ROME 2014

Auteur  
# 16/05/2014 à 08:24 Nico
Gilles Simon a fait vaciller Rafael Nadal

Pour son premier match à Rome, le double tenant du titre Rafael Nadal (n°1) a tremblé avant de se défaire de Gilles Simon, mercredi, au terme d'une bataille d'une grande intensité (7-6 [1], 6-7 [4], 6-2 en 3h18').

Rafael Nadal vient de pousser un grand "ouf" de soulagement. Alors qu'il s'était offert une première balle de match en fin de deuxième set, le Majorquin a dû attendre 3 heures et 18 minutes de combat pour lever les bras au ciel. La faute à Gilles Simon, qui a joué sa carte "chance" à fond. Double tenant du titre au Foro Italico, le numéro 1 mondial restait sur une finale victorieuse mais contrastée à Madrid contre Kei Nishikori, qui l'avait bien bousculé (en tête 6-2, 4-2) avant de devoir jeter l'éponge pour des douleurs dorsales, dimanche.

Si le Français n'est pas le joueur le plus en forme du moment (3 victoires sur terre battue en 2014, dont une sur abandon, qualifications mises à part), il a eu le mérite de mettre le doigt sur les faiblesses actuelles de l'Espagnol : des frappes qui ne sortent pas franchement de sa raquette, entraînant des balles courtes sur lesquelles il s'en est donné à coeur joie, en coup droit comme en revers (50 points gagnants au total). Mais aussi ses difficultés à "tuer" le match. Dans le premier set, quand Nadal a perdu son break d'avance pour être poussé au jeu décisif. Et dans le deuxième, donc, quand il n'a pas su conclure.

Dans l'ultime manche, s'il a rapidement pris les devants (2-0), il a de nouveau laissé Simon y croire (2-2). Avant d'aligner quatre jeux de rang. Au métier. A l'habitude. Qualifié pour les huitièmes de finale, où il retrouvera Mikhail Youzhny (n°14), il a assuré l'essentiel. Mais n'a pas rassuré. Et Roland-Garros débute dans onze jours.
lequipe.fr

REACTION

Nadal : «J'ai souffert»

Rafael Nadal, qualifié pour les huitièmes de finale après sa victoire sur Gilles Simon (7-6(1), 6-7(4), 6-2) : «C'était dur pour moi dans ce deuxième set parce que j'avais le match sous contrôle en menant 3-0 puis 3-1 40-15. Alors le perdre en ayant eu en plus balle de match où j'ai commis une énorme erreur en retour de service... J'ai souffert mentalement pendant toute la rencontre parce que j'étais devant au score, que je ne jouais pas mal - pas fantastique mais pas mal - et pourtant je ne cessais de perdre tous ces avantage. Je suis fier aujourd'hui parce que j'étais prêt à jouer ce troisième set sans aucune anxiété. Ces dernières semaines quand je gâchais des occasions, je me sentais très nerveux.

Là j'ai été capable de voir ce que j'avais à faire et j'ai joué un grand troisième set. Après 2h30 et tous ses rebondissements, être capable de jouer comme ça à la fin est une très bonne nouvelle. Gilles a très bien joué, a sorti vraiment des coups incroyabes quand il était derrière au score, surtout le long de la ligne avec son coup droit. Et puis le rebond était plus bas, il y avait un peu de vent donc pour moi c'était dur de mettre de l'effet dans la balle. Mais vraiment ce troisième set a été celui qui pour le moment compte le plus dans ma saison sur terre battue.»
C.B.
# 16/05/2014 à 08:27 Nico
Rafael Nadal a encore souffert

Mené un set et un break par Mikhaïl Youzhny (n°14) jeudi, Rafael Nadal s'en est finalement sorti (6-7 [4], 6-2, 6-1) et a décroché son billet pour les quarts de finale du Masters 1000 de Rome. Il y retrouvera Andy Murray (n°7).

Rafael Nadal ne rassure toujours pas. Malmené par Gilles Simon la veille, en nocturne, le Majorquin a mis du temps à trouver la bonne carburation, en plein jour, contre Mikhaïl Youzhny, qui ne lui avait jamais pris une manches en trois confrontations sur terre battue (dont deux à Rome). Mené un set et un break (7-6 [4], 2-0), le double tenant du titre s'est alors réveillé, alignant... six jeux de rang pour revenir à hauteur (6-2). Et même 11 pour compter une marge bien confortable dans la dernière ligne droite (5-0). Si le Russe sauvait l'honneur, l'affaire était entendue.

Nadal retrouvera en quarts de finale Andy Murray (n°7), vainqueur (7-6 [1], 6-4) de Jürgen Melzer. Si les deux hommes ne se sont plus affrontés depuis la finale de Tokyo, remportée en 2011 par l'Ecossais, c'est l'Espagnol qui mène 4-0 dans leur face-à-face sur ocre.
lequipe.fr

REACTION

Nadal : «Il va falloir vous habituer»

Rafael Nadal (ESP/n°1), qualifié pour les quarts de finale aux dépens de Mikhail Youzhny (RUS) 6-7(4), 6-2, 6-1 : «Vous n'êtes pas habitués à me voir souffir lors des premiers tours ? Alors il va falloir vous y faire. Avec les années qui passent c'est logique, ça fait partir de la carrière de tous les joueurs. C'est vrai que je ne souffrirai pas autant si j'étais capable de gagner au moins une fois mon service quand je sers pour le set, mais on dirait que c'est difficile. Et vraiment c'était une erreur car après le match long d'hier je ne voulais pas être encore longtemps sur le court mais c'est comme ça. J'ai eu la bonne réaction car à un moment c'était vraiment dur. J'ai été plus solide ensuite. Je vais devoir mieux jouer face à Andy Murray, sinon je passerai le week-end à Manacor.»
C.B.
# 17/05/2014 à 00:07 Nico
Nadal renverse Murray

Bousculé par Andy Murray, Rafael Nadal a retourné la situation à son avantage pour éliminer le Britannique (1-6, 6-3, 7-5) en quart de finale à Rome. L’Espagnol retrouvera Grigor Dimitrov en demi-finale.
lequipe.fr
# 17/05/2014 à 23:50 Nico
Nadal expéditif contre Dimitrov

Malmené la veille par Andy Murray, Rafael Nadal n'a pas tremblé en demi-finale du tournoi de Rome. Le numéro un mondial s'est imposé en deux sets (6-2, 6-2) et 1h22 de jeu face à Grigor Dimitrov, auteur de 32 fautes directes. Dimanche, contre Novak Djokovic, "Rafa" tentera de décrocher un nouveau trophée après son sacre à Madrid, et à une semaine de Roland-Garros. L'Espagnol et le Serbe se partagent les neuf derniers titres dans la capitale italienne.
lequipe.fr
# 19/05/2014 à 23:34 Nico
Djokovic s'offre Nadal

Novak Djokovic a remporté pour la troisième fois de sa carrière le Masters 1000 de Rome. Malgré la perte du premier set, le Serbe s'est imposé dimanche face à Rafael Nadal (4-6, 6-3, 6-3), qui était double tenant du titre.

Quatre. Cela fait désormais quatre victoires de suite pour Novak Djokovic face à Rafael Nadal (4-6, 6-3, 6-3). Titré dimanche à Rome pour la troisième fois (après 2008 et 2011), le n°2 mondial confirme qu'il a retrouvé le plan anti-Nadal depuis la fin de la saison passée. Sur un central du Foro Italico qui a hurlé des ''Nole !'', ''Nole !'' à pleins poumons en fin de match, le Serbe a étalé toutes les raisons qui font qu'en ce moment c'est lui qui a l'avantage.

Après un mauvais début de match et alors que ''Rafa'' poursuivait la montée en puissance aperçue depuis le quart face à Andy Murray, Djokovic a mis en route : une qualité de retour inégalée sur le circuit, que ce soit sur première ou deuxième balle, un revers qui neutralise totalement le coup droit de l'Espagnol et donc une grande partie de son jeu et, surtout peut-être aujourd'hui, un coup droit pris tellement tôt et expédié avec une telle précision qu'il enfonce Rafa en décroisé, croisé et en contre-pied. Face au plus grand défi qui soit sur terre battue, Djokovic a rendu presque simple tactiquement le fait de battre l'ogre de l'ocre.

Djokovic, kryptonite de Nadal

Evidemment, Rome ne sera pas Paris. Evidemment Djokovic est battable par Nadal, à l'image de sa nervosité du début du match mais aussi du break perdu dans le troisième set alors qu'il avait les totalement les commandes. Et il n'expédiera peut-être pas tous les jours 46 coups gagnant sur trois sets. Tout de même, avec le retour de Marian Vajda aux côtés de Boris Becker, on a retrouvé un Djoker terriblement serein et déterminé. Alors qu'il chassera à Paris le seul Majeur qui lui manque, il est sans doute dans les meilleures dispositions possibles désormais. On n'est pas en 2011 mais pour la première fois depuis 2004, Rafael Nadal vient de perdre trois matches sur terre battue. Il continue de détenir des records stratosphériques sur la surface et s'est quand même bien remis à l'endroit cette semaine. Son coup droit claque bien mieux et ses intentions sont bien plus offensives. Malheureusement pour lui, Djokovic - qui revient à 19-22 dans leurs duels - a lui aussi retrouvé la voie après cette frayeur au poignet et il a furieusement l'allure de la kryptonite qu'il était pour le jeu du Matador en 2011. Paris s'annonce explosif !
C.B.


REACTIONS


Nadal : «Il me manquait de l'énergie»

Battu en finale du Masters 1000 de Rome dont il était double tenant du titre, dimanche, face à Novak Djokovic (4-6, 6-3, 6-3), Rafael Nadal explique avoir eu «trop de mal dans [ses] reprises d'appuis» et avoir manqué de physique pour lutter.

Rafael Nadal, battu en finale du Masters 1000 de Rome par Djokovic : «Pourquoi j'ai du mal à battre Djokovic ? Tout le monde a du mal à le battre, il n'y a pas que moi. C'est un des meilleurs joueurs du monde, voilà pourquoi. Aujourd'hui ce n'était pas plus spécial que d'habitude. J'ai bien joué pendant un moment, j'ai eu mes chances mais je sentais qu'il me manquait cette énergie supplémentaire pour le forcer à jouer une balle de plus, pour mieux résister quand il m'agressait. Mes jambes n'ont pas répondu jusqu'au bout, et puis il retourne tellement bien... Tu finis à peine de servir et la balle est déjà revenu dans tes pieds ou ailleurs alors si tu ne réagis pas assez vite... Je l'ai trop laissé prendre l'initiative à l'échange, et quand il a la main dès le premier coup, c'est compliqué. J'ai aussi eu trop de mal dans mes reprises d'appuis, donc j'étais en retard. Oui, j'aurais pu mieux jouer mais je suis tout de même fier de ma semaine. Je suis dans un bien meilleur état aujourd'hui qu'il y a une semaine, et mes chances à Roland-Garros aussi. Je vais retourner à l'entraînement, je vais travailler afin d'être prêt face à lui la prochaine fois. On verra quand ce sera (sourire).»
C.B.

Djokovic, le «défi ultime»

Victorieux de son premier affrontement de la saison sur terre battue face à Rafael Nadal, dimanche, en finale du Masters 1000 de rome, Novak Djokovic est satisfait d'avoir réussi son «défi.»

Novak Djokovic, victorieux du Masters 1000 de Rome au détriment de Nadal : «Cette victoire me donne beaucoup de confiance. Gagner contre Rafa dans une finale sur sa surface favorite est le défi ultime et va me ‘’booster’’. Il y a eu beaucoup de points très physiques et ça fait partie de notre rivalité. Je sais donc que je peux tenir le bras de fer même si la seule façon de s’imposer contre lui est d’être agressif. J'espère continuer comme ça à Roland-Garros (...) Plus de la moitié de ma région est touchée par les inondations, tellement de gens ont perdu leurs maisons... Je leur dédie cette victoire.»
C. B.
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site