MONTE CARLO 2012

Auteur  
# 16/04/2012 à 16:43 Nico
TIRAGE QU SORT

Tête de série numéro 4, Jo-Wilfried Tsonga se trouve dans la partie de tableau du septuple tenant du titre Rafael Nadal (n°2) au Masters 1000 de Monte-Carlo, dont le tirage au sort a eu lieu ce samedi.

Novak Djokovic (n°1) est lui du côté d'Andy Murray (n°3). Michaël Llodra affrontera au premier tour l'Italien Fabio Fognini, alors que Julien Benneteau retrouvera Marcel Granollers. Gilles Simon devrait avoir la partie plus facile face au Monégasque Benjamin Balleret. Enfin, Paul-Henri Mathieu sera opposé à l'Américain Donald Young.
lequipe.fr


PROGRAMME DE DIMANCHE

Court central - À partir de 12h00

Ivan Ljubicic (CRO) - Ivan Dodig (CRO): 2-1
Viktor Troicki (SER) - Jean-René Lisnard (MON): 1-0
Benjamin Balleret (MON) - Gilles Simon (FRA): 0-0


RESULTATS DE DIMANCHE


Ivan Ljubicic (CRO) - Ivan Dodig (CRO): 0-6,3-6
Viktor Troicki (SER) - Jean-René Lisnard (MON): 6-3, 6-1
Benjamin Balleret (MON) - Gilles Simon (FRA): 3-6, 2-6


PROGRAMME DE LUNDI


Court central - A partir de 10h30

Donald Young (USA) - Paul-Henri Mathieu (FRA/WC) : 0-0
Fernando Verdasco (ESP/n°13) - Olivier Rochus (BEL) : 2-0
Julien Benneteau (FRA) - Marcel Granollers (ESP) : 0-0
Milos Raonic (CAN) - Albert Montanes (ESP) : 0-0

Court des Princes - A partir de 10h30

Lukasz Kubot (POL) - Jürgen Melzer (AUT/n°15) : 0-2
Bernard Tomic (AUS) - Denis Istomin (UZB) : 1-0
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Guillaume Rufin (FRA/Q) : 0-0
Juan Ignacio Chela (ARG) - Alexandr Dolgopolov (UKR/n°16) : 0-0

Court n°2 - A partir de 13h

Radek Stepanek (RTC) - Jarkko Nieminen (FIN) : 5-3
# 16/04/2012 à 23:29 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Donald Young (USA) - Paul-Henri Mathieu (FRA/WC) : 6-0, 6-1
Fernando Verdasco (ESP/n°13) - Olivier Rochus (BEL) : 2-0
Julien Benneteau (FRA) - Marcel Granollers (ESP) : 6-3, 3-6, 6-2
Milos Raonic (CAN) - Albert Montanes (ESP) : 2-6, 6-3, 3-6
Lukasz Kubot (POL) - Jürgen Melzer (AUT/n°15) : 2-6, 5-7
Bernard Tomic (AUS) - Denis Istomin (UZB) : 6-4, 6-3
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Guillaume Rufin (FRA/Q) : 6-4, 6-4
Juan Ignacio Chela (ARG) - Alexandr Dolgopolov (UKR/n°16) : 2-6, 2-6
Radek Stepanek (RTC) - Jarkko Nieminen (FIN) : 3-6, 6-7



Nadal rattrape le temps

Touché au genou à Miami, Rafael Nadal n'a repris l'entraînement que jeudi. Mais son genou va bien et il vise un 8e titre d'affilée.

A la Roger Federer, Rafael Nadal porte maintenant ses initiales sur son polo. A Monte-Carlo, il a gagné ses galons depuis bien longtemps. Quand il arrive dans la petite salle de presse, il continue de pianoter sur son téléphone sans se soucier de la hauteur de plafond bien basse. En Principauté, il est chez lui avec ses sept titres d'affilée. « C'est toujours spécial de revenir ici car c'est un des plus beaux clubs du monde et je détiens le record de titres », avoue le Majorquin. Pourquoi une telle réussite ? « Je suis un peu chanceux », avoue-t-il en souriant avant d'ajouter que les conditions lui vont bien.

Mais le sourcil pointe rapidement pour évoquer son genou, toujours fragilisé par des tendinites. Blessé à Miami, il n'a pas joué pendant quinze jours et n'a repris l'entraînement que jeudi. La course contre la montre a donc démarré et même la pluie ne peut l'arrêter. Avec le mauvais temps, il a pris samedi la direction de Grasse pour trouver des terrains couverts. Le lendemain, il a enchaîné trois heures sur les courts du MCCC. « J'ai besoin de passer du temps sur le terrain et j'ai besoin de match », souligne le 2e mondial qui tente de positiver la situation : «Mon genou va bien, je peux m'entraîner normalement et c'est la chose la plus importante aujourd'hui. »

De quoi le rendre plus nerveux qu'à l'accoutumée ? « Je suis toujours nerveux », répond Rafael Nadal avant d'avouer que ce manque de préparation ne le rassure pas car il a besoin de passer du temps sur terre battue pour s'acclimater à la surface. Enfin tout est relatif... Il suffit de se souvenir de son temps d'adaptation pour passer de la surface rapide de l'US Open à la terre battue de Cordoue en Coupe Davis... Allez, vingt-quatre heures à la louche. Alors après une semaine à Monte-Carlo, les risques de dérapage sont minimes.
S. D.


PROGRAMME DE MARDI

Court central, à partir de 10h30

Michaël Llodra (FRA) - Fabio Fognini (ITA) 1-0
Andy Murray (GBR/n°3) - Viktor Troicki (SER) 4-0
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°4) 0-4

Pas avant 15h30

Juan Monaco (ARG) - Robin Haase (HOL) 2-1
Un double

Court des Princes, à partir de 10h30

Thomaz Bellucci (BRE) - Kevin Anderson (AFS) 0-1
Fernando Verdasco (ESP/n°13) - Ivan Dodig (CRO) 0-0
Kei Nishikori (JAP/n°12) - Albert Ramos (ESP) 0-0
Simone Bolelli (ITA/Q) - Marin Cilic (CRO) 1-3

Court 2, à partir de 10h30

Alessandro Giannessi (ITA/Q) - Filippo Volandri (ITA) 0-0
Victor Hanescu (ROU) - Andreas Seppi (ITA) 1-0
Carlos Berlocq (ARG) - Potito Starace (ITA/WC) 2-2
Stanislas Wawrinka (SUI) - Feliciano Lopez (ESP/n°10) 1-1

Court 9, à partir de 10h30

Florian Mayer (ALL/n°14) - Mikhail Kukushkin (KAZ/Q) 0-0
Mikhail Youzhny (RUS) - Frederico Gil (POR/Q) 0-0
Un double

Pas avant 15h30


Federico Delbonis (ARG/Q) - Pablo Andujar (ESP) 0-0
# 17/04/2012 à 23:21 Nico
RESULTATS DE MARDI

Michaël Llodra (FRA) - Fabio Fognini (ITA) 5-7, 3-6
Andy Murray (GBR/n°3) - Viktor Troicki (SER) 6-0, 6-3
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°4) 2-6, 4-6
Juan Monaco (ARG) - Robin Haase (HOL) 5-7, 6-0, 3-2, Ab Monaco
Thomaz Bellucci (BRE) - Kevin Anderson (AFS) 6-4, 6-4
Fernando Verdasco (ESP/n°13) - Ivan Dodig (CRO) 3-6, 6-3, 6-1
Kei Nishikori (JAP/n°12) - Albert Ramos (ESP) 6-2, 7-5
Simone Bolelli (ITA/Q) - Marin Cilic (CRO) 3-6, 4-6
Alessandro Giannessi (ITA/Q) - Filippo Volandri (ITA) 5-7, 3-6
Victor Hanescu (ROU) - Andreas Seppi (ITA) 3-6, 1-6
Carlos Berlocq (ARG) - Potito Starace (ITA/WC) 2-4, Ab de Berlocq
Stanislas Wawrinka (SUI) - Feliciano Lopez (ESP/n°10) 6-1, 6-4
Florian Mayer (ALL/n°14) - Mikhail Kukushkin (KAZ/Q) 6-3, 1-6, 3-6
Mikhail Youzhny (RUS) - Frederico Gil (POR/Q) 1-6, 3-6
Federico Delbonis (ARG/Q) - Pablo Andujar (ESP) 6-3, 4-6, 2-6


PROGRAMME DE MERCREDI

Court central, à partir de 10h30


Frederico Gil (POR/Q) - Gilles Simon (FRA/n°9) 0-2

Pas avant 12H00

Novak Djokovic (SER/n°1) - Andreas Seppi (ITA) 6-0
Jarkko Nieminen (FIN) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 0-6
Tomaz Bellucci (BRA) - David Ferrer (ESP/n°5) 0-3

Court des Princes, à partir de 10h30

Bernard Tomic (AUS) - Alexandr Dolgopolov (UKR) 1-3
Julien Benneteau (FRA) - Jürgen Melzer (AUT/N.15) 4-2
Marin Cilic (CRO) - Tomas Berdych (CZE/N.6) 1-2
Kei Nishikori (JPN/n°12) - Paul-Henri Mathieu (FRA/WC) 0-1

Court n°2, à partir de 10h30
Janko Tipsarevic (SER/n°7) - Albert Montanes (ESP) 2-1
Nicolas Almagro (ESP/N)8) - Potito Starace (ITA/WC) 6-1

Court n°9

Mikhail Kukushkin (KAZ) - Filippo Volandri (ITA) 0-0
Robin Haase (HOL) - Fabio Fognini (ITA) 0-0

Court n°11 (à partir de 14H00)
Pablo Andujar (ESP) - Stanislas Wavrinka (SUI) 0-1
# 19/04/2012 à 10:16 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Frederico Gil (POR/Q) - Gilles Simon (FRA/n°9) 3-6, 0-6
Novak Djokovic (SER/n°1) - Andreas Seppi (ITA) 6-1, 6-4
Jarkko Nieminen (FIN) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 4-6, 3-6
Tomaz Bellucci (BRA) - David Ferrer (ESP/n°5) 6-3, 6-2
Bernard Tomic (AUS) - Alexandr Dolgopolov (UKR) 2-6, 7-5,1-6
Julien Benneteau (FRA) - Jürgen Melzer (AUT/N.15) 6-4, 6-3
Marin Cilic (CRO) - Tomas Berdych (CZE/N.6) 6-7, 1-6
Kei Nishikori (JPN/n°12) - Paul-Henri Mathieu (FRA/WC) 6-4, 6-2
Janko Tipsarevic (SER/n°7) - Albert Montanes (ESP) 6-2, 6-3
Nicolas Almagro (ESP/N)8) - Potito Starace (ITA/WC) 7-6, 6-1
Mikhail Kukushkin (KAZ) - Filippo Volandri (ITA) 7-6, 2-6, 6-2
Robin Haase (HOL) - Fabio Fognini (ITA) 6-4, 6-4
Pablo Andujar (ESP) - Stanislas Wavrinka (SUI) 5-7, 3-6


Nadal va piano

Rafael Nadal ne joue pas très bien. Mauvais signe ? Non. Rafael Nadal gagne (6-4, 6-3 en 1h26') contre Jarkko Nieminen. Bon signe ? Non. Comme toujours, il prend la température sans montée de fièvre lors de son premier match. Sous le regard de Björn Borg, le Majorquin assure l'essentiel. Ni plus, ni moins. «Rien de très mauvais, rien de très bon. C'était juste normal, plaide l'Espagnol. C'est mon premier match sur terre depuis longtemps. C'est mon premier match après quinze jours sans toucher la raquette et après cinq-six jours d'entraînement. C'est donc normal et le plus important reste la victoire. » Sur la toise nadalienne, ses dix-sept fautes directes dont douze en coup droit illustrent la période de réglage, mais la gestion des points importants compensent le reste.

Quand il faut serrer le jeu, le 2e mondial retrouve son instinct à l'image de son passing de coup droit pour conclure le premier set. Après sa blessure au genou et son inactivité pendant quinze jours après Miami, il a besoin de temps et surtout de se rassurer. Et là, le test est concluant. Son genou tient à l'effort et la patte de gaucher de Jarkko Nieminen ne le prend pas à contrepied. Solide sur ses appuis, il peut s'offrir une nouvelle visite du propriétaire sans souci. « J'ai besoin de m'entraîner et aujourd'hui, c'était un bon entraînement, résume Rafael Nadal. Demain (jeudi), j'aurai un autre match difficile face à un joueur dangereux. Nous verrons bien ce qui se passera. »

Chez lui sur le central avec ses sept titres, il retrouve ses repères pour rejoindre Mikhail Kukushkin au troisième tour. Depuis 2003 et Guillermo Coria, il n'a pas perdu à Monte-Carlo et totalise 38 victoires d'affilée sur le Rocher. Alors ce ne sont pas quelques ajustements qui vont l'inquiéter. Il connaît par coeur l'histoire. Il la vit juste en accéléré cette année. « J'ai très peu de préparation pour commencer une des parties les plus importantes de ma saison. Je sais que je dois être prêt et j'essaie d'aller plus vite que d'habitude pour revenir après mon problème au genou, constate l'Espagnol. Nous verrons si le travail paie. » Comme toujours, plus les tours passent, plus le moteur chauffe.
S.D.


PROGRAMME DE JEUDI

Court Central - A partir de 10h30

Andy Murray (GBR/3) - Julien Benneteau (FRA) 2-0

Pas avant 12h00

Fernando Verdasco (ESP/13) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/4) 1-1
Novak Djokovic (SRB/1) - Alexandr Dolgopolov (UKR/16) 1-0
Mikhail Kukushkin (KAZ/Q) - Rafael Nadal (ESP/2) 0-1

Court des Princes - A partir de 10h30

Kei Nishikori (JAP/12) - Tomas Berdych (RTC/6) 2-0

Pas avant 12h00


Janko Tipsarevic (SRB/7) - Gilles Simon (FRA/9) 0-3
Robin Haase (HOL) - Thomaz Bellucci (BRE) 0-0
Nicolas Almagro (ESP/8) - Stanislas Wawrinka (SUI) 3-3
# 19/04/2012 à 23:15 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Andy Murray (GBR/3) - Julien Benneteau (FRA) 6-5, Ab Benneteau
Fernando Verdasco (ESP/13) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/4) 1-1
Novak Djokovic (SRB/1) - Alexandr Dolgopolov (UKR/16) 6-7, 2-6
Mikhail Kukushkin (KAZ/Q) - Rafael Nadal (ESP/2) 1-6, 1-6
Kei Nishikori (JAP/12) - Tomas Berdych (RTC/6) 6-2, 2-6, 4-6
Janko Tipsarevic (SRB/7) - Gilles Simon (FRA/9) 0-6, 6-4, 1-6
Robin Haase (HOL) - Thomaz Bellucci (BRE) 6-2, 6-3
Nicolas Almagro (ESP/8) - Stanislas Wawrinka (SUI) 3-6, 3-6


Nadal en un éclair

Quand l'orage gronde lors de l'échauffement, Rafael Nadal rit avec son clan. Le tonnerre n'est pas son meilleur ami. Alors il est aussi vif que l'éclair pour sortir (6-1, 6-1 en 59') Mikhail Kukushkin, issu des qualifications. Sans solution, le Kazakh sert de punching-ball. Incisif, l'Espagnol envoie les claques en coup droit (16 points gagnants) et balade son adversaire. «On ne s'attend jamais à gagner 6-1, 6-1, mais j'ai bien débuté le match. J'ai mieux joué qu'hier (mercredi). J'ai été plus solide et plus agressif, se réjouit le numéro 2 mondial. C'était beaucoup mieux au service et au retour. De manière générale, je suis très heureux de mon jeu sur ce match. »

Jamais en danger sur son service (82% de premières balles), il est en totale maîtrise et peut mettre la pression au retour sur le 68e mondial. Débordé, Mikhail Kukushkin force et part à la faute (21 au total) et n'arrive pas à déborder (seulement 9 points gagnants) le numéro 2 mondial. La couverture de terrain de Rafael Nadal rassure sur son genou et sa qualité de jeu s'améliore logiquement au fil des matches.

Sur le court central, il n'y a bien que la pluie qui peut l'inquiéter et elle n'arrive pas. Alors il se balade et peut attendre au chaud son futur adversaire en quart de finale, Stanislas Wawrinka. Et il n'oublie pas d'aller dire un mot de réconfort à Novak Djokovic qui a perdu son grand-père : « Je lui ai parlé dans les vestiaires. C'est difficile de trouver les mots dans ces circonstances. Je suis bien sûr désolé pour lui et son grand-père. Je veux juste le féliciter pour son attitude. Il a été très fort mentalement aujourd'hui. » La solidarité est aussi la marque des champions.
S.D.


PROGRAMME DE VENDREDI

Court central - A partir de 10h30

Andy Murray (ECO/n°4) - Tomas Berdych (RTC/n°6) : 2-3

Pas avant 12h


Novak Djokovic (SER/n°1) - Robin Haase (HOL) : 2-0
Stanislas Wawrinka (SUI) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 0-7
Gilles Simon (FRA/n°9) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°4) : 1-4
# 20/04/2012 à 23:44 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Andy Murray (ECO/n°4) - Tomas Berdych (RTC/n°6) : 7-6, 2-6, 3-6
Novak Djokovic (SER/n°1) - Robin Haase (HOL) : 6-4, 6-2
Stanislas Wawrinka (SUI) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 5-7, 4-6
Gilles Simon (FRA/n°9) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°4) : 7-5, 6-4


Nadal en habitué

Rafael Nadal est un homme d'habitudes. A Monte-Carlo, il collectionne les victoires et Stanislas Wawrinka figure comme sa 40e victime d'affilée. C'est aussi une habitude pour le Suisse. Rien ne change sous le soleil avec une nouvelle défaite (7-5, 6-4) et aucun set gagné (0/17) en huit confrontations ! Lors de ce quart de finale, l'histoire se répète en boucle. C'est toujours si loin, si proche.

Quand le 26e mondial aligne trois jeux consécutifs pour mener 5-4 au premier set, il peut y croire (un peu). L'Espagnol commet quelques bourdes inhabituelles en coup droit, décentre des revers et laisse entrevoir un peu de fébrilité. Mais il ne bouge pas une oreille, seul l'accent circonflexe de son sourcil dénote son étonnement. En manque de repères, il connaît les vertus de la patience et la primauté du mental sur le jeu dans le money time.

Son ascendant psychologique prend alors toute sa dimension. Stanislas Wawrinka lui offre le break sur un smash raté à 5-5. Le poids des habitudes pour l'un et pour l'autre... Le septuple vainqueur de l'épreuve peut souffler et enfoncer le clou avec un break dès le premier jeu de la deuxième manche. Plus le match avance, plus l'issue apparaît inéluctable. Le Suisse force et multiplie les fautes (41 au total) et le Majorquin trouve son rythme sous le regard de Björn Borg dans les tribunes.

Jamais en danger sur son service (75% de premières balles), il peut conclure sur deux bonnes notes : un passing gagnant et un ace à 194 km/h. Plus les tours passent, plus l'Espagnol monte en régime. C'est aussi une histoire connue. Son genou ne grince plus et ses doutes s'évanouissent quand il foule la terre. Son prochain adversaire, Jo-Wilfried Tsonga ou Gilles Simon, est prévenu.
S.D.


REACTION

Nadal : "Ça peut s'arrêter demain"

Rafael Nadal, qui a engrangé une quarantième victoire consécutive vendredi à Monte-Carlo face à Stanislas Wawrinka (7-5, 6-4), estime que sa série-record sur le Rocher peut s'arrêter samedi.

"Jamais rien n'est sous contrôle. Aujourd'hui, ca a été un match difficile. Stanislas (Wawrinka) avait fait un match fantastique la veille. Je pense que j'ai bien joué. Je suis en demi-finale. C'est une très bonne nouvelle pour moi. J'ai hâte de jouer un aussi bon match demain (samedi). Peu importe le prochain adversaire, j'essaierai de jouer mon jeu et d'avoir le contrôle du point. Ma série de quarante victoires consécutives ici, elle peut s'arrêter demain. On ne sait jamais."

A propos de Borg qui dit que Nadal est le meilleur joueur de l'Histoire sur terre : "C'est sympa. On verra ça quand j'aurais fini ma carrière. Je n'ai pas ce sentiment. Je pense juste que j'ai de meilleurs résultats que ce que j'aurais pu imaginer quand j'ai commencé le tennis."
eurosport.fr
# 21/04/2012 à 10:56 Nico
PROGRAMME DE SAMEDI

Court Central

Un double

Pas avant 13h00

Novak Djokovic (SER/n°1)- Tomas Berdych (RTC/n°6) : 8-1

Pas avant 15h00

Gilles Simon (FRA/n°9) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 1-4
# 22/04/2012 à 00:16 Nico
Djokovic, mistral gagnant

Plus constant, Novak Djokovic domine le vent et Tomas Berdych (4-6, 6-3, 6-2) pour se qualifier pour sa deuxième finale à Monte-Carlo.

Novak Djokovic suit le vent et ce n'est pas seulement une question d'opportunisme. Plus le mistral souffle, plus le Serbe prend l'ascendant sur Tomas Berdych pour finir (4-6, 6-3, 6-2 en 2h42') une demi-finale « ugly » selon le numéro 1 mondial. Mais Brad Gilbert, auteur de « Winning ugly », n'aurait pas renié cette « laide victoire », marquée par 83 fautes directes (46 pour le Tchèque et 37 pour le Serbe). Dans ces conditions difficiles, gagner sans bien jouer est souvent bon signe. Quand le jeu s'évapore, il reste le mental et le physique. « C'est une des conditions les plus difficiles de jeu que j'ai connue dans ma carrière. Ce n'est pas juste la force du vent, ce sont surtout les changements de direction, ça tourbillonne, précise la tête de série n°1. Tu ne peux pas prévoir, c'est vraiment compliqué. A la fin, j'ai su maîtriser mes nerfs et bien jouer au troisième set. »

Toujours aussi affûté, Novak Djokovic reste le maître en la matière malgré un début de match compliqué. Pendant une heure, le numéro 1 mondial subit la puissance du Tchèque et un trou d'air lui coûte quatre jeux alors qu'il mène 4-2 au premier set. Sur ses appuis, le 7e mondial dicte le jeu, bouscule son adversaire avec son grand coup droit et donne le tempo. Loin derrière sa ligne, Novak Djokovic subit et voyage. C'est Ray Sugar Leonard contre Marvin Hagler. Le K.-0. n'est pas loin en début de deuxième manche. Après avoir sauvé deux balles de break dès le premier jeu, il chipe la mise en jeu adverse et conserve la sienne en écartant encore deux balles de break. Le puncheur est touché. «Ces jeux ont été cruciaux », convient le Serbe. Tomas Berdych vient de laisser passer sa chance (2 breaks sur 10 occasions) et ne se relève pas.

Djokovic s'adapte mieux au vent

Le vent vole une arme précieuse au 7e mondial : son service (46% de premières balles, 8 doubles fautes). Avec son lancer de balle très haut, il perd son rythme dans les tourbillons. Et les rafales mettent en lumière l'importance de l'ajustement. Plus lourd, le Tchèque souffre, se retrouve mal placé et multiplie les fautes. « Mon jeu, c'est d'être agressif, je prends plus de risques que lui, Rafa ou Murray. Quand le vent a commencé à souffler, cela m'a fait commettre plus de fautes, déplore Tomas Berdych. Bien sûr, j'aurais dû changer de jeu, mais ce n'est pas facile. »l

Plus vif, Novak Djokovic s'ajuste toujours aussi bien et ne tombe pas dans la frustration. « Avec le vent, il faut juste essayer de mettre la balle dans le court », résume le numéro 1 mondial. Et ce retour aux basiques lui réussit. Après le match, il peut enfin oser... quelques mots en français. Si la demi-finale est « ugly », « jouer ici est très joli ». Si le beau et le bon font gloser depuis des siècles les philosophes, Novak Djokovic a tranché : seul le résultat compte.
S.D.


Simon a tout essayé

Malgré un excellent match, Gilles Simon s'incline (6-3, 6-4) face à Rafael Nadal. Pour un huitième titre d'affilée à Monte-Carlo, le Majorquin affrontera Novak Djokovic.

« J'ai l'impression de devoir en faire des tonnes pour finir par faire un point. » Gilles Simon en a pourtant fait beaucoup. Face à Rafael Nadal sur terre battue, ce n'est jamais assez. Le Français réussit un excellent match, mais ce n'est jamais assez face au Rafael Nadal "monégasque". Au-delà du score (6-3, 6-4), il faut regarder le temps (1h50') et les occasions (7 balles de break) pour mieux appréhender la réplique. « Le score ne reflète pas la difficulté du match. Gilles a fait un très bon match, il a manqué un peu de réussite, mais cela se joue sur un ou deux coups de raquette contre les grands joueurs, constate Guy Forget. Contre Rafa, si vous ne saisissez pas vos opportunités, votre chance passe. Pourtant Gilles touchait très bien la balle, il n'est pas si loin. C'est encourageant.»

Le 15e mondial coupe bien les trajectoires, couvre parfaitement son terrain et s'offre les deux premières occasions du match à 3-3 (15-40). Un faux rebond et une volée de coup droit vaseuse remettent les compteurs à zéro. Comme toujours, l'effet boomerang est violent et Rafael Nadal profite de la décompression pour prendre le service adverse. « Tout peut aller très vite. Malheureusement il n'y a pas eu d'exploit, je pense avoir manqué de réalisme sur mes quelques occasions, déplore le protégé de Thierry Tulasne. Comme toujours, face à lui, cela ne pardonne pas. » Comme un fauve, le numéro 2 mondial sent la proie blessée et ne laisse rien au hasard : « A 3-3 (15-40), je sauve deux balles de break. C'est le moment le plus important du match car je sais qu'il y aura des balles neuves au jeu suivant. C'est mieux pour moi parce que la balle rebondit plus haut et cela m'aide avec le vent. Ensuite, j'ai fait quelques bonnes choses. »

Gilles Simon a beau tenir la dragée haute à l'Espagnol en fond de court à l'image de son incroyable contre en revers sur un rallye de 35 frappes à 6-3, 5-3. Il manque toujours le petit coup de rein du sprinteur. A ce rythme très élevé, c'est une routine pour le Majorquin et c'est une rareté pour le Français. L'un est condamné à l'exploit, l'autre est simplement en route vers sa 41e victoire d'affilée à Monte-Carlo. Dans ce contexte, chaque balle de break amène son lot de pression. « Le vrai regret n'est pas d'avoir sept balles de break, mais c'est de les avoir mal jouées dans l'ensemble, avoue le 15e mondial. En tout cas, un ton en-dessous de ce que je faisais sur le terrain. Je n'ai pas réussi à me libérer complètement sur ces points-là.»

Puis le décompte commence : un, deux... sept. Et la tête commence à saturer et envoyer des messages subliminaux peu aimables. « Comme souvent quand tu commences à en rater une puis deux puis trois, cela devient de plus en plus dur de la faire», raconte Gilles Simon. De son côté, Rafael Nadal ne se pose pas de question. Plus les tours passent, plus il élève son niveau de jeu. Malgré quelques coups droits approximatifs (16 fautes directes), il garde sa ligne et reste un concasseur de mental et de physique hors pair sur terre battue. Seul un homme peut lui faire subir cette impression « de devoir en faire des tonnes » : Novak Djokovic. Le Serbe, qui reste sur sept victoires consécutives, l'attend en finale. Tomas Berdych et Gilles Simon votent Rafael Nadal.
S.D.


FINALE DE DIMANCHE

Le défi contre le test

Pour Rafael Nadal, c'est un test. Pour Novak Djokovic, c'est un défi. Pour cette finale (dimanche à 14 heures), l'Espagnol vise un 8e titre d'affilée en Principauté et le Serbe vise une 8e victoire consécutive contre le Majorquin.

Djokovic : « Le challenge ultime »

«C'est le joueur à battre ici. C'est le joueur à battre sur terre car c'est le meilleur joueur de tous les temps sur cette surface. C'est le challenge ultime. Je vais avoir besoin de bien jouer du premier au dernier point, je ne pourrai pas avoir des hauts et des bas. Je ne peux pas me le permettre contre Rafa. Mais pourquoi ne pas croire que je peux le battre ? Nous avons disputé tellement de matches l'un contre l'autre et joué beaucoup de finales ces quinze derniers mois. Depuis un an, j'ai gagné nos derniers face-à-face en finale, mais c'est une autre année. Ici les conditions sont différentes de Rome et Madrid. Je pense que c'est un des courts les plus lents sur terre. On connaît plus ou moins les secrets de chacun. Chacun sait à quoi s'attendre. Il ne peut pas y avoir de grands changements tactiques, juste quelques ajustements. »

Nadal : «Un test fantastique»

«Novak est favori parce qu'il m'a battu lors de nos sept dernières rencontres. Quand un joueur te bat sept fois d'affilée sur dur, sur terre, sur gazon et en indoor, c'est facile de le désigner comme favori. Bien sûr, j'aurais préféré disputer ce match quelques semaines plus tard. (concernant la tactique) Je n'ai pas le talent pour changer beaucoup de choses dans mon jeu. Je dois changer quelques petits détails comme je l'ai fait en Australie où je me suis montré plus agressif. Demain (dimanche à 14 heures), ce sera un test fantastique pour moi. Je dois être agressif et essayer de retourner long pour prendre position à l'intérieur du court. Sinon, c'est impossible de faire des points gagnants derrière sa ligne contre Novak car il se déplace trop bien. »

S.D.
# 22/04/2012 à 23:21 Nico
Le grand huit de Nadal

Revigoré, Rafael Nadal empoche dimanche son huitième titre d'affilée à Monte-Carlo en battant (6-3, 6-1) Novak Djokovic, fatigué émotionnellement.

L'un relativise depuis la mort de son grand-père, l'autre se remet en question en permanence depuis ses sept défaites consécutives. Novak Djokovic a un peu l'esprit ailleurs. Rafael Nadal n'a qu'une obsession : arrêter la suprématie du Serbe. Depuis un an et demi, il cherche la solution. Avant Roland-Garros, une défaite sur sa terre monégasque le transformerait en Sisyphe, condamné à remonter le Rocher. Avec humilité et abnégation, il trouve la solution avec une victoire (6-3, 6-1 en 1h18'), un huitième trophée d'affilée en Principauté et un 20e titre en Masters 1000.

A la question « comment ne plus subir ? », il répond en agressant. Pour se protéger et prendre le contrôle le premier, il sert beaucoup plus fort. Dès le deuxième jeu, Rafael Nadal donne le ton. Mené (15-30), il enchaîne un ace et deux services gagnants. Lors du premier set, il sert 80% de premières balles et ne perd que quatre points sur sa mise en jeu. Conforté dans son choix, il applique la même méthode à l'échange. Avec sa longueur de balle, il peut dicter le jeu, gagner la bataille du terrain et marteler le coup droit adverse.

Moins incisif, Novak Djokovic perd son ascendant psychologique avec son break cédé à 1-1 au premier set. Face à ce Nadal-là (16 points gagnants, 10 fautes directes), le numéro 1 mondial doit être à 100%. Sur le central du Monte-Carlo Country Club, il manque un pourcent d'intensité par ci, un pourcent de concentration par là. Et l'addition donne six jeux encaissés d'affilée à partir de 4-3 au premier set, 25 fautes directes et un ressort cassé sous le poids du lift adverse. Au-delà de sa qualité de jeu depuis un an, sa force est aussi mentale. Et sa tête est fatiguée.

« J'ai laissé beaucoup d'énergie émotionnelle cette semaine. Si tu veux avoir une chance de battre Rafa sur terre, tu as besoin d'un supplément d'énergie que je n'avais pas », avoue le Serbe tout en reconnaissant la performance de son adversaire. Il ne cherche pas d'excuse, mais il évoque l'enterrement de son grand-père la veille, sa « semaine difficile ». Et il rappelle une évidence : « C'est un jeu très mental. Tu peux te sentir bien physiquement, tu peux te sentir bien tout le tournoi et le jour de la finale, si quelque chose ne va pas, si tu n'es pas en confiance, si ton esprit n'est pas clair, ton jeu s'évapore. C'est ce qui m'est arrivé. » Rafael Nadal peut confirmer. Avec ce huitième titre, il a de nouveau l'esprit libre.
S.D.


REACTIONS


Djokovic: "Une semaine difficile mentalement"

Novak Djokovic a avoué ne pas être suffisamment concentré pour rivaliser avec Rafael Nadal en finale de Monte-Carlo.

"Je ne veux rien retirer à la victoire de Rafa. C'était le meilleur aujourd'hui, il méritait de gagner. Après, c'est un fait : j'étais dans un état émotionnel que je n'avais jamais expérimenté avant. Cette semaine, j'ai laissé beaucoup d'énergie. Si j'avais voulu le battre, il m'aurait fallu plus d'énergie."

"Si tu n'es pas concentré sur ton objectif à 100 %, les jeux défilent. Il joue toujours bien sur terre. C'est comme ça depuis longtemps. Aujourd'hui, il a fait le job. Je n'ai pas bien joué et il a pris sa chance. Je n'ai pas réussi à le faire jouer. J'ai juste essayé de remettre la balle dans le court."

"Cela a été une semaine très difficile mentalement. Je pense qu'atteindre la finale, ce n'est pas si mal. J'espère avoir assez de temps maintenant pour me reposer et recharger les batteries."

"Rafa est fantastique. Ce qu'il réussit est très impressionnant. C'est l'un de mes plus grands rivaux mais il a réussi tellement de choses. Je tire mon chapeau."


Nadal : "J'ai de la chance"

Rafael Nadal a estimé que sa large victoire à Monte-Carlo était due, en plus de sa performance, à une défaillance de son adversaire.

"Mon niveau de jeu était très élevé au premier set et au deuxième, il a fait plus de fautes que d'habitude. Je suis très content de ma victoire et suis désolé pour lui. Mais tu ne peux pas toujours être celui qui gagne. Aujourd'hui, Novak n'a pas joué à son niveau de numéro 1 mondial. Parfois, tu joues bien et d'autres moins bien."

"J'ai eu de la chance. J'ai fait un premier set super solide. J'ai très bien servi. J'ai eu des points gratuits grâce à mon service. Mais j'ai aussi réussi de bons coups droits et j'ai très bien retourné contre lui."

"Ce qui me rend le plus heureux, c'est d'avoir gagné ici parce que le tournoi est spécial pour moi. Ma deuxième satisfaction, c'est mon niveau de jeu. Il était très haut, surtout dans le premier set. La dernière, c'est bien sûr d'avoir battu Novak après une série de défaites."

eurosport.fr
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site