TORONTO 2010

Auteur  
# 09/08/2010 à 14:32 Nico
Voici le retour des Masters 1000 avec Toronto au menu de cette semaine !


PROGRAMME DE LUNDI

Court central

(A partir de 17h00)


Sergiy Stakhovsky (UKR) - Richard Gasquet (FRA): 0-1
Gilles Simon (FRA) - Mikhail Youzhny (RUS/n°12): 0-5
Michael Russell (USA) - Sam Querrey (USA/n°16): 0-2
(Pas avant 01h30)
Jurgen Melzer (AUT/n°13) - Peter Polansky (CAN): 0-0


Grandstand

(A partir de 17h00)


Victor Hanescu (ROU) - Milos Raonic (CAN): 0-0
Tommy Robredo (ESP) -Jarkko Nieminen (FIN): 5-1
Feliciano Lopez (ESP) - Thiemo de Bakker (HOL): 0-0
Ernests Gulbis (LET) - Thomaz Bellucci (BRE): 0-0
Nicolas Almagro (ESP) - Illya Marchenko (UKR): 0-0


Court n°1

(A partir de 17h00)


Juan Ignacio Chela (ARG) - Alejandro Falla (COL): 0-1
Denis Istomin (OUZ) - Julien Benneteau (FRA): 0-0


Court n°3

(A partir de 18h00)


Leonardo Mayer (ARG) - Kevin Anderson (AFS): 1-0
Alexandr Dolgopolov (UKR) - Phillipp Petzschner (ALL):0-0


Nadal: Djokovic ravi de son duo

Novak Djokovic s'est déclaré ravi de son association avec l'Espagnol Rafael Nadal en double au Masters 1000 de Toronto, sur laquelle il mise pour s'améliorer dans cet exercice et assouvir ses prétentions en Coupe Davis.

"Je ne pouvais refuser cette chance de jouer avec lui (Nadal)", a déclaré dimanche le N.2 mondial serbe à propos de son futur partenaire qui règne sur le tennis masculin. "Ce sera un honneur de jouer avec Rafa. J'en suis heureux d'autant plus que c'est aussi une page d'histoire du tennis", a-t-il poursuivi.

En effet, selon l'ATP, les N.1 et 2 mondiaux n'ont pas joué ensemble en double depuis que les Américains Jimmy Connors et Arthur Ashe s'étaient associés il y a 34 ans.
# 10/08/2010 à 13:12 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Anderson - Mayer 7-6(7/2),6-4
Benneteau - Istomin 6-4,6-4
Hanescu - Raonic 6-4,6-4
Polansky - Melzer 7-6(8/6),6-4
Chela - Falla 6-0,6-3
Almagro - Marchenko 7-5,5-7,6-4
Youzhny - Simon 6-4,6-4
Stakhovsky - Gasquet 7-5,6-1
Gulbis - Belluci 6-1,6-4
Robredo - Nieminen 6-1,6-4
de Bakker - López 7-6(7/2),6-3


Défaite de Nadal-Djokovic

Rafael Nadal et Novak Djokovic, associés en double à Toronto, ont été éliminés lundi soir dès le premier tour du tournoi. Ils ont été battus au terme d'un match marathon par la paire canadienne composée de Vasek Pospisil et Milos Raonic (5-7, 6-3, 10-8). L'association d'un duo entre les deux meilleurs joueurs mondiaux au classement ATP ne s'était plus vue depuis 1976 et le couple Jimmy Connors-Arthur Ashe. Les deux vedettes pourront se consoler en simple, où Djokovic affrontera le Français Benneteau et Nadal sera opposé au Suisse Stanislas Wawrinka ou au Canadien Frank Dancevic.


PROGRAMME DE MARDI

Court central - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Tomas Berdych (RTC/n°7) - Sergiy Stakhovsky (UKR): 0-0
David Ferrer (ESP/n°10) - David Nalbandian (ARG): 6-3
Ernests Gulbis (LET) - Robin Soderling (SUE)

Pas avant 19h30 (01h30 en France)

Juan Ignacio Chela (ARG) - Roger Federer (SUI/n°3): 0-4
Frank Dancevic (CAN) - Stanislas Wawrinka (SUI): 0-1


Grandstand - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Marin Cilic (CRO/n°11) - Viktor Troicki (SER): 4-0
Marcos Baghdatis (CHY) - Jérémy Chardy (FRA): 0-1

Pas avant 17 heures (23h00 en France)

Fernando Gonzalez (CHL) - Gaël Monfils (FRA/n°15): 0-2
Eduardo Schwank (ARG) - Fernando Verdasco (ESP/n°9): 0-0


Court n°1 - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Fabio Fognini (ITA) - Radek Stepanek (RTC): 0-0
Pierre-Ludovic Duclos (CAN) - Yen-Hsun Lu (TAI): 0-0
Janko Tipsarevic (SER) - Philipp Kohlschreiber (ALL): 0-0
Michael Russell (USA) - Sam Querrey (USA/n°16): 0-2


Court n°3 - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Alexandr Dolgopolov (UKR) - Philipp Petzschner (ALL): 0-0
Xavier Malisse (BEL) - Michael Berrer (ALL): 2-0

Pas avant 15 heures (21h00 en France)

Michaël Llodra (FRA) - Santiago Giraldo (COL): 0-1
# 11/08/2010 à 11:15 Nico
RESULTATS DE MARDI

Querrey - Russell 3-6,6-1,6-4
Wawrinka - Dancevic 6-1,6-4
Verdasco - Schwank 6-0,5-7,6-2
Chardy - Baghdatis 7-5,2-6,7-6(7/4)
Fognini - Štepánek 6-2,6-4
Llodra - Giraldo 7-6(8/6),7-5
Dolgopolov - Petzschner 1-6,6-2,7-6(7/4)
Nalbandian - Ferrer 7-5,3-6,6-3
Monfils - Devvarman 7-6(7/3),6-3
Malisse - Berrer 7-6(7/2),6-2
Lu - Duclos 6-4,6-4
Kohlschreiber - Tipsarevic 2-2
Troicki - Cilic 6-4,7-6(7/2)

Federer - Chela 7-6(9/7),6-3
Berdych - Stakhovsky 6-2,6-4
Söderling - Gulbis 4-6,6-4,6-4


Rafa jouera dans le nuit de mercredi à jeudi à 1H30 (heure française) contre Wawrinka :

VAMOS !!!

# 11/08/2010 à 23:56 Nico
PROGRAMME DE MERCREDI

Court central - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Peter Polansky CAN) - Victor Hanescu (ROU): 0-0
Julien Benneteau (FRA) - Novak Djokovic (SER/n°2): 1-3
Andy Murray (GBR/n°4) - Xavier Malisse (BEL): 1-0

Pas avant 19h30 (01h30 en France)

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Stanislas Wawrinka (SUI): 5-0



Grandstand - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Nikolay Davydenko (RUS/n°6) - Fabio Fognini (ITA): 1-1
David Nalbandian (ARG) - Tommy Robredo (ESP): 5-2
Thiemo de Bakker (HOL) - Gaël Monfils (FRA/n°15): 0-1
Jérémy Chardy (FRA) - Fernando Verdasco (ESP/n°9): 1-0
Yen Hsun Lu (TAI) - Paul-Henri Mathieu (FRA): 0-0


Court n°1 - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Alexandr Dolgopolov (UKR) - Mikhail Youzhny (RUS/n°12): 0-0
Nicolas Almagro (ESP/n°14) - Michaël Llodra (FRA): 0-1
Viktor Troiki (SER) - Philipp Kohlschreiber (ALL): 1-0
Kevin Anderson (AFS) - Sam Querrey (USA/n°16): 0-3
# 12/08/2010 à 13:28 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Djokovic - Benneteau 7-5,7-5
Hanescu - Polansky 6-4,7-6(7/4)
Chardy - Verdasco 6-7(7/9),7-6(7/5),6-2
Davydenko - Fognini 7-5,6-1
Llodra - Almagro 7-6(7/5),6-2
Dolgopolov - Youzhny 1-6,7-6(7/4),7-5
Nalbandian - Robredo 6-3,6-0
Monfils - de Bakker 7-5,6-3
Murray - Malisse 7-5,6-2
Lu - Mathieu 3-6,7-6(7/3),7-6(7/5)
Kohlschreiber - Troicki 6-4,3-6,6-0
Anderson - Querrey 7-6(7/4),4-6,6-4
Nadal - Wawrinka 7-6(14/12),6-3


Nadal en rodage


Pour son premier match depuis son sacre à Wimbledon, Rafael Nadal a eu toutes les peines du monde à rentrer dans son tournoi de Toronto. Après un début de match très accroché, il a finalement réussi à se qualifier pour les huitièmes de finale en battant le Suisse Stanislas Wawrinka (7-6 [12], 6-3). Dans le premier set, l'Espagnol a bataillé pendant une heure trente deux pour l'emporter au tie-break, 14 points à 12. C'était le tie-break le plus long de la carrière du numéro 1 mondial.

Une fois le premier set passé, les choses se sont plus facilement déroulées pour Nadal, vainqueur 6-3 de la deuxième manche. Au prochain tour, il affrontera le qualifié sud-africain Kevin Anderson.
lequipe.fr


PROGRAMME DE JEUDI

Court central - A partir de 11 heures (17 heures en France)

David Nalbandian (ARG) - Robin Söderling (SUE) : 5-1

Pas avant 13 heures (19 heures en France)

Michaël Llodra (FRA) - Roger Federer (SUI) : 0-0
Andy Murray (GBR) - Gaël Monfils (FRA) : 2-1

Pas avant 19h30 (1h30 en France)

Rafael Nadal (ESP) - Kevin Anderson (AFS) 0-0

Un double


Grandstand - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Tomas Berdych (RTC) - Alexandr Dolgopolov (UKR) : 0-0
Nikolay Davydenko (RUS) - Jérémy Chardy (FRA) : 1-0
Philipp Kohlschreiber (ALL) - Yen-Hsun Lu (TAI) 0-0

Pas avant 17 heures (23 heures en France)

Victor Hanescu (ROU) - Novak Djokovic (SER) : 0-4
Un double
# 13/08/2010 à 12:23 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Djokovic - Hanescu 6-3,6-4

Chardy - Davydenko 6-3,6-2

Federer - Llodra 7-6(7/2),6-3

Berdych - Dolgopolov 6-3,6-7(5/7),6-4

Nalbandian - Söderling 4-6,6-4,6-1

Murray - Monfils 6-2,0-6,6-3

Kohlschreiber - Lu 6-7(5/7),7-5,6-0

Nadal - Anderson 6-2, 7-6 (8/6)


Nadal en quarts

Rafal Nadal s'est qualifié dans la nuit de jeudi à vendredi pour les quarts de finale du tournoi de Toronto en battant le Sud-Africain Kevin Anderson (6-2, 7-6 [6]). Facile dans le premier set, le numéro 1 mondial n'a commis que 4 fautes directes et remporté les quatre derniers jeux pour boucler la manche en 38 minutes. Détaché 4 jeux à 2 dans le deuxième set, Nadal a perdu son break d'avance et vu revenir sur lui le qualifié qui avait fait tomber Sam Querrey au tour précédent. Direction le tie-break. Un exercice bouclé par l'Espagnol sur sa deuxième balle de match.

Après une première rencontre difficile contre Stanislas Wawrinka, Nadal s'est montré plus en jambes pour son deuxième match depuis sa victoire à Wimbledon. Avec la qualification de l'Espagnol, les 4 premières têtes de séries de ce tournoi de Toronto seront présentes en quarts de finale. Le numéro 1 mondial y retrouvera l'Allemand Philip Kohlschreiber.
lequipe.fr


PROGRAMME DE VENDREDI


Court central - A partir de 11 heures (17 heures en France)

Un double

Pas avant 13 heures (19 heures en France)

Andy Murray (GBR) - David Nalbandian (ARG) : 0-2

Pas avant 14h30 (20h30 en France)

Rafael Nadal (ESP) - Philipp Kohlschreiber (ALL) : 6-0


Pas avant 19 heures (01h00 en France)


Tomas Berdych (RTC) - Roger Federer (SUI) : 3-8

Jérémy Chardy (FRA) - Novak Djokovic (SER) : 0-4
# 14/08/2010 à 11:13 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Djokovic - Chardy 6-2,6-3

Federer - Berdych 6-3,5-7,7-6(7/5)

Nadal - Kohlschreiber 3-6,6-3,6-4

Murray - Nalbandian 6-2,6-2


Nadal rejoint Murray


Rafael Nadal s'est qualifié, vendredi à Toronto, pour les demi-finales de l'Open du Canada, aux dépens de l'Allemand Philipp Kohlschreiber (3-6, 6-3, 6-4) en deux heures pile de jeu. Il retrouvera en demi-finale le tenant du titre, Andy Murray, impressionnant plus tôt dans la journée contre David Nalbandian.

Auteur d'un début de rencontre inquiétant qui valait à son adversaire de remporter les trois premiers jeux de la partie, le numéro un mondial a éprouvé les plus grandes peines à se défaire du joueur germanique. Il lui a fallu un break dans le deuxième set et un autre au septième jeu du troisième pour mettre à la raison le 37e joueur mondial. Ce sera la neuvième fois que l'Espagnol atteint le dernier carré d'un tournoi cette saison. Mais, au vu des efforts fournis contre Kohlschreiber, la rencontre qui l'attend contre Murray ne s'annonce pas simple
lequipe.fr


PROGRAMME DE SAMEDI

Court central - A partir de 15 heures (21 heures en France)

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Andy Murray (GBR/n°4): 8-3


Pas avant 19 heures (01h00 en France)

Roger Federer (SUI/n°3) - Novak Djokovic (SER/n°2): 9-5
# 15/08/2010 à 16:44 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Murray terrasse Nadal

Ce n'est pas une victoire à la Pyrrhus mais un succès à la Nadal. Avec sa couverture de terrain hors du commun et son sens de la géométrie du court, Andy Murray a battu (6-3, 6-4 en 1h43') l'Espagnol à son propre jeu. Le tenant du titre a joué juste. Il a agressé le Majorquin sur ses secondes balles de service et provoqué les fautes en variant parfaitement les effets et les trajectoires (23 points gagnants et 23 fautes directes).

Une victoire à la Nadal, c'est un succès au physique. Avec ses qualités athlétiques, sa capacité d'anticipation et de prises de balle précoces, le Britannique a privé de solutions et de temps son adversaire. Fait rarissime : Rafael Nadal a souvent surjoué ! Peu de joueurs peuvent se targuer de voir le numéro 1 mondial commettre autant d'erreurs (23 fautes directes pour 11 points gagnants). Plus puissant au service, Andy Murray a pu souffler avec des points gratuits à l'image de ses trois aces pour conclure le premier set (9 aces au total).

Murray, une victoire au physique et au mental


Une victoire à la Nadal, c'est aussi un succès au mental. Entre deux champions de cette dimension, c'est surtout une somme de petits détails. Le premier signe du destin se situe à 3-3 (30-40). Le deuxième service d'Andy Murray flirte avec la ligne, l'arbitre ne dit rien et Rafael Nadal joue le point qui s'achève par une faute en coup droit. Le sourcil relevé et la moue toujours expressive, l'Espagnol regarde la marque. Mais c'est trop tard, la balle est faute, le point est joué et perdu.

Le deuxième signe clignote à 6-3, 3-1 (40-40). Quand l'attaque du Britannique sort, le Majorquin souffle. Quand le 4e mondial cède son break à 3-2, Rafael Nadal saute comme un cabri. Quand l'Espagnol mène 4-3 et s'offre deux balles de break (15-40), Andy Murray grimace sans plus. Un joueur moyen pourrait se morfondre et se ressasser l'occasion manquée. Le Britannique enchaîne trois jeux d'affilée et prend l'engagement de son adversaire en alignant les fusées en retours. Puis il conclut par un service gagnant. Il peut serrer le point. Il assure sa 4e place mondiale au classement et surtout, il peut égaler Andre Agassi, dernier joueur à avoir réalisé le doublé au Canada. Derrière ses lunettes de soleil, maman Judy jubile.


Federer fait des heures sup'

Dans la loge, sa femme Mirka et Paul Annacone commencent à se faire du souci. Roger Federer n'a pas réussi à "tuer" le match et Novak Djokovic s'offre trois balles de break à 5-5 au troisième set. L'homme qui marchait sur l'eau lors de la première demi-heure pour mener (6-1, 2-0 et 0-30) a changé de visage. L'inquiétude perce sous le masque du Suisse. Comment ne pas penser aux occasions manquées (5/12 balles de break converties) ? Comment ne pas ressasser ce coup droit facile pour mener (0-40) à 6-1, 2-0 ? Comment occulter ses trois balles de 5-2 au troisième set ?

Prendre point par point vous disent les spécialistes. Sur le papier, c'est facile. Sur le court, c'est toute la différence entre un champion et un joueur lambda. Roger Federer se concentre alors sur ses forces. Son service lui vient en aide (11 aces, 59% de premières balles) et son bras lui permet de résister à la pression de plus en plus oppressante du Serbe. En deux heures, Novak Djokovic a bien changé. Le petit garçon perdu au polo jaune du début de match a grandi en deux heures et délivre des fusées en retours et en fond de court. Il joue de mieux en mieux et se régale dans le jeu en rythme.

Federer des hauts et des bas

Mais Novak Djokovic n'arrive pas à occulter ses erreurs. A 5-5 au troisième set, le jeu lui échappe, il regrette son erreur en revers sur une de ses trois balles de break et il fracasse sa raquette de frustration. Sur le jeu suivant, son coup droit le trahit et il termine sur une 48e faute directe. Il vient de perdre sa demi-finale et sa place de numéro 2 mondial au profit de Roger Federer. Le Suisse vient de gagner beaucoup plus qu'une demi-finale (6-1, 3-6, 7-5 en 2h22') et une 2e place mondiale, presque anecdotique pour lui. Il vient de remplir son réservoir de confiance en deux matches marathon.

Même un champion de sa trempe a besoin de victoires et en deux jours, il a fait le plein pour relancer la machine. Le recrutement de Paul Annacone était déjà un signe de sa motivation, sa première demi-heure avec ses coups droits gagnants, ses revers en demi-volée à une cadence infernale et ses retours bloqués sur des premières balles à 200 km/h ont prouvé son niveau de jeu. Même Rafael Nadal est venu jeter un oeil... Maintenant il doit tenir deux heures voire plus à ce rythme. Pour sa douzième confrontation avec Andy Murray (6-5 pour l'Ecossais), Roger Federer n'a pas le choix. Un champion ne perd jamais l'instinct du "tueur" même s'il peut l'égarer par intermittence.
S.D.


REACTIONS


Federer: "Un sacré combat"

Roger Federer était plutôt d'humeur badine après sa victoire en demi-finales face à Novak Djokovic, samedi soir. Rassuré sur son niveau de jeu cette semaine à Toronto, le Suisse évoque son match, la finale à venir, qu'il prédit compliquée, face à Andy Murray, Paul Annacone et l'avenir.

Comme contre Berdych, vous avez un peu tout connu face à Djokovic. Beaucoup de rebondissements et, au final, la victoire.

R.F. : Le plus important, c'est que je sens bien mon tennis. Surtout, j'arrive à très bien jouer dès le début du match, ce qui n'était pas toujours le cas cette saison. Ça, c'est très bon signe. Contre Berdych et contre Novak, j'ai produit du très bon tennis dès le début.


Le fait d'avoir joué presque trois heures la veille contre Berdych explique-t-il ce coup de moins bien face à Djokovic dans le deuxième set?

R.F. : Non, je ne crois pas. Le mérite revient à Nole. Il a mis le pied dans la porte au moment où j'allais la ferme et a dit "pas si vite". Il a fait l'effort mentalement et a sorti quelques grands coups. C'est plus sa faute que la mienne si le match a duré.


Etes-vous d'accord pour dire que vous n'avez pas aussi bien joué depuis l'Open d'Australie en janvier?

R.F. : Je crois avoir vraiment bien joué à Madrid. J'ai manqué un peu de réussite en fin de rencontre contre Rafa, mais j'avais bien joué lors des tours précédents. Oui, Madrid, c'était bien.


Quelqu'un a demandé à Djokovic ce qu'il vous avait dit à la fin du match. Il a répondu, "demandez le à Roger". Alors, que vous a-t-il dit?

R.F. (Rires) Il m'a dit que j'aurais dû gagner ce match bien plus tôt et que j'avais donc mérité la victoire. J'étais assez d'accord avec lui ! Mais peu importe, j'ai gagné, c'est l'essentiel. Battre des joueurs comme lui, Andy ou Rafa, c'est toujours gratifiant. Parfois, dans un tournoi, on aimerait avoir un parcours un peu plus dégagé mais c'est idiot car en réalité, ce qu'on veut, c'est jouer contre les meilleurs. On se rend meilleurs les uns les autres à travers nos confrontations.


Maintenant, vous allez retrouver Andy Murray en finale. Que vous inspire sa victoire face à Nadal?

R.F. : En fait, je n'ai pas vu grand chose du match, car j'étais en train de venir au stade et ensuite j'étais à l'échauffement. Mais à l'évidence, pour battre Rafa en deux sets comme ça, il a dû jouer du très bon tennis. Rafa n'est pas le genre à vous rendre le match facile, donc pour le dominer comme ça, Murray a dû être très costaud. Ça va être un sacré combat dimanche. J'espère juste que je ne serai pas trop fatigué par mes deux derniers matches.


Quelle sera la clé de cette finale?

R.F. : Comme toujours, face aux meilleurs, particulièrement face aux gars du Top 5, il ne faut pas avoir d'absence. Vous pouvez sortir du match 5 ou 10 minutes et, parfois, ça suffit pour vous coûter le match. Vous êtes à 5 partout dans le premier set, vous jouez mal pendant quelques minutes et vous vous retrouvez menés 7-5, 2-0. Il faut toujours obliger l'adversaire à vous battre, à venir chercher la victoire, ne pas lui donner. Si j'arrive à faire ça dimanche, je sais que j'aurais ma chance.


Curieusement, dans vos confrontations, Murray a d'abord eu nettement l'avantage (6-2) puis vous avez remporté vos trois dernières confrontations. Comment l'expliquez-vous?

R.F. : Sur ses premières victoires, les circonstances ne m'étaient pas favorables, comme quand il m'avait cueilli à froid au 1er tour à Dubai, je n'étais pas du tout prêt. Ensuite, il y a eu une période où il avait pris l'ascendant. Il m'a battu trois ou quatre fois de suite je crois, et il n'y avait rien à dire. C'est un grand joueur, vous savez. Je l'ai compris dès la première fois que je l'ai joué en finale à Bangkok. Mais les statistiques entre deux joueurs dépendent de beaucoup de choses, si vous jouez le gars plusieurs fois de suite sur sa surface favorite, si vous l'affrontez deux fois de suite alors que vous n'êtes pas du tout en forme. Il faut un peu de réussite aussi. Je n'ai pas davantage l'impression d'avoir le dessus sur lui aujourd'hui parce que j'ai remporté nos trois derniers matches.


Vous parliez de Bangkok. Justement, vous l'avez affronté trois fois en finale et à chaque fois vous l'avez emporté...

R.F. : Disons que quand je suis en finale, je suis moins vulnérable, ça veut dire que mon jeu est en place. C'est la même chose pour Andy, mais j'ai plus d'expérience que lui et en finale, ça compte. Mais une fois de plus, je sais que cette finale va être très, très difficile, surtout vu sa confiance après sa victoire contre Rafa.


Beaucoup de fans de tennis seront sans doute déçus de ne pas avoir une nouvelle finale entre vous et Nadal, non?

R.F. : A mon avis, en Ecosse, ils ne sont pas d'accord avec vous ! Allez dire ça aux fans d'Andy. Et je crois que mes fans se moquent de savoir qui je joue en finale. Ils sont juste contents que je sois là. Sincèrement, je n'ai rien ressenti de particulier parce que Rafa avait perdu. Je suis juste heureux d'être passé, tout comme Andy et maintenant, nous sommes tous les deux excités à l'idée de jouer cette finale. Andy a déjà battu plusieurs fois Rafa sur cette surface, y compris dans des tournois du Grand Chelem. Ce n'est donc pas non plus une surprise colossale. On savait que ça pouvait arriver, Rafa le premier. Ce ne sera pas plus simple dimanche parce que c'est Andy et pas Rafa en face de moi.


Parlez-nous un peu de votre relation avec Paul Annacone, votre nouveau coach. Comment la définiriez-vous?

R.F. : C'est très romantique. (rires) Non, plus sérieusement, je ne sais pas quoi dire. On ne dine pas aux chandelles tous les soirs. J'ai une femme, vous savez ! Ça se passe bien. On met les choses en place. On ne sait pas encore s'il viendra à Cincinnati. On en discute ensemble. On prend les choses semaine après semaine. Pour l'instant, tout se passe bien. C'est un mec bien.


Quelles victoires vous font encore rêver dans le tennis? Qu'aimeriez-vous accomplir dans ce sport?

R.F. : Gagner dimanche. Ça me rendrait tellement heureux, vous ne me croiriez même pas !


Vraiment, c'est tout?

R.F. : Il y a tellement de choses que je voudrais encore accomplir. Mais je n'ai pas un tableau sur lequel j'ai noté tout ça et où je coche des cases une fois que j'ai rempli un de ces objectifs. Si je continue de m'entrainer dur, et si je reste en bonne santé, j'ai encore quelques belles années devant moi pour y arriver. Mais si vous me demandez quel titre je choisirais si je n'avais plus qu'une seule victoire à choisir, je ne saurais vraiment pas quoi vous répondre. C'est pour ça que je plaisante à moitié en vous disant que, pour l'instant, gagner dimanche suffirait à mon bonheur.


Djokovic : "Pas le rythme"

Battu par Roger Federer en demi-finale du Masters de Toronto (6-1, 3-6, 7-5), Novak Djokovic ne se cherchait pas d'excuse au moment d'expliquer sa défaite.

"Je n'ai pas trouvé le bon rythme. Après une demi-heure de jeu, j'avais déjà perdu le premier set et il m'avait breaké. Mais je suis revenu et j'ai commencé à mieux sentir la balle. Globalement, ce n'est toutefois pas une bonne performance pour moi. Je n'ai pas réussi à bien servir quand il le fallait et j'ai commis trop de fautes directes lorsque je retournais. C'est un peu frustrant de ne pas avoir su saisir l'opportunité qui s'est offerte à moi en fin de match mais il était meilleur que moi aujourd'hui", a-t-il déclaré.
europsort.fr


Mononucléose pour Roddick

Après sa défaite contre Gilles Simon à Washington, Andy Roddick avait évoqué une grande fatigue puis avait décidé de déclarer forfait à Toronto. Après une série de tests sanguins, l'Américain a annoncé qu'il souffrirait d'une mononucléose depuis quelques mois.

«Je suis soulagé que l'on ait trouvé ce qui provoquait cela. Ce n'est pas quelque chose qui va me faire beaucoup de tort, ce n'est rien de très sérieux, souffle le Texan. Donc les médecins pensent que ça va maintenant. J'en suis presque débarrassé, si ce n'est totalement.» Le 11e mondial n'a pas donné de précision sur sa participation à Cincinnati, sur son traitement ou la durée de sa convalescence. Mais il a expliqué qu'il serait prêt pour disputer l'US Open fin août : «Le docteur m'a dit: "la bonne nouvelle c'est que vous êtes probablement prêt à reprendre. Soyez un peu prudent mais ça devrait aller". Ca a été un soulagement.»
lequipe.fr avec AFP)
# 16/08/2010 à 12:06 Nico
La Rogers Cup pour Andy

Très solide et rigoureux, Andy Murray conserve son titre au Canada en battant (7-5, 7-5 en 2h04') Roger Federer. Comme Andre Agassi en 1994 et 1995, l'Ecossais remporte la Rogers Cup.

Entre spécialistes de Wimbledon, Roger Federer et Andy Murray ne sont pas dépaysés. Ils regardent autant le ciel que la balle. La pluie joue l'invitée indésirable pendant toute la finale avec trois interruptions. En bon Ecossais, le 4e mondial reste imperturbable. Avec son jeu solide et rigoureux, il maîtrise tous les éléments météo et sportif. Pour les averses, il prend son mal en patience. Pour Roger Federer, il prend sa patience pour mettre à mal la fluidité adverse et s'imposer (7-5, 7-5) en 2h04' sur le court et 5 heures du début à la fin du match.

Pourtant, il perd son double break (3-0 puis 5-3) et voit la menace suisse se profiler. Mais il tient sa ligne de conduite, joue long et profond, pousse l'ancien numéro 1 mondial à la faute (31 fautes au total) et l'agresse sur chaque balle courte. Toujours aussi efficace à la relance et percutant en passings, il garde à distance son adversaire. Roger Federer joue davantage aux montagnes russes avec un départ très lent et une montée en puissance progressive. La régularité et la constance prévalent sur les fulgurances.

La constance bat la fulgurance

Revenu à un excellent niveau, le Suisse met pourtant la pression sur le Britannique. Mais Andy Murray a les épaules solides et la tête bien pleine. Il mène à chaque fois, son adversaire revient à chaque fois : 3-0 puis 5-3 au premier set, 2-1 break puis 3-2 break, 6-5 (30-40). Le trophée si concret tourne au mirage. Mais son dernier jeu le prouve : Andy Murray est un champion. A 7-5, 6-5 (30-40), il réussit un ace à 219 km/h extérieur, il enchaîne avec un ace à 225 km/h, son service le plus rapide du match, puis il conclut sur sa deuxième balle de match avec une attaque de coup droit croisé. Il peut jubiler.

Sa victoire ne doit rien au hasard. Cette semaine, il ne perd qu'un set contre Gaël Monfils et montre un niveau de jeu très impressionnant. Comme Andre Agassi en 1994 et 1995, il réalise le doublé au Canada. Toronto a délivré une nouvelle vérité : Andy Murray se positionne en favori de l'US Open et Roger Federer est bien de retour. Débarrassé de ses problèmes physiques et motivé comme jamais, le Suisse revient comme un jeune homme. Ce lundi, il remonte sur la 2e marche mondiale. Cela ne signifie pas grand-chose pour lui, mais cela veut dire beaucoup pour les autres... S.D.


MURRAY : «TRES BON POUR LA CONFIANCE»

« Gagner un tournoi est toujours quelque chose de grand. Mais c'est la première fois que je gagne en battant Roger et Rafa sans perdre un set dans le même tournoi. C'est probablement la chose qui me fait le plus plaisir. C'est très bon pour ma confiance dans les semaines à venir. Quand tu remportes un titre, c'est une joie incroyable. Cette victoire a d'autant plus de relief en raison des circonstances avec les interruptions et de la fin du match où je sauve une balle de break dans le dernier jeu. Cela aurait pu changer beaucoup de choses si je ne l'avais pas fait. Je suis très heureux, mais il est important de ne pas se reposer sur mes lauriers car de très gros tournois arrivent et je veux essayer de rester sur cette dynamique.»
lequipe.fr
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site