ROLAND GARROS 2010

Auteur  
# 22/05/2010 à 20:39 Nico
TIRAGE AU SORT

Federer est cerné, Nadal à découvert

Roger Federer devra faire avec Gaël Monfils ou Stanislas Wawrinka puis Robin Söderling, Ernests Gulbis, Marin Cilic ou Albert Montanes dans sa partie de tableau à Roland-Garros. Nadal, face au jeune Mina au 1er tour, doit gérer le cas Verdasco. A suivre: Tsonga-Brands, Gasquet-Murray, Hewitt-Chardy.


L'AFFICHE DU PREMIER TOUR : Gasquet-Murray

Ils font tous les deux profil-bas mais pour des raisons très différentes : Richard Gasquet, qui retrouve progressivement toutes ses sensations après ses tribulations entre Miami et le TAS l'an dernier, n'a pas joué Porte d'Auteuil depuis deux saisons. Il était gentiment attendu, il sera sous les projecteurs dès son premier match face au N.4 mondial. Andy Murray, que l'on imaginait titiller Roger Federer et Rafael Nadal cette saison, est loin de son meilleur niveau. Lui aussi a dû refaire des gammes pour reprendre confiance et supporter la pression qui augmente autour de lui Sur terre battue, ce duel promet d'être équilibré et incertain. Très intrigant.


PREMIER QUART DE TABLEAU


Roger Federer a trois matches devant lui avant d'aborder ses premiers obstacles sérieux cette année à Roland-Garros. C'est une mise en jambes que lui proposera l'Australie Peter Luczak au premier tour. Difficile également de voir ou le Colombien Alejandro Falla (habitué des qualifications qui est dans le grand tableau cette année) ou Janko Tipsarevic, loin de son meilleur niveau, le bloquer au deuxième. Ensuite, Si Feliciano Lopez ne sort pas les matches de sa vie auparavant, la présence de Stanislas Wawrinka ou Gaël Monfils en huitièmes donnerait un autre ton au tournoi du Suisse. En quart de finale, on pourrait retrouver le finaliste de l'an passé, Robin Söderling, un ancien vainqueur juniors en pleine ascension, Marin Cilic, et surtout deux joueurs qui ont battu "Rodgeur" ces dernières semaines : Ernests Gulbis et Albert Montanes...

. Roger Federer (SUI/N.1) - Peter Luczak (AUS)
Janko Tipsarevic (SRB) - Alejandro Falla (COL)
Qualifié - Olivier Rochus (BEL)
Qualifié - Feliciano Lopez (ESP/N.27)
Stanislas Wawrinka (SUI/N.20) - Jan Hajek (CZE)
Paolo Lorenzi (ITA) - Andreas Beck (GER)
Nicolas Massu (CHI) - Fabio Fognini (ITA)
Florian Mayer (GER) - Gaël Monfils (FRA/N.13)

Marin Cilic (CRO/N.10) - Ricardo Mello (BRA)
Dmitry Tursunov (RUS) - Daniel Gimeno-Traver (ESP)
Leonardo Mayer (ARG) - Sergiy Stakhocvsky (UKR)
Julien Benneteau (FRA) - Ernests Gulbis (LAT/N.23)
Albert Montanes (ESP/N.29) - Qualifié
Stéphane Robert (FRA) - Qualifié
Nicolas Lapentti (ECU) - Taylor Dent (USA)
Laurent Recouderc (FRA) - Robin Soderling (SWE/N.5)


DEUXIEME QUART DE TABLEAU

Jo-Wilfried Tsonga devra se battre, mais s'il se bat aussi bien qu'il l'a fait lors des tournois précédents (excepté Madrid), il n'y a aucune raison de ne pas croire en ses chances d'atteindre le dernier carré ! Oui, vous avez bien lu : le dernier carré. Car dans la partie de tableau du leader tricolore se trouvent des joueurs redoutables mais qui ne sont pas au-dessus de lui cette saison sur terre : Tommy Robredo, Mikhail Youzhny, Tomas Berdychn John Isner, Marcos Baghdatis ou encore Andy Murray, qui devra de toutes façons élever son niveau de jeu pour sortir Richard Gasquet au premier tour ! Un seul piège dans ce tableau : Thiemo De Bakker. Le Néerlandais, qui a battu JWT à Barcelone, pourrait se retrouver sur son passage au 3e tour.

. Andy Murray (GBR/N.4) - Richard Gasquet (FRA)
Juan Ignacio Chela (ARG) - Ryan Sweeting (USA)
. Paul-Henri Mathieu (FRA) - Marcel Granollers (ESP)
Qualifié - Marcos Baghdatis (CYP/N.25)
John Isner (USA/N.17) - Andrey Golubev (KZK)
Qualifié - Marco Chiudinelli (SUI)
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Kevin Anderson (RSA)
Qualifié - Tomas Berdych (CZE/N.15)

Mikhail Youzhny (RUS/N.11) - Michal Przysiezny (POL)
Qualifié - Lukas Lacko (SVK)
Philipp Petzschner (GER) - Carsten Ball (AUS)
Viktor Troicki (SRB) - Tommy Robredo (ESP/N.21)
Guillermo Garcia-Lopez ESP/N.32) - Rainer Schuettler (GER)
Qualifié - Thiemo De Bakker (NED)
Josselin Ouanna (FRA) - Lukasz Kubot (POL)
. Daniel Brands (GER) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.8)


TROISIEME QUART DE TABLEAU

Novak Djokovic va devoir slalomer dans quart de tableau hétéroclite, présentant aussi bien des Américains accrocheurs : Andy Roddick et Sam Querrey, que des Espagnols tenaces : l'outsider David Ferrer et l'ancien vainqueur (en 2003) Juan Carlos Ferrero, et des joueurs à l'aise sur terre : Juan Monaco, Pablo Cuevas, Jurgen Melzer, Victor Hanescu. Si les allergies au pollen parisien ne lui bouchent pas les voies respiratoires, le Serbe part favori pour défier Ferrer en quart.

. Andy Roddick (USA/N.6) - Jarkko Nieminen (FIN)
Eduardo Schwank (ARG) - Blaz Kavcic (SLO)
Qualifié - Daniel Koellerer (AUT)
Qualifié - Juan Monaco (ARG/N.26)
Jurgen Melzer (AUT/N.22) - Dudi Sela (ISR)
Mischa Zverev (GER) - Nicolas Mahut (FRA)
Xavier Malisse (BEL) - Simon Greul (GER)
. David Guez (FRA) - David Ferrer (ESP/N.9)

. Juan Carlos Ferrero (ESP/N.16) - Pablo Cuevas (URU)
Marc Gicquel (FRA) - Pere Riba (ESP)
Potito Starace (ITA) - Illya Marshenko (UKR)
Robby Ginepri (USA) - Sam Querrey (USA/N.18)
Victor Hanescu (ROU/N.31) - Oscar Hernandez (ESP)
Rajeev Ram (USA) - Qualifié
Kei Nishikori (JPN) - Santiago Giraldo (COL)
. Evgeny Korolev (KZK) - Novak Djokovic (SRB/N.3)


QUATRIEME QUART DE TABLEAU


Rafael Nadal a bénéficié d'un tirage un peu tendre, à l'image de Gianni Mina, plus jeune français engagé dans le tableau direct et qui sera son souffre douleur au premier tour. "Ne pas tomber sur Nadal tout de suite !", espérait Mina avant le tirage. Il faudra qu'il se fasse une raison, et qu'il se fasse une carapace avant d'entrer sur le central... Certes, l'Espagnol peut craindre la vista de Thomaz Bellucci, bel espoir brésilien, la force de frappe d'Ivan Ljubicic, ou les enchaînements agressifs de Jérémy Chardy (qui devra d'abord passer le légendaire et vieillissant Lleyton Hewitt), on se demande toutefois qui pourrait l'empêcher de jouer Fernando Verdasco en quart, ou si ce dernier est blessé : Nicolas Almagro ou encore Philipp Kohlschreiber. On se demande tout bonnement : "Qu'est-ce qui pourrait l'empêcher d'aller en finale". Cette moitié de tableau, c'est un plateau apéritif qui va durer une bonne dizaine de jours... A moins que Verdasco, touché au coude, ou l'autre Fernando, Gonzalez, ne retrouvent la totalité de leurs moyens d'ici là.

. Fernando Verdasco (ESP/N.7) - Igor Kunitsyn (RUS)
Florent Serra (FRA) - Michael Russell (USA)
Qualifié - Andreas Seppi (ITA)
Karol Beck (SVK) - Philipp Kohlschreiber (GER/N.30)
Nicolas Almagro (ESP/N.19) - Robin Haase (NED)
Kristof Vliegen (BEL) - Steve Darcis (BEL)
Arnaud Clément (FRA) - Oleksandr Dolgopolov Jr (UKR)
Qualifié - Fernando Gonzalez (CHI/N.12)

Ivan Ljubicic (CRO/N.14) - Yen-Hsun Lu (TPE)
Michael Berrer (GER) - Mardy Fish (USA)
Qualifié - Qualifié
. Michael Llodra (FRA) - Thomaz Bellucci (BRA/N.24)
Lleyton Hewitt (AUS/N.28) - Jérémy Chardy (FRA)
Denis Istomin (UZB) - Benjamin Becker (GER)
Horacio Zeballos (ARG) - Qualifié
. Gianni Mina (FRA, WC) - Rafael Nadal (ESP/N.2)

J.C.


REACTIONS

Federer : «Revenir ici est spécial»

«J'ai hâte que le tournoi commence», avoue Roger Federer au moment de retrouver un tournoi qui s'est enfin offert à lui, après lui avoir longtemps résisté. Le n°1 mondial est apparu détendu, plaisantant avec des photographes qui le mitraillaient alors qu'il était en train de se gratter la tête, à son arrivée : «Ca va faire de belles photos !»


«Roger Federer, qu'est-ce que cela change de revenir ici en tant que tenant du titre ?

C'est différent parce que j'ai de très beaux souvenirs sur ce court. Par le passé, j'avais déjà joué de très beaux matches. Mais je ne pouvais pas revenir sur le court en me disant que j'y avais vécu les plus belles émotions de ma carrière, comme c'est le cas à Wimbledon. Revenir ici et se souvenir de ce qui s'y est passé il y a un an est tout à fait spécial pour moi. Je me souviens des derniers jeux de service que j'ai dû jouer, des balles de match. J'ai quelque part laissé mon empreinte sur ce court.


Avez-vous plus ou moins de pression que l'an dernier ?

Je ressens un peu moins de pression parce que je me suis prouvé à moi-même, et à bien d'autres personnes, que je suis capable de gagner ici. Mais la pression, on la sent quand même toujours un peu. C'est très bien, il faut ressentir un peu de pression pour réussir.


Qui sont vos favoris, en plus de vous et Rafael Nadal ?

Novak (Djokovic) fait partie des favoris, même s'il n'a pas encore joué totalement à sa son meilleur niveau ici. Depuis trois ou quatre ans, il a un jeu très solide qui lui permet d'aller très loin. C'est un des joueurs les plus réguliers sur terre battue.


Faites-vous un complexe par rapport à Rafael Nadal ?

Non ! J'en ferais un s'il y avait 50-0 pour lui. Mais ce n'est pas le cas.


Que vous inspire la possibilité de battre le record de 286 semaines à la première place mondiale ?

C'est clair qu'il s'agit de l'un des plus grands records qui existent. Cela m'intéresse, mais pas au point de me demander chaque matin ce que je dois faire pour y parvenir. Honnêtement, je ne sais même pas ce que je dois faire ici pour rester n°1. J'ai plutôt suivi cela de près en début d'année, en Australie, car pas mal de joueurs avaient une opportunité de faire un grand pas en avant.


Que pensez-vous d'un éventuel déménagement de Roland-Garros ?

Déménager est une des pires choses au monde! Ca m'est arrivé une ou deux fois, c'est drôle après, mais pas sur le moment. Je pense finir ma carrière ici, à Roland-Garros.»
Propos recueillis par A. Q., à Roland-Garros



Rafael Nadal, n°1 sur terre battue

Opposé au 1er tour à Gianni Mina (FRA)

«Je ne travaille pas spécialement mon jeu sur terre battue. Cela ne représente que 4 ou 5 tournois par saison maximum. Les progrès que je réalise sur une surface me servent dans tous les matches. Sur dur, il faut avancer dans le terrain, aller chercher le point. C'est la même chose sur terre. Cette stratégie, ce n'est pas une question de court plus ou moins rapide. La place de numéro un mondial, je n'y pense pas. J'ai déjà été numéro un mondial et sur ce tournoi, cela ne dépend pas que de moi. Il me reste encore beaucoup de chemin pour y arriver. Je veux juste jouer le meilleur tennis possible et être content de mon jeu. C'est plus difficile de jouer ici qu'à Madrid. Le court est très grand, les vents tournent, et quand on joue contre le vent, on a l'impression de ne jamais jouer des balles suffisamment longues. La terre battue est totalement différente. A Madrid, le temps est très sec, le court est donc très dur. Ici, c'est plus facile de courir, de glisser.»



Un grain de poussière entre Nadal et Federer ?

"Roland-Garros, ce sera entre Rafa, la terre et moi", cette déclaration du N.1 mondial ne doit pas rassurer 126 des 128 participants à Paris. C'est à la fois une cruelle réalité pour eux et les bookmakers, la logique sportive et une évidence statistique. Est-ce pour autant une fatalité ?


FEDERER : "ROLAND-GARROS, cela va se jouer entre RAFA, LA TERRE et MOI"

C'est le genre de déclaration, faite le lendemain de la finale du Masters 1000 de Madrid par le N.1 mondial, qui ne doit pas rassurer 126 des 128 participants au tableau final des Internationaux de France. C'est à la fois une cruelle réalité pour tous ceux qui rêvent de remporter le tournoi et pour les bookmakers, une évidence statistique, une logique sportive, et pourtant... L'an passé déjà, l'inconcevable est arrivé. Rafael Nadal, diminué par une blessure aux deux genoux, marqué par une lutte fantastique devant son public madrilène face à Novak Djokovic, avait perdu son premier match Porte d'Auteuil.


PHYSIQUEMENT AU TOP


Une nouvelle blessure pourrait-elle compromettre une nouvelle finale entre Federer et Nadal ? Cette année, ce n'est pas parti pour et on ne leur souhaite pas. Nadal a recouvré une belle santé, et son impasse à Barcelone lui a donné une marge de récupération. Pour Federer, rien à signaler. L'an dernier, lui aussi avait mal - au dos. Là, son programme allégé (par les défaites précoces et son virus en février) ne pèseront pas.


LE DOUTE EST-IL ENVISAGEABLE ?

Nadal l'a avoué récemment, il a connu des moments de stress en match. Quand la plupart des joueurs se torturent les méninges à longueur de saison, Nadal n'a ressenti qu'en de rares occasions cette petite difficulté à respirer qui caractérise la pression. Tout le monde souffle. La carapace du Majorquin n'est pas sans faiblesse... Soit. Quand il rajoute qu'il n'a rien ressenti pendant les dernières finales à Wimbledon, il y a pourtant de quoi s'inquiéter. Comment rester de marbre quand on joue de telles rencontres ! Face à lui cette saison, dans la seconde moitié de tableau, aucun joueur ne paraît capable d'instiller le doute. David Ferrer, Novak Djokovic, Fernando Verdasco, Nicolas Almagro et Fernando Gonzalez, pour ne parler que des meilleurs, ont toujours été dominé mentalement par Nadal.

Il aurait fallu un Ernests Gulbis pour imaginer un combat à peine plus équilibré. Ce Gulbis, il est du côté de Federer... Et de ce côté là, ce n'est pas la même histoire. Sur terre, Federer est aussi conquérant qu'ailleurs. Cela se voit juste un peu moins à cause de qui vous savez. Le problème cette année, c'est qu'il a connu des défaites aussi inattendues que décevantes face à Albert Montanes et... Ernests Gulbis. A Paris, Roger a cependant rarement douté. Il a été bousculé, par Nikolay Davydenko ici, par Juan Martin Del Potro là, perdu quelque sets mais il a toujours maîtrisé les spécialistes. Sans Davydenko ni Del Potro, forfait tous les deux, le Suisse est débarrassé de deux poids. Cela confirme son humeur élitiste (voir citation plus haut) ?

C'était une boutade. Roland-Garros se jouera entre Rafael Nadal et peut-être Roger Federer. Le Suisse, qui en a profité pour glisser aux journalistes qu'ils feraient mieux de changer de disque, a rappelé avec sagesse qu'il y avait six joueurs à battre avant de retrouver Nadal en finale. Il faut donc comprendre :

1. Que Nadal va certainement arriver en finale selon Federer. Tout le monde est convaincu ? Oui, allez on passe à autre chose...
2. Que Federer ne voit pas son tableau aussi ouvert que ça : avec des joueurs imprévisibles, capables d'élever leur niveau de jeu brutalement sur un match ET qui ont déjà battu Federer comme Tsonga, Gulbis, Baghdatis, Gasquet ou encore des joueurs de très haut niveau tout court sur terre , Montanes, Monfils, Wawrinka, Youzhny ou partout Söderling, Cilic, Murray.


UN SEUL ECUEIL : PENSER A LA FINALE

Quand Rafael Nadal entrera sur le court face à Gianni Mina, il aura à l'horizon du tournoi un potentiel cinquième titre à gagner et un place de N.1 mondial à reconquérir (si Federer n'atteint pas la finale). Lui qui a battu Roger Federer quatre fois en 2005 (demi-finale) , 2006, 2007, 2008 (finale), il sait que le Suisse a de fortes chances de croiser sa route. Et ce qu'il a récemment déclaré à Madrid à propos de leurs confrontations apporte un éclairage intriguant : "On se connaît si bien qu'on est dépendants du fait de surtout chercher à faire mal jouer l'autre. C'est plus stratégique qu'autre chose". Nadal n'a jamais déjoué ou ne s'est jamais trompé d'objectif, pourquoi commencerait-il cette année, ou tout va mieux pour lui, physiquement et personnellement. Un certain relâchement ? Improbable. Shakira n'a pas prévu de passer...

Il fut un temps où Roger Federer se focalisait certainement trop sur Nadal. L'époque où il cherchait des sparring-partners gauchers notamment, où il hésitait entre les tactiques à suivre. Cette saison, après un premier titre à Roland-Garros, après la naissance de ses filles, il devrait arriver en toute décontraction. C'est ce qu'il nous rabâche depuis un moment d'ailleurs. Et pourtant... il devra évacuer la tentation de refaire de Nadal l'épouvantail de son tournoi. A Madrid, pendant le jeu décisif de la finale, on a cru revoir passer le fantôme de certaines finales. Souvenez-vous de Rome 2006, Wimbledon 2008, Open d'Australie 2006 et surtout la dernière rencontre entre les deux joueurs à Roland-Garros, en 2008 (6-1, 6-3, 6-0 pour Nadal en finale).


A SAVOIR
: Rafael Nadal va tenter de devenir, avec Björn Borg, le deuxième joueur depuis 1925 à remporter 5 fois Roland-Garros.

Si Roger Federer atteignait la finale, il deviendrait le premier joueur à jouer cinq finales consécutives depuis René Lacoste (six fois de 1924 à 1929).

Eurosport - Julien CARRASCO
# 22/05/2010 à 20:44 Nico
PROGRAMME DE DIMANCHE

Court Philippe-Chatrier

A partir de 11 heures

Svetlana Kuznetsova (RUS/n°6) - Sorana Cirstea (ROU) 1-0
Laurent Recouderc (FRA) - Robin Söderling (SUE/n°5) 0-0
Aravane Rezaï (FRA/n°15) - Heidi El Tabakh (CAN) 0-0
Daniel Brands (ALL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°8) 0-0


Court Suzanne-Lenglen

A partir de 11 heures

Marin Cilic (CRO/n°10) - Ricardo Mello (BRE) 0-0
Gisela Dulko (ARG) - Victoria Azarenka (BLR/n°10) 1-2
Julien Benneteau (FRA) - Ernests Gulbis (LET/n°23) 0-0
Patty Schnyder (SUI) - Venus Williams (USA/n°2) 0-10


Court n°1

A partir de 11 heures

Mathilde Johansson (FRA) - Chanelle Scheepers (AFS) 0-0
Mikhail Youznhy (RUS/n°11) - Michal Przysiezny (POL) 0-0
Flavia Pennetta (ITA/n°14) - Anne Keothavong (GBR) 0-0
Josselin Ouanna (FRA) - Lukasz Kubot (POL) 0-0


Court n°2

A partir de 11 heures

Olivier Patience (FRA) - Thiemo de Bakker (HOL) 0-0
Karolina Sprem (CRO) - Maria Kirilenko (RUS) 0-1
Stéphane Robert (FRA) - Tobias Kamke (ALL) 0-0
Agnes Szavay (HON) - Stéphanie Foretz (FRA) 0-0


Court n°3

A partir de 11 heures

Dominika Cibulkova (SLQ/n°26) - Ekaterina Ivanova (RUS) 0-0
Janko Tipsarevic (SER) - Alejandro Falla (COL) 1-0
Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) - Akgul Amanmuradova (OUZ) 1-0
Somdev Devvarman (IND) - Marco Chiudinelli (SUI) 1-0


Court n°6

A partir de 11 heures

Christina Mchale (USA) - Varvara Lepchenko (USA) 0-0
Guillermo Garcia-Lopez (ESP/n°32) - Rainer Schuettler (ALL) 0-1
Anna Chakvetadze (RUS) - Angelique Kerber (ALL) 3-0
Juan Ignacio Chela (ARG) - Ryan Sweeting (USA) 0-0


Court n°7

A partir de 11 heures

Nicolas Massu (CHI) - Fabio Fognini (ITA) 0-0
Yvonne Meusberger (AUT) - Claire Feuerstein (FRA) 0-0
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Kevin Anderson (AFS) 0-0
Shuai Zhang (CHN) - Nadia Petrova (RUS/n°19) 0-0


Court n°17

A partir de 11 heures

Elena Vesnina (RUS) - Andrea Petkovic (ALL) 0-0
Albert Montanes (ESP/n°29) - Stefano Galvani (ITA) 1-0
Johanna Larsson (SUE) - Anastasija Sevastova (LET) 0-0
Michael Yani (USA) - Lukas Lacko (SLQ) 0-0
# 24/05/2010 à 00:39 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Chela - Sweeting 6-0,6-4,7-6(7/4)
Benneteau - Gulbis 6-4,6-2,1-0
Montañés - Galvani 6-3,6-3,6-3
Kamke - Robert 6-0,6-4,6-3
Söderling - Recouderc 6-0,6-2,6-3
Fognini - Massú 6-1,3-6,2-6,6-3,6-3
Cilic - Mello 6-1,3-6,6-3,6-1
Falla - Tipsarevic 6-1,6-2,6-3
García-López - Schüttler 7-5,6-4,6-2
De Bakker - Patience 6-4,5-7,6-4,6-3
Ouanna - Kubot 7-6(7/5),6-7(4/7),6-2,6-4
Tsonga - Brands 4-6,6-3,6-2,6-7(2/7),7-5
Chiudinelli - Devvarman 6-3,3-6,6-3,3-6,6-3
Roger-Vasselin - Anderson 1-6,4-6,6-3,7-6(7/4),6-1
Youzhny - Przysiezny 6-1,6-0,6-4
Yani - Lacko 6-4,6-7(5/7),6-7(4/7),7-6(7/5),8-8


Rafael Nadal: «Le public soutient qui il veut»

Rafael Nadal va bien. Merci pour lui. Rencontré vendredi soir lors d’une soirée organisée par son équipementier à la piscine Molitor de Paris, le quadruple vainqueur de Roland-Garros a pris le temps de répondre à quelques questions. Avec le sourire. Et quand Nadal sourit, ce n’est généralement pas bon signe pour ses adversaires.


Comment vous sentez avant d’attaquer ce Roland-Garros 2010?

Physiquement, je me sens très bien. Je n’ai aucun pépin et j’arrive dans les meilleures conditions possibles pour réaliser un bon tournoi. Je me sens mieux qu’en début. Après est-ce que je suis au meilleur de ma forme ? Je ne sais pas. C’est difficile à dire.


Quelle importance accordez-vous à vos victoires à Monaco, Rome et Madrid ?

C’est très bon pour la confiance. Ces trois tournois ont leur spécificité, je suis très content de ces victoires mais Roland-Garros c’est autre chose. J’espère maintenir le niveau de jeu que j’ai eu ces dernières semaines.


Que représente pour vous ce tournoi?

C’est forcément un tournoi spécial pour moi. C’est le tournoi le plus important sur terre battue, ma surface préférée. On sent ici toute une histoire. C’est un lieu où j’adore revenir chaque année, j’aime aussi retrouver Paris qui est l’une des mes ville fantastique.


Le danger pour vous s’appelle-t-il Roger Federer?

Non, le danger s’appelle «tout les matchs à jouer». C’est la vérité.


Appréhendez vous vos retrouvailles avec le public de Roland-Garros?

Je crois que vous vous préoccupez plus du public que moi. Le public peut parfois me soutenir, d’autres fois prendre la défense de mon adversaire. C’est normal, le public supporte qui il veut. Je n’ai aucun problème avec lui. Je comprendrai très bien que les spectateurs soutiennent Minna (NDRL: le jeune français est son premier adversaire) pour mon premier tour. Ils défendent les joueurs français, je n’y vois aucun mal.


Que savez-vous de Gianni Minna?

Pas grand-chose je dois avouer. Je sais qu’il est allé en finale chez les juniors l’an dernier. C’est un jeune qui doit avoir des qualités. Et comme tous les premiers tours, ça me promet une rencontre compliquée.


Comment expliquez-vous les résultats fantastiques du sport espagnol?

Dur à dire. C’est un mélange de passion pour le sport, de beaucoup de travail et d’un peu de chance aussi. Et les résultats aidant, je pense que les sportifs espagnols ont pris de plus en plus confiance en eux.

A.P.


PROGRAMME DE LUNDI

Court Philippe-Chatrier

A partir de 11 heures

Alla Kudryavtseva (RUS) - Caroline Wozniacki (DAN/n°3) 0-1
Roger Federer (SUI/n°1) - Peter Luczak (AUS) 0-0
Serena Williams (USA/n°1) - Stefanie Voegele (SUI) 0-0
Florian Mayer (ALL) - Gaël Monfils (FRA/n°13) 0-1


Court Suzanne-Lenglen

A partir de 11 heures

Kristina Mladenovic (FRA) - Na Li (CHN/n°11) 0-0
Evgeny Korolev (KAZ) - Novak Djokovic (SER/n°3) 0-1
Andy Murray (GBR/n°4) - Richard Gasquet (FRA) 1-2
Jelena Jankovic (SER/n°4) - Alicia Molik (AUS) 2-4


Court n°1

A partir de 11 heures

Benoît Paire (FRA/Q) - Olivier Rochus (BEL) 0-0
Roberta Vinci (ITA) - Virginie Razzano (FRA) 0-0
Kai-Chen Chang (TPE) - Ana Ivanovic (SER) 0-0
Michael Llodra (FRA) - Thomaz Bellucci (BRE/n°24) 0-0


Court n°2

A partir de 11 heures

Stanislas Wavrinka (SUI/n°20) - Jan Hajek (RTC) 0-0
Elena Dementieva (RUS/n°5) - Petra Martic (CRO) 0-0
Paul-Henri Mathieu (FRA) - Marcel Granollers (ESP) 0-1
Kaia Kanepi (EST) - Pauline Parmentier (FRA) 0-0


Court n°3


A partir de 11 heures

Nicolas Lapentti (EQU) - Taylor Dent (USA)
Julie Coin (FRA) - Kateryna Bondarenko (UKR/n°32) 0-0
Elena Baltacha (GBR) - Agnieska Radwanska (POL/n°8) 0-0
Thiago Alves (BRE) - Fernando Gonzalez (CHL/n°12) 0-1


Court n°4

A partir de 11 heures

Dmitry Tursunov (RUS) - Daniel Gimeno-Traver (ESP)
Aleksandra Wozniack (CAN) - Iveta Benesova (RTC)
Melinda Czink (HON) - Julia Georges (ALL)
Sofia Arvidsson (SUE) - Magdalena Rybarikova (SVQ)


Court n°5


A partir de 11h00

Arantxa Parra Santonja (ESP) - Kurumi Nara (JAP)
Philipp Petzschner (ALL) - Carsten Ball (AUS)
Rajeev Ram (USA) - Yuri Schukin (KAZ)


Court n°6

A partir de 11h00

Jelena Dokic (AUS) - Lucie Safarova (RTC/n°24) 0-0
Misaki Doi (JAP) - Santiago Giraldo (COL)
Ivan Ljubicic (CRO/n°14) - Yen-Hsun Lu (TPE) 0-0


Court n°7


A partir de 11h00

Stephanie Dubois (CAN) - Stéphanie Cohen-Aloro (FRA) 0-0
Jesse Witten (USA) - Marcos Baghdatis (CHY/n°25) 0-1
Arnaud Clément (FRA) - Oleksandr Dolgopolov Jr (UKR) 0-0
Simona Halep (ROU) - Samantha Stosur (AUS/n°7) 0-0


Court n°8

A partir de 11h00

Melanie Oudin (USA) - Anabel Medina Garrigues (ESP)
Pablo Andujar (ESP) - Simone Bolelli (ITA)
Barbora Zahlavova (RTC) - Rossana De Los Rios (PAR)
Victor Hanescu (ROU/n°31) - Oscar Hernandez (ESP) 0-1


Court n°10

A partir de 11h00

Paolo Lorenzi (ITA) - Andreas Beck (ALL)
Leonardo Mayer (ARG) - Sergiy Stakhovsky (UKR)
Sara Errani (ITA) - Yaroslava Shvedova (KAZ)


Court n°11

A partir de 11h00

Kristina Barrois (ALL) - Tathiana Garbin (ITA)
Timea Bacsinsky (SUI) - Tatjana Malek (ALL)
Alexandra Dulgheru (ROU/n°31) - Lucie Hradecka (RTC) 0-0
Michael Berrer (ALL) - Mardy Fish (USA)


Court n°14

John Isner (USA/n°17) - Andrey Golubev (KAZ) 1-0
Petra Kvitova (RTC) - Sophie Ferguson (AUS)
Kristof Vliegen (BEL) - Steve Darcis (BEL)


Court n°16

Julian Reister (ALL) - Feliciano Lopez (ESP/n°27) 0-0
Francesco Schiavone (ITA/n°17) - Regina Kulikova (RUS) 0-0
Nicolas Almagro (ESP/n°19) - Robin Haase (HOL) 0-0


Court n°17

Jorge Aguilar (CHL) - Tomas Berdych (RTC/n°15) 0-0
Viktor Troicki (SER) - Tommy Robredo (ESP/n°21) 0-2
Alisa Kleybanova (RUS/n°28) - Mariya Koryttseva (UKR) 0-0
Vera Dushevina (RUS) - Alona Bondarenko (UKR/n°27) 2-1
# 25/05/2010 à 00:33 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Troicki - Robredo 6-4,6-4,6-3
Lacko - Yani 4-6,7-6(7/5),7-6(7/4),6-7(5/7),12-10
Murray - Gasquet 4-6,6-7(5/7),6-4,6-2,6-1
Granollers - Mathieu 3-6,6-3,3-0
Mayer - Stakhovsky 7-6(7/4),6-3,6-2
Dent - Lapentti 6-3,6-4,7-6(7/3)
Wawrinka - Hájek 6-1,6-3,6-3
Beck - Lorenzi 4-6,6-3,6-2,6-2
Monfils - Kindlmann 6-3,7-5,6-7(5/7),6-2
Gimeno - Tursunov 6-1,6-1,6-1
Federer - Luczak 6-4,6-1,6-2
Rochus - Paire 3-6,7-6(7/4),6-4,7-5
Reister - López 6-1,7-6(7/5),6-2
Ljubicic - Lu 7-6(7/5),7-5,6-3
Fish - Berrer 5-7,6-4,3-6,6-1,6-3
Andújar - Bolelli 7-6(7/2),6-4,6-2
Belluci - Llodra 6-4,6-2,6-2
Almagro - Haase 6-4,3-6,4-6,7-6(7/3),6-4
Darcis - Vliegen 6-1,6-4,6-4
Dolgopolov - Clément 3-6,7-6(7/5),3-6,6-3,6-3
Hanescu - Hernández 6-1,1-6,6-4,6-3
Schukin - Ram 3-6,6-4,6-2,6-4
Nishikori - Giraldo 2-6,4-6,7-6(7/3),6-2,6-4
Djokovic - Korolev 6-1,3-6,6-1,6-3
Ball - Petzschner 3-6,6-7(4/7),6-2,7-5,9-7
Isner - Golubev 6-4,6-3,6-2
Berdych - Aguilar 7-6(9/7),6-3,6-1
Baghdatis - Witten 6-3,6-4,6-3


Gasquet n'en pouvait plus

Après un long combat de 4h04' sous la chaleur, Richard Gasquet a fini par céder (4-6, 6-7[5], 6-4, 6-2, 6-1) contre Andy Murray.

Il n'a jamais reçu une telle ovation à Roland-Garros. Pourtant Richard Gasquet vient de perdre, il range ses raquettes dans son sac et le public scande son prénom après sa défaite (4-6, 6-7 [5], 6-4, 6-2, 6-1 en 4h04) contre Andy Murray. Les spectateurs le félicitent simplement de son niveau de jeu. Evidemment déçu par son échec, il accompagne le salut des spectateurs avec bonheur et n'hésite pas à plaisanter : « Je n'ai pas eu des Roland-Garros exceptionnels. Cette année, je suis rentré dans le stade (sourires). L'année prochaine, je vais peut-être passer un tour si j'ai un peu de réussite (rires). » Il n'a pas oublié le Roland-Garros 2009 où il était interdit d'accès au stade. Aujourd'hui, il sort par la grande porte et ce n'est pas la moindre des joies.

Dans les travées du court Suzanne-Lenglen, Fabrice Santoro s'enthousiasme sur la qualité de jeu. Eric Deblicker, le co-entraîneur du Français, insiste sur « l'attitude » de son élève : «Il a été au bout de lui-même. Le niveau de jeu était très, très bon pendant 3 heures de match. Par rapport aux circonstances et non pas son physique, on savait que son autonomie était limitée. S'il peut gagner, c'est en trois ou quatre sets. Ensuite, cela devient plus compliqué dans le temps. » Après ses titres au challenger de Bordeaux et à Nice contre Fernando Verdasco samedi, Richard Gasquet est arrivé à Paris avec un réservoir d'essence à demi-vide.

Pendant deux heures, il a régalé le public avec des revers galactiques et une agressivité retrouvée. Mais Andy Murray fonctionne au diesel et l'Ecossais a usé le Français. Dès le deuxième set, le Biterrois commence à piocher. IL s'accroche et mène deux sets à zéro et un break à 3-2. Mais les jambes sont lourdes et il ne joue pas la carte de la ruse : « A 3-2, j'aurais pu appeler le docteur, mais je ne suis pas assez vicieux pour le faire. J'ai eu du mal à repartir après le break et cela m'a coûté le match. Avec lui, c'est dur. Il faut se battre sur tous les points.» Il tente alors des coups de poker. Mais le Britannique sait qu'il peut revenir.

En 2008, le 4e mondial a déjà réalisé l'exploit à Wimbledon. Les circonstances sont différentes, mais l'issue est la même. Lors des deux derniers sets, Richard Gasquet est à sec : « Je ne peux vraiment pas aller plus loin. Je n'ai vraiment plus rien. J'ai essayé au cinquième set avec le public, mais je ne pouvais plus. » Il part la tête haute et le coeur léger. Le DVD de son match, posé sur la table de conférence de presse, peut en témoigner : le Français a retrouvé son niveau de jeu. « Quand j'étais 7e mondial, je ne jouais pas mieux. » Il ne reste qu'à retrouver un classement digne de son talent.
S.D.


REACTIONS

Gasquet : «Je n'en pouvais plus»

Malgré la déception liée à la défaite contre Andy Murray, Richard Gasquet était heureux de son niveau de jeu et de l'accueil du public. Mais la fatigue a pris le dessus.


«Richard Gasquet, avec quel sentiment ressortez-vous d'un tel match ?

Je ne peux vraiment pas aller plus loin. Je n'ai vraiment plus rien. J'ai essayé au cinquième set avec le public, mais je ne pouvais pas plus. J'ai manqué un peu de récupération par rapport à Nice. A 3-2, j'aurais pu appeler le docteur, mais je ne suis pas assez vicieux pour le faire. J'ai eu du mal à repartir après le break et cela m'a coûté le match. Avec lui, c'est dur, il est compliqué. Il faut se battre sur tous les points. Tu sais qu'il va se battre jusqu'au bout, d'autres joueurs auraient lâché au troisième set.


A quel moment, la fatigue vous est tombée dessus ?

Il a fait chaud toute la partie. Dès le second set, j'avais du mal. J'ai gagné le deuxième set, mais j'avais du mal. Vingt-quatre heures supplémentaires ne m'auraient pas fait de mal. Mais je le savais avant le tournoi. Ce n'est pas de chance.


Etes-vous revenu à votre meilleur niveau ?

Quand j'étais 7e mondial, je ne jouais pas mieux. Mais il faut revenir au classement, je ne suis pas tête de série et ce n'est pas facile. Je pense jouer à mon meilleur niveau, mais il faut continuer à gagner des matches. La confiance revient petit à petit.


Vous avez perdu quelques matches en cinq sets après avoir mené. L'explication est-elle uniquement physique ?

Sur ce match, elle est uniquement physique. Contre Youzhny, je m'étais blessé. Contre Murray à Wimbledon et contre Gonzalez, ce n'était pas physique, je m'étais crispé.


Auriez-vous échangé votre titre à Nice contre une victoire face à Murray ?

(Il réfléchit) Non. Sincèrement, je préfère gagner une finale. Je suis content d'avoir un bon niveau de jeu. Je ne jouais pas bien à Monaco et à Barcelone, c'était moyen. Là, je rejoue bien. J'étais heureux de jouer à Roland-Garros avec du public. Quand je suis sorti du court, les gens ont été sympas. Cela m'a fait très plaisir.


Paradoxalement, avec cette réaction du public, n'est-ce pas votre plus beau Roland-Garros ?

Je n'ai pas eu des Roland-Garros exceptionnels. Cette année, je suis rentré dans le stade (sourires). L'année prochaine, je vais peut-être passer un tour si j'ai un peu de réussite (rires). C'était sympa d'avoir du monde. J'étais heureux d'avoir du public et d'être là malgré la défaite. Je me suis quand même régalé.


Est-ce une deuxième carrière qui débute pour vous ?

Je ne sais pas comment qualifier la chose. Il a fallu un peu recommencer à zéro. C'est possible de parler de deuxième carrière. Roland-Garros est un grand tournoi. J'espère revenir en tant que tête de série, ce sera autre chose. Je sais que je ferai un grand tournoi ici, c'est obligatoire.


Pensez-vous pouvoir encore gagner Roland-Garros ?

Avec Nadal, c'est quand même très difficile. Mais je suis largement capable de faire un quart de finale.


Quels sont vos objectifs maintenant ?

Je souhaite remonter le plus vite possible dans les vingt premiers. Puis il faut continuer à gagner des tournois.»

Recueilli par S.D., à Roland-Garros


PROGRAMME DE MARDI

Court Philippe Chatrier, à partir de 11 heures :

Tsvetana Pironkova (BUL) - Justine Henin (BEL/N.22)
Andy Roddick (USA/N.6) - Jarkko Nieminen (FIN)
Maria Elena Camerin (ITA) - Marion Bartoli (FRA/N.13)
Lleyton Hewitt (AUS/N.28) - Jérémy Chardy (FRA)


Court Suzanne-Lenglen

Fernando Verdasco (ESP/N.7) - Igor Kunitsyn (RUS)
Dinara Safina (RUS/N.9) - Kimiko Date Krumm (JAP)
Gianni Mina (FRA) - Rafael Nadal (ESP/N.2)
Maria Sharapova (RUS/N.12) - Ksenia Pervak (RUS)


Court N.1

Alizé Cornet (FRA) - Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/N.29)
Mischa Zverev (ALL) - Nicolas Mahut (FRA)
Juan Carlos Ferrero (ESP/N.16) - Pablo Cuevas (URU)
Sandra Zahlavova (RTC) - Yanina Wickmayer (BEL/N.16


Court N.2, à partir de 11 heures


Daniela Hantuchkova (SVK/N.23) - Tamarine Tanasugarn (THA)
Robby Ginepri (USA) - Sam Querrey (USA/N.18)
David Guez (FRA) - David Ferrer (ESP/N.9)


Court N.3, à partir de 11 heures

Jürgen Melzer (AUT/N.22) - Dudi Sela (ISR)
Jurgen Melzer(AUT)[22] - Dudi Sela(ISR)
Marc Gicquel (FRA) - Pere Riba(ESP)
Mariana Duque Marino(COL) - Sybille Bammer(AUT)


Court N.4, à partir de 11 heures

Katie O'brien(GBR) - Jill Craybas(USA)
Jarmila Groth(AUS) - Yung-Jan Chan(TPE)
Santiago Ventura(ESP) - Andreas Seppi(ITA)


Court N.5, à partir de 11 heures

Klara Zakopalova (RTC) - Katarina Srebotnik(SLO)
Eduardo Schwank (ARG) - Blaz Kavcic(SLO)
Anastasia Pivovarova (RUS) - Ioana Raluca Olaru(ROU)


Court N.6, à partir de 11 heures

Shahar Peer (ISR/N.18) - Nuria Llagostera Vives (ESP)
Karol Beck (SVQ) - Philipp Kohlschreiber (ALL/N.30)
Vania King (USA) - Bethanie Mattek-Sands (USA)
Karol Beck (SVK) - Philipp Kohlschreiber (ALL)[30]
Denis Istomin (OUZ) - Benjamin Becker (ALL)


Court N.7

Grega Zemlja (SLO) - Juan Monaco (ARG/N.26)
Florent Serra (FRA) - Michael Russell (USA)
Jie Zheng(CHN)[25] - Ekaterina Bychkova (RUS)
Shenay Perry(USA) - Olivia Sanchez (FRA)


Court N.8, à partir de 11 heures

Anastasia Rodionova (AUS) - Ekaterina Makarova (RUS)


Court N.14, à partir de 11 heures

Teimuraz Gabashvili(RUS) - Daniel Koellerer(AUT)
Potito Starace (ITA) - Illya Marchenko (UKR)


Court N.17

Alberta Brianti (ITA) - Vera Zvonareva (RUS/N.21)
Potito Starace (ITA) - Illya Marchenko (UKR)
# 25/05/2010 à 11:50 Nico
Chaque jour, par l'intermédiaire du "timesonline", Rafa délivre ses impressions sur le tournoi et répond à différentes questions.

Nous vous transmettons l'ensemble de ces propos, traduits par le site de Thomas.

Bonne lecture !

VAMOS !!!




BLOG

Je suis de retour et c’est merveilleux d’être ici

Bonjour à tous,

Je suis de retour ici, pour blogger avec vous tous et aussi de retour à Paris, à Roland Garros. C’est très excitant pour moi. Je dirais plus pour Roland Garros que pour le blog mais vous savez ce que je veux dire... :-) Vous devez comprendre que je suis un joueur de tennis, pas un écrivain ! :-) Je pense que je dois continuer ce genre de tradition. J'ai fait cela depuis la première année à Roland Garros et je suppose que c'est quelque chose qui fait maintenant partie de mon tournoi, une partie de mes tournois de Roland Garros et je sais aussi que les retours sont positifs et j’en suis heureux.

Je suis en train de vous écrire avant d'aller dîner. Normalement, je le fais toujours après dîner, avant d'aller à la table de massage et de travailler avec mon kiné, Rafael Maymo, sur tout ce qui doit être fait. Mais aujourd'hui, puisque c’est le premier et que je suis sur le point de sortir, nous avons pensé le faire avant.

Je me sens bien, je me sens vraiment bien et je suis vraiment impatient pour le tournoi de cette année. Je suis arrivé à Paris jeudi et je me suis entraîné aussi bien que possible sur les courts depuis que je suis ici. Un parfait équilibre de choses pour être prêt pour le tournoi.

Rendez-vous ces jours-ci et merci d'être là.

Rafa


QUESTIONS

Je me demande comment cela s’est passé pour faire le clip avec Shakira ? Souhaitez-vous envisager de faire plus de vidéos ?
Elainaa B

Rafa : cela a été long, très long. J'ai commencé à 8h du matin en sortant de l'hôtel et fini l'enregistrement à 3h du matin ! Je pense que c'était une grande expérience et je remercie Shakira pour m'avoir donné cette occasion. Je ne suis pas sûr que je vais faire un clip de nouveau, mais comme je dis toujours, on ne sait jamais.


Comment voulez-vous que les fans de tennis de Paris vous accueillent cette année ?
Luis Muniz

Rafa : je suis toujours heureux d'être ici. J'ai toujours été très bien traité donc je m'attends à être bien accueilli.


Si vous deviez passer 24 heures enfermé dans une chambre avec un autre membre du top cinq, qui serait-ce et pourquoi ?
Fay Holland

Rafa : nous avons déjà passé de nombreuses heures avec les membres du Conseil de joueurs, y compris trois des dix premiers joueurs ... Je pense que c’est déjà assez :-)


Souhaitez-vous être le capitaine de l'Espagne pour la Coupe Davis à l'avenir ? Vous semblez être bon pour motiver.
Jan, Surrey

Rafa : je suppose que oui, mais c'est quelque chose à laquelle je n’ai pas pensé. Je pense plus à jouer pour l’instant ...


Quelle est votre attente pour Roland Garros ?
Evanise, Brésil

Rafa : je suis ici pour essayer de gagner même si nous savons que c'est difficile.


Si vous aviez joué au football, quelle aurait été votre position ?
Westney

Rafa : en attaque. C'est également là que je jouais quand j'étais très jeune.


Au cours de l'Open d'Australie cette année, lorsque vous faisiez votre blog pour vos fans, vous avez répondu à une question sur l’Open de Serbie. A la fin vous avez dit «Hvala» (qui veut dire merci en Serbe). Je me demandais qui vous a appris cela, et savez-vous plus de mots en Serbe ?
Marina, Californie

Rafa : non, c'est tout ce que je sais. Je crois que c'est Benito qui m'a appris cela. Il travaille aussi avec Novak donc il sait quelques mots.


Pensez-vous que l'Espagne pourra accueillir un Grand-Chelem ? Où pensez-vous que quatre par an est suffisant pour les joueurs ?
Grèbe Lisa, Pennsylvanie, Etats-Unis

Rafa : je n'en ai aucune idée. Ce serait formidable, c'est sûr.


Récemment, j'ai passé mon anniversaire à vous regarder gagner à Rome. Quels sont vos projets pour le 3 Juin ?
Clare

Rafa : j'espère que je serai encore ici, à Roland Garros, et si oui je suis sûr que nous allons sortir pour un dîner spécial


Depuis combien de temps Rafa Maymo est votre physio ? Comment vous êtes vous rencontré ?
Sarah

Rafa : depuis plus de trois ans maintenant. En Septembre, cela fera quatre ! Je l'ai rencontré à Manacor, ma ville natale et aussi la sienne.
# 26/05/2010 à 22:44 Nico
RESULTATS DE MARDI

Nadal s'est appliqué

Gianni Mina n'a vraiment pas à rougir de sa performance face à Rafael Nadal. Le Français s'est incliné en trois sets (6-2, 6-2, 6-2) mais la partie a été plus accrochée que ne l'indique le score. Le Majorquin a livré un match sérieux. Verdasco et Roddick sont passés. Chardy affronte Hewitt.

"On peut dire que c'est mission impossible, face au meilleur joueur de tous les temps sur terre battue"... Depuis le tirage au sort, Gianni Mina, avait conscience de l'ampleur de la tâche qui l'attendait mais plutôt que de se morfondre et de se présenter en victime expiatoire face au roi Nadal, le plus jeune joueur présent dans le tableau avait à cœur de jouer sa chance à fond. Mission largement remplie.

Même si le score semble sévère, le Guadeloupéen a fait la preuve tout au long du match que sa wild-card n'était nullement usurpée. S'appuyant sur une frappe très lourde en coup droit, s'efforçant de prendre la balle avant même le sommet du rebond en revers, le protégé d'Olivier Soulès a profité d'un Nadal parfois trop attentiste pour lui mener la vie dure et enflammer à plusieurs reprises les travées du Suzanne-Lenglen. Un courage qui n'a cependant pas suffi.

Même s'il n'a pas rendu une copie digne de son statut, commettant plus de fautes directes (28) que de coups gagnants (20), fait très rare pour le roi de la terre battue, le numéro deux mondial a su constamment garder une marge. Mettant constamment Mina sous pression, grâce à la lourdeur de son lift, Rafa, soucieux peut-être de ne pas humilier un Français à Roland-Garros, a su serrer le jeu sur les points importants (9 balles de break défendues sur 9) et faire parler son expérience pour décrocher sa qualification sans puiser dans ses réserves. Les plus de deux heures nécessaires sont cependant la preuve que Mina a été largement à la hauteur de l'événement et devrait refaire parler de lui très bientôt.


. VERDASCO S'EST CALME

Fernando Verdasco a passé le premier tour aux dépens du Russe Igor Kunitsyn (6-4, 6-2, 6-2) à l'issue d'un match qui s'est déroulé dans une ambiance sereine, sur le court Suzanne-Lenglen, en dépit de ses craintes. L'Espagnol, qui avait échangé quelques mots doux avec une poignée de spectateurs du tournoi de Nice, samedi, lors de sa finale perdue face à Richard Gasquet, avait peur d'être l'objet de représailles à Paris. Il n'en a rien été. "Il n'y a eu aucun problème avec le public", a dit sobrement le Madrilène, qui avait jugé nécessaire de publier un communiqué avant le tournoi pour s'excuser de son attitude sur la Côte d'Azur. L'autre inquiétude concernait l'état physique de la tête de série N.7, qui s'est multiplié sur tous les courts d'Europe lors de la préparation. Là aussi, tout va bien pour le moment. "Le temps dira si ça me nuit ou pas. Je crois que j'ai assez de force pour faire un grand tournoi. Mais dire que je vais le gagner, évidemment ce serait de l'ordre du fantasme", a dit le finaliste de Monte Carlo.


NE CHAMBREZ PLUS MAHUT

Enfin ! A sa huitième tentative, Nicolas Mahut a enfin gagné un match à Roland-Garros. Battu au premier tour lors de ses sept participations, l'Angevin, qui a bénéficié d'une wild card cette année (il est retombé à la 154e place mondiale), a dominé en trois sets l'Allemand Mischa Zverev. "J'ai aussi eu de la chance de jouer sur le court 1, qui est un petit peu plus rapide. Il me convient bien", a confié Mahut, sans doute le moins terrien des joueurs français.

Florent Serra (FRA) bat Michael Russell 6-4, 6-0, 6-1
Prochain adversaire : Verdasco.

Lleyton Hewitt (AUS) bat Jérémy Chardy (FRA) 7-5, 6-0, 6-4.
Prochain adversaire : Istomin.


AUTRES RESULTATS NOTABLES

Juan Carlos Ferrero (ESP, 16) bat Pablo Cuevas (URU) 6-4, 6-3, 6-1
Philipp Kohlschreiber (ALL, 30) bat Karol Beck (SLQ) 7-6 (9/7), 6-1, 6-1
Andy Roddick (EU, 6) bat Jarkko Nieminen 6-2, 4-6, 4-6, 7-6 (7/4), 6-3
Grega Zemlja (SLO) bat Juan Monaco (ARG, 26) 7-6 (8/6), 3-6, 7-5, 6-3
Jurgen Melzer (AUT, 22) bat Dudi Sela (ISR) 7-5, 6-2, 6-4
Robby Ginepri (EU) bat Sam Querrey (EU, 18) 4-6, 7-6 (7/3), 6-4, 6-2
Eurosport


PROGRAMME DE MERCREDI

Court Philippe Chatrier, à partir de 11 heures


Arantxa Parra Santonja (ESP) - Venus Williams (USA)[2] 0-0
Roger Federer (SUI)[1] - Alejandro Falla (COL) 2-0
Fabio Fognini (ITA) - Gael Monfils (FRA)[13] 0-1
Elena Dementieva (RUS) [5] - A. Medina Garrigues (ESP) 3-1


Court Suzanne Lenglen, à partir de 11 heures

Taylor Dent (USA) - Robin Soderling (SWE)[5] 1-1
Josselin Ouanna (FRA) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA)[8] 0-1
Aravane Rezai (FRA)[15] - Angelique Kerber (ALL) 1-1
Tathiana Garbin (ITA) - Caroline Wozniacki (DAN)[3] 0-0


Court 1, à partir de 11 heures

Leonardo Mayer (ARG) - Julien Benneteau (FRA) 2-1
Svetlana Kuznetsova (RUS)[6] - Andrea Petkovic (ALL) 1-1
Andy Murray (GBR)[4] - Juan Ignacio Chela (ARG) 5-1
Stephanie Cohen-Aloro (FRA) - Na Li (CHN)[11] 0-1


Court 2, à partir de 11 heures

Marin Cilic (CRO)[10] - Daniel Gimeno-Traver (ESP) 0-0
Flavia Pennetta (ITA)[14] - Roberta Vinci (ITA) 3-3
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Tomas Berdych (RTC)[15] 0-0
Francesca Schiavone (ITA)[17] - Sophie Ferguson (AUS) 0-0


Court 3, à partir de 11 heures


Agnes Szavay (HON) - Nadia Petrova (RUS)[19] 1-0
Guillermo Garcia-Lopez (ESP)[32] - Thiemo De Bakker (HOL) 0-0
Marcel Granollers (ESP) - Marcos Baghdatis (CYP)[25] 1-0
Aleksandra Wozniak (CAN) - Kateryna Bondarenko (UKR)[32] 0-0


Court 5, à partir de 11 heures

Dominika Cibulkova (SVQ)[26] - Varvara Lepchenko (USA) 0-0


Court 6, à partir de 11 heures

Mikhail Youzhny (RUS)[11] - Lukas Lacko (SVQ) 2-0
Chanelle Scheepers (AFS) - Gisela Dulko (ARG) 0-0
John Isner (USA)[17] - Marco Chiudinelli (SUI) 0-0


Court 7, à partir de 11 heures

Carsten Ball (AUS) - Viktor Troicki (SRB) 0-1
Olivier Rochus (BEL) - Julian Reister (ALL) 0-0
Polona Hercog (SLO) - Lucie Safarova (RTC)[24] 0-0
# 26/05/2010 à 22:59 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Malisse - Greul 6-4,7-6(9/7),6-4
Tsonga - Ouanna 6-0,6-1,6-4
Baghdatis - Granollers 4-6,6-1,7-5,0-0
Chiudinelli - Isner 7-6(7/3),5-5
Berdych - Roger-Vasselin 7-5,6-1,6-4
Youzhny - Lacko 6-7(8/10),6-3,6-3,6-2
Troicki - Ball 6-4,6-3,6-3
De Bakker - García-López 6-3,3-6,7-6(7/5),7-5
Fognini - Monfils 2-6,4-6,7-5,6-4,5-5
Cilic - Gimeno 6-3,7-6(7/4),6-2
Mayer - Benneteau 6-7(4/7),6-3,6-4,6-4
Montañés - Kamke 6-3,6-2,6-1
Söderling - Dent 6-0,6-1,6-1
Murray - Chela 6-2,3-3
Federer - Falla 7-6(7/4),6-2,6-4
Reister - Rochus 6-2,6-2,7-6(7/5)
Wawrinka - Beck 6-1,6-4,6-4


Federer bien conseillé

Roger Federer a enchaîné une 9e victoire de suite à Roland-Garros en écartant en trois sets Alejandro Falla (7-6, 6-2, 6-4), mercredi au deuxième tour.

Roger Federer a récité une partition classique face à Alejandro Falla, qu'il avait déjà battu quatre ans plus tôt à Paris. Comme souvent, le n°1 mondial a connu quelques alertes en début de match. Federer commet de nombreuses fautes, souvent parce qu'il ne parvient pas à déborder Falla. Le Colombien, gaucher et bon relanceur, menace souvent le Suisse sur son service. Après s'en être sorti plusieurs fois, en prenant ses responsabilités au service ou en coup droit, Federer cède son engagement sur une faute en revers. «Les échanges étaient très longs, on essayait de se neutraliser du fond de court et le point finissait par une erreur, tôt ou tard, a analysé le Suisse. Mais il m'a bousculé. En fait, j'ai dû sortir quelques coups magiques de ma raquette. Il contrôle très bien la balle du fond du court, il prenait la balle très tôt. Il pouvait la diriger un peu à droite à gauche. Il était impressionnant aujourd'hui.»

Mais, alors qu'il sert pour le set à 6-5, Falla flanche et subit le réveil du Suisse, intouchable dans le tie-break, puis dans les deux manches suivantes, dans un match interrompu deux fois par des averses. Ces pauses ont permis à Federer de bénéficier des conseils de Severiano Luthi, auquel il a rendu hommage : «Après la première interruption, il m'a dit que je devais jouer de façon beaucoup plus agressive, et c'est ce que j'ai fait. Au troisième set, il m'a dit d'utiliser les amorties, et c'est ce que j'ai fait, notamment sur des points clés. Ce sont des petits détails qui font la différence.»


Federer évoque enfin Luthi comme son coach


Et Federer n'hésite plus à parler de Luthi, capitaine suisse de Coupe Davis, comme de son coach officiel : «Certains pensent qu'il est entraîneur à mi-temps avec moi, mais ce n'est pas le cas. Depuis 3 ou 4 ans, il voyage avec moi à plein temps. Il a accumulé beaucoup d'expériences, il travaille très bien avec moi. Au cours des trois dernières années, j'ai connu des moments difficiles, et il a souvent été avec moi. On ne le considère pas à sa juste valeur parce qu'il ne parle pas beaucoup, en tout cas, il ne vous parle pas beaucoup à vous (les journalistes) ! Peut-être parce qu'il n'a pas entraîné de grands joueurs.» Ses conseils seront précieux pour son prochain match, contre Julian Reister.
A. Q.


Monfils devra attendre

Le match entre Monfils et Fognini a failli être interrompu à 4-4 dans la dernière manche. (EQ)
Au bout du suspense, le match entre Gaël Monfils et Fabio Fognini a été interrompu par la nuit (6-2, 6-4, 5-7, 4-6, 5-5) au bout de 3h45 de jeu. Un scénario absolument rocambolesque pour ce 2e tour, où Gaël Monfils menait deux sets à rien, avant de se faire remonter par son adversaire, qui disputait le premier match de sa carrière sur le Central. A quatre jeux partout dans la dernière manche, l'Italien, qui souhaitait interrompre le match, a écopé d'un avertissement puis d'un point de pénalité sur son service. Jeu de service remporté, contre toute attente. Le Français, perclus de fatigue, sauva trois balles de match avant d'égaliser à 5 jeux partout. Le match reprendra jeudi, en deuxième position, sur le Central.
A.-S.B


PROGRAMME DE JEUDI : début des matchs à partir de 11H00.

Court central

Jelena Jankovic (SRB/N.4) - Kaia Kanepi (EST)

Klara Zakopalova (CZE) - Justine Henin (BEL/N.22)

Fernando Verdasco (ESP/N.7) - Florent Serra (FRA)

Horacio Zeballos (ARG) - Rafael Nadal (ESP/N.2)


. Court Suzanne Lenglen

Andy Roddick (USA/N.6) - Blaz Kavcic (SLO)

Olivia Sanchez (FRA) - Marion Bartoli (FRA/N.13)

Kei Nishikori (JPN) - Novak Djokovic (SRB/N.3)

Serena Williams (USA/N.1) - Julia Görges (GER)


. Court N.1

Alisa Kleybanova (RUS/N.28) - Ana Ivanovic (SRB)

Jürgen Melzer (AUT/N.22) - Nicolas Mahut (FRA)

Maria Sharapova (RUS/N.12) - Kirsten Flipkens (BEL)

Oleksandr Dolgopolov Jr. (UKR) - Fernando Gonzalez (CHI/N.12)


. Court N.2

Elena Dementieva (RUS/N.5) - Anabel Medina Garrigues (ESP)

Juan Carlos Ferrero (ESP/N.16) - Pere Riba (ESP)

Rossana De Los Rios (PAR) - Samantha Stosur (AUS/N.7)

Lleyton Hewitt (AUS/N.28) - Denis Istomin (UZB)


. Court N.3


Francesca Schiavone (ITA/N.17) - Sophie Ferguson (AUS)

Pablo Andujar (ESP) - Thomaz Bellucci (BRA/N.24)

Daniela Hantuchova (SVK/N.23) - Olga Govortsova (BLR)

Nicolas Almagro (ESP/N.19) - Steve Darcis (BEL)


. Court N.4


Yaroslava Shvedova (KAZ) - Agnieszka Radwanska (POL/N.8)


. Court N.5

Aleksandra Woznaik (CAN) - Kateryna Bondarenko (UKR/N.32)

Magdalena Rybarikova (SVK) - Alona Bondarenko (UKR/N.31)


. Court N.6

Jie Zheng (CHN/N.25) - Anastasia Pivovarova (RUS)


. Court N.7

Stephanie Cohen-Aloro (FRA) - Na Li (CHN/N.11)

Ivan Ljubicic (CRO/N.14) - Mardy Fish (USA)

Xavier Malisse (BEL) - David Ferrer (ESP/N.9)

Sybille Bammer (AUT) - Yanina Wickmayer (BEL/N.16)


. Court N.16


Anastasia Rodionova (AUS) - Vera Zvonareva (RUS/N.21)

Victor Hanescu (ROM/N.31) - Yuri Schukin (KAZ)


. Court N.17

Shahar Peer (ISR/N.18) - Bethanie Mattek-Sands (USA)

Andreas Seppi (ITA) - Philipp Kohlschreiber (GER/N.30)

Jill Craybas (USA) - Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/N.29)
# 27/05/2010 à 10:32 Nico
Voici le blog et les réponses aux qustions de Rafa durant ces ceux derniers jours !

Bonne lecture !

VAMOS !!!




BLOG

J'ai mal joué mais ça ne m'inquiète pas du tout

Salut à tous,

Permettez-moi de commencer par dire que j'ai joué vraiment mal aujourd’hui. Cela dit, j'ai toujours eu un tel début ici à Roland Garros et 4 fois cela s'est bien passé en fin de compte ... C’est drôle, mais j'avais fait de supers entraînements ces jours-ci, j'avais bien joué dernièrement et je me sentais bien. Puis je suis arrivé au premier tour et ... j’ai mal joué. Je ne sais vraiment pas la raison. On m'a demandé si cela me préoccupe et je dois dire que ce n’est vraiment pas le cas ... pour le moment. J'espère que pour jeudi tout ira mieux. J'étais vraiment en colère contre mon jeu aujourd'hui.

Je tiens également à dire que certaines personnes, spécialement les médias, m'ont demandé ma réaction sur le fait de jouer sur le court Lenglen. Pour être honnête, je pense qu'il est normal que j'ai joué mon premier match ici. Ce n'était pas contre moi, je le sais. Il est normal que si je joue contre un jeune joueur comme Gianni, on nous ait mis sur ce cours. La pression pour lui était moindre et c'est une bonne façon de le protéger et obtenir de lui le meilleur. Pas de soucis, comme on dit en Australie ... (J'ai appris ça!).

Voilà, je vous parle demain. Merci encore.

Rafa


QUESTIONS

Quelle chanson aimeriez-vous chanter en karaoké sur le stand de Roland-Garros cette année ?
Dustin, Etats-Unis

Rafa : je réfléchis. Si Marc Lopez le fait avec moi, je le ferai. Sinon, je vais simplement présenter autre chose... :-)


J'apprends à conduire à l'heure actuelle, bien que je ne pense pas que je vais avoir une Aston Martin ! Quel âge aviez-vous quand vous avez commencé à prendre des leçons, et avez-vous réussi la première fois ?
Shani.

Rafa : je n'ai pas appris avec une Aston Martin non plus. C'était une Kia qui, soit dit en passant, est toujours là ... J'ai commencé plus tard que la normale, contrairement au tennis ...


En une semaine, à partir d'aujourd'hui je vais subir une intervention chirurgicale sur mon genou. Avez-vous quelques bons conseils pour moi sur ce qu'il faut faire pour récupérer rapidement de sorte que je serai capable de revenir à des courts de tennis le plus tôt possible ? Le tennis me manque. Merci !
Anna (Pays-Bas)

Rafa : vous devez absolument écouter ce que votre médecin dit et pas moi. Vous devez prendre soin de vous avant de jouer à nouveau ... Essayez d'éviter les blessures !


Mangez-vous plus et différemment avant un match en cinq sets et combien de temps avant le match prenez-vous un repas ? N'est-il pas parfois difficile de juger correctement lorsque le match avant le vôtre est beaucoup plus long ou plus court que prévu ?
Cheryl Klopper

Rafa : non, pas vraiment. Je mange normalement. Sinon, ce serait trop lourd. Pour répondre à votre deuxième partie de la question, oui, c’est parfois difficile s'il n'y a pas une heure fixe.


J'aime vous regarder jouer au tennis. Ma question est lorsque vous regardez vos matchs et vos « vamos »et vos gestes, en riez-vous et qu’en pensez-vous ? Bonne chance pour le tournoi !
Sharon Davies

Rafa : merci beaucoup. Parfois, je dois admettre que j’en rie… Mais je sais que sur le moment cela m’aide vraiment.


C'est formidable de vous voir de retour à votre meilleur niveau ! Comme je sais que vous êtes un fervent fan du Real Madrid, que pensez-vous de voir Jose Mourinho au Real Madrid ? Pensez-vous qu'il peut apporter le même succès que le Barca a eu en Liga et en Ligue des champions au cours des dernières années ? Aussi, que pensez-vous des chances de l'Espagne à la Coupe du Monde ?
Joanna, Sydney

Rafa : merci beaucoup. Je ferais mieux de garder mes pensées pour moi-même. J'espère juste que le Réal gagnera l’année prochaine ... :-) Et en ce qui concerne l'Espagne, je pense vraiment que nous avons de bonnes chances mais nous verrons. Je vous en dirais plus lors de Wimbledon et sur la façon dont les choses se passent.


Si vous deviez jouer en double mixte, avec quelle joueuse WTA voudriez-vous être ?
Atch

Rafa : je n'ai pas le temps donc je n’y pense pas. Désolé ... :-(


Salut Rafa, je regarde la finale de 2006 à Roland Garros entre vous et Roger en ce moment et je me demandais si vous regardiez les anciens matchs pour vous motiver ou pour voir si vous deviez changer quelque chose au sujet de votre jeu ? Merci !
Lisa, Etats-Unis

Rafa : oui je le fais. Pas pour la motivation mais pour voir la tactique et se souvenir des choses. Clairement, j’essaye de m’adapter et de changer ce qui est possible.



BLOG

Ma programmation tardive et le mauvais temps peuvent jouer contre moi


Bonjour à tous,

Je vous écris ce soir un peu plus tard. J'ai commencé la semaine par écrire avant d'aller dîner et de cette manière je pouvais vous raconter des histoires fraîches en provenance de tout le site. Ce soir, nous avions prévu d'aller dîner à 21H30. En fait nous étions tous en bas, à ce moment-là pour aller dîner, mais à l'entrée nous sommes restés en regardant les derniers instants du match entre Monfils et Fognini. Il a fallu si longtemps, ils ont joué jusqu'à 22 heures presque entièrement et c’était très excitant à regarder.

Aujourd'hui nous avons eu la première pluie du tournoi. Nous espérons qu'il ne pleuvra pas demain car je suis programmé pour jouer en quatrième match sur le central. Ce temps n'est pas le meilleur des cas. Je sais que quelqu'un doit jouer en quatrième match et je ne me plains pas.

Je dis simplement que ce n'est pas le moment le plus opportun. Pour moi et pour tous les joueurs. La raison est que s’il pleut pendant la journée, les matchs précédents sont longs et nous risquons de jouer le lendemain. Si c'est le cas, alors le vainqueur de mon match serait obligé de jouer deux jours d'affilée et lors d'un tournoi du Grand Chelem ce n'est pas la meilleure chose car les matchs sont au meilleur des cinq sets et le jour de repos est très important. Je voulais simplement vous expliquer cela.

Merci à tous d'être là.

Rafa


QUESTIONS

Votre famille continue-t-elle de vous faire des farces, comme lorsque vous étiez enfant et que vous pensiez être invisible ?
Atch, Thaïlande

Rafa : je pense que je suis un peu plus âgé et que c’est plus difficile de faire ce genre de choses.


Le temps a tourné à la pluie cet après-midi. Quelles conséquences cela peut-il avoir sur les courts et votre jeu ?
Clare

Rafa : dans mon cas je n'ai pas eu à jouer aujourd'hui, donc c’est OK. Cela a influencé mon entraînement car il a plu pendant les 2 heures prévues à ce moment. Je crois qu'il ne va pas pleuvoir demain après-midi. Mais à l'évidence les courts deviennent plus lourds et plus lents en cas de pluie. Le soleil les rend plus rapides et les balles aussi.


Salut Rafa, cela ne vous rend-il pas plus nerveux quand des stars comme Ronaldo, Zidane, Raoul vous regardent jouer ? Bonne chance, Rafa - vous pouvez le faire !
Love Sam

Rafa: Pas vraiment. Probablement plus quand je les rencontre ... :-)


Bonjour Rafa ! Nous savons tous que vous êtes un grand fan et un grand défenseur de la Coupe Davis, après avoir servi l'Espagne si bien. Cependant, pensez-vous que "la Coupe du Monde" pour le tennis pourrait fonctionner ?
Wooffs

Rafa: Il est trop tôt pour parler de ces choses. J'ai entendu parler de cela.


Dans le passé, j'ai lu que vous avez regardé la série Lost ou Prison Break. Qu'est-ce que vous regardez en ce moment ?
Kim, Londres

Rafa : je regarde le film Moby Dick, un classique.


Nous avons entendu que Jake Gyllenhaall, l'acteur qui joue le prince de Perse dans son nouveau film, s’est dit inspiré par vous (physiquement) lors de la création du personnage. Qu'est-ce que vous en pensez ? Avez-vous déjà joué au jeu vidéo ? Merci beaucoup et bonne chance !
Upoma & Paroma, Dhaka, Bangladesh

Rafa : non, jamais joué. Je pense que quelqu'un m'en a parlé. Je suis reconnaissant de ce qu'il a dit, j'espère que nous pourrons nous rencontrer un jour et le remercier personnellement.


Il n'y a pas longtemps, on disait que la surface de Monte Carlo était assez semblable à Roland Garros. En regardant les aces à Roland Garros par rapport à Monte Carlo, je me demande si c'est vrai. Plus important encore, il y a des rumeurs sur le fait que Roland Garros devienne une surface plus rapide avec une couche plus mince d'argile afin qu'elle soit presque comme une surface dure. Depuis je n'ai aucun moyen d'avoir cette confirmation, puis-je vous demander votre avis d'expert sur ce point et est-ce vrai ?
Jules

Rafa : les conditions à Monte-Carlo sont les plus semblables à celles de Roland Garros. Les courts sont vraiment bien et je ne vois pas beaucoup de changement avec les années précédentes pour être honnête.


Avez-vous eu le temps de monter votre Harley lorsque vous rentrez chez vous entre deux tournois cette année ? Amanda, Etats-Unis

Rafa : oui, un peu. Mais je ne suis pas un bon pilote ... Donc, je suis plus sûr avec une voiture entre mes mains ...
# 28/05/2010 à 00:08 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Baghdatis - Granollers 4-6,6-1,7-5,6-2
Isner - Chiudinelli 6-7(3/7),7-6(7/3),7-6(9/7),6-4
Roddick - Kavcic 6-3,5-7,6-4,6-2
Gabashvili - Žemlja 6-3,6-1,6-1
Fognini - Monfils 2-6,4-6,7-5,6-4,9-7
Murray - Chela 6-2,6-7(5/7),6-3,6-2


La pluie chamboule tout

La cinquième journée des Internationaux de France, jeudi, a été marquée par plusieurs interruptions à cause de la pluie, qui avait déjà repoussé le début des matches à 15h00. Deux Français ont joué, et perdu.

Les prévisions météorologiques étaient donc justes : la pluie a été l'invitée perturbatrice de la journée. Au lieu de démarrer à 11h00, les rencontres ont été repoussées d'heure en heure, les bâches n'étant enlevées des courts que peu avant 15h00. Entre temps, plusieurs rencontres du deuxième tour avaient d'ores et déjà été reportées, comme celles de Rafael Nadal.


Ça passe pour les Andy

Gaël Monfils a lui aussi voulu positiver, jeudi soir, estimant avoir «pris du plaisir». Malgré sa défaite contre Fabio Fognini (2-6, 4-6, 7-5, 6-4, 9-7), au terme d'un marathon de 4h16 étalé sur deux jours, et qui a démarré à 19h30 après avoir été interrompu la veille à cause de la pluie. Et malgré les deux sets d'avance qu'il possédait, mecredi en fin d'après-midi. Les autres têtes d'affiche ont assuré : Andy Roddick a affiché des progrès et battu le Slovène Blaz Kavcic (6-3, 5-7, 6-4, 6-2), tandis qu'Andy Murray a maîtrisé les débats face à Juan Ignacio Chela (6-3, 5-7, 6-4, 6-2).
lequipe.fr


PROGRAMME DE VENDREDI

Court central à partir de 11h00

Horacio Zeballos (ARG) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 0 - 0
Fin de Klara Zakopakova (RTC) - Justine Henin (BEL/n°22)
Dominika Cibulkova (SVQ/n°26) - Venus Williams (USA/n°2)
Thiemo De Bakker (HOL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°8)
Aravane Rezaï (FRA/n°15) - Nadia Petrova (RUS/n°19)


Court Suzanne Lenglen à partir de 11h00

Serena Williams (USA/n°1) - Julia Goerges (ALL)
Fin de Olivia Sanchez (FRA) - Marion Bartoli (FRA/n°13)
Roger Federer (SUI/n°1) - Julian Reister (ALL)
Andy Murray (GBR/n°4) - Marcos Baghdatis (CHY/n°25)
Elena Dementieva (RUS/n°5) - Aleksandra Wozniak (CAN)


Court 1 à partir de 11h00

Kei Nishikori (JAP) - Novak Djokovic (SER/n°3)
Fernando Verdasco (ESP/n°7) - Florent Serra (FRA)
Alexandra Dulgheru (ROU/n°31) - Carolone Wozniacki (DAN/n°3)
Svetlana Kuznetsova (RUS/n°6) - Maria Kirilenko (RUS/n°30)


Court 2 à partir de 11h00

Juergen Melzer (AUT/n°22) - Nicolas Mahut (FRA) : 1 - 1
Fin de Maria Sharapova (RUS/n°12) - Kirsten Flipkens (BEL)
Rossana De Los Rios (PAR) - Samantha Stosur (AUS/N.7)
Albert Montanes (ESP/n°29) - Robin Soderling (SUE/n°5)


Court 3 à partir de 11h00


Zheng Jie (CHN/n°25) - Anastasia Pivovarova (RUS)
Fin de Pablo Andujar (ESP) - Thomaz Bellucci (BRA/n°24)
Marin Cilic (CRO/n°10) - Leonardo Mayer (ARG)
Mikhaïl Youzhny (RUS/n°11)- Viktor Troicki (SER)


Court 5 à partir de 11h00

Daniela Hantuchova (SVQ/n°23) - Olga Govortsova (BLR)


Court 6 à partir de 11h00

Xavier Malisse (BEL) - David Ferrer (ESP/n°9) : 2 - 1
Juan Carlos Ferrero (ESP/n°16) - Pere Riba (ESP)
John Isner (USA/n°17) - Thomas Berdych (RTC/n°15)


Court 7 à partir de 11h00

Lleyton Hewitt (AUS/n°28) - Denis Istomin (OUZ)
Fin d'Ivan Ljubicic (CRO/n°14) - Mardy Fish (USA)
Flavia Pennetta (ITA/n°14) - Polona Hercog (SLO)
Francesca Schiavone (ITA/n°17) - Li Na (CHN/n°11)


Court 8 à partir de 11h00

Victor Hanescu (ROU/n°31) - Yuri Schukin (KAZ)


Court 14 à partir de 11h00


Andreas Seppi (ITA) - Philipp Kohlschreiber (ALL/N.30)


Court 16 à partir de 11h00

Nicolas Almagro (ESP/n°19) - Steve Darcis (BEL)
Potito Starace (ITA) - Robby Ginepri (USA)


Court 17 à partir de 11h00

Oleksandr Dolgopolov (UKR) - Fernando Gonzalez (CHI/n°12)
Sybille Bammer (AUT) - Yanina Wickmayer (BEL/n°16)
Stanislas Wawrinka (SUI/n°20) - Fabio Fognini (ITA)
Akgul Amanmuradova (OUZ) - Chanelle Scheepers (AFS)
# 28/05/2010 à 12:17 Nico
Voici le blog et les réponses de Rafa pour ce jour !

VAMOS !!!




BLOG

Paris sous la pluie pour une journée sombre dans les vestiaires

Bonjour à tous,

Je suppose que la plupart d'entre vous dit la même chose que moi. J'ai parlé hier du risque de ne pas jouer aujourd'hui, eh bien, à la fin cela a été pire que prévu. Le temps était pire que ce qu'ils nous ont dit et la plupart des matches n'a pas pu démarré. Cela signifie que demain je jouerai en début de journée et si je gagne, je jouerais à nouveau le samedi. Pas idéal mais c’est toujours mieux que de jouer demain et rentrer à la maison après ...

Je dois dire que ces journées sont les pires. Pas grand chose à faire, juste attendre, attendre, attendre encore, jouer aux cartes dans les vestiaires et continuer à attendre. Terrible. De toute évidence, c’est le pire mais pour un événement comme celui-là et pour les spectateurs qui ont payé pour être ici et voir les matchs ce n’est pas l’idéal non plus.

Demain, je partirai assez tôt pour le tournoi, à 8H00 et me préparerai pour un match de bonne heure. C’est quelque chose dont je ne suis pas habitué, mais c’est pareil pour les deux joueurs. Je ne me plains donc pas.

Rafa


QUESTIONS

Hola Rafa, je pense apprendre à jouer au tennis après des années d'observation. Quels conseils / astuces pouvez-vous me donner pour me faire commencer ? Clare

RN : La première chose est de profiter, de s'amuser et d'être patient.


Comment se choisit votre tenue pour chaque tournoi ? Jorge, Miami FL

RN : elle est choisie à l'avance. Nous le décidons avec Nike plusieurs mois avant.


Hola Rafa, félicitations pour votre victoire sur Gianni Mina. Qu'avez-vous ressenti de porter une montre pour la première fois lors d'un match et n’avez-vous pas remarqué de différence par rapport à d'habitude ? Merci et bonne chance. Niamh en Irlande

RN : non, pas vraiment puisque je m’entraîne depuis longtemps avec. Cela fait presque deux ans que nous avons commencé à travailler dessus et je m’entraîne depuis quelques mois maintenant. Ce n'est pas comme si j'avais commencé mardi avec elle.


Salut Rafa, aimez-vous prendre des photos et prenez-vous des photos des villes que vous visitez afin que vous puissiez y revenir dans les années à venir ? Merci d'être là ! Sandra

RN : non, pas vraiment, mais c'est une bonne idée. Je vais commencer, je pense. Merci pour le tuyau.


Vous jouez avec un nouveau cordage cette année et, de mon œil non averti, il semble que vous pourriez frapper la balle plus fort et plus longtemps. Quel était le but de ce changement et pensez-vous que c’est positif ? Vamos pour Roland Garros ! Rachel de Berkhamsted

RN: Oui, absolument.


Salut Rafa, c'est si bon de vous avoir sur les blogs et de lire vos réponses aux questions, muchas gracias ! Avez-vous des rêves ou ambitions, non liés au tennis, quelque chose que vous aimeriez faire mais que vous n’ayez pas encore fait ? Westbrook Juliette-Finch

RN : merci beaucoup pour vos commentaires. Je n'ai pas vraiment ce genre de rêves. Je pense chaque jour davantage à mes objectifs et au travail acharné pour y parvenir.


Salut Rafa, je voudrais savoir si parfois vous êtes amené à vous asseoir et vous pincer pour essayer de comprendre ce que vous avez obtenu jusqu'à présent dans votre carrière ? Taryn, en Australie

RN : je suppose que je le ferai à l'avenir, mais certainement pas maintenant.


Salutations de la Serbie ! Si vous aviez la chance de choisir n'importe quel court de n'importe quel tournoi pour être à votre nom, lequel serait-ce ? Monte-Carlo ? Merci et bonne chance à RG ! Marija Hvala

RN : pas sûr que je mérite cet honneur. Je suis trop jeune pour cela.
# 29/05/2010 à 00:31 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Dolgopolov - González 6-3,6-4,6-3
Ljubicic - Fish 6-2,6-7(8/10),4-6,6-2,10-8
Belluci - Andújar 1-6,6-3,2-6,6-4,6-2
Hewitt - Istomin 1-6,6-3,6-4,2-6,6-2
Nadal - Zeballos 6-2,6-2,6-3
Ginepri - Starace 3-6,6-4,6-3,6-3
Hanescu - Schukin 6-3,6-4,6-2
Djokovic - Nishikori 6-1,6-4,6-4
Verdasco - Serra 6-2,6-2,0-6,6-4
Kohlschreiber - Seppi 7-6(7/5),6-3,7-5
Almagro - Darcis 6-3,6-0,7-5
Melzer - Mahut 6-1,3-6,7-6(9/7),6-4
Ferrer - Malisse 6-2,6-2,2-0
Ferrero - Riba 7-6(7/5),6-7(13/15),6-2,6-2
Federer - Reister 6-4,6-0,6-4
Wawrinka - Fognini 6-3,6-4,6-1
Berdych - Isner 6-2,6-2,6-1
Tsonga - De Bakker 6-7(6/8),7-6(7/4),6-3,6-4
Cilic - Mayer 6-4,3-6,7-5,6-7(5/7),6-4
Söderling - Montañés 6-4,7-5,2-6,6-3
Murray - Baghdatis 6-2,6-3,0-6,6-2


Nadal trace sa route

Rafael Nadal trace son chemin vers un 5e titre à Roland-Garros, mais a tout de même perdu un petit quelque chose en route : son premier jeu de service. Horacio Zeballos a eu l'honneur de lui en voler un, vendredi, lors du troisième set de son 2e tour (6-2, 6-2, 6-3). Hormis cela, tout va très bien, merci, pour le n°2 mondial, auteur d'un match solide et propre face au gaucher argentin, qui disputait seulement son premier tournoi porte d'Auteuil (et son 3e Grand Chelem). Mais l'Espagnol promet déjà mieux pour le prochain tour : «Je me sens bien cette année. Mais ici, je n'ai pas encore sorti mon meilleur jeu. Toutefois, j'ai mieux joué qu'au match précédent, même si ce n'était pas excellent. C'était un match, disons, normal.»

Malgré son déchet évident (23 fautes directes), Horacio Zeballos aura eu pour principal mérite d'énerver deux ou trois fois le Majorquin avec son goût de l'amortie, en abusant parfois et pas toujours avec bonheur. Mais Rafael Nadal, auteur de quatre jeux blancs dans la rencontre, ne se fit pas longtemps prendre au piège : deux breaks dans le premier set, deux dans le deuxième, deux dans le troisième et donc, un débreak, vite corrigé dans la foulée. Car l'Espagnol n'a vraiment pas de temps à perdre dans sa longue quête : 1h45 sous le soleil du Central, face à un adversaire qui n'a encore jamais rencontré le moindre Top 10, c'est bien suffisant.
A.S-B.


PROGRAMME DE SAMEDI

Court Philippe-Chatrier, à partir de 11h00

Serena Williams (USA/n°1) - Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/n°29) 0-0

Pas avant 12h00

fin du match Aravane Rezaï - Nadia Petrova (7-6, 4-6, 7-7)

Victor Hanescu (ROU/n°31) - Novak Djokovic (SER/n°3) 0-3
Lleyton Hewitt (AUS/n°28) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 4-5
Maria Sharapova (RUS/n°12) - Justine Henin (BEL/n°22) 3-6


Court Suzanne Lenglen, à partir de 11h00

Andy Roddick (USA/n°6) - Teimuraz Gabashvili (RUS) 0-0
Shahar Peer (ISR/n°18) - Marion Bartoli (FRA/n°13) 6-2
Fernando Verdasco (ESP/n°7) - Philipp Kohlschreiber (ALL/n°30) 3-3
Jelena Jankovic (SER/n°4) - Alona Bondarenko (UKR/n°27) 9-1

Court n°1, à partir de 11h00

Jarmila Groth (AUS) - Anastassia Rodionova (AUS) 1-0
Jurgen Melzer (AUT/n°22) - David Ferrer (ESP/n°9) 0-3
Juan Carlos Ferrero (ESP/n°16) - Robby Ginepri (USA) 0-1
Anastasia Pivorova (RUS) - Samantha Stosur (AUS/n°7) 0-0


Court n°2, à partir de 11h00

Un double
Daniela Hantuchova (SVQ/n°23) - Yanina Wickmayer (BEL/n°16) 2-0
Ivan Ljubicic (CRO/n°14) - Thomaz Bellucci (BRE/n°24) 0-0


Court n°6, à partir de 11h00

Un double

Pas avant 12h00

Fin du match Mikhail Youzhny (RUS/n°11) - Viktor Troicki (SER) 2-6, 7-6 [4], 6-2, 3-1


Court n°7, à partir de 11h00

Un double
Alisa Kleybanova (RUS/n°28) - Yaroslava Shvedova (KAZ) 0-0
Nicolas Almagro (ESP/n°19) - Oleksandr Dolgopolov (UKR) 0-0
# 29/05/2010 à 11:10 Nico
Le blog et les réponses de Rafa sont ci-dessous !

VAMOS !!!




BLOG

Se coucher tôt et être prêt de bonne heure pour demain

Salut tout le monde,

Ce fut une bonne journée aujourd'hui. Elle a commencé très tôt et nous avons fait ce qu’il fallait en partant pour le site à 8H00. Mon échauffement a été fait à 8H45 ce qui est très tôt. Le problème pour moi était d'aller dormir plus tôt. Normalement, je dors après 0H30 ou 1H00 et hier, j'ai donc décidé de ne pas sortir pour dîner, prendre le repas en chambre et dormir de bonne heure... Telle était l'intention.

Donc, avec un match en début de journée c’est bien tout de même puisque nous avons fini assez tôt. Avec la conférence de presse et un acte de promotion que j'ai fait pour IBATUR (Baléares Office de Tourisme) j'avais pratiquement tout fait à 15H30. C'est aussi très tôt par rapport à d’habitude. Les autres joueurs passent moins de temps sur place, mais j'ai l'habitude de passer beaucoup de temps.

Je dois dire qu'il était bon d'être de retour de bonne heure. J'ai eu un peu de repos dans l'après-midi et suis allé dîner avec mon équipe assez tôt. Demain je joue à nouveau, quelque chose de pas commun en Grand Chelem, alors j’ai voulu prendre cela de manière cool.

Bonsoir et Merci,

Rafa


QUESTIONS

J'ai entendu Toni voter pour Bjorn Borg comme le joueur le plus fort de terre battue pour une enquête menée par L'Equipe. Je pense qu'il a tort et que vous êtes le meilleur. Qu’en pensez-vous ?
Vanessa, Londres

Rafa : Je ne sais pas, vraiment. Cela peut sembler étrange de voter pour son neveu, je suppose. Vous devriez demander à Toni.


Que pensez-vous de Novak et Troicki qui ont fait une caricature de Shakira et vous ?
Kim, Londres

Rafa : Je ne l'ai pas encore vu. Je suppose que c'est drôle ...


Je suis un fan de tennis et de basket, grâce à vous et aux Lakers de Los Angeles dans les play-offs NBA. Avez-vous été en contact avec Pau Gasol et espérez-vous qu’il remporte un autre championnat ? Aly

Rafa : Je suis souvent en contact avec lui et j'espère qu'ils gagneront !


Parfois, vous devez jouer contre des joueurs que vous ne connaissez pas, comme Gianni Mina et Horacio Zeballos. Abordez-vous ce genre de matches d'une manière différente que contre des joueurs que vous jouez depuis de nombreuses années ?
Ana, Madrid

Rafa : Pas vraiment. J'essaie toujours de jouer mon jeu.


Vous avez toujours été en tant que telle une personne modeste. Comment gérez-vous face à toute l'attention que vous avez ?
Denzy

Rafa : cela fait partie de la vie que j'ai et j'essaie d'être gentil avec tout le monde. Pourquoi changer ?


A quoi pensez-vous quand vous vous préparez à servir ?
Beth, Etats-Unis

Rafa : L’endroit où mettre la balle, comment le faire au mieux, la vitesse, l'angle ...


Pourquoi mordez-vous toujours le trophée ? Pourquoi ne pas l'embrasser comme les autres joueurs ?
Rose Dakin

Rafa : Je l'ai toujours fait depuis que j'ai gagné mon premier tournoi.


Avez-vous des plans pour venir voir les matchs à la Coupe du Monde ?
Campbell Carmen, l'Afrique du Sud

Rafa : Je crains de ne pouvoir venir, mais je vais la regarder à la télévision.


En dehors de l'Espagne qui supporterez-vous d'autre à la Coupe du Monde ?
Lola Myme

Rafa : Nous verrons.


J'ai vraiment aimé vous regarder avec Federer à l'occasion de la bienfaisance pour Haïti cette année. Nous verrons-vous avec Roger jouer un double un jour ensemble dans un tournoi ? Je pense que vous deux seriez imbattables ensemble.
Olivia, la Nouvelle-Zélande

Rafa: Je ne sais pas, je suis sûr qu’à un moment donné, nous le ferons.
# 30/05/2010 à 00:28 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Verdasco - Kohlschreiber 2-6,6-3,6-3,6-7(1/7),6-4
Almagro - Dolgopolov 6-3,6-3,6-4
Belluci - Ljubicic 7-6(7/4),6-2,6-4
Nadal - Hewitt 6-3,6-4,6-3
Djokovic - Hanescu 6-3,3-6,6-3,6-2
Youzhny - Troicki 2-6,7-6(7/4),6-2,6-3
Gabashvili - Roddick 6-4,6-4,6-2
Melzer - Ferrer 6-4,6-0,7-6(7/1)
Ginepri - Ferrero 7-5,6-3,3-6,2-6,6-4


Nadal sans coup férir

Trois petits tours, trois petits sets. Rafael Nadal n'a pas trahi son régime Roland-Garros en battant (6-3, 6-4, 6-3) Lleyton Hewitt pour rejoindre Thomaz Bellucci en huitièmes de finale.

Il fait froid, le vent souffle, il pleuviote et il ne faut pas être grand clerc pour deviner le résultat du troisième tour entre Rafael Nadal et Lleyton Hewitt. Et alors ? Rafael Nadal a gagné (6-3, 6-4, 6-3 en 2h28'). Et alors ? Rien de nouveau sous le soleil. Entre les deux anciens numéros 1 mondiaux, le combat est aujourd'hui trop déséquilibré. L'Espagnol est trop puissant, trop véloce, tout simplement trop fort. L'Australien reste un immense combattant, mais il ne possède pas les armes pour gêner le Majorquin sur terre battue. Même lors de la conférence de presse de Rafael Nadal, les questions tournent autour de... Roger Federer, de la Coupe du monde de foot ou de la signature de Mourinho. Pour le reste, il faut se tourner vers la météo. «J'étais un peu inquiet en raison du temps, avoue le n°2 mondial. Je voyais les nuages et je scrutais le ciel car il était important de finir le match aujourd'hui.»

Et alors ? Il faut donc chercher la chaleur dans le jeu de l'Espagnol. Mécontent de son niveau au premier tour, il monte en puissance et sa victoire donne quelques détails intéressants. La gifle de coup droit (20 coups droits gagnants) du quadruple vainqueur de Roland-Garros va bien. Son jeu de jambes va bien. Et sa couverture de terrain demeure la meilleure du monde sur terre battue. « C'est très difficile de jouer contre lui sur terre, constate l'Australien qui va maintenant partir à Halle pour la saison sur gazon. Il est incroyable en défense et avec son coup droit. Il ne donne pas de points gratuits et c'est compliqué quand il dicte le jeu. »


Nadal à son rythme

Pendant 2h28', le Central est apparu un peu trop grand pour Lleyton Hewitt. Courageux, le 33e mondial essaie bien de prendre de vitesse son adversaire en long de ligne. Mais son manque de puissance, conjuguée à la rapidité du Majorquin, anéantissent toutes ses ambitions. Il a beau breaker d'entrée, la riposte est immédiate. Il a beau venir au filet (33 montées), les passings fusent. Pour Rafael Nadal, tout va bien.

En champion, la tête de série n°28 possède l'immense mérite de ne jamais abdiquer. Même breaké au troisième set, il tente et cherche des solutions. Mais dans des conditions aussi lentes, sa mission s'avère impossible et Rafael Nadal se dirige tranquillement vers les huitièmes de finale contre le Brésilien Thomaz Belluci. En trois matches, il n'a perdu aucun set et a concédé 23 jeux. «Physiquement et mentalement, je vais bien, constate sobrement l'Espagnol. J'ai le sentiment de bien jouer. Maintenant il faut gagner (sourires).» Et il gagne tranquillement.
S.D.


PROGRAMME DE DIMANCHE

Court Philippe-Chatrier, à partir de 11h00

Elena Dementieva(RUS)[5] - Chanelle Scheepers(RSA)

Pas Avant 12:00

Maria Sharapova(RUS)[12] - Justine Henin(BEL)[22]
(Interrompu 2-6 6-3 )

Nadia Petrova(RUS)[19] - Venus Williams(USA)[2]

Roger Federer(SUI)[1] - Stanislas Wawrinka(SUI)[20]

Mikhail Youzhny(RUS)[11] - Jo-Wilfried Tsonga(FRA)[8]


Court Suzanne Lenglen, à partir de 11h00

Maria Kirilenko(RUS)[30] - Francesca Schiavone(ITA)[17]

Flavia Pennetta(ITA)[14] - Caroline Wozniacki(DEN)[3]

Marin Cilic(CRO)[10] - Robin Soderling(SWE)[5]

Andy Murray(GBR)[4] - Tomas Berdych(CZE)[15]
# 30/05/2010 à 12:03 Nico
Voici le blog de Rafa...et les questions suivront ce soir !

VAMOS !!!




BLOG

Tout va bien à Paris, excepté le temps

Salut tout le monde,

Il pleut ! Mais vraiment très fort. Je vous écris ce blog et l'eau qui coule est étonnante ici, à Paris. Dieu merci, cela se passe maintenant et pas avant ou pendant le match. Si cela se serait passé, cela aurait signifié que j'aurais eu à jouer encore aujourd'hui !

Quoi qu'il en soit, nous sommes là. Ceux d'entre vous qui suivent le tennis et qui ont vu le match de ce samedi peuvent se demander si je joue mon meilleur tennis. Je pense que je me suis retrouvé vraiment bien aujourd'hui et j'ai de bonnes sensations. Je n'ai pas joué excellemment mais je me suis senti bien, à la fin du match j'étais en contrôle avec mon jeu et surtout avec mon coup droit. Juste pour dire qu’en fond de cours je me sens de mieux en mieux. Je ne sais pas pourquoi ces variations se produisent. Je veux dire que j’ai bien joué à Monte-Carlo, en particulier là, à Rome et à un certain moment à Madrid. Puis-je suis venu à Paris avec de bons entraînements mais une fois que je suis en match, je joue moins bien ... Etrange. Mais je dois dire que cela s'est également produit en 2008 où je crois avoir joué à mon meilleur niveau ici, à Paris.

Ce dimanche, je m’entraîne à 13H00 de sorte que cela me donne le temps de bien dormir et de me reposer plus que durant ces trois ou quatre derniers jours. Je vais m’entraîner pendant une heure et demi et puis j'ai une activité de promotion rapide avec mon nouveau sponsor, le célèbre Richard Mille. Beaucoup de choses à dire et pour être honnête, le prix de cette montre me rend mal à l'aise. Mais croyez-moi, c'est vraiment une montre étonnante.

Merci,

Rafa
# 30/05/2010 à 21:15 Nico
Et voici les réponses aux questions !


QUESTIONS

Comment célébrez-vous habituellement votre anniversaire ? Le mien est également le 3 Juin ! Rafa : Vamos !
Assel du Kazakhstan

Rafa : J'ai fêté mon anniversaire quatre fois à Paris au cours des cinq dernières années. De toute évidence l'année dernière c’était le seul célébré à la maison. Et pour être honnête, j'aurais préféré avoir été à Paris ... En tout cas, c'est le passé. Je dîne normalement avec mon équipe et la famille, ici à Paris.


Ma question porte sur le changement dans le cordage de votre raquette. L’utiliserez-vous aussi sur herbe ?
Vie

Rafa : Le même


Novak fait la parodie de la vidéo de "Gypsy" dans l’émission du juke-box sur France 3. L’avez-vous vue ? Quelles sont vos réflexions à ce sujet ? J'espère que nous aurons la chance de voir votre duo avec Marc Lopez ! Bonne chance pour le reste du tournoi ! VAMOS ! :)
Julz, Philippines

Rafa : Je l'ai vu. Pas de problème. Mais je dois dire que les choses antérieures avaient été plus drôles ! J'espère que Marc va le faire !


Salut Rafa, mes amis et moi sommes de grands fans de vous, bonne chance à Roland-Garros. Nous nous demandions, dans un match, juste avant le service, un joueur reçoit trois balles. Puis ils les regardent, en laisse une et utilisent les deux autres. Pourquoi ? Que choisissez-vous en fait ? Merci !
Love Jasmine


Rafa : J'essaie de choisir la plus rapide pour l’utiliser en premier.


Je ne sais pas comment vous restez patient avec quelques-unes des questions « banales » qui peuvent vous être posées en conférence de presse ! Donc, j'ai une question « banale » mais j'espère que vous ne l’avez pas encore entendue ... C’était le concours de l'Eurovision ce week-end, l’avez-vous déjà regardé ? L’Espagne n'est pas la meilleure cette année, j'en ai peur ! Mes amis et moi avons une fête pour cela alors je vais essayer de faire cuire la paella pour aller avec le thème de l'Europe ! Bonne chance avec le reste de Roland Garros !
Kirsty, Royaume-Uni

Rafa : Je ne le regarde pas pour être honnête.


Vous avez eu des batailles épiques avec Roger Federer au fil des ans. Ne sentez-vous pas que tout le monde s'attend à un marathon de cinq sets à chaque fois que vous jouez ensemble ? Comment gérez-vous la pression ? Je croise les doigts pour vous pour ce tournoi ! Suerte Bueno !
Laurent Chef de Leicestershire

Rafa : Je suis sûr que tout le monde attend un grand match. J'aimerais d'être de retour en finale ici et si Roger est l'adversaire ce serait bien. L'important est d'être en finale et pour cela il y a encore un long chemin à parcourir !


Rafa, vous me surprenez vraiment à bien des égards - Vous êtes une source d'inspiration ! Ma question - Vous rappelez-vous le plus long rallye que vous ayez joué ? Combien de coups ? Bonne chance – J’ai vraiment hâte de voir du bon tennis avec vous et de lire votre blog.
Kim, de l'Australie

Rafa : Pas vraiment. J'ai eu beaucoup de longues batailles au fil des ans ...



Quel trophée vous aimez le mieux, esthétiquement parlant ?
Marija

Rafa : Je dirais ... Wimbledon ?!?!???!!?!?!


Hola, Rafa! Vous êtes un gars fantastique. J'aime vous regarder jouer. Lorsque j'ai regardé les quizz vidéeos des tie-break sur atpworldtour.com, j’ai été vraiment étonné que beaucoup de joueurs se souvenaient des scores exacts des matchs qu'ils ont joué il y a longtemps. Pouvez-vous le faire ? Par exemple, pouvez-vous vous souvenir de la partie lorsque vous avez vaincu Coria à Rome en 2005 ? Merci. Bonne chance pour le reste de la saison. Je voudrais vous voir à Shanghai en Octobre.
Marjorie, Shanghai

Rafa : Merci beaucoup. Bien sûr, je me souviens de presque tous. Contre Coria cela a été l'un des meilleurs et les plus excitants matchs que j'ai jamais joué. Le score final était 6-4, 3-6, 6-3, 4-6, 7-6 (6)!
# 31/05/2010 à 00:00 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Youzhny - Tsonga 6-2,0-0

Federer - Wawrinka 6-3,7-6(7/5),6-2

Berdych - Murray 6-4,7-5,6-3

Söderling - Cilic 6-4,6-4,6-2


Tsonga, abandon et frustration

Victime d'une déchirure musculaire abdominale en début de tournoi parisien, Jo-Wilfried Tsonga a été contraint à l'abandon au 4e tour face à Mikhail Youzhny. Et doit attendre le diagnostic définitif qui devrait tomber lundi. Encore une fois, le Français est rattrapé par le mauvais sort.

Pour la 6e fois en 10 ans, il n'y aura aucun Tricolore en seconde semaine. Rattrapé par ses problèmes physiques, Jo-Wilfried Tsonga, dernier Français, a été obligé de jeter l'éponge. Pour sa 3e participation à Roland-Garros, le N.1 français attendait un autre dénouement que celui-ci. Certains le voyaient en quart de finale, stade de compétition envisageable vu son statut. Il n'atteindra même pas le seconde semaine. Sa défaite a fini d'assombrir le bilan français. Cette saison, le Manceau ne sera pas l'arbre qui cachera la forêt comme l'a été Gaël Monfils les deux années précédentes.

Mais au-delà du débat sur le problème français avec la terre battue, Tsonga a une nouvelle fois été le principal acteur d'une tragédie dont il se serait bien passé. L'image d'un joueur qui n'en finira jamais avec ses pépins physiques. "Je me prépare toute l'année pour ce genre d'événement et puis quelque chose vient tout gâcher. C'est le tennis, j'en suis le premier désolé", lançait-il en sortant du court central encore sous le choc de la nouvelle. "Le pire, c'est que je peux passer si je n'ai pas mal. Toute la saison, je fais tout pour être au top. J'ai un kiné et un ostéopathe qui me suivent toute l'année. Ce mal récurrent chez moi, ce n'est pas quelque chose que je peux réguler. C'est ça le plus frustrant".


"Un mal que je ne peux pas réguler"

"J'ai ressenti une douleur dès le premier jeu sur une glissade. Au fur et à mesure, la douleur était de plus en plus intense. Je suis allé au bout de moi-même." Conditionné à jouer avec cela depuis son plus jeune âge, souffrant d'une hernie discale pendant de longues années, c'est avec plusieurs saisons de retard qu'il a émergé sur la scène internationale, en janvier 2008 lorsqu'il atteint la finale de l'Open d'Australie. Lui-même pensait que ses soucis étaient derrière lui. Il se trompait, ou alors occultait le problème.

En 2008, peu après Melbourne, il se faisait opérer d'une lésion du ménisque interne droit au mois de mai, le contraignant à déclarer forfait pour Roland-Garros, Wimbledon et les Jeux Olympiques. Son retour fin 2008 était également contrarié par une douleur à l'aine qui le fit abandonner à Tokyo. A côté de cela, 2009 était finalement sa première saison pleine. Sans creux. Ce qui lui a permis de rester parmi les meilleurs joueurs classés à l'ATP. Cette saison était-elle donc une exception qui confirme sa règle ? Tout porte à le croire.


Né pour souffrir ad vitam eternam ?


En 2010, ses débuts à l'Open d'Australie ont déjà donné de nouvelles alertes. Ses deux premiers matches en 5 sets joués face à Almagro et Djokovic ont réveillé des douleurs aux abdominaux avant sa demi-finale face à Roger Federer. Déjà. Sans temps mort, Tsonga a enchaîné les tournois... avant de casser à nouveau à Madrid. Et c'est encore le dos qui trinque. Cette fois-ci, le Français se dit alerte. Il se connaît et argumente que son choix de stopper le tournoi au 2e tour face à Garcia-Lopez, après un set joué, est une prévention.

Son match d'exhibition à Rueil-Malmaison face à Wawrinka lui donne raison. Tout comme son entame de Roland-Garros, un dimanche, malgré sa volonté de ne pas débuter ce jour-là. Encore un match en 5 sets qui réveille une douleur aux fessiers. Puis au psoas, muscle abdominal. Force est donc de constater que le géant français a toujours ses pieds d'argile. Et qu'il va devoir conjuguer cela tout le reste de sa vie professionnelle. En choisissant ses tournois ? En s'économisant un maximum ? En faisant abstraction de la douleur ? Il est évident que Tsonga va devoir choisir.
S.P.


PROGRAMME DE LUNDI

Court Philippe-Chatrier, à partir de 11h00

Robby Ginepri (USA) - Novak Djokovic (SER/n°3) 0-4
Serena Williams (USA/n°1) - Shahar Peer (ISR/n°18) 4-0
Thomaz Bellucci (BRE/n°24) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 0-1
Jelena Jankovic (SER/n°4) - Daniela Hantuchova (SVQ/n°23) 3-2


Court Suzanne-Lenglen, à partir de 11h00

Teimuraz Gabashvili (RUS) - Jürgen Melzer (AUT/n°22) 0-0
Justine Henin (BEL/n°22) - Samantha Stosur (AUS/n°7) 1-0
Fernando Verdasco (ESP/n°7) - Nicolas Almagro (ESP/n°19) 3-0
Jarmila Groth (AUS) - Yaroslava Shvedova (KAZ) 0-0
# 31/05/2010 à 09:37 Nico
Voici le blog et les réponses de Rafa !

VAMOS !!!




BLOG

Désolé, je ne peux pas signer tous vos autographes

Bonjour tout le monde,

Un jour de plus qui passe et comme je le disais hier, déjà la deuxième semaine. La compétition a commencé dimanche dernier, mais maintenant la concurrence devient vraiment difficile. Je joue ce lundi pour une place en quart de finale et c'est quelque chose d'important. Je viens de dire que je n'avais pas encore très bien joué, mais encore une fois, je me suis bien entraîné aujourd'hui, donc je suis heureux.

Après l’entraînement, j'ai dû aller voir certains clients de Richard Mille, oui la montre que je porte maintenant et c'est vraiment bien. Mon manager Carlos Costa m'a demandé d'y aller et je les ais vus dans leur loge. J'y suis allé pour rester environ 10 minutes après avoir les avoir salués.

Mais ils avaient un écran assez grand avec la course de Formule Un et ils avaient aussi du bon poisson pour le déjeuner et nous avons décidé d'y rester et de déjeuner tout en regardant la fin de la course. Très bonne ambiance.

Je suis désolé pour tous les fans qui attendaient à l'extérieur pour obtenir un autographe. C’est vraiment difficile. J'aimerais les signer tous, spécialement ceux des petits enfants qui attendent. Espérons que leurs parents leur expliqueront la difficulté de les signer tous.

Puis je suis rentré à l'hôtel et ait joué quelques parties de Play Station avec Marc Lopez qui est parfois mon partenaire de double et j'espère mon partenaire de demain en karaoké, Rafa Maymo et mon Manager personnel Benito Perez-Barbadillo. Benito et moi avons mieux joué et nous avons réussi à les vaincre ... La compétition continue !

Merci, Rafa


QUESTIONS

Regardez-vous les juniors espagnols ? Pensez-vous que le tennis espagnol sera toujours aussi fort à l'avenir ?
Atchariya

Rafa : Je ne les regarde pas vraiment, car ils jouent sur les courts annexes et il est très difficile pour moi d'y arriver. Le tennis espagnol a été fort au cours des 25 dernières années, alors je suis sûr qu'il va continuer comme ça.


Bonjour Rafa J'ai une question très ridicule pour vous ! Je suis totalement fasciné par votre vitesse ... pas seulement lors d'un point, mais je ne peux pas croire à quelle vitesse vous êtes capable de vous relever lorsque vous prenez une chute. Est-ce une réaction naturelle, ou c'est quelque chose sur laquelle vous vous entraînez ? Nous espérons vous voir rapporter la coupe des Mousquetaires à Majorque cette année. Bonne chance !
Belinda Shaw

Rafa: Merci beaucoup. La condition physique a beaucoup à voir avec ce que vous devez faire pour y arriver.


Bonjour ! Je viens de lire que vous regardez Lost. Avez-vous regardé l'épisode final ou pas encore ? De plus, qui est votre personnage préféré ? Remerciements de Puerto Rico et j'aime les couleurs que vous portez sur Roland-Garros. Vamos y éxito !
Yaritza de Porto Rico

Rafa : Je ne l'ai pas encore vu. Je le regarde en DVD donc je suppose que je dois attendre un peu. Vous allez devoir deviner mon personnage préféré ... Yeap, c'est celui-là !


Salut Rafa, je suis un grand fan et je pense que vous êtes un joueur extraordinaire et un grand être humain ! Ma question est : avez-vous des projets pour aller à l'université après votre retraite ? Prenez-vous des cours aujourd'hui ? Quels sont vos projets futurs ? Bonne chance !
Rukmani (de Munich)

Rafa : En ce moment je me concentre sur ma carrière de tennis et je ne suis pas vraiment sur la réflexion sur l’après tennis. Je verrai plus tard.


Hola Rafa, vous avez mentionné dans votre interview sur le court que vous regardiez Lleyton Hewitt lorsque vous étiez plus jeune. Avez-vous déjà trouvé plus difficile de jouer quelqu'un comme ça, quelqu'un qui vous a aidé en le regardant. D'autres joueurs qui viennent à l'esprit sont Agassi (avant la retraite) et Ferrero.
Clare

Rafa : C'est drôle car je me suis posé cette question aujourd'hui lorsque j’étais en train de déjeuner avec des amis ici, à Roland Garros. J'ai eu l'habitude de regarder Moya, Ferrero, Agassi, Hewitt et sauf pour Sampras j'ai joué contre eux tous.


Hola Rafa, je voulais vous demander si vous étiez le président du Real Madrid, quelle serait votre première décision ? Félicitations pour avoir une telle saison sur terre battue, vous avez fait de moi un fan très heureux et fier ! Merci beaucoup et bonne chance pour RG Champion !
Manahil, Pakistan

Rafa : Heureusement que je n'ai pas cette position que je préfère laisser à M. Perez et ainsi prendre ses propres décisions ...


Salut Rafa, vous êtes mon joueur de tennis préféré et je veux vous souhaiter la meilleure des chances à RG. Lorsque vous jouez en grand chelem, préférez-vous rester dans les hôtels ou dans une maison comme vous le faites à Wimbledon ? Merci beaucoup !
McLean Arlene, Royaume-Uni

Rafa : Merci beaucoup. C'est une très bonne question. J'ai envie de rester dans une maison à Wimbledon car il n'y a pas beaucoup d'hôtels à proximité. Mais il faut dire que pour les autres grands chelems les hôtels sont très biens et j'aime y rester. Cela me procure moins de travail aussi et je peux me concentrer plus sur mon tennis, pas sur mon lit, la chambre et la cuisine :-)
# 01/06/2010 à 01:07 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Nadal toujours solide

Rafael Nadal continue d'avancer sans trop trembler à Roland-Garros. L'Espagnol a écarté le Brésilien Thomaz Bellucci lundi en huitièmes de finale (6-2, 7-5, 6-4). C'est la 200e victoire de sa carrière sur terre battue. Il affrontera Nicolas Almagro au prochain tour. Djokovic jouera Melzer.

ROLAND-GARROS - 8e de finale messieurs

Rafael Nadal (ESP/N.2) bat Thomaz Bellucci (BRE/N.24) 6-2, 7-5, 6-4


Rafael Nadal a retrouvé le chemin des quarts de finale à Roland-Garros en battant le Brésilien Thomaz Bellucci pour la 200e victoire de sa carrière sur terre battue. Un an après sa défaite à sensation face à Robin Soderling en huitièmes de finale, le N.2 mondial n'a cette fois pas tremblé, même si son adversaire, un gaucher comme lui, l'a longtemps taquiné sur son service. Spécialiste de la terre battue, Bellucci, 29e joueur mondial, s'est procuré neuf balles de break et en a converti quatre. Mais il a été lui-même trop tendre sur son engagement pour espérer mieux qu'une honnête résistance.

Même s'il n'a toujours pas perdu de set, Nadal s'est montré soulagé après la balle de match, avant de rencontrer un autre Espagnol, Fernando Verdasco ou Nicolas Almagro. Ce sera son quatorzième quart de finale sur les seize derniers tournois du Grand Chelem. "Je savais que ce match allait être difficile, il était important pour moi car c'était le premier spécialiste de terre battue que je rencontrais dans le tournoi et en plus c'est un gaucher", a-t-il commenté. Une 200e victoire sur terre battue est loin de constituer un record (Guillermo Vilas est N.1 avec 631 succès) et Nadal n'est que le 40e sur la liste. Mais son pourcentage de victoires est imbattable puisqu'il n'a perdu que 16 matches sur la surface de toute sa carrière. Ce chiffre proprement exceptionnel lui a permis de remporter 28 titres sur terre battue, dont quatre Roland-Garros, qu'il espère reconquérir cette année.


Nicolas Almagro (ESP/N.19) bat Fernando Verdasco (ESP/N.7) 6-1, 4-6, 6-1, 6-4

Nicolas Almagro a remporté la primaire 100% espagnole face à Fernando Verdasco pour gagner le droit d'affronter son champion national Rafael Nadal en quarts de finale mercredi. Ce sera forcément compliqué pour le joueur de Murcie qui n'a encore jamais battu Nadal en six rencontres et qui avait pris une véritable leçon (trois fois 6-1) face au Majorquin il y a deux ans à Roland-Garros, déjà en quarts. Pour se donner du courage, Almagro pourra se rappeler qu'il est, avec le Letton Ernests Gulbis, l'un des deux joueurs à avoir pris un set au N.2 mondial cette année sur terre battue, en demi-finale à Madrid (4-6, 6-2, 6-2). Souvent trahi par son irrégularité et ses nerfs, Almagro, 21e mondial, est sur une trajectoire ascendante à Paris où, après un premier tour en cinq sets face au Néerlandais Robin Haase, il a largement dominé tous ses adversaires. Verdasco, N.9 mondial, a lui payé ses efforts réalisés depuis le début de la quinzaine et même de la saison sur terre battue. Il avait dû s'arracher pour battre Philipp Kohlschreiber en cinq sets au tour précédent, malgré un ongle cassé.


Novak Djokovic (SRB/N.3) bat Robby Ginepri (EU) 6-4, 2-6, 6-1, 6-2

Novak Djokovic s'est qualifié sans convaincre pour les quarts de finale. Après son élimination au troisième tour l'année dernière, le N.3 mondial s'est réconcilié avec un tournoi où il fut déjà deux fois demi-finaliste en 2007 et 2008. Mais il a laissé lundi une impression très mitigée face au 98e mondial dans un match où il a paru essoufflé et sans jus. Il a notamment connu un gros trou d'air au deuxième set où, complètement lymphatique, il a laissé défiler les points face à un adversaire à qui il n'avait abandonné que trois jeux lors de leur précédent match à Paris, en 2005. "J'ai encore connu des hauts et des bas et, comme depuis le début du tournoi, c'est dans le deuxième set. Mais je m'en suis sorti et c'est tout ce qui compte", a commenté Djokovic qui avait déjà lâché la deuxième manche face à Korolev au premier tour et contre Hanescu au troisième.

Jurgen Melzer (AUT/N.22) bat Teimuraz Gabashvili (RUS) 7-6 (8/6), 4-6, 6-1, 6-4

Eurosport


PROGRAMME DE MARDI

Court Philippe-Chatrier, à partir de 14h00 :

Francesca Schiavone (ITA/n°17) - Caroline Wozniacki (DAN/n°3) 1-0

Roger Federer (SUI/n°1) - Robin Söderling (SUE/n°5) 12-0


Court Suzanne-Lenglen, à partir de 14h00 :

Elena Dementieva (RUS/n°5) - Nadia Petrova (RUS/n°19) 6-4

Tomas Berdych (RTC/n°15) - Mikhail Youzhny (RUS/n°11) 4-6


Söderling pour rompre le sort


Battu douze fois en autant de confrontations par le numéro un mondial, pris de vitesse l'an dernier en finale, Robin Söderling peut-il inquiéter Roger Federer mardi en quarts de finale ?


Federer n'en fait pas une montagne

La finale 2009 entre Roger Federer et Robin Söderling avait rompu une routine qui avait vu le Suisse affronter (et se faire battre par) Rafael Nadal les trois années précédentes. Depuis, le numéro un mondial et le Suédois ne se quittent plus : «Nous avons pris l'habitude de nous affronter en Grand Chelem, nous nous sommes croisés à Wimbledon (huitièmes) et à l'US Open (quarts de finale) aussi, souligne le tenant du titre. Nous connaissons bien le jeu l'un de l'autre et je n'ai jamais perdu. C'est plutôt un bon bilan.» Que ce soit sur terre, sur dur ou sur gazon, Söderling a en effet perdu douze fois en autant de duels depuis Toronto en 2004. Ce qui fait dire à un Federer décontracté : «Pour moi, ce sera un match comme les autres.»


Söderling retient des promesses

Les statistiques officielles ne signalent pas le duel mais Söderling a bien battu Federer... au cours d'un match-exhibition à Abu Dhabi (6-7, 7-6, 6-2) le 1er janvier. Sans enjeu sportif direct, cette rencontre ne doit pas entraîner de jugement rapide : «Je ne veux pas sous-estimer ces exhibitions mais leur intérêt est de permettre les expérimentations. C'était seulement le premier match de la saison», tempère Federer. Son adversaire se permet néanmoins d'en tirer quelques enseignements : «Au fur et au mesure de nos rencontres, je comprends de mieux en mieux son jeu et je me rapproche de lui», souligne le cogneur scandinave pour qui certaines défaites étaient des promesses de victoire : «Je me souviens notamment ce match à Halle où j'étais passé tout près en servant et en retournant très bien. »


La confiance est partagée

Les deux finalistes de 2009 sont arrivés Porte d'Auteuil avec un bilan sur terre mitigé, avec une finale chacun (Madrid pour Federer, Barcelone pour Söderling) mais aussi quelques éliminations précoces. Depuis leur atterrissage à Paris, les deux joueurs ont néanmoins retrouvé de leur superbe, avec quatre premiers tours faciles. Trop faciles ? «J'ai quand même connu des moments difficiles, observe Federer. Cela serait différent si j'avais gagné chaque match 6-1, 6-1, 6-1.» «Mon meilleur niveau est le même que l'année dernière, estime son prochain adversaire. Mais désormais, j'arrive à gagner les points et les matches même quand je ne joue pas mon meilleur tennis. C'est le principal changement. »


Federer connaît la stratégie

Armes décisives pour infliger à un Nadal diminué la seule défaite de sa carrière à Roland-Garros, le service (plus de 200 km/h de moyenne) et le coup droit fulgurants de Söderling ne semblent pas poser de problème à Federer : «C'est un grand frappeur de tous les côtés, revers, coup droit, service. Après, c'est à moi de varier le jeu, de le faire bouger sur le court. C'est ce que j'aime faire, analyse le numéro un mondial. S'il est agressif en retour et qu'il sert bien, il faut jouer comme un match sur dur, ce qui ne me pose pas de problème.» S'il estime que son adversaire ne présente aucune faille technique, Söderling mise sur l'implication mentale pour faire la différence : «C'est le meilleur joueur au monde. Il faut profiter de la moindre opportunité, sinon on n'a pas de deuxième chance. C'est nécessaire de jouer les points importants mais c'est ce qu'il fait de mieux.» -

A. T.-C.
# 01/06/2010 à 13:22 Nico
Tous à notre lecture pour voir ce que Rafa a à nous dire !

VAMOS :::




BLOG

Une victoire, dîner avec ma maman et la Tour Eiffel

Bonjour à tous,

De belles choses à dire. Je ne peux pas me plaindre puisque je suis à Paris pour la deuxième semaine de Roland Garros, quelque chose que je voulais vraiment revivre.

Cela a été un jour de match normal, avec les choses habituelles. Réveil aux alentours de 9H30, petit déjeuner rapide et départ pour le site du tournoi pour me préparer pour le match. Je me suis entraîné à 11 heures avec Marc Lopez, parfois mon partenaire de double et un joueur très talentueux. Il doit croire plus en son jeu car il est vraiment bien. Je dois dire que pendant l'échauffement je me sentais vraiment bien.

Pour ceux qui demandent ce que je fais avant le match, j'ai simplement eu un peu de riz et de poulet dans le vestiaire. Préparer mes grips, s’échauffer ... des choses normales.

Aujourd'hui, ma mère est arrivée, car il y a une réunion pour la fondation. Je dis cela car nous sommes sortis pour dîner et avons passé un bon moment en regardant la Tour Eiffel illuminée.

Parfois, ou en fait plusieurs fois, je pense à la chance d’être en mesure de voir ces choses dans le monde entier et j’en suis heureux. C'est pourquoi je suis tellement reconnaissant envers les gens.

Rafa


QUESTIONS

Hey Rafa, mon père était un joueur de cricket anglais et son assurance ne lui permettait pas de faire certaines choses, comme le ski. Y-a-t-il quelque chose que votre assurance ne vous laisse pas faire et que vous souhaiteriez ? Bonne chance à RG. Laurence.

Rafa : Certains de mes contrats ne me permettent pas de me mettre dans des situations trop risquées. Mais je dois dire que je n'ai même pas besoin de ces situations ... Je reste à l'écart des risques, en tout cas ...


Rafa, salut. Y a-t-il quelque part ou quelque chose dans le monde que vous aimeriez voir ou visiter si vous aviez le temps ? Merci Rafa.
Val, Royaume-Uni

Rafa : Oui, à plusieurs reprises. Mais j'espère que je ferai cela quand je m'arrêterai avec le tennis.


Rafa, Hey ! Je suis un grand fan et j'ai été ravi lorsque vous avez signé mon autographe à l'US Open en 2008 ! (Vous avez utilisé mon stylo pour tous les signer):) Je me demandais ce que vous avez fait à l'école en tant qu’enfant devant voyager pour le tennis ?
Aimee Dervishian

Rafa : Je suppose que vous demandez si j'étais un bon élève ? Pas mal, mais certainement pas le meilleur élève ...


Bonjour ! Maintenant que votre anniversaire approche, quel est le meilleur cadeau d'anniversaire que vous avez pu avoir ? Avez-vous des souhaits d'anniversaire cette année ?
Katri, de la Norvège

Rafa : Tous les cadeaux sont beaux pour être honnête. Cela dépend de qui le donne et la signification de celui-ci.


Salut Rafa, j’aime vous regarder jouer au tennis, vous êtes mon joueur préféré et j'ai vraiment été triste que vous ayez manqué Wimbledon l'an dernier, Je voulais vous demander ce que vous pensez du toit que nous avons à Wimbledon maintenant ? Bonne chance pour le reste du tournoi à RG, vous jouez bien et merci pour les blogs :-)
Arlene Royaume-Uni

Rafa : Je pense que c’est bien même si nous ne verrons plus une personne qui reçoit le trophée dans l'obscurité ... :-)


Hola Rafa, ma question est de savoir si vous aviez à choisir entre la pêche, seul, à l'aube dans la mer de Majorque, jouer au golf avec vos oncles ou jouer au football de plage avec vos amis que choisiriez-vous ? Félicitations pour avoir une telle saison sur terre battue, vous avez fait de moi un fan très heureux et fier ! Merci beaucoup et bonne chance pour RG Campeon !
Manahil, Pakistan

Rafa : Je choisirais de tout faire en une journée. C’est effectivement possible et ce que j'aime le plus.


Si vous pouviez poser une question aux journalistes de tennis, quelle serait-elle ? Meilleurs voeux, comme toujours.
Natalie

Rafa : Je leur demanderai, croyez-moi ...


Rafa, Hola ! J'ai lu sur votre blog que vous avez regardé la course de Formule Un le week-end dernier. Je me demandais quel est votre pilote préféré de F1 ?
Ness, Philippines

Rafa: Je l’ai regardé en effet, et bien je soutiens les Espagnols! :-)
# 02/06/2010 à 00:07 Nico
RESULTATS DE MARDI

Söderling sort le roi Federer

Après Rafael Nadal en huitièmes de finale en 2009, Robin Söderling fait tomber (3-6, 6-3, 7-5, 6-4) Roger Federer en quarts de finale. Le Suédois a attendu sa 13e confrontation pour vaincre le Suisse.

Si vous êtes tenant du titre, numéro 1 mondial, programmé sur le central de Roland-Garros, ne croisez pas Robin Söderling. Cet homme est très dangereux. Après Rafael Nadal en huitièmes de finale l'an dernier, le Suédois fait tomber (3-6, 6-3, 7-5, 6-4 en 2h30') Roger Federer en quarts de finale. Ce mardi pluvieux, le 7e mondial bat non seulement le Suisse, mais il vainc ses démons. Ce mardi pluvieux, il stoppe le tenant du titre dans sa série de vingt-trois demi-finales d'affilée en Grand Chelem.

Après douze défaites en autant de confrontations, il déboulonne son bourreau. Après un premier set de rêve du numéro 1 mondial, il trouve la cible en s'appuyant sur son énorme service et son grand coup droit. Il a suffi d'une petite ouverture : une première balle qui s'enraille à 0-1 (30-0). Avec ce break en poche, les complexes s'évaporent et Robin Söderling investit le court. Il dicte les échanges, agresse en permanence son adversaire et se comporte en patron. Comble de l'ironie, le 7e mondial termine avec 30 montées au filet contre 17. Comble de l'ironie, il aligne 49 points gagnants sur une terre battue très lourde. Et la lenteur de la surface lui permet de déclencher ses grandes frappes aux préparations amples : «Les balles étaient très lourdes. Mais dans ce genre de conditions, j'ai déjà joué de bons matches, avoue le Suédois. Ca convient bien à mon jeu. Les conditions étaient un peu lentes, mais j'ai réussi à bien servir et à prendre la balle tôt. »

Söderling en excès de vitesse

Dans la tribune présidentielle, Jean d'Ormesson pense aux Mémoires d'outre-tombe et Roger Federer s'enterre sous la puissance de Robin Söderling. L'académicien peut revisiter son cher Chateaubriand : « Tout ce qui est fixe est fatal et tout ce qui est fatal est puissant. » De son côté, le Suédois est bien puissant et fatal. Et c'est beaucoup plus abrupt... Pour conclure le deuxième set, il enchaîne des premières balles à 220 km/h, 221 km/h, 222 km/h, 226 km/h, pour achever le travail avec un ace à 217 km/h puis une première à 220 km/h... Et la moindre seconde balle avoisine les 190-195 km/h. « Quand j'ai gagné le deuxième set qui était très dur pour moi, je me suis vraiment senti plus relax, souffle Robin Söderling. Ensuite, j'ai commencé à jouer de mieux en mieux. » Thomas Muster vient jeter un oeil et le vainqueur de Roland-Garros 1995 constate les dégâts.

Dans ce contexte, il reste le génie de Roger Federer qui possède une balle de troisième set à 5-4 et tente un passing-smash sur un smash adverse ! Le Suédois riposte d'une volée haute de revers gagnante ! Deux minutes plus tard, le jeu est interrompu par la pluie à 5-5 (30-15) sur le service du Suisse. Plus d'une heure plus tard, Federer perd son engagement puis la manche sur un nouvel ace à 214 km/h. Même le numéro 1 mondial montre un geste d'impuissance. Malgré le break d'entrée de quatrième set, il n'arrive pas à calmer le jeu. Sous les parapluies, les spectateurs donnent de la voix, mais leur champion recule sous les coups et finit par céder sur une 27e faute directe. Jean d'Ormesson est parti depuis bien longtemps, il ne voulait pas voir ça...
S.D.


Berdych avance masqué

La défaite de Federer a fait de l'ombre à la qualification de Tomas Berdych pour les demi-finales. Mais le Tchèque, relégué sur le court Suzanne-Lenglen, s'est encore montré très impressionnant face à Mikhaïl Youzhny (6-3, 6-1, 6-2).

Voilà qui atténuera peut-être très légèrement la déception de Jo-Wilfried Tsonga : Mikhaïl Youzhny, qui avait profité de l'abandon du n°1 français, n'a pas existé face à Tomas Berdych lors de leur quart de finale. Le Tchèque s'est imposé en trois sets (6-3, 6-1, 6-2) et n'a toujours pas perdu une manche depuis le début du tournoi, en cinq matches. Sa victoire a été éclipsée par le déboulonnement de Sa Majesté Federer mais Robin Söderling devra s'en méfier vendredi, lors de leur demi-finale.

Berdych accède enfin à sa première demi-finale en Grand Chelem, à 24 ans. Il est le premier Tchèque à atteindre le dernier carré à Roland-Garros depuis Petr Korda, en 1992. Il reste sur huit victoires consécutives, après ses trois succès dans la Coupe du monde par équipes, et confirme ainsi sa victoire sur Andy Murray, deux jours auparavant, déjà sur le court Suzanne-Lenglen, et à nouveau sous la pluie.Le Tchèque explique ses progrès : «J'ai amélioré mes déplacements sur le court. Je suis grand, alors, j'ai du mal à courir vite sur le court. Mais cela va mieux. Ensuite, je suis un joueur qui aime jouer agressif mais parfois, je le fais trop. J'attaque trop sur chaque coup et alors, je fais des erreurs. Je dois rester agressif, mais aussi contrôler beaucoup mieux la balle et me montrer un peu plus patient sur le court.»

Une statistique illustre la domination écrasante de Berdych : à la reprise du match, interrompu par la pluie, le Tchèque a remporté les 12 premiers points. Le score est ainsi passé de 6-4, 1-1 30-0, à 4-1 0-30, service Youzhny. Le Russe, écoeuré, a dû patienter 10 minutes avant de débloquer son compteur ! Le Tchèque frappe toujours aussi fort, mais il n'hésite plus à temporiser et à laisser la balle dans le court, attendant la bonne occasion pour clouer l'adversaire. Et son service est toujours aussi performant. Sa confrontation avec Söderling promet un beau duel de cogneurs.

«Il était important de ne pas lui donner de temps, car autrement il peut être très agressif, notamment sur ces surfaces lentes comme aujourd'hui, a expliqué Berdych. Il faut essayer de le maintenir le plus loin de la ligne de fond de court possible. Les conditions étaient pires que contre Andy Murray. Aujourd'hui, il pleuvait carrément pendant le jeu. Les derniers jeux, c'était à gauche par rapport à l'arbitre, c'était très glissant et dangereux. Les conditions étaient très humides, très froides, c'est pourquoi il fallait que je serve bien, que je reste agressif. C'est ce que j'ai fait. Il y a eu un jeu très important. Il a bien tourné pour moi à 5/3 dans le premier set. C'était moi qui servais, je menais 40-0 et il a réussi à égaliser. S'il avait réussi à prendre ce service, on ne sait pas ce qui se serait passé. L'important pour moi, c'est de gagner le prochain match contre Soderling.»
A.Q.


Federer : «Tout le mérite lui revient»


Plus de deux heures après sa défaite contre Robin Söderling, Roger Federer arrive en conférence de presse. En polo gris et casquette bleue, il évacue vite sa déception pour reconnaître la performance de son adversaire.

« Roger Federer, que ressentez-vous après cette défaite ?

Je ne pense pas avoir joué un mauvais match. C'est donc plus facile de sortir comme cela. Les conditions étaient évidemment très difficiles pour nous deux. Je pense qu'il a joué un superbe tennis. Ça rend les choses un peu plus faciles à digérer.

Quel est votre niveau de déception après cette défaite ?

Il ne faut pas non plus exagérer. Ce n'est pas une finale. C'était un quart de finale dans un Grand Chelem, cela arrive. Ce n'était peut-être pas arrivé pendant cinq ans (Ndlr : six ans depuis 2004), c'est pour cela que j'ai beaucoup de micros devant moi aujourd'hui (sourires). En même temps, la déception va passer très facilement. Je me réjouis de retrouver le gazon. Mon parcours dans les demi-finales de Grand Chelem était immense, plus qu'incroyable. La déception est atténuée.

Les conditions de jeu ont-elles modifié votre jeu ?

J'ai pu faire ce que je voulais. Mais j'ai raté des occasions au début du deuxième set et à la fin du troisième set. La pluie ne m'a pas aidé non plus. J'avais le break dans la quatrième manche. Je peux gagner les quatre sets, mais je peux aussi perdre les trois sets. C'est un peu frustrant de sortir du tournoi comme ça, mais il est vraiment allé chercher la victoire. Il a bien joué vers la fin dans des conditions super difficiles. C'est dommage que cela se soit décidé dans des conditions pareilles, mais il mérite la victoire car il a super bien joué.

Vous jouez un très bon premier set, puis le match vous échappe. A quel moment a-t-il basculé ?

J'ai raté des occasions importantes aux 2e, 3e et 4e sets. Si je concrétise une de ces opportunités ou si je joue un peu mieux dans les moments clés, je me retrouve au moins dans un 5e set. Tout le mérite lui revient parce qu'il a continué à jouer de manière agressive en jouant près des lignes. Il a pris des risques et sa victoire est méritée.

Votre nombre de demi-finales d'affilée en Grand Chelem s'achève. Quel sentiment cela vous inspire ?

A un moment ou un autre, les choses s'arrêtent ! On espère toujours que cela ne se produira pas, mais cela arrive. C'était un très beau record, et maintenant j'ai encore le nombre de quarts de finale d'affilée ! (Rires). J'ai toujours le record du nombre de participations en quarts de finale. Je me souviens, en 2004, j'avais perdu contre Kuerten. A cette époque-là, si j'avais su tout ce que je réussirais à faire, j'aurais signé immédiatement. C'est incroyable de rester au plus haut niveau, de jouer demi-finale après demi-finale et d'avoir une chance de gagner un Grand Chelem. J'en ai même remporté pas mal. Je suis donc très fier de ce record. Pour moi, c'est un de mes plus beaux records et cela devrait être dans les livres d'histoire !»
Recueilli par S.D., à Roland-Garros


PROGRAMME DE MERCREDI

Almagro pour un miracle ?

A l'image de Robin Söderling contre Roger Federer, Nicolas Almagro va s'attaquer à Rafael Nadal en quarts de finale avec quelques atouts dans sa manche. Mais le passé (6 victoires à 0) et l'avantage psychologique sont pour le quadruple vainqueur du tournoi.

Il n'est pas certain que Nicolas Almagro garde un bon souvenir de son premier quart de finale à Roland-Garros, en 2008. Confronté à l'invincible Rafael Nadal, le Murcian avait été dominé de la tête et des épaules (6-1, 6-1, 6-1), si impuissant qu'il avait lâché devant une caméra au bord du court : «Même à 65 ans, il gagnera encore.» S'il n'a pas oublié cette défaite cinglante et cette remarque, ''Nico'' préfère en rigoler avant de retrouver ''Rafa'' mercredi en quarts de finale : «Je n'espère pas attendre d'avoir 30 ou 40 ans pour le battre enfin. Vers 24 ans ça m'irait !», lance le joueur né en décembre 1985. Depuis deux ans, Almagro n'a certes toujours gagné le moindre duel (0-6 au total) contre le Majorquin mais leurs derniers duels, à Bercy et à Madrid, ont offert quelques promesses au 20e joueur mondial. «C'est le pire adversaire possible en quarts de finale, mais il n'est pas imbattable, sinon j'aurais déjà fait mes valises et je serais en vacances.»

Tête de série n°19, Almagro assure qu'il n'est plus le même joueur qui avait couru à sa perte ce 3 juin 2008 et qu'il pourra résister cette fois-ci aux coups du Majorquin : «Depuis 2008, j'ai progressé physiquement et mentalement, résume-t-il. Ce sera forcément une partie très longue. Il faut absolument que je sois agressif sur tous les coups et que je joue mon meilleur tennis.» Vaincu par Almagro lundi, Fernando Verdasco assure d'ailleurs qu'avec son revers à la précision chirurgicale et son coup droit surpuissant, son bourreau a les moyens pour gêner sérieusement le quadruple vainqueur du tournoi : «Il a les coups pour gagner. S'il garde son calme et organise bien son jeu, il a une vitesse de balle supérieure à celle de Rafa, explique le numéro 9 mondial. Le problème c'est que Rafa est supérieur mentalement, physiquement et au niveau de l'expérience. Face à lui, les joueurs ont tendance à devenir nerveux. »

C'est précisément cette nervosité provoquée chez ses adversaires qui avait permis à Nadal d'éviter la défaite lors de leurs deux derniers rencontres. «Il avait très bien joué à Madrid, se souvient le numéro deux mondial. Il avait bien gagné le premier set et avait eu deux balles de break à 2-1 dans le deuxième set.» «A partir de ce moment, il a joué encore plus fort et plus vite. Ce sont ces points là que je dois travailler», poursuit Almagro, peut-être hanté par ce huitième de finale à Bercy où il avait mené 6-4, 6-5, 40-0. Pour renverser la montagne, le Murcian devra découvrir de nouvelles ressources psychologiques et déployer davantage de résistance : «Je vais essayer de jouer un peu comme à Madrid mais il va falloir que je tienne plus qu'un set et demi. Ici, il va falloir que je joue aussi bien jusqu'à cinq sets. La partie peut être très longue.» Plus longue sûrement que le fameux quart de finale de 2008.
A. T.-C.


Court Philippe-Chatrier, à partir de 14h00

Serena Williams (USA/n°1) - Samantha Stosur (AUS/n°7) 3-1

Nicolas Almagro (ESP/n°19) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 0-6



Court Suzanne-Lenglen, à partir de 14h00

Jelena Jankovic (SER/n°4) - Yaroslava Shvedova (KAZ) 2-1

Jürgen Melzer (AUT/n°22) - Novak Djokovic (SER/n°3) 0-2
# 02/06/2010 à 20:45 Nico
Voici les questions du jour posées à Rafa.


QUESTIONS

Qu’avez-vous trouvé de plus difficile l'an dernier, voir quelqu'un d'autre gagner Roland Garros ou ne pas être en mesure de défendre votre titre à Wimbledon ? Ellie Lambert

RN : Ne pas pouvoir défendre mon titre, c'est sûr. Je me soucie de ce je peux et ne peux pas faire. J'ai joué et j'ai perdu RG l'année dernière.


Savez-vous si vous allez jouer au Queens à Londres la semaine prochaine ? J'ai des billets et j'espère vous voir ! Rosie à Chichester

RN : Oui, je joue à coup sûr.


Êtes-vous satisfait de faire des fautes directes tant que vous gagnez ? Laura Greaves

RN : Oui et non. Je suis heureux de gagner, mais clairement pas heureux en donnant des points gratuitement.


Est-ce très important pour vous de gagner l'US Open et de compléter vos tournois du Grand Chelem ? Shama

RN : Gagner l'US Open est important, mais certainement pas la fin du monde si je n'y arrive pas. J'aime gagner chaque tournoi que je fais mais je connais les difficultés.


Quelles sont vos conditions idéales pour jouer ? Xiomara

RN : Soleil, chaleur, terre, un bon public, ... Beaucoup de choses.


Si vous pouviez retrouver votre titre à Wimbledon cette année ou gagner l'US Open pour la première fois, quelle préférence auriez-vous ? Jazz

RN : Les deux bien sûr mais Wimbledon a été vraiment spécial.


Quel temps pouvez-vous faire sur 100m ? Nina

RN : Je ne suis pas rapide au 100m.


Qui est un meilleur chanteur, vous ou votre oncle Toni ? Alala

RN : Bonne question mais je ne suis pas sûr d’avoir une réponse ....
# 03/06/2010 à 00:59 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Nadal plus décisif

Plus fort lors des moments importants, Rafael Nadal domine (7-6, 7-6, 6-4) son compatriote Nicolas Almagro et se qualifie pour les demi-finales où l'attend Jürgen Melzer.

Dans un western spaghetti, vous auriez au générique, le frappeur Nicolas Almagro qui explose la porte du saloon et dégaine plus vite que son ombre, et le héros Rafael Nadal qui souffre (un peu mais pas trop) et finit toujours par gagner. De la fiction à la réalité, le duel a produit une fin attendue avec la victoire (7-6 [2], 7-6 [3], 6-4 en 2h34') du Majorquin et un scénario avec quelques rebondissements pour pimenter l'histoire. « Si je ne croyais pas en mon tennis, j'aurais pris le premier avion hier et je serais avec ma fiancée, ma maman et mes nièces en train de faire un barbecue à la maison (sourires). Mais je crois en mon tennis et en mon jeu, assène le 21e mondial. Il a gagné, je dois le féliciter et continuer à travailler. Mais je sors du court la tête haute. J'ai fait mon match avec une bonne attitude.»

La première (petite) surprise : le break d'entrée de Nicolas Almagro pour mener 3-0. En douze minutes, il a marqué autant de jeux (3) que lors de son match de 2008 contre son compatriote à Roland-Garros. Comme souvent, le numéro 2 mondial prend son temps et ses marques avant de trouver son rythme, de s'adapter aux frappes de mammouth de son adversaire et de revenir à 3-3. Echauffée par Thomas Muster, présent dans la tribune des joueurs, la tête de série n°19 commence tambour battant avant de s'user sur les lifts surpuissants de Rafael Nadal. Jouer au-dessus de l'épaule, ça use, ça use. Même pour un gros bras comme Nicolas Almagro.

Nadal aux jeux très décisifs

La deuxième surprise : le nombre de fautes directes du quadruple vainqueur de Roland-Garros. Au premier set, il commet dix-huit fautes directes (34 au total). Après 2h34' de grande intensité, cela peut paraître normal au commun des joueurs. Pour les critères nadalesques sur terre battue, c'est une zone de turbulences. Rafael Nadal n'aime pas être bousculé et Nicolas Almagro n'est pas un homme à jouer petit bras. Le nouveau protégé de Jose Perlas agresse en permanence son leader, se régale sur les deuxièmes balles et met en position d'instabilité le Majorquin. Mais il doit réaliser des exploits et la tentation de surjouer n'est jamais loin.

La troisième (demi) surprise : les montées au filet de Rafael Nadal. Auteur de seize montées au filet, le numéro 2 mondial n'a pas hésité à venir vers l'avant lors de chaque moment chaud. Ses deux tie-breaks démontrent sa capacité à élever son niveau de jeu quand l'enjeu le vaut. Lors du premier jeu décisif, il fait exploser Nicolas Almagro en coup droit et conclut sur une fusée en revers croisé. Lors du deuxième jeu décisif, il enregistre quatre points gagnants sur les quatre premiers points. Sur la deuxième et dernière balle de break du 21e mondial à 4-4 au deuxième set, il enchaîne service-volée. « Je ne pense pas à enchaîner service-volée avant mon service. Si je vois que mon service est bon et que mon adversaire est en difficulté, je prends ma chance, relate le roi de la terre. Aujourd'hui, j'ai mieux servi que lors de mes matches précédents, notamment en slice. C'est pour cela que j'ai pris ma chance quelque fois et je l'ai bien fait. » Comme toujours face à ses compatriotes, l'histoire se répète. A la fin, Rafael Nadal se tourne vers son clan et lève les bras. Les caméras sont toujours bien en place.
S.D.


Melzer sort Djokovic

Jurgen Melzer a éliminé Novak Djokovic (3-6, 2-6, 6-2, 7-6[3], 6-4) et se qualifie pour la première demi-finale de Grand Chelem de sa carrière.

Avait-il vu, de son oeil espiègle, son compatriote cinéaste Emir Kusturica dans les tribunes du Suzanne-Lenglen ? Toujours est-il que Novak Djokovic, pourtant gratifié d'un quart de finale « accessible » face à Jurgen Melzer, avait décidé de faire son cinéma. Du mauvais cinéma, récité, peu assuré, et sans happy end à la clé, puisque le n°3 mondial a laissé les flashes et les autographes à l'Autrichien (3-6, 2-6, 6-2, 7-6[3], 6-4), qui atteint sa première demi-finale en Grand Chelem. Djokovic s'est, lui, contenté d'un second rôle, hésitant, sur une partition de quatre heures en noir et blanc où il alterna le bon et le très mauvais. Alors qu'il menait sans convaincre, mais tout de même, 2 sets à rien, un break en poche (2-1) service à suivre dans la troisième manche, « Nole » a accusé un sérieux passage à vide de trois sets pour boucler une saison sur terre décidément bien terne.

On le savait, Novak Djokovic était en quête de confiance sur cette surface cette année. On le savait, son service laissait cruellement à désirer ces temps-ci. Mais bon gré, mal gré, le Serbe était arrivé en quart de finale, porté par un tableau plutôt heureux. Il est arrivé au 3e set en tête, mercredi, porté par les cadeaux de son adversaire, sûrement pas par ses double-fautes à répétition (10 au total). Malgré ses 29 ans, Melzer disputait le premier quart de finale de sa carrière et le Lenglen parut alors bien grand au gaucher autrichien. Mais à Novak Djokovic tout autant, même s'il savait, à l'expérience, camoufler son manque d'aisance en se montrant décisif sur les points importants. Un petit numéro d'acteur, qui prit rapidement fin. A 2-1 dans la 3e manche, ses difficultés de placement, ses revers de premier communiant ne trompaient personne, et surtout pas lui-même. De double-fautes en amorties cruelles, il laissait le set à Melzer, complètement remis en selle.

Au 4e set, c'était la grande illusion pour « Nole », qui tenait la baraque péniblement mais à quel prix : un jeu de service, à 4-3, qu'il mit près de 20 minutes à défendre, sauvant 7 balles de break consécutives. Il pouvait hurler sa rage après cette bataille, mais il y avait laissé bien des forces, qui lui coûtèrent sans doute le jeu décisif (6-3). Dans le 5e set, enfin, un peu de dramaturgie avec trois balles de break concédées au pire moment, 4-4, finit l'ensemble. A sa troisième balle de match, Melzer mettait fin à la comédie, «le plus beau match de sa carrière», l'intitulera t-il d'ailleurs après coup. Emir Kusturica se levait de sa chaise, et partait sans avoir trouvé le héros qu'il était venu chercher.
A.-S.B


REACTIONS

Nadal : «C'était très difficile»

Sans avoir perdu le moindre set, Rafael Nadal se qualifie pour les demi-finales. Mais le Majorquin a souffert contre Nicolas Almagro et s'estime heureux d'avoir gagné en trois manches.

« Rafael Nadal, comment analysez-vous votre match ?

J'ai très mal débuté. C'était terrible. Je ne mettais pas une balle dans le court. J'ai eu de la chance que Nicolas commette quelques fautes pour me permettre de revenir à 3-3. Ensuite, c'était très compliqué car il est très difficile à breaker. Il sert très bien, il frappe très fort du fond, il touche bien la balle et joue très long des deux côtés. C'était difficile, notamment sur un plan mental. J'étais assez nerveux car je jouais un peu court, mais c'était aussi à cause de lui car il est très puissant. Mais je suis très heureux de la manière dont j'ai joué les tie-breaks. J'étais très agressif, très concentré et dans les moments importants, j'ai mieux joué que le reste du temps. Je suis très content de m'en être sorti en trois sets.

Vous avez été pénalisé pour dépassement de temps à 5-4 dans le premier set. Comment avez-vous vécu cette sanction ?

J'en ai parlé avec Carlos (Ndlr : Ramos, l'arbitre), il m'a dit que j'avais été un peu lent et que j'avais pris beaucoup trop de temps. Si je le mérite, je le mérite. Mais cela m'a mis un peu de pression. Il y a des règles et je comprends ces règles. Je me suis donc pressé. Je ne prenais même pas le temps de m'essuyer le visage. J'ai besoin de temps pour réfléchir et j'avais le sentiment de toujours devoir faire attention au temps. Je ne voulais pas prendre un point de pénalité. J'ai donc fait de gros efforts pour aller le plus vite possible. Honnêtement, je ne pouvais pas aller plus rapidement. Je pense que je ne méritais pas mon deuxième avertissement (Ndlr : l'arbitre l'a averti dans le deuxième set). Mais ce n'est grave. J'ai une montre, j'aurais pu la regarder et je ne l'ai pas fait (rires).

Si vous gagnez le tournoi, vous retrouverez la première place mondiale. Est-ce important pour vous ?

Je ne pense pas à ça. Ce serait une conséquence. Mon objectif est déjà de me qualifier pour la finale et si je redeviens n°1, tant mieux. Mais l'année est longue et ce n'est pas Roland-Garros qui décidera de cela. Mais ce n'est pas mon objectif. Je veux rester concentré sur mon prochain match car mon adversaire est très solide. S'il est en demi-finale, c'est parce qu'il joue extrêmement bien et c'est un joueur très dangereux. Que puis-je dire de plus ? Je ferai de mon mieux et au pire des cas, je serai n°2 après le tournoi. Nous verrons plus tard.

Mardi, Roger Federer a perdu contre Robin Söderling. Etes-vous surpris par la qualité de jeu de Söderling ?

Roger était favori, mais Robin a joué de façon incroyable. Ses services étaient très difficiles à retourner, il servait très fort. Même du fond du court, il frappait toutes les balles. Il était à 100% et il jouait presque à chaque fois les lignes ! C'est très difficile de gagner contre Robin, quand il joue comme ça. »
Recueilli par S.D.


Melzer : «Mon plus beau match»

Tombeur de Novak Djokovic en quart de finale après une bataille de 4h00, l'Autrichien Jurgen Melzer estime avoir livré le plus beau match de sa carrière.

"Jurgen Melzer, vous étiez mené deux sets et un break à rien. Que s'est-il passé ?

J'ai changé de match ! La seule chose que je me sois dite, c'est que c'était mon premier quart de finale en Grand Chelem alors, je ne devais pas baisser les bras, je devais me battre. Je ne jouais pas si mal, mais je ratais l'opportunité de finir les points. A un moment, c'est devenu un match ouvert. J'aurais dû gagner le 4e set plus rapidement, et le 5e était une bataille tout du long.

Qu'avez-vous ressenti lorsque votre volée, pourtant facile, finit dans le filet sur la balle de match ?

Oui, c'était une volée facile, mais j'en ai raté pas mal dans ma vie et je n'aime pas trop ces coups-là. Sur les points de break, j'ai bien joué. A la fin, c'était juste une bataille, on était tous les deux fatigués, tout nous faisait mal.. Et puis je suis passé !

Qu'est-ce-qu'il s'est passé en vous pour que vous atteigniez ce niveau en Grand Chelem, aujourd'hui, à 29 ans ?

Simplement, je suis un bon joueur de tennis. Il manquait deux petits maillons ci ou là mais je croyais en moi-même ! J'ai toujours eu suffisamment de jeu pour disputer de bons matches. Il y a eu un déclic à Vienne, l'an dernier : j'ai gagné chez moi, et plus vous gagnez de matches au haut niveau, plus vous gagnez en confiance en vous. Pour moi, ce n'était pas une question de talent, mais une question de mental.

Vous savourez encore, ou vous pensez déjà à votre demi-finale face à Rafael Nadal ?

(Souriant) Je viens de jouer le plus beau match de ma vie, et pour l'instant, je n'ai pas l'esprit suffisamment clair pour penser au match contre Nadal ! »
A.-S.B


Djokovic : «Une grosse erreur»

Battu par Jurgen Melzer alors qu'il menait deux sets à rien, un break d'avance, Novak Djokovic assumait pleinement ce fiasco en salle de presse : «Il a très bien joué dans les trois derniers sets, mais j'ai commis une grosse erreur : celle de le remettre dans le match avec mes fautes directes. Il a saisi la balle au bond et après ne l'a plus lâchée, en servant notamment très bien. Je suis très déçu, évidemment, d'avoir perdu un match dont j'avais le contrôle. C'est le tennis, les Grands Chelems.»

Beau joueur, le Serbe n'a pas insisté sur son passing dans le dernier jeu de la rencontre, estimé faute par l'arbitre mais donné valide par le Hawk-Eye : «Cela fait partie du jeu, que peut-on y faire ? Je ne sais pas ce qu'il s'est passé pour l'arbitre, mais même à la télévision on voyait la balle bonne. Mais je ne peux pas lui imputer la défaite sur ce point. J'aurais dû boucler mon match plus tôt, et j'en ai payé les conséquences.»
A.-S.B, à Roland-Garros
# 03/06/2010 à 12:52 Nico
Voici le blog et les réponses de Rafa !


BLOG

Sympathie pour Novak et un anniversaire parisien

Salut tout le monde et des excuses pour ne pas avoir écrit hier quelques lignes pour le blog. J’ai juste répondu aux questions. Il était très tard et à la fin du dîner après les travaux physio j'ai eu envie d'aller dormir et n'ai pas eu le temps de penser à écrire. Donc, je n’ai que répondu à vos questions.

Comme je m'y attendais, et non comme tout le monde me disait ou le pensait, j'ai eu un match très difficile aujourd'hui. Très, très dur. Il est vrai que je n'ai pas perdu un set, mais je dois dire que cela aurait pu arriver aisément. Nico a vraiment bien joué et je ne jouais pas bien au début. Beaucoup d'erreurs, beaucoup de fautes directes. Quoi qu'il en soit, le fait est que je suis à nouveau en demi-finales à Paris et j’en suis heureux.

Une chose que je veux dire aujourd'hui, c'est que j'ai vu la fin du match entre Novak Djokovic et Jurgen Melzer, mon adversaire en demi-finale et je dois dire que cela a été une défaite difficile pour Novak. J'ai vu la fin du match quand je suis arrivé au vestiaire après tous les entretiens que j'avais à faire pour 3 chaînes de télévision.

Maintenant, je suis de retour à l'hôtel après que je sois allé dîner avec mon père et mon équipe, pour aller dormir tôt. Demain, ou en fait aujourd'hui quand vous lirez le blog, c'est mon anniversaire et je suis heureux de le célébrer de nouveau à Paris après avoir manqué cela l’année dernière !

Merci beaucoup.

Rafa


QUESTIONS

J'ai entendu dire récemment que vous aviez changé le cordage cette année et qu'il donne moins de lift pour rendre plus facile la frappe de balle lointaine. ? Russell Wallen Sam

RN : C'est un peu vrai. Le spin est là et la profondeur est quelque chose dont j'avais besoin sur mes coups également. C'est un mélange et je me sens bien comme cela.


Qui pensez-vous voir gagner cette année la Coupe du monde et qui sera le meilleur joueur ? Andy

RN : Je ne sais pas, mais mon choix est l'Espagne, le Brésil, l'Argentine ou l'Angleterre. Le joueur ... Je suppose que tout le monde pense aux mêmes ... Messi, Cristiano Ronaldo ...


Vous semblez avoir un œil excellent pour les Hawk-Eye ou challenges. Quand vous frappez une balle, est-ce plus facile de la juger ou pouvez-vous vraiment la voir clairement à l'autre bout ? Pip, Sydney

RN : Non à l'autre bout. Je ne suis pas aussi fort ... :-)


Vos genoux sont-ils OK jusqu'à présent ? Carol, Johannesburg

RN : Parfaits, Merci.


Qu’est-ce qui vous rend si humble ? Mathebe, l'Afrique du Sud

RN : Je suis le même ...


Qu'avez-vous fait avec votre médaille d'or olympique ? L’avez-vous avec tous les autres trophées ou a-t-elle une place particulière ? Poonam, l'île Maurice

RN : Oui, elle est à la maison. J'ai un endroit pour tous les trophées.


Avez-vous donné à Marc Lopez quelques conseils sur la façon de bien faire face à cette énorme Cour Philipe-Chartier ? Beth

RN: hhahahahhaa. Un peu. Il est un type formidable. Dommage qu'il ait perdu hier.


Qu'avez-vous pensé de la défaite de Roger Federer face à Soderling ? Manahil, Pakistan

RN : Je pense que Soderling a joué du grand tennis, et Roger aussi. En fin de compte les conditions du court, froid, humide, etc, ont profité à Soderling. Je suis désolé pour Roger, je sais bien combien il est difficile de perdre ..
# 03/06/2010 à 20:30 Nico
PROGRAMME DES DEMIS FINALES

Robin Söderling tentera de se qualifier pour sa deuxième finale consécutive à Roland-Garros contre un autre cogneur, le Tchèque Tomas Berdych. Rafael Nadal fera de même contre le gaucher autrichien Jürgen Melzer.


Court Philippe chatrier

A partir de 13h00

Robin Söderling (SUE/n°5) - Tomas Berdych (RTC/n°15) : 5-3

Jürgen Melzer (AUT/n°22) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 0-2





# 04/06/2010 à 08:59 Nico
Voici le blog de Rafa et ses réponses au questions : il nous raconte notamment sa journée d'anniversaire !!!


BLOG

Un joyeux anniversaire à Paris

Salut tout le monde,

Un blog un peu court aujourd'hui car j'ai besoin d’aller dormir dans 10 minutes max (il me faut plus que ça pour écrire ce blog ...)

J’ai eue une belle journée aujourd'hui. C'était mon anniversaire et je dois dire que j'ai reçu beaucoup de félicitations de nombreuses personnes. Déjà au petit déjeuner ce matin lorsque ma famille et mon équipe étaient là et m'ont souhaité le meilleur. Certaines blagues de Toni et de mon père sur l’âge que je commence à avoir ...

Puis je suis arrivé au stade et au cours de l’entraînement beaucoup de gens étaient là en me souhaitant le meilleur et on m’a même chanté la chanson Happy Birthday en anglais, français et espagnol. Également au centre de presse où je suis allé souffler les bougies. Comme je l'ai dit hier, c'est beaucoup mieux cette année que l'an dernier à la maison ... C’est bien de le faire à la maison, mais dans quelques années, je l'espère ...

Je vais sur le site demain à 10H30 et m’échaufferai à 11H30. Nous verrons comment ça se passera.

Merci beaucoup à tous pour tous les messages d'aujourd'hui.

Merci.

Rafa


QUESTIONS

Avez déjà mordu accidentellement trop fort sur le trophée pour y laisser une marque ou blesser vos dents ? Jilly S

RN : Non, non hahahahah. C’est marrant ce que vous dites. Mais je l'ai fait une fois et en plaisantant je l'ai mentionné.


Êtes-vous impatient de cuisiner pour vous-même à Wimbledon cette année ? Essayerez-vous des recettes nouvelles ? Kim McKenzie

RN : Je suis impatient de jouer demain, pour bien finir à Roland-Garros, ensuite j’ai hâte de jouer au Queen's puisque je ne pouvais pas y aller l'an dernier. Et puis, évidemment j’ai hâte d’être à Wimbledon, mais pas sûr que je sois impatient de cuisiner ... :-)


Que pensez-vous du public français cette année ? Il semble aussi silencieux que jamais. Dans votre match contre Almagro il n’a guère fait de bruit. Tay vert

RN : Tout est bien. Pas de problème. J'espère que demain ils vont applaudir.


Qu'est-ce que vous avez eu pour le dîner de votre anniversaire ? Yaritza, Puerto Rico

RN : Une pizza Margherita et des pâtes aux fruits de mer. Pas de dessert.


Joyeux anniversaire Rafa. Souhaitez-vous que le plus beau cadeau serait de gagner ici à Roland Garros ? Sia, le Canada

RN : Merci beaucoup. Absolument !


Étant originaire de Las Vegas, je me suis toujours demandé si vous aimiez jouer ? JoAnn Chu

RN : Pas beaucoup mais je me rends au casino de Melbourne pour jouer à 100 ou 200 dollars de temps à autre. Je ne suis pas un gros joueur.


Je viens de lire que, outre la musique pop espagnole et des comédies musicales (oh, oui, le fantôme ...), vous aimez aussi écouter de la musique classique. Quels sont vos compositeurs préférés ? Ruth, le Brésil

RN : Je n'écoute pas vraiment beaucoup de musique classique.


Quel genre d'ajustements physiques ou mentaux est nécessaire pour passer de courts en durs à la terre battue ? Kathy, Minnesota


RN : Il y a beaucoup de changements dans le jeu. La patience et la façon de jouer le point sont les principales choses.
# 04/06/2010 à 21:09 Nico
RESULTATS DES DEMIS FINALES

Söderling tout-puissant

Le Suédois Robin Söderling s'est qualifié pour sa deuxième finale consécutive à Roland-Garros vendredi grâce à une victoire tout en puissance contre le Tchèque Tomas Berdych (6-3, 3-6, 5-7, 6-3, 6-3).

Robin Söderling contre Tomas Berdych sur le court Philippe-Chatrier, c'est un peu l'attaque des clones en trois dimensions avec lunettes de soleil. Opposé à un joueur qui lui ressemble tant, grand serveur, serial cogneur et destructeur en coup droit, le Suédois a longtemps peiné à trouver à l'ouverture vendredi en demi-finales, jetant même une raquette de rage quand il s'est retrouvé mené deux manches à une. Malgré trois centimètres en moins que son adversaire (1,93 m contre 1,96 m), le numéro 7 mondial a prouvé au terme de 3h27' d'une lutte accrochée mais au rythme saccadé qu'il était encore le plus grand des cogneurs : plus puissant, plus résistant, Söderling a finalement harassé de ses coups Berdych en cinq manches pour se qualifier pour sa deuxième finale en Grand Chelem, la deuxième d'affilée à Roland-Garros.

Des échanges réduits au strict minimum

Dans ce duel entre faux frères, les deux joueurs se sont rendu coup (gagnant) pour coup (gagnant). Avec un mercure qui grimpe à 28 degrés et un ciel enfin balayé de nuages, ça a cogné sur la tête des spectateurs. Ça a cogné aussi sur le court entre un Söderling qui s'est appuyé sur un service fulgurant (21 aces, des pointes à plus de 220 km/h) avant de lancer son coup droit (62 coups gagnants) et un Berdych qui a construit son jeu sur un service tout aussi surpuissant (18 aces) et des gifles à peine moins décisives (41 coups gagnants pour 42 fautes directes) Apparemment plus tendu, le Tchèque de 24 ans a peiné pour catapulter d'entrée les balles qui lui ont offert cinq victoires en trois sets jusque-là. Avec des échanges réduits au strict minimum, une seule baisse de régime au service a réussi à bouleverser le rapport de force : une double faute du Tchèque au sixième jeu a offert le break et le premier set (6-3 en 33') au Suédois : «C'est peut-être le tournant du match. J'ai mal joué ce jeu, avec des fautes faciles. Sans ce break, le match aurait été vraiment différent.»

Söderling plus résistant

Coincé sur sa ligne de fond pendant les deuxième et troisième manches, malmené par les frappes de son adversaire qui nettoyait les lignes, Söderling a néanmoins été cantonné sur une stratégie plus défensive que prévu (63 fautes directes pour 62 coups gagnants). Sur le chemin qui lui a offert deux manches d'avance, Berdych a aussi montré dans une partie sans rythme qu'il avait plusieurs atouts dans sa raquette comme ce lob parfaitement touché après un premier passing sur l'homme. Mais moins mobile que son adversaire, un peu moins puissant, le 17e joueur mondial n'a pu tenir le rythme au-delà de 2h30 de jeu. Plus lucide dans l'art de tutoyer les lignes, Söderling a aussi finalement cassé le code du service adverse : en milieu de match, Berdych a gagné le 3e set sur deux aces consécutifs ; en fin de rencontre, Söderling a lancé la conquête du cinquième set (break d'entrée) sur une série de retours de service laissant le géant sur place. A-t-il une préférence entre Melzer et Nadal pour la finale, lui demande-t-on quelques secondes après sa balle de match ? «Oui, heu ... non», a grimacé le seul tombeur de ''Rafa'' à Roland-Garros.
A. T.-C.


Nadal retrouve Söderling

Rafael Nadal se qualifie pour la finale en battant (6-2, 6-3, 7-6 [6] en 2h09') l'Autrichien Jürgen Melzer. L'Espagnol rejoint ainsi Robin Söderling en finale pour des retrouvailles palpitantes.

C'est inéluctable... Quand Rafael Nadal entre sur le central contre Jürgen Melzer, on se demande juste quel sera le score. Ce sera (6-2, 6-3, 7-6 [6]) en 2h09'. Pour le nom du vainqueur, c'est comme un mauvais thriller, la fin se dessine dès les premières lignes. Dès les premiers échanges, on connaît donc le finaliste : Rafael Nadal. Il faut alors regarder les détails pour anticiper les retrouvailles avec Robin Söderling et compter sur Jürgen Melzer, le roi du retournement de situation, pour pimenter le scénario. Mais ne parlez pas de revanche à Rafael Nadal : « Ce n'est pas une revanche, surtout quand on parle d'une finale de Grand Chelem. Je pense juste à jouer mon meilleur tennis. »

Rafael Nadal a-t-il élevé son niveau de jeu ? Quand la différence est aussi grande entre deux joueurs, il est difficile d'émettre un avis. Mais le Majorquin monte en puissance, notamment au service. « J'ai très bien joué lors de mes deux premiers sets. J'ai bien servi, mon coup droit partait bien, se réjouit la tête de série n°2. Je pense avoir mieux joué que lors de mes tours précédents. » Tout le match, il n'hésite pas à balancer des premières balles à plus de 200 km/h. Il réduit également son nombre de fautes directes (24 au total) à l'exception du troisième set (11) et son lift détruit l'Autrichien, à bout de souffle après son parcours héroïque et ses 4h15' de jeu contre Novak Djokovic. Le 27e mondial essaie de prendre la balle tôt, de monter au filet, d'enchaîner service-volée. Mais sa balle fait autant d'effets à Rafael Nadal qu'un scalpel sur une jambe de bois pendant deux sets et demi...

Rafael Nadal est-il plus fort qu'en 2008 ? Comme en 2008, il n'a toujours pas perdu un set de la quinzaine. Mais il montre davantage de (relatives) faiblesses, notamment quelques fautes en coup droit. Depuis Monte-Carlo et son niveau de jeu subliminal, il propose un jeu plus chaotique, mais il enchaîne les victoires. Pour 2009, il préfère en rire... «Je ne peux pas comparer avec 2009. L'an dernier à cette heure-ci, j'étais dans ma piscine à Majorque.» Plus sérieusement, il ne souhaite pas vraiment comparer son prochain match contre Södelring avec celui de 2009 : « Le plus dur n'était pas la défaite mais de ne pas disposer de tous mes moyens physiques. » Aujourd'hui, il est en parfaite santé, mais il est toujours confronté aux mêmes difficultés. Lors de cette demi-finale, Jürgen Melzer prouve une nouvelle fois que le Majorquin n'aime pas être bousculé, et l'Espagnol laisse entrevoir quelques sautes de concentration à l'image de son jeu complètement raté et conclu blanc sur une double faute à 5-4 au troisième set. Même Thomas Muster, parti de la tribune des joueurs avant la fin du match, n'a pas vu venir cette fin rocambolesque. Il vient de louper le meilleur.

Son compatriote possède l'immense mérite de ne jamais abdiquer. A 6-2, 6-3, 5-3 contre Rafael Nadal sur le central de Roland-Garros, beaucoup de joueurs pensent déjà à la douche. Jürgen Melzer pense à son match précédent avec sa remontée fantastique contre Novak Djokovic et à sortir du plus beau tournoi de sa carrière la tête haute. Prises de balle précoces, risques maximum et déconcentration adverse pimentent l'histoire qui se garnit d'une ola et s'achève sur un beau soulagement du Majorquin. «Aujourd'hui, je suis heureux. Avant le tournoi, j'étais nerveux, avoue Rafael Nadal. Dimanche, c'est mon dernier match, tout peut arriver.» Il veut juste du soleil, cela lui donne de l'énergie.
S. D.


REACTIONS

MELZER : «J'AI JOUE UN BON MATCH»

«Quand vous perdez une demi-finale d'un Grand Chelem, si vous n'êtes pas déçu, c'est que vous n'avez pas fait votre boulot. Je pense avoir joué un bon match. Il m'a fallu un petit moment pour m'adapter à son jeu. Aujourd'hui, avec le soleil, c'était plus adapté à son jeu qu'au mien. Son lift était très fort. La balle rebondissait plus. C'était plus difficile à renvoyer pour moi.»


Nadal: "Mon meilleur match"

"J'ai joué mon meilleur match du tournoi. J'ai joué plus long, agressif avec le coup droit par moments", a estimé Rafael Nadal après sa victoire en 3 sets face çà Jurgen Melzer (6-2, 6-3, 7-6) en demi-finales de Roland-Garros, vendredi.


Berdych : «Tellement d'énergie»

Battu au terme de cinq sets assez indécis par Robin Söderling, Tomas Berdych a retenu deux explications à sa défaite : un break subi dès le sixième jeu de la première manche et une baisse d'intensité physique dans la dernière manche. «Je pense que le moment-clé a été la perte de son service au premier set, a expliqué le Tchèque en conférence de presse. Je n'ai pas été bon pendant ce jeu. J'ai commis deux erreurs faciles et cédé mon service facilement. Si j'avais pu rester à son niveau, j'aurais eu des chances de breaker. Si j'avais gagné le premier set, le match aurait été complètement différent ».

Après avoir gagné ses cinq premiers matches en trois sets secs, Berdych a surtout été incapable de rivaliser physiquement avec le finaliste de la dernière édition après avoir remporté les deuxième et troisième manches : «Je pense que cela a joué, a-t-il reconnu. Cela s'est vu un peu sur mon service. J'ai perdu un peu de puissance sur ma première balle. Et mes déplacements et le rythme n'étaient plus aussi bons qu'au début de la rencontre. La terre battue pour moi, c'est vraiment compliqué. Cela pompe tellement d'énergie de jouer sur une surface aussi lente.» -


Söderling : «Moins nerveux»

Taciturne pour les uns, seulement timide pour ses proches, Robin Söderling offre des conférences de presse à l'image de ses matches : avec des réponses aussi brèves que les échanges qu'il a proposés contre Tomas Berdych. Vainqueur du Tchèque au terme d'une rencontre ponctuée par aces, services gagnants et coups droits cinglants, le Suédois s'est qualifié pour sa demi-finale sous un ciel estival contrastant avec les averses qui avaient alourdi le court en quarts de finale. «Les conditions étaient beaucoup plus rapides aujourd'hui. Et en plus il frappe très fort et très à plat», a résumé le numéro 7 mondial De quoi expliquer la somme de fautes directes (63) commises par le Suédois ? «Il y a quelqu'un qui est là pour compter les fautes directes. Mais c'est compliqué de les distinguer des fautes provoquées. Ce que je veux dire, c'est que je ne regarde pas trop les statistiques. Il m'a simplement mis sous pression. Il ne m'a laissé aucun répit. Cela explique pourquoi j'ai raté plus de coups que je l'aurais voulu. »

Un an après sa finale perdue en trois sets contre Roger Federer, Robin Söderling se retrouve donc une deuxième fois à un match d'un titre en Grand Chelem. «C'était dur pour moi l'an dernier, une première finale en Grand Chelem. Je n'avais pas très bien commencé. Cela m'avait compliqué la tâche, s'est rappelé le Suédois. Je pense que ce sera un peu facile cette année. J'espère que je ne serai pas aussi nerveux que l'an dernier. J'ai l'expérience de cette finale. Et depuis j'ai joué un paquet de gros matches contre des grands joueurs. » Et peu importe qu'il pleuve comme mardi ou qu'il fasse grand beau comme vendredi: «Bien sûr, c'est plus dur, surtout physiquement, avec la chaleur. Mais je pense que je peux bien me débrouiller quelles que soient les conditions. »
A. T.-C.
# 05/06/2010 à 00:48 Nico
REACTIONS COMPLETES DE RAFA

Nadal: "Récupérer le trophée" / «Ma meilleure saison sur terre»


L'année dernière à la même date, Rafael Nadal était dans sa piscine à Majorque en train de se morfondre. Dimanche, il aura l'occasion de décrocher un 5e titre à Roland-Garros face à Robin Söderling, son bourreau de l'an passé. Une occasion en or de conclure une incroyable saison sur terre battue.

RAFAEL NADAL, tout se passe dans les deux premiers sets, et puis, ça coince un peu dans le troisième. Que s'est-il passé ?

R.N. : Je pense que j'ai joué mon meilleur tennis ce vendredi, ici à Roland-Garros. Tout s'est bien passé dans les deux premiers sets, que ce soit au service, en coup droit, en revers, je joue de mieux en mieux chaque jour. J'avais le 3e set sous contrôle, je me voyais même gagner à 5-3, 0-30 sur le service de Melzer. Finalement, cela ne s'est pas fait, et puis à 5-4 au moment de conclure, j'ai fait un point terrible. Ma balle est sortie 3 mètres derrière la ligne de fond de court. Cela m'a rendu nerveux. Je retrouve mes esprits à 6-5, avant de jouer le jeu décisif.


Avez-vous été surpris par la performance de Jurgen Melzer ?

R.N. : Je sais que c'est un joueur talentueux. Il peut jouer à un très haut niveau. Il l'a prouvé en sortant Novak Djokovic mercredi. Il a fait une semaine incroyable. Je ne peux que le féliciter car il a été très dur à jouer, avec un jeu à David Ferrer ou Djokovic.


Vous serez donc opposé à Robin Söderling au prochain tour. Que cela vous inspire-t-il ?

R.N. : Je m'attends à un match très compliqué. Il joue bien ici, il fait encore un très bon tournoi et a réussi à revenir dans sa demi-finale pour battre Berdych. Je le considère comme un des tous meilleurs joueurs du monde car il est un joueur très dangereux.
C'est un joueur très complet. Ce n'est peut-être pas le meilleur du circuit, mais il est très difficile de le faire courir car il sert très, très fort en première et deuxième balles. Il est très agressif en fond de court. Parfois, il joue très long, très à plat. Il frappe très, très fort de n'importe quelle position sur le court. L'an dernier, il a gagné contre moi, mais je n'étais peut-être pas à mon meilleur niveau. Dimanche, j'essaierai d'être à 100 %, je ferai mon travail, et s'il joue mieux, je le féliciterai et lui dirai bravo. Au tennis, c'est le jeu : on peut gagner, on peut perdre, c'est comme dans tous les sports, il y a un gagnant et un perdant. Je serai l'un ou l'autre avec la même tranquillité. »


Vous vous êtes rencontrés quelque fois auparavant. Quelles sont vos relations ?

R.N. : Je n'ai rien à dire de particulier sur nos relations. Pour moi, elles sont normales. Il y a eu des petites tensions lors d'un match à Wimbledon en 2007, mais de rien de plus. Tout du moins rien depuis. C'est quelqu'un qui s'est amélioré au niveau de sa personnalité. Il est plus posé. Il dit bonjour plus souvent. Il parle sérieusement et toujours de façon positive. En tout cas, il est moins timide qu'avant.


Comment caractérisez-vous son jeu ? Et comment comptez-vous le contrer ?

R.N. : Comme je vous ai dit, il est un joueur très dangereux car il a un très gros service et de lourdes frappes à plat. Je crois que tout le monde l'a remarqué. Il joue long. Donc, ce que je devrais faire en premier lieu, c'est de bien jouer. Tout simplement. C'est ce que j'ai de mieux à faire : peu de fautes, bien servir et jouer de façon agressive. Je sais ce que j'aurai à faire dimanche pour le battre, mais je ne veux pas parler de tactique ici.


Vous avez été content de votre jeu cette année...

R.N. : C'est le moins que l'on puisse dire. Je fais une excellente saison sur terre battue, sans doute ma meilleure. Je gagne Rome, Monte-Carlo et Madrid sans jouer mon meilleur tennis comme maintenant. L'an passé, je remporte des titres également, mais je n'ai pas les soucis de l'an passé. Je suis dans une dynamique positive. Si je gagne aujourd'hui, c'est pour cette raison.


Est-ce que votre prochaine confrontation avec Söderling vous ravit ? Vous allez pouvoir prendre une sorte de revanche ?

R.N. : Pas vraiment... En fait, j'aurais préféré jouer face à Tomas Berdych. J'ai gagné les six dernières fois contre lui. Söderling m'a battu lors de nos deux dernières confrontations. Ce sera finalement Robin, mais je ne considère pas ce match comme une revanche. Je veux d'abord penser à mon match. Que ce soit Tomas ou Robin en face, j'aurais abordé le match de la même manière.


Vous avez pourtant une belle occasion de remporter votre 5e titre ici face à votre bourreau de l'année dernière. Cela ne vous motive pas plus ?

R.N. : Je suis motivé à 100% pour récupérer le trophée. Mais je suis très content d'une chose : d'être là où je suis après avoir été si nerveux avant Roland-Garros. Je suis plus relaxé depuis ma qualification en demi-finale. L'an dernier, à la même époque, j'étais dans ma piscine à Majorque, alors aujourd'hui, je suis très content d'être en finale dans de bonnes conditions et dans un bon état d'esprit.


Si vous gagnez dimanche, vous redeviendrez N.1 mondial. Pensez-vous aussi à cela ?

R.N. : Si je gagne dimanche, c'est la dernière chose à laquelle je penserais. Le plus important pour moi est de gagner le tournoi. Être N.1 mondial n'est pas ma priorité principale. C'est ma santé d'abord. Jouer en bonne santé et toute l'année. Je peux jouer toute la saison en N.2, je serais aussi heureux. Gagner Roland-Garros est bien plus important.

Recueilli par S.D. et S.P.
# 06/06/2010 à 11:18 Nico
FINALE DE DIMANCHE

Le roi et son bourreau

Après le tremblement de terre de 2009, Robin Söderling va tenter de rééditer son exploit, ce dimanche à 15 heures, contre Rafael Nadal. Mais cette fois, c'est pour le titre.

«Ça me fait penser à la défaite à Wimbledon contre Federer (en 2007, en cinq sets), il était effondré et il avait pleuré. L'année d'après, il s'est imposé. Je lui ai dit que ce n'était pas la fin du monde, qu'il avait juste perdu un match. » Son neveu vient de perdre (6-2, 6-7 [2], 6-4, 7-6 [2]) contre Robin Söderling en huitièmes de finale, l'oncle Toni relativise. Est-ce aussi une prophétie ? Le tremblement de terre est arrivé le 31 mai 2009 à 17h53'. Ce dimanche 6 juin à 15 heures, Rafael Nadal se présente contre le même adversaire. Mais c'est une finale. Un autre jour, un autre temps. L'un veut l'oublier, l'autre veut s'en nourrir. «L'an dernier, à cette heure-ci, j'étais à la piscine à Majorque», plaisante l'Espagnol. « Le match de l'an dernier m'a donné beaucoup de confiance, riposte le Suédois. Je me suis prouvé que je pouvais le battre et je vais essayer de le refaire.»

Depuis un an, les données ont bien changé. Pour l'un comme pour l'autre. Aujourd'hui, le quadruple vainqueur de Roland-Garros arrive en pleine possession de ses moyens physiques, ses douleurs aux genoux sont rangées au rayon des vieux souvenirs. Mais il ne veut pas entendre parler de revanche : «Il n'y a pas de revanche, surtout lorsqu'on parle d'une finale à Roland-Garros.» Depuis le début de la saison sur terre battue, il n'a perdu que deux sets, l'un contre Ernests Gulbis à Rome, l'autre contre Nicolas Almagro à Madrid. Mais son adversaire est également un autre homme. Semaine après semaine, il a prouvé que ce n'était pas l'exploit d'un jour. Aujourd'hui, il arrive avec l'expérience d'une finale disputée en Grand Chelem et reste sur deux victoires contre le Majorquin.

Chacun connaît les armes de l'autre. Le 7e mondial sait qu'il doit produire un grand match et agresser en permanence Rafael Nadal. Il doit dicter le jeu en s'appuyant sur ses grandes frappes du fond de court, son service de plomb et priver de temps le Majorquin. Cela tombe bien, c'est son jeu. Le 2e mondial, n°1 en cas de victoire, sait qu'il doit sortir son adversaire de ses zones de confort, le faire courir et jouer long pour éviter l'agression : «On peut jouer long, jouer sur les côtés pour le faire courir. Bien entendu, c'est très difficile avec un joueur qui joue très long, mais on peut le faire, il y a toujours des solutions. Il faudra que j'en trouve. Un bon service, c'est absolument vital.»

Sur le jeu, chacun maîtrise son sujet. Mais il ne dompte pas encore le ciel ! Et la météo annonce des orages. Robin Söderling a battu Roger Federer sous la pluie et il a souffert sous le soleil contre Tomas Berdych. Et ce n'est pas une simple coïncidence. Contrairement aux apparences, une terre battue très lente n'avantage pas Rafael Nadal car son lift gicle beaucoup moins et ne désavantage pas le Suédois qui a besoin de temps pour déclencher ses grandes frappes avec sa préparation très ample en coup droit. Tout en avouant sa préférence pour le soleil, l'Espagnol envoie un message à son adversaire : «Qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il vente, je jouerai mon meilleur tennis. Quelles que soient les conditions, je les prendrai comme elles viennent.» Enfant, Toni lui avait faire croire qu'il maîtrisait la pluie et Rafa avait gagné son match. Et si la prophétie de son oncle se vérifiait encore ?
S.D.


La finale en chiffres

Robin Söderling face à Rafael Nadal, la revanche tant attendue... Avant la finale de l'édition 2010 de Roland-Garros, retrouvez tous les chiffres marquants concernant l'histoire des deux joueurs sur terre battue et à Roland-Garros.

1 : Avec son jeu tout en puissance, ses coups à plat, Robin Söderling n'est pas vraiment l'archétype même du joueur de terre battue. Avant son formidable parcours à Roland-Garros en 2009, le Suédois n'avait jamais disputé une finale sur cette surface. Il a depuis comblé ce vide en s'offrant un premier titre à Bastad. Un seul trophée qui fait tout de même pâle figure à côté du formidable palmarès de Rafael Nadal, vainqueur de 28 titres sur terre battue dont 4 Roland-Garros et 13 Masters 1000.

2 : Avec seulement cinq trophées décrochés au cours de sa carrière, seulement deux finales en tournoi du Grand Chelem, Robin Söderling est encore loin du hall of Fame du tennis. En mettant fin à la formidable série de 23 demi-finales consécutives en tournoi du Grand Chelem de Roger Federer en quart de finale de Roland-Garros cette année, il a cependant signé un véritable exploit. Le Suédois, vainqueur de Rafael Nadal en huitièmes de finale à Paris en 2009, est devenu seulement le deuxième joueur à réussir à battre le Suisse et l'Espagnol en tournoi du Grand Chelem. Avant lui, l'Argentin Juan Martin Del Potro avait fait encore mieux en réalisant cette performance lors du même tournoi, à l'US Open la saison dernière.

3 : L'édition 2009 de Roland-Garros a été une véritable révélation pour Robin Söderling. Avant son formidable parcours la saison dernière, la Suédois n'avait jamais brillé à la Porte d'Auteuil, ne remportant que 3 matches au cours de ses cinq premières participations. Depuis sa finale l'année dernière, le Suédois a pris une toute nouvelle dimension en tournoi du Grand Chelem. Auparavant, il n'y avait jamais dépassé le stade du troisième tour, ne décrochant que 15 succès en 21 apparitions. Depuis, le Suédois présente un bilan d'un tout autre calibre avec 19 succès en 5 tournois. Il demeure cependant encore loin des chiffres de Rafael Nadal qui n'a pas plus perdu avant les huitièmes de finale en tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon 2005.

7 : En cas de cinquième sacre à Roland-Garros ce dimanche, Rafael Nadal entrerait encore un peu plus dans l'histoire du tennis. Il deviendrait à 24 ans et 3 jours le deuxième plus jeune joueur à décrocher 7 titres en tournois du Grand Chelem, derrière les Suédois Björn Borg (23 ans 5 jours). Avec sept titres dans les tournois majeurs, l'Espagnol serait encore bien loin de Roger Federer (16), Pete Sampras (14) ou Roy Emerson (12) mais rejoindrait dans l'histoire notamment l'Américain John McEnroe, le Suédois Mats Wilander, l'Australien John Newcombe et le Français René Lacoste.

21 : Après une saison 2009 gâchée par une blessure aux genoux, Rafael Nadal a fait un retour tonitruant sur le devant de la scène, en devenant le premier joueur de l'histoire à remporter la même année les trois Masters Series disputés sur terre battue à Monte-Carlo, Rome et Madrid, et ce en ne concédant que deux sets. Avant d'attaquer sa cinquième finale à Roland-Garros, l'Espagnol reste sur 21 succès consécutifs sur cette surface. Sa dernière défaite sur terre remonte à Roland-Garros en 2009, en huitièmes de finale face à... Robin Söderling. Avant la deuxième levée du Grand Chelem, le Suédois n'avait lui remporté que cinq matches sur terre en trois tournois (Barcelone, Rome et Madrid).

25 : En battant Roger Federer en quart de finale, Robin Söderling n'est pas seulement devenu le deuxième joueur de l'histoire à battre le Suisse et Rafael Nadal en tournoi du Grand Chelem, il est également le premier depuis 25 ans à réussir à battre deux années de suite le tenant du titre à Roland-Garros. Son compatriote Mats Wilander avait réussi pareille performance en 1984 et 1985 face à Yannick Noah puis Ivan Lendl.

37 : Rafael Nadal, roi de Roland-Garros. Au cours de la dernière décennie et depuis Björn Borg, il n'y a pas le moindre doute. Le numéro deux mondial n'a ainsi perdu qu'un match au cours de sa carrière à la Porte d'Auteuil. Il présente ainsi le bilan surréaliste de 37 victoires en 38 matches à Roland-Garros. Seul Robin Söderling a réussi à la faire chuter à Paris. En cas de succès ce dimanche, il deviendrait le deuxième joueur à remporter Roland-Garros à 5 reprises, une longueur derrière Borg mais désormais une devant Cochet.
T.B
# 06/06/2010 à 23:59 Nico
Roland-Garros, la terre Nadal

A seulement 24 ans, Rafael Nadal remporte son 5e titre à Roland-Garros en dominant (6-4, 6-2, 6-4) Robin Söderling. Avec ce 7e titre du Grand Chelem, il retrouve sa première place mondiale.

Quand on a souffert, on savoure encore plus la victoire. En pleurs sur sa chaise après son cinquième titre à Roland-Garros et son succès (6-4, 6-2, 6-4 en 2h18') contre Robin Söderling, Rafael Nadal se souvient... L'an dernier, il ne fait pas partie de la fête et ses genoux grincent comme jamais. L'an dernier, il perd en huitièmes de finale de son tournoi fétiche contre... Robin Söderling. Après sa défaite, il ne dit rien sur ses douleurs physiques. Chez ce monsieur, l'excuse est un aveu de faiblesse et une faute de goût. Il ravale sa peine et attend son jour. «C'est une victoire très importante pour moi, l'une des plus importantes de ma carrière. J'ai connu une année 2009 difficile. Les blessures et beaucoup de choses étaient très compliquées à accepter, explique le quintuple vainqueur des Internationaux de France. Par moments, tu te demandes si tu vas pouvoir revenir à 100%. C'est pour cela que c'est un jour très, très spécial pour moi.» Ce dimanche 6 juin, l'heure sonne. Ce n'est pas une revanche. Il veut juste reprendre sa belle histoire où elle a commencé.

Comme en 2008, il gagne sans perdre un set du tournoi. Comme en 2008, il apparaît invulnérable. Comme en 2008, il sape le moral et le physique de son adversaire. Mais ses failles de l'an dernier le rendent (un peu) fébrile. Un champion n'oublie jamais. Pendant les premiers jeux, il commet quelques fautes et le Suédois s'offre la première balle de break à 2-1. Il ne le sait pas encore, mais cette première occasion manquée sur une faute de revers prélude de la suite... C'est comme un jour nuageux sur la plage, vous pensez être à l'abri du soleil et le soir, vous brûlez. Robin Söderling s'offre huit balles de break dans le match, il n'en convertit aucune. Après une occasion, vous positivez. Après trois occasions, vous réfléchissez. Après huit occasions manquées, vous sombrez...


Nadal, simplement trop fort


Dans la tête comme dans le jeu, Rafael Nadal use. Sur toutes ses frappes de mammouth, le Suédois voit un petit bonhomme vert se débattre et couvrir un terrain monumental. En défense, Rafael Nadal est un extraterrestre. Il ne fait pas que renvoyer, il bouscule, dérange avec ses variations de trajectoires, de rythme et d'effets et finit par porter l'estocade. Le 7e mondial force de plus en plus, le nouveau numéro 1 mondial lui fait toujours jouer le coup de trop. Au-delà des fautes directes (45 pour Söderling), il use physiquement son adversaire. Son service perd de sa précision et de la vitesse (56% et 7 aces) et son jeu décline.

C'est le chasseur chassé. Le Majorquin se montre plus efficace au service que le Suédois, plus entreprenant, plus complet et surtout plus intelligent tactiquement. Il ne joue pas qu'avec son physique, il joue beaucoup avec sa tête. Il sait que Robin Söderling n'aime pas les variations et souffre en retours de revers. Il l'écoeure. Il sait qu'un puncheur n'aime pas le combat au corps. Il l'entraîne dans sa filière et le Suédois s'embourbe. Pour son septième titre du grand Chelem à seulement 24 ans, Rafael Nadal n'a rien oublié. Même pas d'aller saluer la reine d'Espagne et de parler en français au public. Quand il s'écroule sur le dos sur la terre battue de Roland-Garros et se tient le visage dans les mains, les images défilent et les doutes s'évaporent. «Tout le monde a des doutes et je ne suis pas une exception», résume sobrement le vainqueur. Ce n'est pas un simple titre comme le score le laisse paraître. L'Espagnol connaît bien la valeur de son nouvel exploit. La Coupe des Mousquetaires lui a tellement manqué.
S.D.


REACTIONS

SÖDERLING : «IL A JOUE UN TENNIS EXCEPTIONNEL»

«Aujourd'hui, ce n'était pas mon meilleur match, mais il a eu une qualité de tennis absolument extraordinaire. Quand Rafa joue de cette façon, il faut être dans un bon jour. Malheureusement, ça n'était pas le cas pour moi. Je n'ai pas joué aussi bien que l'an dernier, je ne servais pas très bien et mes frappes n'étaient pas très limpides. C'était difficile. Je ne suis pas entré dans le match, en fait.»


NADAL : «Un jour très spécial»

Retardé par le contrôle anti-dopage, Rafael Nadal arrive en conférence de presse sous les applaudissements. Il remercie, sourit et évoque son 5e titre à Roland-Garros sans oublier d'où il revient.

" Rafael Nadal, vous étiez très ému lors de votre victoire. En quoi cette victoire était-elle spéciale ?

C'est une victoire très importante pour moi, l'une des plus importantes de ma carrière. J'ai connu une année 2009 difficile. Les blessures et beaucoup de choses étaient très compliquées à accepter. Par moment, tu te demandes si tu vas pouvoir revenir à 100%. J'étais très nerveux pendant tout le tournoi parce que je savais que j'avais une occasion de remporter un nouveau titre. Aujourd'hui, j'étais prêt à jouer et j'étais très calme. Mais c'est un jour très, très spécial pour moi

A quoi pensez-vous au moment de la victoire ?

Vous pensez au nombre d'heures passées sur le court, aux efforts effectués pour parvenir à jouer votre meilleur tennis et à l'attente pour remporter un nouveau titre. Il m'a fallu onze mois pour remporter un nouveau tournoi, cela fait beaucoup de retour à la maison sans victoire, beaucoup de moments difficiles avec des blessures et des abandons. Ce sont des moments durs à accepter. Mon objectif personnel était d'être de retour sur le circuit à mon meilleur niveau. C'est ce que j'ai fait. Bien sûr, Roland-Garros revêt une importance capitale. Mais c'est aussi une satisfaction personnelle d'être ici à mon meilleur niveau.

Durant ces longs mois sans titre, avez-vous douté ?

Oui, bien évidemment. Tout le monde doute et je ne suis pas une exception. Lorsque j'ai travaillé dur en décembre, j'avais le sentiment que je pouvais remporter le tournoi d'Australie. En plus, j'avais très bien joué à Abu-Dhabi et à Doha. Lorsque j'ai dû abandonner à l'Open d'Australie en quarts de finale, c'était un moment particulièrement difficile. Abandonner lors d'un tournoi du Grand Chelem est très dur. Au-delà de la défaite, le plus difficile était d'être tenu éloigné des courts pendant trois semaines.

Etes-vous déjà tourné vers Wimbledon ? Pensez-vous au doublé comme en 2008 ?

Non, je ne vais pas penser à cela. Deux ans se sont écoulés depuis ma victoire à Wimbledon. Beaucoup de choses ont changé dans l'intervalle. Je vais essayer de faire de mon mieux, comme je le fais chaque année, pour arriver en pleine possession de mes moyens. L'année dernière, je n'ai pas pu participer à Wimbledon. Cette année, je vais jouer le Queen's. Je vais passer quelques jours à la maison, et puis, avant Wimbledon, je vais m'entraîner et essayer de faire de mon mieux pour peaufiner mes réglages sur gazon, aussi rapidement que possible. »

Recueilli par S.D., à Roland-Garros


[/b]Top 10: Federer bloqué à 285

Battu en quart de finale de Roland-Garros, Roger Federer est destitué de sa première place mondiale par Rafael Nadal, auteur d'un sans faute sur terre battue. Le Suisse reste donc à 285 semaines au top du classement ATP, à une longueur du record de l'Américain Pete Sampras.

[b]1. Rafael NADAL (ESP) 8700 points
: Avec une saison sur terre battue parfaite, au bilan hallucinant (22 victoires sur 22 possibles, 4 titres en 4 tournois dont 3 Masters 1000 et Roland-Garros), Rafael Nadal est redevenu le N.1 mondial qu'il était il y a un an. Ce sans-faute historique lui permet de s'adjuger la première place mondiale qu'il avait déjà occupée pendant onze mois entre août 2008 et fin juin 2009.

Sans le moindre point à défendre sur gazon, il pourrait accentuer l'écart avec les autres joueurs s'il réalise un parcours brillant jusqu'à Wimbledon. Ce qui lui assure quasiment une place sur le trône jusqu'à l'an prochain, sauf catastrophe à l'US Open, où il était demi-finaliste l'an passé, et en Masters 1000, où il était présent à chaque fois en quart de finale entre Montréal et Paris, dont une finale à Shanghai. En tout cas, il est d'ores et déjà assuré de participer à la Masters Cup de Londres début novembre. Il s'alignera au tournoi du Queen's qu'il avait remporté en 2008 et où il était absent l'an passé.

2. Roger FEDERER (SUI) 8390 points : Pour 310 points, Roger Federer redescend à la 2e place mondiale. Le Suisse, qui a perdu son titre à Madrid et à Paris, devait atteindre au moins les demi-finales de Roland-Garros pour rester au top du classement ATP et atteindre la barre mythique des 286 semaines. En chutant face à Robin Söderling en quart de finale, "Rodgeur" savait qu'il pouvait être bloqué à une petite semaine du record de Pete Sampras. Le titre de Nadal à Roland-Garros a confirmé sa crainte. "Mon but est d'être N.1 à la fin de l'année", a-t-il déclaré en marge de Roland-Garros. Le voici avec 285 semaines au compteur et encore 7 mois pour dépasser cette marque avant la fin de la saison : avec des points à défendre à Wimbledon et Cincinnati (victoires), ainsi qu'à l'US Open et Bâle (finales)... Pas évident à première vue, mais pas irréalisable non plus. Le Suisse ouvrira la saison sur herbe à Halle, où il s'est engagé à jouer tous les ans jusqu'à la fin de sa carrière.

3. Novak DJOKOVIC (SER) 6675 points : Le Serbe n'a pas réalisé une bonne saison sur terre battue. Une demi-finale à Monte-Carlo est le meilleur résultat de "Nole" sur surface ocre. Loin de ses 2 finales jouées à Rome et Monaco et d'une victoire à Belgrade en 2009. En cause : une confiance en berne, des problèmes d'allergie qui ont perturbé sa préparation sur terre battue et un trou d'air face à Jurgen Melzer en quart de finale de Roland-Garros. Malgré un bilan comptable qui lui a fait perdre 1000 points, Djokovic reste à la 3e place mondiale grâce à une confortable avance au classement. Mais le Serbe stagne : après avoir atteint six fois le dernier carré en sept tournois entre Roland-Garros 2007 et l'US Open 2008, il n'a rejoué qu'une demi-finale depuis.

4. Andy MURRAY (GBR) 5385 points : Depuis sa finale à l'Open d'Australie, l'Ecossais reste en retrait sur le circuit. Cette attitude s'est vérifiée tout au long de la saison sur terre battue où il n'a signé qu'un quart de finale à Madrid, perdu face à David Ferrer. Quart-de-finaliste à Roland-Garros l'an passé, l'élève d'Alex Corretja n'a pas passé les huitièmes de finale, éliminé par Tomas Berdych, futur demi-finaliste. Une nouvelle déception pour Murray qu'il pourrait effacer avec la saison sur herbe, où il sera très attendu cette année encore avec des points à défendre au Queen's (victoire) et à Wimbledon (demi-finale).

5. Nikolay DAVYDENKO (RUS) 4785 points : Nikolay Davydenko, grand absent à Paris, va sortir de sa bulle. Le Russe s'était mis au repos forcé depuis le 3e tour du Masters d'Indian Wells et la découverte d'une fracture à son poignet gauche. Le Russe, qui s'est fait mal en demi-finale à Rotterdam, avait ensuite abandonné lors de son premier match à Dubaï, fin février, avant d'être contraint de déclarer forfait pour la rencontre de Coupe Davis entre la Russie et l'Inde, début mars. Il sera présent à Halle en Allemagne où il jouera son premier tour face à l'Allemand Simon Greul.

6. Robin SÖDERLING (SUE) 4755 points : Finaliste pour la 2e année de suite à Roland-Garros, Robin Söderling n'a pas réussi à battre une 2e fois Rafael Nadal à Roland-Garros. Le Suédois aura tout de même réussi à prendre un rang de plus pour atteindre une inédite 6e place mondiale. Sa saison sur terre battue a été gratifiée d'une finale jouée à Barcelone, perdue face à Fernando Verdasco, qui a quelque peu compensé ses défaites rapides à Madrid (face à Nicolas Almagro) et à Nice (face à Olivier Rochus). Comme l'an passé, il ne devrait revenir à la compétition qu'à Wimbledon, sans jouer de tournoi auparavant.

7. Andy RODDICK (USA) 4510 points : Fidèle à sa réputation, Andy Roddick a été éliminé dès le 3e tour de Roland-Garros. A ceci près que l'Américain a été battu par Teimuraz Gabashvili, 114e mondial et bourreau en 3 sets secs. Logique, A-Rod ayant fait complètement l'impasse sur la saison sur terre battue, préférant aller fêter sa première année de mariage avec le mannequin Brooklyn Decker que de s'entraîner. Un mal pour un bien pour Roddick. "Je vais tout de suite à Londres pour me préparer. Je jouerai le Queen's", a dit l'Américain, qui défendra une place de finaliste à Wimbledon à la fin du mois de juin.

8. Juan Martin DEL POTRO (ARG) 4395 points : L'Argentin, l'autre grand absent de Roland-Garros, continue sa convalescence et sa chute au classement en tombant du 5e au 8e rang. Juan Martin a annoncé une absence des courts pendant plusieurs mois en raison d'une tendinite chronique au poignet droit. Le vainqueur du dernier US Open s'en plaint cette année depuis le tournoi exhibition de Kooyoong et a décidé de se faire opérer. Il n'a joué que l'Open d'Australie cette saison, où il s'est fait éliminer en huitième de finale par Marin Cilic en cinq manches, et sera encore absent pour la saison sur herbe, donc à Wimbledon, et vraisemblablement à l'US Open pour y défendre son titre. A confirmer.

9. Fernando VERDASCO (ESP) 3645 points : L'Espagnol a déçu à Roland-Garros. Arrivé blessé à l'orteil à Paris, Verdasco n'a pas réussi à confirmer une bonne saison sur terre battue où il a remporté un titre (Barcelone) et joué deux finales (Monte-Carlo face à Rafael Nadal et Nice face à Richard Gasquet). Comme l'an passé, le Madrilène n'a pas dépassé les huitièmes de finale, battu en 5 manches par Nicolas Almagro. Il réussit toutefois à rentrer dans le Top 10 pour la 2e fois de l'année, qu'il a commencée au même rang. Il ne devrait revenir à la compétition que pour 's-Hertogenbosch le 13 juin.

10. Jo-Wilfried TSONGA (FRA) 3185 points : Jo-Wilfried s'accroche au Top 10 où il est globalement installé depuis une bonne année, à l'exception de 3 semaines entre février et début mars. Et ce, malgré un abandon au 4e tour de Roland-Garros face à Mikhail Youzhny, en raison d'un déchirement musculaire aux abdominaux. Un coup dur pour le Français, déjà forcé à quitter le tournoi de Madrid pour un problème au muscle fessier, qui pourrait ne pas jouer du tout la saison sur gazon. Le Français n'a toutefois que 110 points à défendre sur gazon, un 2e tour à Halle et un 3e tour à Wimbledon.

Aux portes du Top 10...

A noter la 16e place mondiale de Jurgen Melzer, demi-finaliste à Roland-Garros qui améliore son classement ATP de onze rangs. Le gain est moindre pour l'autre demi-finaliste, Tomas Berdych, à la 13e place. En revanche, la défaite de Gaël Monfils au 2e tour lui fait perdre 5 places pour le faire glisser du 15e au 20e rang.

11. David Ferrer (ESP) 3010 points
12. Marin Cilic (CRO) 2945
13. Tomas Berdych (CZE) 2825
14. Mikhail Youzhny (RUS) 2690
15. Ivan Ljubicic (CRO) 2215
16. Jürgen Melzer (AUT) 2125
17. Juan Carlos Ferrero (ESP) 2095
18. Nicolas Almagro (ESP) 1960
19. John Isner (USA) 1925
20. Gaël Monfils (FRA) 1905
# 09/06/2010 à 09:42 Nico
Voici le dernier blog de Rafa de ce mardi 08 juin : bonne lecture !!!




Désolé pour le retard

Bonjour à tous,

J'écris ce dernier blog sur Roland Garros de Londres. Mes plus sincères excuses pour ne pas avoir écrit depuis vendredi mais je vais vous expliquer. Je ne me sentais pas d’écrire avant la finale. J'étais un peu nerveux, j’ai voulu bien me reposer et dormir avant dimanche.

Je ne sais vraiment pas par où commencer ce dernier blog. Il y a tellement de choses que je pourrais dire, écrire, tant d'émotions !

Je peux vous dire que je n'ai pas encore eue une minute à moi depuis la fin de la finale jusqu'à présent, ce matin, déjà mardi. Depuis la fin de cette balle de match dimanche soir jusqu’au moment où je suis allé à mon restaurant préféré, ici à Londres, je n'ai pas eu 5 minutes de repos. Et je joue déjà mercredi !

Donc, pour faire court, voilà ce que j'ai fait dimanche après la finale : les médias pendant 2 heures, retour à l'hôtel, TV en direct avec l'Espagne. Puis le dîner que Benito et Carlos avaient préparé. Un super moment ! Nous sommes allés à l'Arc qui a été spécialement ouvert pour nous. C’était un super dîner... Nous étions 50 ! Nous avons eu beaucoup de plaisir. Ma famille, mon équipe, la plupart de mes sponsors et des amis étaient là.

Puis, le lundi matin, nous avions prévu de prendre la photo à Eurodisney. Je ne sais pas qui a eu l'idée dans mon équipe mais encore une fois Carlos et Benito y ont participé, cela a été une grande surprise. J’y étais allé en 2006 et avait passé un bon moment avec ma famille. Donc, nous sommes allés las bas pour prendre la photo et nous avons eue la chance d'avoir du plaisir, c’était super.


Sinon, c’est toujours pareil... :-) Nous avons eu la chance de nous amuser et de passer un bon moment. Le pire était le trajet en hélicoptère de Paris à Disney. J’étais un peu nerveux pendant les 3 / 4 premières minutes ... :-)

Ainsi, après Disney, nous sommes allés en voiture pour prendre le train pour Londres, je me suis entraîné au Queens Club pendant 30 minutes et j’ai dîné à « El Cambio de Tercio » ... et je suis ici.

Merci beaucoup à vous tous pour votre soutien ces 15 derniers jours et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié d'être de retour pour vous écrire ce blog (parfois c’était difficile, je dois l’admettre).

Merci encore,

Rafa
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×