ROLAND GARROS 2012

Auteur  
# 26/05/2012 à 22:27 Nico
PROGRAMME DE DIMANCHE

Court Philippe Chatrier (à partir de 11h)

Elena Baltacha (GBR) - Samantha Stosur (AUS/n°6): 0-0
Juan Martin Del Potro (ARG/N°9) - Albert Montanes (ESP): 1-1
Andrey Kuznetsov (RUS) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°5): 0-0
Venus Williams (USA) - Paula Ormaechea (ARG): 0-0

Court Suzanne Lenglen (à partir de 11h)

Mirjana Lucic (CRO)- Svetlana Kuznetsova (RUS/n°26): 0-0
Juan Carlos Ferrero (ESP)- Jonathan Dasnieres De Veigy (FRA): 0-0
Lara Arruabarrena-Vecino (ESP) - Ana Ivanovic (SER/n°13): 0-0
Nicolas Mahut (FRA) - Andy Roddick (USAn°26): 0-4

Court n°1 (à partir de 11h)

Fabio Fognini (ITA) - Adrian Mannarino (FRA): 0-0
Angelique Kerber (ALL/n°10) - Shuai Zhang (CHN): 0-0
Steve Darcis (BEL) - Fernando Verdasco (ESP/n°14): 0-1
Mathilde Johansson (FRA) - Anastasia Rodionova (AUS): 0-0

Court n°2 (à partir de 11h)

Lucie Safarova (RCT/n°20) - Anastasiya Yakimova (RUS): 2-0
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Vasek Pospisil (CAN): 0-0
Igor Sijsling (HOL) - Gilles Muller (LUX): 0-0
Caroline Garcia (FRA) - Dinah Pfizenmaier (ALL): 0-0

Court n°3 (à partir de 11h)

Daniel Munoz-De La Nava (ESP) - Marin Cilic (CRO/n°21): 0-0
Sara Errani (ITA/n°21) - Casey Dellacqua (AUS): 1-1
Michael Berrer (ALL) - Jurgen Melzer (AUT/n°30): 0-0
Anna Tatishvili (GEO) - Alexa Glatch (USA): 0-0

Court n°6 (à partir de 11h)

Irina Falconi (USA) - Edina Gallovits-Hall (ROU): 0-0
Cedrik-Marcel Stebe (ALL) - Joao Souza (BRE): 0-0
Stephanie Dubois (CAN) - Shahar Peer (ISR): 0-0
Kevin Anderson (AFS/n°31) - Rui Machado (POR): 0-0

Court n°7 (à partir de 11h)

Melanie Oudin (USA) - Johanna Larsson (SUE): 0-0
Flavio Cipolla (ITA) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°18): 1-1
Filip Krajinovic (SER) - Nicolas Devilder (FRA): 0-0
Kai-Chen Chang (TAI) - Irena Pavlovic (FRA): 0-0

Court n°17 (à partir de 11h)

Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) - Eva Birnerova (RCT): 0-0
Pablo Andujar (ESP) - Victor Hanescu (ROU): 0-2
Heidi El Tabakh (CAN) - Aleksandra Wozniak (CAN): 0-0
Karol Beck (SVQ) - Lukasz Kubot (POL): 0-0
# 28/05/2012 à 00:12 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Juan Martin Del Potro (ARG/N°9) - Albert Montanes (ESP): 6-2, 6-7, 6-2, 6-1
Andrey Kuznetsov (RUS) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°5): 6-1, 3-6, 2-6, 4-6
Juan Carlos Ferrero (ESP)- Jonathan Dasnieres De Veigy (FRA): 6-1, 6-4, 6-3
Nicolas Mahut (FRA) - Andy Roddick (USAn°26): 6-3, 6-3, 4-6, 6-2
Fabio Fognini (ITA) - Adrian Mannarino (FRA): 6-0, 7-5, 6-1
Steve Darcis (BEL) - Fernando Verdasco (ESP/n°14): 3-6, 2-6, 6-7
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Vasek Pospisil (CAN): 3-6, 6-3, 6-2, 6-2
Igor Sijsling (HOL) - Gilles Muller (LUX): 6-2, 5-7, 6-3, 4-6, 6-8
Daniel Munoz-De La Nava (ESP) - Marin Cilic (CRO/n°21): 4-6, 4-6, 5-7
Michael Berrer (ALL) - Jurgen Melzer (AUT/n°30): 6-7, 4-6, 6-2, 6-2, 6-3
Flavio Cipolla (ITA) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°18): 3-6, 3-6, 6-4, 6-3, 2-6
Filip Krajinovic (SER) - Nicolas Devilder (FRA): 2-6, 2-6, 0-6
Pablo Andujar (ESP) - Victor Hanescu (ROU): 6-1, 2-6, 1-6, 6-3, 6-1
Cedrik-Marcel Stebe (ALL) - Joao Souza (BRE): 6-3, 2-0 AB


PROGRAMME DE LUNDI


Court Philippe Chatrier - A partir de 11 heures :

Victoria Azarenka (BLR/N°1) - Alberta Briani (ITA) 2-0
Na Li (CHN/N°7) - Sorana Cirstea (ROU) 1-0
Novak Djokovic (SER/N°1) - Potito Starace (ITA) 1-0
Gilles Simon (FRA/N°11) - Ryan Harrison (USA) 2-0

Court Suzanne Lenglen - A partir de 11 heures :

Kristina Mladenovic (FRA) - Dominika Cibulkova (SVK/N°15)
Roger Federer (SUI/N°3) - Tobias Kamke (ALL) 0-0
Michael llodra (FRA) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP) 1-0
Karolina Pliskova (RTC) - Marion Bartoli (FRA/N°8) 0-0

Court 1 - A partir de 11 heures :

Florent Serra (FRA) - Feliciano Lopez (ESP/N°15) 0-1
Alizé Cornet (FRA) - Jie Zheng (CHN/N°31) 1-2
Arnaud Clément (FRA) - Alex Bogomolov Jr (RUS) 0-2
Agnieszka Radwanska (POL/N°3) - Bojana Jovanovski (SER) 0-0

Court 2 - A partir de 11 heures :

Patricia Mayr-Achleitner (AUT) - Jelena Jankovic (SER/N°19) 0-0
Timea Babos (HON) - Vera Zvonareva (RUS/N°11) 0-0
Rogerio Dutra Silva (BRE) - John Isner (USA/N°10) 0-1
Paul-Henri Mathieu (FRA) - Bjorn Phau (All) 1-0

Court 3 - A partir de 11 heures :

Lauren Davis (USA) - Mona Barthel (ALL/N°30) 0-0
Christina McHale (USA) - kiki Bertens (HOL) 0-0
Viktor Troicki (SER/N°28) - Thomaz Bellucci (BRE) 1-0
Filippo Volandri (ITA) - Tommy Haas (ALL) 0-0

Court 4 - A partir de 11 heures :

Vania King (USA) - Galina Voskoboeva (KAZ) 1-0
Petra Martic (CRO) - Michaella Krajiceck (HOL) 1-0
Simona Halep (ROU) - Petra Cetkovska (RTC/N°24) 1-0
Philipp Kohlschreiber (ALL/N°24) - Matthew Ebden (AUS) 0-0

Court 5 - A partir de 11 heures :

Marcel Granollers (ESP/N°20) - Joao Sousa (POR) 0-0
Ekaterina Makarova (RUS) - Sloan Stephens (USA) 0-0
Radek Stepanek (RTC/N°23) - David Goffin (BEL) 0-0

Court 6 - A partir de 11 heures :

Annabel Medina Garriguez (ESP/N°29) - Laura Robson (GBR) 0-1
Adrian Ungur (ROU) - David Nalbandian (ARG) 0-1
Roberta Vinci (ITA/N°17) - Sofia Arvidsson (SUE) 4-0
Xavier Malisse (BEL) - Brian Baker (USA) 1-0

Court 7 - A partir de 11 heures :

Blaz Kavcic (SLO) - Lleyton Hewitt (AUS) 1-0
Sabine Lisicki (ALL/N°12) - Bethanie Mattek-Sands (USA) 0-0
Dudi Sela (ISR) - Tomas Berdych (RTC/N°7) 0-0
Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Stéphanie Foretz Gacon (FRA) 0-0

Court 8 - A partir de 11 heures :

Yung-Jan Chan (TPE) - Kateryna Bondarenko (UKR) 0-0
Laura Pous-Tio (ESP) - Chanelle Scheepers (AFS) 0-0
Tamarine Tanasugarn (THA) - Carla Suarez Navarro (ESP) 0-0
Olivier Rochus (BEL) - Leonardo Mayer (ARG) 0-1

Court 10 - A partir de 11 heures :

Malek Jaziri (TUN) - Philipp Petzschner (ALL) 0-0
Santiago Giraldo (COL) - Alejandro Falla (COL) 1-2
Yaroslava Shvedova (KAZ) - Mandy Minella (LUX) 0-1

Court 11 - A partir de 11 heures :

Frank Dancevic (CAN) - Martin Klizan (SVQ) 0-0
Romina Oprandi (SUI) - Olga Govortsova (BLR) 0-1
Jesse Levine (USA) - Benjamin Becker (ALL) 0-2

Court 14 - A partir de 11 heures :

Mikhail Kukushkin (KAZ) - Ernests Gulbis (LET) 0-0
Varvara Lepchenko (USA) - Ksenia Pervak (KAZ) 0-0
Alexandr Dolgopolov (UKR/N°16) - Sergiy Stakhovsky (UKR) 1-0
Monica Niculescu (ROU/N°32) - Nina Bratchikova (RUS) 0-0

Court 16 - A partir de 11 heures :

Nadia Petrova (RUS/N°27) - Iveta Benesova (RTC) 1-0
Eric Prodon (FRA) - Horacio Zeballos (ARG) 1-0
Bernard Tomic (AUS/N°25) - Andreas Haider-Maurer (AUT) 0-0

Court 17 - A partir de 11 heures :

Andreas Seppi (ITA/N°22) - Nikolay Davydenko (RUS) 2-3
Su-Wei Hsieh (TPE) - Flavia Pennetta (ITA/N°18) 0-0
Ruben Ramirez Hidalgo (ESP) - Milos Raonic (CAN/N°19) 0-0
Vera Dushevina (RUS) - Claire Feuerstein (FRA) 0-0
# 29/05/2012 à 13:21 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Novak Djokovic (SER/N°1) - Potito Starace (ITA) 7-6, 6-3, 6-1
Gilles Simon (FRA/N°11) - Ryan Harrison (USA) 3-6, 7-5, 6-4, 6-1
Roger Federer (SUI/N°3) - Tobias Kamke (ALL) 6-2, 7-5, 6-3
Michael llodra (FRA) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP) 7-6, 6-2, 3-6, 6-3
Florent Serra (FRA) - Feliciano Lopez (ESP/N°15) 5-0 AB
Arnaud Clément (FRA) - Alex Bogomolov Jr (RUS) 6-2, 3-6, 4-6, 7-6, 5-4 AB
Rogerio Dutra Silva (BRE) - John Isner (USA/N°10) 3-6, 4-6, 4-6
Paul-Henri Mathieu (FRA) - Bjorn Phau (All) 2-6, 4-6, 6-4, 6-3, 6-0
Viktor Troicki (SER/N°28) - Thomaz Bellucci (BRE) 4-6, 6-3, 5-7, 6-3, 6-2
Philipp Kohlschreiber (ALL/N°24) - Matthew Ebden (AUS) 6-4, 6-4, 7-6
Marcel Granollers (ESP/N°20) - Joao Sousa (POR) 6-2, 3-6, 6-3, 6-4
Radek Stepanek (RTC/N°23) - David Goffin (BEL) 2-6, 6-4, 6-2, 4-6, 2-6
Adrian Ungur (ROU) - David Nalbandian (ARG) 6-3, 5-7, 6-4, 7-5
Xavier Malisse (BEL) - Brian Baker (USA) 3-6, 6-7, 6-7
Blaz Kavcic (SLO) - Lleyton Hewitt (AUS) 7-6, 6-3, 6-7, 6-3
Dudi Sela (ISR) - Tomas Berdych (RTC/N°7) 3-6, 4-6, 1-6
Olivier Rochus (BEL) - Leonardo Mayer (ARG) 3-6, 4-6, 6-2, 4-6
Malek Jaziri (TUN) - Philipp Petzschner (ALL) 6-3, 7-5, 7-6
Santiago Giraldo (COL) - Alejandro Falla (COL) 5-7, 6-2, 6-4, 7-6
Jesse Levine (USA) - Benjamin Becker (ALL) 7-5, 6-2, 6-4
Mikhail Kukushkin (KAZ) - Ernests Gulbis (LET) 6-4, 7-6, 5-7, 2-6, 6-4
Eric Prodon (FRA) - Horacio Zeballos (ARG) 7-6, 3-6, 3-6, 2-6
Bernard Tomic (AUS/N°25) - Andreas Haider-Maurer (AUT) 7-6, 6-3, 6-3
Andreas Seppi (ITA/N°22) - Nikolay Davydenko (RUS) 6-3, 7-6, 7-5
Ruben Ramirez Hidalgo (ESP) - Milos Raonic (CAN/N°19) 4-6, 2-6, 2-6

PROGRAMME DE MARDI

COURT PHILIPPE-CHATRIER - A 11h00

Francesca Schiavone (ITA/n°14) - Kimiko Date-Krumm (JAP) : 2-0
Jurgen Zoop (EST/Q) - Richard Gasquet (FRA/n°17) : 0-0
Simone Bolelli (ITA) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 0-2
Serena Williams (USA/n°5) - Virginie Razzano (FRA/WC) : 0-0

COURT SUZANNE-LENGLEN - A 11h00

Ashleigh Barty (AUS) - Petra Kvitova (RTC/n°4) : 0-0
Alexandra Cadantu (ROU) - Maria Sharapova (RUS/n°2) : 0-0
Mischa Zverev (ALL/Q) - Julien Benneteau (FRA/n°29) : 0-0
Tatsuma Ito (JAP) - Andy Murray (GBR/n°4) : 0-0

COURT N°1 - A 11h00

Janko Tipsarevic (SER/n°18) - Sam Querrey (USA) : 1-3
Pauline Parmentier (FRA) - Urszula Radwanska (POL) : 1-0
Juan Monaco (ARG/n°13) - Guillaume Rufin (FRA/WC) : 0-0
Eleni Daniilidou (GRE) - Caroline Wozniacki (DAN/n°9) : 1-1

COURT N°2 - A 11h00

David Ferrer (ESP/n°6) - Lukas Lacko (SLQ) : 1-0
Benoît Paire (FRA) - Albert Ramos (ESP) : 0-2
Irina-Camelia Begu (ROU) - Aravane Rezai (FRA/WC) : 1-0
Shuai Peng (CHN/n°28) - Tamira Paszek (AUT) : 1-0

COURT N°3 - A 11h00

Jérémy Chardy (FRA) - Yen-Hsun Lu (TAI) : 1-0
Kaia Kanepi (EST/N°23) - Alexandra Panova (RUS) : 1-0
Maria Kirilenko (RUS/n°16) - Victoria Larriere (FRA/WC) : 0-0
James Blake (USA) - Mikhail Youzhny (RUS/n°27) : 1-1

COURT N°4 - A 11h00

Dmitry Tursunov (RUS) - Go Soeda (JAP) : 0-0
Marina Erakovic (NZL) - Lourdes Dominguez Lino (ESP) : 0-0
Igor Kunitsyn (RUS) - Denis Istomin (OUZ) : 0-2

COURT N°5 - A 11h00

Polona Hercog (SLV) - Ayumi Morita (JAP) : 0-0
Arantxa Rus (PBS) - Jamie Hampton (USA) : 0-0
Lukas Rosol (RTC) - Carloc Berlocq (ARG) : 0-0
Jarmila Gadjosova (AUS) - Magdalena Rybarikova (SLQ) : 1-1

COURT N°6 - A 11h00

Elena Vesnina (RUS) - Heather Watson (GBR/Q) : 1-0
Donald Young (USA) - Grigor Dimitrov (BUL) : 2-1
Anne Keothavong (GBR) - Melinda Czink (HON) : 1-0
Ivan Dodig (CRO) - Robin Haase (PBS) : 0-0

COURT N°7 - A 11h00

Lucie Hradecka (RTC) - Julia Goerges (ALL/n°25) : 1-1
Tsvetana Pironkova (BUL) - Yanina Wickmayer (BEL) : 0-0
Paolo Lorenzi (ITA) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 0-0
Juan Ignacio Chela (ARG) - Marcos Baghdatis (CHY) : 2-3

COURT N°16 - A 11h00

Klara Zakopalova (RTC) - Lesia Tsurenko (UKR) : 0-0
Eduardo Schwank (ARG/Q) - Ivo Karlovic (CRO) : 0-0

COURT N°17 - A 11h00

Florian Mayer (ALL/n°32) - Daniel Gimeno-Traver (ESP) : 0-0
Greta Arn (HON) - Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/n°22) : 0-1
Jarkko Nieminen (FIN) - Igor Andreev (RUS) : 0-1
# 29/05/2012 à 23:22 Nico
RESULTATS DE MARDI

Jurgen Zoop (EST/Q) - Richard Gasquet (FRA/n°17) : 3-6, 4-6, 6-7
Simone Bolelli (ITA) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 2-6, 2-6, 1-6
Mischa Zverev (ALL/Q) - Julien Benneteau (FRA/n°29) : 2-6, 7-6, 4-6, 4-6
Tatsuma Ito (JAP) - Andy Murray (GBR/n°4) : 1-6, 5-7, 0-6
Janko Tipsarevic (SER/n°18) - Sam Querrey (USA) : 2-6, 6-4, 7-6, 6-3
Juan Monaco (ARG/n°13) - Guillaume Rufin (FRA/WC) : 6-2, 2-6, 6-2, 7-6
David Ferrer (ESP/n°6) - Lukas Lacko (SLQ) : 6-3, 6-4, 6-1
Benoît Paire (FRA) - Albert Ramos (ESP) : 7-6, 6-4, 6-7, 6-3
Jérémy Chardy (FRA) - Yen-Hsun Lu (TAI) : 6-4, 6-1, 6-7, 3-6, 11-9
James Blake (USA) - Mikhail Youzhny (RUS/n°27) : 2-6, 1-6, 2-6
Dmitry Tursunov (RUS) - Go Soeda (JAP) : 6-1, 6-4, 6-4
Igor Kunitsyn (RUS) - Denis Istomin (OUZ) : 2-6, 1-6, 2-6
Lukas Rosol (RTC) - Carloc Berlocq (ARG) : 6-4, 7-5, 6-7, 6-2
Donald Young (USA) - Grigor Dimitrov (BUL) : 6-7, 1-6, 1-6
Ivan Dodig (CRO) - Robin Haase (PBS) : 2-6, 2-6, 1-6
Paolo Lorenzi (ITA) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 3-6, 5-7, 4-6
Juan Ignacio Chela (ARG) - Marcos Baghdatis (CHY) : 3-6, 3-6, 1-6
Eduardo Schwank (ARG/Q) - Ivo Karlovic (CRO) : 6-4, 6-0, 6-3
Florian Mayer (ALL/n°32) - Daniel Gimeno-Traver (ESP) : 6-4, 6-2, 6-3
Jarkko Nieminen (FIN) - Igor Andreev (RUS) : 3-6, 6-2, 2-1 AB

Nadal, calme et volupté

Avec sa victoire expéditive face à Simone Bolelli au 1er tour de Roland-Garros (6-2, 6-2, 6-1), Rafael Nadal est devenu le plus jeune joueur de l'ère Open à remporter 150 matches en tournois majeurs. Un succès obtenu avec beaucoup moins de nervosité, comparé aux éditions précédentes à Paris.

Rafael Nadal a repris ses bonnes vieilles habitudes. Gagner un premier tour à Roland-Garros avec la manière. Simone Bolelli n'a pas pu empêcher le Majorquin, en route vers son septième sacre parisien, d'enregistrer sa 46e victoire en 47 matches avec trois sets sèchement gagnés (6-2, 6-2, 6-1). L'an passé, ses débuts ont été bien plus compliqués : héritant de John Isner pour débuter le tournoi, l'Espagnol avait lutté en cinq manches pour la première fois de sa carrière Porte d'Auteuil avant de passer l'obstacle américain.

"J’ai joué avec beaucoup moins de nervosité par rapport aux autres années, reconnaît le numéro deux mondial. Je me souviens de Gianni Mina il y a deux ans, mais aussi de John Isner l'an passé où j'étais très stressé. Je suis très content d’être au 2e tour après avoir joué un très bon match. Je me suis relâché à 6-2, 4-0. Ensuite, j’ai eu quelques problèmes. J’ai effacé quelques balles de break, mais cela s’est bien passé. Je me sens très bien." La sérénité de l'Espagnol est palpable, aussi parce que le contexte est radicalement différent de l'an passé. Ses problèmes physiques ne sont pas d'actualité, et surtout il a réussi à reprendre de la confiance avant d'arriver à Paris, notamment par rapport à Novak Djokovic.

150 victoires en Grand Chelem à 25 ans, un record

"Mon attitude sur le court est meilleure en ce moment, j'ai plus de fraîcheur, je suis plus positif que l’an passé. Je suis très motivé cette année, je me sens bien mieux qu'en début d'année", confiait encore l'Espagnol à nos confrères espagnols. Ses sept défaites de suite en finale sont désormais reléguées au passé. Depuis, Nadal a remporté trois victoires sur terre battue (Monte-Carlo, Barcelone et Rome), dont deux face au numéro un mondial. La tendance par rapport à l'an dernier est donc complètement inversée : la pression n'est pas sur ses épaules, mais sur celle de son concurrent direct pour le titre à Paris.

Le Serbe, qui vise une quatrième victoire de suite en tournoi du Grand Chelem, n'aura que très peu de chance d'être face à ce même objectif l'an prochain ou dans les années à venir. Le septième titre de Nadal, dans le pire des cas, pourrait être remis à plus tard. Mais avec la démonstration faite sur terre battue ocre depuis le début de la saison, le Majorquin sait qu'il a une sacrée longueur d'avance sur la concurrence. Et de plus, rien qu'à voir sa moitié de tableau, où Andy Murray et David Ferrer sont les seuls adversaires à pouvoir le gêner en demi-finales, le chemin vers la finale du tenant du titre, qui affrontera l'Ouzbek Denis Istomin au prochain tour, ne semble pas semé d'embûches insurmontables.

Avant de battre éventuellement le record de Bjorn Borg, en tant que septuple vainqueur à Roland-Garros, Rafael Nadal affole en tout cas déjà les compteurs. Comme Roger Federer la veille, l'Espagnol a battu un record : d'après l'ATP, il est devenu à 25 ans le plus jeune joueur à remporter 150 victoires en Grand Chelem. "Je suis très chanceux, très content de cela que je réalise à peine, a-t-il déclaré. Je m’entraîne tous les jours pour cela. J’ai gagné trois tournois très importants pour moi cette année, à moi de continuer dans cette voie." En cas de victoire à l'issue de la quinzaine, il entrerait même dans le Top 3 des joueurs ayant remporté le plus de matches à Paris. Avec 52 succès, il dépasserait Andre Agassi (51) et se rapprocherait d'Yvan Lendl (53) et de Guillermo Vilas (56). Mais ça, ce sera une autre histoire...
S.P.

PROGRAMME DE MERCREDI

Court Philippe Chatrier - A partir de 11 heures

Viktoria Azarenka (BLR/N°1) - Dinah Pfizenmaier (ALL) 0-0
Roger Federer (SUI/N°3) - Adrian Ungur (ROU) 0-0
Gilles Simon (FRA/N°11) - Brian Baker (USA) 0-0
Agnieszka Radwanska (POL/N°3) - Venus Williams (USA) 2-5

Court Suzanne Lenglen - A partir de 11 heures

Novak Djokovic (SER/N°1) - Blaz Kavcic (SLO) 1-0

Pas avant 12h30

Mathilde Johansson (FRA) - Petra Cetkovska (RTC/N°24) 2-1
Petra Martic (CRO) - Marion Bartoli (FRA/N°8) 0-1
Cedrik-Marcel Stebe (ALL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N°5) 0-0

Court 1 - A partir de 11 heures

Irina Falconi (USA) - Samatha Stosur (AUS/N°6) 0-1
Anabel Medina-Garrigues (ESP/N°29) - Irena Pavlovic (FRA) 0-0
Michael Llodra (FRA) - Tomas Berdych (RTC/N°7) 2-1
David Goffin (BEL) - Arnaud Clément (FRA) 0-0

Court 2 - A partir de 11 heures

Juan Martin Del Potro (ARG/N°9) - Edouard Roger-Vasselin (FRA) 0-1
Shahar Peer (ISR) - Ana Ivanovic (SER/N°13) 3-0
Martin Klizan (SVK) - Nicolas Mahut (FRA) 0-0
Angelique Kerber (ALL/N°10) - Olga Govortsova (BLR) 3-1

Court 3 - A partir de 11 heures

Sara Errani (ITA/N°21) - Melanie Oudin (USA) 1-0
Nicolas Devilder (FRA) - Michael Berrer (ALL) 0-1
Gilles Muller (LUX) - Fernando Verdasco (ESP/N°14) 0-1
Alexa Glatch (USA) - Flavia Pennetta (ITA/N°18) 1-0

Court 5 - Pas avant 12h30

Andreas Seppi (ITA/N°22) - Mikhail Kukushkin (KAZ) 0-0
Bethanie Mattek-Sands (USA) - Sloane Stephens (USA) 0-0

Court 6 - A partir de 11 heures

Aleksandra Wozinak (CAN) - Jie Zheng (CHN/N°31) 1-0
Lucie Safarova (RTC/N°20 - Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) 2-2
Pablo Andujar (ESP) - Stanislas Wawrinka (SUI/N°18) 0-2
Viktor Troicki (SER/N°28) - Fabio Fognini (ITA) 2-1

Court 7 - A partir de 11 heures

Vania King (USA) - Dominika Cibulkova (SVK/N°15) 3-0
Juan Carlos Ferrero (ESP) - Marin Cilic (CRO/N°21) 0-1
Yung-Jan Chan (TPE) - Svetlana Kuznetsova (RUS/N°26) 0-1
Lukasz Kubot (POL) - Florent Serra (FRA) 0-1

Court 17 - Pas avant 12h30

Nadia Petrova (RUS/N°27) - Chanelle Scheepers (AFS) 0-0
Kevin Andrerson (AFS/N°31) - Horacio Zeballos (ARG) 0-0
# 30/05/2012 à 22:56 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Roger Federer (SUI/N°3) - Adrian Ungur (ROU) 6-3, 6-2, 6-7, 6-3
Gilles Simon (FRA/N°11) - Brian Baker (USA) 6-4, 6-1, 6-7, 1-6, 6-0
Novak Djokovic (SER/N°1) - Blaz Kavcic (SLO) 6-0, 6-4, 6-4
Michael Llodra (FRA) - Tomas Berdych (RTC/N°7) 2-6, 3-6, 3-6
Juan Martin Del Potro (ARG/N°9) - Edouard Roger-Vasselin (FRA) 6-7, 7-6, 6-4, 6-4
Martin Klizan (SVK) - Nicolas Mahut (FRA) 6-4, 4-6, 6-7, 3-6
Nicolas Devilder (FRA) - Michael Berrer (ALL) 7-6, 6-4, 6-2
Gilles Muller (LUX) - Fernando Verdasco (ESP/N°14) 7-6, 3-6, 2-6, 2-6
Andreas Seppi (ITA/N°22) - Mikhail Kukushkin (KAZ) 6-7, 6-2, 2-6, 6-1, 6-2
Pablo Andujar (ESP) - Stanislas Wawrinka (SUI/N°18) 6-7, 7-6, 2-6, 1-6
Juan Carlos Ferrero (ESP) - Marin Cilic (CRO/N°21) 6-7, 2-6, 3-6
Lukasz Kubot (POL) - Florent Serra (FRA) 7-6, 6-2, 7-6
Kevin Andrerson (AFS/N°31) - Horacio Zeballos (ARG) 6-3, 3-6, 6-3, 6-0
# 31/05/2012 à 00:59 Nico
PROGRAMME DE JEUDI

DEBUT DES MATCHS A 11H00

Court Philippe-Chatrier

Jarkko Nieminen (FIN) - Andy Murray (GBR/n°4) : 0-3
Jarmila Gajdosova (AUS) - Caroline Wozniacki (DAN/n°9) 0-5
Paul-Henri Mathieu (FRA) - John Isner (USA/n°10) 0-0
Ayumi Morita (JAP) - Maria Sharapova (RUS/n°2) 0-0

Court Suzanne-Lenglen

Urszula Radwanska (POL) - Petra Kvitova (RTC/n°4) 0-0

Pas avant 12h00

Cedrik-Marcel Stebe (ALL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°5), interrompu (2-6, 6-4, 1-1) 0-0
Denis Istomin (UZB) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 0-2
Li Na (CHN/n°7) - Stéphanie Foretz-Gacon (FRA) 0-0
Grigor Dimitrov (BUL) - Richard Gasquet (FRA/n°17) : 0-1

Court n°1

David Ferrer (ESP/n°6) - Benoît Paire (FRA) 1-0
Pas avant 12h00
David Goffin (BEL) - Arnaud Clément (FRA), interrompu (3-6, 7-6[2], 0-6, 6-2, 5-1) 0-0
Francesca Schiavone (ITA/n°14) - Tsvetana Pironkova (BUL)
Dmitry Tursunov (RUS) - Julien Benneteau (FRA/n°29) 1-1
Virginie Razzano (FRA) - Arantxa Rus (HOL)


Court n°2


Maria Kirilenko (RUS/n°16) - Klara Zakopalova (RTC) 3-1
Marcos Baghdatis (CYP) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 0-0
Janko Tipsarevic (SRB/n°8) - Jérémy Chardy (FRA) 3-1
Heather Watson (GBR) - Julia Görges (ALL/n°25) 0-0

Court n°3

Jesse Levine (USA) - Milos Raonic (CAN/n°19) 0-0
Pas avant 12h00
Olga Govortsova(BLR) - Angelique Kerber(ALL/n°10], interrompu (2-1) 1-3
Varvara Lepchenko (USA) - Jelena Jankovic (SRB/n°19) 0-0
Marcel Grannollers (ESP/n°20) - Male Jaziri (TUN) 0-0
Peng Shuai (CHN/n°28) - Lourdes Domínguez (ESP) 2-0

Court n°5

Robin Haase (HOL) - Mikhail Youzhny (RUS/n°27) 0-1

Court n°6

Juan Monaco (ARG/n°13) - Lukás Rosol (RTC) 0-0

Pas avant 12h00

Viktor Troicki (SRB/n°28 - Fabio Fognini (ITA), interrompu (2-6, 6-3) 2-1
Kaia Kanepi (EST/n°23) - Irina Begu (ROM) 0-0
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Tommy Haas (ALL) 0-0


Court n°7


Bernard Tomic (AUS/n°25) - Santiago Giraldo (COL) 1-0
Nina Bratchikova (RUS) - Claire Feuerstein (FRA) 0-0
Philipp Kohlschreiber (ALL/n°24) - Leonardo Mayer (ARG) 0-0

Court n°17

Melinda Czink (HON) - Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/n°22) : 1-0
Suivi d'un double
Florian Mayer (ALL/n°32) - Eduardo Schwank (ARG) 0-0
# 31/05/2012 à 23:19 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Paul-Henri Mathieu (FRA) - John Isner (USA/n°10) 6-7, 6-4, 6-4, 3-6, 18-16
Jarkko Nieminen (FIN) - Andy Murray (GBR/n°4) : 6-1, 4-6, 1-6, 2-6
Cedrik-Marcel Stebe (ALL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°5) 2-6, 6-4, 2-6, 1-6
Denis Istomin (UZB) - Rafael Nadal (ESP/n°2) 2-6, 2-6, 0-6
Grigor Dimitrov (BUL) - Richard Gasquet (FRA/n°17) : 7-5, 5-7, 2-6, 3-6
David Goffin (BEL) - Arnaud Clément (FRA) 3-6, 7-6, 0-6, 6-2, 6-1
Dmitry Tursunov (RUS) - Julien Benneteau (FRA/n°29) 4-6, 4-6, 4-6,
Marcos Baghdatis (CYP) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 4-6, 3-6, 5-7
Janko Tipsarevic (SRB/n°8) - Jérémy Chardy (FRA) 7-6, 6-1, 7-5
Jesse Levine (USA) - Milos Raonic (CAN/n°19) 4-6, 5-7, 2-6
Robin Haase (HOL) - Mikhail Youzhny (RUS/n°27) 3-6, 6-7, 4-6
Juan Monaco (ARG/n°13) - Lukás Rosol (RTC) 7-6, 6-0, 7-6
Viktor Troicki (SRB/n°28 - Fabio Fognini (ITA) 2-6, 6-3, 6-4, 3-6, 6-8
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Tommy Haas (ALL) 2-6, 3-6, 2-6
Bernard Tomic (AUS/n°25) - Santiago Giraldo (COL) 4-6, 1-6, 3-6
Philipp Kohlschreiber (ALL/n°24) - Leonardo Mayer 6-7, 6-7, 5-7
Florian Mayer (ALL/n°32) - Eduardo Schwank (ARG) 6-2, 3-6, 4-6, 6-7
David Ferrer (ESP/n°6) - Benoît Paire (FRA) 6-3, 6-3, 6-2


Nadal garde le rythme


Rafael Nadal a passé sans encombre le deuxième tour à Roland Garros. L'Espagnol a dominé aisément Denis Istomin (6-2, 6-2, 6-0, en 1h50'). Prochain adversaire : l'Argentin Eduardo Schwank.

Rafael Nadal continue sa promenade de santé dans ces premiers tours Porte d'Auteuil. Face à un adversaire qui avait pourtant des choses à proposer sur le court avec sa bonne qualité de frappe et sa volonté offensive, le n°2 mondial a globalement déroulé. Le tenant du titre était donc satisfait de sa prestation du jour.

«Je me sens très bien et je pense avoir fait un bon match. A partir de 5-2 dans le deuxième set et pendant tout le dernier set c'était vraiment très bien, j'ai lâché mes coups à fond. En revanche j'ai eu quelques soucis avec mon service en milieu de deuxième set plus précisément mais de manière général c'est sans doute le coup qui a le moins bien fonctionné aujourd'hui», a ainsi confié celui qui vient chercher un septième titre Porte d'Auteuil.

On lui fait alors remarquer qu'il a l'air bien plus serein cette année à Paris que l'année dernière. Les récentes victoires face à Novak Djokovic n'y sont évidemment pas pour rien, mais elles n'expliquent pas tout. Dans sa vie aussi, l'Espagnol se sent mieux : «Je m'amuse plus cette année sur le circuit, je me sens mieux. L'an dernier c'était devenu dur d'être loin de la maison, d'être tout le temps en déplacement. Mais là je joue bien, je me sens en confiance alors forcément les choses changent. Je me sens vraiment bien en ce moment.» La concurrence est encore un peu plus prévenue.
C.B.


PROGRAMME DE VENDREDI


DEBUT DES MATCHS A 11H00

Court Philippe-Chatrier


Sloane Stephens (USA) - Mathilde Johansson (FRA)
Agnieszka Radwanska (POL/n°3) - Svetlana Kuznetsova (RUS/n°26)
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°5) - Fabio Fognini (ITA)
Roger Federer (SUI/n°3) - Nicolas Mahut (FRA)

Court Suzanne-Lenglen

Sara Errani (ITA/n°21) - Ana Ivanovic (SER/n°13)

Pas avant 12h30

Ayumi Morita (JAP) - Maria Sharapova (RUS/n°2)
Gilles Simon (FRA/n°11) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°18)
Novak Djokovic (SER/n°1) - Nicolas Devilder (FRA)
Victoria Azarenka (BLR/n°1) - Aleksandra Wozniak (CAN)

Court n°1

Kevin Anderson (AFS/n°31) - Tomas Berdych (RTC/n°7)
Nadia Petrova (RUS/n°27) - Samantha Stosur (AUS/n°6)
Juan Martín Del Potro (ARG/n°9) - Marin Cilic (CRO/n°21)
Angelique Kerber (ALL/n°10) - Flavia Pennetta (ITA/n°18)

Court n°2

Un double suivi de :
Anabel Medina Garrigues (ESP/n°29) - Petra Martic (CRO)
Andreas Seppi (ITA/n°22) Fernando Verdasco (ESP/n°14)

Court n°3

Un double suivi de :

Pas avant 12h30

Marcel Granollers (ESP/n°20) - Malek Jaziri(TUN), interrompu à (7-6 [1], 3-6, 6-1, 3-6)

Court n°7

Un double suivi de :
María José Martínez (ESP) - Dominika Cibulkova (SVQ/n°15)
Suivi d'un double
David Goffin (BEL) - Lukasz Kubot (POL)
# 01/06/2012 à 23:57 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°5) - Fabio Fognini (ITA) 5-7, 4-6, 4-6
Roger Federer (SUI/n°3) - Nicolas Mahut (FRA) 6-3, 4-6, 6-2, 7-5
Gilles Simon (FRA/n°11) - Stanislas Wawrinka (SUI/n°18) 5-7, 7-6, 7-6, 3-6, 2-6
Novak Djokovic (SER/n°1) - Nicolas Devilder (FRA) 6-1, 6-2, 6-2
Kevin Anderson (AFS/n°31) - Tomas Berdych (RTC/n°7) 4-6, 6-3, 7-6, 4-6, 4-6
Juan Martín Del Potro (ARG/n°9) - Marin Cilic (CRO/n°21) 6-3, 7-6, 6-1
Andreas Seppi (ITA/n°22) Fernando Verdasco (ESP/n°14) 7-5, 3-6, 6-3, 4-6, 6-2
Marcel Granollers (ESP/n°20) - Malek Jaziri(TUN)7-6 [1], 3-6, 6-1, 3-6, 7-5
David Goffin (BEL) - Lukasz Kubot (POL) 7-6, 7-5, 6-1

PROGRAMME DE SAMEDI

DEBUT DES MATCHS A 11H00

Court Philippe-Chatrier

Nina Bratchikova (RUS) - Petra Kvitova (RTC/n°4) : 0-0
Janko Tipsarevic (SER/n°8) - Julien Benneteau (FRA/n°29) : 0-1
Shuai Peng (CHN/n°28) - Maria Sharapova (RUS/n°2) : 1-3
Eduardo Schwank (ARG) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 0-0

Court Suzanne-Lenglen

David Ferrer (ESP/n°6) - Mikhail Youzhny (RUS/n°27) : 1-4
Na Li (CHN/n°7) - Christina McHale (USA) : 0-0
Tommy Haas (ALL) - Richard Gasquet (FRA/n°17) : 2-1
Kaia Kanepi (EST/n°23) - Caroline Wozniacki (DAN/n°9) : 1-3


Court n°1


Francesca Schiavone (ITA/n°14) - Varvara Lepchenko (USA) : 1-1
Santiago Giraldo (COL) - Andy Murray (GBR/n°4) : 0-1
Marcel Granollers (ESP/n°20) - Paul-Henri Mathieu (FRA) : 2-0
Arantxa Rus (HOL) - Julia Goerges (ALL/n°25) : 0-0


Court n°2


Deux doubles suivis de :
Klara Zakopalova (RTC) - Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/n°22) : 0-2
Juan Monaco (ARG/n°13) - Milos Raonic (CAN/n°19) : 0-0


Court n°7


Yaroslava Shvedova (KAZ) - Carla Suarez Navarro (ESP) : 0-1
Leonardo Mayer (ARG) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 0-1
# 02/06/2012 à 23:54 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Janko Tipsarevic (SER/n°8) - Julien Benneteau (FRA/n°29) : 6-3, 7-5, 6-4
Eduardo Schwank (ARG) - Rafael Nadal (ESP/n°2) : 1-6, 3-6, 4-6
David Ferrer (ESP/n°6) - Mikhail Youzhny (RUS/n°27) : 6-0, 6-2, 6-2
Tommy Haas (ALL) - Richard Gasquet (FRA/n°17) :
7-6, 3-6, 0-6, 0-6
Santiago Giraldo (COL) - Andy Murray (GBR/n°4) : 3-6, 4-6, 4-6
Marcel Granollers (ESP/n°20) - Paul-Henri Mathieu (FRA) : 6-4, 6-4, 1-6, 4-6, 6-1
Juan Monaco (ARG/n°13) - Milos Raonic (CAN/n°19) : 6-7, 6-3, 6-7, 6-3, 6-4
Leonardo Mayer (ARG) - Nicolas Almagro (ESP/n°12) : 4-6, 1-6, 2-6

Nadal monte en puissance

Rafael Nadal se qualifie pour les huitièmes aux dépens de l'Argentin Eduardo Schwank (6-1, 6-3, 6-4). L'Espagnol y rencontrera l'Argentin Juan

C'est le tarif Nadal. Malgré une belle résistance, Eduardo Schwank n'a pu que constater l'évidence : il n'y avait rien à faire samedi face à l'Espagnol. Ce dernier s'est imposé à sa main en trois sets (6-1, 6-3, 6-4) au terme d'un duel plaisant sur le Chatrier où les échanges au couteau ont été nombreux, tout comme les jeux du chat et de la souris. Schwank a tout tenté, même de faire jouer au filet ses qualités de joueur de double, mais la muraille Nadal ne s'est pas fissurée.

Coups de fusil en coup droit le long de la ligne, jeu de jambes de parade : le tenant du titre a sans doute livré son meilleur match depuis le début du tournoi. Il a eu réponse à tout, avec un calme à glacer le sang de la concurrence. «Je ne sais pas si c'était mon meilleur match de la semaine. Je pense que je jouais déjà très bien contre Istomin. Aujourd'hui c'est vrai que les sensations étaient très bonnes face à un adversaire dangereux. C'est une victoire en trois sets importante pour moi», a ainsi confié l'homme de Manacor.

Le voilà donc en huitièmes de finale dans les meilleures dispositions possibles. Il sera opposé à un de ses meilleurs amis, l'Argentin Juan Monaco qu'il a dominé 3 fois sur 3 sur l'ocre. «C'est un des joueurs que j'apprécie le plus, on se connaît très bien et on passe énormément d'heures ensemble. Il joue très bien en ce moment et a une saison fantastique. Ce sera sans doute un match très difficile même si tout va bien pour moi pour le moment. Le plus dur reste à venir.»

En le voyant si joyeux à la fin de la rencontre, on se dit que les doutes de 2011 ont bien été effacés pour celui qui est devenu en début de tournoi le plus jeune joueur de l'histoire à remporter 150 matches en Grand Chelem. Dimanche, il fêtera son 26e anniversaire en toute simplicité. «Je n'ai rien prévu de spécial. Peut-être que le tournoi organisera encore quelque chose pour moi et ça me fera évidemment plaisir. Mais je n'irai pas faire la fête, ce n'est pas le moment.» Les yeux rivés vers son but - ce septième titre à Paris - Nadal refuse de baisser sa garde.
C.B.

PROGRAMME DE DIMANCHE

Court Philippe-Chatrier - A partir de 11h00

Svetlana Kuznetsova (RUS/26) - Sara Errani (ITA/21) : 5-0
Novak Djokovic (SER/1) - Andreas Seppi (ITA/22) : 7-0
Stanislas Wawrinka (SUI/18) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/5) : 1-1
Sloane Stephens (USA) - Samantha Stosur (AUS/6) : 0-0

Court Suzanne-Lenglen - A partir de 11h00

Angelique Kerber (ALL/10) - Petra Martic (CRO) : 0-2
Victoria Azarenka (BLR/1) - Dominika Cibulkova (SVQ/15) : 7-1
Roger Federer (SUI/3) - David Goffin (BEL/LL) : 0-0
Juan Martin Del Potro (ARG/9) - Tomas Berdych (RTC/7) : 2-2
# 03/06/2012 à 23:53 Nico
RESULTATS DE DIMANCHE

Novak Djokovic (SER/1) - Andreas Seppi (ITA/22) : 4-6, 6-7, 6-3, 7-5, 6-3

Roger Federer (SUI/3) - David Goffin (BEL/LL) : 5-7, 7-5, 6-2, 6-4

PROGRAMME DE LUNDI

Court Philippe-Chatrier - A partir de 11h00

David Ferrer (ESP/6) - Marcel Granollers (ESP/20) : 3-0
Fin de Jo-Wilfried Tsonga - Stanislas Wawrinka
Klara Zakopalova (TCH) - Maria Sharapova (RUS/2) : 1-2
Richard Gasquet (FRA/17) - Andy Murray (ANG/4) : 3-3
Varvara Lepchenko (USA) - Petra Kvitova (TCH/4) : 0-1

Court Suzanne-Lenglen - A partir de 11h00

Janko Tipsarevic (SER/8) - Nicolas Almagro (ESP/12)
Fin de Juan Martin Del Potro - Tomas Berdych
Na Li (CHN/7) - Yaroslava Shvedova (KAZ) : 1-0
Juan Monaco (ARG/13) - Rafael Nadal (ESP/2) : 1-3
Arantxa Rus (HOL) - Kaia Kanepi (EST/23) : 0-2
# 04/06/2012 à 20:47 Nico
RESULTATS DE LUNDI

David Ferrer (ESP/6) - Marcel Granollers (ESP/20) : 6-3, 6-2, 6-0
Stanislas Wawrinka (SUI/18) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/5) : 4-6, 6-7, 6-3, 6-3, 4-6
Richard Gasquet (FRA/17) - Andy Murray (ANG/4) : 6-1, 4-6, 1-6, 2-6
Janko Tipsarevic (SER/8) - Nicolas Almagro (ESP/12) : 4-6, 4-6, 4-6
Juan Martin Del Potro (ARG/9) - Tomas Berdych (RTC/7) : 7-6, 1-6, 6-3, 7-5
Juan Monaco (ARG/13) - Rafael Nadal (ESP/2) : 2-6, 0-6, 0-6

Nadal sans pitié

Rafael Nadal a laminé Juan Monaco (6-2, 6-0, 6-0) en 8es de finale lundi en 1h46. En quarts de finale, Nadal affrontera Nicolas Almagro.

Rafael Nadal ne fait pas de sentiments. Un de ses meilleurs amis a beau être de l'autre côté du filet, le tenant du titre écarte tout sentimentalisme d'une claque de coup droit. L'Espagnol, mené 1-2 dans le premier set, a ainsi remporté dix-sept jeux consécutifs (6-2, 6-0,6-0) ! Monaco, lui, a fini le match sonné et déprimé. Le câlin de fin de match a ainsi laissé la place à une accolade de consolation sans effet : Monaco ne pouvait quasiment pas regarder son pote dans les yeux.

Ce Nadal version 2012 ressemble de plus en plus à sa version 2008 quand il avait étrillé tout le tableau sans aucune pitié. Monaco, qui certes s'était blessé à une cheville à Monte-Carlo mais qui avait quand même tenu le bras de fer avec Novak Djokovic à Rome, n'a rien pu faire. Nadal avait toutes les solutions et surtout massacrait la balle comme jamais. Démoli dans tous les coins du court, l'Argentin a craqué et n'a plus eu qu'une hâte : que ça s'arrête.

Almagro face au fantôme de 2008 ?

La concurrence savait évidemment déjà que ''Rafa'' était la référence à Roland-Garros. Mais après ce huitième de final brutal, les sueurs froides doivent se multiplier. Nicolas Almagro sera le prochain sur la liste d'un boss qui mène 7-0 dans leurs duels. En 2010, Almagro s'était incliné en trois sets serrés, mais en 2008 il avait pris une énorme rouste en inscrivant trois jeux dans le match. Il sait donc très bien ce qu'a ressenti Monaco. Nadal, lui, a tout pour être serein : son opération de démolition joue pour le moment la partition parfaite. Impressionnant.
C.B.
# 05/06/2012 à 09:56 Nico
PROGRAMME DE MARDI

Court Philippe-Chatrier - A partir de 14h00

Dominika Cibulkova (SVQ/15) - Samantha Stosur (AUS/6) : 0-1
Novak Djokovic (SER/1) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/5) : 5-5

Court Suzanne Lenglen - A partir de 14h00

Sara Errani (ITA/21) - Angelique Kerber (ALL/10) : 0-1
Roger Federer (SUI/3) - Juan Martin Del Potro (ARG/9) : 11-2
# 05/06/2012 à 23:33 Nico
RESULTATS DE MARDI

Federer est toujours là

Mené deux sets à zéro, Roger Federer a renversé la vapeur contre Juan Martin Del Potro pour s'imposer (3-6, 6-7 [4], 6-2, 6-0, 6-3). Le Suisse sera au rendez-vous des demi-finales vendredi face à Novak Djokovic.

Il y avait une bonne étoile suisse sur le court Suzanne-Lenglen mardi. Roger Federer, toujours aussi balbutiant que lors des tours précédents, est parvenu à se sortir des griffes de Juan Martin Del Potro alors qu'il était mené deux sets à rien (3-6, 6-7 [4], 6-2, 6-0, 6-3). A quoi a-t-il dû ce quasi miracle ? Premièrement au physique de l'Argentin. ''Del Po'', qui avait déjà consenti d'énormes efforts dans ses autres matches sur un genou gauche en délicatesse, a explosé en vol. Cette fois, les anti-douleurs et l'énorme deuxième strapping n'ont pas pu le sauver.

Au fil du match, l'Argentin a perdu un peu en vitesse, un peu en poids dans la balle et beaucoup en résistance. En face, Federer a parfaitement joué le coup. Oubliée la crise de colère vers son clan du deuxième set, oubliées les revers boisés et les prises de risques de funambule : il a fait jouer. Des revers slicés très bas pour obliger Del Potro à plier, des amorties pour continuer de lui casser les jambes et enfin un jeu vers l'avant. En milieu de quatrième set, on sentait déjà que l'affaire était pliée.

Federer en gestionnaire


Rendons à Del Potro ce qui lui revient : une attitude exemplaire. Tout au long de ce qui a dû être pour lui un cauchemar. Il s'est battu même si c'était en vain. Il était d'ailleurs touchant de voir l'accolade donnée par le n°3 mondial à son vaincu. Comme depuis le début du tournoi, la tour de Tandil a refusé de parler de sa blessure et a préféré saluer la performance de Federer.

Ce dernier n'était évidemment pas dupe. Il ne s'en est pas uniquement sorti mardi parce qu'il a su élever son niveau de jeu et changer de tactique. Mais encore fallait-il réussir sur un terrain lourd et sous une pluie fine mais constante à enchaîner les coups tactiques avec une précision diabolique. Encore une fois, on ne le sent pas au mieux mais il dispose d'un tel arsenal que s'il n'est pas en état ou pas en humeur de se servir du plan A ou du B, il lui reste beaucoup de portes de sortie de crise. Le revoilà en demies à Roland-Garros. Et le revoilà face à un de ses meilleurs ennemis : Novak Djokovic. En 2011, leur combat avait été épique. Forcément, on n'attend rien de moins en 2012.
C.B.

Tsonga si près de l'exploit

Après avoir sauvé quatre balles de match, Novak Djokovic s'impose (6-1, 5-7, 5-7, 7-6, 6-1) contre Jo-Wilfried Tsonga. En demi-finale, le numéro 1 mondial affrontera Roger Federer pour une revanche explosive.

Jo-Wilfried Tsonga se prépare une nuit difficile. Il faudra compter beaucoup de moutons pour effacer ses quatre balles de match contre Novak Djokovic. Sur sa chaise, la tête dans la serviette, le Français y pense déjà et les larmes arrivent malgré (ou à cause) de l'ovation du public. Sous le crachin du central, il est passé si près... Sur ce quart de finale remporté (6-1, 5-7, 5-7, 7-6 [6], 6-1), le Serbe est redevenu humain, mais il est resté un champion. Pendant 4h09', le 5e mondial a mis en lumière la fébrilité de son adversaire.

Mené 6-1, 4-2 après une mise en route très compliqué, le Français ne voit pas le jour. Sur sa ligne, le numéro 1 mondial distribue. Mais le moindre grain de sable lui rappelle l'enjeu : un Grand Chelem sur deux ans. Le poids de l'histoire fait pencher la balance en faveur du Tricolore. Novak Djokovic devient un peu attentiste et Jo-Wilfried Tsonga met le turbo. Très agressif, le 5e mondial prend sa chance au sens propre à l'image de son incroyable passing de coup droit pour empocher le troisième set.

Quatre balles de match et un petit regret

Sa chance, elle passe par un gros coup droit, un service efficace et une prise de pouvoir du terrain. Alors il provoque sa chance en venant au filet (32 points sur 49 montées dont 3/4au premier set, 9/14 au deuxième set, 10/15 au troisième set, 7/10 au quatrième set et 3/6 au dernier). L'un ose tout, l'autre retient ses coups. L'un a tout à gagner, l'autre a beaucoup à perdre. La balle de deuxième manche illustre la bascule. A l'échange, le Serbe n'ose pas lâcher son revers, le Français lâche une attaque de coup droit.

Tête basse, Novak Djokovic s'énerve, soliloque, jette des regards de détresse à son clan, commet des fautes très inhabituelles, râle après les lignes et le reste du monde. Il est redevenu le Novak Djokovic de 2010. Sauf quatre fois. Dos au mur, son passé récent lui fait redresser le torse. Il sait qu'il peut le faire et cela change tout. A 5-4 (15-40) dans le quatrième set, il sauve deux premières balles de match sur une volée gagnante et un coup droit gagnant. A 6-5 (30-40), Jo-Wilfried Tsonga prend sa chance, mais son attaque de coup droit atterrit dans le filet. Sur la quatrième balle de match, le Serbe vient encore chercher son salut à la volée. C'est un au revoir pour le Français. Mais ce n'est qu'un au revoir après la qualité de la performance du Manceau.
S.D.

PROGRAMME DE MERCREDI

Court Philippe-Chatrier - A partir de 14h00

Kaia Kanepi (EST/23) - Maria Sharapova (RUS/2) : 0-0
Nicolas Almagro (ESP/12) - Rafael Nadal (ESP/2) : 0-7

Court Suzanne-Lenglen - A partir de 14h00

Yaroslava Shvedova (KAZ) - Petra Kvitova (RTC/4) : 0-0
David Ferrer (ESP/6) - Andy Murray (GBR/4) : 4-5
# 06/06/2012 à 23:39 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Nadal, la cadence infernale

Rafael Nadal n'a toujours pas perdu un set. Le tenant du titre a dominé (7-6 [4], 6-2, 6-3) Nicolas Almagro. En demi-finale, il affrontera David Ferrer.

Entre Rafael Nadal et Nicolas Almagro, le combat dure... un set. C'est le tarif habituel. Et ce quart de finale n'a pas dépareillé avec une victoire (7-6 [4], 6-2, 6-3 en 2h46') du Majorquin. Pendant une petite heure, le 13e mondial fait admirer sa vitesse de bras. Pendant ce temps, le 2e mondial attend son heure. Avec son lift, il travaille sur le long terme et envoie des messages subliminaux à son adversaire : « Il est beau ton revers au-dessus de l'épaule, rendez-vous dans une heure », « Il est beau ton coup droit en bout de course, rendez-vous dans une heure ».

C'est une cuisson à l'étouffée avec une pincée de piment lors des moments importants. Pendant une heure, le tenant du titre travaille au corps son compatriote avec des variations permanentes et une couverture de terrain impériale. Obligé de jouer au-dessus de l'épaule, Nicolas Almagro s'use physiquement. Obligé de toujours frapper un coup supplémentaire, Nicolas Almagro s'use mentalement.

L'homme aux cinquante victoires

L'homme aux cinquante victoires à Roland-Garros (pour une seule défaite !) récolte ce travail de sape au tie-break. Deux exemples : une amortie complètement ratée d'entrée par le 13e mondial, véritable aveu d'impuissance, et un énorme échange conclu d'un coup droit gagnant par le 2e mondial pour mener quatre points à zéro. L'entreprise de destruction massive se poursuit tranquillement. Plus le match avance, plus Rafael Nadal avance malgré le crachin.

Malgré quelques fulgurances, Nicolas Almagro force et multiplie les fautes (45 au total). Fidèle à sa ligne de conduite, Rafael Nadal prend les devants avec un bon retour croisé pour mener 3-1 au deuxième set. Rien ne le perturbe. Quand il sent le danger, il joue simple et retrouve ses basiques pour écarter quatre balles de break. Quand il faut conclure, il signe son 10e ace à 198 km/h. Il a même réussi à dominer les éléments naturels. Quelques minutes plus tard, la pluie a joué les trouble-fête. C'est la chose qui aurait pu l'arrêter. Et encore... provisoirement.
S.D.

Première demie pour Ferrer

L'Espagnol David Ferrer s'est qualifié pour sa première demi-finale à Roland-Garros, en dominant Andy Murray (6-4, 6-7[3], 6-3, 6-2). Il défiera Rafael Nadal vendredi.

Il n'y a plus d'anomalie. David Ferrer, à sa 10e participation s'est enfin qualifié pour le dernier carré à Paris. Une récompense amplement méritée pour le trentenaire qui est un des meilleurs joueurs sur terre battue du circuit. Mercredi, il est venu à bout d'Andy Murray, qui restait sur cinq demies en Grand Chelem, et a empêché le Big 4 de faire main basse sur les demies d'un tournoi du Grand Chelem. La dernière fois, c'était Jo-Wilfried Tsonga à Wimbledon.

Murray qui s'incline contre Ferrer sur terre battue, ce n'est pas une surprise. Maintenant, l'Ecossais aurait de quoi être très frustré tant il a eu les occasions pour inverser la tendance. Un break de retard refait en fin de premier set (4-5) et perdu dans la foulée. Idem dans le troisième set (2-3, 3-3, 3-4) et dans le quatrième avec un break d'entrée aussitôt évaporé. Ferrer, lui, a fait du Ferrer : solide comme un roc. Mentalement aussi, l'Espagnol a tenu la pression. Sur les balles de break pour ou contre lui, il a pris des risques. Il y a cru du début à la fin et est allé chercher sa victoire.

Un cador qui perd en Grand Chelem devrait être vert de rage. Pas Andy Murray sur ocre. Peut-être que cette foule poussant derrière lui aurait été plus efficace en le conspuant encore. Parce que finalement, Murray n'y a pas cru. Arrivé en conférence de presse dans la foulée et regardant l'heure pour savoir s'il pourrait rentrer à Londres dès ce soir ou seulement demain matin, il n'avait pas de regrets. «J'ai perdu contre un meilleur joueur de terre battue que moi. J'ai eu mes chances mais je n'ai pas su les saisir. Maintenant je pense que compte-tenu des circonstances j'ai fait un tournoi décent. Je ne suis pas déçu. Pour gagner ici quand on n'est pas un spécialiste il faut jouer son meilleur tennis quand ça compte et cela n'a pas été mon cas», a-t-il ainsi confié très calmement.

Toujours coincé entre l'attente et l'attaque, Murray a fini par couler face à un joueur à l'attitude toujours exemplaire. Il n'a pas le charisme du siècle et vit dans l'ombre de Rafael Nadal, mais David Ferrer est un acharné du travail. Le voilà qui décroche une nouvelle demie en Grand Chelem après l'US Open 2007 et l'Open d'Australie 2011 avec en plus une première victoire de la saison face à un Top 10. Maintenant, il défiera la montagne Nadal qui mène 15-4 dans leurs duels et qui l'a battu cette année à Barcelone et Rome. La dernière fois qu'il y a eu deux Espagnols dans le dernier carré d'un Majeur, c'était à Melbourne en 2009. Nadal avait battu Verdasco. Ferrer réussira-t-il à dégommer la star de son pays ? Rien ne le laisse présager. Mais ''Ferru'', c'est certain, va tout tenter.
C.B.

REACTIONS

Nadal : «Chaque match est un test»

Après sa victoire contre Nicolas Almagro, Rafael Nadal s'est montré serein et satisfait par la qualité de son service. En demi-finale, il s'attend à un match très difficile face à David Ferrer.

«Rafael Nadal, était-ce votre premier gros test du tournoi ?

Chaque match est un test. Contre Monaco, c'était déjà un test. Avant le match, c'était un vrai test pour moi parce que Monaco jouait probablement le meilleur tennis de sa carrière et c'est un spécialiste de terre. A la fin, le match n'était pas difficile et ce n'était pas un test. Aujourd'hui, je pouvais aussi m'attendre à un gros test. C'est un quart de finale et un match difficile. On ne peut pas s'attendre à gagner facilement un quart de finale de Grand Chelem. C'était difficile, mais je suis passé et je suis heureux.

Au troisième set, Nicolas Almagro frappait très bien et vous avez sauvé quatre balles de break. Que pensiez-vous à ce moment-là ?

J'avais deux sets d'avance, j'ai juste essayé d'attendre ma chance et de rester agressif. Il frappait très fort dans la balle par moments, mais j'avais également des opportunités. Mon service a très bien fonctionné et il a commis une faute de coup droit sur un point important. C'est très difficile de jouer de manière agressive contre ce genre de joueur car il frappe très fort dès la première frappe et il est très puissant. Mentalement j'ai été solide et mon service a été important.

Vous n'avez perdu qu'une seule fois votre service dans le tournoi. Est-ce important pour votre confiance ?

Il ne faut pas se voiler la face. Ne pas perdre un set et ne pas perdre son service, ça relève du miracle. Dans tous les tournois où j'ai atteint les quarts ou les demi-finales, j'ai eu besoin de mon service. C'est vrai que cette année, mon service fonctionne très bien. J'ai réussi à retourner des matches à Monte-Carlo, Barcelone et même à Rome grâce à ça. Je dois être constant. En quart, mon service s'est amélioré. Lors de mes premiers tours, c'était moins bien, j'ai commis plus d'erreurs et je me suis surtout concentré sur mon jeu de fond de court. Aujourd'hui, j'ai bien servi aux moments importants et j'ai fait des points.

Que pensez-vous de votre prochain adversaire David Ferrer ?

Rien de bien nouveau. Nous nous sommes affrontés à de multiples reprises (Ndlr : 15-4 pour le Majorquin). Son jeu est compliqué pour tout le monde parce que c'est un des meilleurs joueurs du monde sur toutes les surfaces, notamment sur terre battue. Il est très complet. C'est un grand joueur. Il est très régulier depuis de nombreuses années. C'est difficile car il possède probablement le meilleur déplacement du monde, prend la balle tôt et frappe fort pendant longtemps. Ce sera un match très dur. Si je veux être en finale, ma seule issue est de me montrer agressif.»
S.D.

Ferrer : «On m'a enlevé un poids»

David Ferrer, 30 ans, va jouer vendredi sa première demi-finale Porte d'Auteuil. Pour lui c'est déjà une consécration même s'il entend bien mener la vie dure à Rafael Nadal.

«David Ferrer, que ressentez-vous maintenant que vous êtes enfin dans le dernier carré de Roland-Garros ?

Je suis très heureux évidemment, c'était un match très difficile mais j'ai réussi à gagner. Je pense qu'il y a eu de très longs échanges et que ça ne s'est joué que sur quelques points mais dans les moments importants j'ai vraiment très bien joué. J'ai bien mené le jeu avec mon coup droit, je me sentais aussi très fort physiquement. Je suis soulagé d'être enfin en demi-finales ici, depuis le temps que j'en rêvais. Je savais que j'en étais capable mais là on m'a enlevé un poids.

Pour vous Roland-Garros, c'est donc le tournoi le plus important ?

C'est très spécial pour moi. C'est le tournoi que je regardais quand j'étais gosse. Je me souviens de voir les matches de Sergi Bruguera et Carlos Moya à la télévision. J'ai beaucoup de souvenirs liés à Roland-Garros. L'an dernier je n'étais pas loin mais ça ne passait pas. Et là enfin je fais sauter cette barrière des quarts. J'ai tellement travaillé dur ces dernières saisons pour améliorer mon jeu et mon mental. Je voulais tellement réussir ici sur ma surface préférée : c'est fantastique.

La prochaine barrière ce sera Rafael Nadal. Forcément, un défi énorme.

Oui, ça va être très compliqué. Rafa est un joueur avec un physique incroyable, et puis sur cette surface c'est le meilleur joueur de l'histoire. Il fait tout très bien et en plus son service de gaucher est très dur à retourner. Je vais devoir sortir un grand match, mon meilleur tennis et me battre du début à la fin. Gagner contre Rafa c'est quasiment Mission Impossible mais je vais arriver sur le court en étant ambitieux et je vais tout tenter. Après vous savez nous sommes des amis dans la vie et ce n'est qu'un match de tennis : une fois le match fini, rien ne pourra nous empêcher d'aller faire une partie à la Play ! (rires)»
C.B.


Murray : «meilleur que moi»


Andy Murray n'est pas apparu déçu après sa défaite en quarts face à David Ferrer. L'Ecossais l'a joué réaliste : il n'est pas au niveau de l'Espagnol sur terre battue.

«Andy Murray, vous saviez qu'il allait être très compliqué de passer la muraille David Ferrer...

Oui, je pense que j'ai bien joué ce soir, que j'ai eu beaucoup d'occasions de faire tourner le match mais je n'ai pas réussi à les saisir. Finalement, j'ai perdu contre un meilleur joueur de terre battue que moi. Il est tellement solide et régulier... J'ai fait un tournoi décent et maintenant il faut penser à Wimbledon. Je ne sais pas si je vais jouer un tournoi avant ou pas, il faut que j'en parle avec mon équipe. Je ferai ce qu'il y a de mieux pour moi. Et ce ne serait pas dramatique de ne pas jouer d'ici Wimbledon, car Novak Djokovic l'an dernier par exemple n'avait pas joué avant et il a quand même gagné.

Retirez-vous du positif de ce tournoi malgré la défaite ?

Je ne suis pas très déçu parce que je trouve que j'ai bien joué alors que je n'arrivais pas en aussi bonne condition que l'an dernier. Après le deuxième tour j'ai retrouvé de bonnes sensations et j'ai tout tenté. Alors oui j'ai fait un peu plus de fautes aujourd'hui que d'habitude, mais au moins j'ai pris des risques. C'était un bon tournoi et je vois ce qu'il me reste à travailler. Pour mon dos, jouer sur gazon sera sans doute plus simple car il y a moins de puissance à générer. J'ai du temps pour travailler mon physique d'ici là.

Pensez-vous qu'un jour vous pourrez gagner Roland-Garros ?

Il n'y a aucune raison de jouer si on ne pense pas avoir une chance de gagner. Mais c'est une évidence que j'ai de gros progrès à faire sur cette surface avant de pouvoir m'y imposer. Et puis on ne sait jamais ! On a vu des choses plus étranges se produire ici avec la victoire de Gaston Gaudio ou la finale de Magnus Norman. Ce qui est certain, c'est qu'il faut jouer son meilleur tennis pour y arriver et que ça n'a pas été mon cas cette année.»
C.B.

Nadal: "Tsonga a fait des erreurs"

Rafael Nadal a posé un regard avisé sur le choc Djokovic-Tsonga, notamment sur les quatre balles de match du Français. Instructif.

Après sa victoire contre Nicolas Almagro mercredi, Rafael Nadal a été invité à donner son sentiment sur ce qui reste pour l'instant comme Le match de la quinzaine, entre Novak Djokovic et Jo-Wilfried Tsonga. "J'ai regardé les deux premiers sets de Federer au stade, a-t-il confié. Ensuite, je suis rentré à l'hôtel et j'ai suivi Tsonga-Djokovic à la télévision. C'était vraiment un très beau match". Un match que le Français a donc été tout près de gagner, puisqu'il a obtenu quatre balles de match en fin de quatrième set. Et sur ce point, Nadal a une opinion bien précise. Elle intéressera sans doute le numéro un tricolore.

Selon Nadal, "Tsonga a fait des erreurs sur deux des balles de match". Et le Majorquin d'expliquer: "Sur la première, il frappe un passing de revers dans la pire zone qui soit, sur la volée en coup droit de Djokovic. A ce moment il faut jouer soit sur l'homme soit sur son côté revers. Sur la deuxième, il met un coup droit dans le filet alors qu'il aurait dû se montrer un peu plus patient. Ce n'était vraisemblablement pas la balle qu'il fallait jouer à ce moment là, mais c'est le jeu, c'est le sport." Pour le numéro deux mondial, Tsonga a donc joué "un tennis fantastique par moments, très inspiré. Il a manqué de chance mais il a aussi commis des erreurs. Mais c'était difficile à ce moment-là."

"Novak est un battant"

Le sextuple vainqueur de Roland-Garros a aussi salué sur ces points pas comme les autres le "courage" de Novak Djokovic. "Il fallait bien qu'il y ait un des deux qui gagne. Djokovic s'est battu, il a très bien servi, a su rester concentré. Ça aurait pu être l'un ou l'autre, mais en fin de course, ça a été Novak." Pour Nadal, peu de joueurs auraient pu s'en sortir dans cette situation, surtout face à un Tsonga déchainé. "Un autre joueur contre un Tsonga aussi inspiré qu'il l'était hier devant son public, un Tsonga qui jouait aussi bien qu'hier, n'aurait peut-être pas pu gagner ce match... D'un autre côté, c'est aussi pour ça que Novak est numéro un mondial..."

Invité à s'épancher sur la faculté des grands champions à sortir de tels coups dans de telles circonstances comme Djokovic a su le faire mardi, Nadal n'a pas d'explication plus rationnelle que Djokovic n'en avait la veille. "Je ne sais pas pourquoi, mais les meilleurs joueurs du monde sont capables d'être aussi bons à ce moment là. Parce que là, sur une balle de match comme celle-là, il y a eu un petit peu de chance, un petit peu de plein de choses."

Pour illustrer son propos, Nadal évoque alors la demi-finale de l'US Open 2011, où Djokovic avait sorti un retour de coup droit hallucinant sur une balle de match en faveur de Roger Federer. "Djokovic a eu du courage de jouer cette balle d'accord… Peut-être a-t-il eu du courage, mais peut-être était-il complètement fou! Il y a un petit peu de chance, un petit peu de confiance, un petit peu du fait qu'il est très bon. Novak, c'est un battant. Mais le premier coup droit qu'il a tapé sur le revers de Jo était pratiquement sur la ligne. C'est une situation très limite."
eurosport.fr
# 08/06/2012 à 11:40 Nico
PROGRAMME DE VENDREDI

Court central - Pas avant 13h00


David Ferrer (ESP/n°6) - Rafael Nadal (ESP/n°2): 4-15

Novak Djokovic (SER/n°1) - Roger Federer (SUI/n°3): 11-14
# 08/06/2012 à 23:58 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Nadal, c'est monumental

Rafael Nadal a laminé vendredi son compatriote David Ferrer (6-2, 6-2, 6-1) et s'est qualifié pour sa septième finale Porte d'Auteuil.

Rafael Nadal a confirmé ce que tout le monde pensait avant cette demi-finale : il ne pouvait pas perdre contre David Ferrer. Le numéro 2 mondial a balayé son compatriote (6-2, 6-2, 6-1) en à peine 1h30 de jeu (et 45 minutes d'interruption liées à la pluie). L'homme de Manacor, dont le coup droit a claqué dans tous les coins du court, est plus que jamais en lice pour décrocher un septième titre historique Porte d'Auteuil.

Vingt minutes. Voilà en fait la durée du combat que Ferrer a pu imposer à Nadal. Deux balles de break manquées à 2-1, des occasions de profiter d'un début de match tendu du boss de l'ocre qui s'envolent et derrière la chance n'est jamais repassée. Pour n'avoir pas pu mettre un grain de sable dans la machine, le 6e joueur mondial s'est fait broyer. Quand votre adversaire, tombé sur les fesses, parvient à vous sortir une série amortie - lob et fait le break derrière, que voulez-vous faire ? Ferrer a répondu : il a abdiqué. Incapable de déborder Nadal, incapable d'avoir le début d'une occasion à l'échange, il s'est frustré et a coulé à pic sous 35 fautes directes mais surtout sous la pluie de coups envoyée par son rival.

Le tarif Nadal


McEnroe l'avait dit, c'était un match de boxe entre un poids moyen et un poids lourd. Un résultat terrible pour Ferrer si brillant jusque-là. Et quel message encore envoyé par Nadal à celui qui se mettra dimanche entre lui et le titre ! Voilà l'Espagnol qualifié pour sa cinquième finale de Grand Chelem de suite, la 16e au total, après avoir remporté son 51e match Porte d'Auteuil pour une seule défaite. C'est aussi la quatrième fois que ''Rafa'' atteint la finale de Roland-Garros sans perdre un set. Vous avez dit domination ? Plus encore que le résultat, c'est évidemment la manière qui est terrifiante pour la concurrence. Il fallait entendre le bruit généré par sa frappe de coup droit ! Le public en lâchait des ''Oh !'' et des ''Ah!'' en plein échange.

Dans le clan Nadal, les mines fermées du début de match se sont progressivement détendues. L'oncle Toni a vite cessé d'encourager son prodige à tous les points. Nadal lui-même a lancé de moins en moins de regards à ses proches. Il était en contrôle total. «On ne s'attend jamais à gagner si facilement une demi-finale de Grand Chelem et je veux rendre hommage à David qui est un ami et qui a fait un grand tournoi, a confié l'Espagnol sur le court avant de poursuivre en français dans un sourire. Je suis très content d'être en finale». Ferrer, qui l'avait pourtant bousculé à Barcelone cette saison, est sorti sans avoir l'air de comprendre ce qui s'était passé. Pour sa première demie à Paris, il n'a pas pu jouer ni exister. C'est le tarif Nadal.
C.B.

Djokovic au rendez-vous

Novak Djokovic domine (6-4, 7-5, 6-3) Roger Federer et se qualifie pour sa première finale à Roland-Garros. Dimanche, il a rendez-vous avec Rafael Nadal et avec l'histoire pour un Grand Chelem sur deux ans.

Comme au cinéma, le Djokovic/Federer 2 à Roland-Garros n'est pas à la hauteur de l'original. Après le chef d'oeuvre de l'an dernier, la suite fait pschitt avec une victoire (6-4, 7-5, 6-3 en 2h05') du Serbe. Vous avez le même décor et les mêmes acteurs, mais la magie n'opère pas. Est-ce surprenant au vu du scénario de la quinzaine ? Non. Depuis le début du tournoi, Novak Djokovic et Roger Federer alternent le brillant et le quelconque. Lors de cette demi-finale, ils ont tout simplement reproduit ce qu'ils montrent depuis dix jours !

A ce jeu, le numéro 1 mondial reste fébrile, mais il est plus constant (27 points gagnants, 17 fautes directes). Dans le vent tourbillonnant, le Suisse propose une partition inédite. Malgré quelques fulgurances, il multiplie les fausses notes à un rythme effréné (46 fautes directes au total). Le public du central l'attend comme le messie. Il voit le meilleur joueur de tous les temps simplement moyen. Quand il breake à 3-2 au premier set, il enchaîne par quatre fautes directes en coup droit pour offrir son service à son adversaire. Quand il mène 3-0 (double break) puis 5-4 service à suivre au deuxième set, il perd son engagement à quatre reprises dans la manche !

Djokovic, un mental d'acier


Novak Djokovic tient sa ligne. Son jeu n'est pas aussi impérial qu'en 2011, mais son mental et son physique demeurent deux valeurs très sûres. Pendant ce Roland-Garros, il dépasse toutes ses peurs, soulève avec détermination le poids du Grand Chelem sur deux ans et démontre son mental d'acier. Cette demi-finale, il en a plus envie que son adversaire. Il la veut plus que tout. Alors le vent, la pluie ou les mauvaises sensations ne le dévient pas de sa trajectoire. Il tient sa diagonale revers et pique en long de ligne. Il ne cherche pas à briller, il mise sur l'efficacité.

Depuis son titre en Australie, le Serbe ne pense qu'à Roland-Garros. Dès sa victoire contre Rafael Nadal à Melbourne, il a donné rendez-vous. Malgré des hauts et des bas, il se rapproche de son « rêve ». Sur le central, il a annoncé en français que «c'était Rafa le favori». A chacun sa pression... L'un joue pour un 7e titre à Roland-Garros, l'autre pour une première à Paris et un Grand Chelem. Ce dimanche, Roger Federer vote Rafael Nadal.
S.D.


REACTIONS


Nadal a «franchi un cap»

Rafael Nadal était évidemment ravi de son niveau de jeu après sa demie contre David Ferrer. Il estime avoir franchi un cap cette saison.

«Rafael Nadal, comment se sent-on lorsqu'on ne perd que cinq jeux en demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem ?

C'est très bon signe. J'ai sans doute joué un de mes meilleurs matches ici alors que les conditions étaient compliquées. Mais oui tout dans mon jeu était parfaitement en place, je suis particulièrement heureux de mon niveau au service et du fait d'avoir plus joué sur ma ligne que lors du match précédent contre Almagro. Maintenant, je suis désolé pour David qui est un grand joueur et qui se bat toujours. Gagner face à lui de cette manière veut dire que j'ai très bien joué parce qu'on ne s'attend pas à gagner si facilement face à lui en demies.. Et puis si je ne sauve pas ces deux balles de break à 2-1 dans le premier set, on ne sait jamais ce qui peut se passer car il avait bien mieux commencé que moi.

Peut-on parler du match parfait, du tournoi parfait pour le moment ?

Je ne crois pas en la perfection. Pour moi ça n'existe pas, car on peut toujours mieux jouer. Oui aujourd'hui j'ai joué un de mes meilleurs matches sur terre battue, un peu comme en 2008. Mais vous savez, toutes ces statistiques et ces records ne tombent pas du ciel, ce n'est pas inhumain. C'est seulement le travail qui paie. Il faut être humble devant tout ça, savoir remettre le tout en jeu à chaque match. Je suis très reconnaissant de ce que la vie m'a donné jusqu'à maintenant.

On imagine quand même que cela vous met en grande confiance pour la finale. Avez-vous l'impression de jouer bien mieux que l'an dernier ?

Une fois en finale, tout ce qui s'est passé pendant le tournoi ne compte plus. Je me sens bien, mais je sais que le match à venir va être très dur. On peut jouer de manière fantastique et perdre, on peut aussi jouer mal et gagner, rien n'est joué d'avance. J'ai un peu changé mon style sur terre battue cette saison, je suis plus agressif. D'une manière générale, j'ai franchi un cap depuis l'US Open 2011. Là-bas, j'ai repoussé mes limites et ensuite à Melbourne j'ai senti que j'avais repoussé celles de Djokovic. J'étais sur la bonne voie. Même si j'ai perdu en Australie, je pense vraiment que je jouais très bien et que sur toute cette saison d'ailleurs je joue mieux qu'en 2011. J'ai progressé et c'est bon pour la motivation. Maintenant, il reste un match.»
C.B.

Federer : «Pas tenu la cadence»Après sa défaite contre Novak Djokovic en demi-finale (6-4, 7-5, 6-3), Roger Federer a expliqué ne pas avoir tenu la cadence dans des conditions difficiles. Le Suisse a écarté l'hypothèse de douleurs à la hanche.

«Roger Federer, que s'est-il passé aujourd'hui ?

Je ne sais pas. Je pense qu'il a bien joué dans des conditions assez difficiles. Je n'ai pas pu tenir la cadence. Je n'étais pas assez solide aujourd'hui.

Depuis le début du tournoi, vous semblez contrarié, vous ne vous sentiez pas en forme ?

Je me suis posé plein de questions, mais un moment donné il faut arrêter et seulement jouer. C'est ce que j'ai essayé de faire, mais il est clair que dans des conditions comme ça où j'essaie de jouer agressif, c'est plus compliqué encore. Cela n'aide pas, en plus sur terre battue. J'ai eu mes occasions, j'ai un peu raté, même si je n'ai pas trop mal joué sur les balles de break. C'est sur mon service que je n'y arrivais pas. Je trouve que c'était difficile de jouer en attaque. Si je jouais en défense, je jouais pour lui. Je ne suis pas là pour jouer un beau match mais pour gagner le match, c'est pour ça qu'il faut que j'attaque. C'est un peu dommage.

Les conditions vous ont-elles gêné ?

J'aime bien jouer dans le vent d'habitude. Là, ce n'était peut-être pas le bon moment car je cherche mon rythme depuis le début du tournoi. S'il n'y avait pas eu de vent, je ne sais pas si j'aurais gagné aujourd'hui. Il fallait faire une très bonne partie et je suis juste arrivé à en faire une bonne, mais pas assez bonne pour battre Novak aujourd'hui.

Votre saison sur terre battue a été un peu perturbée par un souci physique à la hanche, est-ce que vous n'avez pas fini par le payer ?

Non, parce que physiquement je suis bien. Aujourd'hui, c'est un des matches où je me suis le mieux senti. J'étais très bien à l'entraînement une semaine avant Madrid, après je me suis un peu fait mal et je l'ai senti pendant trois ou quatre semaines, je savais que j'allais le sentir. Et après Rome, j'étais content de ce côté-là, mais j'ai peut-être joué dessus et tu ne lâches pas vraiment mentalement. J'ai essayé de trouver un petit peu des solutions. Mais pour finir, c'était une bonne saison de terre, j'aurais espéré mieux surtout ici à Roland-Garros, j'ai tellement de soutien, j'ai gagné le titre en 2009, on veut toujours revivre ces moments-là mais malheureusement, ce n'était pas possible cette quinzaine.»
S.D.


Djokovic : «Une opportunité en or»


Heureux et soulagé après sa victoire contre Roger Federer vendredi, Novak Djokovic se prépare à un «grand défi» face à Rafael Nadal, pour une première finale à Roland-Garros et un Grand Chelem sur deux ans. Il veut saisir son «opportunité en or».

«Novak Djokovic, comment avez-vécu ce match, notamment le deuxième set ?

Il y a toujours des hauts et des bas. J'aimerais ne pas avoir ces bas, notamment au début de la deuxième manche où j'ai perdu deux fois mon service. Mais je me suis bien repris mentalement et je suis revenu. C'est ce qui est très positif, notamment lorsque vous revenez d'un double break, contre Federer. Je ne peux pas me permettre d'avoir beaucoup de hauts et de bas, spécialement lors du prochain match. Je suis bien conscient de l'intensité que je dois mettre dans ce genre de match. Ce n'est pas la première fois que je suis dans cette position. J'ai l'expérience des demi-finales et des finales contre ces deux joueurs lors de ces cinq dernières années. Contre Nadal, pour la première fois en finale ici, ce sera un gros challenge.

Vous avez remporté vos trois dernières finales de Grand Chelem contre Rafael Nadal. Pensez-vous que sur terre battue, cette dynamique est différente ?

Il a gagné nos derniers matches sur terre battue en finale à Monte-Carlo et à Rome. Ca compte. Sans me chercher d'excuses, les circonstances étaient un peu particulières pour moi à Monte-Carlo (Ndlr : il venait d'apprendre le décès de son grand-père), mais il a mieux joué que moi. Les choses changent à ce niveau. Je ne m'attendais pas à gagner tous les matches contre lui jusqu'à la fin de ma carrière. Je l'ai battu sur terre à deux reprises en huit jours l'an dernier et cela reste dans mon esprit et me donne confiance. Je pourrais y penser quand je rentrerai sur le terrain dimanche. Mais c'est vrai que c'est différent car c'est en cinq sets. Il a perdu deux matches dans sa carrière ici ? Un seul me dit-on (rires). Ca en dit plus long que tous les discours sur sa qualité sur cette surface. Contre lui, je n'ai jamais gagné un set ici. Les chiffres parlent pour lui.

En quoi cela peut-il être différent désormais ?

Je me sens différent aujourd'hui. J'ai l'impression que je suis au sommet de ma carrière. Depuis un an et demi, je joue le meilleur tennis de ma vie. Je dois utiliser tout ceci. Ce sont des arguments qui boostent ma confiance pour conquérir le trophée. Pourquoi pas ? Aujourd'hui, j'ai gagné contre un grand joueur (Federer) et dimanche, je vais disputer ma première finale. Attendons de voir.

C'est un match historique.

C'est vrai, mais c'est toujours le cas en finale d'un Grand Chelem. Au vu de nos affrontements depuis 15 mois, je crois que cela va être un match plein d'émotions et un gros défi pour nous deux. De mon côté, j'ai une opportunité en or de rentrer dans l'histoire. Cela me motive, cela m'inspire même.»
S.D.
# 10/06/2012 à 00:37 Nico
FINALE DE DIMANCHE

Pour le livre des records

C'est le match de tous les records. Lors de cette 33e confrontation, Rafael Nadal va tenter, ce dimanche à 15 heures, de dépasser Björn Borg et d'aller chercher son septième titre à Roland-Garros et Novak Djokovic part en quête d'un Grand Chelem sur deux ans.

Ce dimanche, c'est un jour d'élection. Porte d'Auteuil, vous avez le choix entre deux géants : Rafael Nadal ou Novak Djokovic. Leur programme est simple. L'Espagnol part en quête d'un septième titre à Roland-Garros, un record. Le Serbe est en route vers le Grand Chelem sur deux ans. C'est la seule certitude de cette finale : un record sera battu. « C'est une opportunité en or », avoue le numéro 1 mondial. « La pression est la même tous les ans. Un septième titre ne génère pas de pression supplémentaire. L'important, c'est le titre à Roland-Garros », annonce le 2e mondial.

Pour le reste, c'est aussi fiable que des promesses électorales. La première inconnue : la météo. Le directeur du tournoi, Gilbert Ysern, s'est montré rassurant : « Il y a de très grandes chances que la finale se joue demain (dimanche). On est plutôt sur un régime d'ondées. Entre ces passages pluvieux, il y a de bonnes chances qu'on puisse jouer un match de tennis.» La deuxième inconnue : le niveau de Novak Djokovic. Pour Rafael Nadal, la question ne se pose quasiment plus avec seulement 35 jeux perdus en six matches et aucun set laissé en route. Comme le souligne Guy Forget, « Rafael Nadal est une machine » sur ce tournoi.

En revanche, le numéro 1 mondial n'a pas montré toutes les garanties. Mais il s'est endurci comme le note John McEnroe. Il joue moins bien, mais il survit à deux sets à zéro contre Andreas Seppi et à quatre balles de match contre Jo-Wilfried Tsonga. Il devra monter le son de plusieurs crans face à son rival. Il connaît son plan de jeu : le bloquer sur le revers et l'attaquer long de ligne. Pourra-t-il le faire ? A Monte-Carlo et à Rome, il n'a pas réussi. A l'Open d'Australie, il a mis 5h53' pour terrasser l'Espagnol. En 33 confrontations, il a battu 14 fois son grand rival (dont deux sur terre l'an dernier), mais il ne lui a jamais pris un set à Roland-Garros.

Rafael Nadal démontre depuis quelques mois qu'il possède également des armes anti-Djoko. Il sert mieux, il se montre plus agressif et il laisse aux vestiaires un éventuel complexe. « Je dois dicter le jeu. Je ne dois pas le laisser dans sa zone de confort. Je dois le faire bouger, être agressif et varier. En défense, je vais essayer de jouer des balles profondes et il faut que je serve bien. » Bref, il doit très bien jouer comme il le résume lui-même. Et son adversaire ne le contredit pas en évoquant « un grand défi ». En observateur neutre, Roger Federer vote Rafael Nadal et estime que le Majorquin fait figure de « grand favori ». « Je veux remercier Roger de sa confiance, confie le 2e mondial. Mais vous pouvez enlever l'adjectif grand et garder favori si vous voulez.»
S.D.
# 11/06/2012 à 00:30 Nico

Privés de dessert


A match historique, contexte historique... Pour la première fois depuis 1973, la finale de Roland-Garros se finira lundi à 13 heures. Le match entre Rafael Nadal et Novak Djokovic a été interrompu par la pluie alors que l'Espagnol mène 6-4, 6-3, 2-6, 1-2.

C'est l'histoire d'un dîner de fête gâché par une invitée très encombrante, la pluie. Tout est réuni pour le festin avec la quête d'un septième titre à Roland-Garros pour Rafael Nadal et la recherche d'un Grand Chelem sur deux ans pour Novak Djokovic. Mais la pluie en a décidé autrement. Les protagonistes sont privés de dessert à 6-4, 6-3, 2-6, 1-2 (service Djokovic) pour le Majorquin.

Dès le quatrième jeu, elle prend ses aises et ne va quasiment plus décoller les semelles des joueurs. Un match d'aquatennis à trois, c'est rare ! Comme rien n'est normal, cinq breaks émaillent les sept premiers jeux et ce sont les prémices d'un match aussi étrange que les conditions. A 6-4, 5-3 pour Rafael Nadal, les joueurs sont sommés de rentrer aux vestiaires. Il est 17h09'. Vingt-six minutes plus tard, les numéros 1 et 2 mondiaux retrouvent le central... sous la pluie. Novak Djokovic perd son service et Rafael Nadal mène (6-4, 6-3, 2-0).

La pluie, invitée très encombrante

Et l'impensable arrive. Le sextuple vainqueur de Roland-Garros encaisse huit jeux d'affilée. Toujours très fort dans l'adversité, Novak Djokovic ne rend pas les armes, réduit son nombre de fautes directes et voit son adversaire se frustrer devant la lenteur du court. Les balles sont de plus en plus lourdes, le court est de plus en plus lent et le lift de Rafael Nadal de moins en moins efficace. Pendant deux sets, le Serbe joue à hauteur d'épaule et souffre. Avec la pluie, les effets sont annihilés et le numéro 1 mondial retrouve toute sa fougue avec des balles à hauteur de hanche.

A 2-0, Rafael Nadal commence à s'énerver et fait signe à l'arbitre d'arrêter la plaisanterie en montrant les balles ébouriffées. Basta ! Il remporte son service et montre clairement qu'il ne veut plus continuer. Il est 18h51'. Après 3h00 de match, les joueurs rentrent aux vestiaires. La pluie squatte toujours la place. A 20 heures, les organisateurs annoncent le report au lendemain. C'est bien un match historique... Pour la première fois depuis 1973, une finale de Roland-Garros se finira le lundi. Et l'histoire n'est pas finie.
S.D
# 11/06/2012 à 22:53 Nico
Nadal au septième ciel

Après un match sur deux jours et sous la pluie, Rafael Nadal entre dans la légende en battant (6-4, 6-3, 2-6, 7-5) Novak Djokovic pour dépasser Björn Borg à Roland-Garros et remporter son septième titre.

Rafael Nadal pleure comme un enfant. Son clan est en délire. L'Espagnol vient de dépasser le légendaire Björn Borg avec sept titres à Roland-Garros. Après 3h49' de combat et une victoire (6-4, 6-3, 2-6, 7-5) contre Novak Djokovic, toute la tension nerveuse est retombée. Même le soleil a enfin choisi de saluer la performance après une pluie incessante. Depuis deux jours, Rafael Nadal a tout vécu, tout vu et ce lundi, il a vaincu.

Depuis vingt-quatre heures, il s'est vu gagner à 6-4, 6-3, 2-0, il s'est vu perdre après avoir encaissé huit jeux d'affilée et il s'est endormi avec un break de retard. Ce lundi à 14h02, il se réveille dans un rêve. Et ce nouveau titre prend encore plus de hauteur devant la stature de l'adversaire. Malmené, Novak Djokovic s'est montré immense dans l'adversité à l'image de son service-volée à 6-4, 6-3, 2-1 pour inverser la tendance ou de son engagement remporté avec brio à 5-4 au quatrième set.

Chacun pourra dire : J'y étais...

Sur la balle de match, sa double faute est d'autant plus cruelle. En une fraction de seconde, deux rêves s'entrechoquent. L'un vient de perdre son Grand Chelem sur deux ans, l'autre marche sur l'eau à Roland-Garros. Malgré des conditions exécrables, une tension extrême et trois interruptions, les deux joueurs ont livré un immense match, ont honoré l'histoire et les passionnés du lundi ont été récompensés.

La suite et fin a encore surclassé le début ! Avec le temps, chacun pourra mesurer la performance. Regardez ce que représente Björn Borg aujourd'hui, imaginez ce qu'est Rafael Nadal à seulement 26 ans ! Les champions vivent au présent, mais l'Espagnol est désormais dans la légende. Sur le central, chacun veut immortaliser l'instant. De Pau Gasol aux personnels d'entretien, chacun veut partager l'instant . Ils pourront dire : J'y étais.
S.D.

REACTIONS

Djokovic : «Je reviendrai plus fort»

Novak Djokovic, très déçu, a pris sur lui et tenté de voir le positif de son Roland-Garros. Il a joué sa première finale Porte d'Auteuil mais est tombé sur meilleur que lui.

«Novak Djokovic, on imagine évidemment que la déception est grande. Comment avez-vous vécu cette finale spéciale sur deux jours avec une énorme pression ?

C'était une finale étrange avec ces interruptions, les conditions de jeu et un match sur deux jours. Mais je suis heureux d'avoir joué ma première finale ici, parce que j'aurais pu perdre en huitièmes contre Seppi ou encore plus en quarts contre Tsonga. Je me suis battu. Je sais que je devrais être heureux de ce que j'ai réalisé, mais là je suis encore déçu de cette défaite parce que j'avais commencé à bien mieux jouer dans le troisième set et que tout était alors possible. Malheureusement on a dû arrêter hier alors que je me sentais vraiment bien. Mais ce n'est pas une excuse, c'est comme ça et le meilleur joueur a gagné aujourd'hui. Je le félicite.

Pensez-vous qu'il aurait été possible de continuer de jouer hier soir ?

Non, les conditions de jeu étaient vraiment mauvaises parce qu'il avait plu pendant longtemps. Maintenant, c'est difficile de savoir vraiment mais il y a des gens qui ont la responsabilité de prendre ces décisions, qui savent ce qui est bon pour les joueurs. Il y a eu beaucoup de discussions. Moi j'étais prêt à continuer vers 20 heures mais ils ont décidé d'arrêter. J'étais d'accord avec ça et je ne veux blâmer personne pour ma défaite.

Malgré le résultat, parvenez-vous à être satisfait de votre jeu aujourd'hui ?

Oui, même si j'ai très mal servi au début et que je l'ai laissé me mettre sous pression. Ensuite j'ai joué de manière plus agressive et on a fait un grand match. J'ai été surpris de voir autant de monde aujourd'hui alors que c'était un jour de travail : c'était magnifique, la récompense du travail accompli. Je vis pour ces finales de Grand Chelem. Parfois on gagne, parfois on perd mais je suis persuadé qu'il y a encore de nombreuses années qui m'attendent et j'espère bien revenir plus fort.

Vous étiez proche d'un Grand Chelem historique. Pensez-vous que vous allez mettre du temps à vous remettre de l'avoir raté ?

Je suis déçu parce que j'ai perdu la finale, j'ai encore ce match en tête. Il y avait cette chance historique mais ce n'était pas ma première pensée. L'enjeu ne m'a pas dépassé parce que j'étais excité par l'opportunité plus qu'autre chose. J'ai une semaine de repos et après il sera temps de partir s'entraîner sur herbe en vue de Wimbledon. Rafa est le meilleur joueur de l'histoire sur cette surface. Nous avons encore tout le temps, ça fait déjà plus de 30 fois qu'on s'affronte et j'attends encore beaucoup d'autres duels. C'est très bien ce qui se passe avec ces rivalités, des joueurs avec des personnalités fortes et différentes. Nous vivons une belle période.»
C.B.

Nadal : «Très émouvant»

Soulagé, enfin serein, Rafael Nadal n'a rien caché de l'importance du septième titre décroché Porte d'Auteuil. Parce que c'est son tournoi et parce que c'était contre Novak Djokovic.

«Rafael Nadal, cette finale en deux parties a été difficile. Comment l'avez-vous vécue ?

Les conditions sur la fin hier soir n'étaient plus celles d'une finale de Grand Chelem. Les balles étaient énormes, il y avait des faux rebonds. Je pense que cela avantageait Novak aussi, qui a très bien joué lors de ces huit jeux d'affilée. Il a tout fait de manière extraordinaire alors que je subissais trop. Mais après le court n'était plus en état, il fallait arrêter.

Avez-vous ensuite facilement vécu cette attente ?

J'ai été très nerveux toute la nuit. J'étais anxieux , je ne trouvais pas le sommeil. J'ai regardé le foot à la télévision, les informations aussi et évidemment je n'avais pas un film sous la main ce qui est très rare chez moi. Alors j'ai regardé Sangoku, c'est mon dessin animé préféré (ndlr : Dragon Ball) et j'ai fini par m'endormir (rires). Ce matin ça n'allait pas non plus, j'étais toujours aussi nerveux. Je ne me suis senti prêt à jouer ce match que trois minutes avant le début. Vraiment.

Etait-ce votre finale la plus compliquée ici ?

C'était compliqué parce que j'avais déjà perdu trois finales de Grand Chelem de suite contre lui. Il était important de gagner aujourd'hui, donc j'étais tendu. Je jouais le match dans ma tête depuis vendredi... Novak a fait tout ce qu'il pouvait, il joue de manière fantastique et réalise une grande saison. Mais il ne peut pas toujours être parfait. Gagner aujourd'hui était très émouvant avec ce septième titre. Mais ce qui est essentiel, c'est de gagner Roland-Garros, pas le chiffre. Ma saison est déjà réussie et je suis très heureux de mon jeu plus agressif. Quand les années passent, on donne plus de valeur à ces moments particuliers. On sait que ça peut basculer, on se demande si ce n'est pas la dernière fois.

Peut-on enfin dire que vous êtes le meilleur joueur de l'histoire sur terre battue ?

Honnêtement je ne sais pas. Ce n'est pas à moi de le dire. Je suis meilleur sur terre battue, parce que j'ai travaillé très dur, parce que mon jeu s'y adapte très bien et parce que mentalement j'y suis plus fort. Il faut savoir souffrir sur l'ocre. J'ai toujours peur de perdre, je suis toujours très concentré parce que je sais que si j'ai autant gagné ce n'est pas parce que j'ai joué mon meilleur niveau à chaque fois mais parce que dans les mauvais jours j'étais mentalement à 100%.

Un dernier mot sur votre très bon niveau en français...

(Il sourit) Je comprends très bien le français si on me parle doucement. Là j'ai essayé, je pense que les gens m'ont bien compris. Le public a été génial, m'a soutenu et c'était un sentiment magnifique. Voilà aussi pourquoi je fais des efforts pour parler en français.»
C.B.

Grosjean : «Un magnifique exemple»

Consultant sur Orange et co-entraîneur de Richard Gasquet, Sébastien Grosjean revient sur la finale historique entre Rafael Nadal et Novak Djokovic. Il met en avant l'humilité, le respect et la force de travail de l'Espagnol.

«Sébastien Grosjean, que pensez-vous de la performance de Rafael Nadal ?

Il est exceptionnel. Il est humble, il a envie de gagner, il respecte tous ses adversaires, il ne passe pas à côté d'un match. C'est vraiment remarquable. C'est un magnifique exemple.

Comment analysez-vous le retour dans le match de Novak Djokovic ?

A deux sets à zéro et 2-0, il est dos au mur, il lâche. Aujourd'hui, il est revenu dans le match en se disant : je peux gagner et il a joué différemment. Il a moins lâché, surtout en coup droit. Il mettait un peu plus d'effets car il ne voulait pas rater.

Que se serait-il passé sans la deuxième interruption ?

Et s'il n'y a pas la première interruption... La première interruption permet aussi à Novak de se calmer et de revenir dans le match. On ne peut pas en parler. Sous la pluie, Djoko a failli se faire mal, Rafa passe à côté. Pour une finale historique, les conditions n'étaient pas bonnes. C'était difficile pour l'organisation de reporter au lundi, mais c'était l'intérêt du tennis et la santé des deux joueurs. S'il y en a un qui se blesse, comment on fait ? Il ne faut pas se dire s'ils avaient continué... Avec l'eau, les balles grossissaient et la balle de Rafa tournait moins. C'était donc plus facile à contrôler pour Djoko, mais pas pour tout le monde.

Dans des conditions normales, Djokovic est-il susceptible d'aller chercher Nadal sur terre ?

Il va continuer de travailler. Ces deux joueurs n'arrêtent pas de progresser, ils se tirent vers le haut. L'an dernier, Novak dominait et Rafa a énormément travaillé pour se mettre au niveau et passer devant. Rafa a fait pas mal de changements tactiques : il ouvre moins d'angle, il va le chercher plein coup droit. Maintenant c'est à Novak sur cette surface de s'ajuster et de travailler pour battre Rafa. Il peut battre Rafa sur terre, mais cela va être compliqué. C'est son objectif.»
S.D.
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site