ROME 2009

Auteur  
# 27/04/2009 à 15:13 Nico
Rafa pour le quatrième ?

Le Masters 1000 de Rome, qui commence ce jour, va de nouveau se résumer à la question suivante : qui pour battre Rafael Nadal ? Alors que David Ferrer a échoué en finale de Barcelone, d'autres y pensent déjà à Rome. Mais l'Espagnol, déjà vainqueur trois fois (2005, 2006, 2007), pourrait bien encore écraser la concurrence. Seule alerte, il avait craqué physiquement en 2008 pour son premier match face à Ferrero. Diminué par d'énormes ampoules aux pieds, il avait dû céder. Il reste que l'Espagnol a là l'occasion de prendre encore des points au classement et de poursuivre son emprise sur ses rivaux. On serait étonné qu'il n'en profite pas.

D'autant plus que sa partie de tableau est peut-être la moins compliquée. Les Federer, Djokovic, Ferrer, Del Potro, Simon, Wawrinka ou Stepanek sont en effet de l'autre côté. Le n°1 mondial devra, lui, maîtriser Fernando Verdasco en quarts et Nikolay Davydenko ou Andy Murray en demies. Fernando Gonzalez et Igor Andreev pourraient bousculer la logique, tout comme Jo-Wilfried Tsonga. Nadal jouera son premier match contre Seppi ou Querrey avant d'enchaîner éventuellement par Söderling ou Blake. Mais compte-tenu de la méforme actuelle des deux derniers et du fait que leurs jeux ne sont pas au sommet sur terre battue, ils pourraient même avoir perdu avant. Verdasco, lui, pourrait retrouver Andreev d'entrée et Tsonga ou Gasquet derrière.

Federer peut-il se reprendre ?

L'autre question de la semaine réside dans la faculté, ou pas, de Roger Federer à reprendre la main après la nouvelle déception de Monte-Carlo. Battu en quarts l'an dernier par Radek Stepanek, le n°2 mondial commence à voir Djokovic et Murray fondre sur lui. Sa chance à Rome est que le Serbe est tenant du titre et aura gros à défendre. Murray en revanche n'a que les points d'un deuxième tour à défendre, autant dire qu'il est le mieux placé pour faire fructifier sa semaine. D'autant que jusqu'en quarts face à Davydenko il ne devrait pas être trop bousculé.

Djokovic, lui, aura Wawrinka, finaliste en titre, et Del Potro sur sa route des demies et Federer sur la route d'une finale. S'il a gardé la forme de Monte-Carlo, il en a les moyens mais il devra tout de même s'employer. Federer, lui, pourrait retrouver Stepanek en huitièmes, puis Gilles Simon ou David Ferrer en quarts. S'il arrive en finale, c'est qu'il aura remis son jeu dans le bon sens car sa partie de tableau ne lui autorisera pas d'errances. Mais pour lui, comme pour les autres, il s'agira de parvenir enfin à faire tomber la muraille Nadal. - C.B.


PROGRAMME DU JOUR

Programme chargé ce lundi sur la terre battue romaine avec pas moins de 15 matches et de nombreux espagnols présents, à l'image de Tony Robredo, qui affrontera Marat Safin, le Russe, en quête de confiance dans cette saison. Le duel entre l'Argentin Chela et le Belge Rochus, deux joueurs très à l'aise sur cette surface est également l'une des affiches de la journée, mais les organisateurs ont choisi de mettre en lumière la rencontre entre l'Italien Andreas Seppi et l'Américain Saw Querrey, qui se disputera en soirée. Le vainqueur de ce match retrouvera Rafael Nadal au tour suivant.


Stadio Pietrangeli
A partir de de 13 heures

Flavio Cippola (ITA) - Marin Cilic (CRO)
Potito Starace (ITA) - Albert Montanes (ESP)
Tommy Robredo (ESP) - Marat Safin (RUS)

A partir de 20h30
Andreas Seppi (ITA) - Sam Querrey (USA)


Court n°1
A partir de de 13 heures

Igor Kunitsyn (RUS) - Stanislas Wawrinka (SUI)
Victor Crivoi (ROU) - James Blake (USA)
Mardy Fish (USA) - Igor Andreev (RUS)
Nicolas Almagro (ESP) - Ernests Gulbis (LET)


Court n°4
A partir de de 13 heures

Juan Ignacio Chela (ARG) - Christope Rochus (BEL)
Benneteau/Tsonga (FRA) - Hutchins/Murray (ANG)
Chardy/Simon (FRA) - Knowle/Melzer (AUT)


Court n°5
A partir de de 13 heures

Victor Hanescu (ROU) - Vikto Troicki (SER)
Jan Hernych (RTC) - Ivo Karlovic (CRO)
Robin Soderling (SUE) - Marcel Granollers (ESP)


Court n°6
A partir de de 13 heures

Nicolas Kiefer (ALL) - Juan Monaco (ARG)
# 27/04/2009 à 23:55 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Crivoi - Blake 7-5,6-3
Montanes - Starace 7-6(10/8),6-4
Karlovic - Hernych 4-6,6-4,6-2
Monaco - Kiefer 6-2,6-3
Rochus - Chela 6-1,6-2
Cilic - Cipolla 6-2,6-2
Troicki - Hanescu 6-3,6-3
Wawrinka - Kunitsyn 6-3,6-4

Les matches reportés

La pluie, qui tombait toujours sur Rome vers 20h00, a contraint les organisateurs à suspendre définitivement les deux dernières rencontres, Fish-Andreev (interrompu à 3-3) et Youzhny-Gimeno-Traver (7-5, 5-4). Elles devraient reprendre mardi midi, si le temps le permet bien sûr.
# 28/04/2009 à 10:22 Nico
PROGRAMME DE MARDI

Six Français seront sur les courts du Foro Italico, mardi, pour y disputer le 1er tour du Masters 1000 de Rome. On suivra tout particulièrement le choc entre Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet. Dans les autres rencontres, Paul-Henri Mathieu sera opposé à David Ferrer, Jérémy Chardy à Fernando Gonzalez, Florent Serra à Radek Stepanek et Julien Benneteau à Jurgen Melzer. Andy Murray, Novak Djokovic et Marin Cilic affronteront respectivement Juan Monaco, Albert Montanes et Christophe Rochus pour le compte du 2e tour.


Stadio Pietrangeli
A partir de 13h

Philipp Kohlschreiber - Simone Bolelli
Andreas Seppi - Sam Querrey
Andy Murray - Juan Monaco

Pas avant 20h30

Albert Montanes - Novak Djokovic
Un double


Court n°1
A partir de 13h

Tommy Robredo - Marat Safin
Mardy Fish - Igor Andreev (3-3, à finir)
Fabio Fognini - Filippo Volandri
Jo-Wilfried Tsonga - Richard Gasquet
Un double


Court n°3
A partir de 12h

Julien Benneteau - Jurgen Melzer
Nicolas Almagro - Ernests Gulbis


Court n°4
A partir de 12h

Robin Söderling - Marcel Granollers
Janko Tipsarevic - Jose Acasuso
Deux doubles


Court n°5
A partir de 12h

Thomaz Bellucci - Feliciano Lopez
Radek Stepanek - Florent Serra
Fernando Gonzalez - Jérémy Chardy
Christophe Rochus - Marin Cilic


Court n°6
A partir de 12h

Daniel Gimeno-Traver - Mikhail Youzhny (5-7, 4-5, à finir)
Misha Zverev - Tomas Berdych
Paul-Henri Mathieu - David Ferrer
Un double
# 29/04/2009 à 02:34 cath
maqué coza tché !!!! ???la plouvia tomba sour ROMA ????
y RAFA ???? quando pouvra jouar ?????
- entré las gouttas ?????

c'est rien !!! c'est l'effet RAFA ....comme le dit notre champion :
" chaque adversaire est diffiçile.... "

je suis incapable de donner un pronostic pour ce tournoi...... meme si RAFAEL progresse de match en match , sur cette bonnne vieille terre-battue ....

arrivée à ROLAND GARROS ....je serai bonne pour l'internement : y zont crée des cellules spéciales "gaga de RAFA" en psychiatrie .....
# 29/04/2009 à 09:41 Nico
Hello Cath, hello à tous !

Et oui, quel marathon qui se poursuit, en plus avec des conditions de jeu excécrables avec la pluie qui rend la terre très lourde...et ça pourrait continuer !!!

Voici quand même les résultats des matchs de ce mardi qui ont pu se dérouler...certains commençant et s'achevant...en pleine nuit...ah, quel vie de sportif lol !!!


RESULTATS DE MARDI

Fognini - Volandri 6-7(3/7),6-1,7-6(7/4)
Gonzalez - Chardy 6-4,6-1
Seppi - Querrey 3-6,6-4,6-3
Fish - Andreev 6-3,4-6,7-6(7/2)
Gulbis - Almagro 3-6,7-6(7/5),6-2
Tipsarevic - Acasuso 6-3,6-4
Zverev - Berdych 4-6,6-2,7-5
Robredo - Safin 2-6,7-6(7/5),6-2
Kohlschreiber - Bolelli 4-6,6-1,6-0
Soderling - Granollers-Pujol 6-3,6-0
Melzer - Benneteau 3-6,6-2,6-3
Youzhny - Gimeno-Traver 7-5,6-4
Lopez - Bellucci 6-4,6-2
Djokovic - Montanes 7-6(7/5),6-0


Safin, la douche froide

La pluie est l'invitée principale de ce mardi au Foro Italico. Entre deux averses et sur des courts très lents, Marat Safin a tout de même le temps de s'énerver et de perdre un match où il domine contre Tommy Robredo, et Julien Benneteau chute (3-6, 6-2, 6-3) face à Jürgen Melzer. Pour Florent Serra et Paul-Henri Mathieu, le suspense perdure. Le Bordelais mène (6-5, 0-15) sur le service de Radek Stepanek et le Strasbourgeois a remporté le premier set (6-3, 0-1) contre David Ferrer avant l'interruption de leur match en raison d'une panne d'éclairage. Jérémy Chardy, lui, a été dominé par Fernando Gonzalez (6-4, 6-1). Fabio Fognini et Ernests Gulbis sont également passés. Tenant du titre du tournoi de Rome, Novak Djokovic s'est qualifié pour le 3e tour en prenant le meilleur sur l'Espagnol Albert Montanes (7-6 [5], 6-0) mardi soir en 1h38' de jeu. Mis en difficulté lors de la première manche avec notamment un mini-break dans le jeu décisif (2-4), le Serbe a déroulé son tennis dans le deuxième set.

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Marat Safin qui personnifie l'inconstance. Après avoir mené (6-2, 5-3) et avoir servi pour le match à 5-4, le Russe s'incline (2-6, 6-7 [5], 6-2) contre Tommy Robredo (n°13) sur une terre battue, rendue très lourde par la pluie. Sans bien jouer, l'Espagnol attend que l'ancien numéro un mondial se précipite et tombe dans la frustration.

Au moment de conclure à 5-4, une double faute, un passing de revers dans le couloir et une erreur de coup droit offrent le débreak à la tête de série n°13. Le match bascule définitivement et Marat Safin se charge de relancer Tommy Robredo. «Quand j'ai gagné le deuxième set, j'ai pensé que c'était mon heure car je connais Marat depuis de nombreuses années. Quand ce genre de choses lui arrive, il peut parfois s'énerver et cela devient difficile pour lui de garder le même niveau, relate l'Espagnol avant d'expliquer les conditions très compliquées dues à la pluie. Les conditions de jeu étaient terribles. Il n'y avait pas du tout d'adhérence.» Comme toujours depuis de nombreux mois, le Russe joue par intermittence : très bien pendant un set et demi, très mal sur la fin avec un service en berne (49% de premières balles) et de nombreuses fautes directes (39 au total), ponctuées par des jets de raquette. Au deuxième tour, Tommy Robredo affrontera Philipp Kohlschreiber, tombeur (4-6, 6-1, 6-0) de Simone Bolelli.


PROGRAMME DE MERDREDI

Les averses qui ont pertubé le début de semaine à Rome vont sérieusement densifier le programme de mercredi sur la terre battue italienne. Rafael Nadal, Roger Federer et Andy Murray disputeront ainsi leur premier match alors que Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet offriront un duel attendu chez les Français. Gilles Simon, Paul-Henri Mathieu et Florent Serra sont aussi au programme.

Stadio Pietrangeli
A partir de 13h

Andy Murray - Juan Monaco
Ivo Karlovic - Roger Federer
Rafael Nadal - Andreas Seppi

Pas avant 20h30

Juan Martin Del Potro - Viktor Troicki
Un double


Court n°1
A partir de 13h

Jo-Wilfried Tsonga - Richard Gasquet

Pas avant 15h

Mardy Fish - Fernando Verdasco
Gilles Simon - Fabio Fognini
Un double


Court n°5
A partir de 13h

Tommy Robredo - Philipp Kohlschreiber
Radek Stepanek - Florent Serra (5-6, à finir)
Mikhail Youzhny - Stanislas Wavrinka

Pas avant 18h

Radek Stepanek ou Florent Serra - Feliciano Lopez
Un double


Court n°6
A partir de 13h

Christophe Rochus - Marin Cilic
Paul-Henri Mathieu - David Ferrer (6-3, 0-1 à finir)

Pas avant 16h00

Fernando Gonzalez - Janko Tipsarevic
Un double


Court n°4
A partir de 13h

Robin Söderling - Victor Crivoi
Jürgen Melzer - Nikolaï Davydenko
Trois doubles


Et voici une petite interview de Rafa avec quelques passages montrant une fois de plus son incroyable personnalité !

Rafa, modeste par essence

Arrivé lundi à Rome en provenance de Barcelone, Rafael Nadal a exprimé, une nouvelle fois en conférence de presse, sa philosophie. Ne lui parlez pas de quart de finale contre Fernando Verdasco. Pour l'heure, il se concentre uniquement sur son premier match face à Andreas Seppi, victorieux (3-6, 6-4, 6-3) de Sam Querrey. Et ce n'est pas une façade.

Le numéro 1 mondial ne déroge pas à sa façon de voir le tennis et la compétition : «Je sais à quel point il est difficile de gagner chaque match. Quand je rentre sur un court, j'ai toujours beaucoup de respect pour mon adversaire. Avant chaque match, je sais que je peux perdre ou gagner. J'accepte les deux possibilités et j'essaie de me donner à 100% à chaque fois. Tous les joueurs peuvent très bien jouer sur toutes les surfaces. Les spécialistes de la terre peuvent très bien jouer sur toutes les autres surfaces et les spécialistes du dur peuvent très bien jouer sur terre. Le dur n'est plus très, très rapide et la terre n'est plus très lente.» Pour le Majorquin, il n'y a donc pas de "petits" adversaires et sa force réside justement à ne sous-estimer aucun joueur. Pour un athlète lambda, ces propos relèvent de la langue de bois. Pour Rafael Nadal, c'est une façon de vivre, inculquée par son oncle Toni Nadal. On ne se plaint jamais, on joue à 100% tout le temps et quel que soit l'adversaire. Et ce n'est pas anodin ou juste une question de rhétorique.

Dans cet esprit, son palmarès ne souffre pas des "trois titres" à Rome face aux cinq à Monte-Carlo ou Barcelone. «Je suis très heureux d'avoir trois titres ici. Je ne suis pas déçu de ne pas avoir gagné l'an dernier. Toujours gagner n'est pas une chose normale. La normalité, c'est de perdre. Ce n'est pas habituel de gagner cinq fois à Monte-Carlo ou à Barcelone. Pour moi, c'est plus qu'un rêve, c'est complètement incroyable.» Détermination et humilité ne sont pas antinomiques. Bien au contraire.
# 29/04/2009 à 16:24 Florence
Que dire devant tant d'humilité !!!! C'est un grand champion et je pense que les autres joueurs doivent le respecter.
Vamos RAFA
# 30/04/2009 à 00:40 cath
bonjour à tous!!!!!!!
je connnaissais cette interview... et c'est vrai que cet extraordinaire de lire que RAFA ne sous-estime aucun de ses adversaires .....
il dit meme que ce qui n'est pas "normal", c'est de gagner 5 fois de suite monte carlo ...et barcelone !!!
et qu'il est normal de perdre : nous savons tous que RAFAEL est sincere et lucide dans ses propos ;

RAFA , mon loulou .... ....tu perds ou tu veux , c'est humain ....MAIS PAS A ROLAND GARROS !!!!

- mais que vois-je ????y'a mon pote MURRAY qui a perdu ???????façe à DEL POTRO , qui n'est poutant pas un spécialiste de terre battue
mais c'est encore de la terre battue à Rome ????c'est de la gadoue ?????et les bâches ....y connaissent pas les romains ...?????
- BRAVO A RICHARD !!!!!!!!!! façe à TSONGA ET GULBIS !!!( je l'aime bien le petit ERNEST , mais bon....il a du mal de progresser .....)
- MARAT SAFIN ....a donc servi pour le match ....et s'est ratatiné .....il est trop émotif MARAT ....mais bon ; il a quand meme gagné de beaux titres ;
j'espere que sa petite soeur fera de meme en matiere de victoires !!!!!!
- j'ai bien l'impression que DJOKO se donne à fond et aspire à plus de régularité :c'est DJOKO!!!!

salouti à touti !!!!!!!! VAMOSSSAAAA A ROMMAAAAAA !!!!!
# 30/04/2009 à 00:46 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Stepanek - Serra 7-6(7/1),4-6,7-5
Mathieu - Ferrer 6-3,2-6,6-2
Gasquet - Tsonga 7-6(7/2),6-4
Del Potro - Troicki 6-3,1-6,6-3
Zverev - Mathieu 3-6,7-6(7/5),6-0
Stepanek - Lopez 6-2,6-1
Gasquet - Gulbis 6-2,1-6,6-4
Nadal - Seppi 6-2,6-3
Simon - Fognini 6-7(6/8),6-2,6-3
Wawrinka - Youzhny 6-3,7-6(7/5)
Gonzalez - Tipsarevic 6-4,6-4
Federer - Karlovic 6-4,6-4
Verdasco - Fish 6-4,5-7,6-3
Melzer - Davydenko 7-5,7-6(7/5)
Monaco - Murray 1-6,6-3,7-5
Cilic - Rochus 6-0,5-7,6-2
Robredo - Kohlschreiber 6-2,7-6(7/5)
Soderling - Crivoi 6-1,6-7(2/7),6-1


Une journée instructive

La journée de mercredi a livré de nombreux enseignements en plus du nom des qualifiés pour les huitièmes. Du côté des favoris, l'impression laissée par Rafael Nadal pour un premier tour a été très convaincante. Roger Federer, lui, a maîtrisé son sujet, tandis que le scoop est venu de l'explosion en plein vol d'Andy Murray. Chez les outsiders, Verdasco, Del Potro et Wawrinka ont tenu bon, mais Davydenko et Ferrer ont coulé. Dans le camp tricolore, Richard Gasquet a brillé, Gilles Simon a dû lutter et Paul-Henri Mathieu a fini par craquer. Tout comme Florent Serra et Jo-Wilfried Tsonga.

Nadal déjà bien en jambes

Rafael Nadal n'a pas connu le même sort qu'en 2008 à Rome. Débarrassé des problèmes physiques qui l'avaient handicapé face à Ferrero l'an dernier, le n°1 mondial a remporté son premier match, face à l'Italien Andreas Seppi (6-2, 6-3). Vainqueur à Monte-Carlo et à Barcelone, l'Espagnol a semblé déjà très bien dans son jeu avec un service plus efficace et des coups déjà très tranchants pour un premier tour, à la différence de sa semaine sur le Rocher. Au prochain tour, il retrouvera Robin Söderling. Si le Suédois n'est pas à son meilleur sur cette surface, sa puissance de feu, dans un bon jour, peut faire mal. Ce match pourrait se jouer sous tension entre deux joueurs qui sont loin de s'apprécier. Le n°2 mondial, lui, a parfaitement géré son sujet face au grand serveur croate Ivo Karlovic. Roger Federer l'a emporté en deux sets (6-4, 6-4) et retrouvera désormais son tombeur de 2008, Radek Stepanek.

Des têtes sont tombées

La journée n'a pas été simple pour tous les favoris. En premier lieu évidemment pour Andy Murray, qui a raté son entrée en lice face à l'Argentin Juan Monaco (1-6, 6-3, 7-5). Le quatrième joueur mondial, qui chasse une place sur le podium, a prouvé qu'il n'était pas à l'abri sur cette surface. (En savoir plus). Mais Murray n'a pas été le seul ambitieux à passer à la trappe. Nikolay Davydenko, battu par Jurgen Melzer (7-5, 7-6[5]) a également pris la porte. David Ferrer, lui, a subi le même sort qu'en 2008 : battu en finale par Nadal à Barcelone, il a été éliminé d'entrée à Rome. Cette fois c'est Paul-Henri Mathieu qui l'a bouté hors du tournoi (6-3, 2-6, 6-2). Fernando Verdasco, lui, a tremblé, mais s'est tout de même défait de Mardy Fish (6-4, 5-7, 6-3).

Gasquet et Simon seuls rescapés

Paul-Henri Mathieu avait donc bien commencé sa journée. Seulement le Français a dû enchaîner avec un deuxième match en fin de programme du fait du retard suite aux averses de la veille. Tout s'est déroulé parfaitement jusqu'à 6-3, 4-2 contre l'Allemand Mischa Zverev. Ensuite, le Français a vu son adversaire revenir puis arracher le deuxième set, et a fini par s'effondrer (3-6, 7-6[5], 6-0). Florent Serra, lui, a livré une belle bataille face à Stepanek mais s'est incliné (7-6[1],4-6, 7-5).

Richard Gasquet et Gilles Simon seront donc les deux derniers Tricolores en lice. Le premier a sorti un très bon match pour écarter dans un premier temps Jo-Wilfried Tsonga (7-6[2], 6-4) avant de devoir s'extirper (6-2, 1-6, 6-4) des griffes d'Ernests Gulbis. Ce dernier a parfois exploité le talent qui en a fait un quart de finaliste à Roland-Garros mais manque encore trop de constance. Gasquet, qui a fait appel au kiné pour des douleurs au coude droit, devra avoir récupéré pour défier Fernando Verdasco. Il a dans tous les cas démontré un niveau de jeu en forte hausse et une belle détermination. Gilles Simon, lui, a souffert contre Fabio Fognini (6-7[6], 6-2, 6-3) avec notamment une avance de 6-2 gaspillée dans le jeu décisif du premier set. Se forçant à être un peu plus agressif, Simon a finalement arraché son billet. S'il ne s'est pas montré souverain, il a assuré le principal et aura un très bon coup à jouer face à Zverev.
CB


PROGRAMME DE JEUDI

Les huitièmes de finale du tournoi de Rome, jeudi, mettront en lice deux français. Après avoir écarté difficilement Fabio Fognini (6-7[6], 6-2, 6-3), Gilles Simon retrouvera l'Allemand Mischa Zverev. De son côté, Richard Gasquet devra digérer ses deux matches enchaînés dans la journée, face à Jo-Wilfried Tsonga (7-6[2], 6-4) et Ernests Gulbis (6-2, 1-6, 6-4), pour tenir tête à Fernando Verdasco.

Chez les principaux favoris, Rafael Nadal, déjà très bien dans son jeu lors de sa victoire devant Andreas Seppi (6-2, 6-3), sera opposé au Suédois Robin Soderling. Roger Federer devra pour sa part écarter le Tchèque Radek Stepanek pour confirmer son succès sur Karlovic (6-4, 6-4).


Stadio Pietrangeli
A partir de 13h

Fernando Gonzalez (CHI) - Jurgen Melzer (AUT)
Tommy Robredo (ESP) - Novak Djokovic (SRB)
Radek Stepanek (TCH) - Roger Federer (SUI)

Pas avant de 20h30
Rafael Nadal (ESP) - Robin Soderling (SUE)



Court n°1
A partir de 13h

Juan Monaco (ARG) - Marin Cilic (CRO)
Juan Martin Del Potro (ARG) - Stanislas Wavrinka (SUI)
Gilles Simon (FRA) - Mischa Zverev (ALL)
Richard Gasquet (FRA) - Fernando Verdasco (ESP)
# 01/05/2009 à 00:52 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Les Bleus sont tombés

Il n'y a plus de Français à Rome. Richard Gasquet et Gilles Simon ont en effet été éliminés en huitièmes de finale. Si le premier a livré un beau combat face à Fernando Verdasco, le second a chuté contre Mischa Zverev en semblant très loin de son meilleur niveau. Chez les cadors, Rafael Nadal, Roger Federer et Novak Djokovic ont fait forte impression.

Gasquet va mieux, pas Simon

Richard Gasquet menait 4-1 dans ses confrontations avec Verdasco jusqu'à cette saison. Il n'en est plus qu'à 4-3. Le Verdasco version 2009 continue donc d'inverser les tendances. Mais, si le Tricolore avait été largement dominé à Indian Wells, il a cette fois vendu chèrement sa peau. Mené 5-4 service Verdasco dans la première manche, il a su se révolter pour recoller mais regrettera d'avoir de nouveau lâché dans la foulée car il y avait certainement moyen à ce moment-là de profiter de la fébrilité adverse. Le constat a été identique dans la seconde manche quand, breaké d'entrée, le Français recolle pour perdre sa mise en jeu de nouveau. La puissance de l'Espagnol a fini par faire la différence. Gasquet a aussi semblé accuser le coup physiquement. Il reste qu'il a donné un bien meilleur visage qu'à Barcelone. Accrocheur, Gasquet a retrouvé de belles qualités de combattant, ce qui est forcément une bonne nouvelle suite à son naufrage contre Christophe Rochus à Barcelone.

Gilles Simon a complètement manqué son huitième de finale face à Mischa Zverev (6-4, 6-1), tombeur tombeur de Mathieu au tour précédent. Cet Allemand né à Moscou a démontré de très bonnes choses avec une patte de gaucher qui vaut mieux que sa 76e place mondiale et a empêché Gilles Simon de retrouver la confiance, ingrédient essentiel à son jeu de contreur. Empêtré dans un faux rythme, Simon s'est retrouvé pris à son propre piège face à un adversaire qui en plus jouait très long. Il a manqué de patience et commis bien trop de fautes et de mauvais choix. Déjà en difficulté la veille face à Fognini, le Tricolore ne se sera pas rassuré sur l'état de son jeu sur terre battue. Mais il lui reste encore le temps de retrouver un peu de confiance avant Roland-Garros en espérant un match référence qui lui permettrait de trouver les bons repères.

La marche en avant des favoris

On attendait les retrouvailles entre Rafael Nadal et Robin Söderling, bien connus pour partager une vieille antipathie. Mais Nadal n'avait visiblement pas l'intention de s'éterniser en la compagnie du Suédois puisque la rencontre a tourné à la démonstration (6-1, 6-0). La puissance de feu du 27e joueur mondial n'aura pas perturbé l'Espagnol. Le jour où Söderling utilisera sa qualité de frappe avec discernement au lieu de dégoupiller (35 fautes directes), il pourra prétendre à un autre statut. Nadal, lui, continue d'impressionner et retrouvera désormais Fernando Verdasco. Une revanche de la demie de l'Open d'Australie pour laquelle Nadal partira largement favori tant il semble en maîtrise totale. Roger Federer a également fait belle impression face à Radek Stepanek (6-4, 6-1), son tombeur en 2008 et ne devrait pas souffrir face à Zverev. Le tenant du titre Novak Djokovic, lui, a étrillé Tommy Robredo (6-1, 6-1) au terme d'un excellent match et en découdra maintenant avec Juan Martin Del Potro, tombeur du finaliste 2008 Stanislas Wawrinka (6-2, 6-7[5], 6-3). Juan Monaco et Fernando Gonzalez sont également passés dans une journée qui restera marquée par la démonstration des favoris pour le titre. La dernière ligne droite promet.
CB


PROGRAMME DE VENDREDI

Stade Pietrangeli
A partir de 13h

Juan Martin Del Potro (ARG) - Novak Djokovic (SER)
Mischa Zverev (ALL) - Roger Federer (SUI)
Rafael Nadal (ESP) - Fernando Verdasco (ESP)

A partir de 20h30
Juan Monaco (ARG) - Fernando Gonzalez (CHI)
# 01/05/2009 à 08:57 Florence
On pourrait peut-être encore bien retrouver Federer contre Nadal comme je voie.
Et là le grand Federer tremblera encore devant Nadal car il connait très bien son rival.
Vive Nadal, allez mon ami fonces
# 01/05/2009 à 23:50 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Nadal et Federer au rendez-vous

Accroché un set par Mischa Zverev, Roger Federer a ensuite accéléré pour s'imposer en deux sets (7-6, 6-1) et rejoindre Novak Djokovic dans le dernier carré. Le Serbe a disposé de Del Potro (6-3, 6-4) tandis que Rafael Nadal a sorti Fernando Verdasco (6-3, 6-3). Gonzalez est le dernier qualifié.


. Rafael Nadal (ESP/N°1) bat Fernando Verdasco (ESP/N°6) 6-3, 6-3
Prochain adversaire : Gonzalez

Rafael Nadal, qui n'a plus perdu sur terre battue depuis son échec l'année dernière au 2e tour à Rome face à son compatriote Juan Carlos Ferrero, a mis 1h50 pour se défaire d'un autre Espagnol, Fernando Verdasco, tête de série N.6, sur un score peu révélateur de 6-3, 6-3. Verdasco a réussi 20 coups gagnants contre seulement 6 pour Nadal, mais il a aussi commis deux fois plus d'erreurs que son adversaire (41 pour Verdasco, 20 pour Nadal).


. Roger Federer (SUI/N.2) bat Mischa Zverev (ALL) 7-6, 6-2
Prochain adversaire: Djokovic

Plus tôt dans l'après-midi, Federer a battu l'Allemand Mischa Zverev, 76e joueur mondial, 7-6 (7/3), 6-2. Comme Nadal, Federer a dû faire face à un adversaire courageux et entreprenant, qui a rendu coup pour coup et n'a cédé la première manche que dans le jeu décisif. Mais une fois en confiance, le Suisse a rapidement pris ses distances dans la seconde manche. Dans le dernier carré, Federer sera opposé au Serbe Novak Djokovic, tombeur de l'Argentin Juan Martin Del Potro.


. Novak Djokovic (SER/N.3) bat Juan Martin Del Potro (ARG/N.5) 6-3, 6-4
Prochain adversaire: Federer

Novak Djokovic continue de faire très bonne impression à Rome. Après avoir étrillé Tommy Robredo la veille, le Serbe a logiquement dominé Juan Martin Del Potro vendredi. En trois tours, le numéro trois mondial n'a concédé que 15 jeux et toujours pas le moindre set. Dans l'obligation de s'imposer une deuxième fois d'affilée au Foro Italico pour conserver sa place au classement ATP, le tenant du titre n'a jamais laissé Del Potro s'installer dans la partie en prenant son service trois fois de suite pour conclure 6-3 la première manche sur un ace. Del Potro, plus à l'aise sur surface rapide où son service fait des ravages, a justement été lâché par sa seconde balle dans la deuxième manche alors qu'il refaisait surface. Le break réussi par Djoko à 2-2 allait lui suffire pour conclure le match malgré trois balles de matches sauvées par l'Argentin.


Fernando Gonzalez (CHI/N°12) bat Juan Monaco (ARG) 2-6, 6-3, 6-4
Prochain adversaire : Nadal

Eurosport - avec AFP


Nadal intouchable


Rafael Nadal, c'est Fernando Verdasco en surrégime ! Gaucher avec un coup droit assassin en décalage comme Nadal, joueur très physique comme Nadal et Espagnol élevé sur terre battue comme Nadal, le Madrilène a tout pour embêter son cadet... sur le papier. Quand il est bon, le Majorquin est excellent. Partout. Il fait tout un peu mieux et s'impose vendredi (6-3, 6-3 en 1h50'), se qualifiant ainsi pour les demi-finales du Masters 1000 de Rome où il retrouvera un autre Fernando, le Chilien Gonzalez, victorieux (2-6, 6-3, 6-4) de Juan Monaco. Et pourtant, Fernando Verdasco ne carbure pas à l'ordinaire, à l'instar de son débreak à 0-1 au premier set et de ses récentes performances.

Condamné à l'exploit sur chaque point, il finit par craquer mentalement et physiquement. À 4-3 au deuxième set, son genou cède et la tête de série n°6 termine le match en boitant. En pleine forme, c'est déjà très compliqué. Diminué, c'est mission impossible. Comment illustrer cette impression de rouleau-compresseur du n°1 mondial ? Quelques chiffres résument la situation : 145 matches disputés sur terre battue pour seulement quatre défaites depuis 2005, un seul set perdu sur la surface cette saison et douze jeux concédés en trois matches à Rome... Son lift, sa présence physique et son mental sans failles annihilent les plus volontaires.

Pourtant, Fernando Verdasco possède de nombreux atouts avec sa gifle de gaucher en coup droit, sa confiance actuelle et ses qualités offensives. Et il est moins gêné qu'un Roger Federer par le lift adverse croisé. Mais personne ne semble en ce moment en mesure de trouver la faille. Sans donner l'impression de réaliser de grand match, le Majorquin étrille ses adversaires. Actuellement, seul Rafael Nadal peut faire tomber Rafael Nadal, sous l'effet d'une certaine usure mentale ou physique. Pour son prochain adversaire, Fernando Gonzalez, il s'agit donc de se souvenir uniquement des belles choses comme son quart de finale 2007 en Australie et d'évacuer son premier set cauchemardesque contre Juan Monaco. Face au qualifié argentin, le Chilien joue deux matches, un premier ponctué d'une trentaine de fautes directes en un set et demi, et un deuxième, plus solide où son coup droit retrouve de son efficacité. Ce temps de latence et cette inconstance ne pardonneront pas contre el "maestro".


PROGRAMME DE SAMEDI

Le choc de ces demi-finales oppose samedi Roger Federer (n°2) au tenant du titre, Novak Djokovic (n°3). Ce match s'apparente à un vrai test pour le Suisse en manque de confiance. RafaelNadal va tenter de poursuivre sa série d'invincibilité sur terre contre Fernando Gonzalez.

Stadio Pietrangeli
A partir de 11 heures

Bhupathi (IND)/Knowles (BAH/n°4) - Nestor (CAN)/Zimonjic (SER/n°2)

Pas avant 13h30
Novak Djokovic (SER/n°3) - Roger Federer (SUI/n°2) : 3-7

Pas avant 16 heures
Rafael Nadal (ESP) - Fernando Gonzalez (CHI/n°12) : 5-3
# 02/05/2009 à 20:00 Nico
Nadal maîtrise

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Rafael Nadal. Sans pratiquer un jeu de rêve en début de match mais en se montrant solide, le numéro 1 mondial domine (6-3, 6-3 en 1h15') Fernando Gonzalez pour rejoindre samedi en finale Novak Djokovic. Le Majorquin enchaîne donc une 14e victoire d'affilée cette saison sur terre battue et amène son total de succès sur sa surface de prédilection à 146 pour seulement 4 défaites depuis 2005 !

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Rafael Nadal. Quel que soit l'adversaire, il ne lâche rien. Et Fernando Gonzalez le sait. Le Chilien force, sa gifle de coup droit revient comme un boomerang et l'Espagnol lui fait toujours jouer le coup de trop. Fidèle à sa tactique, le triple vainqueur du tournoi de Rome use Fernando Gonzalez et n'hésite pas à l'attaquer sur son arme, le coup droit. Sur terre battue, le Chilien ne peut entraîner le Majorquin dans sa filière courte. Pourtant il tente ses coups droits en décalage ou quelques amorties bien senties. Mais rien ne semble ébranler le maître de la terre. Après le débreak de la tête de série n°12 à 3-3 dans le premier set, il enchaîne six jeux d'affilée.

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Rafael Nadal. Et c'est bien le plus impressionnant. Il ne desserre pas son étreinte malgré une lassitude qui serait bien légitime pour n'importe quel joueur. Il cherche toujours à s'améliorer. Insatisfait par son manque d'agressivité en quart de finale contre Fernando Verdasco, il se montre plus offensif face au Fernando du jour... Il se jette sur chaque balle courte, se rapproche de sa ligne de fond de court et agresse son adversaire sur toutes ses deuxièmes balles de service. A la question "Qui peut battre Rafael Nadal ?" Seul le Majorquin possède la réponse.


Après la pluie, la défaite

C'est vraiment la saison des pluies pour Roger Federer. Après les larmes de Miami contre Novak Djokovic, le Suisse voit l'orage effacer tous ses espoirs en demi-finales du Masters 1000 de Rome avec une quatrième défaite (4-6, 6-3, 6-3) contre le Serbe en onze confrontations. Le tenant du titre pourra donc défendre son bien contre Rafael Nadal, tombeur (6-3, 6-3) de Fernando Gonzalez (en savoir plus). Au-delà de l'impact de l'interruption d'une heure à 6-4, 2-1 service à suivre en raison de la pluie, la manière interpelle encore et toujours.

L'immense champion ne sait plus "tuer" un match. Son manque de confiance pèse de plus en plus lourd et à l'heure des braves lors des derniers sets, il craque. Le "fameux" langage du corps ne trompe pas en fin de rencontre. Quand Novak Djokovic brandit le poing ou se tape sur le coeur, ce n'est pas factice. Quand Roger Federer baisse la tête, ce n'est pas factice. Si fort lors des points importants à l'apogée de sa carrière, il tremble à l'instant crucial et joue faux. Comme tous les joueurs en panne de confiance, il n'ose pas et laisse son adversaire prendre possession du terrain. Cette demi-finale en deux temps montre le double visage de Roger Federer, serein pendant un set et demi et fébrile lors du "money time".

Un problème mental

Comment ne pas penser à ses deux occasions de double break au deuxième set pour mener 3-0 puis 4-1 ? Comment ne pas se remémorer ce break d'avance 3-1 dans la troisième manche ? Le plus grave ne se situe plus dans le résultat, mais bien dans la manière. L'ancien numéro 1 mondial semble abdiquer dans les dernières manches à l'image de sa finale à l'Open d'Australie ou de son match à Miami. Les exégètes ne vont plus se prendre la tête ou la plume pour gloser sur la mauvaise tactique du Suisse sur terre battue.

Cette nouvelle défaite n'est ni technique ni tactique, elle est bien mentale. Lui qui déteste par-dessus tout la défaite à l'instar de ses larmes après ses échecs à Melbourne ou à Miami, il paraît presque l'accepter sur le court. Il n'arrive plus à passer au-dessus de sa frustration et ses adversaires savent aujourd'hui qu'ils peuvent revenir à tout moment. L'emprise mentale a changé de côté. Le Suisse qui aime tout contrôler oublie peut-être qu'un secteur est difficilement maîtrisable : l'aspect psychologique. Parfois, une aide extérieure comme un coach vous ouvre les yeux... S. D.


Federer «content de sa semaine»

Roger Federer, défait par Novak Djokovic :

«Mon niveau de jeu (sur terre) s'améliore. Je suis content de ma semaine après des matches contre des adversaires difficiles. Aujourd'hui, ça n'a pas trop mal marché. C'est seulement dommage de perdre après avoir eu des balles de break dans les 2e et 3e sets. D'habitude, dans ce genre de situation, je ne laisse pas filer. C'est vrai qu'il (Djokovic) est revenu avec plus d'énergie après l'interruption. A la fin, c'est toujours décevant de perdre. J'avais l'habitude de gagner des tournois, alors partir juste après avoir perdu, cela laisse bien évidemment un goût amer. Je ne mets pas longtemps à m'en remettre, mais sur le moment ce n'est pas drôle parce que c'est le genre de match que j'aurais pu gagner.» (AFP)


Rafael Nadal, victorieux de Fernando Gonzalez :

«Je suis très heureux. 6-3, 6-3 contre un joueur comme Fernando, c'est un très bon résultat. J'ai fait un mauvais jeu à 3-2 sur mon service. Il m'a breaké, mais je n'ai pas commis beaucoup de fautes par la suite. Hier (vendredi), je ne contrôlais pas la balle par moments. Aujourd'hui, je suis heureux de mon niveau de jeu. Je sais que j'aurais un match très difficile demain (dimanche), mais je suis prêt à 100%. Le plus important sera de ne pas faire de fautes. Il va se montrer très agressif, c'est son jeu. Je vais donc essayer de me montrer également agressif. Je dois être agressif en coup droit et contrôler le point avec ce coup. Si je ne le fais pas, ce sera vraiment difficile.»
# 02/05/2009 à 22:56 Florence
Je suis allée aux nouvelles sur msn et je viens de constater que Federer a été battu et n'ira donc pas en finale contre Nadal. Quand je vous le dis qu'il ferait mieux d'arrêter. Celà doit être frustant de ne plus accéder aux demi-finales.
Enfin Nadal est en finale pour demain et viva Nadal
Il est trop fort pour les autres cette année.
# 03/05/2009 à 18:57 Florence
YOUPPY je viens d'apprendre que NADAL a gagné pour la 4ème fois le tournoi de Rome.
Cath, mais qu'est-ce qu'il est bien notre petit chouchou
Mais il est grand dans sa tête, sa gentillesse, son charisme et j'en passe. Bravo Nadal nous sommes fiers de toi
# 03/05/2009 à 22:51 cath
FLO si tu passes par là , j'en ai une bien bonne à te raconter ....:
y'a un petit pêre , qui met souvent des chemises signées nike qui ont l'air de vieux polos ..;
y'a un ptit pere , donc , qui se prénome ROGER et qui habite en Suisse , qui raconte partout qu'il veut battre RAFAEL NADAL : " sur terre battue !!! " précise t'il ; on l'aperçoit ( le p'tit pere ) un peu partout , en train de taper dans une balle de tennis contre un mur , dans des endroits tenus secret , contre des gauchers ....;
bref : il est un peu perdu et sa femme , MIRKA , se fait un sang d'encre ;
FLO , n'hésites pas à faire passer le message : il faut que ROGER puisse regagner son pays : 13 impasse des grands chelems , GENEVE ;
# 03/05/2009 à 23:18 cath
bonjour à tous !!!!

fans de RAFA , il fallait avoir le coeur solide pour le premier set de cette finale !!!!
le "DJOKO nouveau" est arrivé !!!! je l'avais dis plus haut: il me semble bien que DJOKO est plus régulier !!!!et il s'est donné à fond plus d'une fois !!! c'est là ou on voit que le serbe a du talent , avec un premier serviçe qui peut faire mal , des accélérations surprenantes dans ses coups : DJOKO a marqué de beaux points ;
RAFA ,notre champion, a été débordé plus d'une fois : mais il a su, lui aussi, signer de beaux points ; faire durer les échanges si nécéssaires ; les volées de RAFA ont été plus convaincantes ( RAFA EST UN TRES BON VOLLEYEUR ) ; à forçe de persévérançe NADAL a tenu DJOKO a distançe ....qui vers la fin du premier set , de rage ,en a jetté sa raquette deux fois par terre !!!
....et au tie - break , la forçe mentale de RAFA a fait la différençe .....7/6 pour RAFA !!!!
- ce tennis à hauts risques s'est accompagné de pas mal de fautes directes de part et d'autres ; mais ....quand ça passait : ambiançe assurée...... :
-malheureusement , il manque ce petit plus à DJOKO, qui risque fort de continuer à lui porter la poisse :
la rage de vaincre , la maitrise de soi , la pugnaçité , ne jamais s'avouer vaincu .... :
et hélas , pour la beauté du tennis , si DJOKO a encore résisté en début du deuxieme set , il a commis des fautes grossieres et a "offert" un jeu décisif à NADAL : 4/2 pour l'espagnol ; le serbe s'est liquéfié ;
RAFAEL NADAL A REMPORTE SON 4EME TITRE A ROME :
record absolu de victoires depuis la création de ce tournoi , en 1930 .....

NICO , c'est bon !!!!! "le papier est fait" pour résumer la finale .....
# 03/05/2009 à 23:41 2
Allez Medames Florence et Cath, soyez respectueuses de Federer à l'instar de Rafa et cessez de vous nourrir de toutes les "absurdités" que l'on trouve sur le net lol !

Merci Cath pour ce résumé, voici un petit complément avec les réactions notamment :


Nadal impérial

Trois tournois sur terre battue, trois titres en trois semaines... Rafael Nadal ne lâche rien et réalise dimanche le quadruplé à Rome après sa victoire (7-6 [2], 6-2 en 2h03') contre Novak Djokovic sans perdre un set de la semaine. Malgré l'accumulation des matches, le numéro 1 mondial reste intouchable et engrange sa 31e victoire d'affilée sur terre battue. La prochaine tournée du patron a lieu à Madrid dans un peu d'une semaine.

Il n'a pas le meilleur revers. Il n'a pas le meilleur service. Il n'a peut-être pas le meilleur coup droit (et encore). Mais Rafael Nadal gagne toujours ou presque. Pourquoi ? Son intensité physique et son mental hors normes ne laissent pas la place à la défaite sur terre battue. Novak Djokovic ne réalise pas un mauvais match. Bien au contraire. Il réussit à débreaker à deux reprises l'ogre de Manacor au moment de conclure le premier set à 5-4 et 6-5 et à sauver deux balles de set. Le tenant du titre essaie bien de changer de tactique. Après avoir misé sur l'agressivité, il tente de casser le rythme. Mais Rafael Nadal s'adapte encore et toujours. A l'image de son rituel des bouteilles au changement de côté ou de la mise en place de ses affaires en arrivant sur le court, il est méticuleux et attentif au moindre détail. Et son lift détruit son rival. «La balle rebondit davantage ici qu'à Monte-Carlo, explique le Serbe. Elle rebondissait vraiment très haut car il met beaucoup de lift des deux côtés. C'était très difficile, spécialement sur mon revers.»

Emprise physique et mentale

Pour le battre, il ne faut pas être bon, il faut être exceptionnel... pendant deux ou trois heures ! L'Espagnol fait toujours jouer un coup supplémentaire et n'hésite pas à agresser en permanence son adversaire sur chaque balle courte. «Il a très bien servi et se déplace toujours aussi bien. Tu es toujours obligé de réaliser quelque chose d'extraordinaire contre Nadal pour gagner, spécialement sur cette surface», relate sobrement le n°3 mondial. Fidèle à la tactique de l'oncle Toni, Rafael Nadal pilonne le revers adverse avec sa patte de gaucher avant d'aligner une gifle de coup droit décroisé et surtout propose une longueur de balle impressionnante. Même ses quelques moments de fébrilité à l'instar de sa première balle de set ratée sur un revers dans le filet ne paraissent pas l'atteindre. «Rater deux balles de premier set, c'est toujours un moment difficile, constate le vainqueur de son 15e Masters 1000. Mais j'étais prêt à 100% mentalement pour le tie-break. C'est important, très important.» Qu'il joue bien ou mal, son attitude reste identique et son jeu ne s'altère pas sous le poids de la frustration.

Il fait craquer Novak Djokovic physiquement et psychologiquement. Le numéro 3 mondial ne se remet pas de la perte de la première manche qui a duré 1h14' et cette double faute qui offre le break à 3-2 au Majorquin dans le deuxième set, signe sa perte. Le Serbe n'a plus la tête à l'exploit et voit un dernier passing gagnant de coup droit en bout de course offrir un 25e titre sur terre battue au numéro 1 mondial à seulement 22 ans. A la question récurrente « Qui peut battre Rafael Nadal sur terre ? » La réponse se trouve sur le terrain : Rafael Nadal lui-même. L'usure mentale de l'accumulation des matches et un adversaire en pleine réussite sur une rencontre en deux sets gagnants peuvent terrasser le champion... Il ne reste donc que le conditionnel et des hypothèses alambiquées pour imaginer un grand rival au numéro 1 mondial sur sa surface de prédilection. Rafael Nadal ne joue jamais avec le conditionnel, il préfère le présent et les actes aux supputations. S.D.


Nadal : «Toujours incroyable»

Rafael Nadal, vainqueur du Masters 1000 de Rome : «Gagner à Rome est toujours incroyable. C'est un des moments les plus importants de ma carrière. C'est une grande suprise pour moi d'avoir remporté trois titres en trois semaines. Je n'ai jamais fait ça. C'est donc une bonne chose de savoir que je peux le faire. Désormais je totalise quinze Masters 1000, c'est beaucoup et j'aimerais faire encore mieux. J'adorerais atteindre le record d'Andre Agassi avec 17 titres. Mais j'ai 15 titres et je suis déjà heureux avec ça. Aujourd'hui, j'ai le sentiment d'avoir un peu mieux joué ici qu'à Monte-Carlo. Pourtant contre lui, le court est plus dangeureux ici qu'à Monaco. Parfois, c'était très difficile de contrôler la balle, cela vole beaucoup.»

Novak Djokovic, finaliste : «Quand j'avais besoin de rester un peu plus patient et de jouer les coups justes, j'ai commis des fautes directes à l'image des deuxième et troisième points du tie-break. Cela arrive parfois sur cette surface quand c'est serré et dans les moments importants, il a juste mieux surmonté la pression que moi. C'est pourquoi il est le meilleur joueur du monde actuellement. Il a eu un pourcentage de premières balles plus élevé qu'à Monte-Carlo. Je ne pouvais donc pas lui mettre autant de pression que je le voulais sur son service. Il a très bien servi et se déplace toujours aussi bien. Tu es toujours obligé de réaliser quelque chose d'extraordinaire contre Nadal pour gagner, spécialement sur cette surface. Dans l'ensemble, j'ai vraiment bien joué lors des trois derniers Masters 1000 et je suis satisfait de mon état de forme en ce moment. Je vais essayer de rester en former physiquement parce que cela va être très important dans les deux prochains mois.»
# 03/05/2009 à 23:45 Nico
LOL MDR, petit bug pour l'article ci-dessus, le nom de l'auteur n'est pas "2" mais c bien moi Nico lol, ce n'était pas voulu, désolé !
# 04/05/2009 à 00:12 cath
merçi NICO pour ces résumés ;

tu as raison , il nous faut etre respectueux de FED , comme de tous joueurs et de toutes joueuses :
tres sincerement , je respecte RODGEUR et son tennis incroyable ; sans oublier son élégançe ;
la petite histoire que j'ai raconté plus haut ne vient meme pas du net : je l'ai trouvé toute seule !!
- je l'ai franchement plus écris comme une satyre ( j'aime l'humour sous toutes ses formes ; bien sur , pas les horreurs racistes par exemple ) ; comme une satyre donc , car je suis frappée par le contraste étonnant entre les interviews de RODGEUR ....et ce qui se passe sur le court ;
" l'humour est la politesse du désespoir "
et écrire ce petit texte est pour moi une façon d'évacuer ce coté despérant de voir le joueur suisse s'enliser dans je ne sais quoi ....

cela dit, comme je le pense et comme je l'ai mis dans le theme entierement onsacré à FED .....je le crois capable de tout.... et notamment de revenir !!!

que penses tu de tout cela NICO ?????
# 04/05/2009 à 00:25 Nico
C cool Cath, pas de pb, l'humour est une qualité c clair...et dans ce cas c super cool !

VAMOS !!!
# 04/05/2009 à 10:17 Florence
Nico avant d'écrire ton texte n'aurais-tu pas déjà trop fêter la victoire de Nadal par hasard ????
Tu dois comprendre les conneries des 2 fans de Nadal.
Moi je ne suis pas comme Cath, je pense que ROFFEUR devrait se retirer sur la pointe des pieds. au fait Justine n'a pas attendu aussi longtemps, quand elle a vu qu'elle se faisait battre, elle est partie mais toujours n°1 mondiale.
Ici il s'accroche et dégringole...
Moi je ne l'ai jamais aimé car il est trop prétentieux.
Au fait, c'est au champagne ou au bourgogne que tu as fêté cette dernière victoire ???????
# 04/05/2009 à 16:42 Nico
Hello à tous, lol Florence, c'est pas une blague alors l'humour belge !?!?!
# 04/05/2009 à 16:48 Florence
Je suppose Nico que tu parles d'humour à cause de ROFFLEUR au lieu de ROGGEUR, bah ce n'était que la touche à côté.
Je t'avais posé une question à laquelle tu n'as pas répondu : serais-tu reporter sportif.
Tous ces beaux résumés et Cath qui essaye de t'aider ou de faire mieux ???? là je me sens toute petite.
Je devrais trouver un Doddy Al Fayet riche et joueur de tennis, il m'expliquerait. Qu'en penses tu ?
# 05/05/2009 à 00:22 Nico
Si si je t'avais répondu Florence que je n'étais responsable que d'une petite partie de toutes ces lignes, tu sais avec la passion du sport ça aide !
Sinon, je ne suis pas sûr qu'un personnage riche, qui plus est joueur de tennis, "Doddy" ou pas Doddy", mdr puisse répondre à tes attentes...enfin, c'est toi qui voit lol !
VAMOS !!!
# 05/05/2009 à 09:22 Florence
Là je ne te suis pas. Un homme riche et beau de surcroit me conduirait sur tous les terrains et tournois de tennis et m'expliquerait quand vous parlez de balle liftée ou autre chose, pour moi c'est du petit négre mais je me dis que c'est le récultat qui compte.
Effectivement avec la passion ( et depuis combien d'année en plus ) celà aide, moi je ne suis passionnée ( lol ) que depuis Juju et Nadal mais avec ce dernier je suis tellement époustouffée. Ce sera un des plus grands champions et je pense même qu'il fera mieux que Federer
Bonjour à vous tous, ici il pleut pour ne pas changer.
# 05/05/2009 à 10:00 Nico
Hello à tous, hello Florence ! En effet, Florence, à chacun ses idéaux !

Ici, il fait beau, comme sur la planète Rafa qui va "souffler" quelque peu avant d'attaquer Madrid la semaine prochaine !

VAMOS !!!

# 05/05/2009 à 11:28 Florence
Hello Nico salut à tous
Tu sais Nico ce n'est pas facile de tout apprendre sur le tas comme on dit en Belgique.
J'ai quand même encore une autre passion, ce sont les chevaux. Je pense que les chiens et les chevaux font bon ménage.
Donc Nadal commence Madrid la semaine prochaine, je pense qu'il mettra encore un point d'honneur à gagner Vamos RAFA
à bientôt Nico
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site