WIMBLEDON 2011

Auteur  
# 19/06/2011 à 12:32 Nico
La longue marche de Nadal

Le chemin jusqu'à la finale de Wimbledon ne sera pas un parcours de santé pour Rafael Nadal qui y défendra sa couronne. Une bonne nouvelle pour Novak Djokovic qui visera encore la place de N.1 à l'issue de la quinzaine : il lui suffit d'atteindre la finale ou d'attendre la défaite de l'Espagnol.

. PREMIER QUART de TABLEAU

La place de N.1 mondial de Rafael Nadal est clairement menacée. Si l'Espagnol a remporté deux fois Wimbledon, le Majorquin devra cravacher pour conserver son titre : comme à Paris, il devra ne pas perdre et, dans le même temps, espérer que Djokovic n'atteigne pas la finale. Avec deux premiers tours à sa portée, dont le premier face à l'Américain Michael Russell (91e mondial), il devrait avoir une marche un peu plus haute à monter au 3e tour face à Milos Raonic, jeune Canadien 26e mondial au gros service, qui pourrait faire souffrir le Majorquin sur gazon. S'avancerait ensuite l'Argentin Juan Martin Del Potro en huitièmes de finale, à moins que Gilles Simon ne bouscule la donne au 2e tour. En quarts de finale, Nadal pourrait croiser Tomas Berdych, son adversaire de la finale de l'an passé à Londres, face à qui il n'a toutefois plus perdu depuis 2006.

. Matches potentiels au 3e tour :

Rafael Nadal - Milos Raonic
Juan Martin Del Potro - Gilles Simon
Mardy Fish - Fernando Verdasco
Juan Ignacio Chela - Tomas Berdych


. DEUXIÈME QUART DE TABLEAU

Andy Murray sera, lui aussi, bien entouré. Le lauréat du Queen's et espoir principal du peuple britannique devrait débuter tranquillement sa quinzaine face à l'Espagnol Daniel Gimeno-Traver, 56e mondial. Son chemin devrait l'emmener au 3e tour vers Marin Cilic, qu'il aurait pu rencontrer en quarts de finale du Queen's si le Croate n'avait pas déclaré forfait pour un problème à la cheville. En huitièmes de finale, l'Ecossais pourrait faire face à Richard Gasquet qui a de grandes ambitions à Londres cette année si son physique tient. Le Biterrois, demi-finaliste en 2007, a eu quinze jours pour se remettre de son joli parcours à Paris et guérir sa hanche et sa cuisse, cause de son forfait pour le Queen's. Toujours à la recherche de sa première finale à Wimbledon, Murray aurait ensuite un quart de finale haut en couleurs face à Andy Roddick, triple finaliste ici ou à Gaël Monfils, toujours à l'affût.

. Matches potentiels au 3e tour :

Andy Murray - Marin Cilic
Richard Gasquet - Stanislas Wawrinka
Gaël Monfils - Janko Tipsarevic
Thomaz Bellucci - Andy Roddick


. TROISIÈME QUART DE TABLEAU


Des quatre premières têtes de série, Roger Federer est celui qui a le tableau le plus abordable. Le Suisse, qui a déclaré forfait à Halle pour se reposer, nourrit des ambitions très fortes à Londres où il vise un 7e sacre en neuf ans. Le Kazakh Mikhail Kukushkin (60e mondial) sera une formalité pour l'ex-N.1 mondial qui aura sans doute David Nalbandian, finaliste à Londres en 2002, sur son chemin au 3e tour. Mais l'Argentin, actuel 24e mondial, n'a plus joué un quart à Londres depuis l'édition 2005. On voit mal Mikhail Youzhny poser des problèmes à Federer en huitièmes de finale, le Russe n'ayant inscrit que deux sets en 10 rencontres face au Suisse. La route vers les demi-finales passerait enfin par une affiche face à Jo-Wilfried Tsonga, récent finaliste au Queen's. Mais le Français devra certainement dompter au 3e tour l'Ukrainien Aleksandr Dolgopolov, le 21e mondial qui l'a battu deux fois cette saison à Melbourne et Miami, puis vraisemblablement David Ferrer en huitièmes de finale. Contrairement au Français, l'Espagnol, N.6 mondial, n'a jamais atteint les quarts de finale à Londres dans sa carrière.

. Matches potentiels au 3e tour :

David Ferrer - Guillermo Garcia-Lopez
Jo-Wilfried Tsonga - Aleksandr Dolgopolov
Nicolas Almagro - Mikhail Youzhny
David Nalbandian - Roger Federer


. QUATRIÈME QUART DE TABLEAU

Novak Djokovic visera au moins la finale de Wimbledon. Sa première sur le gazon anglais. Pour lui, la donnée est simple : s'il l'atteint, la place de N.1 sera à lui, quelque soit le joueur en face de lui. Jérémy Chardy aura la lourde tâche de défier le Serbe dès le 1er tour. Le Palois aura au moins la "chance" de jouer face au N.2 mondial qui n'a joué qu'un seul match sur ces trois dernières semaines : la demi-finale de Roland-Garros perdue face à Roger Federer. S'il passe le Français, "Nole" pourrait viser au 3e tour le Chypriote Marcos Baghdatis, demi-finaliste à Rosmalen. Un autre Tricolore pourrait être son adversaire en huitièmes de finale en la personne de Michaël Llodra, si celui-ci passe enfin le cap du 2e tour à Londres. Le Parisien aurait ensuite une vieille connaissance face à lui, le Serbe Viktor Troicki. Djokovic devrait avoir son premier vrai test en quarts de finale face à Robin Söderling ou Jurgen Melzer, qui devraient croiser le fer en huitièmes.

. Matches potentiels au 3e tour :

Robin Söderling - Nikolay Davydenko
Florian Mayer - Jurgen Melzer
Viktor Troicki - Michaël Llodra
Marcos Baghdatis - Novak Djokovic

S.P.


Federer a récupéré

Blessé à l'aine la semaine dernière et contraint au forfait, Roger Federer estime avoir bien récupéré et se sent toujours aussi bien sur gazon.

A quoi rêve Roger Federer quand il pense à Wimbledon ? Au trophée. Evidemment. Il en a déjà six à la maison et un septième ne lui déplairait pas pour égaler Pete Sampras ou l'Anglais William Renshaw, vainqueur à sept reprises de 1881 à 1886 et en 1889. A Londres, le Suisse remonte le temps. « J'ai tapé pour la première fois lundi ici et après dix minutes, cela me paraissait naturel de jouer sur gazon. J'espère que cette sensation va payer tout au long du tournoi et me permettre de gagner», raconte samedi le Suisse en conférence de presse.

Au All England Club, le 3e mondial reste Sir Roger. Peu importe sa défaite en quart de l'an dernier contre Tomas Berdych ou sa blessure à l'aine provoquant son forfait à Halle, il est à la maison et se sent en forme. «Je me sens bien, j'ai bien récupéré, se réjouit Roger Federer qui doit affronter Kazakh Mikhail Kukushkin au premier tour. La semaine dernière était vitale pour bien récupérer de ma blessure à l'aine. J'ai l'impression d'être presque à 100% ce qui est bon signe pour Wimbledon. »

L'autre bon signe provient de Paris. A Roland-Garros sur une surface moins amicale, il a montré un niveau de jeu impressionnant, notamment contre Novak Djokovic en demi-finale. Et ses intentions de jeu avec une volonté constante d'agresser et de venir au filet plaident en sa faveur : «J'ai vraiment bien joué, notamment dans les moments clés. Ici à Wimbledon, je me sens encore plus confiant. Je pense être un meilleur joueur ici qu'à Paris, je m'attends donc à faire aussi bien, voire même mieux. »

Parmi les prétendants, il en voit quatre. Roger Federer estime qu'aujourd'hui, les quatre premiers mondiaux sont à l'aise sur la surface. Par le passé, certains grands joueurs ont connu une petite allergie au gazon. Actuellement, Rafael Nadal, Novak Djokovic, Andy Murray et Roger Federer maîtrisent le jeu sur herbe et chacun peut exprimer son style. Depuis dix ans et sa victoire contre Pete Sampras, il en a vu passer. Quand il parle, il faut l'écouter... Le carré d'as de Roland-Garros pourrait encore s'abattre.
S.D.


Djokovic, l'outsider

Novak Djokovic, qui peut devenir numéro 1 mondial après Wimbledon, rejette toute pression. «Vous pouvez considérer Roger Federer et Rafael Nadal comme les favoris» prévient-il légitimement.

On ne l'avait plus revu depuis sa défaite en demi-finales de Roland-Garros face à Roger Federer. Une défaite qui l'avait - momentanément - empêché de devenir numéro 1 mondial. De retour sur le devant de la scène - et devant la presse - au All England Club, le Serbe ne se cache pas. «C'était évidemment un match important, avec beaucoup d'enjeu, mais il y avait de l'autre côté du filet quelqu'un qui a mieux joué que moi. Pour cette raison, cela ne m'a pas pris beaucoup de temps pour récupérer. Je n'ai pas joué aussi bien que j'aurais pu, mais j'ai bien joué quand même. Il a simplement été meilleur. C'est dommage que cette défaite soit arrivée à ce moment-là, mais c'est le sport» a-t-il répété samedi.

Une défaite qui soulève une question pour le moins impromptue dans l'assistance : «Novak, comment comptez-vous vous y prendre pour étendre cette série de défaite(s) ?». Le numéro 2 mondial sourit. La jeune femme blonde n'est pas une journaliste comme les autres. Il s'agit de... Caroline Wozniacki, qui prétend travailler pour un "canard" monégasque, en référence au lieu de résidence des deux joueurs. «Je ne sais pas si vous avez entendu parler de Caroline Woniacki, lance-t-il alors. Elle gagne tellement de matches... Elle est devenue un modèle pour tous les joueurs masculins. Je songe donc à regarder certaines de ses rencontres pour m'en inspirer et tenter de briser cette série.»

Novak Djokovic retrouve son sérieux. En cas de succès final, il deviendrait numéro 1 mondial. Si Rafael Nadal, tenant du titre, s'incline avant la finale, il deviendrait aussi numéro 1 mondial. «Wimbledon est le tournoi le plus important du monde. Si je n'ai disputé aucun tournoi de préparation, j'ai joué beaucoup de matches d'entraînement avec différents partenaires et une exhibition à Stoke Park. Je crois que ce sera suffisant, d'autant que je me sens bien, physiquement comme mentalement. Je n'ai jamais aussi bien abordé ce tournoi» assure-t-il. Et sinon, cette place de numéro 1 mondial ? «Les Grands Chelems pompent plus d'énergie que les autres épreuves, reconnaît-il. Il y a un jour de repos entre les matches, la presse... Vous essayez d'éviter de penser à ce qui peut se passer autour du court.» Et sur le court, justement ? «Vous pouvez toujours placer Federer et Nadal comme favoris de Wimbledon. Ils ont connu beaucoup de succès sur herbe.» Bonne réponse, les deux hommes s'étant "partagé" les huit derniers titres. Caroline Wozniacki ou pas, Novak Djokovic ne se disperse pas. Jérémy Chardy, son premier adversaire, est prévenu.
J.G. (avec AFP)
# 19/06/2011 à 23:17 Nico
Une question de suprématie

Rafael Nadal - venu défendre son titre et sa place de n°1 mondial -, Novak Djokovic - futur roi ? - et Roger Federer - ancien maître des lieux - viennent cueillir bien plus que des lauriers au All England Club. Et Andy Murray veille.

Sacré en 2008 et 2010, absent en 2009, Rafael Nadal n'a plus perdu à Londres depuis sa finale contre Roger Federer, il y a quatre ans. Couronné, sans se montrer ultra-dominateur, sur "sa" terre battue de Roland-Garros, le Majorquin ne se voile pas la face. «Novak Djokovic mérite de devenir numéro 1 mondial et il va l'être» annonce-t-il dans L'Equipe Mag. Il le sera si l'Espagnol n'atteint pas la finale. Il le sera aussi s'il s'impose pour la première fois de sa vie au All England Club. Le Serbe, lui, préfère renvoyer la balle : «vous pouvez toujours placer Federer et Nadal comme favoris. Ils ont connu beaucoup de succès sur herbe.» Mais pas récemment.

Défait en quarts de finale du Queen's par Jo-Wilfried Tsonga au lendemain de son épopée parisienne, Rafael Nadal retrouve avec plaisir le Temple du tennis. «J'adore jouer sur gazon. Je suis excité d'être de retour, j'aime évoluer dans des stades historiques, comme celui-ci. J'ouvre le tournoi sur le Central : c'est un rêve. Essayer de vivre ces moments, c'est une source d'inspiration» assure-t-il. «Novak, Roger, Andy et moi jouons bien. Novak réalise une saison fantastique, Roger a joué merveilleusement bien à Paris et Andy s'est imposé au Queen's. C'est très indécis».

Forfait à Halle pour une blessure à l'aine, Roger Federer se présente avec - évidemment - le CV le plus garni de tous les prétendants (6 titres, 1 finale en 12 participations). Un nouveau succès lui permettrait d'égaler le record de Pete Sampras - sacré à sept reprises - et de faire taire encore un peu plus les mauvaises langues, qui s'étaient déjà bien calmées après sa démonstration face à Novak Djokovic, à Paris. «Je n'avais pas nécessairement besoin de me prouver quelque chose. Je sais que je peux battre Novak sur n'importe quelle surface. A Wimbledon, je me sens encore plus confiant, je pense être meilleur qu'à Roland-Garros. Je m'attends donc à bien me comporter ici, peut-être même mieux que là-bas» annonce le Suisse, qui pourrait retrouver le Serbe en... demi-finales.

Andy Murray, enfin, ne pouvait espérer meilleure préparation. Une cheville droite qui lui laisse un peu de répit - «j'ai pu m'entraîner sans le moindre problème, tout va bien», un titre au Queen's... L'Ecossais doit toujours composer avec la même problématique : un soutien qui peut devenir paralysant. Mais le numéro 4 mondial a peut-être trouvé la solution... «Je devrais demander conseil à Li Na». Le casting est prometteur. Le "Big Four" semble prêt pour un remake en langue anglaise. Le titre est déjà tout trouvé.
J.G.


PROGRAMME DE LUNDI

Comme le veut la tradition, le tenant du titre Rafael Nadal ouvre le bal face à Michael Russell. Côté français, Monfils, Gasquet, Roger-Vasselin, Simon, Cornet, Benneteau, De Schepper, Parmentier, Clément et Foretz-Gacon sont en lice.

Court central - A partir de 13h (14h en France)

Rafael Nadal (ESP) - Michael Russell (USA) : 0-0
Francesca Schiavone (ITA) - Jelena Dokic (AUS) : 0-3
Andy Murray (GBR) - Daniel Gimeno-Traver (ESP) : 1-0

Court n°1 - A partir de 13h (14h en France)

Alison Riske (USA) - Vera Zvonareva (RUS) : 0-0
Filippo Volandri (ITA) - Tomas Berdych (RTC) : 2-3
Andreas Beck (ALL) - Andy Roddick (USA) : 0-0

Court n°2 - A partir de midi (13h en France)

Akgul Amanmuradova (OUZ) - Venus Williams (USA) : 0-0
Gaël Monfils (FRA) - Matthias Bachinger (ALL) : 0-0
Magdalena Rybarikova (SLQ) - Victoria Azarenka (BLR) : 0-0
Radek Stepanek (RTC) - Fernando Verdasco (ESP) : 3-2

Court n°3 - A partir de midi (13h en France)

Katie O'Brien (GBR) - Kimiko Date-Krumm (JAP) : 0-0
Potito Starace (ITA) - Stanislas Wawrinka (SUI) : 0-3
Ivan Ljubicic (CRO) - Marin Cilic (CRO) : 1-0
Jelena Jankovic (SER) - Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) : 0-1

Court n°4 - A partir de midi (13h en France)

Feliciano Lopez (ESP) - Michael Berrer (ALL) : 1-0
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Gilles Simon (FRA) : 0-0
Anastasia Pavlyuchenkova (RUS) - Lesia Tsurenko (UKR) : 0-0

Court n°5 - A partir de midi (13h en France)

Pablo Andujar (ESP) - Ryan Sweeting (USA) : 0-0
Kateryna Bondarenko (UKR) - Alizé Cornet (FRA) : 1-0
Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Aleksandra Wozniak (CAN) : 0-0
Irina Falconi (USA) - Stéphanie Dubois (CAN) : 1-1

Court n°6 - A partir de midi (13h en France)

Grega Zemlja (SLO) - Lukas Lacko (SLQ) : 0-1
Tobias Kamke (ALL) - Blaz Kavcic (SLO) : 0-2
Rebecca Marino (CAN) - Patricia Mayr-Achleitner (AUT) : 0-0

Court n°7 - A partir de midi (13h en France)

Elena Vesnina (RUS) - Laura Pous-Tio (ESP) : 0-0
Ruben Bemelmans (BEL) - Julien Benneteau (FRA) : 0-0
Sandra Zahlavova (RTC) - Iveta Benesova (RTC) : 0-0
Kai-Chen Chang (TAI) - Marina Erakovic (NZL) : 0-0

Court n°8 - A partir de midi (13h en France)

Shahar Peer (ISR) - Ksenia Pervak (RUS) : 0-0
Frederico Gil (POR) - Dudi Sela (ISR) : 0-0
Olivier Rochus (BEL) - Kenny De Schepper (FRA) : 0-0

Court n°9 - A partir de midi (13h en France)

Anastasia Pivovarova (RUS) - Anna Tatishvili (GEO) : 0-0
Igor Kunitsyn (RUS) - Igor Sijsling (HOL) : 0-0
Jaroslav Pospisil (RTC) - Victor Hanescu (ROU) : 0-0

Court n°10 - A partir de midi (13h en France)

Sorana Cirstea (ROU) - Pauline Parmentier (FRA) : 1-0
Martin Fischer (AUT) - Simone Bolelli (ITA) : 0-1
Monica Niculescu (ROU) - Sybille Bammer (AUT) : 0-1

Court n°12 - A partir de midi (13h en France)

Mardy Fish (USA) - Marcel Granollers (ESP) : 0-0
Shuai Zhang (CHN) - Svetlana Kuznetsova (RUS) : 0-1
Ivo Karlovic (CRO) - Janko Tipsarevic (SER) : 0-1
Naomi Broady (GBR) - Anne Keothavong (GBR) : 0-2

Court n°14 - A partir de midi (13h en France)

Fabio Fognini (ITA) - Milos Raonic (CAN) : 0-0
Christina McHale (USA) - Ekaterina Makarova (RUS) : 0-0
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Daniel Cox (GBR) : 0-0
Vera Dushevina (RUS) - Roberta Vinci (ITA) : 3-0

Court n°15 - A partir de midi (13h en France)

Philipp Kohlschreiber (ALL) - Denis Istomin (OUZ) : 0-1
Sara Errani (ITA) - Kaia Kanepi (EST) : 1-1
Arnaud Clément (FRA) - Lukasz Kubot (POL) : 0-1

Court n°16 - A partir de midi (13h en France)

Thomaz Bellucci (BRE) - Rainer Schuettler (ALL) : 0-0
Juan Ignacio Chela (ARG) - Marinko Matosevic (AUS) : 0-0
Vania King (USA) - Petra Martic (CRO) : 0-0

Court n°17 - A partir de midi (13h en France)

Donald Young (USA) - Alex Bogomolov Jr (USA) : 0-0
Ayumi Morita (JAP) - Tamira Paszek (AUT) : 0-0
Vesna Dolonts (RUS) - Nadia Petrova (RUS) : 0-0
Daniela Hantuchova (SLQ) - Vitalia Diatchenko (RUS) : 0-0

Court n°18 - A partir de midi (13h en France)

Yanina Wickmayer (BEL) - Varvara Lepchenko (USA) : 0-0
Richard Gasquet (FRA) - Santiago Giraldo (COL) : 1-0
Juan Martin Del Potro (ARG) - Flavio Cipolla (ITA) : 0-0
Stéphanie Foretz-Gacon (FRA) - Andrea Petkovic (ALL) : 0-0

Court n°19 - A partir de midi (13h en France)

Gilles Muller (LUX) - Tommy Haas (ALL) : 1-1
Jill Craybas (USA) - Alexandra Dulgheru (ROU) : 0-0
Robin Haase (HOL) - Pere Riba (ESP) : 1-0
# 21/06/2011 à 00:45 Nico
RESULTATS DE LUNDI


Ljubicic - Cilic 7-6(7/2),3-6,2-1
Kubot - Clément 5-4
Karlovic - Tipsarevic 1-0
Hanescu - Pospíšil 6-4,2-1
Del Potro - Cipolla 6-1,1-3
Roger-Vasselin - Simon 6-4,4-6,3-6,5-4
Haase - Riba 5-4
Chela - Matosevic 6-4,6-4,6-7(6/8),3-1
Kamke - Kavcic 6-3,7-6(7/4),1-5
Stakhovsky - Cox 6-2,0-1

Gasquet - Giraldo 7-5,6-3,7-6(7/3)
Kunitsyn - Sijsling 6-3,6-4,6-2
Bolelli - Fischer 7-5,6-4,6-4
Wawrinka - Starace 6-3,6-4,6-4
Monfils - Bachinger 6-4,7-6(7/3),6-3
Žemlja - Lacko 6-4,3-6,7-6(10/8),6-4
Schüttler - Bellucci 7-6(7/3),6-4,6-2
López - Berrer 6-4,7-5,6-3
Nadal - Russell 6-4,6-2,6-2
Sweeting - Andújar 3-6,4-6,6-1,7-6(7/1),6-1
Muller - Haas 7-6(7/5),7-6(7/3),3-6,6-3
Raonic - Gicquel 6-3,7-6(7/3),6-3
Sela - Gil 6-4,6-1,6-4
Fish - Granollers 7-6(7/3),7-6(7/5),6-4
Istomin - Kohlschreiber 4-6,6-3,6-3,6-3
Bogomolov Jr. - Young 7-5,4-6,6-3,6-1
Benneteau - Bemelmans 6-4,6-2,3-6,4-6,6-1
Berdych - Volandri 6-2,6-2,6-1
Murray - Gimeno 4-6,6-3,6-0,6-0


Nadal tranquille

Malgré un départ un peu timide, Rafael Nadal se qualifie aisément (6-4, 6-2, 6-2) aux dépens de Michael Russell. Pour la première fois, Rafael Nadal entre sur le Centre Court en tenant du titre. Contre Michael Russell, il doit défendre son bien. A Roland-Garros, il a évoqué ses doutes. Il a beau être numéro 1 mondial, il n'est pas imperméable aux émotions. Et cela se confirme à Wimbledon. Dans le temple du tennis, il connaît quelques retards à l'allumage et sa fébrilité se traduit par un break sur une double faute à 3-2 au premier set. Mais l'émotion n'est pas faiblesse chez le Majorquin. L'adversité le nourrit et il cherche toujours des solutions. Et il les trouve avec une qualification (6-4, 6-2, 6-2 en 1h58) pour le deuxième tour contre Ryan Sweeting, tombeur de Pablo Andujar.

Au fil du match, il prend progressivement ses repères face à un adversaire courageux mais sans coup fort. Son slice de revers se met en place, ses jambes moulinent plus vite, ses décalages de coup droit assomment son adversaire et sur un gazon très lent en raison de l'humidité, il domine les débats. Mené 4-2, il aligne six jeux d'affilée. Rafael Nadal ne lâche plus sa proie. A 33 ans, le 91e mondial se bat mais ne pèse pas très lourd en raison d'un évident manque de puissance. Le pseudo-suspense ne dure qu'une demi-heure avant le monologue de l'Espagnol.

Quand le numéro 1 mondial trouve ses marques, ses fautes directes se réduisent comme peau de chagrin (6 au premier set, 13 au total), ses variations au service (69% de premières balles) détruisent le jeu adverse et ses gifles de coup droit claquent (35 points gagnants). Libéré par son titre à Roland-Garros, il montre un niveau de jeu nettement supérieur à ses débuts Porte d'Auteuil. Bien sûr, Michael Russell n'est pas John Isner, mais l'Américain a proposé la parfaite réplique au tenant du titre pour se rassurer sur son jeu sur herbe.
S.D.


REACTION

NADAL : « UNE GRANDE EMOTION »

«C'était une grande émotion de jouer le premier sur ce fabuleux court. C'était excitant de voir le court dans cet état parfait. Je n'avais jamais joué au tennis sur un court aussi beau. Je suis content de ma façon de jouer, surtout aux deuxième et troisième sets. Il a commencé à jouer très bien, agressif. J'ai essayé de jouer trop vite au début, j'ai fait quelques fautes, surtout en revers, et il a fait le break. Après j'ai essayé d'allonger les échanges, de jouer un peu plus en slice de revers et de tenter ma chance en coup droit. J'ai joué à un haut niveau. J'ai fait beaucoup de points avec mon coup droit.»
(AFP)


Les matches reportés

Treize matches ont été annulés ce lundi en raison de la pluie :

Radek Stepanek - Fernando Verdasco
Jelena Jankovic - Maria Jose Martinez Sanchez
Naomi Broady - Anne Keothavong
Stéphanie Foretz Gacon - Andrea Petkovic
Anastasia Pavlyuchenkova - Lesia Tsurenko
Barbora Zahlavova Strycova - Aleksandra Wozniak
Rebecca Marino - Patricia Mayr-Achleitner
Kai-Chen Chang - Marina Erakovic
Irina Falconi - Stephanie Dubois
Vera Dushevina - Roberta Vinci
Vania King - Petra Martic
Vesna Dolonts - Nadia Petrova
Daniela Hantuchova - Vitalia Diatchenko


PROGRAMME DE MARDI

La journée de mardi s'annonce très chargée avec le report de nombreux matches de la veille. Roger Federer entre en lice et dix-sept Français sont en piste.

Centre Court - A partir de 13 heures (14 heures en France)

Aravane Rezaï (FRA) - Serena Williams (USA/n°7) : 0-1
Mikhail Kukushkin (KAZ) - Roger Federer (SUI/n°3) : 0-0
Jérémy Chardy (FRA) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 0-5

Court n°1 - A partir de 13 heures (14 heures en France)

Andreas Beck (ALL) - Andy Roddick (USA/n°8) : 0-0
Caroline Wozniacki (DAN/n°1) - Arantxa Parra Santonja (ESP) : 0-0
Robin Söderling (SUE/n°5) - Philipp Petzschner (ALL) : 2-0

Court n°2 - A partir de 12 heures (13 heures en France)


Radek Stepanek (RTC) - Fernando Verdasco (ESP/n°21) : 3-2
Magdalena Rybarikova (SLQ) - Victoria Azarenka (BLR/n°4) : 0-0
James Ward (GBR) - Michaël Llodra (FRA/n°19) : 0-0
Li Na (CHN/n°3) - Alla Kudryavtseva (RUS) : 1-0

Court n°3 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Jelena Jankovic (SER/n°15) - Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) : 0-1
Ivan Ljubicic (CRO) - Marin Cilic (CRO/n°27) : 7/6(2) 3/6 2/1
David Ferrer (ESP/n°7) - Benoit Paire (FRA) : 0-0
John Isner (USA) - Nicolas Mahut (FRA) : 1-1
Mathilde Johansson (FRA) - Heather Watson (GBR) : 0-0

Court n°12 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Naomi Broady (GBR) - Anne Keothavong (GBR)
Ivo Karlovic (CRO) - Janko Tipsarevic (SER/n° 23) : 1/0
Elena Baltacha (GBR) - Mona Barthel (ALL)
Kei Nishikori (JAP) - Lleyton Hewitt (AUS) : 0-0
Ana Ivanovic (SER/n°18) - Melanie Oudin (USA) : 1-0

Court n°18 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Stéphanie Foretz Gacon (FRA) - Andrea Petkovic (ALL/n°11) : 0-0
Juan Martin Del Potro (ARG/n°24) - Flavio Cipolla (ITA) : 6/1 1/3
Marcos Baghdatis (CYP/n°32) - James Blake (USA) : 1-0
Marion Bartoli (FRA/n°9) - Kristyna Pliskova (RTC) : 1-0

Court n°4 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/n°14) - Lesia Tsurenko (UKR) : 0-0
Edouard Roger-Vasselin (FRA) - Gilles Simon (FRA/n°15) : 6/4 4/6 3/6 5/4
Juan Monaco (ARG) - Mikhail Youzhny (RUS/n°18) : 1-0
Alejandro Falla (COL) - Jürgen Melzer (AUT/n°11) : 0-1
Olga Govortsova (BLR) - Agnieszka Radwanska (POL/n°13) : 0-1

Court n°5 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Barbora Zahlavova Strycova (RTC) - Aleksandra Wozniak (CAN)
Kateryna Bondarenko (UKR) - Alizé Cornet (FRA) : 7/5 0/0
Florian Mayer (ALL/n°20) - Daniel Evans (GBR)
Kevin Anderson (AFS) - Illya Marchenko (UKR)
Lourdes Dominguez Lino (ESP) - Romina Oprandi (ITA)

Court n°6 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Rebecca Marino (CAN) - Patricia Mayr-Achleitner (AUT)
Tobias Kamke (ALL) - Blaz Kavcic (SLO) : 6/3 7/6 [4] 1/5
Xavier Malisse (BEL) - Mischa Zverev (ALL)
Alexandr Dolgopolov (UKR/n°22) - Fernando Gonzalez (CHL) : 1-0
Kristina Barrois (ALL) - Petra Cetkovska (RTC)

Court n°7 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Kai-Chen Chang (TPE) - Marina Erakovic (NZL)
Sandra Zahlavova (RTC) - Iveta Benesova (RTC) : 2/1
Ricardo Mello (BRE) - Frank Dancevic (CAN)
Florent Serra (FRA) - Andreas Haider-Maurer (AUT) : 0-0
Jie Zheng (CHN) - Zuzana Ondraskova (RTC)

Court n°8 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Daniela Hantuchova (SLQ/n°25) - Vitalia Diatchenko (RUS)
Olivier Rochus (BEL) - Kenny De Schepper (FRA) : 0-0
Somdev Devvarman (IND) - Denis Gremelmayr (ALL)
Sabine Lisicki (ALL) - Anastasija Sevastova (LET)
Anastasia Rodionova (AUS) - Andrea Hlavackova (RTC)

Court n°9 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Sania Mirza (IND) - Virginie Razzano (FRA) : 0-1
Jaroslav Pospisil (RTC) - Victor Hanescu (ROU) : 4/6 1/2
Rik De Voest (AFS) - Ruben Ramirez Hidalgo (ESP)
Ivan Dodig (CRO) - Ryan Harrison (USA)
Coco Vandeweghe (USA) - Eleni Daniilidou (GRE)

Court n°10 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Irina Falconi (USA) - Stephanie Dubois (CAN)
Carlos Berlocq (ARG) - Karol Beck (SLQ)
Kirsten Flipkens (BEL) - Shuai Peng (CHN/n°20)
Grigor Dimitrov (BUL) - Cedrik-Marcel Stebe (ALL)
Lucie Safarova (RTC/n°31) - Lucie Hradecka (RTC)

Court n°11 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Simona Halep (ROU) - Bojana Jovanovski (SER)
Andrey Golubev (KAZ) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP/n°26)
Andreas Seppi (ITA) - Albert Montanes (ESP) : 0-1
Anastasiya Yakimova (BLR) - Sofia Arvidsson (SUE)
Alona Bondarenko (UKR) - Jarmila Gajdosova (AUS/n°27)

Court n°14 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Petra Kvitova (RTC/n°8) - Alexa Glatch (USA)
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Daniel Cox (GBR) : 6/2 0/1
Bernard Tomic (AUS) - Nikolay Davydenko (RUS/n°29) : 0-0
Samantha Stosur (AUS/n°10) - Melinda Czink (HON)
Klara Zakopalova (RTC) - Emily Webley-Smith (GBR)

Court n°15 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Vera Dushevina (RUS) - Roberta Vinci (ITA/n°29)
Arnaud Clément (FRA) - Lukasz Kubot (POL) : 4/5
Igor Andreev (RUS) - Teymuraz Gabashvili (RUS)
Ernests Gulbis (LET) - Dmitry Tursunov (RUS) : 1-1
Anabel Medina Garrigues (ESP) - Julia Goerges (ALL/n°16) : 2-1

Court n°16 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Vania King (USA) - Petra Martic (CRO)
Juan Ignacio Chela (ARG/n°25) - Marinko Matosevic (AUS) : 6/4 6/4 6/7 [6] 3/1
Viktor Troicki (SER/n°13) - Maximo Gonzalez (ARG)
Nicolas Almagro (ESP/n°16) - Jarkko Nieminen (FIN) : 2-1
Tamarine Tanasugarn (THA) - Yaroslava Shvedova (KAZ)

Court n°17 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Vesna Dolonts (RUS) - Nadia Petrova (RUS)
Ayumi Morita (JAP) - Tamira Paszek (AUT) : 7/5 3/6 0/2
Adrian Mannarino (FRA) - Conor Niland (IRL) : 0-0
Go Soeda (JAP) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°12) : 0-0
Misaki Doi (JAP) - Bethanie Mattek-Sands (USA/n°30)

Court n°19 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Tsvetana Pironkova (BUL/n°32) - Camila Giorgi (ITA)
Robin Haase (HOL) - Pere Riba (ESP)
Yen-Hsun Lu (TPE) - Tommy Robredo (ESP)
David Nalbandian (ARG/n°28) - Julian Reister (ALL) : 0-0
Maria Kirilenko (RUS/n°26) - Alberta Brianti (ITA)

Courts pas encore attribués

Matches pas avant 17 heures (18 heures en France)

Anna Chakvetadze (RUS) - Maria Sharapova (RUS/n°5)
Angelique Kerber (ALL) - Laura Robson (GBR)
Dominika Cibulkova (SLQ/n°24) - Mirjana Lucic (CRO)
Polona Hercog (SLV) - Johanna Larsson (SUE)
Evgeniya Rodina (RUS) - Chanelle Scheepers (AFS)
Irina-Camelia Begu (ROU) - Flavia Pennetta (ITA/n°21)
# 22/06/2011 à 00:07 Nico
RESULTATS DE MARDI

Ljubicic - Cilic 7-6(7/2),3-6,6-3,6-4
Kubot - Clément 6-4,6-2,3-6,5-7,6-4
Karlovic - Tipsarevic 7-5,3-1
Hanescu - Pospíšil 6-4,6-3,6-2
Roddick - Beck 6-4,7-6(8/6),6-3
Ferrer - Paire 6-4,6-4,6-4
Harrison - Dodig 7-6(7/5),6-0,7-5
Beck - Berlocq 4-6,7-6(8/6),4-6,6-2,6-4
García-López - Golubev 6-3,6-3,0-0
González - Dolgopolov 6-3,6-7(6/8),7-6(7/3),6-4
Voest - Ramírez Hidalgo 6-2,6-3,6-2
Dimitrov - Stebe 7-5,7-5,3-3
Tsonga - Soeda 6-3,7-6(7/4),6-2
Almagro - Nieminen 6-7(5/7),6-3,6-4,6-4
Isner - Mahut 7-6(7/4),6-2,7-6(8/6)
Devvarman - Gremelmayr 6-4,4-2
Youzhny - Mónaco 4-6,6-2,6-2,4-6,6-4
Nalbandian - Reister 7-5,6-2,6-3
Haider-Maurer - Serra 7-6(7/5),6-3,6-3
Mannarino - Niland 4-6,6-4,7-6(9/7),3-6,6-4
Federer - Kukushkin 7-6(7/2),6-4,6-2
Söderling - Petzschner 6-4,6-4,2-6,7-6(7/5)
Hewitt - Nishikori 6-1,7-6(7/4),6-7(7/9),6-3
Andreev - Gabashvili 6-4,7-6(7/5),6-7(4/7),4-6,6-3
Tomic - Davydenko 7-5,6-3,7-5
Mayer - Evans 7-6(7/5),7-6(7/1),3-6,6-4
Malisse - Zverev 6-2,6-3,6-2
Gulbis - Tursunov 3-6,6-3,5-5
Melzer - Falla 3-6,7-6(7/5),6-2,6-2
Troicki - González 3-6,6-0,7-6(7/3),6-3
Lu - Robredo 6-4,6-4,6-1
Mello - Dancevic 3-6,3-6,6-4,7-6(8/6),6-2
Llodra - Ward 6-3,7-6(7/4),6-3
Baghdatis - Blake 6-4,6-2,6-7(5/7),4-6,6-4
Seppi - Montañés 6-4,6-4,7-5
Anderson - Marchenko 6-7(5/7),7-6(9/7),6-4,3-5
Djokovic - Chardy 6-4,6-1,6-1
Del Potro - Cipolla 6-1,6-4,6-3
Rochus - De Schepper 6-7(6/8),3-6,6-3,6-1,6-4
Simon - Roger-Vasselin 4-6,6-4,6-3,7-6(7/3)
Haase - Riba 6-4,6-4,6-4
Verdasco - Štepánek 2-6,4-6,6-3,7-6(8/6),9-7
Chela - Matosevic 6-4,6-4,6-7(6/8),6-2
Kamke - Kavcic 6-3,7-6(7/4),5-7,6-1
Stakhovsky - Cox 6-2,6-4,6-4
# 22/06/2011 à 08:46 Nico
PROGRAMME DE MERCREDI

Parmi les six Français en lice mercredi, Gaël Monfils, Richard Gasquet et Gilles Simon rencontrent des adversaires à leur portée. Rafael Nadal affronte Ryan Sweeting.

Centre court -A partir de 13h00 (14h00 en France)

Kimiko Date-Krumm (JAP) - Venus Williams (USA/N.23) : 0-0
Rafael Nadal (ESP/N.1) - Ryan Sweeting (USA) : 2-0
Victor Hanescu (ROM) - Andy Roddick (USA/N.8) : 0-3

Court n°1 - A partir de 13h00 (14h00 en France)

Julien Benneteau (FRA) - Tomas Berdych (RTC/N.6) : 1-0
Andy Murray (GBR/N.4) - Tobias Kamke (ALL) : 0-0
Petra Kvitova (RTC/N.8) - Anne Keothavong (GBR) : 2-0

Court n°2 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Mardy Fish (USA/N.10) - Denis Istomin (OUZ) : 0-0
Elena Vesnina (RUS) - Vera Zvonareva (RUS/N.2) : 1-5
Juan Martin Del Potro (ARG/N.24) - Olivier Rochus (BEL) : 0-1
Alexandra Dulgheru (ROU) - Svetlana Kuznetsova (RUS/N.12)

Court n°3 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Mathilde Johansson (FRA) - Heather Watson (GBR) : 0-0
Gilles Muller (LUX) - Milos Raonic (CAN/n°31) : 0-0
Gaël Monfils (FRA/N.9) - Grega Zemlja (SLO) : 0-0
Francesca Schiavone (ITA) - Barbora Zahlavova Strycova (RTC) : 0-0

Court n°4 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Olga Govortsova (BLR) - Agnieszka Radwanska (POL/n°13) : 0-1
Sabine Lisicki (ALL) - Anastasija Sevastova (LET) : 0-0
Un double
Ksenia Pervak (RUS) - Pauline Parmentier (FRA) : 0-2

Court n°5 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Anabel Medina Garrigues (ESP) - Julia Goerges (ALL/n°16) : 2-1
Kevin Anderson (AFS) - Illya Marchenko (UKR) à finir (6-7(5) 7-6(7) 6-4 3-5) : 1-0

Court n°6 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Anastasia Rodionova (AUS) - Andrea Hlavackova (RTC) : 1-0

Court n°7 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Jie Zheng (CHN) - Zuzana Ondraskova (RTC) : 1-0

Court n°8 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Maria Jose Martinez Sanchez (ESP) - Monica Niculescu (ROU) : 0-0

Court n°9 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Kristina Barrois (ALL) - Petra Cetkovska (RTC) : 0-0

Court n°10 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Alona Bondarenko (UKR) - Jarmila Gajdosova (AUS/n°27) : 0-1
Grigor Dimitrov (BUL) - Cedrik-Marcel Stebe (ALL) à finir (7-5 7-5 3-3) : 1-0

Court n°11 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Evgeniya Rodina (RUS) - Chanelle Scheepers (AFS) : 0-0

Court n°12 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Richard Gasquet (FRA/N.17) - Igor Kunitsyn (RUS) : 0-0
Robin Haase (HOL) - Fernando Verdasco (ESP/N.21) : 0-0
Iveta Benesova (RTC) - Victoria Azarenka (BLR/N.4) : 0-1
Yanina Wickmayer (BEL/n°19) - Anna Tatishvili (GEO) : 1-0

Court n°14 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Misaki Doi (JAP) - Bethanie Mattek-Sands (USA/n°30) : 0-0
Juan Ignacio Chela (ARG/n°25) - Alex Bogomolov Jr (USA) : 0-0
Lukasz Kubot (POL) - Ivo karlovic (CRO) : 1-0
Anastasia Pavlyuchenkova (RUS/N.14) - Mirjana Lucic (CRO) : 0-1

Court n°15 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Dominika Cibulkova (SLQ/n°24) - Mirjana Lucic (CRO) : 0-0
Deux doubles
Kateryna Bondarenko (UKR) - Sara Errani (ITA) : 1-1

Court n°16 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Irina-Camelia Begu (ROU)- Flavia Pennetta (ITA/n°21) : 0-0
Deux doubles
Tamira Paszek (AUT) - Christina McHale (USA) : 1-0

Court n°17 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Tsvetana Pironkova (BUL/n°32) - Petra Martic (CRO) : 0-0
Rainer Schuettler (ALL) - Feliciano Lopez (ESP) : 0-7
Dudi Sela (ISR) - Gilles Simon (FRA/N.15) : 0-0
Rebecca Marino (CAN) - Roberta Vinci (ITA/n°29) : 0-0

Court n°18 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Simone Bolelli (ITA) - Stanislas Wawrinka (SUI/N.14) : 0-2
Ernests Gulbis (LET) - Dmitry Tursunov (RUS) à finir (3-6 6-3 5-5) : 1-1
Angelique Kerber (ALL) - Laura Robson (GBR) : 0-0
Sergiy Stakhovsky (UKR) - Ivan Ljubicic (CRO) : 1-2

Court n°19 - A partir de 12h00 (13h00 en France)

Polona Hercog (SLO) - Johanna Larsson (SUE) : 0-0

Courts à déterminer

Pas avant 17h30

Stéphanie Dubois (CAN) - Andrea Petkovic (ALL/N.11)
Daniela Hantuchova (SLQ/n°25) - Marina Erakovic (NZL)
# 23/06/2011 à 00:34 Nico
Nadal sur son "fairway"

Rafael Nadal s'est ressourcé en jouant au golf après le Queen's et s'est distrait en admirant Rory McIlroy à l'US Open. A Wimbledon, il lui reste un tour, le deuxième, face à Ryan Sweeting mercredi, avant que les choses sérieuses ne commencent. Raonic et Del Potro sont ensuite autant d'obstacles...

Rafael Nadal apprécie la nouvelle ère qui s'ouvre... dans le golf. Fan de Rory McIlroy, l'Irlandais vainqueur de l'US Open de golf qu'il a suivi en direct de Londres dimanche, Nadal est moins enthousiaste quand il s'agit d'évoquer la prise de pouvoir possible de Novak Djokovic à Londres. La moindre défaillance du N.1 mondial le fera glisser d'un rang dès la fin de Wimbledon.

Pression ? Bof. Nadal répète à qui veut l'entendre que la roue tourne. Après une semaine de repos à Manacor, quelques parcours de golf et un premier tour bien négocié contre l'Américain Michael Russell (6-4, 6-2, 6-2), le voila face à un autre compatriote de John Isner, Ryan Sweeting, moins dangereux a priori qu'un autre Ryan, Harrisson, valeur montante du tennis US.

Home Sweeting Home ?

"Il joue mieux que les autres. Vraiment, c'est fantastique de voir ce qu'il fait dans ce tournoi", s'est donc emballé le Majorquin en début de semaine à propos de Rory McIlroy. Emu de jouer en premier sur "le plus beau court du monde" lors du premier tour, Rafa a pourtant évité de faire des tartines sur ses principaux rivaux en conférence de presse : "Mon principal adversaire s'appelle Sweeting (23 ans et 69e mondial, ndlr)" Etc., les réponses toutes faites sont là pour répondre aux questions classiques.

Et les impatients qui n'attendent que les duels sans merci du "Big Four" actuel (Nadal, Djokovic, Federer, Murray) ont-il raison d'être impatients ? Non, car il reste trois noms, voire quatre, à citer avant de rayer tout un pan de tableau (le haut en l'occurrence) de la carte : Milos Raonic, Juan Martin Del Potro et Tomas Berdych. Andy Roddick devra battre Andy Murray pour exister cette année et cela semble compliqué. Les autres outsiders sont Français : Gasquet, Monfils, et Croates : Ljubicic et Karlovic.

Bientôt le grand test pour Raonic ?

Raonic progresse à pas de géant mais il n'a pas encore la fluidité de Pete Sampras. Ce dernier a fait un bel éloge du Canadien qui possède un tennis très similaire au sien, cela ne suffit pas encore pour en faire un épouvantail sur le chemin de Nadal. Les deux joueurs devraient se rencontrer au 3e tour. Et ce sera un des matches les plus importants de la carrière de Raonic. On en saura un peu plus sur le gaillard ce jour-là. Avant de devenir le premier "bunker" de Nadal, le Canadien doit battre Gilles Müller.

Del Potro ou Berdych sont ensuite des obstacles possibles au 4e trou, pardon, tour. L'Argentin semble un peu juste physiquement pour faire des folies sur gazon, ou les ajustements rapides sont nécessaires. C'est un obstacle à prendre à considération. Son service peut également lui donner suffisamment de points gratuits pour compenser. Tomas Berdych est clairement moins en forme que l'an passé où il avait dominé Roger Federer et Novak Djokovic, mais revenir sur un tournoi qui vous a souri peut stimuler. A surveiller.

Pour Rafael Nadal, qui se concentre d'abord sur Sweeting, il est temps de vérifier si son "drive", pardon, son coup droit "lasso", fonctionne bien. L'objectif est de rester dans le par. Et pour Nadal, cela signifie, à la fin du tournoi, faire aussi bien que Björn Borg et réussir trois fois le doublé Roland-Garros-Wimbledon.
J.C.


RESULTATS DE MERCREDI

Dimitrov - Stebe 7-5,7-5,7-6(7/5)
Tursunov - Gulbis 6-3,3-6,7-6(14/12),7-6(7/1)
Anderson - Marchenko 6-7(5/7),7-6(9/7),6-4,4-6,6-1

Nadal - Sweeting 6-3,6-2,6-4
Muller - Raonic 2-3
Rochus - Del Potro 7-6(9/7),0-0
Simon - Sela 7-6(7/3),6-4,7-5
Fish - Istomin 7-6(8/6),6-4,6-4
Haase - Verdasco 6-3,6-4,4-6,6-2
Bogomolov Jr. - Chela 6-0,6-3,6-4
Berdych - Benneteau 6-1,6-4,6-2
Murray - Kamke 6-3,6-3,7-5
Ljubicic - Stakhovsky 6-4,6-4,6-2
Gasquet - Kunitsyn 6-1,6-4,6-4
Bolelli - Wawrinka 7-6(7/5),6-3,7-6(7/5)
Monfils - Žemlja 4-6,6-3,6-3,7-6(9/7)
Kubot - Karlovic 7-6(7/2),6-3,6-3
López - Schüttler 7-6(7/3),6-7(3/7),6-2,6-2
Roddick - Hanescu 6-4,6-3,6-4


Nadal tient à son bien

Solide, Rafael Nadal s'impose (6-3, 6-2, 6-4) contre Ryan Sweeting. Au troisième tour, il affrontera Gilles Muller.

«Quand je gagne ce tournoi, j'ai moins de pression pour le reste de la saison.» Juste après son titre à Roland-Garros, Rafael Nadal a prévenu. Le trophée des Mousquetaires lui enlève un gros poids. A Wimbledon, le Majorquin apparaît beaucoup plus serein. En deux tours, il a perdu quatorze jeux. Pour son deuxième match, le tarif affiche (6-3, 6-2, 6-4 en 1h37') pour Ryan Sweeting. Mais l'Américain a choisi de monter l'Everest en tongs en restant au fond de court lors des deux premiers sets. Résultat : trois breaks et aucune occasion.

Sous le centre court couvert, le numéro 1 mondial déroule avec ses décalages de coup droit, ses variations au service (70% de premières balles, 9 aces) et son slice de revers. Il ne rate rien (7 fautes directes au total, une seule dans le 2e set), balade son adversaire (38 points gagnants) et le pousse à forcer. En danger en permanence, le 69e mondial multiplie les erreurs (10 doubles fautes, 25 fautes directes) et ne trouve pas de failles. Alors Ryan Sweeting décide de venir au filet (13 points sur 24 montées, 10/17 au troisième set) pour casser le rythme infernal de l'Espagnol. Surpris, le tenant du titre perd son service à 6-3, 6-2, 2-1.

Mais Rafael Nadal trouve vite la réplique. Il accélère, met plus d'intensité dans ses frappes et n'hésite à venir poser quelques volées (22 points sur 27 montées) à l'image de la balle de match. Les doutes de Roland-Garros sont loin. Il enlève son tee-shirt sous les cris des Anglaises. Il rit de bon coeur et attend serein Gilles Müller qui a bénéficié de l'abandon à (3-2) de Milos Raonic, blessé à la cuisse sur une chute. Il a retrouvé sa confiance et garde son énergie avec des victoires expéditives. Le tenant du titre tient bien à son bien et enregistre sa 16e victoire d'affilée à Wimbledon.
S.D.


REACTION

NADAL : «UN PEU ETRANGE »

« Je pense avoir bien joué les deux premiers sets et au début du troisième. J'ai fait quelques erreurs ensuite et lui a réussi à s'accrocher. Le match est devenu dangereux mais globalement je suis satisfait de mon match. Lorsque le toit est fermé, j'ai l'impression que le court est un peu plus glissant, que les conditions sont plus humides. C'était un peu étrange. Les organisateurs m'ont dit qu'ils gardaient le toit fermé parce qu'ils attendaient une averse qui n'est jamais venue. Ca a été une bonne expérience, mais pour moi ce tournoi se joue à ciel ouvert. » (AFP)


PROGRAMME DE JEUDI

Le jeune Français Adrian Mannarino aura le redoutable honneur de défier Roger Federer, sextuple vainqueur du tournoi, sur le Central, jeudi lors de la quatrième journée de Wimbledon. Cinq autres Français seront sur les courts, dont Jo-Wilfried Tsonga, Michaël Llodra et Marion Bartoli.

. Court central - Dès 14h

Robin Soderling (SWE/N.5) - Lleyton Hewitt (AUS)
Na Li (CHN/N.3) - Sabine Lisicki (GER)
Adrian Mannarino (FRA) - Roger Federer (SUI/N.3)

. Court N.1 - Dès 14h

Kevin Anderson (RSA) - Novak Djokovic (SRB/N.2)
Grigor Dimitrov (BUL) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.12)
Laura Robson (GBR) - Maria Sharapova (RUS/N.5)

. Court N.2 - Dès 13h

Simona Halep (ROU) - Serena Williams (USA/N.7)
David Ferrer (ESP/N.7) - Ryan Harrison (USA)
Caroline Wozniacki (DEN/N.1) - Virginie Razzano (FRA)
Elena Baltacha (GBR) - Shuai Peng (CHN/N.20)

. Court N.3 - dès 13h

Francesca Schiavone (ITA/N.6) - Barbora Zahlavova Strycova (CZE)
Marcos Baghdatis (CYP/N.32) - Andreas Seppi (ITA)
Igor Andreev (RUS) - Bernard Tomic (AUS)
Marion Bartoli (FRA/N.9) - Lourdes Dominguez Lino (ESP)

. Court N.4 - Dès 13h

Kateryna Bondarenko (UKR) - Sara Errani (ITA)
Petra Cetkovska (TCH) - Agnieszka Radwanska (POL/N.13)
Melinda Czink (HON) - Ansatasia Yakimova (BLR)

. Court N.8 - Dès 13h

Karol Beck (SLQ) - Guillermo Garcia-Lopez (ESP/N.226)

. Court N.12 - Dès 13h

Ana Ivanovic (SRB/N.18) - Eleni Daniilidou (GRE)
David Nalbandian (ARG/N.28) - Andreas Haider-Maurer (AUT)
Dmitry Tursunov (RUS) - Jürgen Melzer (AUT/N.11)

. Court N.14 - Dès 13h

Yanina Wickmayer (BEL/N.19) - Anna Tatishvili (GEO)
Fernando Gonzalez (CHI) - Rik De Voest (RSA)
Somdev Devvarman (IND) - Mikhail Youzhny (RUS/N.18)

. Court N.15 - Dès 13h

Dominika Cibulkova (SL/N.24) - Polona Hercog (POL)
Maria Kirilenko (RUS/N.26) - Tamarina Tanasugarn (THA)

. Court N.16 - Dès 13h

Mathilde Johansson (FRA) - Julia Goerges (GER/N.16)
Jiz Zheng (CHN) - Misaki Doi (JAP)
Andrea Hlavackova (TCH) - Jarmila Gajdosava (AUS/N.27)

. Court N.17 - Dès 13h

Anastasia Pavlyucehnkova (RUS/N.14) - Nadia Petrova (RUS)
Florian Mayer (ALL) - Xavier Malisse (BEL)
Lucie Safarova (TCH/N.31) - Klara Zakopalova (TCH)

. COURT N.18 - Dès 13h


Alxandra Dulgheru (ROU) - Svetlana Kuznetsova (RUS/N.12)
Viktor Troicki (SER) - Yen-Hsun Lu (TAI)
Nicolas Almagro (ESP/N.16) - John Isner (USA)

. COURT N.19 - Dès 13h


Tamira Paszek (AUT) - Christina McHale (USA)
Ricardo Mello (BRE) - Michaël Llodra (FRA/N.19)
Evgeniya Rodina (RUS) - Flavia Pennetta (ITA/N.21)
# 23/06/2011 à 23:52 Nico
RESULTATS DE JEUDI

Ferrer - Harrison 6-7(6/8),6-1,4-6,4-2
Andreev - Tomic 6-4,7-5,3-6,0-0
Melzer - Tursunov 6-3,2-6,7-6(7/5),1-1

Del Potro - Rochus 6-7(7/9),6-1,6-0,6-4
Beck - García-López 7-6(7/5),6-4,3-6,6-
4
González - De Voest 6-4,6-4,6-4
Tsonga - Dimitrov 6-7(4/7),6-4,6-4,7-6(10/8)
Almagro - Isner 7-6(7/3),7-6(7/5),6-7(5/7),6-3
Youzhny - Devvarman 6-2,6-4,6-4
Nalbandian - Haider-Maurer 6-3,3-6,6-4,6-4
Federer - Mannarino 6-2,6-3,6-2
Söderling - Hewitt 6-7(5/7),3-6,7-5,6-4,6-4
Malisse - Mayer 1-6,6-3,6-2,6-2
Lu - Troicki 7-6(7/5),6-4,6-4
Llodra - Mello 6-2,4-6,6-2,6-3
Baghdatis - Seppi 6-4,7-6(7/4),7-5
Djokovic - Anderson 6-3,6-4*,6-2


Matches annulés

En raison de la pluie qui sévit depuis le milieu de l'après-midi, les organisateurs de Wimbledon ont été dans l'obligation de reporter de nombreux matches.
# 24/06/2011 à 09:00 Nico
PROGRAMME DE VENDREDI

Court central - A partir de 13 heures (14h HF)

Feliciano Lopez (ESP) - Andy Roddick (USA/n°8) 0-7
Daniela Hantuchova (SVK/n°25) - Victoria Azarenka (BLR/n°4) 2-0
Andy Murray (GBR/n°4) - Ivan Ljubicic (CRO) 3-3

Court n°1 - A partir de 13 heures (14h HF)

Laura Robson (GBR) - Maria Sharapova (RUS/n°5) 0-0
Maria José Martinez (USA) - Venus Williams (USA/n°23) 0-2
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Gilles Muller (LUX) 1-1

Court n°2 - A partir de 12 heures (13h HF)

Caroline Wozniacki (DAN/n°1) - Virginie Razzano (FRA) 4-0
David Ferrer (ESP/n°7) Ryan Harrison (USA) 68 6-7, 6-1, 4-6, 4-2
Tsvetana Pironkova (BUL/n°32) - Vera Zvonareva (RUS/n°.2) 1-1
Juan Martin Del Potro (ARG/n°24) - Gilles Simon (FRA/n°15) 1-1

Court n°3 - A partir de 12 heures (13h HF)

Marion Bartoli (FRA/n°9) - Lourdes Dominguez Lino (ESP) 0-1
Igor Andreev (RUS) - Bernard Tomic (AUS) 6-4, 7-5, 3-6
Gaël Monfils (FRA/n°9) - Lukasz Kubot (POL) 0-0

Court n°12 - A partir de 12 heures (13h HF)

Yanina Wickmayer (BEL/n°19) - Svetlana Kuznetsova (RUS/n°12) 0-2
Dmitry Tursunov (RUS) - Jurgen Melzer (AUT/n°11) 3-1
Francesca Schiavone (ITA/n°6) - Tamira Paszek (AUT) 2-2
Mardy Fish (USA/n°10) - Robin Haase (HOL) 1-0

Court n°14 - A partir de 12 heures (13h HF)

Nadia Petrova (RUS) - Kateryna Bondarenko (UKR) 1-1
Ksenia Pervak (RUS) - Andrea Petkovic (ALL/n°11) 0-0
Richard Gasquet (FRA/n°17) - Simone Bolelli (ITA) 3-0

Court n°18 - A partir de 12 heures (13h HF)


Elena Baltacha (GBR) - Shuai Peng (CHI/n°20) 0-1
Petra Kvitova (RTC/n°8) - Roberta Vinci (ITA/n°29) 0-0
Alex Bogomolov Jr. (USA) - Tomas Berdych (RTC/n°6) 0-0
# 25/06/2011 à 00:24 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Monfils - Kubot 3-6,6-3,3-3
Del Potro - Simon 7-6(10/8),2-4
Nadal - Muller 7-6(8/6),0-0
Berdych - Bogomolov Jr. 6-2,6-4,4-3

Ferrer - Harrison 6-7(6/8),6-1,4-6,6-3,6-2
Tomic - Andreev 4-6,5-7,6-3,6-4,6-1
Melzer - Tursunov 6-3,2-6,7-6(7/5),7-6(7/1)

Gasquet - Bolelli 6-3,6-2,6-4
Murray - Ljubicic 6-4,4-6,6-1,7-6(7/4)
López - Roddick 7-6(7/2),7-6(7/2),6-4



Les matches reportés

Les organisateurs de Wimbledon ont annoncé que tous les matches qui devaient encore se dérouler vendredi étaient d'ores et déjà reportés suite à la pluie qui devrait continuer de tomber toute la soirée.


Nalbandian et Gonzalez reviennent de l'enfer

Adversaires de Roger Federer et de Jo-Wilfried Tsonga samedi, au 3e tour de Wimbledon, David Nalbandian et Fernando Gonzalez reverdissent sur le gazon londonien. Après plusieurs mois de galère, l'Argentin et le Chilien semblent entrevoir le bout du tunnel.

. NALBANDIAN, UNE VIEILLE CONNAISSANCE

Une lésion à la hanche, une déchirure aux ischio-jambiers, puis une hernie inguinale. Depuis deux ans, David Nalbandian n'a pas été épargné par les pépins physiques. En 2009, après huit mois de repos forcé, l'Argentin avait dégringolé à la 117e place mondiale. Le revoilà aux portes du Top 20. Et au troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem. Pas n'importe lequel : en 2002, l'ancien N.3 mondial avait atteint la finale de Wimbledon. Samedi, il croisera la route du maître des lieux. Une vieille connaissance : Roger Federer, sextuple vainqueur du tournoi londonien. Il y a six ans, Nalbandian avait stoppé le Suisse, battu en finale du Masters, à ShanghaÏ (6-7, 6-7, 6-2, 6-1, 7-6) après vingt-quatre succès d'affilée sur le circuit ATP. "Cela n'a pas toujours était un plaisir de jouer contre Nalbandian, se remémore Federer. Il m'a beaucoup battu mais cela fait longtemps que je ne l'ai pas joué. C'était l'un des joueurs avec Marat Safin et Lleyton Hewitt que je connais depuis longtemps."

Samedi, les deux hommes croiseront le fer pour la dix-neuvième fois. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sera leur première confrontation sur gazon. Nalbandian n'a pas retrouvé toutes ses jambes. Logique : absent à Indian Wells, Miami, Monte-Carlo, Madrid, Rome et Roland-Garros, il n'a repris la compétition qu'il y a deux semaines, au Queen’s. Avec, à la clé, une défaite au troisième tour, face à Fernando Verdasco (7-5, 6-1). A Wimbledon, le natif de Cordoba a retrouvé des sensations. "Je suis agressif et que j’ai un bon pourcentage de réussite à la volée", se félicite-t-il. Résultat, l'Argentin n'a pas traîné face à l'Allemand Julian Reister (7-5, 6-2, 6-3). Il a en revanche eu besoin de quatre sets pour éliminer l'Autrichien Andreas Haider-Maurer (6-3, 3-6, 6-4, 6-4). Quatre sets ? Un de trop. Nalbandian n'a plus l'énergie pour les marathons des Grands Chelems. "Sept matches en cinq sets, c’est trop pour moi. Deux ou trois, c’est suffisant." Federer sait ce qu'il lui reste à faire.

. GONZALEZ "AU TOP"

Pendant de longs mois, il a traversé les courts comme un fantôme. Au point de chuter jusqu'au 478e rang mondial. A l'instar de Nalbandian, Fernando Gonzalez sort de deux saisons cauchemardesques. La dernière, le Chilien l'a conclue sur un lit d'hôpital. Opération à la hanche. Huit mois d'arrêt. Alors forcément, il savoure de jouer un troisième tour à Wimbledon. "De pouvoir jouer au tennis", tout simplement. "J’ai vécu deux années horribles pendant lesquelles je ne pouvais pas regarder un match à la télé. Ma place est sur le court, pas devant un écran. J’aime trop le tennis." En avril, "Gonzo" est revenu sur la pointe des pieds. Aujourd'hui, il avance à grandes enjambées. Jo-Wilfried Tsonga a quelques raisons d'appréhender son troisième tour. A Wimbledon - où il fut quart de finaliste en 2005 -, Gonzalez s'épanouit sur une surface "plus lente que par le passé et qui convient très bien à (son) jeu". L'ancien N.5 mondial se dit "physiquement au top". Et son coup droit surpuissant fait de nouveau des ravages. L'Ukrainien Alexandr Dolgopolov (6-3, 6-7, 7-6, 6-4) et le Sud-Africain Rik de Voest (6-4, 6-4, 6-4) peuvent en témoigner. Tsonga a du répondant. Il devra le prouver samedi.
G.B.


PROGRAMME DE SAMEDI

Court central - A partir de 13h00 (14h00 HF)

Caroline Wozniacki (DAN/n°1) - Jarmila Gajdosova (AUS/n°27) 2-0
David Nalbandian (ARG/n°28) - Roger Federer (SUI/n°3) 8-10
Marcos Baghdatis (CYP/n°32) - Novak Djokovic (SRB/n°2) 0-4

Court n°1 - A partir de 13h00 (14h00 HF)

Fin de Rafael Nadal (ESP/n°1) - Gilles Muller (LUX) 1-1
Maria Kirilenko (RUS/n°26) - Serena Williams (USA/n°7) 0-3
Robin Soderling (SUE/n°5) - Bernard Tomic (AUS) 0-0

Court n°2 - A partir de 12h00 (13h00 HF)

Klara Zakopalova (RTC) - Maria Sharapova (RUS/n°5) 1-0
Fin de Juan Martin Del Potro (ARG/n°24) - Gilles Simon (FRA/n°15) 1-1
Fernando Gonzalez (CHI) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°12) 1-0

Court n°3 - A partir de 12h00 (13h00 HF)

Dominika Cibulkova (SVK/n°24) - Julia Goerges (ALL/n°16) 0-0
Fin de Gaël Monfils (FRA/n°9) - Lukasz Kubot (POL) 0-0
David Ferrer (ESP/n°7) - Karol Beck (SLO) 2-0

Court n°12 - A partir de 12h00 (13h00 HF)

Marion Bartoli (FRA/n°9) - Flavia Pennetta (ITA/n°21) 2-1
Fin de Francesca Schiavone (ITA/n°6) - Tamira Paszek (AUT) 2-2
Xavier Malisse (BEL) - Juergen Melzer (AUT/n°11) 2-1

Court n°14 - A partir de 12h00 (13h00 HF)

Mardy Fish (USA/n°10) - Robin Haase (HOL) 1-0
Sabine Lisicki (ALL) - Misaki Doi (JAP) 0-0
Lu Yen-Hsun (TAI) - Michaël Llodra (FRA/n°19) 0-2

Court n°18 - A partir de 12h00 (13h00 HF)

Melinda Czink (HON) - Peng Shuai (CHN/n°20) 0-0
Fin d'Alexandre Bogomolov (USA) - Tomas Berdych (RTC/n°6) 0-0
Ana Ivanovic (SRB/n°18) - Petra Cetkovska (RTC) 1-0
Nicolas Almagro (ESP/n°16) - Mikhail Youzhny (RUS/n°18) 0-2
# 26/06/2011 à 00:22 Nico
RESULTATS DE SAMEDI

Kubot - Monfils 6-3,3-6,6-3,6-3
Del Potro - Simon 7-6(10/8),7-6(7/5),7-5
Nadal - Muller 7-6(8/6),7-6(7/5),6-0
Berdych - Bogomolov Jr. 6-2,6-4,6-3
Ferrer - Beck 6-4,6-3,6-3
Tsonga - González 6-3,6-4,6-3
Youzhny - Almagro 4-6,6-3,7-6(7/3),6-3
Federer - Nalbandian 6-4,6-2,6-4
Tomic - Söderling 6-1,6-4,7-5
Malisse - Melzer 7-6(7/5),6-3,6-0
Llodra - Lu 6-3,6-3,6-1
Djokovic - Baghdatis 6-4,4-6,6-3,6-4
Fish - Haase 6-3,6-7(5/7),6-2,1-1


Les patrons s'appliquent

Rafael Nadal et Roger Federer sont en deuxième semaine de Wimbledon sans avoir perdu le moindre set en trois matches, après leurs victoires samedi sur le Luxembourgeois Gilles Muller et l'Argentin David Nalbandian. Tout va bien pour les deux maitres des lieux.

Simples formalités pour Rafa et Rodgeur. L'Espagnol, interrompu la veille par la pluie après la première manche, dans laquelle il avait dû écarter deux balles de set, a conclu sans trop de difficultés 7-6 (8/6), 7-6 (7/5), 6-0 et prend ainsi sa revanche sur le Luxembourgeois Muller. En 2005, dans la foulée de son premier succès à Roland-Garros, l'Espagnol n'avait rien pu faire contre les aces de Muller. Si la première balle du gaucher luxembourgeois fait toujours mal (17 aces), Nadal est devenu un tout autre joueur sur gazon qu'à l'époque.

Le Majorquin a gagné pratiquement tous les échanges dépassant deux ou trois coups de raquette et n'a commis que trois fautes directes dans tout le match. "C'était très difficile dans les deux premiers sets. Je n'avais aucune occasion de faire le break. On sait que dans les tie-breaks tout peut arriver. Le challenge, c'était de jouer contre quelqu'un qui a un service fantastique. Au premier set, je n'ai gagné que trois points sur son service avant le tie-break. Tout se joue à deux points. J'ai été solide mentalement. Quand l'autre sert bien, on ne peut pas faire grand chose", a-t-il commenté.

Federer, service compris

Après avoir perdu les deux premières manches de justesse, Muller, 92e mondial, s'est effondré dans la dernière. En huitièmes de finale, le numéro un mondial et tenant du titre affrontera l'Argentin Juan Martin Del Potro. "Del Potro est un des meilleurs joueurs du monde, a rappelé Nadal. Il a eu une grosse blessure l'an dernier, mais il a le niveau du Top 5. Ca ne me plaît pas de jouer contre Del Potro en huitièmes, mais c'est comme ça." Reste que Nadal n'a pas de raison d'avoir peur. Il est toujours invaincu à Wimbledon depuis sa défaite en finale face à Roger Federer, en 2007.

Un Roger Federer qui a de son côté balayé Nalbandian en trois sets 6-4, 6-2, 6-4 et 1h46. L'Argentin était un des joueurs qui lui avaient posé le plus de problèmes dans le passé, l'ayant battu huit fois en dix-huit rencontres, notamment en finale du Masters en 2005. Les deux hommes ne s'étaient plus affrontés depuis trois ans. Cette fois-ci, il n'y a jamais eu de suspense tant la supériorité du N.3 mondial a été écrasante. Excellent au service (71% de premières, 14 aces), le Suisse a réussi cinq breaks contre un seul au Sud-Américain. "Je suis très content, c'était un bon match des deux côtés. Il a été offensif et moi aussi, il y a eu des fautes mais le niveau a été bon", a-t-il dit. Nalbandian a été gêné par de nombreuses blessures ces dernières années et ne figure qu'à la 23e place mondiale. En huitièmes de finale, Federer jouera contre l'Espagnol Nicolas Almagro ou le Russe Mikhaïl Youzhny.
L.V. avec AFP


PROGRAMME DE LUNDI

Court central - A partir de 13 heures (14 heures en France)

Andy Murray (GBR/n°4) - Richard Gasquet (FRA/n°17) : 2-2
Venus Williams (USA/n°23) - Tsvetana Pironkova (BUL/n°32) : 1-2
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Juan Martin Del Potro (ARG/n°24) : 5-3

Court n°1 - A partir de 13 heures (14 heures en France)

Marion Bartoli (FRAU/n°9) - Serena Williams (USA/n°7) : 0-2
Michael Llodra (FRAU/n°19) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 1-2
Mikhail Youzhny (RUS/n°18) - Roger Federer (SUI/n°3) : 0-10

Court n°2 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Shuai Peng (CHN/n°20) - Maria Sharapova (RUS/n°5) 1-2
Caroline Wozniacki (DAN/n°1) - Dominika Cibulkova (SLQ/n°24) 6-2
Mardy Fish (USA/n°10) - Tomas Berdych (RTC/n°6)

Court n°3 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Nadia Petrova (RUS) - Victoria Azarenka (BLR/n°4) 2-2
Lukasz Kubot (POL) - Feliciano Lopez (ESP) 0-1
David Ferrer (ESP/n°7) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°12) 1-0

Court n°12 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Sabine Lisicki (ALL) - Petra Cetkovska (RTC) 0-0
Petra Kvitova (RTC/n°8) -Yanina Wickmayer (BEL/n°9) 1-3

Court n°18 - A partir de 12 heures (13 heures en France)

Bernard Tomic (AUS) - Xavier Malisse (BEL) 0-1
# 28/06/2011 à 00:20 Nico
RESULTATS DE LUNDI

Nadal - Del Potro 7-6(8/6),3-6,7-6(7/4),6-4
Fish - Berdych 7-6(7/5),6-4,6-4
Murray - Gasquet 7-6(7/3),6-3,6-2
López - Kubot 3-6,6-7(5/7),7-6(9/7),7-5,7-5
Tsonga - Ferrer 6-3,6-4,7-6(7/1)
Federer - Youzhny 6-7(5/7),6-3,6-3,6-3
Tomic - Malisse 6-1,7-5,6-4
Djokovic - Llodra 6-3,6-3,6-3


Nadal au bord de la rupture

Malgré une alerte à son pied gauche, Rafael Nadal a remporté son 18e match de suite à Wimbledon face à Juan Martin Del Potro (7-6, 3-6, 7-6, 6-4). Au prochain tour, l'Espagnol et N.1 mondial affrontera l'Américain Mardy Fish, tombeur du finaliste 2010, Tomas Berdych. S'il parvient à jouer...

Rafael Nadal jouerait-il à se faire peur ? Non, le tenant du titre était au bord de l'abandon. Mais il a eu beau vaciller dans une superbe joute avec Juan Martin Del Potro, l'Espagnol est toujours debout. Le N.1 mondial, solidement accroché à son rang, a passé les huitièmes de finale de Wimbledon en battant l'Argentin en quatre sets 7-6 (8/6), 3-6, 7-6 (7/4), 6-4. Vainqueur à la tombée de la nuit de son 18e match de suite à Londres, le tenant du titre retrouvera l'Américain Mardy Fish, tête de série N.10, en quarts de finale mercredi. Mais non sans une nouvelle frayeur, physique encore une fois.

Nadal a dû sortir toute sa panoplie de parfait irréductible qui consistait à faire le dos rond sur les services de Del Potro pour profiter de la moindre petite faille au tie-break. Malgré cela, il n'a pas pu empêcher la perte du deuxième set, le premier qu'il perd depuis le début de la quinzaine. Le match a été d'une telle intensité que les deux joueurs ont dû faire appel au soigneur, Nadal pour un souci au pied gauche à la fin du premier set et l'Argentin pour une douleur à la hanche après une glissade inquiétante mais finalement sans gravité au milieu du troisième set. Au final, le Majorquin n'a réussi à prendre le service de son adversaire qu'à une seule reprise, au quatrième set, mais ce fut suffisant pour atteindre les quarts de finale.

Nadal inquiet pour son pied

Même s'il est parvenu à gagner, le Majorquin s'est montré en tout cas inquiet pour la suite de son tournoi après avoir senti une douleur "étrange et violente" au pied gauche. "Je ne connais pas encore la nature de ma blessure. Il faut que je passe une IRM pour en savoir davantage. Mais à un moment je n'étais pas certain de pouvoir terminer le match". "Heureux d'être passé" mais inquiet avant son quart de finale mercredi face à l'Américain Mardy Fish, l'Espagnol a commencé à ressentir une douleur sur l'extérieur et à l'arrière de son pied gauche au milieu du premier set. "A 6-5 c'est devenu terrible, j'avais l'impression de m'être cassé le pied, j'ai demandé à voir le soigneur et à ce moment-là je ne savais pas si je pouvais continuer."

Le soigneur du tournoi lui a alors posé un bandage qui a aidé Nadal à supporter la douleur. "Elle est restée pendant tout le match, surtout lorsque je prenais appui pour frapper en coup droit, mais avec le bandage ça m'a fait moins mal", a ajouté Nadal, qui a ensuite fortement condamné les cadences infernales auxquelles sont soumis les joueurs de tennis. Nadal aura la journée de mardi pour souffler et savoir de quel mal il souffre à nouveau. Mercredi, il évitera le finaliste 2010, Tomas Berdych. A sa place, Mardy Fish tentera de faire bonne figure, lui qui n'a pas battu le N.1 mondial lors de leurs cinq premières rencontres.

Alors qu'il vient de déclarer forfait pour le quart de finale de la Coupe Davis face aux Etats-Unis, du 8 au 10 juillet au Texas, Nadal s'en est ensuite pris à la Fédération internationale, coupable de ne pas aider les joueurs. "L'ITF ne veut rien entendre, rien changer, ni au calendrier, ni à la formule de la Coupe Davis. Ce n'est pas une bonne chose car souvent les meilleurs ne participent plus. A l'ITF, ils devraient voir ce qui se passe. Mais non, ils ne réfléchissent pas et se contentent d'empocher l'argent", a-t-il déploré. "Pour moi c'est difficile de ne pas défendre les couleurs de mon pays, a-t-il ajouté. Mais je ne peux pas être partout, être au top chaque semaine. Mon corps a besoin de repos. Là j'ai mal au pied, il y a quelques jours, c'était le genou, c'est trop ! Ce n'est plus possible, je n'ai plus 18 ans. Mais l'ITF s'en moque." La couronne de N.1 mondial semble de plus en plus lourde à porter.
S.P. avec AFP
# 29/06/2011 à 00:31 Nico
Nadal bon pour le service

Rafael Nadal a tenu à rassurer ses fans sur son compte Facebook. L'Espagnol, qui souffrait du pied gauche, a passé des examens qui n'ont révélé "aucune blessure". Il pourra continuer le tournoi de Wimbledon où il jouera face à l'Américain Mardy Fish en quart de finale mercredi.

Rafael Nadal respire mieux. Il avait quitté le Central le visage inquiet. Malgré sa victoire en huitième de finale face à Juan Martin Del Potro en quatre sets, l'Espagnol avait des doutes sur la suite de son tournoi. La faute à une douleur au pied gauche survenue à la fin du premier set. Mais finalement, il a été rassuré par des examens passés après la rencontre : "Hier (lundi) après le match, je suis allé passer une IRM dans un hôpital à Londres (...) et heureusement les examens n'ont révélé aucune blessure. Je vais m'entraîner aujourd'hui (mardi) à 16h30 et jouer demain", a indiqué le N.1 mondial sur son compte Facebook.

Lundi soir, Nadal, rarement habitué à se plaindre depuis son arrivée sur le circuit, s'était montré sceptique sur ses chances de défier l'Américain Mardy Fish en quart de finale. "Je suis inquiet oui. A un moment je n'étais pas certain de pouvoir terminer le match", avait lancé à la fin de la rencontre l'Ibère, qui avait évoqué une douleur "étrange et violente". Le tenant du titre pourra défendre son bien et sa place de numéro 1 mondial. En cas de forfait, le sextuple lauréat de Roland-Garros aurait en effet été sûr de perdre son trône au profit de Novak Djokovic.

Invaincu depuis 18 matches sur les pelouses du Grand Chelem londonien, Rafael Nadal doit remporter une troisième fois Wimbledon pour espérer conserver son rang. Et une défaite du Serbe avant la finale. Mais il ne l'a pas encore lâché. Il faudra toutefois sûrement attendre mercredi pour connaitre dans quel état il est réellement.
G.C.


Le Big Four vise le Top 4

Comme à Roland-Garros, Rafael Nadal, Andy Murray, Roger Federer et Novak Djokovic sont en position d'atteindre les demi-finales de Wimbledon. Mais les quatre meilleurs joueurs du circuit ATP n'auront pas la tâche si facile.

Rafael Nadal (ESP/N.1) - Mardy Fish (USA/N.10)

Touché au pied gauche lundi, Rafael Nadal a donné des nouvelles rassurantes mardi après avoir passé une IRM. Il continuera donc bien à défendre son titre et sa place de N.1 mondial face à Fish, un joueur qu'il a toujours battu en cinq rencontres. Reste à savoir dans quel état l'Espagnol se présentera sur le court. Lundi, contre Juan Martin Del Potro, la douleur ne l'a jamais quitté et il s'est avoué gêné dans ses déplacements. S'il est rétabli, il sera l'écrasant favori de la rencontre. Dans le cas contraire, Fish, dont le jeu vers l'avant se conjugue à merveille sur le gazon londonien, peut rêver à une première demi-finale en Grand Chelem. A l'âge de 29 ans.

Andy Murray (GBR/N.4) - Feliciano Lopez (ESP)

Murray partira grandissime favori face à Lopez, 44e mondial, qu'il a battu quatre fois sur quatre. "J'imagine que la plupart des gens s'attendent à ce que je gagne ce match", convient lui-même l'Ecossais, qui serait ravi de régler son compte au vainqueur d'Andy Roddick, ne serait-ce que pour calmer sa mère Judy, tombée sous le charme de "Deliciano". C'est elle qui a donné ce surnom à l'Adonis espagnol sur Twitter et Murray n'a pas franchement apprécié, demandant à sa mère d'arrêter "ces conneries" qui lui donnent "envie de vomir".

Roger Federer (SUI/N.3) - Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.12)


Sur le papier, Federer est le membre du Top 4 qui a hérité de l'adversaire le plus coriace. Tsonga est en forme, sort d'une finale au Queen's, a déjà été quart de finaliste l'an dernier et a battu le Suisse une fois en cinq rencontres. "C'est un grand joueur et je m'attendais à le voir aussi loin ici dans le tableau. Il a les armes pour être une grande menace sur gazon, souligne Federer. C'est un tirage difficile pour moi, mais je suis prêt." Sextuple vainqueur du tournoi, le N.3 mondial -qui n'a, comme Tsonga, perdu qu'un set dans le tournoi- reste en effet le maître des lieux. Et il a une revanche à prendre : l'an dernier, le Suisse avait chuté en quarts de finale devant Tomas Berdych.

Novak Djokovic (SRB/N.2) - Bernard Tomic (AUS)


Encore plus que Murray, on attend de Djokovic qu'il ne fasse qu'une bouchée de Tomic, jeune espoir australien de 18 ans, 158e mondial, plus jeune quart de finaliste depuis Boris Becker en 1986 à Wimbledon. Ce sera un match entre deux copains qui parlent entre eux la même langue, le serbo-croate, puisque Tomic est né en Allemagne de parents bosniaques avant d'émigrer en Australie à l'âge de deux ans. "On s'entraîne souvent ensemble, on s'entend très bien", souligne Djokovic. Les deux joueurs ne se sont encore jamais rencontrés en match officiel mais l'Australien a avoué qu'il avait été "écrasé" par le N.2 mondial à l'entraînement à Wimbledon. Tout autre résultat mercredi serait une surprise.
Eurosport - AFP


PROGRAMME DE MERCREDI

Centre Court - A partir de 13 heures (14 heures en France)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°12) - Roger Federer (SUI/n°3) : 1-4
Andy Murray (GBR/n°4) - Feliciano Lopez (ESP) : 4-0

Court n°1 - A partir de 13 heures (14 heures en France)

Bernard Tomic (AUS) - Novak Djokovic (SRB/n°2) : 0-0
Rafael Nadal (ESP/n°1) - Mardy Fish (USA/n°10) : 5-0
# 29/06/2011 à 22:51 Nico
RESULTATS DE MERCREDI

Ils sont (presque) tous là

Si Federer a plié face à Tsonga, les trois autres membres du Big Four sont passés. Rafael Nadal a sorti Mardy Fish en quatre manches (6-3, 6-3, 5-7, 6-4), Andy Murray s'est baladé face à Feliciano Lopez (6-3, 6-4, 6-4) et Novak Djokovic a dû s'employer face à Bernard Tomic (6-2, 3-6, 6-3 ,7-5)

Battre un joueur qui n'avait jusqu'à cette année jamais passé le cap des seizièmes de finale à Wimbledon, rien de plus logique pour Rafael Nadal, tenant du titre et vainqueur de ses 18 derniers matches au England Club. Après son formidable combat face à l'Argentin Del Potro, le roi de la planète tennis a fait la preuve face à Mardy Fish que sa blessure au pied, contractée au tour précédent, n'était déjà plus qu'un lointain mauvais souvenir.

Rassuré sur le plan physique, le Majorquin a fait le boulot face au numéro un américain, mais n'a pas pour autant fait très forte impression en commettant de nombreuses fautes inhabituelles, notamment en retour. Largement dominateur au cours des deux premières manches, Rafa est alors ensuite tombé dans une certaine torpeur, a fait preuve d'un attentisme coupable qui a permis à Fish de sortie la tête de l'eau. Alors qu'il semblait s'envoler tranquillement vers la victoire avec deux sets et un break d'avance en poche, l'Espagnol, soudain plus passif, moins percutant en fond de court, a laissé le joueur US reprendre la direction des échanges et confiance en revenant à deux sets à un.

Une baisse de régime mentale sans conséquence tant la marge était importante. Dès qu'il en a eu besoin, le numéro un mondial a su hausser son niveau de jeu pour conclure, se montrant notamment intraitable en défense, et en faisant la loi avec son coup droit. Conscient de ne pouvoir rivaliser en fond de court, Fish a bien tenté de faire la différence en allant chercher les points au filet mais il est tombé sur un Nadal chirurgical en passing qui ne lui a permis de transformer victorieusement que 49% de ses montées. Le successeur de Roddick au sommet du tennis US n'avait pas les armes pour faire chuter le roi.

Djokovic dompte Tomic

Novak Djokovic a été bousculé par le jeune Australien Bernard Tomic, 18 ans, avant de se qualifier pour les demi-finales de Wimbledon en quatre manches, 6-2, 3-6, 6-3, 7-5. Tranquille en début de match, le Serbe a eu ensuite un gros passage à vide qui a permis à Tomic, 158e mondial, d'égaliser puis de mener 3 à 1 dans le troisième set.

La tête de série 2 a alors réagi pour aligner sept jeux de suite, mais son jeune adversaire n'avait pas dit son dernier mot. Il a réussi à recoller, avant de concéder le break décisif à 5-5. "C'était un match très serré. J'ai été bon au premier set, mais il a suffi d'un mauvais jeu de service pour le remettre dans le match. Après il a été pendant un bon moment le meilleur sur le terrain", a reconnu le vainqueur. "Tomic est imprévisible. Etant très jeune, il n'avait rien à perdre. Il frappait beaucoup de coups gagnants et ne faisait pas beaucoup de fautes du fond. J'ai essayé de changer le rythme mais ça a été dur", a ajouté le grand dominateur du début de saison.

C'est la cinquième fois d'affilée que le numéro 2 mondial atteint le dernier carré d'un Grand Chelem. Il y a un mois, il s'était incliné en demi-finale de Roland-Garros face à Federer. Il s'agissait de sa première défaite de l'année. Djokovic disputera sa troisième demi-finale à Londres, ayant perdu les deux premières en 2007 et 2010. Il est assuré de devenir leader du classement s'il se qualifie pour la finale ou si Rafael Nadal ne conserve pas son titre. Tomic, Australien d'origine bosno-croate, qui s'entraîne souvent avec Djokovic, était le plus jeune quart de finaliste à Wimbledon depuis 25 ans. Sorti des qualifications, il en était à son huitième match du tournoi. Il avait notamment éliminé le N.5 mondial, le Suédois Robin Soderling.

Murray facile

Murray n'a eu aucun mal à dominer l'Espagnol Lopez, qui a attendu la fin du troisième set pour se créer ses premières balles de break, manquées. Le numéro 4 mondial a commis peu de fautes (11 contre 23 à son adversaire) et a souvent ajusté le Madrilène lors de ses montées au filet. Il a été efficace au service (13 aces) malgré un pourcentage de première balle un peu faible (56%). "Je crois que Feliciano était un peu fatigué", a commenté L'Ecossais, faisant allusion au match en cinq sets disputés par son adversaire au tour précédent contre le Polonais Lukasz Kubot. "Je joue bien, mais il va falloir que je hausse mon niveau au prochain tour", a-t-il ajouté.

Le Britannique a semblé se plaindre des adducteurs en cours de match après avoir fait un faux mouvement, mais il n'a pas paru spécialement inquiet. "J'ai déjà eu des problèmes à l'Open d'Australie et à Roland-Garros, il faut faire avec", a-t-il dit. Murray disputera sa septième demi-finale en Grand Chelem, ce qui fait de lui le Britannique le plus souvent présent à ce niveau dans l'ère Open devant Tim Henman. Son objectif est de donner le titre de Wimbledon à son pays pour la première fois depuis 75 ans.
Eurosport - avec AFP


Tsonga renverse le maître

Sensation. Mené deux sets à rien, Jo-Wilfried Tsonga (n°12) élimine Roger Federer (n°3), sextuple lauréat du tournoi, mercredi, en quarts de finale (3-6, 6-7 [3], 6-4, 6-4, 6-4 en 3h08').

Un dernier service gagnant, un dernier jeu blanc, et Jo-Wilfried Tsonga s'agenouille sur le Centre Court de Wimbledon en se tenant la tête à deux mains. Le public est debout. Le Manceau vient de réussir l'impensable : battre le maître des lieux malgré un handicap de deux sets. A quoi pense-t-il à ce moment précis ? A ses galères physiques qui l'ont contraint à changer son jeu ? A son début de saison compliqué, marqué par sa séparation d'avec Eric Winogradsky, son coach de toujours ? Peut-il mesurer la portée de l'exploit ?

Sa plus belle réponse, le Manceau vient de l'apporter raquette en main. Dans les deux premières manches, il assiste en spectateur au récital du sextuple vainqueur du tournoi. Lob de revers pour conclure un rallye, volée de coup droit amortie croisée, volée haute de revers... Roger Federer est sur une autre planète. L'ex-numéro 1 français tente pourtant le tout pour le tout, à l'image de ses revers... à une main.

Federer K.-O. debout

Le langage du corps ne trompe pas. Tête basse depuis les trois coups de ce match de gala, il serre le poing, s'encourage et s'agace (parfois) dans la troisième manche. Peut-être trop facile, Roger Federer perd en vigilance. Jo-Wilfried Tsonga, lui, commence à y croire. Un passing de coup droit sur la ligne - confirmé au hawk eye - lui offre le break, à 1 partout. Sur un service gagnant, il réduit l'écart à sa quatrième occasion (6-4).

Jo-Wilfried Tsonga n'est plus le même homme. Son service claque (18 aces, 73% des points gagnés derrière sa première, une seule balle de break contre lui), ses coups de fond de court sont percutants (63 points gagnants), ses volées sont assassines. A l'image de sa demi-finale de l'Open d'Australie face à Rafael Nadal, en 2008, c'est lui qui cogne le premier. Lent, l'ex-numéro 1 mondial reçoit sans réagir. Sur un coup droit décroisé, le Tricolore s'empare de l'engagement adverse (2-1). Et revient à hauteur. Sans jamais trembler (6-4). Roger Federer peut-il sortir de sa torpeur ? Son adversaire ne lui en laisse pas l'occasion. Le patron est bel et bien français. Un break d'entrée dans la cinquième manche (2-0) place le 19e joueur mondial sur la voie royale. Il est "dans la zone" et n'en sort pas. Un dernier jeu blanc l'envoie au Paradis. Roger Federer n'avait jamais perdu un match en Grand Chelem après avoir remporté les deux sets initiaux. Pour sa première demi-finale à Londres, Jo-Wilfried Tsonga retrouvera Novak Djokovic (n°2). Les doutes sont derrière lui.
J.G.
# 01/07/2011 à 00:32 Nico
Djokovic/Nadal, le match à distance

Novak Djokovic et Rafael Nadal observeront leur demi-finale de Wimbledon à distance. S'ils ne s'affronteront pas directement, leur résultat changerait leur classement mondial de la semaine prochaine. Comme à Roland-Garros, une victoire du Serbe le propulsera au rang de N.1 à la place de l'Espagnol.

Encore une fois, Rafael Nadal n'aura pas son destin en main. Pour la deuxième fois de la saison, sa place de N.1 mondial reposera dans les mains de Novak Djokovic, qui est à un succès de détrôner l'Espagnol au sommet du classement ATP. Séparé du Majorquin par seulement 65 points, le Serbe en gagnerait suffisamment s'il atteint sa première finale à Londres, chose que ne peut pas faire l'Espagnol, tenant du titre, qui ne peut que défendre ses points acquis l'an passé. Telle est la dure règle de l'ATP. Une victoire, ce n'est peut-être rien à côté des 46 qu'il a décrochés en 47 matches cette saison, mais c'est sans doute la plus difficile à obtenir. A Roland-Garros, le Serbe avait manqué le coche en étant dominé par Roger Federer en demi-finales.

Ce vendredi, c'est Jo-Wilfried Tsonga, tombeur du Suisse en quart de finale, qui aura la lourde tâche de contrarier une fois de plus l'ascension fulgurante de Djokovic. La clé du match passera par les mises en jeu. Autant Djokovic peut espérer surmonter une défaillance dans ce domaine grâce à sa régularité du fond du court, autant Tsonga ne saurait survivre sans une bonne qualité de première balle. "S'il commence à rater quelques premières, j'aurai ma chance dans les échanges", a même prévenu le N.2 mondial. A Roland-Garros, le Serbe avait péché tactiquement face à Roger Federer. Une erreur qu'il aurait pu s'épargner et qu'il a payée cash, ce qui l'avait hautement désappointé, vu sa mine déconfite en conférence de presse à l'issue de la rencontre. Vendredi, il ne fera pas la même, une nouvelle occasion lui étant donnée de prendre cette place de choix qu'il attend depuis très longtemps.

Un Wimbledon qui en vaut la peine

Son match face à Andy Murray étant programmé dans un second temps vendredi, Rafael Nadal saura, en entrant sur le court central, s'il perdra sa place ou non la semaine suivante. Ce qui change la configuration qu'il a vécue à Paris lorsqu'il a suivi des coulisses, impuissant, le match entre Federer et Djokovic, juste après sa victoire sur l'Ecossais. A Londres, son résultat face au Britannique ne changera rien à son dilemme si Djokovic s'est imposé face à Tsonga. Mais prendra une autre tournure en cas de victoire du Français. Même si Nadal semble résigné depuis quelques semaines à abandonner sa place de N.1 au Serbe, sa volonté de conserver son rang est plus forte que tout.

Touché au pied gauche pendant son match des huitièmes de finale face à Juan Martin Del Potro, l'Espagnol a passé ses nerfs sur lITF et le calendrier toujours trop chargé à son goût, avant de remporter son quart de finale face à Mardy Fish. Nadal, qui a démontré à maintes reprises sa dureté au mal, assure qu'il ne souffre plus en jouant et qu'il évolue "à 100% de ses moyens ou presque". Difficile toutefois de se faire une idée précise de la situation car le champion, à la fois par respect de l'adversaire et par orgueil, s'est fixé pour règle de ne jamais s'avouer diminué. Mais il lui en faudra plus pour ne pas jouer cette demi-finale. Ayant obtenu l'assurance qu'il ne risquait pas d'aggraver la blessure, le tenant du titre a décidé de faire face car "Wimbledon en vaut la peine" et s'accordera un mois de repos dans la foulée, en sacrifiant la Coupe Davis.

Depuis, les examens médicaux n'ont rien révélé d'alarmant, mais le N.1 mondial, qui n'a étrangement donné aucune précision sur la nature du problème, a dû avoir recours à un anesthésiant local pour battre l'Américain Mardy Fish en quarts de finale mercredi. L'Espagnol a donc toutes les raisons d'être motivé, d'autant qu'il est invaincu à Wimbledon depuis la finale de 2007 (car absent en 2009 et vainqueur des éditions 2008 et 2010). Il aura à coup sûr besoin de jouer son meilleur tennis pour remporter sa 20e victoire de suite à Londres et prendre une nouvelle fois le dessus sur un Murray impressionnant depuis le début de la quinzaine.
S.P.


PROGRAMME DE VENDREDI

Centre Court - A partir de 13h (14h en France)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/n°12) - Novak Djokovic (SER/n°2) : 5-2

Rafael Nadal (ESP/n°1) - Andy Murray (GBR/n°4) : 11-4
# 02/07/2011 à 01:01 Nico
RESULTATS DE VENDREDI

Nadal tient à son bien

Rafael Nadal rejoint Novak Djokovic en finale après sa victoire (5-7, 6-2, 6-2, 6-4) contre Andy Murray.

Après la destruction massive du revers de Roger Federer, Rafael Nadal s'attaque au compactage du coup droit d'Andy Murray. Les effets ne sont jamais immédiats, mais le résultat est toujours dévastateur avec une victoire (5-7, 6-2, 6-2, 6-4 en 2h59') contre le Britannique. C'est le supplice de la goutte d'eau. Au début, l'Ecossais reçoit les variations de son adversaire sans se poser de question. Il tient le choc et réalise même le hold-up parfait à 6-5 sur le service de l'Espagnol. Jusqu'à 7-5, 2-1, tout va bien pour le chouchou du Centre Court.

La première goutte tombe sur son front sur un coup droit facile raté pour s'offrir deux balles de break à 2-1. Un simple fait de jeu ? Oui. Le tournant du match ? Sûrement. Cette faute distille un poison insidieux. A chaque frappe de coup droit, le 4e mondial hésite désormais. Le supplice commence (39 fautes directes au total, seulement 8 au premier set). Toujours très lucide, le tenant du titre note le doute chez l'Ecossais. Il réalise le break sur le jeu suivant, ne lâche plus sa proie et inscrit sept jeux consécutifs. Le sablier de la confiance s'est inversé.

Avec son lift de coup droit, Rafael Nadal repousse Andy Murray. Avec son slice de revers, il lui pollue son coup droit. Avec ses variations au service, il ne lui donne pas d'ouverture. Avec son incroyable couverture de terrain, il le dégoûte de toute tentative d'offensive (17 points sur 32 montées). Dans l'adversité, le tenant du titre n'est jamais aussi fort. Quand ses fans craignent pour son pied, il court comme un cabri sous infiltration. Quand son adversaire retrouve un peu de couleur pour s'offrir de balles de débreak à 2-1 au quatrième set, il lui enfonce la tête sous l'eau avec deux attaques de coup droit.

Après le goutte à goutte, Rafael Nadal plonge Andy Murray sous un déluge de coups. Le numéro 1 mondial, futur numéro 2, n'est pas qu'un destructeur. C'est aussi un bâtisseur. Dans un premier temps, il ne rate rien (7 fautes directes). Dans un deuxième temps, il construit son oeuvre avec des décalages de coup droit assassins (37 points gagnants). Dans un troisième temps, il récolte les fruits de son jeu en allant déposer des volées (21 points sur 26 montées). Avec son physique, il use. Avec sa tête, il détruit. Avec son jeu, il construit un palmarès immense pour une finale de rêve contre Novak Djokovic.
S.D.


REACTIONS


Nadal : «Mon meilleur match»

Rafael Nadal estime avoir disputé son meilleur match de la quinzaine et ne se montre pas affecté par la perte de sa première place mondiale.
Contre Andy Murray en demi-finale, Rafael Nadal estime avoir disputé son meilleur match de la quinzaine.(EQ)
Nadal : «Mon meilleur match»
« La perte de ma première place mondiale n'a pas beaucoup d'importance. Ce n'est pas un grand objectif. L'objectif, c'est plutôt d'être compétitif, en forme et à mon meilleur niveau dans les grands rendez-vous. Djokovic a joué de façon incroyable depuis le début de la saison. Il est le nouveau n°1 et je le félicite. Andy a joué à un haut niveau, surtout au premier set. A ce moment-là, il jouait mieux que moi. J'ai simplement attendu que mon moment vienne. Après ça, j'ai joué probablement mon meilleur match de l'année ici. Je n'aurais jamais cru que je jouerais cinq finales à Wimbledon. Contre Novak, la clé sera de jouer mon tennis et d'espérer qu'il ne sera pas dans son meilleur jour. Mon pied est dans le même état que les jours précédents. Ca ne m'inquiète pas. Avec le traitement que je prends, je ne sens rien. »

Murray : «Trop de fautes»

« Tout le monde me parle de ce coup droit (raté) au quatrième jeu du deuxième set. C'était un point important, mais on ne peut pas réduire un match de presque trois heures à un seul point. Parfois, on sort d'un match en se disant qu'on n'a pas assez pris sa chance, aujourd'hui, c'est un peu le contraire. L'année dernière, on avait dit que j'avais été trop défensif, là j'ai essayé d'aller de l'avant, mais j'ai fait trop de fautes. Rafa a eu un peu de mal au début, mais il a ensuite trouvé son rythme en coup droit et a commencé à prendre le match à son compte. C'est un des meilleurs joueurs de tous les temps et un grand athlète. Ma hanche était un peu douloureuse en début de match, mais ça ne m'a pas gêné pendant les échanges. Ce n'est rien de sérieux. C'est décevant de perdre. Mais à chaque fois, je donne tout ce que j'ai et c'est tout ce que je peux faire. Généralement, je mets quatre ou cinq jours à m'en remettre. J'ai pleuré dans le passé, mais pas aujourd'hui.»
(AFP)


Djokovic sort Tsonga... et Nadal

Jo-Wilfried Tsonga ne disputera pas la finale de Wimbledon. Le Français a été dominé par Novak Djokovic (7-6, 6-2, 6-7, 6-3). Pour la première fois de sa carrière, le Serbe jouera le titre londonien face à Rafael Nadal, dans la peau du futur N.1 mondial dans laquelle il entrera lundi.

Jo-Wilfried Tsonga ne réalisera pas un deuxième exploit consécutif à Wimbledon. Après une victoire incroyable face à Roger Federer, sextuple vainqueur à Londres, le Français n'est pas parvenu à confirmer face à Novak Djokovic et devenir le deuxième Français de l'ère Open à rallier la finale londonienne après Cédric Pioline en 1997. Il a fallu quatre sets et plus de trois heures de jeu au Serbe pour se qualifier pour sa première finale de Wimbledon, sa cinquième en Grand Chelem après deux victoires à l'Open d'Australie 2008 et 2011 et deux défaites en finales de l'US Open 2007 et 2010. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, le N.2 mondial compte désormais ses heures en tant que dauphin de Rafael Nadal.

Grâce à cette victoire, Djokovic s'assure une place de choix, celle dont il a toujours rêvé, au premier rang mondial du classement ATP. Il lui aura fallu remporter 47 de ses 48 matches de la saison pour y parvenir. Sa seule défaite au compteur cette saison reste, jusqu'ici, son revers en demi-finales de Roland-Garros face à Roger Federer, ce qui a retardé cette échéance très attendue côté serbe, et devenue presque inéluctable à la longue. Face à Jo-Wilfried Tsonga, qui visait sa deuxième finale de Grand Chelem après l'Open d'Australie en 2008, "Nole" n'a pas revécu pareille mésaventure sur le gazon londonien, même si la perte du troisième set, alors qu'il a servi pour le gain du match à 5-4 et manqué deux premières balles de match dans le deuxième jeu décisif, aurait pu lui faire mal moralement. Il n'en a rien été. Le Serbe était insurmontable ce vendredi 1er juillet.

"Aujourd'hui j'aurais pu battre tout le monde sauf Djokovic, il a joué de manière incroyable, il a été partout et il a retourné de façon fantastique." Avec ses mots, Tsonga peut exprimer toute la frustration qu'il a ressentie au cours de cette rencontre qui a commencé par lui sourire, avant de lui tourner le dos. Le break en poche d'entrée de partie, le Manceau a eu l'occasion de remporter la première manche à 5-4 sur sa mise en jeu. Occasion annihilée par un Djokovic qui entrait peu à peu dans le match en réalisant son premier break sur sa 7e occasion du set. Cela le lançait finalement pour de bon. "J'ai bien joué, mon adversaire a juste été meilleur que moi. J'ai essayé de prendre mes chances, mais c'était dur car il courait partout et la balle revenait tout le temps. Je n'étais pas spécialement fatigué. Pour battre Djokovic, il faudra courir plus et plus vite que lui."

Comme prévu, ce sont les mises en jeu qui ont fait la différence. Avec 68% de réussite derrière ses premières balles et seulement 47% derrière ses secondes, le Français a péché là où il ne fallait pas, car la qualité de relance du Serbe a tué tout espoir de victoire. Face à Fernando Gonzalez au 3e tour, Tsonga a gagné 89% des points sur sa première balle, 93% face à David Ferrer en huitièmes et 73% face à Federer en quarts. Cet écart a été payé cash par le Tricolore, coupable en plus de trop nombreuses fautes directes pendant les trois-quarts du match (29 au total contre seulement 13 pour le Serbe), avant de remporter presque miraculeusement la troisième manche en lâchant davantage ses coups. Cela n'a pas empêché Djokovic de reprendre le contrôle de la rencontre dès le début du quatrième set en s'appropriant immédiatement le service adverse, puis de nouveau le cours de l'échange après l'euphorie du Français dans le second jeu décisif.

"C'est difficile de mettre des mots sur ce qui m'arrive, a réagi à chaud le Serbe. C'est une de mes plus belles émotions sur un court de tennis, mes rêves deviennent réalité". Quoi qu'il arrive dimanche en finale de Wimbledon face à Rafael Nadal qui défendra son titre à défaut de sa place mondiale, Novak Djokovic sera bien le 25e joueur N.1, lundi prochain, depuis l'instauration du classement ATP en 1973. A 24 ans, il deviendra le premier N.1 pour son pays chez les hommes, Ana Ivanovic et Jelena Jankovic l'ayant précédé chez les femmes. Tsonga, lui, montera à la 13e place mondiale. Cela valait bien quelques embrassades du gazon du court central...
eurosport.fr


REACTIONS

Tsonga : «Meilleur que moi»

Après sa défaite en demi-finale, Jo-Wilfried Tsonga reconnaît simplement la supériorité de Novak Djokovic qui mérite sa première place mondiale.

«Jo-Wilfried Tsonga, comment analysez-vous votre défaite ?

Aujourd'hui, j'aurais pu battre tout le monde sauf Djokovic, il a joué de manière incroyable, il a été partout et il a retourné de façon fantastique. J'ai bien joué et mon adversaire a juste été meilleur que moi. J'ai essayé de prendre mes chances, mais c'était dur, car il courait partout et la balle revenait tout le temps. C'est le meilleur joueur du moment, sans aucun doute. Depuis le début de l'année, il a battu tout le monde plusieurs fois. Il le mérite.

Vous n'avez pas l'air effondré ?

Je ne vais pas me mettre la tête sous terre. Je me suis donné à fond et ce soir (vendredi soir), quand je vais me regarder dans la glace, je pourrai me dire : "mec, t'as donné ce que t'avais". Il n'y a pas de honte de dire que l'autre était meilleur que toi. C'est le sport et ça fait partie aussi de mes nouvelles résolutions. J'ai perdu, c'est fait, et je ne peux plus revenir dessus. Maintenant, je vais profiter de chaque jour qui passe. Aujourd'hui, j'ai perdu, demain, je vais me réveiller et le ciel sera différent, ce sera un autre jour.

Avez-vous été impressionné par la qualité de relance de Djokovic ?

C'était assez impressionnant oui, je tapais quand même bien dans la balle et ça revenait tout le temps. C'était un très bon match de sa part, il a été à la hauteur de la place de n°1 mondial qu'il vient d'acquérir.

Avez-vous des regrets sur le premier set ?

J'ai fait un bon début de match et lorsque je tourne à 5-4, l'arbitre me dit que je dois prendre moins de temps entre mes points. Ca m'a un peu surpris, car il y en a qui prennent autant leur temps, voire plus, et on ne leur dit jamais rien. Derrière, je me presse et je "coule" ce jeu. C'est dommage, car si je gagne le premier set, ça peut donner un autre match. Mais je ne vais pas m'arrêter là-dessus. Sur le coup, j'ai juste remercié l'arbitre de m'avoir gâché mon set.

Vous avez eu du mal à démarrer les trois derniers sets ?

Oui, à chaque fois, il y a eu une petite baisse d'intensité. Je regrette surtout le début du quatrième set où je sers avec des balles neuves. Mais il me retourne à chaque fois, la balle va vite, est difficile à contrôler.

Que reste-t-il à chaud de la quinzaine ?

Je me suis éclaté, j'ai vécu des super moments, que dire de plus ? Il y avait un peu tout pour passer de bons moments cette semaine. C'est dommage que ça s'arrête ici.

Vous semblez vraiment apprécier le gazon ?

Oui, et en plus, c'est la seule surface où on peut plonger sans finir direct à l'hôpital.

Et la Coupe Davis dès la semaine prochaine ?

Je vais y aller, rejoindre les gars le plus vite possible. Mais je vais d'abord prendre deux jours de repos, car il ne faut pas faire n'importe quoi et surtout pas que je me blesse. Ce ne serait bon pour personne. »
(AFP)


Djokovic : «Toujours cru en moi»

Après sa victoire en demi-finale contre Jo-Wilfried Tsonga, Novak Djokovic concrétise un de ses rêves en devenant n°1 mondial, une émotion spéciale.

«Est-ce le plus beau jour de votre vie sportive ?

C'est un des mes plus beaux accomplissements. A la fin du match, je ne savais pas trop comment montrer mon émotion. C'est un de ces moments qu'on a du mal à décrire. On se souvient de toute sa carrière, de son enfance. Tout ce pour quoi on a travaillé devient réalité. Quand on se consacre au tennis à 100%, savoir qu'on va devenir n°1 mondial et jouer la finale de son tournoi préféré, c'est quelque chose de spécial.

Avez-vous un moment pensé que vous n'arriveriez jamais à devenir n°1 mondial devant des joueurs comme Federer et Nadal ?

Depuis quelques années, ils ont été tellement réguliers qu'ils ne donnaient pas beaucoup de chances aux autres. J'imagine qu'il ne fallait pas perdre plus d'un match en sept mois pour y arriver. Ca a parfois été difficile lorsque je perdais la plupart des gros matches contre eux dans les Grands Chelems. Je dois dire que je me suis parfois posé des questions, mais j'ai toujours cru en moi.

Avez-vous eu peur quand Tsonga a gagné le troisième set ?

C'est le genre de joueur qui se nourrit de l'énergie du public. Quand il est dans une bonne dynamique, il peut être inarrêtable avec ses services et aussi du fond du court, surtout en coup droit. J'étais un peu déçu de laisser échapper le troisième set. Mais au changement de côté, j'ai essayé de retrouver mon calme, de contrôler mes émotions pour ne pas lui permettre de revenir. Dès que j'ai réussi le break au début du quatrième set, c'est moi qui me suis remis dans la bonne dynamique.»
(AFP)
# 03/07/2011 à 00:23 Nico
FINALE DE DIMANCHE

Nadal en mission

Même s'il a impressionné depuis le début de la quinzaine, Rafael Nadal a conscience de l'ampleur de la tâche qu'il l'attend en finale de Wimbledon face à Novak Djokovic. Délogé de la première place mondiale par le Serbe, l'Espagnol a une formidable occasion de prouver qu'il n'a rien à lui envier.

Un sixième sacre à Roland-Garros, un septième à Monte-Carlo, des places de finalistes lors de tous les Masters 1000 disputés depuis l'ouverture de la saison... Plus d'un joueur se contenterait d'un tel parcours et pourtant, malgré un bilan surréaliste de 52 victoires pour seulement 7 défaites, Rafael Nadal est relégué au second plan, poussé dans l'ombre de l'ogre Novak Djokovic.

Le futur ex-roi de la discipline, dépossédé de sa place de numéro un mondial à l'issue de Wimbledon, a beau estimer haut et fort que sa première partie de saison est réussie, et ce quel que le soit le verdict de la finale de la troisième levée du Grand Chelem, il ne peut cacher que le récital du Serbe ne le laisse pas insensible. Avec un seul revers au compteur, déjà sept titres dans son escarcelle, Djoko évolue bel et bien dans une autre dimension en 2011. Une dimension que même Rafa et Roger Federer, au sommet de leur art, n'ont jamais réussi à atteindre auparavant.

Nadal , un "zombie" à Roland-Garros

Une domination sans borne, sans limite de surface. Quel que soit le terrain de jeu, le Belgradois donne le sentiment d'évoluer un cran trop haut pour la concurrence, à tel point que Nadal, dominé à quatre reprises cette saison, dont deux sur sa surface fétiche, semble ébranlé. "Le fait d'avoir perdu quatre finale d'affilée contre Novak, c'était dur mentalement. Je suis arrivé à Paris avec un peu moins de confiance. Je n'étais pas blessé, je jouais bien à l'entrainement, mais en match, je faisais des tas de fautes", a ainsi honnêtement reconnu l'Espagnol dans les colonnes de L'Equipe Mag. Une perte de confiance qui pour notre consultant Patrick Mouratoglou est l'unique explication de son parcours chaotique à la Porte d'Auteuil : "Nadal est arrivé à Roland-Garros sous le choc des deux défaites subies face à Djokovic sur terre battue. Il a fait un début de tournoi tel un zombie".

Débarrassé du Serbe au stade des demi-finales par Roger Federer, le Majorquin a quitté la capitale tricolore avec une nouvelle Coupe des Mousquetaires sous le bras. Un sixième sacre qui l'a assurément soulagé et lui a permis d'aborder Wimbledon sans la moindre pression. Impressionnant depuis le début de la quinzaine avec une qualité de jeu jamais vue à Roland-Garros, Nadal a réussi à se hisser pour la cinquième fois consécutive en finale au All England en écartant notamment avec la manière Juan Martin Del Potro et Andy Murray. "Je suis d'accord qu'il est plus impressionnant ici à Wimbledon qu'à Roland-Garros mais seulement en raison de son regain de confiance Son niveau de jeu n'est pas lié pas à la surface", assure Mouratoglou.

Nadal complexé ?

Favori chez les bookmakers britanniques après un parcours quasi-sans-faute, le tenant du titre ne peut cependant que reconnaitre que Djokovic a depuis maintenant deux saisons pris un véritable ascendant psychologique. L'Espagnol domine certes encore leurs face-à-face avec un total de 16 victoires contre 11, mais son rival reste sur quatre succès consécutifs et a remporté 7 de leurs 9 matches. De quoi souffrir d'un certain complexe? "Novak aura l'avantage psychologique d'avoir remporté nos derniers affrontements. Je ne peux rien y changer. Ses dispositions mentales face à moi sont certainement meilleures puisqu'il m'a battu les quatre dernières fois", avoue ainsi Nadal.

Délogé de son trône, le Majorquin a de bonnes raisons d'aborder ces retrouvailles avec une légitime appréhension. "Nous sommes à Wimbledon, ce n'est pas pareil...", essaie-t-il pourtant de se convaincre, estimant que la perte de la place de numéro un mondial ne l'affecte pas. "La satisfaction de gagner des tournois est toujours plus grande que celle d'être numéro un. Je suis plus heureux en gagnant un tournoi qu'en me levant le matin et en voyant que je suis numéro un". Nadal sait ce qu'il lui reste à faire pour se réveiller de bonne humeur dimanche.
T.B.

Djokovic, l'ultime épreuve

Novak Djokovic a l'occasion de remporter un troisième titre majeur, le premier hors de Melbourne (dimanche 15 heures). Avec Rafael Nadal en face de lui, l'homme qu'il vient de battre quatre fois, le moment est idéal pour signer définitivement son arrivée tout en haut de la hiérarchie.

Quel meilleur moment pour Novak Djokovic que le dimanche qui s'annonce ? Le Serbe est assuré de devenir N.1 mondial. Il s'apprête à jouer une finale de Wimbledon qui est, d'après le principal intéressé, son tournoi préféré. Atteindre le trône de l'ATP est un rêve secondaire. Le Serbe, battu deux fois en finale de l'US Open, aura dimanche l'occasion de remporter son troisième titre majeur, son premier en dehors de l'Open d'Australie, gagné en 2008 face à Jo-Wilfried Tsonga et en 2011 face à Andy Murray. Autrement dit, de frapper un grand coup à l'heure de suppléer Rafael Nadal en haut de la hiérarchie de l'ATP. "Je n'ai pas besoin de prouver quoi que ce soit à quiconque, mais juste à moi-même, a tout de même tenu à préciser le Serbe, qui veut faire fi de toute pression extérieure. Quand vous savez que vous allez être le meilleur du monde et que vous êtes sûr de jouer la finale de votre tournoi préféré, c'est forcément un moment spécial."

Ce jour spécial pourrait en tout cas coïncider avec la plus grande victoire de sa carrière. Fort de quatre succès consécutifs cette saison sur son futur dauphin, Djokovic a toutes les cartes en main pour porter un coup fatal à l'Espagnol, déjà battu deux fois sur dur en finales de Miami et Indian Wells et deux autres fois en finales de Madrid et Rome. Leur cinquième affrontement, qui sera le troisième sur gazon après Wimbledon en 2007 et le Queen's en 2008, annonce une joute mémorable pour leur deuxième explication en finale de Grand Chelem.

"Il n'y a pas de plus grands défis"

"Quand j'ai commencé à jouer au tennis, j'ai toujours essayé de visualiser le dernier dimanche de Wimbledon. Être là en finale, c'est le "truc" pour moi. Je veux gagner ce trophée. Donc je suis très impatient d'y être, très excité de jouer cette finale. Il n'y a pas de plus grand défi à ce point dans notre sport que de jouer une finale de Wimbledon contre Nadal qui a gagné deux des trois derniers titres. Ce sera un grand match", résume un Djokovic qui estime avoir tout de même un petit ascendant psychologique sur son adversaire. "J'ai perdu beaucoup de matches contre Nadal et Federer en Grand Chelem. Aujourd'hui, je me sens capable de battre ce genre de joueurs dans les grands événements."

Djokovic a réussi à écarter Federer d'un majeur lors de deux de leurs trois derniers rendez-vous, même si le Suisse est le seul joueur à avoir dominé le Serbe cette saison (demi-finale à Roland-Garros). Mais Djokovic reste sur cinq défaites en cinq matches face à l'Espagnol en tournois du Grand Chelem, la dernière en finale du dernier US Open. "Battre Nadal au meilleur des cinq sets représente un défi encore plus grand car il est le plus fort sur le plan physique. Je m'attends à des échanges très longs. Mais je suis prêt, en forme, et le fait de l'avoir battu quatre fois cette saison va m'aider", prévient le Serbe. Ce bras de fer, 28e épisode l'un contre l'autre, s'annonce passionnant. Il est difficile de ressortir un favori. Car s'il a mentalement pris un coup sur la tête, Nadal vendra chèrement sa peau sur le gazon londonien où il visera son 11e titre en Grand Chelem. Lors de leurs rencontres en cinq manches, le Serbe n'a pris à Nadal que deux sets en six matches. Qu'il le veuille ou non, Djokovic aura encore des choses à prouver s'il rate le rendez-vous qui peut sublimer encore une saison au plus-que-parfait.

. FACE-A-FACE : Nadal mène 16-11

En finale : 5-4 Nadal :

2011 - Rome (terre battue) - Finale - Djokovic 6-4, 6-4
2011 - Madrid (terre battue) - Finale - Djokovic 7-5, 6-4
2011 - Miami (dur) - Finale - Djokovic 6-4, 6-4 4--6, 6-3, 7-6
2011 - Indian Wells (dur) - Finale - Djokovic 4-6, 6-3, 6-2
2010 - US Open (dur) - Finale - Nadal 6-4, 5-7, 6-4, 6-2
2009 - Rome (terre battue) - Finale - Nadal 7-6, 6-2
2009 - Monte-Carlo (terre battue) - Finale - Nadal 6-3, 2-6, 6-1
2008 - Queen's (gazon) - Finale - Nadal 7-6, 7-5
2007 - Indian Wells (dur) - Finale - Nadal 6-2, 7-5

. LE PARCOURS de RAFAEL NADAL à Wimbledon 2011

1er tour: bat Michael Russell (USA) 6-4, 6-2, 6-2
2e tour: bat Ryan Sweeting (USA) 6-3, 6-2, 6-4
3e tour: bat Gilles Muller (LUX) 7-6 (8/6), 7-6 (7/5), 6-0
8e: bat Juan Martin Del Potro (ARG/N.24) 7-6 (8/6), 3-6, 7-6 (7/4), 6-4
1/4 finale: bat Mardy Fish (USA/N.10) 6-3, 6-3, 5-7, 6-4
1/2 finale: bat Andy Murray (GBR/N.4) 5-7, 6-2, 6-2, 6-4

. LE PARCOURS de NOVAK DJOKOVIC


1er tour: bat Jérémy Chardy (FRA) 6-4, 6-1, 6-1
2e tour: bat Kevin Anderson (RSA) 6-3, 6-4, 6-2
3e tour: bat Marcos Baghdatis (CYP/N.32) 6-4, 4-6, 6-3, 6-4
8e: bat Michaël Llodra (FRA/N.19) 6-3, 6-3, 6-3
1/4 finale: bat Bernard Tomic (AUS) 6-2, 3-6, 6-3, 7-5
1/2 finale: bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.12) 7-6 (7/4), 6-2, 6-7 (9/11), 6-3
S.P.
# 05/07/2011 à 00:24 Nico
Djokovic détrône le roi

Après la place de numéro 1 mondial, Novak Djokovic décroche son premier titre à Wimbledon en battant (6-4, 6-1, 1-6, 6-3) Rafael Nadal.

Les rêves d'enfant sont souvent les plus difficiles à réaliser. Mais ce sont les plus beaux. «J'ai encore l'impression de dormir et de rêver. C'est difficile de mettre des mots, c'est le plus beau jour de ma vie», glisse Novak Djokovic après sa victoire (6-4, 6-1, 1-6, 6-3 en 2h29) contre Rafael Nadal. Lors de cette passation de pouvoir entre numéros 1 mondiaux, le grand Nole dépasse même les espérances du petit Nole, téléspectateur admiratif du tournoi londonien.

Il peut distribuer aux spectateurs du Centre Court toutes ses raquettes. Avec ce premier titre à Wimbledon et une future première place mondiale, ils (lui et ses outils de travail) viennent d'accomplir deux «belles journées de boulot». Dans le jeu, le Djoker domine son adversaire dans tous les compartiments et le doute devient le compagnon de galère de l'Espagnol. En défense, Novak Djokovic est plus fort avec une couverture de terrain impressionnante. En contre, il est plus fort avec des claques en coup droit et en revers décroisées. En attaque, il est plus fort avec des prises de balle précoces pour prendre de vitesse son adversaire. Tous les échanges longs tournent à son avantage.

Djokovic concrétise son rêve

Rafael Nadal perd tous ses repères, force et commet de nombreuses fautes. Seule sa première balle (78% et 5 aces) échappe au naufrage. Ultra dominé et sans solution, le Majorquin ne voit qu'une issue : la défaillance adverse. Elle arrive à deux reprises : au troisième set et à 2-0 au quatrième set. Novak Djokovic baisse d'intensité et Rafael Nadal se jette sur l'occasion. Mais il ne gagne pas en jouant mieux, il gagne parce que son adversaire joue moins bien. Le Serbe possède toujours les clés de la rencontre.

Dans l'adversité, le Djoker montre vraiment sa nouvelle dimension. Si proche de son rêve, la fébrilité l'assaille, mais il dépasse ses peurs. Débreaké à 2-1 sur un retour let gagnant, il ne tombe pas dans la frustration. En difficulté au moment de servir pour le match à 30-30, il vient chercher la victoire au filet sur un service-volée et sur une attaque de coup droit. Comme un grand, il concrétise son rêve d'enfant. Il peut arracher un brin de gazon et le grignoter pour savourer sa prise de pouvoir et sa 48e victoire de l'année.
S.D.


REACTIONS

«Né pour être un champion»


Sur son nuage, Novak Djokovic savoure son premier titre à Wimbledon. «Né pour être champion», le Serbe ne veut pas s'arrêter là et compte bien prolonger sa suprématie.

« Novak Djokovic, que ressentez-vous après cette première victoire à Wimbledon ?

J'aimerais vous dire tout, mais c'est difficile de trouver les mots. Vendredi, j'ai accompli l'objectif d'une vie et aujourd'hui mon rêve est devenu réalité. J'ai vécu tout ça en seulement trois jours. C'est le plus beau jour de ma carrière, la plus belle émotion que j'ai jamais vécue sur un court de tennis. C'est pour vivre ça que je me suis entraîné si dur pendant toutes ces années. Alors quand ça arrive, c'est juste énorme.

Comment avez-vous vécu la finale ?

J'ai essayé de savourer, de profiter du moment. La plupart des joueurs considèrent Wimbledon comme le tournoi le plus important et moi j'étais en mesure de le gagner. J'ai dû sortir le meilleur match sur gazon de ma carrière pour y arriver. On peut dire qu'il est venu au bon moment.

Avoir battu Nadal lors de vos quatre précédentes finales vous a-t-il aidé ?

Probablement. J'avais ça dans un coin de ma tête et j'ai essayé de m'y référer pour prendre l'initiative, saisir mes chances et ne pas attendre la faute de mon adversaire. Au troisième set, je me suis un peu trop relâché et il en a profité pour revenir dans le match. Mais au quatrième set, j'ai de nouveau joué un grand tennis.

Pensez-vous à tous les sacrifices que vous avez endurés ?

Je viens d'en parler avec mon frère et ma famille. On s'est remémorés tout ce qu'on a traversé, les rêves que j'avais. C'était vraiment beau, ce succès me fait revivre tout ça, me fait revenir en enfance. Ce n'était pas le chemin le plus facile mais c'était sans doute nécessaire. Tout le monde sait ce qui s'est passé dans mon pays avec la guerre. C'était alors difficile d'imaginer devenir un joueur de tennis professionnel, dans un pays qui en plus n'avait aucune tradition dans ce sport. Mais en fin de compte ça nous a rendu plus forts, moi mais aussi Ana (Ivanovic), Jelena (Jankovic) ou Janko (Tipsarevic).

Que vous inspire le fait de mettre fin à la domination de Federer et Nadal ?

On connaît tous ce qu'ils ont accompli, ils ont dominé ces cinq dernières années, gagné presque tous les tournois du Grand Chelem. Parfois ça a été frustrant mais ça a fait partie de mon apprentissage. Je devais progresser, m'améliorer en tant que joueur et personne pour trouver un moyen de faire face à la pression et aux attentes. J'ai toujours pensé que j'avais les qualités pour battre ces deux gars. Sans ça je n'y serais pas arrivé.

Jusqu'où pouvez-vous aller désormais ?

Je vais revenir ici pour en gagner d'autres. Je suis né pour ça, pour être un champion et gagner des tournois du Grand Chelem. J'ai accompli deux trucs énormes en trois jours. Mais je ne vais pas m'arrêter là.

Votre victoire en Coupe Davis a-t-elle été déterminante ?

Ca m'a permis de croire plus que jamais dans mes capacités. J'ai enchaîné sur l'Open d'Australie et puis cette série de 41 victoires de suite. En gagnant la Coupe Davis, j'ai perdu ma peur. C'était mon plus beau moment sur un terrain de tennis, là c'est Wimbledon. Wimbledon et la Coupe Davis.

Comment allez-vous fêter votre victoire ?

A la serbe ! Ca aussi c'est difficile à décrire (rires).»
(AFP)


NADAL : «ETRE MOINS NERVEUX»

« Je ne peux que le féliciter. Il a joué à un très haut niveau et moi un peu moins bien que les jours précédents. Il aurait fallu que je joue mieux que ça pour gagner. Pour gagner ce genre de match, le plus important, c'est de bien jouer les points importants, ce que je n'ai pas fait aujourd'hui. Ca s'était déjà produit à Indian Wells et à Miami. Je n'ai pas été aussi fort mentalement que d'autres fois. Pour changer ça, il me faudra être un peu moins nerveux, être plus agressif et avoir plus confiance en moi. Si je n'y arrive pas, il faudra que je revienne pour expliquer la sixième (défaite d'affilée contre Djokovic). J'ai gagné presque tous mes matches cette année, sauf contre lui. Il est dans le meilleur moment de sa carrière. Moi aussi, mais ça ne suffit pas en ce moment contre lui. J'ai perdu parce que j'ai joué contre le meilleur joueur du moment. Je suis le deuxième. Je pense qu'un tel niveau ne dure pas indéfiniment. Je vais me battre en attendant mon heure pour le battre de nouveau. C'est le sport. Quand un joueur est meilleur, la seule chose à faire c'est de travailler, d'essayer de trouver des solutions et d'attendre son heure.»
(AFP)


Djokovic fêté en héros


Vainqueur de Wimbledon et désormais numéro un mondial, Novak Djokovic a reçu un accueil triomphal à son retour à Belgrade, où des dizaines de milliers de personnes l'ont accueilli en héros.

Belgrade en hystérie ! Près de 100 000 personnes s'étaient massées devant le Parlement serbe lundi pour fêter le retour de Novak Djokovic, lauréat du tournoi de Wimbledon et nouveau numéro un mondial, brandissant des drapeaux de la Serbie. La télévision privée B92 a diffusé des images d'un bus à impériale qui amenait Djokovic et son équipe de l'aéroport de Belgrade vers le centre-ville et qui avançait au ralenti sur une autoroute bouchonnée par des voitures klaxonnant à tue-tête, alors que des milliers de personnes saluaient le convoi à son passage. Escorté par une dizaines de voitures de police, le bus a ensuite traversé la principale place de la capitale serbe, Terazije, où régnait une atmosphère de carnaval.

«Nole, on t'aime»

Le point culminant de la soirée est intervenu lorsque Djokovic, heureux et souriant, est monté sur une estrade dressée en face du Parlement en brandissant le trophée de Wimbledon, devant une foule en délire qui scandait «Nole, Nole!», ou encore, «Nole, on t'aime!». «Il est la fierté de la Serbie et du peuple serbe», a lancé une adolescente, venue spécialement à Belgrade pour accueillir Djokovic depuis la ville de Novi Sad, située à quelque 80 km au nord de la capitale. Novak Djokovic est devenu officiellement N.1 au classement ATP lundi pour la première fois de sa carrière au détriment de l'Espagnol Rafael Nadal, qu'il a aussi battu en finale de Wimbledon dimanche (6-4, 6-1, 1-6, 6-3). lequipe.fr avec AFP
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site