MONTE CARLO 2011

Auteur  
# 10/04/2011 à 12:44 Nico
Djokovic renonce

Le Serbe Novak Djokovic, actuel n°2 mondial, finaliste à Monte-Carlo en 2009, vient d'annoncer son forfait en raison d'une blessure au genou.

Premier coup d'arrêt dans le formidable début de saison de Novak Djokovic (26 victoires de rang). Le Serbe est forfait pour le tournoi de Monte Carlo en raison d'une blessure à un genou. «C'est un coup dur et une triste nouvelle pas seulement pour ce tournoi et mes supporters, mais aussi pour moi-même. Le Monte Carlo Rolex Masters est mon tournoi préféré d'autant que la Principauté de Monaco est mon lieu de résidence et le pays où j'aime me ressourcer entre deux tournois. Je m'entraîne effectivement tout au long de l'année sur les courts du Monte Carlo Country Club et c'est malheureusement avec un grand regret que j'ai pris la décision de me retirer de cette édition du tournoi. Je profite de l'occasion pour exprimer tous mes remerciements au Directeur du Tournoi, Zeljko Franulovic, pour sa compréhension et son soutien permanent », a-t-il déclaré. C'est donc un rival de taille qui s'écarte de la route de Rafael Nadal vers la défense de son titre.
C.B


Nadal est prêt

Rafael Nadal est arrivé à Monte-Carlo et il s'entraînait ce vendredi sur le Court Central du MCCC pour préparer le tournoi. Le gaucher de Manacor, qui règne sans partage sur le Monte Carlo Rolex Masters depuis son premier avènement en 2005 alors qu'il n'avait pas dix-neuf ans, semble très déterminé à défendre son titre et décrocher un septième titre consécutif sur cette terre battue qui lui a déjà tant souri. Une entreprise qui sera peut-être facilitée par le forfait de Novak Djokovic.
C.B.


Les Français sont servis


Les Français engagés dans le tournoi de Monte-Carlo n'auront pas la vie facile la semaine prochaine. Tous les Bleus de premier plan figurent dans la parie supérieure du tableau, celle de Rafael Nadal, sextuple tenant du titre. Richard Gasquet, qui affrontera l'Ouzbek Denis Istomin au premier tour pourrait retrouver le numéro un mondial dès le troisième tour. Jo-Wilfried Tsonga a hérité du tirage au sort le plus compliqué puisqu'il devra se frotter à Juan Monaco. Gilles Simon a quant à lui hérité du Brésilien Thomaz Bellucci. Gaël Monfils, tête de série numéro huit est le seul tricolore dispensé de premier tour. De l'autre côté du tableau, Roger Federer, promu tête de série N.2 après le forfait de Novak Djokovic, rencontrera l'Allemand Philipp Kohlschreiber ou le Kazakh Andrey Golubev au deuxième tour. Début des hostilités dimanche.
lequipe.fr


L'effet Nadal

La Nadalmania version Monte-Carlo. Le n°1 mondial, à l'entraînement depuis 11h avec Fernando Verdasco, a fait tomber dans une frénésie impressionnante le public présent dans les travées et autour du court n°9.

Jeunes et moins jeunes se sont tout simplement précipités pour apercevoir un bout de chemise ou de casquette de Rafael Nadal. La capacité du court étant rapidement devenue insuffisante, les gens en sont venus à appliquer le Système D. Et ils étaient prêts à tout : à genoux pour espionner en-dessous des bâches, collés au grillage entourant le court, bloquant les escaliers et les allées d'accès aux courts d'entraînement, perchés sur les sièges des courts les plus proches ou encore en équilibristes sur les murets. Une dernière option dangereuse qui a d'ailleurs provoqué quelques chutes et l'intervention rapide du service de sécurité. Imperturbable et habitué, Rafa a poursuivi sa séance entre gauchers très concentrés avec tonton Toni sur le court pour rectifier, si besoin est, au quart de tour le moindre geste de celui qui vise à Monte-Carlo un septième titre consécutif.
C.B.


PROGRAMME DE DIMANCHE

Court Central - Pas avant 12h30

J. Chardy (FRA) - I. Ljubicic (CRO) : 0-0
M. Llodra (FRA) - M. Raonic (CAN) : 0-1
A. Dolgopolov (UKR/14) - E. Gulbis (LET) : 0-0

Court des Princes - A partir de 11h00

Trois matches de qualifications suivis de
A. Golubev (KAZ) - P. Kohlschreiber (ALL) : 0-0
# 11/04/2011 à 01:00 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Kohlschreiber - Golubev 5-7,7-6(8/6),6-4
Raonic - Llodra 6-3,0-6,6-0
Gulbis - Dolgopolov 6-1,6-4
Ljubicic - Chardy 6-1,6-2


Federer impatient

Après un début de saison où il s'est cassé les dents sur Djokovic et Nadal, Roger Federer a désormais hâte d'en découdre sur terre battue. Ses premières séances d'entraînement lui ont donné le sourire.

Roger Federer est passé directement de Miami à Monte-Carlo et a manifestement très bien géré la transition. Serein et enthousiaste, il s'est réjoui de ses premiers pas de l'année sur l'ocre. «Les premiers matches me donneront une véritable indication sur le niveau où je suis, mais j'ai eu de bonnes sensations à l'entraînement, je me sens très bien physiquement en étant arrivé ici très tôt, a expliqué le Suisse. Je ne me juge pas trop sur les entraînements, donc j'ai hâte de commencer le tournoi. Cette semaine, je peux prendre des sensations, voir où moi et les autres en sont et ce que je vais devoir travailler dans les semaines qui suivent. C'est important pour créer une bonne base pour la saison sur terre battue.»

Le n°3 mondial a aussi retenu les leçons de la saison passée. «J'avais trop manqué de matches à mon avis et ça n'avait pas aidé mon jeu sur cette période. Je n'ai pas voulu faire la même erreur et j'espère que j'ai fait le bon choix. Il faut être certain d'avoir suffisamment de repos mais aussi suffisamment de matches dans les jambes. Physiquement c'est un effort différent que sur dur, la fatigue est différente car les points sont plus longs. Mentalement il faut être prêt.»

Djokovic, le classement : un oeil sur tout

Battu trois fois de suite cette saison par Novak Djokovic, le Suisse est aux premières loges pour donner son avis la fantastique série de son rival. «Je ne suis pas vraiment surpris, étant donné son niveau de jeu. Evidemment c'est énorme ce qu'il a réussi. Je n'ai pas pu l'arrêter, Rafa non plus... A Miami je pensais que Rafa s'imposerait car c'est un des Masters 1000 qu'il n'a pas encore gagné, mais quelques points et le fait que Rafa n'a pas joué son meilleur tie-break ont fait pencher la balance. C'est très bien pour le circuit que Novak joue si bien et soit sur cette série de victoires. Cela va être intéressant de voir combien de temps il va tenir ce rythme.»

La gestion des prochains mois pourrait donc remettre en cause le classement. «Beaucoup de choses dépendent de Nadal et s'il va être capable de défendre tous ses points à venir. J'ai moins de points à défendre, je pourrai avoir des opportunités donc ça va être intéressant.» Peu importe les critiques, Federer ne se voit pas sur le déclin. «Chacun pense ce qu'il veut. C'est décevant pour moi de perdre contre Nadal et Djokovic et je suis le premier à me demander ce que j'aurais pu faire de mieux. Alors quand la presse parle de déclin, j'ai pris l'habitude. Quand tu approches les 30 ans tout le monde parle de ça, ils ne veulent pas que tu joues plus ! (rires) Les résultats me donneront raison ou pas.»
C.B.


Djokovic, droit devant

Forfait à Monte-Carlo pour soigner un genou gauche douloureux, Novak Djokovic reste très concentré sur ses objectifs. Le Serbe sait qu'il va devoir tenir la cadence.

Novak Djokovic n'est pas dans le tableau du Masters 1000 de Monte-Carlo. En voisin, puisqu'il y vit et s'y entraîne, le n°2 mondial est venu s'expliquer sur son choix de ne pas disputer le tournoi. «C'était difficile de prendre cette décision. Déjà parce que c'est là que je passe la plupart de mon temps quand je ne suis pas sur le circuit et que j'adore ce tournoi. Ensuite, parce que je joue très bien depuis le début de la saison et que je voulais enchaîner. Mais c'était trop proche de Miami, dont je ne suis revenu que mardi. J'ai réfléchi jusqu'à vendredi, puis avec mon équipe on a décidé que c'était mieux afin d'être prêt pour le reste de la saison sur terre battue.»

Faut-il s'inquiéter pour son genou douloureux ? "Nole" rassure. «Ce n'est pas une blessure grave mais je traîne ça depuis trois mois maintenant. On fait des soins tous les jours et je joue avec un strap pour éviter la douleur mais après les longs matches et à froid j'avais mal. J'espère pouvoir m'entraîner de nouveau vers le milieu de la semaine prochaine. Je sens déjà que ça va mieux mais il faut que je me repose. Et puis profiter un peu d'une vie normale avec ma copine, mes amis, ça ne fait pas de mal de temps en temps (sourire).»

N°1 mondial ? Oui, mais...

Il n'y aura donc pas de retrouvailles Djokovic - Nadal cette semaine. Pas moyen de savoir si le Serbe peut aussi dominer l'Espagnol sur sa meilleure surface. Mais il y croit. «J'ai les moyens de me battre avec les meilleurs sur terre battue aussi. En Serbie, j'ai grandi sur terre battue. Je me sens plus fort dans tous les domaines sur le court et j'ai une confiance incroyable. J'ai mûri tout simplement. Ce match à Madrid (ndlr demi-finale en 2009) m'avait beaucoup coûté mentalement mais aujourd'hui je sais que je ne me laisserai pas démoraliser. Je veux croire que je suis un bien meilleur joueur qu'il y a deux ans.»

Au-delà de son duel avec Rafa, il y a aussi la possibilité de devenir n°1 mondial. Le Serbe le sait mais refuse d'y penser à haute voix. «Tout ce que j'ai en tête aujourd'hui, c'est de récupérer. Avec mes récents succès c'est normal que les gens y pensent. En plus j'ai battu deux fois Rafa et ça a une grande importance mentalement. Etre n°1 mondial est le but de ma vie mais ce n'est que le début de la saison et je vais devoir très bien jouer jusqu'au bout. Rafa et Roger sont là et si je ne joue pas bien, eux le feront.» Djokovic l'invaincu reviendra à Belgrade. Il sera à deux victoires de passer devant les 25 matches de suite d'Ivan Lendl.
C.B.


PROGRAMME DE LUNDI


Matches à partir de 10h30.

Court central

Mikhail Youzhny (RUS/N°10) - Florian Mayer (RUS) : 3-3
Richard Gasquet (FRA/N°13) - Denis Istomin (OUZ) : 1-0

Pas avant 13h30

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N°12) - Juan Monaco (ARG) : 2-0
Julien Benneteau (FRA) - Jarkko Nieminen (FIN)

Court des Princes

Jean-René Lisnard (MON) - Viktor Troicki (SER/N°11)
Marcel Granollers (ESP) - Nicolas Almagro (ESP/N°9) : 0-4
Radek Stepanek (RTC) - Marcos Baghdatis (CHY) : 1-2
Marin Cilic (CRO/N°15) - Filippo Volandri (ITA)

Court n°2

Daniel Gimeno-Traver (ESP) - Santiago Giraldo (COL) : 0-2
Tommy Robredo (ESP) - Ivan Dodig (CRO) : 0-1
Nikolay Davydenko (RUS) - Robin Haase (HOL)

Court n°9

Olivier Rochus (BEL) - Juan Ignacio Chela (ARG)
Frederico Gil (POR) - Sergiy Stakhovsky (UKR)
# 11/04/2011 à 23:34 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Gasquet - Istomin 5-7,6-3,6-4
Nieminen - Benneteau 4-6,6-3,7-6(7/3)Cilic - Volandri 6-2,6-1
Almagro - Granollers 6-3,6-3
Haase - Davydenko 7-5,4-6,6-4
Troicki - Lisnard 7-6(7/4),6-1
Robredo - Dodig 6-4,6-2
Gimeno - Giraldo 7-6(7/4),7-5
Gil - Stakhovsky 6-1,6-3
Mayer - Youzhny 6-3,2-6,6-3
Štepánek - Baghdatis 3-6,6-1,7-6(9/7)Rochus - Chela 6-4,5-7,7-5
Tsonga - Mónaco 4-6,6-3,6-2


Nadal attend des réponses

Rafael Nadal a déjà gagné six fois de suite à Monte-Carlo et arrive forcément en grand favori. Mais comme d'habitude, le n°1 mondial a écarté d'un geste de la main sa réputation d'invincible sur terre.

«J'ai plus d'options sur terre battue, mais non je ne suis pas invincible. Pas du tout.» Décrit dimanche comme le phénomène de la terre battue par Roger Federer, Rafael Nadal a refusé lundi l'étiquette. Quid de la saison 2010 sans défaite entre Monte-Carlo et Roland-Garros ? «J'ai réalisé des choses que je pensais impossible. Personne n'avait fait ça avant, il y a donc de grandes chances que je ne puisse pas le faire deux fois de suite.» Finaliste à Indian Wells et Miami, l'Espagnol arrive tout de même lancé. Oui, mais... Encore une fois. «En 2010, je pense que j'avais mieux joué avant d'arriver ici. Cette année, je n'ai pas bien senti mon jeu à Indian Wells, mais à Miami c'était bien meilleur. Sauf en finale où j'ai joué trop court, sans être suffisamment agressif. Je pense quand même avoir la confiance nécessaire pour la terre battue.»

Il attend de voir s'il s'adaptera aussi vite que la saison passée. «L'an dernier, j'ai vécu une excellente transition, mais ce n'est pas toujours le cas alors cette fois encore j'attends de voir le premier match. Je n'ai pas joué sur terre battue depuis quasiment un an et il faut retrouver les automatismes, les schémas de jeu, les déplacements. Cela peut prendre du temps.» Monte-Carlo est un de ses tournois porte-bonheur, il s'est battu - avec Federer - pour qu'il reste un Masters 1000 et espère d'ailleurs qu'il redeviendra bientôt obligatoire comme les autres.

Il fera les comptes en fin de saison


Battu deux fois en finale par Novak Djokovic, le n°1 mondial ne prendra pas sa revanche cette semaine. Mais il pourrait retrouver Roger Federer. Haussement de sourcil et d'épaule : «Je ne pense jamais à ça avant de débuter un tournoi. Nole n'est pas là et je ne pourrai jouer Roger qu'en finale, je ne vois donc pas à quoi ça sert. Ils sont nombreux à vouloir me battre avant.» Tout de même, cette lutte de pouvoir s'annonce passionnante, non ? «Comme la saison passée, et celle d'avant aussi (sourire). On fera les comptes à la fin. Je vais défendre beaucoup de points, Nole et Roger beaucoup moins. Nole est dans une situation parfaite pour devenir n°1, il a pris énormément de confiance et je pense d'ailleurs qu'il n'a pas forcément joué son meilleur tennis à Indian Wells et Miami contre moi. Moi non plus. J'ai souvenir de matches encore plus durs contre lui.»

Ce retour sur terre battue s'annonce quand même sous haute pression pour l'Espagnol qui sait bien ne pas avoir droit à l'erreur dans les semaines qui viennent. «Je veux voir si je retrouve l'habitude de construire les points, si je comprends de nouveau bien ce que j'ai à faire pour gagner chaque point, si mon jeu de jambes retrouve aussi ses marques. On ne sait jamais. Ce qui est sûr c'est que je vais me battre à chaque fois comme si ma vie en dépendait.» Ils sont peu nombreux à penser que son jeu naturel de terrien pourrait avoir disparu en cours de route.
C.B.


PROGRAMME DE MARDI

Court central - A partir de 10h30

Gilles Simon (FRA/n°16) - Thomaz Bellucci (BRE) : 1-0

Pas avant 11h30

Roger Federer (SUI/n°2) - Philipp Kohlschreiber (ALL) : 5-0

Pas avant 13h30

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°12) - Ivan Ljubicic (CRO) : 2-2
Ernests Gulbis (LET) - Milos Raonic (CAN) : 0-0

Court des Princes - A partir de 10h30

Janko Tipsarevic (SER) - Feliciano Lopez (ESP) : 1-3
Kevin Anderson (AFS) - Fabio Fognini (ITA) : 1-0
Albert Montanes (ESP) - Xavier Malisse (BEL) : 0-2
Olivier Rochus (BEL/Q) - Tomas Berdych (RTC/n°5) : 2-3

Court n°2 - A partir de 11 heures

Maximo Gonzalez (ARG/Q) - Victor Hanescu (ROU) : 0-0
Vincent Millot (FRA/Q) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP) : 0-0
Pere Riba (ESP/Q) - Potito Starace (ITA) : 0-1

Court n°9 - A partir de 11 heures

Juan Ignacio Chela (ARG)/Bruno Soares (BRE) - Michal Mertinak (SLQ)/Dick Norman (BEL)
Marcel Granollers (ESP)/Tommy Robredo (ESP) - Michaël Llodra (FRA)/Nenad Zimonjic (SER)

Pas avant 15 heures


Marc Lopez (ESP)/Juan Monaco (ARG) - Julien Benneteau (FRA)/Jérémy Chardy (FRA)
# 13/04/2011 à 00:21 Nico
RESULTATS DE MARDI

García-López - Millot 6-2,6-4
Riba - Starace 4-6,6-3,6-3
González - Hanescu 3-6,7-5,6-1
López - Tipsarevic 4-6,6-3,7-6(7/4)Fognini - Anderson 3-6,6-2,6-2
Simon - Bellucci 6-3,6-2
Montañés - Malisse 6-4,6-2

Federer - Kohlschreiber 6-2,6-1
Raonic - Gulbis 6-4,7-5
Berdych - Rochus 6-2,6-3
Ljubicic - Tsonga 7-6(7/2),6-4


PROGRAMME DE MERCREDI

Rafael Nadal fait son entrée dans le tournoi pour tenter la passe de sept. Gaël Monfils retrouve la compétition face à Daniel Gimeno-Traver.

Court central - A partir de 11 heures

Guillermo Garcia-Lopez (ESP) - Richard Gasquet (FRA) : 0-1

Pas avant 11h30

Daniel Gimeno-Traver (ESP) - Gaël Monfils (FRA) : 0-1

Pas avant 13h30

Rafael Nadal (ESP) - Jarkko Nieminen (FIN) : 5-0

Andy Murray (GBR) - Radek Stepanek (RTC) : 3-1
Lukas Dlouhy (RTC)/Jarkko Tipsarevic (SER) -Gaël Monfils (FRA)/Jo-Wilfried Tsonga (FRA)

Court des Princes - A partir de 10h30

Feliciano Lopez (ESP) - David Ferrer (ESP) : 6-3

Pas avant 11h30

Albert Montanes (ESP) - Gilles Simon (FRA) : 1-2
Fernando Verdasco (ESP) - Tommy Robredo (ESP) : 4-5
Jürgen Melzer (AUT) - Robin Haase (HOL) : 1-0

Court n°2 - A partir de 11 heures

Fabio Fognini (ITA) - Viktor Troïcki (SER) : 0-1

Pas avant 12h30

Marin Cilic (CRO) - Pere Riba (ESP) : 0-0
Richard Gasquet (FRA)/Ivan Ljubicic (CRO) - Ernests Gulbis (LET)/Viktor Troïcki (SER)

Court n°9 - A partir de 11 heures

Florian Mayer (ALL) - Frederico Gil (POR) : 1-1

Pas avant 12h30

Maximo Gonzalez (ARG) - Nicolas Almagro (ESP) : 0-0
Lukasz Kubot (POL)/Oliver Marach (AUT) - Julien Benneteau (FRA)/Jérémy Chardy (FRA)
# 13/04/2011 à 20:28 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Cilic - Riba 5-2
Melzer - Haase 3-6,6-1,6-2
Ferrer - López 6-2,6-0
Almagro - González 6-7(6/8),7-5,7-6(12/10)
Troicki - Fognini 6-3,4-6,6-4
Robredo - Verdasco 6-4,6-3
Monfils - Gimeno 7-5,6-2
Gil - Mayer 7-5,6-1
Simon - Montañés 6-3,6-4
Murray - Štepánek 6-1,6-4
Gasquet - García-López 6-2,6-1
Nadal - Nieminen 6-2,6-2


Nadal, une formalité

Pour son entrée en lice, Rafael Nadal, sextuple tenant du titre, a balayé Jarkko Nieminen (6-2, 6-2) et affrontera Gasquet en huitièmes de finale.

Le sans-faute réussi par les trois Bleus en lice mercredi n'était pas forcément attendu. La victoire de Rafael Nadal, elle, l'était beaucoup plus. Pour ses retrouvailles avec la terre battue, sur "son" central de Monte-Carlo, le Majorquin a logiquement battu Jarkko Nieminen (6-2, 6-2), pas vraiment à l'aise sur la surface. Cela, sans traîner. Le sextuple tenant du titre a passé à peine plus d'une heure sur le court, pour lancer parfaitement sa quête d'un nouveau sacre sur le Rocher.

Nadal n'en est pas encore là, même si les signaux semblent tous au vert. «C'était mon premier match sur terre battue alors évidemment c'était très important pour moi de bien commencer, a commenté le n°1 mondial. Je n'ai pas eu des séances d'entraînements parfaites la semaine précédente mais aujourd'hui j'ai mieux joué que ces derniers jours donc c'est déjà ça.» Nadal a affiché sa traditionnelle facilité sur la surface, paraissant de plus en bonne condition physique. De quoi entrevoir un nouveau parcours réussi dans la Principauté ? Le principal concerné ne se tourne pas aussi loin. «Je me sens bien et cette victoire compte beaucoup car j'ai besoin de matches afin de retrouver tout mon jeu sur cette surface. Aujourd'hui mon coup droit a tenu le coup, mais en revers il faut que je fasse mieux et aussi que je me montre plus agressif. Mon jeu de jambes aussi doit encore progresser.»

Réussir l'exploit contre le Majorquin, est une mission qui appartient désormais à Richard Gasquet, son futur adversaire en demi-finale après sa victoire contre Garcia-Lopez. «Je m'attends à un match difficile contre Richard, a affirmé Nadal. Je me souviens de la dernière fois ici (en 2005, il avait battu le Français après avoir perdu le premier set au tie-break, ndlr) et je m'attends à la même chose car Richard est bien revenu cette saison, ce qui d'ailleurs me fait plaisir car c'est quelqu'un de bien et que j'apprécie.» Nadal visera sa 34e victoire consécutive dans le tournoi.
J. Te. et C.B.


PROGRAMME DE JEUDI

Court Central - A partir de 10h30

Miols Raonic (CAN) - David Ferrer (ESP/n°4) 0-1

Pas avant 11h30

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Richard Gasquet (FRA/n°13) 7-0

Pas avant 13h30

Marin Cilic (CRO/n°15) - Roger Federer (SUI/n°2) 0-1
Andy Murray (GBR/n°3) - Gilles Simon (FRA/n°16) 4-1


Court des Princes - A partir de 10h30

Ivan Ljubicic (CRO) - Tomas Berdych (RTC/n°5) 2-2

Pas avant 11h30

Tommy Robredo (ESP) - Viktor Troicki (SRB/n°11) 2-1
Frederico Gil (POR/Q) - Gaël Monfils (FRA/n°8) 0-1
Jürgen Melzer (AUT/n°7) - Nicolas Almagro (ESP/n°9) 1-1
# 14/04/2011 à 20:38 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Federer - Cilic 6-4,6-3
Melzer - Almagro 6-1,6-4
Ferrer - Raonic 6-1,6-3
Troicki - Robredo 3-6,2-1
Gil - Monfils 7-6(8/6),6-2
Murray - Simon 6-3,6-3
Ljubicic - Berdych 6-4,6-2
Nadal - Gasquet 6-2,6-4


Pas d'exploit pour Gasquet

Richard Gasquet n'a pas démérité mais n'est pas parvenu à stopper Rafael Nadal (6-2, 6-4), sextuple tenant du titre, jeudi en huitièmes de finale.

Il a tenté, mais a vu un TGV lui passer devant. Une machine parfaitement rodée, impossible à stopper, surtout sur terre battue, surtout sur le Rocher. Richard Gasquet a, par moments, tenu la dragée haute à Rafael Nadal dans les échanges, de quoi lui prendre un jeu de service mais pas grand chose de plus, au final. Pour mesurer l'ampleur de la tâche proposée au Biterrois, jeudi à Monte-Carlo, il suffit de se pencher sur l'incroyable historique du Majorquin dans ce désormais Masters 1000 : le dernier set qu'il a concédé remonte à la finale 2009 contre Djokovic, et il a empoché contre Gasquet son 34e succès de rang.

La facilité de Nadal est éloquente au regard de ces chiffres. Elle le fut aussi sur le Central, jeudi, le n°1 mondial se montrant capable d'accélérer à certains moments du match pour en faire des tournants. Des virages impossibles à négocier pour Gasquet. Ce dernier a, certes, sauvé cinq des neuf balles de break qui l'ont menacé au fil de la rencontre, notamment dans le cinquième jeu du deuxième set pour rester devant (3-2) et espérer effacer le déficit de la première manche (6-2). Finalement breaké dans le septième jeu, le Biterrois a recollé tout de suite au prix d'un superbe passing et d'un revers très solide (4-4)...pour finalement craquer à la volée sur son jeu de service et offrir à Nadal le break et la chance de conclure. Le sextuple tenant du titre s'est exécuté, sans sourciller, comme il l'avait fait jusqu'alors sur de nombreux échanges.

Nadal a d'emblée fait la course en tête

S'il n'a pas poussé le Roi du Rocher dans ses derniers retranchements, Gasquet n'en a pas moins confirmé sa montée en régime progressive depuis le début de cette semaine sur la Principauté, qui pourrait augurer d'une saison réussie sur terre battue. Après avoir bafouillé ses premiers échanges et perdu son service d'emblée, il a su proposer des balles longues à Nadal et le travailler lui aussi avec son lift. Solide de revers, le Biterrois n'a parfois pas hésité à aller à la volée, quitte à se faire punir. Mais aussi pour sauver une première balle de break à 2-4 dans le premier set, même si Nadal a finalement réussi à lui prendre son jeu de service dans ce septième jeu qui dura plus de sept minutes. Symbole de la résistance de Gasquet. Autant que de la souveraineté du Majorquin.
J. Te.


REACTIONS


RICHARD GASQUET : «J'ai essayé d'attaquer. Je reste parfois encore un peu loin, mais sa balle est très dure à attaquer car elle remonte très haut. Dans le premier set, il était trop difficile à jouer avec sa balle très liftée et très puissante. (Dans le deuxième set) Je me sentais bien à 4-4 et on ne sait pas ce qui aurait pu se passer si j'avais mené 5-4. Je me suis précipité... Sur la fin du match, je n'étais pas si loin. Du fond du court je rivalisais la plupart du temps, sauf quand il sortait ses grands coups droits qui sont sans doute les meilleurs de tous les temps sur terre battue. Parfois, tu ne vois pas la balle ! Je devais vraiment bien servir mais tout le contraire qui s'est produit. J'ai eu quand même de belles séquences de jeu et c'est bon signe pour l'avenir. Je me sens largement mieux que l'an passé.»


Rafael Nadal : «J'ai bien mieux joué que lors de mon premier match. Les premiers jeux étaient difficiles mais je les ai gagnés et cela m'a mis en confiance. Quand mon coup droit fonctionne bien, tout devient plus simple pour contrôler les points. (Son quart de finale) Ljubicic joue de manière fantastique en ce moment et je vais devoir être aussi bon qu'aujourd'hui si je veux le battre.»
C.B.


PROGRAMME DE VENDREDI


Court central : A partir de 10h30

Viktor Troicki (SRB/n°11) - David Ferrer (ESP/n°4) 0-2

Pas avant 11h30

Jürgen Melzer (AUT/n°7) - Roger Federer (SUI/n°2) 0-3

Pas avant 13h30

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Ivan Ljubicic (CRO) 5-2

Andy Murray (GBR/n°3) - Frederico Gil (POR/Q) 0-0
# 16/04/2011 à 01:02 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Murray - Gil 6-2,6-1

Nadal - Ljubicic 6-1,6-3

Melzer - Federer 6-4,6-4

Ferrer - Troicki 6-3,6-3


Nadal sur sa terre

Sextuple vainqueur à Monaco, Rafael Nadal se montre toujours impérial et écarte (6-1, 6-3) Ivan Ljubicic pour rejoindre les demi-finales et Andy Murray.

Ne réglez pas vos télés ! A Monaco, Rafael Nadal joue en accéléré et ce n'est pas un montage vidéo. Tout paraît trop rapide pour ses adversaires. Et Ivan Ljubicic ne dépareille pas avec une défaite (6-1, 6-3) en 1h20'. Comme le vent tourbillonnant, le Croate existe par petites rafales... Lors des trois premiers jeux du match, il tient le choc. Le Majorquin prend ses marques et dompte le vent.

Avec son jeu de jambes exceptionnel, il s'ajuste à merveille et son lift détruit la fluidité de l'ancien 3e mondial. Le Mistral tourne la tête du grand chauve qui ne trouve aucune solution. Rien n'affecte la filière de jeu du numéro 1 mondial. Totalement impuissant, le protégé de Riccardo Piatti force et multiplie les fautes directes (18 au premier set, 32 au total). Même son service, une de ses armes, ne gêne pas l'Espagnol (12% de points gagnés derrière sa première balle dans la première manche, 41% au total). Ses montées sont trop courtes pour inquiéter Rafael Nadal, ses variations se transforment en offrandes et les jeux défilent.

Nadal, deux temps d'avance

Ce match résume l'histoire de l'Espagnol avec le tournoi de Monte-Carlo. Rien ne lui résiste. Seul Guillermo Coria l'a vaincu en... 2003, mais il n'avait pas encore 17 ans. Alors le vent et le jeu atypique d'Ivan Ljubicic n'ébranlent aucune de ses certitudes monégasques. Formé sur terre battue, Rafael Nadal s'acclimate le plus vite à la surface. Intouchable sur l'ocre, il ajoute cette faculté d'adaptation supérieure.

Que reste-il à ses adversaires ? Pas grand-chose. Depuis 2007, il n'a perdu qu'un set, c'était en finale 2009 contre Novak Djokovic. Attaquant, défenseur, ils se cassent tous les dents sur le Nadal monégasque. Sur terre, Rafael Nadal a un temps d'avance sur tous ses adversaires. Sur la terre de Monte-Carlo, il possède deux temps d'avance sur tout le circuit. Le vent et Ivan Ljubicic n'ont réussi à lui commettre que 10 fautes directes en 1h20'. Qui peut le battre ? Un joueur sur un nuage.
S.D.


Federer, vents contraires

L'un, Jürgen Melzer, réalise un grand match. L'autre, Roger Federer, passe à côté. Résultat : l'Autrichien s'impose (6-4, 6-4) et rejoint David Ferrer en demi-finale.

Il y a des jours où la couette vous appelle. Même pour Roger Federer. Apathique, le Suisse bouge mal. Pourtant Jürgen Melzer le bouscule. Malgré une alerte au dos et la venue du kiné dès le premier jeu, l'Autrichien prend sa chance sur chaque frappe. Depuis les juniors, il croise le 3e mondial, il le connaît par coeur et sur la terre battue monégasque, il oublie son complexe d'infériorité. Il doit priver de temps son adversaire et ne pas le laisser dicter le jeu.

Alors le 9e mondial prend la balle très tôt et attaque tout ce qui bouge (26 points gagnants pour 20 fautes directes). Il joue du contre-pieds, n'hésite pas à attaquer le coup droit adverse après l'avoir neutralisé sur le revers, multiplie les amorties et déstabilise l'équilibre précaire de Roger Federer en venant au filet. Bousculé, le Suisse ne se réveille toujours pas malgré une multitude d'occasions (7 balles de break non converties).

Melzer sans complexes

Et il ne peut pas compter sur la fébrilité de Jürgen Melzer. Depuis l'an dernier, le 9e mondial a pris une autre dimension. Sa confiance se lit dans les moments importants. Pour conclure le premier set, il écarte une balle de débreak sur une attaque de coup droit suivie au filet. Pour battre pour la première fois en quatre confrontations Roger Federer, il vient chercher les points au filet. En déséquilibre, le Suisse ne se réveille toujours pas.

Le vent qui tourbillonne lui siffle aux oreilles, mais ne souffle pas la rébellion. Quand ses jambes ne sont pas au rendez-vous, le 3e mondial devient très friable (24 fautes directes, 17 points gagnants). Comme sa confiance n'est plus à son acmé et la surface n'invite pas à la sieste, il ne trouve pas de véritable tactique. Il hésite entre l'attaque et la défense, cherche son rythme et ne peut plus compter sur son ascendant psychologique. Ce vendredi sur la terre battue monégasque, Roger Federer est presque devenu un joueur ordinaire.
S. D.


REACTIONS

NADAL : «COMPLIQUE DE CONSTRUIRE»

« C'était très dur de jouer au tennis aujourd'hui (vendredi). Le vent changeait de direction tout le temps, il était donc compliqué de bien construire les points. Après les deux premiers jeux, j'ai réussi à commettre moins de fautes et j'ai bien mieux joué. En coup droit, j'ai eu quelques ratés au début et en servant pour le match mais le plus important aujourd'hui dans ces conditions était de gagner. Ivan non plus n'a pas joué son meilleur tennis. Je ne peux pas juger mon niveau de jeu après ce genre de match. Quand il y a du vent, celui qui est avantagé est celui qui a le meilleur jeu de jambes. Ce n'est pas de jouer à plat ou de mettre plus de lift qui compte, c'est d'être celui qui bouge le mieux. (Au sujet de la défaite de Federer) : c'est toujours une surprise quand Roger perd. Mais il n'a pas réalisé son meilleur match, alors que Jürgen a très bien joué. Quand Melzer est bien dans son jeu, il devient très dur à manoeuvrer. » - C.B.


MELZER : «C'EST FANTASTIQUE»

« J'ai vraiment fait un très bon match aujourd'hui (vendredi), dans des conditions difficiles à la fin. Je n'ai pas commis beaucoup de fautes, j'ai su me montrer agressif et j'ai surtout très bien joué les points importants comme les balles de break. C'était la clé. Je me suis bloqué en haut du dos en début de match et j'ai eu peur mais le kiné a fait un super boulot et la douleur est partie. J'ai battu Rafa, j'ai battu Novak et ça y est, j'ai enfin battu Roger alors c'est fantastique (sourire). La terre battue convient bien à mon jeu. J'ai su prendre ma chance, rester bien concentré alors que depuis la Coupe Davis, je n'étais plus trop de dedans en termes de motivation et concentration. Revenir sur terre battue est une excellente coupure pour moi car cela m'oblige à me battre sur chaque point pendant des heures. Ce sera très dur contre Ferrer, mais j'ai confiance et je ferai de mon mieux tout en sachant que même si je viens de battre Federer je peux perdre demain (samedi). » - C.B.


Federer : «Pas si mal»

Eliminé en quarts par Jürgen Melzer, Roger Federer estime avoir réalisé un bon match mais déplore les occasions manquées. Il a vu le travail qu'il restait à accomplir jusqu'au Masters 1000 de Madrid.

«Roger Federer, quel a été votre plus grand problème aujourd'hui sur ce court central ?

Dans ces conditions, qui étaient les mêmes pour tous les deux, j'ai eu du mal à créer du jeu. Mais même quand le vent s'est levé et que j'étais mené, j'ai quand même eu des occasions pour revenir. Il a joué très agressif et moi j'ai malheureusement manqué trop d'occasions de breaker. J'aurais aussi pu faire mieux en début de match au lieu de me faire breaker le premier. Ensuite, j'ai eu des occasions, mais j'ai mal joué. Je me retrouve mené d'un set sans avoir l'impression de mal faire. Je me mets lentement dans le match et là le vent arrive... Il y a eu une combinaison de plein de choses frustrantes. Cela arrive, il faut vivre avec. J'ai essayé tout ce que je pouvais, mais ce n'est pas passé. On parle de ce qui m'a le plus gêné, comme si tout dans son jeu m'avait gêné, mais ce n'est pas vraiment le cas et puis dans le passé contre lui, je n'avais pas eu ces soucis. Il a bien varié et j'ai eu un peu de mal sur les amorties, mais c'était quand même un match équilibré.

Vous ne sembliez pas dans un grand jour en début de match ?

Je ne pense pas avoir fait un si mauvais match que ça, je pense que ça allait. C'était mon premier tournoi sur terre battue et je ne m'attendais de toute manière pas à jouer mon meilleur tennis. Si j'y étais parvenu, ça aurait une bonne surprise. Mais il a très bien joué et moi j'ai laissé passer trop de chances. J'ai passé beaucoup de temps à courir après le score et à chaque fois que j'ai eu une ouverture, les choses n'ont pas tourné en ma faveur. Ce qui compte c'est que j'ai tenté, je me suis donné à fond même si j'aurais souhaité aller un peu plus loin. Je pars d'ici sans être horriblement déçu. J'espérais faire mieux aujourd'hui mais j'ai quand même bien joué lors des deux premiers matches et aujourd'hui ce n'était pas si mal que ça. Je ne trouve pas que le score reflète le match.

Quel est votre programme désormais et comment voyez-vous la suite de la saison ?

Je rentre en Suisse pour m'entraîner, en espérant pouvoir taper en extérieur. Sinon je taperai en indoor ou je trouverai un autre endroit où aller, éventuellement arriver plus tôt à Madrid. Mais là j'ai hâte de rentrer à la maison. Le mois qui vient est très important pour moi afin de mettre mon jeu en place. Je vais aussi devoir être au point physiquement pour enchaîner Madrid, Rome, Roland-Garros, Halle, Wimbledon et la Coupe Davis. Je me réjouis des prochaines semaines où je vais pouvoir bien m'entraîner et je vais aussi prendre toutes les informations possibles des deux semaines passées ici. Je ne vais pas insister sur quelque chose de spécial, car je trouve que j'ai bien servi ici par exemple ; le retour ça me prend toujours deux ou trois semaines pour m'y habituer, là je retourne encore trop loin derrière la ligne c'est tout. Les glissades, c'était correct. Il faut que je m'entraîne.» - Recueilli par Carole BOUCHARD, à Monte-Carlo.


PROGRAMME DE SAMEDI

Court central - A partir de 11h15

Bob Bryan/Mike Bryan (USA) - Maryusz Fyrstenberg (POL)/Marcin Matkowski (POL)

Pas avant 13h00

David Ferrer (ESP) - Jürgen Melzer (AUT) : 3-2

Pas avant 15 heures

Rafael Nadal (ESP) - Andy Murray (GBR) : 9-4

Juan Ignacio Chela (ARG)/Bruno Soares (BRE) - Rohan Bopanna (IND)/ Aisam-Ul-Haq Qureshi (PAK)
# 17/04/2011 à 10:37 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Ferrer, le destructeur

David Ferrer a détruit (6-3, 6-2) le jeu de Jürgen Melzer pour atteindre sa première finale à Monte-Carlo.

Son coup fort n'est pas dans sa raquette mais dans sa tête et ses jambes. David Ferrer n'impressionne pas de l'extérieur. Mais de l'intérieur, il détruit. C'est un Poux, son surnom, qui ne lâche rien en couple avec une termite qui vous ronge imperceptiblement et provoque des dégâts irréparables. Jürgen Melzer peut en témoigner avec une défaite sans appel (6-3, 6-2 en 1h18') en demi-finale.

Sur la lancée de sa victoire contre Roger Federer, l'Autrichien attaque bille en tête et se détache 3-1. Puis il se prend le mur et encaisse cinq jeux d'affilée. Fidèle à sa tactique, l'Espagnol s'accroche, couvre un terrain immense et use son adversaire. Le 9e mondial se frustre, force et accumule les fautes directes (28 au total). Il joue toujours le coup de trop et finit par craquer. Son service ne lui offre pas de points gratuits (49% de premières balles, 5 doubles fautes).Tête basse et jambes lourdes, le langage du corps de Jürgen Melzer ne trompe pas.

Melzer sans solution

L'Autrichien ne trouve pas la faille et David Ferrer ne se contente pas de défendre. Ses qualités physiques et la confiance accumulée ces derniers mois lui permettent de contre-attaquer (20 points gagnants pour 17 fautes directes) et sa volonté annihile celle de Jürgen Melzer, 8e mondial au classement de lundi. En bon Espagnol, il plante ses banderilles en prolongeant l'échange dans sa filière longue avant de porter l'estocade.

Sans faire de bruit mais avec une terrible efficacité, David Ferrer se qualifie pour sa première finale à Monte-Carlo et perpétue la tradition espagnole en Principauté avec un Ibérique en finale lors des dix dernières éditions à l'exception de 2004. Et cette année, il pourrait retrouver son illustre compatriote, Rafael Nadal, pour un mano a mano de terriens.
S.D.


Nadal, l'extra-terrien

Après un magnifique combat, Rafael Nadal domine (6-4, 2-6, 6-1) Andy Murray et rejoint David Ferrer en finale, pour disputer son 7e titre d'affilée à Monte-Carlo.

Prendre un set à Rafael Nadal sur terre battue, c'est un petit événement. Prendre un set à Rafael Nadal à Monte-Carlo, c'est une petite victoire. Le battre dans la Principauté relève de l'exploit. Andy Murray le sait. « Si je veux gagner, je dois réaliser un des meilleurs matches de ma vie », reconnaît l'Ecossais. Incertain avant la demi-finale en raison d'une douleur au coude, le Britannique réussit un grand match, mais ce n'est pas suffisant avec une défaite (6-4, 2-6, 6-1 en 2h58'). La Principauté va rouler les r pour la septième saison d'affilée avec le Majorquin au rendez-vous de son grand oral annuel.

Chaque point est un combat. Chaque jeu est une lutte de tranchée. Un exemple ? A 6-4, 1-2, les deux joueurs se livrent un combat dantesque. Andy Murray sauve cinq balles de break pour remporter son service après huit égalités et 19 minutes de jeu. Puis il enchaîne avec un double break, remporté de haute lutte en dix minutes. En une demi-heure, il vient d'empocher... deux jeux. Le temps d'un set pour le commun des joueurs. Quand l'horloge affiche deux heures de jeu, Rafael Nadal sert à 6-4, 1-3 (15-15)... Le temps d'un match en trois sets pour le commun des joueurs. Mais le temps nadalien n'est pas le temps ordinaire...

Nadal à l'usure

Andy Murray se transforme en horloge de Dali et fond au fil des minutes. Pourtant pendant deux sets, il tient le choc. Le lift de l'Espagnol sur son revers ne le gêne pas et ses qualités de contre et de variations avec des amorties bien touchées déstabilisent le numéro 1 mondial. Le Britannique bouscule l'Espagnol en enchaînant à la volée (15 points sur 29 montées) et en attaquant les deuxièmes balles.

Rafal Nadal force, se précipite (un peu) et commet des fautes (33 fautes directes au total). Mais il ne panique jamais. Après la perte de la deuxième manche, il remet de l'intensité au moment où son adversaire a besoin de souffler. En deux temps, trois mouvements, il se détache 4-0, Andy Murray fait appel au kiné pour masser son coude. Prendre un set à Rafael Nadal sur terre, c'est un combat de tous les instants. Et le 4e mondial n'en peut plus. Sur une 47e faute directe, il offre la 36e victoire d'affilée à Monaco à l'extra-terrien.
S.D.


Nadal : «Un bon résultat, mais..»

Rafael Nadal s'est montré soulagé de s'être sorti des griffes d'Andy Murray. S'il estime qu'il aurait pu mieux jouer, il s'est réjoui de ce bon départ sur terre battue et s'attend à une dure bataille contre David Ferrer.

«Rafael Nadal, vous avez dû batailler pour atteindre cette finale. A quel point êtes-vous soulagé de vous en être sorti ?

J'ai eu en face de moi un adversaire très difficile et je suis très heureux de pouvoir de nouveau disputer la finale à Monte-Carlo. Commencer ma saison sur terre battue en atteignant une finale est évidemment un très bon signe pour moi. Le résultat est bon, mais dans le jeu je pense que je joue encore trop court et aujourd'hui j'ai aussi commis un peu plus de fautes que d'habitude. J'ai aussi manqué d'un peu de réussite dans le deuxième set avec ces balles de break manquées. J'ai aussi commencé à fatiguer après, mais lui aussi, alors je me suis battu. Il y a eu quelques jeux très longs et ce match m'a beaucoup demandé physiquement.

Qu'avez-vous cherché à modifier dans votre jeu au moment d'attaquer ce troisième set ?

Je me suis dit qu'il fallait déjà essayer de se détendre. Et puis il a raté un peu au début et moi j'ai commencé à me montrer plus agressif, à jouer plus dans le court. J'ai réussi à m'ouvrir le court en m'efforçant de changer au maximum les directions parce qu'il est vraiment dur à manoeuvrer. Il peut jouer très loin de sa ligne et quand même remettre encore et encore. Après cinq ou six frappes tu te rends compte que tu en es toujours au même point, que tu n'as pas fait la différence et ça ce n'est pas une bonne nouvelle. Tu commences à raccourcir et là il peut utiliser son fantastique revers court-croisé. Je devais changer quelque chose, même si on était tous les deux très fatigués. Il fallait tenter, et surtout retrouver ma qualité de coup droit comme dans le dernier jeu en jouant plus long et en allant chercher les lignes. Je suis un compétiteur, je veux gagner alors je ne lâche rien mais si je ne joue pas tout le temps comme dans les derniers jeux alors oui, je vais avoir des matches très compliqués.

Comment avez-vous géré le fait que le match a été repoussé suite à la blessure d'Andy ?

J'ai attendu, il n'y avait rien d'autre à faire. On ne m'a pas laissé le choix, mais même si on me l'avait laissé j'aurais dit d'accord donc il n'y a pas de problème. Je ne connais pas bien cette règle mais je sais que parfois on peut repousser un match de quinze minutes.

Avez-vous été surpris de voir Murray de nouveau si bien jouer ?

Il a eu une très mauvaise partie de saison aux Etats-Unis et il sait bien que s'il veut rester avec les meilleurs il ne peut plus se permettre d'autres erreurs. Il a commencé la saison de manière exceptionnelle mais c'est toujours dangereux de commencer à perdre trop de matches à la suite comme ça. Il a un potentiel incroyable et est très bon sur toutes les surfaces. Il n'y a aucune raison qu'il ne joue pas bien sur terre battue : il bouge très bien, il maîtrise tous les effets, son revers est très fort. Il va réussir et il le sait. En plus il a très faim de victoires.

Un mot sur David Ferrer, votre prochain adversaire en finale...

Il a gagné tous ses matches très facilement, a réalisé un très bon début de saison avec en plus un titre sur terre battue à Acapulco et maintenant le voilà en finale ici. Il m'a battu en Australie, c'est un joueur très dangereux. Je vais devoir très bien jouer et c'est bien ce que je vais essayer de faire (sourire)»

C.B.
# 18/04/2011 à 00:10 Nico
Jeu, sept et match, Nadal

Pour la septième saison d'affilée, Rafael Nadal remporte le tournoi de Monte-Carlo. Le numéro 1 domine (6-4, 7-5) David Ferrer.

Pendant les tournois, Rafael Nadal et David Ferrer sont souvent côte à côte. Joystick en main, ils se battent... à la Playstation. Et Rafa choisit Roger Federer comme joueur virtuel pour défier son compatriote. Sur le court, les deux copains sont face à face. Raquette en main, ils se battent... à la régulière. Et Rafa fait du Rafa. A Monte-Carlo, cela fait sept ans que cela dure et cela marche à chaque fois. En Principauté, il est seul au monde. Il peut fermer les yeux, lever les bras et aller féciliter le vaincu. C'est toujours le même refrain.

Quand il voit le Rocher monégasque, sa confiance se décuple et son jeu devient irrésistible. Pour ce septième titre, le numéro 1 mondial joue une partition classique pour dominer (6-4, 7-5 en 2h16') David Ferrer. C'est l'heure espagnole de Ravel avec tambours et trompettes ! Sous le soleil, ça cogne.Le Majorquin ne change rien malgré la fatigue de sa demi-finale. Il engage le bras de fer. Après une heure de jeu, le tableau d'affichage annonce 4-3 et les statistiques relèvent déjà quatre breaks...

Nadal trop puissant

Les deux hommes se connaissent par coeur. Chacun essaie de déstabiliser l'autre. David Ferrer tente de prendre la balle plus tôt et de venir au filet. Rafael Nadal fait claquer ses gifles de coup droit et brise les velléités de son adversaire sous le poids de son lift. Sa puissance use l'abnégation et il n'hésite pas à faire fructifier cette puissance en venant conclure à la volée. Sur cette surface, il dispose également d'un vrai ascendant psychologique sur le Valencien à l'image du break concédé sur une double faute et une erreur en coup droit à 6-4, 5-5 ou des occasions manquées (2 balles de break converties sur 7).

Mais son froncement de sourcils illustre un soupçon d'insatisfaction... Le Majorquin ne joue pas aussi bien que l'an dernier. A 6-4, 4-2, il ne tue pas le match. Sa longueur de balles laisse parfois à désirer et son quota de fautes directes n'est pas à la hauteur de son exigence. En bon perfectionniste, le numéro 1 mondial ne peut se satisfaire de la seule victoire. Il veut toujours plus. Il a déjà beaucoup avec 30 titres sur terre battue comme Björn Borg ou Manuel Orantes, 37 succès consécutifs sur cette surface et un nouveau record de titres à Monaco. Pour un champion, ce n'est jamais assez et c'est toute sa force. Et il n'a que 24 ans.
S.D.


REACTIONS


FERRER : «RAFA EST INCROYABLE»

« C'était très dur tout au long du match mais encore plus sur ce jeu à 5-5 alors que je suis bien revenu. Je rate deux coups droits, et voilà. Je suis un peu déçu évidemment, mais également très fier de ma semaine. Je suis très satisfait du niveau de jeu que j'ai atteint, il y a donc de très bonnes choses à en retirer pour la suite. Rafa est un joueur incroyable, il donne l'impression d'être partout sur le court. C'est tout simplement le meilleur joueur de toute l'histoire sur terre battue. Evidemment, il n'est pas une machine et ça pourra lui arriver de perdre. J'ai atteint les demi-finales l'an dernier, là je suis en finale alors peut-être que je pourrais gagner. Enfin si Rafa ne peut pas jouer...(rires). Je rigole hein ! »
C.B.


Nadal : «Très émouvant»

Rafael Nadal a remporté son septième titre à Monte-Carlo. Le n°1 mondial retient tout autant l'émotion que les progrès qui lui restent à faire pour les semaines à venir.

«Rafael Nadal, voilà c'est fait : vous venez de remporter votre septième titre à Monte-Carlo. Comment vous sentez-vous ?

C'est toujours très émouvant pour moi de gagner ici, alors ça l'est encore plus aujourd'hui (dimanche). Commencer ma saison sur terre battue par un titre est évidemment fantastique, mais gagner ici encore une fois est spécial. C'est quasiment impossible pour moi de réaliser tout ça. J'ai vraiment beaucoup de chance.

Enchaîner après les trois heures de samedi était-il difficile ?

Je me suis sentis plus fatigué que d'habitude, mais les deux derniers matches vont m'aider à améliorer ma condition physique et également mon mental. Le mois écoulé a été très bon pour moi, même si c'était dur de perdre à Miami et c'est pour ça qu'aujourd'hui, j'étais très nerveux. Je savais que ce serait difficile de m'en remettre si je perdais une troisième finale de Masters 1000 de suite. Maintenant je vais faire de mon mieux à Barcelone, qui est un tournoi très important pour moi. Je suis ravi d'être de retour et d'être compétitif. Les mois jusqu'à Wimbledon sont décisifs pour ma saison. Je n'ai pas joué à la perfection cette semaine, alors cela veut dire que j'ai encore des progrès à faire, notamment en coup droit.

Ne pensez-vous pas en demander trop à votre corps ?

Je ne sais pas. Vraiment. J'ai choisi ce calendrier, il me convient et on verra bien si je me suis trompé. Tu ne sais jamais si tu vas perdre au deuxième tour ou aller au bout. Je dois jouer seulement trois ou quatre tournois qui ne sont pas obligatoires pour l'ATP, mais ils sont souvent nécessaires pour préparer les tournois du Grand Chelem. Et si tu veux rester au sommet du classement, tu n'as pas vraiment le choix. Chaque saison, j'ai de grands résultats, alors chaque saison je dois tenter de recommencer.

Quelles ont été vos sensations dans le jeu cette semaine ?

Je n'étais vraiment pas bon à l'entraînement en début de semaine, ensuite j'ai bien mieux joué en match. Le premier tour était bon, après ce n'était pas facile contre Richard (Gasquet), mais j'étais satsifait de mon jeu. Contre Ljubicic, je m'en suis sorti malgré le vent et c'était le principal. Et pour les deux derniers matches, je pense que la chose la plus négative est que je n'arrive pas à jouer tout un match à mon meilleur niveau. Je joue très bien pendant quelques jeux et après je perds un peu ma concentration, bien plus que d'habitude. J'espère que cette victoire va m'aider à prendre confiance parce que je me suis trouvé nerveux et trop sur la défensive.

On vous entend toujours dire que ce que vous réalisez est impossible, mais finalement ça continue...

Je ne dis jamais quelque chose que je ne pense pas. C'est ce que je ressens. Je me demande toujours si je vais réussir à gagner encore. On ne sait jamais quand ça va s'arrêter, alors il faut être prêt à tout accepter. Un match de tennis se joue souvent sur trois ou quatre points qui changent tout. Combien de temps je vais pouvoir encore gagner ces fameux points ? Je n'en sais rien.

Etes-vous capable de dire si vous serez encore sur le circuit à l'approche de la trentaine ?

J'arrêterai quand je perdrai le plaisir que je prends à progresser, quand je perdrai le plaisir de me battre sur le court. Je ne sais pas si ça arrivera le mois prochain ou dans huit ans. Il faut aussi que la santé tienne. Si je reste en bonne santé mais que je perds le plaisir d'être sur le circuit, j'arrête. Le plus important est d'être heureux.»
Recueilli par Carole BOUCHARD, à Monte-Carlo
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site