6-2, 6-3. L'Espagnol, N.1 mondial, domine l'Argentin en 1h30 pour décrocher sa 25e victoire de suite à Monaco. "J'ai mal joué en dans le premier set, mais petit à petit ça allait mieux. Aujourd'hui il y a eu beaucoup de hauts et de bas, mais bon c'est normal pour un premier tour. J'essaie aussi de jouer sans les straps aux genoux, parce que ça va mieux de ce côté-là et qu'on a décidé de voir si je pouvais maintenant jouer sans", a déclaré le Majorquin. A noter que pour son premier tournoi du terre battue, Nadal a joué sans les bandages aux genoux dont il ne se séparait plus.

Nicolas Lapentti a gagné le droit de disputer un match face à Rafael Nadal, quadruple tenant du titre à Monte-Carlo, après sa victoire sur Marat Safin. L'Equatorien, issu des qualifications et déjà tombeur de Radek Stepanek au 1er tour, a mis plus de trois heures pour venir à bout du Russe. Safin, 21e mondial, a pourtant eu une balle de match à 5-2 dans le troisième set sur sa mise en jeu, avant d'en sauver cinq à son tour : trois à 6-5 et deux autres dans le tie-break à chaque fois sur le service de Lapentti.

Ce dernier l'a finalement emporté au jeu décisif de la troisième manche 8 points à 6, après 3h30 de jeu. L'Equatorien, 98e mondial, croisera la route de l'Espagnol pour la troisième fois de sa carrière après une première en 2003 en quart de finale du tournoi de Bastad sur terre battue (victoire 3-6, 6-3, 7-6) et en quart de finale du Masters de Cincinnati en 2008 (défaite 7-6, 6-1).

Roger Federer (SUI/N.2) bat Andreas Seppi (ITA) 6-4, 6-4
Prochain adversaire: Wawrinka
Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) bat Martin Vassallo-Arguello (ARG) 2-6, 7-5, 6-2

Pour sa rentrée sur terre battue, Roger Federer affrontait à Andreas Seppi, un joueur récurrent dans le parcours du Suisse. Comme en 2007 à Monte-Carlo ou encore à l'Open d'Australie de cette saison, l'Italien a tenté de mettre à mal l'entrée en lice du Suisse... En vain. Porutant, le N.2 mondial a commencé son match de façon très timide et a offert un bon nombre de points au Transalpin, notamment en coups droits. Grâce à un break d'entrée dans la seconde manche, le Suisse reprend confiance et s'impose finalement 6-4, 6-4. Avec trois balles de match sur service adverse, Federer aura attendu la quatrième balle de match, la première sur sa mise en jeu, pour conclure la partie et se qualifier pour les huitièmes de finale.

"Je suis évidemment content de remporter mon premier match sur terre battue. Cela prend du temps de s'adapter à la surface, aux rebonds et aux glissades. Je savais que ça n'allait pas être facile contre lui, car il ramène beaucoup de balles. Mais bon aujourd'hui il n'a pas eu son meilleur jour... Je n'ai pas trop mal joué donc je suis soulagé. Maintenant je vais retrouver Stan (Wawrinka), qui a une belle progression, donc je suis ravi", a déclaré le N.2 mondial. Federer retrouvera son grand ami avec qui il a gagné l'or olympique en double, Stanislas Wawrinka, qui est difficilement venu à bout de l'Argentin Martin Vassallo-Arguello (2-6, 7-5, 6-2).

Fernando Verdasco (ESP/N.7) bat Philipp Kohlschreiber (ALL) 6-3, 6-4
Prochain adversaire: Ferrer
David Ferrer (ESP/N.10) bat Marc Gicquel (FRA) 6-1, 6-0

Tête de série N.7, Fernando Verdasco s'est imposé face à l'Allemand Philipp Kohlshreiber 6-3, 6-4 au deuxième tour du Masters de Monte-Carlo. L'Espagnol, demi-finaliste à Melbourne, met fin à la malédiction qui le frappait lors des éditions précédentes sur le Rocher. En quatre participations, il n'avait jamais franchi le premier tour en chutant à trois reprises face à des Français (Grosjean, Gasquet et Monfils). En huitième de finale, Verdasco retrouvera son compatriote David Ferrer, tête de série N.10, qui a balayé Marc Gicquel en seulement 49 minutes et un score sans appel 6-1, 6-0.

Cette défaite scelle la statistique suivante : pour la première fois depuis 1995 et la première édition du tournoi monégasque, aucun Français ne disputera les huitièmes de finale sur le Rocher. Le tournoi en a toujours compté au moins un chaque saison. "Il ne m'a pas donné un point, je n'arrivais à le déborder, à partir de là, je n'ai pas de regrets à avoir : il était plus fort que moi", analysait froidement le Français. "Je suivrais en tout cas Ferrer face à Verdasco au prochain match." Dans ce duel 100% ibérique, Verdasco mène par quatre victoires en sept confrontations. La dernière fois qu'ils se sont rencontrés c'était au Masters Series de Hambourg en 2008.

. David Nalbandian (ARG/N.12) bat Marcel Granollers 4-6, 6-3, 6-1
Prochain adversaire: Davydenko
Nicolay Davydenko (RUS/N.8) bat Ivo Karlovic (CRO) 6-4, 6-3

David Nalbandian s'est imposé face à l'Espagnol Marcel Granollers au 2e tour Masters de Monte-Carlo. L'Argentin avait mal débuté son match face à ce spécialiste de la terre battue en laissant passer son premier set 4-6 avant de s'imposer largement dans les deux suivants 6-3, 6-1 en 2h08 de jeu. En huitièmes de finale, la tête de série N.12 affrontera le Russe Nicolaï Davydenko, tête de série N.8. Le Russe, de retour de blessure, s'est qualifié pour les huitièmes de finale en dominant le Croate Ivo Karlovic 6-4, 6-3.

. Ivan Ljubicic (CRO/WC) bat Juan Martin Del Potro (ARG/N.5) 4-6, 6-1, 6-4
Prochain adversaire: Bolelli
Simone Bolelli (ITA) bat Janko Tipsarevic (SRB) 7-5, 6-3

Ivan Ljubicic a éliminé Juan Martin Del Potro, 5e joueur mondial, au 2e tour du Masters 1000 après trois sets (4-6, 6-1, 6-4) et 2h30 de jeu. Le Croate, N.66 et quart-de-finaliste en 2006 sur le Rocher, sera le prochain adversaire de l'Italien Simone Bolelli en huitième de finale. C'est la seconde victoire de Ljubicic sur un joueur du Top 10 cette saison, après un succès face à Gilles Simon (N.8) au 3e tour d'Indian Wells. Juan Martin Del Potro participait au Masters de Monte-Carlo pour la première fois de sa carrière.

Fabio Fognini (ITA) bat Marin Cilic (CRO/N.14) 6-2, 6-0
Prochain adversaire: Murray

Albert Montanes (ESP) bat Jean-René Lisnard (MON) 6-2, 6-4
Prochain adversaire: Djokovic

S.V.


PROGRAMME DE JEUDI

La journée de jeudi verra le retour sur les courts de Rafael Nadal et Roger Federer pour leurs huitièmes de finale. Andy Murray et Novak Djokovic seront également au menu. Les duels du jour reviendront aux oppositions Verdasco - Del Potro et Nalbandian - Davydenko.

Court central à partir de 10h30 :

Fernando Verdasco (ESP/n°7) - David Ferrer (ESP/n°10)
Roger Federer (SUI/n°2) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°13)
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Nicolas Lappenti (EQU/Q)
Andy Murray (GBR/n°4) - Fabio Fognini (ITA)

Court des Princes à partir de 10h30 :

Andreas Beck (ARG) - Juan Monaco (ARG)
Novak Djokovic (SRB/n°3) - Albert Montanes (ESP)
Simone Bolelli (ITA)- Ivan Ljubicic (CRO)
David Nalbandian (ARG/n°12) - Nikolay Davydenko (RUS/n°8)
# 16/04/2009 à 22:56 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Djokovic - Montanes 6-1,6-7(4/7),6-0
Lapentti - Nadal 1-0
Beck - Monaco 3-6,6-2,7-5
Wawrinka - Federer 6-4,7-5
Murray - Fognini 7-6(13/11),1-0
Verdasco - Ferrer 6-2,6-1


Federer n'y arrive plus

Après la pluie, Roger Federer n'a pas brillé lui non plus sur le Central de Monte-Carlo. Le Suisse a été battu par son compatriote Stanislas Wawrinka 6-4, 7-5. Novak Djokovic a pris son temps pour se qualifier face à Albert Montanes pendant que Rafael Nadal attend pour débuter face à Lapentti.

Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) bat Roger Federer (SUI/N.2) 6-4, 7-5
Prochain adversaire: Beck
Andreas Beck (ALL/Q) bat Juan Monaco (ARG) 3-6, 6-2, 7-5

Le Rocher a tremblé et Federer est tombé. Stanislas Wawrinka s'est imposé pour la première fois de sa carrière face à son compatriote et ancien numéro un mondial Roger Federer sur le score de 6-4, 7-5 en huitièmes de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo. C'est un nouveau revers pour le numéro deux mondial,triple finaliste sur le Rocher, qui est complètement passé à côté de son match. Après les désillusions de Melbourne, Indian Wells et Miami, Federer n'a, cette fois, pas passé les huitièmes de finale. Longtemps incertain quant à sa participation au premier Masters 1000 de l'année sur terre battue, le Suisse a du bénéfier d'une wild-card pour défendre sa place de finaliste. Entre l'annonce de la grossesse de Mirka Vavrinec et de leur mariage la veille du début du tournoi, Roger Federer ne semblait pas avoir vraiment la tête au tennis.

Une impression confirmée lors de cette rencontre par les difficultés à tenir l'échange et commettant de nombreuses fautes directes, Federer était très loin de son meilleur niveau. Avec un ciel capricieux qui a entraîné plusieurs heures de retard sur le programme, la terre était lourde, apparemment trop lourde pour le Suisse. Dès le premier jeu, l'ancien numéro 1 se voit obligé d'écarter deux balles de break. Mené 5-3 sur le service adverse, Federer est presque soulagé de voir la pluie s'abattre à nouveau sur le Rocher et interrompre sa punition. Après 15 minutes d'arrêt, les joueurs font leur retour sur le court mais les cartes n'ont pas changé et Wawrinka prend l'ascendant sur son aîné en concluant la première manche 6-4.

Wawrinka entre les gouttes

On attend alors une réaction d'orgueil de l'ancien numéro 1. Mais même son fameux revers à une main n'y a rien fait. Trop prévisible, "Rodgeur" n'a jamais réussi à déborder "Stan" qui prouve par ce résultat qu'il a les moyens de ses ambitions sur terre. Solide en revers comme au service et très en réussite avec son coup droit, le finaliste de Rome en 2008 a littéralement fait exploser la machine Federer. Inversant les rôles, le 16e joueur mondial a dicté sa loi sur le Court Central. "Je suis très content évidemment de cette victoire, même si je sais que Roger n'a pas eu tout le temps nécessaire pour se préparer avec son mariage. J'ai bien joué et ça fait toujours plaisir de décrocher une victoire face à un tel joueur. Maintenant je vais affronter Beck, je le connais bien et c'est un joueur gaucher de talent". En quart de finale, Stanislas Wawrinka sera opposé à une autre surprise du tournoi, Andreas Beck. L'Allemand est venu à bout du spécialiste de la terre battue, l'Argentin Juan Monaco en trois sets 3-6, 6-2, 7-5.

. AUTRE RESULTAT:

Novak Djokovic (SRB/N.3) bat Albert Montanes (ESP) 6-1, 6-7 (4), 6-0

Fernando Verdasco (ESP/N.7) bat David Ferrer (ESP/N.10) 6-2, 6-1
Prochain adversaire: Djokovic

Fernando Verdasco a infligé une correction à son compatriote David Ferrer lors du huitième de finale 100% espagnol du Masters de Monte-Carlo. Tête de série N.7, Verdasco remporte le match en un peu plus d'une heure face un Ferrer fantomatique 6-2, 6-1. En quart de finale, Fernando Verdasco retrouvera Novak Djokovic.


PROGRAMME DE VENDREDI

La journée de vendredi va être très chargée. Du fait de la pluie qui a gâché le déroulement des huitièmes de finale jeudi, ils vont être nombreux à devoir jouer deux matches dans la même journée. Rafael Nadal et Andy Murray sont notamment dans ce cas. L'Espagnol, quadruple tenant du titre, se retrouve ainsi dans une situation compliquée avec un match contre Lapentti à 10h30 et un autre en cas de victoire face à Ljubicic ou Bolelli dans l'après-midi. Murray, lui, doit en finir avec Fognini avant de devoir défier Nalbandian ou Davydenko. Autant dire que ceux qui auront grillé trop d'énergie dans le premier match vont souffrir.


Court central, à partir de 10h30 :

Nadal (ESP/n°1) - Lapentti (EQU/Q) 0-1

Pas avant 12h00
Verdasco (ESP/n°7) - Djokovic (SER/n°3)
Beck (ALL/Q) - Wawrinka (SUI/n°13)
Nadal (ESP/n°1) ou Lapentti (EQU/Q) - Bolelli (ITA) ou Ljubicic (CRO/WC)
Murray (GBR/n°4) ou Fognini (ITA/Q) - Nalbandian (ARG/n°12) ou Davydenko (RUS/n°8)

Court des Princes, à partir de 10h30

Murray (GBR/n°4) - Fognini (ITA/Q) 7-6[11], 1-0
Trois doubles

Court 2, à partir de 10h30

Nalbandian (ARG/n°12) - Davydenko (RUS/n°8)
Deux doubles

Court 9, à partir de 10h30

Bolelli (ITA) - Ljubicic (CRO/WC)
# 17/04/2009 à 00:00 Florence
Et bien c'est tout bon pour Nadal et comme je le disais à Nico, Federer à mon humble avis n'est plus au top mais surtout a une peur bleue de rencontrer Nadal
Espérons que notre petit torreau de Manacor trouvera toutes les forces voulues pour remporter ce tournoi.
Vamos Nadal
# 18/04/2009 à 00:05 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Davydenko - Nalbandian 6-4,5-7,6-3
Murray - Fognini 7-6(13/11),6-4
Ljubicic - Bolelli 7-5,7-6(7/2)
Nadal - Lapentti 6-3,6-0

Murray - Davydenko 7-6(7/1),6-4
Nadal - Ljubicic 6-3,6-3
Wawrinka - Beck 6-2,6-4
Djokovic - Verdasco 6-2,4-6,6-3


Imperturbable Nadal

Le programme chargé du jour n'aura pas atteint le N.1 mondial. Quadruple tenant du titre, Rafael Nadal n'a pas manqué l'occasion de rejoindre le dernier carré du Master de Monte-Carlo face au Croate Ivan Ljubicic 6-3, 6-3. L'Espagnol affrontera Andy Murray, vainqueur de Nikolay Davydenko 7-6, 6-4.


. Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Ivan Ljubicic (CRO/WC) 6-3, 6-3. Prochain adversaire: Murray
Andy Murray (GBR/N.4) bat Nikolay Davydenko (RUS/N.8) 7-6(7/1), 6-4

Le temps n'a pas eu raison de sa volonté. Pour la cinquième année consécutive, Rafael Nadal n'a pas dérogé à la règle en confirmant sa présence dans le dernier carré, après deux victoires combinées ce vendredi. Face à Nicolas Lapentti d'abord, puis face à Ivan Ljubicic. Dans cette journée spéciale, surchargée en raison de la pluie qui a sévi la veille, l'Espagnol aura passé moins de trois heures sur les courts. Un moindre mal duquel ses concurrents n'ont pas été épargnés. Comme Ivan Ljubicic, qui a mis deux heures pour battre Simone Bolelli en matinée avant de jouer face à Rafael Nadal.

Le Croate, qui a converti sa seule occasion de break du match, a résisté pendant 1h15 avant de baisser pavillon, usé par les coups incessants de l'Espagnol qui a fait la course en tête tout au long du match. Avec seulement 51% de premières balles, Ljubicic ne s'est pas facilité la tâche, même si quatre aces sont venus le soulager. Mais sauvant deux balles de break sur les six procurées par Nadal, Ivan pliait logiquement devant l'imperturbable Espagnol qui enchaîne sa 25e victoire sur le Rocher. Et qui n'a pas encore trouvé quelqu'un à qui parler sur terre pour l'instant, lui qui n'a pas perdu un set depuis la finale 2006 face à Roger Federer.

Un Murray-Nadal alléchant

A moins qu'Andy Murray n'ait son mot à dire. L'Ecossais réalise un début de saison sur terre battue parfait en se hissant en demi-finale de Monte-Carlo pour la première fois de sa carrière. Sans référence sur surface ocre, voici le N.4 mondial, protégé d'Alex Corretja, face à Rafael Nadal pour un test grandeur nature. Et Murray n'a pas volé sa place, lui qui a éliminé un Nikolay Davydenko retrouvé en quart de finale. Le Russe, 9e mondial et demi-finaliste l'an dernier, revenait de deux mois d'absence pour une blessure au talon gauche. Comme son adversaire, il a joué son huitième de finale le matin même. Un match rude face à David Nalbandian remporté en trois manches et 2h30 de jeu.

Après la perte du premier set au jeu décisif face à Murray, le Russe a mené 4-1 dans la seconde manche, avant d'avoir un passage à vide fatal. Plus frais, l'Ecossais a enchaîné cinq jeux pour battre Davydenko pour la première fois sur terre battue, sous les projecteurs du court central alors que la nuit tombait sur le Rocher aux environs de 21h. Victime d'une ampoule à la main droite, Andy aura la nuit et la matinée pour récupérer avant d'aller défier un Nadal et tenter l'impossible. Ce sera la 9e confrontation entre les deux hommes, la troisième de l'année (une victoire chacun) et la seconde sur terre battue : en 2008, Nadal avait battu Murray 6-3, 6-2 au 3e tour du Masters de Hambourg.


. Novak Djokovic (SRB/N.3) bat Fernando Verdasco (ESP/N.7) 6-2, 4-6, 6-3
Prochain adversaire: Wawrinka
Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) bat Andreas Beck (GER/Q) 6-2, 6-4

Les demi-finales seront évidemment au programme samedi. Le premier duel du jour opposera le n°3 mondial Novak Djokovic au Suisse Stanislas Wawrinka, tandis que le choc de la journée verra Rafael Nadal en découdre avec Andy Murray.


PROGRAMME DE SAMEDI

Court central à partir de 13h30 :

Novak Djokovic (SER/n°3) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°13)

Rafael Nadal (ESP/n°1)- Andy Murray (GBR/n°4)
# 18/04/2009 à 09:51 Florence
En ouvrant les yeux ce matin je pensais " tu dois savoir si ton petit protégé " s'en est sorti de ses 2 matchs sur la même journée. Pour celà voir Nico, le grand, le formidable reporter du site.
Bon en route et bonheur Nadal s'en est sorti, mais quel champion, quelle force se dégage de ce garçon tout simple, rappelons le.

Bravo Nico pour tes reportages, tu m'enchantes.
# 18/04/2009 à 11:04 Nico
Hello Florence, hello à tous ! Merci Florence mais je ne suis pas seul responsable lol.

Quant à Rafa, c clair qu'il a fait une journée marathon mais il faut bien préciser que Davydenko, Ljubicic et Murray en ont bavé aussi...Bon ben maintenant cap sur les demies !!!

VAMOS !!!

# 18/04/2009 à 16:21 cath
bonjour à tous !!!!!
c'est un plaisir de vous lire !!!! et la bise à THOMAS
oui ....il est fort possible que RODGEUR tourne une page , en se mariant , en étant prochainement papa....
MAIS !!!!!! avec ce grand champion , tout est possible...
le temps qu'il se remmette de ses émotions ( un mariage , y'a de quoi .....)il peut revenir ....et nous offrir de beaux matchs contre RAFA ...

- ça y est !!! DJOKO a eu le dernier mot , façe à WAWRINKA : c'est bien, ça... il a su revenir en champion , apres un premier set perdu ; et WAWRINKA , quand il s'y met , entre sa premiere balle et son audaçe dans le jeu .....
- mais j'avais donc bien compris ( j'étais au boulot ) :
RAFA a fait deux matchs en une journée ??

bon allez ...je retourne sur le central de MONTE CARLO , pour la suite :
RAFAEL NADAL CONTRE ANDY MURRAY !!!!!!!!!
ouhh ouhh ouhh ......
ça va chauffer !!!!!!!!!!!!!!!!!!
# 18/04/2009 à 20:29 Florence
Et oui Cath, notre champion a fait 2 matchs sur la même journée et il a gagné.
Moi je viens aux nouvelles chez Nico puisque la Belgique ne retransmet rien.
J'espère que Nadal s'en est tiré aujourd'hui car aucun journal n'a donné des nouvelles.
Si tu en as, donnes les sur le site
Demain je deviens professeur de français pour le fils de ma fermière, il faut que je le bouste en français sinon il va doubler et la maman elle préfère les maths
Bon je vous laisse, j'attends de BONNES NOUVELLES et à demain
Bis à tous
# 18/04/2009 à 23:52 Nico
Nadal et Djokovic prennent rendez-vous

Rafael Nadal défendra son quadruple titre sur la terre battue de Monte-Carlo face au Serbe Novak Djokovic. L'Espagnol, N.1 mondial, a dominé l'Ecossais Andy Murray 6-2, 7-6(7/4) en un peu plus de deux heures de jeu. Et n'a toujours pas perdu un set sur le Rocher depuis la finale 2006.

Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Andy Murray (GBR/N.4) 6-2, 7-6(7/4)

Novak Djokovic (SER/N.3) bat Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) 4-6, 6-1, 6-3

Rafael Nadal avouera-t-il avoir eu des doutes au cours de cette demi-finale ? Au cours d'un second set haletant face à Andy Murray, le regard noir de l'Espagnol en disait long sur les contrariétés du tenant du titre. Menant 6-2, 5-2, le N.1 mondial a assisté une rebellion en bonne et due forme de son adversaire, qui a lâché tout ce qu'il avait dans sa raquette pour exister dans une partie jusque-là bien maîtrisée. L'Espagnol a même trouvé à qui parler lorsqu'il servait à 5-3 pour le gain du match. Sur sa première balle de match contre lui, Murray réussissait une amortie appuyée qui annonçait un retour inespéré de l'Ecossais, pourtant bien moins à l'aise sur terre battue que son opposant.

Mais en fin de partie, l'expérience et le jeu de jambes de Nadal firent la différence. Sans se presser, l'Espagnol variait ses coups à merveille, alternant jeu long, grandes gifles liftées et amorties. Embêté par une ampoule à la main droite, Murray a tout de même eu les jambes pour tenir les échanges du fond de court. Une belle preuve de résistance, après un vendredi chargé où il a dû jouer deux matches pour arriver jusqu'au maître des lieux. Soutenu peu à peu par le public du court central, Andy, malchanceux en première manche, poussait Rafa vers un jeu décisif à grands coups de butoir et au grand plaisir du public. Mais sa chance n'allait finalement pas tourner.


Djokovic succède à Federer

L'Ecossais, finaliste de quatre des cinq derniers Masters joués, cédait finalement sous les coups répétés de l'Espagnol à 7 points à 4 dans un jeu décisif où il aura tout le temps couru après le score. Si sa victoire ne souffre d'aucun regret, Murray se consolera en voyant les progrès qu'il a fait sur cette surface exigeante depuis la saison dernière et sa défaite face au même Nadal au 3e tour du Masters de Hambourg (6-3, 6-2) lors de leur première entrevue sur terre. Toujours sans perdre le moindre set depuis la finale 2006 (soit 30 manches de suite gagnées en trois ans), Nadal avance ainsi vers sa 5e finale de suite à Monte-Carlo où Novak Djokovic l'attend. "Le fait d'avoir gagné trente sets de suite ici ? Je n'ai jamais pensé à ça , insiste l'Espagnol. Cela n'a aucune importance. Je ne me sens absolument pas imbattable ici. Je suis seulement content d'avoir progressé de 50 % par rapport à mon début de tournoi."

"Au tie-break, Rafael a sorti des points fantastiques. Il est tellement solide que, pour le battre, il faut jouer son meilleur tennis pendant trois ou cinq sets, lançait Murray à la fin du match. C'est le meilleur joueur de terre battue de tous les temps." C'est face à cette phrase, qui devient peu à peu une banalité, que Novak Djokovic tentera de faire le poids. Le Serbe s'est hissé pour la première fois de sa carrière en finale de Monte-Carlo en battant le Suisse Stanislas Wawrinka. Le N.3 mondial prend ainsi la relève de Roger Federer (sorti par ce même compatriote au 3e tour) qui a signé trois finales de suite ici-même en vain face à Rafael Nadal. Une succession qui sera bien difficile à honorer vu la démonstration du quadruple tenant du titre cette semaine.

Pourtant, Novak Djokovic aura plus de crédibilité qu'Andy Murray pour affronter Nadal en finale. Le Serbe est double demi-finaliste à Roland-Garros et a remporté le Masters Series de Rome l'an passé, déjà face à Stanislas Wawrinka. Si le Suisse a eu un maximum de réussite au cours de la première période, en jouant juste et en profitant de trois doubles fautes à 4-4, "Stan" s'est peu à peu éteint au cours des deux manches suivantes. "Je suis très frustré et très déçu. Je menais 2-0 dans le troisième avec même une occasion de mener 3-0 et j'ai perdu ce jeu avant de laisser filer mon service. Ces deux jeux m'ont coûté le match." Djokovic, solide tout au long de cette première semaine sur terre battue, devra l'être encore plus pour destituer le quadruple tenant, lui qui n'a encore jamais battu Nadal sur surface ocre. "Mission impossible? Je comprends qu'on se pose la question, mais je dois y croire. Sinon autant sortir le drapeau blanc."
S.P.


REACTIONS

Nadal : «Pas imbattable»

Rafael Nadal en est à sa cinquième finale consécutive à Monte-Carlo, sans avoir perdu le moindre set depuis trois éditions, mais le n°1 mondial affirme qu'il n'est pas imbattable. Il s'attend à devoir hausser encore son niveau de jeu contre Novak Djokovic en finale. Ce dernier a eu chaud contre Wawrinka, mais préfère ne retenir que les bons passages et croire à ses chances. Andy Murray, lui, reconnaît la supériorité de Nadal sur cette surface, tandis que Stanislas Wawrinka est en colère contre lui-même.

Rafael Nadal (ESP) : «Je jouais très bien, avec la bonne tactique. J'avais l'occasion de conclure à 5-2. Mais à ce moment-là, j'ai commencé à jouer un peu plus court et lui a nettement augmenté son niveau de jeu. Je suis très content de mon match, j'ai joué bien mieux que lors des précédents. Le fait d'avoir gagné trente sets de suite ici ? Je n'ai jamais pensé à ça. Cela n'a aucune importance. Je ne me sens absolument pas imbattable ici. Je suis seulement content d'avoir progressé de 50 % par rapport à mon début de tournoi. Je suis sûr que contre Novak ce sera un autre match que lors de nos précédentes rencontres. C'est un excellent joueur, il vit une bonne semaine et c'est toujours très dur contre lui. Je vais devoir jouer mon meilleur tennis et me montrer agressif si je veux m'imposer.»

Andy Murray (GBR) : «Au début je ne faisais pas ce qu'il fallait mais sur la fin c'était vraiment pas mal. Cela me donne plein d'indications sur la façon dont je dois jouer sur terre battue. Je sors d'une belle semaine en général. J'ai beaucoup appris. Mais au tie-break, il a sorti des points fantastiques. Il est tellement solide que pour le battre il faut jouer son meilleur tennis pendant trois ou cinq sets. C'est le meilleur joueur de terre battue de tous les temps.»


Novak Djokovic (SER) : «Mentalement j'ai réussi à rester dans le match mais ce n'était pas facile après la perte de ce premier set. J'ai très bien joué dans le deuxième mais dès le début du troisième j'ai recommencé à jouer trop sur la défensive. Aujourd'hui il fallait juste se battre sur tous les points, surtout face à un joueur comme Stan qui est fantastique sur cette surface. Je suis vraiment ravi et si je gagne demain je ferai un coeur encore plus gros sur le court ! (Au sujet de sa finale contre Nadal) «Mission impossible? Je comprends qu'on se pose la question, mais je dois y croire. Sinon autant sortir le drapeau blanc.»

Stanislas Wawrinka (SUI) : «Je suis très frustré et très déçu. Je menais 2-0 dans le troisième avec même une occasion de mener 3-0 et j'ai perdu ce jeu avant de laisser filer mon service. Ces deux jeux m'ont coûté le match.» (Avec AFP)
# 19/04/2009 à 09:38 Florence
Toujours un très beau commentaire de Nico ( serais-tu reporter sportif par hasard ?)
Allez encore aujourd'hui et puis on passe à autre chose.
Pourvu que notre poulain gagne, celà fait des sous sous ( mais je ne pense pas qu'il soit attaché tellement à l'argent )mais surtout bcp de points afin qu'on ne vienne pas le détrôner.
Qu'est ce que ce gamin peut être attachant ( il n'est pas fier pour deux sous ) et pourtant c'est le meilleur.
Ici toujours rien à l'horizon comme match ou commentaires)
Bonne journée Vamos Nadal
Hasta luego Florence
# 19/04/2009 à 23:40 Nico
Nadal, l'ogre de l'ocre

Rafael Nadal a remporté son 5e trophée d'affilée sur la terre battue de Monte-Carlo en battant Novak Djokovic, N.3 mondial, 6-3, 2-6, 6-1 en 2h43 de jeu. A 22 ans, l'Espagnol décroche son 14e Masters en carrière, soit autant que Federer, et son 3e titre de la saison après Indian Wells et Melbourne.

Rafael NADAL (ESP/N.1) bat Novak DJOKOVIC (SER/N.3) 6-3, 2-6, 6-1
. Face-à-face : 12-4 pour Nadal, dont 7-0 sur terre battue
2009, Coupe Davis, 1er tour : Nadal 6-4, 6-4, 6-1
2008, Roland-Garros, demi-finale : Nadal 6-4, 6-2, 7-6
2008, MS Hambourg, demi-finale : Nadal 7-5, 2-6, 6-2
2007, Roland-Garros, demi-finale : Nadal 7-5, 6-4, 6-2
2007, MS Rome, quart de finale : Nadal 6-2, 6-3
2006, Roland-Garros, quart de finale : Nadal 6-4, 6-4, abandon

La chasse au record est officiellement ouverte. Rafael Nadal a lancé sa saison sur terre battue comme les quatre précédentes : par une victoire à Monte-Carlo. En route pour un 5e sacre inédit à Roland-Garros, l'Espagnol a tout d'abord décroché son 5e titre de suite sur le Rocher face à Novak Djokovic, qui a tout donné pendant près de trois heures pour faire mieux que Roger Federer, triple finaliste malheureux entre 2006 et 2008. Mais rien n'y a fait : le N.3 mondial n'a pas empêché le N.1 de remporter son 124e match sur terre battue, synonyme de 14e titre en Masters (dont 9e sur surface ocre). Il égale ainsi Roger Federer en terme de victoires sur les Super 9 et se place à trois longueurs du recordman, Andre Agassi. Là où le phénomène Nadal est impressionnant, c'est en le comparant à ces deux références : à 22 ans, il a presque quatre ans d'avance sur le Suisse, qui a remporté son dernier titre à 26 ans révolus à Cincinnati, et presque dix ans sur le Kid de Las Vegas, vainqueur à 32 ans de son 14e Masters à Rome. Lui aussi a conquis son dernier titre à Cincinnati deux ans plus tard.

Que faire pour Novak Djokovic face à ça ? Le Serbe a pourtant du répondant sur terre : avec deux demi-finales à Roland-Garros, un titre en Masters à Rome et sa finale à Monte-Carlo, il est le deuxième joueur le plus régulier sur terre du moment, derrière Nadal. Logique donc de le retrouver face à lui ce dimanche pour tenter d'être le troisième joueur à le battre surface ocre depuis 2005 et 124 rencontres, après Juan Carlos Ferrero au 2e tour du Masters de Rome en mai 2008 et Roger Federer en finale du Masters de Hambourg en mai 2007. Mais ce dimanche n'était pas le jour du Serbe, repoussant un peu plus la date de dernière défaite de Nadal à Monte-Carlo, qui remonte au 3e tour de 2003 face à Guillermo Coria (l'Espagnol n'a pas participé en 2004).

Dix ans d'avance sur Agassi

Et pourtant Djokovic y a cru. Ce n'est pas faute de l'avoir répété avant la finale : il ne venait pas battu d'avance, malgré six précédentes défaites sur terre face à lui. Et d'autant plus que le court central monégasque a vécu une première depuis trois ans : Novak a réussi à prendre un set à Nadal. Ce qui n'était plus arrivé depuis la finale 2006. Après un premier set accroché que Djokovic a perdu 6-3, le Serbe a empoché le deuxième avec autorité. Sa première balle l'y a bien aidé (74% de réussite), ses montées au filet aussi (9 points inscrits sur 9), laissant Nadal dans un rôle qu'il n'apprécie guère : un défenseur de fond de court dépassé par les événements.

Son physique lui a-t-il fait défaut à ce moment-là du match? Lui-même le dira. Toujours est-il que l'Espagnol tirait la langue en début de troisième et dernière manche. Les quatre premiers jeux sont une terrible bataille qui dura 45 minutes au cours de laquelle Djokovic lâchait toutes ses mises en jeu. Si un break venait le soulager, Nadal sortait des coups incroyables qui scellaient la fin de rencontre sur un 6-1, un score loin de refléter l'intensité du set. Après sa fin de match difficile face à Murray et la perte de la deuxième manche face à Djokovic, Nadal a montré des signes que, effectivement, il n'est pas "imbattable", comme il a pu l'affirmer de sa modestie habituelle.

Reste à trouver le joueur qui aura le physique pour tenir la cadence au moins trois heures sans faire de fautes et en gardant une première balle de service constante... Sous les applaudissements du public, l'Espagnol a reçu son cinquième trophée monégasque des mains du Prince Albert II, son 34e titre ATP en carrière et son 3e de la saison, après le Masters d'Indian Wells et l'Open d'Australie. Hormis Miami où il a été battu par Del Potro en quart de finale, l'Espagnol a tout simplement fait main basse sur trois des quatre plus importants tournois du début de saison. Et il parait même que, assis sur son trône de granite, Nadal apercevrait la Tour Eiffel.
S.P.


REACTIONS

Rafael Nadal, conscient d'avoir eu très chaud en début de manche décisive dimanche en finale contre Novak Djokovic, a donné le crédit de sa victoire à une plus grande lucidité sur les points importants. Djokovic, lui, était très déçu de s'être incliné après être passé près du but.

Rafael Nadal (ESP/ vainqueur du tournoi) : «J'ai sauvé des points très importants sur la fin qui ont fait la différence. J'ai fait plus de fautes mais il le fallait car je devais me montrer plus agressif que dans le deuxième set. Sur la fin, j'ai su me montrer plus lucide que lui. Aujurd'hui, je me suis battu sur tous les points, je n'ai jamais voulu lâcher et cela aussi a fini par payer. Gagner pour la cinquième fois ici est vraiment très émouvant pour moi. Jamais à mes débuts je n'aurais osé l'imaginer. Une cinquième victoire ici c'est un rêve qui se réalise. (Au sujet du record d'Agassi) «Je vais essayer d'aller chercher ce record mais ces tournois sont durs à gagner.»

Novak Djokovic (SER/ battu en finale)
: «Je suis déçu car vraiment je trouve que j'ai très bien joué. J'étais dans la bonne stratégie, je sentais bien mes coups mais je me suis raté sur les points importants. La fin du match c'est de ma faute, je me suis montré trop impatient, j'ai tenté le coup gagnant trop vite pourtant physiquement je me sentais bien. Nadal, lui, il a montré qu'il avait bien plus d'expérience que moi sur cette surface, qu'il négociait encore mieux les points-clés. Mais bon j'ai bien lancé ma saison sur terre battue, la semaine a été très frusctueuse, il faut que je reste sur cette lancée. Ce match me donne de toute manière de la confiance. Je savais avant de jouer cette finale que j'avais les moyens de lutter, ça s'est confirmé. J'ai fait un des mes meilleurs matches contre lui sur terre battue et je sais comment le jouer. Il a évidemment encore l'avantage mais j'espère que j'aurais encore une chance de le jouer cette saison.»

Toni Nadal (oncle et entraîneur de Rafael Nadal) : «C'était une finale difficile mais toutes les finales de Rafa sont difficiles, en tout cas pour moi. Il a fait un très bon troisième set mais c'est évident qu'il doit mieux jouer qu'ici cette semaine. Il manque un peu de confiance dans son jeu et on a vu que son service était incroyablement faible. Mais bon, c'était son premier tournoi sur terre battue (de la saison), j'espère qu'avec quelques matches en plus ça ira mieux. On sait qu'il reste beaucoup de travail d'ici Roland-Garros. Mais il a quand même gagné. C'est un tournoi très important pour nous. Alors le gagner cinq fois de suite, c'est incroyable.» (Avec AFP)
# 20/04/2009 à 03:24 cath
bonjour à tous !!!
IL L'A FAIT !!!!!!!!!!
5 eme vitoire de RAFA A MONTE CARLO !!!!!!

- j'ai vu la demi-finale : pour moi , c'était pas du tout cuit .....le serviçe de RAFA ... n'en parlons pas... les coups droits et les revers qui partaient je ne sais ou .....un manque de punch ....:
le temps que MURRAY comprenne , durant le premier set, comment on évolue sur terre- battue....et c'était un autre match qui se dessinait durant la deuxieme manche ; mais durant le tie- break , la forçe mentale de l'espagnol a parlé

- j'ai pas vu la finale : trop la frousse et mon emploi du temps m'a ammenée ailleur ....
mais "NOVAK de SERBIE" s'est bien battu.....et RAFA a eu gain de cause;
alors , les fans de RAFAEL qui ont vu cette finale ;
notre champion avait'il hissé son jeu ? avait 'il retrouvé ses coups de pattes de génie ?????? et son jeu de jambes ?????
# 20/04/2009 à 08:27 Nico
Hello Cath, hello à tous ! Et oui, un 5° sacre consécutif, de bon augure pour la suite !!!

Rafa est monté en puissance dans ce tournoi, en finale ça allait vraiment mieux au niveau de ses coups et placements, quant au mental comme tjs il était au top !

Tout le monde a besoin de se régler, les adversaires sont là mais il reste un joueur au-dessus : RAFA !!!

VAMOS !!!

# 20/04/2009 à 09:52 Florence
J'aurais bien voulu voir ce match mais que de couillons en Belgique et on parle de chauvins quand on parle des français, mais en Belgique c'est quoi ? A partir du moment où il n'y a plus de belges, c'est fini on ne voit plus rien même pas un petit mot aux infos. Je râle.
Enfin, il y a notre reporter Nico et puis sur msn il ne faut pas longtemps pour avoir des nouvelles. Mais tout celà ne vaut pas le direct.
Amitiés à tous
# 21/04/2009 à 10:44 cath
bonjour à tous !!!!
ah ben tout à fait FLO , si il ne montre rien de rien en BELGIQUE .....c'est triste !!!
mais FLO , je t'avais envoyé les adresses de
-"justin tv "et ensuite tu tapes sur la rubrique sport ;
et -"BET 365" tu t'inscris , c'est tout!!!!
et -" watch online channnel surfing net" : tu cliques c'est tout !!!!!
je te promets !!! c'est gratuit et tu vois plein de matchs ....
en direct !!!!!!
NICO , expliques le donc à FLO !!!!!!
# 21/04/2009 à 12:31 Florence
Cath mais je ne suis pas intelligente dans ce genre de chose. Nico et Thomas ont déjà essayé aussi.
Je vais copier sur une feuille et aller mettre celà en favoris, on verra.
De toutes façons l'autre fois j'avais essayé mais nada
Enfin je pense que tu dois être aussi heureuse que moi de la victoire de notre beau, jeune, charismatique poulin
Je suis contente que Kim revient, peut-être mettra t-elle les soeurs wiwi hors course.
Bisous à tous
# 21/04/2009 à 20:14 Nico
Qui aime jouer Nadal le suive

Quels sont les enseignements de Monte-Carlo ? A première vue, Rafael Nadal a remis sa locomotive sur les rails. Derrière lui, on se bouscule pour prendre le train en marche. Djokovic et Murray s'accrochent, Federer reste à quai et les Français ont oublié leurs billets. Et si Nadal déraillait ?

LES ENSEIGNEMENTS DE MONTE-CARLO

. Rafael Nadal dans le toboggan. La saison sur terre battue version Rafael Nadal, c'est comme une glissade dans les toboggans d'Aqualand : Quand il s'élance en premier il arrive logiquement en premier à l'arrivée, soit à Roland-Garros. Avec Nadal, le tennis sur terre devient aussi impératif que la loi de l'apesanteur. Depuis Monte-Carlo 2005, il n'a perdu que deux fois en 126 rencontres (face à Juan Carlos Ferrero à Rome 2008 et Roger Federer à Hambourg 2006).

Sur les 14 Masters Series qu'il vient de remporter, égalant au passage le nombre de victoires de Roger Federer (seul Andre Agassi a fait mieux avec 17 titres), neuf (en comptant Hambourg) ont été joués sur terre battue. Le nombre total de titres gagnés sur la surface est de 23, sur 34 au total. Et si cela ne vous suffit pas, sachez que depuis 2005, Nadal n'a jamais raté le doublé Monte-Carlo/Roland-Garros, sachant qu'il est devenu le premier joueur à 4 titres consécutifs en principauté, a fortiori 5, il vise donc le record absolu à Roland-Garros, 5 titres aussi, de suite.

A SAVOIR : Depuis dix ans, seuls Gustavo Kuerten en 1999 et Cédric Pioline en 2000 n'ont pas atteint la finale de Roland-Garros après avoir remporté le titre à Monte-Carlo.

Monte-Carlo est un tournoi référence dans la perspective du Grand Chelem parisien. Pas seulement parce que certains le surnomment le "Petit Roland-Garros", mais surtout parce que les conditions y sont similaires et parce qu'il permet de distinguer qui s'adapte le plus rapidement à la terre après un long début de saison passé sur les surfaces abrasives australiennes et américaines. L'année dernière, des quatre demi-finalistes à Monaco, seul Nikolay Davydenko manquait, "remplaçé" par Gaël Monfils qui avait été sorti par Federer sur le Rocher. Rafael Nadal mais aussi Novak Djokovic, Andy Murray et Stanislas Wawrinka, peuvent donc postuler pour les demi-finales de Roland-Garros sans rougir.

. Stanislas Wawrinka, déjà finaliste d'un Masters Series sur terre à Rome l'an passé, a encore une fois été battu par Novak Djokovic. Sa victoire sur Roger Federer marque toutefois une nouvelle étape de la progression du Suisse, dont le revers limpide et le talent global ont été trop longtemps occultés par son éblouissant ami et compatriote Roger (avec qui il a décroché la médaille d'or en double à Pékin).

. Andy Murray n'est pas fait de marbre et son jeu n'est pas uniquement efficace sur surface rapide. Concentré sur Wimbledon depuis son arrivée chez les pros, cet ancien membre de l'Académie Sanchez à Barcelone a décidé de ne plus négliger l'art de la glissade. Pour se remémorer le bon temps passé en Catalogne, il a fait appel à un spécialiste, Alex Corretja. Et ça marche. Les jolies glissades, les lifts à se tordre les poignets attendront, mais le tempo est dans la peau de l'Ecossais.

Battu tête haute par Nadal, il possède une belle marge de progression. Si cela ne le met pas dans une position de favori cette saison, il a impressionné l'Espagnol.: "Si vous êtes vraiment bon, vous êtes bon partout, regardez pour moi, on disait à l'époque que je ne pourrais pas jouer sur gazon. Andy va être très fort sur terre, et il pourra même gagner un jour Roland-Garros. Peut-être pas dans 5 semaines mais c'est plausible", et cette déclaration, c'est déjà beaucoup.

. Novak Djokovic a perdu une douzième fois face à Rafael Nadal , en 16 matches, soit sa troisième finale et son septième match sur sept joués sur terre. Une défaite accablante ? Pas évident. Nadal a estimé que la victoire avait été acquise au terme d'un match plus facile que celui de Hambourg l'an passé. Djokovic a pourtant bien négocié la rencontre. Il n'a pas surjoué, comme au Queen's ou à Roland-Garros l'an passé, ce qui lui avait valu de " craquer" physiquement en cours de rencontre.

Il a maintenu une pression constante en longueur tout en montant au filet si possible. Il a construit ses points en jouant une zone préférentielle comme Murray avant lui, ou encore le Federer des finales 2006 : côté revers, mais un peu dans l'axe tout de même, dans son replacement et pour éviter qu'il ne tourne son revers. Et surtout, il croit plus que jamais en ses chances, le B.A.BA quand on joue Nadal : " Comme je l'avais dit la veille du match, je crois réellement qu'un jour je pourrai le battre sur cette surface. Je peux le faire. [...] Maintenant, je vois bien comment il joue."

A SAVOIR : 570 points séparent désormais Andy Murray, N.4 mondial, de Novak Djokovic, N.3, au classement ATP, lequel est à 1140 points de Roger Federer. Murray est celui qui a le moins de points à défendre : 2e tour à Rome, 3e tour à Hambourg et à Roland-Garros l'an passé.

. Roger Federer, just married. Il n'est pas arrivé à Monte-Carlo avec des casseroles attachée à une Rolls, ce n'est pas le style de la maison. Roger est arrivé par surprise, en catimini, pour participer à un tournoi qu'il avait défendu haut et fort l'année dernière face à l'ATP. Sur le court, à court de rythme, le Suisse se traîne dans la terre. Perdre devant son excellent ami Stanislas Wawrinka ne vaut cependant pas qu'on le traîne dans la boue du scepticisme. Roger veut être prêt pour Roland-Garros, un point c'est tout.

. Les déceptions. Pour la première fois depuis 15 ans, aucun Français n'a atteint les huitièmes sur le Rocher. Le mal de l'altitude ? Presque. Des top 10 présents, seuls trois ont quitté le tournoi dès leur premier match : Juan Martin Del Potro et les deux Français Gilles Simon et Gaël Monfils. Simon était légèrement diminué, et Monfils est désormais à l'infirmerie pour trois semaines. Jérémy Chardy, lui aussi gêné par un virus (angine), n'a pas pu donner la pleine mesure de son tennis. Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet avaient eux pris leurs précautions en renonçant.

Outre Marc Gicquel qui a gagné le seul match tricolore de la semaine en jouant mal et Florent Serra, Julien Benneteau et Paul-Henri Mathieu ont déçu. Faux-départ général pour les Tricolores qui ont encore un mois pour trouver leurs marques. On en dira autant pour Del Potro donc, et Fernando Verdasco, qui devront faire un stage "Patience", et Nikolay Davydenko, qui a eu lui le mérite d'atteindre les quarts de finale après une longue absence (deux mois et demi).
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site