MONTE CARLO 2013

Auteur  
# 14/04/2013 à 23:49 Nico
Nadal a le 9e en vue

Rafael Nadal part grand favori du premier Masters 1000 sur terre battue de la saison à Monte-Carlo. Qui pourra l'empêcher de remporter un neuvième titre de suite sur le Rocher ?

Finalement, rien n'a changé. Malgré un retour sur le circuit tardif cette saison, Rafael Nadal reste le favori à Monte-Carlo. L'homme aux huit titres de suite, série en cours, aux 44 matches gagnés sur le Rocher pour une défaite. Une défaite survenue en 2003 face à Guillermo Coria au troisième tour : quand Nadal n'avait que 16 ans et n'était pas encore devenu ''Rafa'' le boss de l'ocre. Depuis son retour sur le circuit, tous les feux sont au vert avec deux titres sur terre battue (Sao Paulo, Acapulco) et une finale (Vina Del Mar) ainsi qu'un coup de maître à Indian Wells.

L'impasse sur le Masters 1000 de Miami lui a assuré de la fraîcheur. Quant à l'envie, elle est évidemment énorme : il a toujours considéré ce tournoi comme un porte-bonheur pour Roland-Garros. Et le garçon tient à sa routine. Le n°1 mondial Novak Djokovic, finaliste en 2009 et 2012, a le profil pour contester cette domination dans son lieu de résidence. Et Toni Nadal n'avait-il pas lancé qu'il avait été soulagé de le voir perdre en demies à Indian Wells ? Le duel attendu souffre d'un bémol : l'état de la cheville droite du vainqueur de l'Open d'Australie. Tordue à Boise en Coupe Davis, elle a été jugée prête. Mais tiendra-t-elle le choc ? Et paiera-t-il le retard de préparation ? Sans oublier que depuis le titre à Dubaï, ''Nole'' a un peu coincé.

Tsonga et Gasquet au milieu des requins

Andy Murray devrait se trouver le premier sur la route de Nadal, s'ils parviennent en demies. Murray, vainqueur à Miami, est face à son casse-tête annuel : comment briller sur ocre ? Il a déjà prouvé qu'il pouvait bien y jouer, mais peut-il y battre les meilleurs ? Le n°2 mondial n'a pas le choix s'il veut garder ce rang au minimum. Dans cette partie de tableau, Jo-Wilfried Tsonga va devoir jouer des coudes, car le terrain est miné avec en plus de Rafa et Murray, la présence d'Almagro, Wawrinka, Monfils ou encore les imprévisible Melzer et Davydenko. Gilles Simon a un début de parcours dans ses cordes, s'il a digéré l'épisode Parque Roca de Buenos Aires.

Ce ne sera pas plus simple pour Richard Gasquet, de retour après les remous de la Coupe Davis, avec un éventuel deuxième tour face à Benoît Paire, un Jerzy Janowicz pas loin, mais surtout avec Tomas Berdych en vue. S'il veut une finale, il devra ensuite passer Del Potro ou Djokovic. Ces deux derniers pourraient poursuivre en quarts leur rivalité grandissante. Julien Benneteau est au milieu de ces requins. Si Roger Federer et David Ferrer manquent à l'appel, le vainqueur 2013 a un parcours du combattant en vue. A condition que les meilleurs tiennent et arrivent le couteau entre les dents face à Nadal, qui depuis son arrivée a le sourire jusqu'aux oreilles.
C.B.

Principaux résultats de dimanche

Philip Kohlschreiber (ALL/n°16) - Thomaz Belluci (BRE) 6-4, 6-2
Alexandr Dolgopolov (UKR) - Bernard Tomic (AUS) 6-2, 6-4
Xavier Malisse (BEL) - Grigor Dimitrov (BUL) 3-6, 2-6

PROGRAMME DE LUNDI

Court central
A partir de 10h30


Ivan Dodig (CRO) - Benoît Paire (FRA) 0-0
Roberto Bautista Agut (ESP) - Gilles Simon (FRA/n°11) 0-2
Milos Raonic (CAN/n°12) - Julien Benneteau (FRA) 1-1
Marin Cilic (CRO/n°9) - Horacio Zeballos (ARG) 1-0

Court des Princes
A partir de 10h30


Jarkko Nieminen (FIN) - Viktor Troïcki (SER) 1-2
Daniel Brands (ALL/Q) - Nikolay Davydenko (RUS) 1-0
Fabio Fognini (ITA) - Andreas Seppi (ITA/n°15) 1-4
Mikhail Youzhny (RUS) - Daniel Gimeno-Traver (ESP) 2-0

Court 2
A partir de 13 heures


Pablo Andujar (ESP/Q) - Jérémy Chardy (FRA) 1-0

Court 9
A partir de 13 heures


Robin Haase (HOL) - Edouard Roger-Vasselin (FRA/Q) 0-0
# 15/04/2013 à 20:17 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Ivan Dodig (CRO) - Benoît Paire (FRA) 4-6, 4-6
Roberto Bautista Agut (ESP) - Gilles Simon (FRA/n°11) 6-3, 7-6
Milos Raonic (CAN/n°12) - Julien Benneteau (FRA) 6-1, 6-4
Marin Cilic (CRO/n°9) - Horacio Zeballos (ARG) 6-2, 6-7, 6-2
Jarkko Nieminen (FIN) - Viktor Troïcki (SER) 6-1, 6-2
Daniel Brands (ALL/Q) - Nikolay Davydenko (RUS) 3-6, 4-6
Fabio Fognini (ITA) - Andreas Seppi (ITA/n°15) 3-6, 6-4, 6-4
Mikhail Youzhny (RUS) - Daniel Gimeno-Traver (ESP) 6-4, 6-0
Pablo Andujar (ESP/Q) - Jérémy Chardy (FRA) 6-7, 7-5, 6-2
Robin Haase (HOL) - Edouard Roger-Vasselin (FRA/Q) 3-6, 2-6


Nadal est «impatient»


Rafael Nadal a refusé d'endosser le statut de grand favori à Monte-Carlo. Celui qui court après un 9e titre de suite ici n'a plus joué depuis Indian Wells et attend de voir comment il va se relancer.

«Rafael Nadal, comment vivez-vous ce retour à Monte-Carlo ?

C'est toujours agréable de revenir ici où j'ai de très bons souvenirs. Depuis Indian Wells, j'ai passé trois semaines à la maison. J'ai récupéré de mes efforts, car ce n'est pas facile pour le corps d'encaisser autant de matches. Je ne me suis pas entraîné beaucoup les deux premières semaines, puis on est monté en intensité, surtout depuis mon arrivée à Monte-Carlo. Je ne me sens pas comme le grand favori cette année. Je sais que cela n'est pas facile à comprendre, mais je dois garder du recul. Et puis c'est impossible de gagner tous les ans : un jour cela va s'arrêter et c'est la vie. Tout a une fin et il faut l'accepter, mais je suis très motivé.

La pause prise depuis Indian Wells était-elle indispensable pour préserver vos genoux ?

J'ai beaucoup parlé de mes genoux depuis un an et je pense qu'il est temps d'arrêter. Ce n'est pas bon pour moi d'en parler tout le temps et donc d'y penser tout le temps. Je suis là pour être compétitif face à tous les autres joueurs et pour être concentré sur mon jeu. Si quelque chose se passe et que je ne suis pas en mesure de jouer de manière compétitive je vous le ferai savoir. Je veux penser au tennis maintenant. Si le genou est à 50, 80, 90 ou 100% cela ne changera pas le fait que je vais être sur le court mercredi et que je vais faire de mon mieux sur ce tournoi.

Comment sont vos sensations à l'entraînement jusqu'à maintenant ?

J'essaie de progresser de jour en jour. Ce n'est pas facile après une longue pause sans jouer, même si j'ai eu quatre semaines fantastiques avant. Quand on s'arrête un mois, ce n'est plus la même chose et on doit se remettre en route. Je sais que je dois prendre soin de mon corps maintenant et c'est tout, je dois être prudent en ce qui concerne mes genoux. J'ai besoin de temps, mais je suis heureux d'être de retour et je veux tout faire pour retrouver la meilleure forme possible.

Etes-vous plus nerveux que d'habitude avant de le début du tournoi ou l'impatience de jouer prend-elle le dessus ?

Je suis impatient de jouer toute cette tournée sur terre battue en Europe, et cette année sera encore plus spéciale car j'ai souffert pour revenir. Je sens moins de pression car avec tout ce qui m'est arrivé il serait normal de ne pas répéter les saisons précédentes. Cela ne sert à rien que je m'angoisse sur mon classement. Je ne peux pas être frustré de ne pas être Top 4 après sept mois sans jouer, c'est déjà énorme d'être Top 5. J'ai toujours pris les choses au jour le jour en essayant de toujours progresser pour devenir le meilleur joueur possible et c'est cette mentalité qui fait que je suis encore là dix ans après.»
C.B.

PROGRAMME DE MARDI

Court central
A partir de 10h30


Janko Tipsarevic (SER/n°8) - Grigor Dimitrov (BUL) 3-0
Benoît Paire (FRA) - Richard Gasquet (FRA/n°7) 0-1
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) - Nikolay Davydenko (RUS) 2-2
Alexandr Dolgopolov (UKR) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°5) 0-3

Court des Princes
A partir de 10h30


Marinko Matosevic (AUS) - Fernando Verdasco (ESP) 0-1
Philipp kohlschreiber (ALL/n°16) - Pablo Andujar (ESP/Q) 0-0
Gael Monfils (FRA/WC) - Albert Montanes (ESP/Q) 1-2

Pas avant 15 heures

Ernests Gulbis (LET) - John Isner (USA/WC) 1-0

Court 2
A partir de 10h30


Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) - Denis Istomin (UZB) 1-1
Benjamin Balleret (MON/WC) - Florian Mayer (ALL) 0-0
Jerzy Janowicz (POL) - Kevin Anderson (AFS) 0-0

Pas avant 15 heures

David Goffin (BEL) - Nicolas Almagro (ESP/n°10) 0-2

Court 9
A partir de 10h30


Albert Ramos (ESP/Q) - Radek Stepanek (RTC) 0-1
Victor Hanescu (ROU/Q) - Marcel Granollers (ESP) 1-0
Jurgen Melzer (AUT) - Jesse Huta Galung (HOL/Q) 1-0
Martin Klizan (SLO) - Juan Monaco (ARG/n°14) 0-0
# 16/04/2013 à 23:59 Nico
RESULTATS DE MARDI

Janko Tipsarevic (SER/n°8) - Grigor Dimitrov (BUL) 6-7, 1-6
Benoît Paire (FRA) - Richard Gasquet (FRA/n°7) 1-6, 6-3, 1-6
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) - Nikolay Davydenko (RUS) 7-6, 6-2
Alexandr Dolgopolov (UKR) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°5) 6-1, 3-6, 4-6
Marinko Matosevic (AUS) - Fernando Verdasco (ESP) 7-5, 6-3
Philipp kohlschreiber (ALL/n°16) - Pablo Andujar (ESP/Q) 6-2, 2-6, 7-6
Gael Monfils (FRA/WC) - Albert Montanes (ESP/Q) 2-6, 6-2, 4-6
Ernests Gulbis (LET) - John Isner (USA/WC) 4-6, 6-2, 6-3
Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) - Denis Istomin (UZB) 6-3, 7-5
Benjamin Balleret (MON/WC) - Florian Mayer (ALL) 7-5, 1-6, 2-6
Jerzy Janowicz (POL) - Kevin Anderson (AFS) 5-7, 6-7
David Goffin (BEL) - Nicolas Almagro (ESP/n°10) 6-2, 1-6, 3-6
Albert Ramos (ESP/Q) - Radek Stepanek (RTC) 6-3, 6-3
Victor Hanescu (ROU/Q) - Marcel Granollers (ESP) 7-6, 3-6, 1-6
Jurgen Melzer (AUT) - Jesse Huta Galung (HOL/Q) 1-6, 6-3, 6-2
Martin Klizan (SLO) - Juan Monaco (ARG/n°14) 4-6, 0-6

PROGRAMME DE MERCREDI

Court Central
A partir de 10h30


Tomas Berdych (RTC/n°4) - Marcel Granollers (ESP) : 2-0
Marinko Matosevic (AUS) - Rafael Nadal (ESP/n°3) : 0-0
Novak Djokovic (SER/n°1) - Mikhail Youzhny (RUS) : 4-3
Edouard Roger-Vasselin (FRA/Q) - Andy Murray (GBR/n°2) : 0-1

Court des Princes
A partir de 10h30


Milos Raonic (CAN/n°12) - Jarkko Nieminen (FIN) : 0-1
Albert Ramos (ESP/Q) - Fabio Fognini (ITA) : 0-2
Jurgen Melzer (AUT) - Nicolas Almagro (ESP/n°10) : 2-2
Ernests Gulbis (LET) - Juan Monaco (ARG/n°14) : 1-2

Court n°2
A partir de 10h30


Un double suivi de

Marin Cilic (CRO/n°9) - Kevin Anderson (AFS) : 2-0
Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) - Albert Montanes (ESP/Q) : 2-1

Court n°9
A partir de 11h30


Florian Mayer (ALL) - Roberto Bautista Agut (ESP) : 0-0
# 18/04/2013 à 00:04 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Tomas Berdych (RTC/N.4) - Marcel Granollers (ESP) 7/5 6/4
Marinko Matosevic (AUS) - Rafael Nadal (ESP/N.3) 1/6 2/6
Novak Djokovic (SER/N.1) - Mikhail Youzhny (RUS) 4/6 6/1 6/4
Edouard Roger-Vasselin (FRA/Q) - Andy Murray (GBR/N.2) 1/6 4/6
Milos Raonic (CAN/N.12) - Jarkko Nieminen (FIN) 6/3 1/6 7/6(3)
Albert Ramos (ESP/Q) - Fabio Fognini (ITA) 3/6 5/7
Jurgen Melzer (AUT) - Nicolas Almagro (ESP/N.10) 6/4 6/2
Ernests Gulbis (LET) - Juan Monaco (ARG/N.14) 6/0 3/6 3/6
Marin CIlic (CRO/N.9) - Kevin Anderson (AFS) 6/2 6/3
Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) - Albert Motanes (ESP/Q) 6/1 6/1
Florian Mayer (ALL) - Roberto Bautista-Agut (ESP) 5/7 6/4 6/4


Une formalité pour Nadal


Rafael Nadal est rentré de la plus parfaite des manières dans le tournoi de Monte-Carlo. Il a balayé l'Australien Marinko Matosevic (6-1, 6-2) et signe une 43e victoire sur le rocher.

Rafael Nadal, sans agressivité, trop passif, se fait breaker d'entrée et se retrouve rapidement mené 2-0 par Marinko Matosevic. Début de panique sur la terre battue de Monte-Carlo ? Même pas car nous sommes dans le deuxième set et que le premier a été remporté par l'Espagnol sans qu'il ne rencontre la moindre difficulté (6-1). Dépassé par la cadence tout autant que par la stature de son adversaire, Matosevic faisait bien pâle figure. Nadal ne lui a d'ailleurs laissé que quelques jeux de respiration en début de seconde manche. Juste le temps d'être mené 2-0 donc, avant d'infliger un terrible 6-0 à l'Australien pour s'imposer 6-1, 6-2.

Plus que jamais dans son jardin sur la terre battue de Monte-Carlo où il vient d'enchaîner une 43e victoire, Nadal n'a montré aucun signe de faiblesse au niveau de ses appuis, réussissant notamment de jolis passings en bout de course. «J'ai très bien joué au début du match, avec la bonne intensité, a estimé le n°5 mondial. J'avais vraiment de bonnes sensations. Après je n'ai pas joué à mon meilleur niveau en début de second set, j'ai fait trop de fautes en coup droit et je lui ai laissé des occasions pour attaquer. Il a bien joué à ce moment-là, mais j'ai réussi à me reprendre.» Tous les voyants sont au vert et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour ses futurs adversaires, même si Nadal, octuple vainqueur du tournoi, ne veut pas trop s'avancer. «Si je joue à mon meilleur niveau, oui j'aurais une bonne chance de me battre pour le titre. Mais c'est encore trop tôt pour parler de favori. Chaque victoire ici veut dire beaucoup pour moi.»
B.L et C.B.

PROGRAMME DE JEUDI

Court Central
A partir de 10h30


Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) - Jurgen Melzer (AUT) : 2-0
Philipp Kohlschreiber (ALL/n°16) - Rafael Nadal (ESP/n°3) : 1-8
Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) - Andy Murray (GBR/n°2) : 3-8
Novak Djokovic (SER/n°1) - Juan Monaco (ARG/n°14) : 6-0

Court des Princes
A partir de 10h30


Tomas Berdych (RTC/n°4) - Fabio Fognini (ITA) : 1-1
Grigor Dimitrov (BUL) - Florian Mayer (ALL) : 0-1
Marin Cilic (CRO/n°9) - Richard Gasquet (FRA/n°7) : 0-0
Jarkko Nieminen (FIN) - Juan Martin Del Potro (ARG/wc/n°5) : 0-4
# 18/04/2013 à 23:40 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.6) - Jurgen Melzer (AUT) 6/3 6/0
Philipp Kohlschreiber (ALL/N.16) - Rafael Nadal (ESP/N.3) 2/6 4/6
Stanislas Wawrinka (SUI/N.13) - Andy Murray (GBR/N.2) 6/1 6/2
Novak Djokovic (SER/N.1) - Juan Monaco (ARG/N.14) 4/6 6/2 6/2
Tomas Berdych (RTC/N.4) - Fabio Fognini (ITA) 4/6 2/6
Grigor Dimitrov (BUL) - Florian Mayer (ALL) 6/2 6/4
Marin Cilic (CRO/N.9) - Richard Gasquet (FRA/N.7) 5/7 4/6
Jarkko Nieminen (FIN) - Juan Martin Del Potro (ARG/N.5) 6/4 4/6 7/6(4)

Nadal, comme prévu

Rafael Nadal, sans surprise, est au rendez-vous des quarts de finale à Monte-Carlo. Philipp Kohlschreiber (6-2, 6-4) n'a pas trouvé la clé du jeu espagnol.

Et de 44. Rafael Nadal, imperturbable, poursuit sa série de victoires sur son court chéri de Monte-Carlo. Il faut dire que Philipp Kohlschreiber n'a rien fait pour perturber la marche en avant de l'Espagnol. L'Allemand, plutôt spécialiste des surfaces rapides, avait pourtant des arguments à faire valoir. Mais comme beaucoup, il est tombé dans le piège de la filière Nadal et en a payé le prix fort. Au lieu de tenter quelques approches au filet et de raccourcir les échanges, Kohlschreiber s'est engagé dans un duel de fond de court perdu d'avance. Car ils sont peu nombreux à pouvoir prendre Nadal à son propre jeu. Refusant trop souvent de jouer sur le coup droit de l'Espagnol, Kohlschreiber s'est compliqué la vie et a visité tous les recoins du court central. Nadal, lui, enchaînait les frappes surpuissantes et les glissades, le genou va bien merci, pour une victoire sans frayeur (6-2, 6-4). Il retrouvera Grigor Dimitrov en quarts.


REACTION


Rafael Nadal : «Oui, le match a été plus dur qu'hier. Kohlschreiber est vraiment un bon joueur, très complet et peut bien jouer toutes les surfaces. Il y avait beaucoup d'intensité en début de match, avec des points disputés, mais je tenais bien sur mon service. Dans le deuxième set, l'intensité a un peu baissé mais je me sentais en contrôle sur mon service. Maintenant, à 3-3 dans le second set tout pouvait arriver... Dimitrov au prochain tour, c'est le présent et l'avenir du jeu. Il menait face à Djokovic à Indian Wells et face à Murray à Miami. Il est capable de très bien jouer, d'être très agressif et a une grande technique. Il est vraiment complet. Je vais devoir être très solide et le sortir de sa zone de confort pour pouvoir avancer dans le court et dicter l'échange. Je vais essayer de mettre beaucoup d'intensité sur ce match et on verra bien.»
B.L.

PROGRAMMME DE VENDREDI

Court Central
A partir de 10h30


Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) : 2-1
Grigor Dimitrov (BUL) - Rafael Nadal (ESP/n°3) : 0-1
Fabio Fognini (ITA) - Richard Gasquet (FRA/n°7) : 0-2
Novak Djokovic (SER/n°1) - Jarkko Nieminen (FIN) : 3-1
# 20/04/2013 à 00:02 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°13) : 2-6, 6-3, 6-4
Grigor Dimitrov (BUL) - Rafael Nadal (ESP/n°3) : 2-6, 6-2, 4-6
Fabio Fognini (ITA) - Richard Gasquet (FRA/n°7) : 7-6, 6-2
Novak Djokovic (SER/n°1) - Jarkko Nieminen (FIN) : 6-4, 6-3


Nadal, le Rocher a tremblé


Dans un jour moyen, Rafael Nadal a été clairement menacé par un Grigor Dimitrov qui a su saisir sa chance. Mais le Majorquin est passé en trois sets (6-2, 2-6, 6-4) et retrouvera Jo-Wilfried Tsonga en demi-finales.

Ouf ! Rafael Nadal n’a pas encore obtenu un neuvième titre consécutif à Monte-Carlo. Mais vendredi, au moment de célébrer sa victoire en quarts de finale contre Grigor Dimitrov (6-2, 2-6, 6-4), le Majorquin aurait très bien pu s’écrouler de bonheur, le dos sur la terre battue monégasque, comme lors de ses plus grands succès. Il s’est contenté de hurler «Vamos» et de saluer respectueusement son adversaire, perclus de crampes. Contre le maître incontesté des lieux, on promettait au Bulgare un enfer. Ça y a ressemblé lors de la première manche puisque l’Espagnol a viré en tête logiquement, malgré un break concédé (6-2).

Dimitrov prend un set

Pour son premier quart de finale en Masters 1000, Dimitrov s’est finalement dit qu’il n’avait rien à perdre. Plus agressif, face à un Nadal encore loin de son meilleur niveau, il s’est lâché et a fait le break au milieu de la manche. Sur sa troisième occasion, il a pris à Nadal, auteur de 15 fautes directes, le deuxième set. Un petit événement lorsque l’on sait que le Majorquin n’avait plus concédé une manche depuis 2011 sur le tournoi, face à Murray en demi-finale. L’Ecossais ne sera pas son adversaire samedi puisqu’il a perdu contre Stanislas Wawrinka jeudi. Ce sera donc Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur de… Wawrinka un peu plus tôt dans la journée.

Tsonga en bizuth

Mais que ce fut dur pour Nadal. A 3-2, et après un jeu blanc, Dimitrov a manqué deux belles occasions sur le service de l’Espagnol. Ce dernier s’en est sorti, avant de faire parler l’expérience et le talent dans le money-time. A 4-4, il lui a suffi de deux occasions pour breaker au meilleur moment et conclure sur sa seconde balle de match. Jeudi, Nadal s’était montré élogieux à propos de Dimitrov et savait que son adversaire serait coriace : «Il est très complet, très agressif, avec une très bonne technique. Il a eu une bonne chance contre Djokovic au premier set à Indian Wells, et une bonne chance aussi contre Murray au premier set à Miami.» Dimitrov a donc manqué une nouvelle belle chance. Il a aussi offert des pistes de réflexion à Tsonga, bizuth en demi-finale du tournoi. Pour Nadal, c’est maintenant une vieille habitude.
A.M.

Nadal a «besoin de temps»

Rafael Nadal a préféré retenir son bon premier set que les deux suivants plus poussifs. Il n'a pas non plus voulu trop s'étendre sur ses soucis physiques. Face à Tsonga, il s'attend à souffrir mais reste déterminé à accrocher un neuvième titre ici.

«Rafael Nadal, c'était un match très compliqué aujourd'hui. Quelles étaient vos sensations sur le court ?

C'était un match de tennis normal en fait. Un quart de finale ici, en Masters 1000, ça doit être difficile. Ce qui n'est pas normal c'est de gagner 6-2, 6-2. J'ai joué un grand premier set, ça veut dire que mon niveau de jeu est là. Mais j'ai passé sept mois sans jouer, voilà. Je manque encore un peu d'intensité mais c'est normal. Certes je suis bien revenu mais j'ai encore dû m'arrêter un mois depuis Indian Wells : j'ai besoin de temps avant d'être capable de garder le même rythme pendant tout un match. Mais je veux surtout retenir ce premier set où j'ai senti que j'étais à mon meilleur niveau.

On a vu des bandages dans le bas de votre dos à la fin du match...

Oui... (il hésite, puis soupire) : vous savez je ne vais pas m'étendre là-dessus. Oui il y a quelque chose mais je n'ai pas envie qu'on ne parle que de ça. Je suis heureux d'être en demies, je fais avec les moyens du moment. Et puis c'est normal après une pause d'avoir des soucis au dos, à l'épaule ou au coude. Je n'ai pas eu suffisamment de temps pour m'entraîner. Après Indian Wells, je n'ai pas joué pendant deux semaines car je devais subir encore un traitement pour mon genou, donc au final j'ai eu une semaine avant de venir ici. Le corps a besoin de s'adapter de nouveau à cette intensité de jeu.

Qu'avez-vous pensé de Grigor Dimitrov pendant ce match ? Jusqu'où peut-il aller ?

J'ai toujours pensé qu'il avait le potentiel pour être un Top 10. Maintenant ça va dépendre aussi de ses qualités mentales, de son travail et de sa progression. Mais c'est vraiment un grand joueur, qui possède tous les coups du tennis. Il a tout pour réussir : ça ne dépend plus que de lui. Il est encore jeune, et maintenant on a en plus l'impression que les jeunes arrivent beaucoup plus tard à ce niveau. Federer, Murray, Djokovic et moi-même y sommes parvenus plus tôt. Je ne sais pas trop pourquoi ça a changé. Mais il a encore le temps d'avoir une grande carrière.

Comment aborderez-vous cette demi-finale face à Jo-Wilfried Tsonga ?

Je vais avoir besoin de très bien jouer et espérer aussi que mon adversaire ne soit pas dans la forme de sa vie demain. Face aux meilleurs joueurs du monde c'est toujours pareil : il faut être à son meilleur et espérer qu'eux ne le soient pas. Il a l'air de très bien jouer ici et sort d'une grande victoire contre Wawrinka donc il est en confiance. Je vais devoir me montrer agressif, jouer mon jeu et si je suis au niveau de mon premier set aujourd'hui j'espère que j'aurais mes chances. Sinon, j'arriverai plus vite à Barcelone (rire). C'est le sport, on gagne mais on peut perdre aussi.»
C.B.
# 20/04/2013 à 11:48 Nico
PROGRAMME DE SAMEDI

Court central
Pas avant 13h00


Rafael Nadal (ESP/n°3) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) : 7-3

Pas avant 15h00

Novak Djokovic (SER/n°1) - Fabio Fognini (ITA) : 4-0
# 20/04/2013 à 20:58 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Rafael Nadal (ESP/n°3) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°6) : 6-3, 7-6

Novak Djokovic (SER/n°1) - Fabio Fognini (ITA) : 6-2, 6-1

Nadal a (un peu) tremblé

En difficulté vendredi contre Gigor Dimitrov, Rafael Nadal a été légèrement bousculé samedi par Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 7-6 (7/3]), mais il s'est qualifié pour sa neuvième finale de suite à Monte-Carlo.

Jo Wilfried Tsonga n’imitera pas Olivier Mutis, seul joueur français à avoir battu Rafael Nadal sur terre battue. Alors que numéro 5 mondial avait vécu un quart de finale compliqué contre le Bulgare Grigor Dimitrov la veille, il a retrouvé une partie de ses sensations samedi pour s’imposer en deux sets (6-3, 7-6 [7-3]) et se qualifier pour sa neuvième finale de rang à Monte-Carlo.

Nadal en difficulté en début de match

Une partie, car l’Espagnol a été bousculé à deux moments de la partie par Jo-Wilfried Tsonga. En début de match, tout d’abord, lorsque le Français s’est procuré trois balles de break, alors que les deux joueurs étaient à égalité (1-1). Sur la première, Rafael Nadal a eu de la réussite, son revers touchant la ligne. Il a sauvé la deuxième avec un magnifique passing de revers, avec beaucoup d’effet. La troisième a été sortie par le Français, qui a vu la balle frôler la ligne.

L'Espagnol a eu du mal à conclure


En fin de match ensuite, alors qu’il menait 5-1. L’Espagnol a eu énormément de difficultés pour remporter la partie. A 5-2, il a vu Jo-Wilfried Tsonga sauver trois balles de match. Rebelote à 6-5, sur sa quatrième balle de match. L’Espagnol a finalement remporté la rencontre à sa cinquième opportunité, en fin de tie-break (7-3).

Grosse pression au retour


Entre ces deux temps moins forts, Rafael Nadal a montré de très belles choses, passant le Français à de nombreuses reprises, réussissant des coups de défense incroyables, et plaçant de véritables missiles, aussi bien en revers qu’en coup droit. Nullement gêné par le vent, il s’est même payé le luxe de passer trois aces, contre quatre à Jo-Wilfried Tsonga. Il a également mis énormément de pression sur le Français au retour. Notamment en deuxième manche sur les deuxièmes balles, Jo-Wilfried Tsonga ne marquant que 29% de ses points (5/17). Et comme le Français n’a passé que 62% de première balle sur l’ensemble de la partie, il ne pouvait pas espérer davantage contre l’Espagnol...
A.D.

Djokovic express

En 52 minutes, Novak Djokovic s'est qualifié pour la finale du tournoi de Monte-Carlo en battant Fabio Fognini (6-2, 6-1). Le Serbe rejoint Rafael Nadal, vainqueur de Jo-Wilfried Tsonga.

Novak Djokovic aura sa revanche. Battu sèchement l’an dernier par Rafael Nadal en finale à Monte-Carlo (6-3, 6-1), le Serbe va retrouver le Majorquin dimanche. Dans la lignée de son bon quart de finale contre Jarkko Nieminen vendredi, le n°1 mondial a aisément dominé Fabio Fognini samedi (6-2, 6-1). Pour sa première demi-finale en Masters 1000, l’Italien a semblé bien fébrile. Après une première balle de break sauvée, il a dû céder son engagement d’entrée. Le début d’un calvaire, agrémenté par une douleur au tibia qui a nécessité l’intervention du médecin à 5-2. En face, Djokovic n’avait pas l’intention de s’éterniser dans la fraîcheur monégasque. Sur une double faute de son adversaire, la troisième du set pour Fognini, il s’est adjugé la première manche en moins de 30 minutes.

Djokovic-Nadal, pour la première fois depuis Roland-Garros

Désabusé, sans esprit de révolte, Fabio Fognini s’est attiré les sifflets du public au moment de quitter le Central vingt minutes plus tard. Car oui, Djokovic est allé encore plus vite dans la seconde manche. Trois balles de break d’entrée, la première convertie et un service parfait, qui n’a offert aucune opportunité de break à Fognini pendant toute la rencontre. Arrivé douteux, Novak Djokovic va beaucoup mieux et poursuit sa montée en puissance. Idéal au moment de retrouver Rafael Nadal pour la première fois depuis la finale perdue à Roland-Garros l’an dernier.
A.M.

REACTIONS

Nadal : «Pas l'adversaire idéal»

Rafael Nadal sait qu'il n'est pas à son meilleur niveau et s'attend à souffrir en finale. Mais retrouver Novak Djokovic rend les choses plus simples : l'Espagnol devra être exceptionnel pour avoir une chance.

«Rafael Nadal, le match parfait n'était pas loin à 6-3, 5-1 et puis l'affaire s'est compliquée...

Les conditions étaient difficiles aujourd'hui, surtout dans le premier set. Je pense que j'ai été très solide, sans faire quelque chose de spécial si ce n'est de le sortir de sa zone de confort et de garder la balle dans le court malgré ce vent. Mon sentiment, c'est que pour mener 5-1 dans le deuxième set, j'ai seulement eu à bien jouer trois points alors que lui faisait des fautes. Et puis à partir de 5-1, il est passé de ''je joue très très mal'' à ''je joue très très bien''. J'ai fait quelques fautes mais c'est surtout lui qui jouait à un grand niveau, en tapant sur toutes les balles à fond. J'avais le match sous contrôle et puis tout d'un coup, il a été très agressif et moi j'ai joué bien trop court. Tous les points que je gagnais pendant une heure, j'ai commencé à les perdre. Mais j'ai su m'en tirer.

Avez-vous l'impression de retrouver votre meilleur niveau progressivement cette semaine ?

Non (il sourit). J'ai joué un très bon premier set hier (en quarts de finale contre Dimitrov), meilleur que celui d'aujourd'hui mais les conditions étaient vraiment différentes. Pour moi, c'est toujours mieux quand on voit un peu de soleil. Mais bon, le plus important pour moi, c'est que je suis en finale : ça c'est fantastique, tout comme le fait de disputer ma cinquième finale de suite depuis mon retour de blessure. On verra bien ce qui se passera demain, même si ça va être dur.

Justement, êtes-vous heureux de retrouver Novak Djokovic en finale ? Cela rend-il la finale plus spéciale ?

Non. (la salle rit). Je ne suis pas un de ces joueurs stupides qui peut dire qu'il est heureux de jouer face au meilleur. Non, je ne veux pas. Je veux jouer face à un adversaire plus facile (sourire). Je dois jouer contre lui, alors je vais faire de mon mieux pour être à mon meilleur niveau. Mais non, ce n'était pas l'adversaire idéal. Mais si on ne ressent rien de spécial à disputer la finale à Monte-Carlo alors mieux vaut rentrer à la maison pour aller jouer au golf ou pêcher. Mais oui, on a déjà disputé des matches très importants pour nos carrières quand on était n°1 et 2 mondiaux ou n°2 et 3 : c'est toujours spécial d'affronter un joueur comme lui parce qu'il pousse votre jeu à ses limites si vous voulez avoir une chance de le battre. Je sais que je vais devoir mieux jouer qu'hier et aujourd'hui, me montrer bien plus agressif.

Il a eu des soucis avec sa cheville, vous avez aussi des soucis physiques en ce moment....

Je ne peux pas parler de lui parce que je ne sais pas ce qu'il a. Mais il n'y a pas de comparaison à faire parce que lui, pour sa cheville, il a été arrêté seulement quelques jours... Mo,i j'ai besoin de temps encore avant d'être à 100%, avant de ne plus avoir mal ici ou là quand j'enchaîne les matches. De toute manière, pour gagner ce genre de match, c'est finalement assez simple : il faut jouer de manière fantastique. Oui, on pourrait parler tactique mais franchement, la meilleure chance de gagner, c'est de jouer de manière exceptionnelle. Parfois le sport, ce n'est pas compliqué (sourire).»
C.B.

Djokovic : «Le plus grand défi»

Déjà dans sa finale, Novak Djokovic sait qu'il est face au défi ultime sur terre battue face à Rafael Nadal. Mais il va tout faire pour arracher sa couronne monégasque à l'Espagnol.

«Novak Djokovic : Rafael Nadal dit qu'il n'est pas ravi de vous retrouver de l'autre côté du filet en finale. Et vous, avez-vous hâte de l'affronter ?

Disons que je sais à quoi m'attendre : je suis face au plus grand défi possible sur terre battue. Et je suis prêt. Mentalement, physiquement ainsi que dans la gestion de mes émotions, j'ai été de mieux en mieux cette semaine. Je me sens plus confiant. Maintenant, je vais devoir être à mon meilleur niveau et concentré du début à la fin si je veu avoir une chance de le battre. Je l'ai affronté très souvent sur terre battue, je sais ce que j'ai à faire. Evidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire !

Pouvez-vous parler des conditions de jeu en ce moment ainsi que de l'évolution de votre blessure à la cheville ?

On verra si ces conditions influenceront la finale ou pas... En début de journée, il y avait beaucoup de vent et la pluie menaçait mais finalement, ça s'est amélioré et le vent a baissé. De toute manière, ici on ne peut jamais prévoir quel temps il va vraiment faire. Et finalement, cela n'a pas d'importance : je vais tout faire pour être à mon meilleur niveau, car c'est la seule façon d'avoir une chance de gagner. En ce qui concerne ma cheville, je gère mieux la situation qu'en début de semaine. La douleur est toujours présente mais bien moins forte. Je savais que ça pouvait s'améliorer, toute mon équipe m'encourageait même après les deux premiers matches qui ont été difficiles. Mentalement j'ai su franchir l'obstacle. Si on m'avait dit en début de semaine que j'allais atteindre la finale...

Qu'y a -t-il de si spécial à l'affonter de nouveau dans une finale ?

On a cette rivalité depuis cinq ans maintenant, et qui a pris de plus en plus de place. On se bat pour la place de n°1 mondial depuis 2011 aussi, et cette année-là on avait atteint un très haut niveau de jeu alors que j'étais enfin parvenu à le battre sur terre battue. J'ai perdu deux fois en finale à Monte-Carlo face à lui et ce sera forcément compliqué de le battre puisqu'il en est à huit victoires de suite ici. Mais je dois garder un état d'esprit positif si je veux gagner. Je ne vais pas y aller pour pour faire de mon mieux, je vais y aller pour gagner. Dans ce sport, tout se passe quasiment dans la tête maintenant car tout le monde est fort physiquement, tout le monde progresse dans le jeu alors à la fin il faut juste être prêt à s'investir à 100%, à comprendre vraiment le jeu et à faire les sacrifices qu'il faut pour arriver au sommet. Demain, on devrait voir un beau match.»
C.B.
# 21/04/2013 à 12:30 Nico
FINALE DE DIMANCHE

Court central
A partir de 14h00


Rafael Nadal (ESP/n°3) - Novak Djokovic (SER/n°1)
# 21/04/2013 à 23:54 Nico
Djokovic détrône Nadal

Rafael Nadal, vainqueur du tournoi depuis huit ans, soit 46 matches, s'incline en finale contre Novak Djokovic (6-2, 7-6[1]). Le Serbe signe un succès marquant, à un mois de Roland-Garros.

Coup de tonnerre sur Monaco. Cette fois, pas de Rafael Nadal allongé, les bras en croix sur la terre battue monégasque. Mais Novak Djokovic, les poings serrés et la gorgé déployée après sa belle victoire (6-2, 7-6 [1]). Dimanche, le Serbe a mis fin au règne de l’Espagnol à Monte-Carlo, qui durait depuis 2005 et 46 matches. Le trophée va donc devoir s’habituer à d’autres mains pour le porter et à d’autres dents pour le mordiller. Le 34e face-à-face entre les deux hommes, tout près du record détenu par Ivan Lendl et John McEnroe (36 rencontres), a tenu toutes ses promesses dimanche. Du moins lors du second set pour le côté suspense. Car les cinq premiers jeux du match, retardé d’une heure en raison de la pluie, ont tous tourné à l’avantage du Serbe. Enorme en retour, agressif dans l’échange et très serein sur son service, le n°1 mondial était proche de la perfection. S’il avait converti ses quatre balles de set sur le service de Nadal, il aurait même pu lui infliger un 6-0. Inédit pour le Majorquin sur terre battue, depuis 2007 et une finale perdue à Hambourg contre Roger Federer (2-6, 6-2, 6-0).

Djokovic inscrit son nom au palmarès

Orgueilleux, Nadal a évité l’humiliation et a même effacé un break pour revenir à 5-2. Mais sur sa huitième occasion, Djokovic a fini par faire la décision pour s’adjuger la première manche en 47 minutes (6-2). En face, Nadal, inhabituellement maladroit avec 16 fautes directes dans la première manche, avait déjà entamé sa mue. En vain. Avec deux balles de break à 1-1, il pensait bien virer en tête. Mais Djokovic a su les effacer. Quelques minutes plus tard, le Serbe n’a pas réussi, et Nadal a fait le break (3-2). On se disait alors que, revigoré, il allait prendre le meilleur sur Djokovic, parfois frustré et maladroit en retour. Mais quand il en a eu l’occasion, le Serbe est revenu au score (4-4). Après un nouveau break-débreak, les deux hommes se sont expliqués au jeu décisif. Cette fois, Djokovic n’a pas laissé l’Espagnol s’installer et sur un coup droit décroisé, il s’est offert le titre sur sa première balle de match.

Vivement Roland-Garros

Sèchement battu l’an dernier en finale (6-3, 6-1), Djokovic marque les esprits et fait donc tomber l’invincible Nadal. Mais ce dernier, qui est encore en phase de reprise après une très longue absence, s’est rassuré. Alors oui, il abandonne au Serbe une couronne. Mais c’est encore lui qui mène dans les face-à-face (19 à 15 désormais) et c’est bien lui le tenant du titre à Roland-Garros, face à Novak Djokovic justement. Ce dernier peut-il renverser deux fois le roi sur terre battue ? Les pronostics sont ouverts à un mois de la quinzaine parisienne.
A.M.

REACTIONS

Djokovic : «Un grand moment»

Novak Djokovic, radieux, a évidemment savouré une victoire qu'il attendait depuis longtemps. Il est aussi convaincu qu'il a marqué des points importants en vue de Roland-Garros.

«Novak Djokovic, si on excepte les tournois du Grand Chelem, venez-vous de décrocher une des plus grandes victoires de votre carrière ?

Tout à fait. Déjà parce que ce tournoi veut dire beaucoup pour moi : je vis ici, j'adore ce club qui est pour moi le plus beau du monde et j'adore les gens qui s'en occupent. Je ne peux pas être plus heureux qu'en ce moment après tout ce que j'ai traversé depuis la Coupe Davis. J'ai pris la meilleure décision de ma vie en décidant de jouer cette semaine ! J'ai relevé le défi mentalement et physiquement : je n'ai cessé de m'améliorer. Après ma victoire sur Fognini j'étais convaincu d'avoir une chance de battre Rafa, je sentais que je jouais vraiment bien. Le premier set a été incroyable : j'ai joué mon meilleur niveau possible sur terre battue et face à Nadal c'est la seule solution.

A quel point est-difficile de maintenir ce niveau et cette intensité face à Rafael Nadal ?

Après le premier set, c'était vraiment mental : garder ce très haut niveau de jeu, ne pas faire trop defautes directes, continuer de faire des points gagnants... Mais je savais j'allais faire un peu plus de fautes, parce que c'est ce qui se passe quand en face vous avez le meilleur joueur de l'histoire sur terre battue. Dans le deuxième set car il a vraiment élevé son niveau. Mais même avec un break de retard j'ai toujours cru que je pouvais revenir et gagner. J'ai réussi quelques grands coups, je suis rentré dans le court et mentalement je n'ai rien lâché. Je ne l'ai pas laissé dicter les débats. Franchement ce que j'ai fait à partir de 5-6, c'était énorme à ce niveau.

Cette victoire a-t-elle une saveur particulière parce que vous mettez fin à la série de victoires de Nadal à Monte-Carlo ?

Ecoutez, il m'en a laissé gagné au moins un et j'en suis extrêmement ravi (sourire). Il a gagné huit fois ici et n'a cessé de dire combien il aimait ce tournoi. Moi j'avais déjà perdu deux finales et j'ai enfin eu la chance de gagner alors oui ça veut dire beaucoup. On s'est affrontés tellement de fois... Et ça se joue tellement dans la tête aussi. je me suis souvenu de Madrid et Rome en 2011 et j'ai essayé de me souvenir de ce que j'avais fait de bien là-bas pour gagner.

Que vous est-il passer par la tête après la balle de match et quelles conséquences aura ce titre sur la suite de la saison, et donc Roland-Garros ?

C'était une grosse montagne à gravir, le plus grand défi sur terre battue : et j'ai réussi. C'était donc un grand moment de joie pour moi à ce moment-là, parce que je le voulais tellement ce trophée ! Je l'ai voulu depuis que je vis ici. Cela va décupler ma confiance pour la suite de la saison et ça ne pouvait pas arriver à un meilleur moment, après deux mois compliqués. Mais maintenant je suis exactement là où je voulais être que ce soit au niveau de la confiance et du jeu. A moi d'être prêt pour les prochains défis parce que je veux gagner Roland-Garros.»
C.B.

Nadal: «Je n'ai pas tenu»

Déçu mais pas abattu, Rafael Nadal a estimé qu'il n'avait pas encore la condition physique nécessaire pour tenir face à Novak Djokovic. Il affirme qu'il a le temps de voir avant Roland-Garros et attend sa revanche.

«Rafael Nadal, qu'avez-vous ressenti en le voyant démarrer le match si fort ?

C'est vrai qu'il a commencé fort mais je trouve que 4-0 c'était trop cher payé. J'ai eu des chances dans les premiers jeux, alors même s'il jouait très bien je ne jouais pas mal non plus. Ce n'est pas comme si je n'avais pas bien senti la balle et que lui gagnait tous les points. Il a probablement mieux joué que moi mais la différence n'était pas si grande. Dans le deuxième set, j'avais un break d'avance à 4-2 puis à 6-5, je jouais vraiment bien et j'avais plus d'opportunités que lui. Mais j'ai manqué d'un peu de physique, d'être capable de jouer tous les points avec la même intensité. J'ai fatigué plus vite que d'habitude. Je n'ai pas tenu cette intensité.

Vous disiez que vous n'étiez pas le favori mais perdre ici après tant de victoires, ça doit faire mal quand même...

Je ne sais pas. Je préfère gagner que perdre, mais c'est le sport. Ce n'est pas une tragédie non plus (sourire). Cela faisait huit ans que je n'avais pas perdu, c'est quand même quelque chose. Cela a été une semaine positive pour moi alors que je n'avais pas pu bien m'entraîner avant d'arriver ici. J'ai atteint la finale, et ça va m'aider à améliorer ma condition physique pour la suite. J'espère une grande semaine à Barcelone et enfin me retrouver à 100%. Si on parle du jeu, j'étais satisfait de mon tennis aujourd'hui. Je suis sur la bonne voie avec cette cinquième finale de suite. Si on m'avait dit ça il y a quatre mois j'aurais pleuré de joie. J'ai tout le temps nécessaire avant Roland-Garros.

A 4-2 et 6-5 dans le deuxième set, c'était vraiment une question de physique ou bien étiez-vous nerveux ?

En 2011 j'ai parfois senti de la nervosité face à Novak, j'étais un peu angoissé dans les moments importants. Mais aujourd'hui ça n'était pas le cas. Je me suis battu et je suis revenu après un premier set difficile. Ce n'est pas facile de séparer le physique du mental, sauf qu'aujourd'hui je me sentais bien. Après quand on commence à fatiguer, c'est forcément plus dur dans la tête aussi. J'ai tout essayé pour remettre encore et encore une balle de plus. Et quand j'ai réussi, je n'ai pas eu l'impression d'être si loin de gagner. Il a été le meilleur, je ne peux que le féliciter, lui et son équipe. Mais j'espère vraiment que j'aurai une autre chance.

Quels soucis avez-vous par rapport au jeu de Novak Djokovic ?

Vous pouvez me rappeler son classement ? (sourire) Je joue face au meilleur joueur du monde, un joueur fantastique. Et si face à lui on n'est pas à 100% alors c'est quasiment impossible. Il joue un grand tennis, très complet : face à lui je dois être à mon meilleur niveau et le pousser à ses limites. Dans le passé, quand j'étais à mon maximum il a dû ressentir la même chose. C'est ce qui est bien avec le sport : on pousse son jeu ou son corps dans ses derniers retranchements afin de gagner ces matches si spéciaux. J'ai besoin de plus de matches à cette intensité de jeu et de concentration. Et je vais travailler là-dessus (sourire).
C.B.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site